Montebourg, Piolle, nucléaire et soumission renouvelable (par Nicolas Casaux)

« Il n’est pas croyable comme le peuple, dès lors qu’il est assu­jet­ti, tombe si sou­dain en un tel et si pro­fond oubli de la fran­chise [la liber­té], qu’il n’est pas pos­sible qu’il se réveille pour la ravoir, ser­vant si fran­che­ment et tant volon­tiers qu’on dirait, à le voir, qu’il a non pas per­du sa liber­té, mais gagné sa servitude. »

— Étienne de la Boé­tie, Dis­cours de la ser­vi­tude volon­taire (1574)

Un cer­tain malaise à voir ces gens com­men­ter sur inter­net le « débat » entre Arnaud Mon­te­bourg et Éric Piolle orga­ni­sé par Repor­terre, qui approu­vant la posi­tion de l’ancien ministre — pro-nucléaire & pro-EnR (Éner­gies dites Renou­ve­lables) —, et qui celle du maire de Gre­noble — seule­ment pro-EnR. L’occasion de mettre en lumière un des aspects du pro­blème géné­ral de notre temps. En effet, nombre de com­men­taires par­fois forts enjoués (« Faites nous deve­nir une puis­sance capable de la fusion nucléaire » ; « Mal­heu­reu­se­ment la France a per­du une grande par­tie de son savoir dans le nucléaire ! On était à la pointe ! ») exposent assez net­te­ment cette pro­pen­sion d’une grande par­tie des humains modernes (et a for­tio­ri des « inter­nautes ») à s’identifier à (et ain­si, aimer) ces puis­sances qui les dépassent : la France (l’État fran­çais), la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle mon­dia­li­sée, le sys­tème tech­no­lo­gique. Puis­sances sur les­quelles ils n’ont pour­tant aucune prise réelle, n’exercent qua­si­ment aucune influence (c’est au contraire), mais dont ils aiment à pen­ser, de temps à autre, que leur déve­lop­pe­ment se fait, un peu, selon leur pré­fé­rence (ce qui est exact, mais seule­ment dans la mesure ou leurs pré­fé­rences, de même que leurs êtres tout entiers, sont autant de pro­duits manu­fac­tu­rés par les­dites puissances).

Dans son livre Teil­hard de Char­din : Pro­phète d’un âge tota­li­taire, Ber­nard Char­bon­neau sou­li­gnait com­bien la pen­sée du jésuite exal­tait le renon­ce­ment à la liber­té, à l’autonomie, la sou­mis­sion au pro­fit d’une iden­ti­fi­ca­tion à quelque « tota­li­té orga­ni­sée ». Par­mi de nom­breuses cita­tions du prêtre, il men­tionne ce passage :

« Depuis tou­jours, sans doute, l’Homme a été vague­ment conscient d’appartenir à une seule grande Huma­ni­té. Ce n’est tou­te­fois que pour nos géné­ra­tions modernes que ce sens social confus com­mence à prendre sa réelle et com­plète signi­fi­ca­tion. Au cours des dix der­niers mil­lé­naires (période durant laquelle la civi­li­sa­tion s’est brus­que­ment accé­lé­rée) les hommes se sont aban­don­nés sans beau­coup réflé­chir aux forces mul­tiples, plus pro­fondes que toute guerre, qui peu à peu les rap­pro­chaient entre eux. Or, en ce moment, nos yeux se des­sillent ; et nous com­men­çons à aper­ce­voir deux choses. La pre­mière, c’est que, dans le moule étroit et inex­ten­sible repré­sen­té par la sur­face fer­mée de la Terre, sous la pres­sion d’une popu­la­tion et sous l’action de liai­sons éco­no­miques qui ne cessent de se mul­ti­plier, nous ne for­mons déjà plus qu’un seul corps. Et la seconde, c’est que dans ce corps lui-même, par suite de l’établissement gra­duel d’un sys­tème uni­forme d’industrie et de science, nos pen­sées tendent de plus en plus à fonc­tion­ner comme les cel­lules d’un même cer­veau. Qu’est-ce à dire sinon que, la trans­for­ma­tion pour­sui­vant sa ligne natu­relle, nous pour­rons pré­voir le moment où les hommes sau­ront ce que c’est, comme par un seul cœur, de dési­rer, d’espérer, d’aimer tous ensemble la même chose en même temps ?… L’Humanité de demain — quelque Super-Huma­ni­té — beau­coup plus consciente, beau­coup plus puis­sante, beau­coup plus una­nime que la nôtre, sort des limbes de l’avenir, elle prend figure sous nos yeux. Et simul­ta­né­ment (je vais y reve­nir) le sen­ti­ment s’éveille au fond de nous-même que, pour par­ve­nir au bout de ce que nous sommes, il ne suf­fit pas d’associer notre exis­tence avec une dizaine d’autres exis­tences choi­sies entre mille par­mi celles qui nous entourent, mais qu’il nous faut faire bloc avec toutes à la fois. Que conclure de ce double phé­no­mène, interne et externe, sinon ceci : ce que la Vie nous demande, en fin de compte, de faire pour être, c’est de nous incor­po­rer et de nous subor­don­ner à une Tota­li­té orga­ni­sée dont nous ne sommes, cos­mi­que­ment, que les par­celles conscientes. Un centre d’ordre supé­rieur nous attend — déjà il appa­raît — non plus seule­ment à côté, mais au-delà et au-des­sus de nous-mêmes. »

