Détruire la nature déchaîne des maladies infectieuses (par Katarina Zimmer)

Le texte qui suit est une tra­duc­tion d’un article de Kata­ri­na Zim­mer ini­tia­le­ment publié, en anglais, sur le site du maga­zine Natio­nal Geo­gra­phic, le 22 novembre 2019. Il est à mettre en lien avec cet article : « De l’avènement de la civi­li­sa­tion au coro­na­vi­rus de Wuhan : tra­jec­toire d’un désastre logique ». L’un et l’autre illus­trent bien cet apho­risme apo­cryphe selon lequel « la civi­li­sa­tion n’est qu’une course sans espoir visant à trou­ver des remèdes aux maux qu’elle génère ».


Détruire la nature déchaîne des maladies infectieuses

ou (titre original) :

La déforestation génère toujours plus de maladies infectieuses chez les humains

Des scien­ti­fiques craignent que la pro­chaine pan­dé­mie mor­telle soit une consé­quence de la défo­res­ta­tion que l’on observe tout autour du globe.

En 1997, des nuages de fumée pla­naient au-des­sus des forêts tro­pi­cales d’In­do­né­sie, où une zone de la taille de la Penn­syl­va­nie, envi­ron, avait été brû­lée pour faire place à l’a­gri­cul­ture, et où les incen­dies avaient été exa­cer­bés par la séche­resse. Étouf­fés par la brume, les arbres n’ont pas pu pro­duire de fruits, lais­sant les chauves-sou­ris fru­gi­vores sans autre choix que de voler ailleurs à la recherche de nour­ri­ture, empor­tant avec elles une mala­die mortelle.

Peu de temps après que les chauves-sou­ris se soient ins­tal­lées sur les arbres des ver­gers malai­siens, les porcs autour d’elles ont com­men­cé à tom­ber malades — pro­ba­ble­ment après avoir man­gé les fruits tom­bés que les chauves-sou­ris avaient gri­gno­tés — tout comme les éle­veurs de porcs locaux. En 1999, 265 per­sonnes ont déve­lop­pé une grave inflam­ma­tion du cer­veau et 105 en sont mortes. C’é­tait la pre­mière appa­ri­tion connue du virus Nipah chez l’homme — virus qui, depuis lors, a pro­vo­qué une série d’é­pi­dé­mies récur­rentes dans toute l’A­sie du Sud-Est.

Il s’agit d’une des nom­breuses mala­dies infec­tieuses aupa­ra­vant cir­cons­crites à la faune sau­vage et qui se sont pro­pa­gées à l’homme dans une région sou­mise à un déboi­se­ment rapide. Au cours des deux der­nières décen­nies, de nom­breuses preuves scien­ti­fiques ont été pro­duites qui sug­gèrent que la défo­res­ta­tion, en déclen­chant une cas­cade com­plexe d’é­vé­ne­ments, crée les condi­tions pour qu’une série d’a­gents patho­gènes mor­tels — tels que les virus Nipah et Las­sa, et les para­sites qui causent le palu­disme et la mala­die de Lyme — infectent l’être humain.

Tan­dis qu’un incen­die glo­bal se pour­suit aujourd’­hui dans les forêts tro­pi­cales de l’A­ma­zo­nie et de cer­taines régions d’A­frique et d’A­sie du Sud-Est, des experts ont expri­mé leur inquié­tude quant à la san­té des per­sonnes vivant aux fron­tières de la défo­res­ta­tion. Ils craignent éga­le­ment que la pro­chaine pan­dé­mie grave ne se déclare dans les zones déboi­sées de notre planète.

« Il est assez bien éta­bli que la défo­res­ta­tion peut être un fac­teur impor­tant de trans­mis­sion de mala­dies infec­tieuses », affirme Andy Mac­Do­nald, éco­lo­giste spé­cia­li­sé dans les mala­dies à l’Ins­ti­tut de recherche sur la terre de l’U­ni­ver­si­té de Cali­for­nie à San­ta Bar­ba­ra. « C’est mathé­ma­tique : plus nous dégra­dons et détrui­sons les habi­tats fores­tiers, plus il est pro­bable que nous nous retrou­vions dans ces situa­tions où des épi­dé­mies de mala­dies infec­tieuses se produisent. »

Un lien direct

Le palu­disme — qui tue plus d’un mil­lion de per­sonnes chaque année en rai­son de l’in­fec­tion par des para­sites Plas­mo­dium trans­mis par les mous­tiques — est depuis long­temps soup­çon­né d’al­ler de pair avec la défo­res­ta­tion. Au Bré­sil, si des efforts de lutte ont consi­dé­ra­ble­ment réduit la trans­mis­sion du palu­disme dans le pas­sé — rame­nant le nombre de nou­veaux cas décla­rés, par année, de 6 mil­lions dans les années 1940 à seule­ment 50 000 dans les années 1960 —, le nombre de cas n’a ces­sé d’aug­men­ter depuis, paral­lè­le­ment au défri­che­ment rapide des forêts et à l’ex­pan­sion de l’a­gri­cul­ture. Au début du siècle, il y avait plus de 600 000 cas par an dans le bas­sin amazonien.

Des tra­vaux réa­li­sés à la fin des années 1990 par Amy Vit­tor, épi­dé­mio­lo­giste à l’Ins­ti­tut des patho­gènes émer­gents de l’U­ni­ver­si­té de Flo­ride, et d’autres, ont sug­gé­ré une rai­son à cela. Le défri­che­ment de par­celles de forêt semble créer un habi­tat idéal, en bor­dure de forêt, pour la repro­duc­tion du mous­tique Ano­pheles dar­lin­gi, le plus impor­tant vec­teur du palu­disme en Ama­zo­nie. Au cours d’enquêtes minu­tieuses en Ama­zo­nie péru­vienne, elle a trou­vé un nombre plus éle­vé de larves dans des mares chaudes et par­tiel­le­ment ombra­gées, du genre de celles qui se forment le long des routes cou­pées dans les forêts, et des flaques der­rière où l’eau n’est plus absor­bée par les arbres.

« C’é­tait les endroits où Ano­pheles dar­lin­gi pro­li­fé­rait », se sou­vient Vittor.

Au tra­vers d’une ana­lyse com­plexe de don­nées satel­li­taires et sani­taires publiée récem­ment dans la revue Pro­cee­dings of the Natio­nal Aca­de­my of Sciences (« Actes (ou comptes-ren­dus) de l’A­ca­dé­mie amé­ri­caine des sciences »), Mac­Do­nald et Erin Mor­de­cai, de l’u­ni­ver­si­té de Stan­ford, ont fait état d’un impact signi­fi­ca­tif de la défo­res­ta­tion dans le bas­sin ama­zo­nien sur la trans­mis­sion du palu­disme, confor­mé­ment à cer­taines recherches anté­rieures.

Entre 2003 et 2015, en moyenne, ils ont mon­tré qu’une aug­men­ta­tion annuelle de 10 % du déboi­se­ment entraî­nait une hausse de 3 % des cas de palu­disme. En un an d’é­tude, par exemple, 1 600 kilo­mètres car­rés de forêt défri­chée — l’é­qui­valent de près de 300 000 ter­rains de foot­ball — ont été liés à 10 000 cas sup­plé­men­taires de palu­disme. Cet effet a été plus pro­non­cé à l’in­té­rieur de la forêt, où cer­taines par­celles de forêt sont encore intactes, four­nis­sant l’ha­bi­tat humide de lisière que les mous­tiques aiment tant.

Étant don­né que les incen­dies en Ama­zo­nie se pour­suivent, ces résul­tats ne sont pas de bon augure. Les der­nières don­nées, publiées cette semaine, révèlent qu’une zone 12 fois plus grande que la ville de New York a d’ores et déjà été détruite cette année.

« Je suis pré­oc­cu­pé par ce qui va se pas­ser avec la trans­mis­sion après la fin des incen­dies », déclare MacDonald.

Il est dif­fi­cile de géné­ra­li­ser, en ce qui concerne l’é­co­lo­gie des mous­tiques, qui varie selon les espèces et les régions, sou­ligne Vit­tor. En Afrique, des études ont mon­tré qu’il y avait peu de liens entre le palu­disme et la défo­res­ta­tion, peut-être parce que les espèces de mous­tiques de ce conti­nent aiment se repro­duire dans des plans d’eau enso­leillés et pré­fèrent les terres agri­coles ouvertes aux zones fores­tières ombra­gées. Mais dans l’État du Sabah, dans la par­tie malai­sienne de l’île de Bor­néo, les épi­dé­mies de palu­disme se pro­duisent éga­le­ment en tan­dem avec les défri­che­ments de forêts pour l’huile de palme et d’autres plantations.

La fièvre de la jungle

Les mous­tiques ne sont pas les seuls ani­maux qui peuvent trans­mettre des fléaux mor­tels aux humains. En réa­li­té, 60 % des nou­velles mala­dies infec­tieuses qui émergent chez l’homme — dont le VIH, le virus Ebo­la et le virus Nipah, qui pro­viennent tous d’a­ni­maux vivant dans les forêts — sont trans­mises par tout un éven­tail d’autres ani­maux, dont la grande majo­ri­té sont des ani­maux sauvages.

Dans une étude réa­li­sée en 2015, des cher­cheurs de l’E­co­health Alliance, une orga­ni­sa­tion à but non lucra­tif basée à New York qui étu­die les mala­dies infec­tieuses à l’é­chelle mon­diale, et d’autres cher­cheurs, ont décou­vert que « près d’une épi­dé­mie sur trois de mala­dies nou­velles et émer­gentes est liée à un chan­ge­ment d’u­ti­li­sa­tion des terres comme la défo­res­ta­tion », ain­si que l’a twee­té le pré­sident de l’or­ga­ni­sa­tion, Peter Das­zak, au début de l’année.

De nom­breux virus existent de manière inof­fen­sive, avec leurs ani­maux hôtes, dans les forêts, ayant co-évo­lué avec eux. Mais les humains peuvent deve­nir des hôtes invo­lon­taires d’a­gents patho­gènes lors­qu’ils s’a­ven­turent dans les forêts ou lorsqu’ils altèrent les milieux forestiers.

« Nous sommes en train de com­plè­te­ment chan­ger la struc­ture de la forêt », note Car­los Zam­bra­na-Tor­re­lio, un éco­lo­giste spé­cia­liste des mala­dies à l’E­co­health Alliance.

[NdT : Par­mi de nom­breux autres exemples, l’au­teur aurait pu men­tion­ner la mala­die de Cha­gas, une infec­tion para­si­taire, poten­tiel­le­ment mor­telle, trans­mise par un insecte héma­to­phage (une varié­té de punaise, appe­lée tri­atome ou réduve), qui sévit prin­ci­pa­le­ment sur le conti­nent amé­ri­cain. D’a­près l’OMS, « 6 à 7 mil­lions de per­sonnes dans le monde, prin­ci­pa­le­ment en Amé­rique latine, sont infec­tées dans le monde par Try­pa­no­so­ma cru­zi (T. cru­zi), le para­site à l’origine de la mala­die ». La mala­die de Cha­gas « était jadis entiè­re­ment confi­née à la Région des Amé­riques – prin­ci­pa­le­ment l’Amérique latine – mais elle s’est pro­pa­gée à d’autres conti­nents ». La mala­die de Cha­gas est « gué­ris­sable si le trai­te­ment est ins­ti­tué peu de temps après l’infection ». Autre­ment : « jusqu’à 30% des patients souffrent de troubles car­diaques et jusqu’à 10% de troubles diges­tifs (géné­ra­le­ment méga œso­phage ou méga­cô­lon), neu­ro­lo­giques ou les 2 à la fois. Plus tard, l’infection peut conduire au décès sou­dain dû à une aryth­mie car­diaque ou à une insuf­fi­sance car­diaque pro­gres­sive pro­vo­quée par la des­truc­tion du muscle car­diaque et de son sys­tème ner­veux. » Selon l’OMS près de 13 000 per­sonnes meurent du mal de Cha­gas et 300 000 nou­veaux cas se déclarent chaque année. Ain­si que l’explique un article du Finan­cial Times, publié le 18 avril 2017, et inti­tu­lé « Cha­gas disease : The Bra­zi­lian forest bites back » (« Mala­die de Cha­gas : la forêt bré­si­lienne riposte ») : « Aujourd’­hui, selon des cher­cheurs, la pro­pa­ga­tion de la mala­die de Cha­gas dans la région ama­zo­nienne est liée à des fac­teurs humains tels que la défo­res­ta­tion et la consom­ma­tion crois­sante de pro­duits de palme, comme l’a­çaí, un fruit local. Pri­vé de son habi­tat et de la proxi­mi­té des ani­maux sau­vages, autre­fois sa prin­ci­pale source de nour­ri­ture, le bar­bei­ro [l’insecte qui trans­met la mala­die, NdT] enva­hit de plus en plus les implan­ta­tions humaines. »] 

 

Attraction mortelle

Des mala­dies peuvent éga­le­ment appa­raître lorsque de nou­veaux habi­tats attirent hors de la forêt des espèces por­teuses de maladies.

Au Libe­ria, par exemple, les coupes des forêts pour l’installation de plan­ta­tions de pal­miers à huile attirent des hordes de sou­ris typi­que­ment fores­tières, allé­chées par l’a­bon­dance des fruits de pal­miers autour des plan­ta­tions et des habi­ta­tions. Les humains peuvent contrac­ter le virus Las­sa lors­qu’ils entrent en contact avec de la nour­ri­ture ou des objets conta­mi­nés par des excré­ments ou de l’u­rine de ron­geurs por­teurs du virus ou des fluides cor­po­rels de per­sonnes infec­tées. Chez l’homme, le virus pro­voque une fièvre hémor­ra­gique — le même type de mala­die déclen­chée par le virus Ebo­la — et au Libe­ria, il a tué 36 % des per­sonnes infectées.

Des ron­geurs por­teurs de virus ont éga­le­ment été repé­rés dans des zones déboi­sées au Pana­ma, en Boli­vie et au Bré­sil. Alfon­so Rodri­guez-Morales, cher­cheur médi­cal et expert en mala­dies tro­pi­cales à l’Université Tech­no­lo­gique de Per­ei­ra en Colom­bie, craint que leur aire de répar­ti­tion n’aug­mente suite à la résur­gence des incen­dies en Ama­zo­nie cette année.

De tels pro­ces­sus ne se limitent pas aux mala­dies tro­pi­cales. Cer­taines des recherches de Mac­Do­nald ont révé­lé une curieuse asso­cia­tion entre la défo­res­ta­tion et la mala­die de Lyme dans le nord-est des États-Unis.

Bor­re­lia burg­dor­fe­ri, la bac­té­rie res­pon­sable de la mala­die de Lyme, est trans­mise par des tiques qui dépendent des cerfs vivant dans les forêts pour se repro­duire et obte­nir suf­fi­sam­ment de sang pour sur­vivre. Cepen­dant, la bac­té­rie est éga­le­ment pré­sente chez la sou­ris à pieds blancs, qui pro­li­fère dans les forêts frag­men­tées par des infra­struc­tures humaines, explique MacDonald.

La pro­pa­ga­tion des mala­dies infec­tieuses à l’homme est plus sus­cep­tible de se pro­duire dans les tro­piques car la diver­si­té glo­bale de la faune et des agents patho­gènes est plus éle­vée, ajoute-t-il. Là-bas, un cer­tain nombre de mala­dies trans­mises par un large éven­tail d’a­ni­maux — des insectes suceurs de sang aux escar­gots — sont liées à la défo­res­ta­tion. En plus des mala­dies connues, les scien­ti­fiques craignent qu’un cer­tain nombre de mala­dies mor­telles encore incon­nues se cachent dans les forêts, qui pour­raient être dis­per­sées mas­si­ve­ment, au fur et à mesure de leur destruction.

Zam­bra­na-Tor­re­lio remarque que la pro­ba­bi­li­té de retom­bées sur les popu­la­tions pour­rait aug­men­ter avec le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, qui pousse les ani­maux, ain­si que les virus qu’ils trans­portent, à migrer vers des régions où ils ne vivaient pas auparavant.

La ques­tion de savoir si ces mala­dies res­tent confi­nées aux lisières des forêts ou s’ins­tallent chez l’homme, déclen­chant une pan­dé­mie poten­tielle, dépend de leur trans­mis­sion, explique Vit­tor. Cer­tains virus, comme Ebo­la ou Nipah, peuvent être trans­mis direc­te­ment d’humain à humain, ce qui leur per­met, théo­ri­que­ment, de se pro­pa­ger à tra­vers le monde tant qu’il y a des humains.

Le virus Zika, décou­vert dans les forêts ougan­daises au 20e siècle, n’a pu par­cou­rir le monde et infec­ter des mil­lions de gens que parce qu’il a trou­vé un hôte chez Aedes aegp­ti, un mous­tique qui se déve­loppe dans les zones urbaines.

« Cela me déplait de pen­ser qu’un ou plu­sieurs autres agents patho­gènes pour­rait faire une telle chose, mais il serait insen­sé de ne pas consi­dé­rer cela comme une pos­si­bi­li­té à laquelle il faut se pré­pa­rer », déclare Vittor.

Un nouveau service

Les cher­cheurs de l’E­co­health Alliance ont pro­po­sé que le confi­ne­ment des mala­dies puisse être consi­dé­ré comme un nou­veau ser­vice éco­sys­té­mique, c’est-à-dire un avan­tage que les humains tirent gra­tui­te­ment des éco­sys­tèmes natu­rels, tout comme le sto­ckage du car­bone et la pol­li­ni­sa­tion. [sic, la finan­cia­ri­sa­tion de la nature, NdT] 

Pour étayer cette thèse, leur équipe a tra­vaillé à Bor­néo, en Malai­sie, pour déter­mi­ner le coût exact du palu­disme, jus­qu’à chaque lit d’hô­pi­tal et à la seringue uti­li­sée par les méde­cins. En moyenne, ils ont décou­vert que le gou­ver­ne­ment malai­sien dépense envi­ron 5 000 dol­lars pour trai­ter chaque nou­veau patient atteint de palu­disme dans la région — ce qui est beau­coup plus que ce qu’il dépense, dans cer­tains endroits, pour le contrôle du palu­disme, explique Zambrana-Torrelio.

Avec le temps, cela s’ac­cu­mule, et dépasse les pro­fits qui pour­raient être réa­li­sés en abat­tant les forêts, et cela consti­tue donc un argu­ment finan­cier convain­cant en faveur du fait de lais­ser cer­taines forêts en place, explique Daszak.

Ses col­lègues et lui com­mencent à tra­vailler avec le gou­ver­ne­ment malai­sien pour incor­po­rer ces coûts dans l’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire, et entre­prennent un pro­jet simi­laire avec des res­pon­sables libé­riens pour cal­cu­ler le coût des épi­dé­mies de fièvre de Las­sa dans ce pays.

Mac­Do­nald per­çoit la valeur de cette idée : « Si nous pou­vons pré­ser­ver l’en­vi­ron­ne­ment, alors peut-être que nous pou­vons aus­si pro­té­ger la san­té », dit-il. « Voi­là le côté posi­tif que nous devons gar­der à l’esprit. »

Kata­ri­na Zimmer


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Relec­ture : Lola Bearzatto

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
690
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le désastre de la civilisation et de la technologie (verte ou non) : l’exemple des Tokelau (par Nicolas Casaux)

Comment le « progrès », sous la forme, entre autres, du déploiement des énergies dites « renouvelables », ou « vertes », détruit les communautés humaines et le monde naturel / Pourquoi la société hautement technologique, verte et démocratique fantasmée par beaucoup n'existe pas
Lire

L’électrification ou l’expansion de la société industrielle de consommation : l’exemple de l’Afrique

Ce que nous essaierons de souligner dans le texte qui suit, c’est que l’électrification de l’Afrique découle directement de l’expansion et de l’ancrage du mode de vie, de penser et d’être, mais surtout d’avoir, profondément antiécologique et aliénant, de la culture occidentale dominante. [...]