Sou­li­gnons : « ce que la Vie nous demande, en fin de compte, de faire pour être, c’est de nous incor­po­rer et de nous subor­don­ner à une Tota­li­té orga­ni­sée ». Ce que font doci­le­ment tous ceux qui se satis­font de la dépos­ses­sion géné­rale et du déve­lop­pe­ment (incon­trô­lé et inexo­rable, mais qu’ils ne per­çoivent peut-être pas ain­si étant en accord avec l’essentiel) de la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle mon­dia­li­sée, qui se satis­font de ne pas avoir grand-chose à faire en ce qui le concerne, que d’autres s’en chargent (ou fassent mine de) et qu’ils n’aient qu’à en jouir, notam­ment en s’y iden­ti­fiant, qui se contentent d’exprimer un avis lorsqu’on leur pro­pose un ques­tion­naire à choix mul­tiple concer­nant tel ou tel détail dudit développement.

Char­bon­neau commente :

« L’emploi enthou­siaste [par Char­din] de termes tels que “faire bloc”, “tota­li­té orga­ni­sée” témoigne d’une iden­ti­fi­ca­tion ins­tinc­tive de la com­mu­nion des per­sonnes à la socié­té mas­sive où elles s’a­bo­lissent. […] À ce compte, la com­mu­nion est celle du métro de sept heures. »

Dans le pre­mier tome de La Vie sur Terre : Réflexions sur le peu d’avenir que contient le temps où nous sommes, Bau­douin de Bodi­nat note :

« Je sais que beau­coup déclarent aimer ces nou­veau­tés, qui signi­fient la puis­sance de la col­lec­ti­vi­té indus­trielle, sa pro­di­gieuse effi­ca­ci­té, sa per­fec­tion inouïe, l’immensité des connais­sances tech­niques que toutes ces amé­lio­ra­tions sup­posent et dont ils éprouvent que la gran­deur et la moder­ni­té rejaillissent sur eux et les font néces­sai­re­ment supé­rieurs à l’humanité pré­cé­dente. Ils trouvent l’esplanade en gra­nit et sa pyra­mide d’acier vitré plus flat­teuse que le square sans inté­rêt d’auparavant avec ses arbres, ses bancs, ses moi­neaux, ses allées de la pro­me­nade petite-bour­geoise. Ils disent aimer ces auto­routes à perte de vue, ces satel­lites de télé­dif­fu­sion, ces hôpi­taux scien­ti­fiques ; que c’est seule­ment à l’ombre de tels pro­grès qu’on peut appré­cier les passe-temps de la vie civi­li­sée qui nous enchante de planches à voile, de cui­sine exo­tique, d’opéras numé­ri­sés. Bien enten­du ce n’est pas vrai, ils n’aiment aucune de ces infra­struc­tures qui les dominent – sinon cela, qu’elles les dominent – pour cette rai­son suf­fi­sante que nulle cor­res­pon­dance aimable ne peut s’établir entre ces choses et nous ; qu’elles n’en veulent d’ailleurs pas, mais seule­ment notre acquies­ce­ment, notre sou­mis­sion à l’écrasante objec­ti­vi­té du sur-moi économique. »

& :

« Par­ler de seconde nature constate le fait que l’hybris mar­chande affran­chie de la rai­son humaine s’est sub­sti­tuée à l’ancienne nature qu’elle a fait dis­pa­raître, que c’est elle main­te­nant la cause et la condi­tion de la vie ter­restre ; ses sciences ratio­na­listes don­nant seules la défi­ni­tion de ce qui existe et pro­dui­sant la tota­li­té de notre envi­ron­ne­ment, tout ce qui existe émane d’elle et par là lui est interne. Que doré­na­vant c’est elle – aveugle, sans issue et fatale comme l’a tou­jours été la vie végé­tale – qui nous tire du néant et qui nous y fait retour­ner ; et qui dans l’intervalle pour­voit au conte­nu de notre cer­veau, nous met au tra­vail, ras­sa­sie les besoins qu’elle nous défi­nit et ali­mente en rêves éveillés syn­thé­tiques nos âmes vacantes (c’est ce qu’on appelle la sub­jec­ti­vi­té), etc. ; car l’humanité a néces­sai­re­ment une telle rai­son en dehors d’elle, si elle n’est pas sa propre créa­tion : nous avons le Lévia­than machi­nique à la place de la nature imma­nente et ses sciences ins­tru­men­tales nous font toutes ensemble une Divi­ni­té com­plète : notre état de créa­ture est ain­si par­ve­nu à l’objectivité ; c’est la rai­son pour­quoi il ne nous est pas conce­vable ; c’est aus­si la rai­son pour­quoi cette domi­na­tion abso­lue qui s’exerce sur nous “excède de loin en hor­reur ce que les hommes eurent jamais à craindre de la nature”, pour cela entre autres que cette hor­reur est inin­tel­li­gible à l’entendement qu’elle a façonné. »

& aus­si :

« Ce n’est pas mys­té­rieux : la domi­na­tion pro­duit les hommes dont elle a besoin, c’est-à-dire qui aient besoin d’elle ; et toutes les pré­ten­dues com­mo­di­tés de la vie moderne, qui en font la gêne per­pé­tuelle, s’expliquent assez par cette for­mule que l’économie flatte la fai­blesse de l’homme pour faire de l’homme faible son consom­ma­teur, son obli­gé ; son mar­ché cap­tif qui ne peut plus se pas­ser d’elle : une fois les res­sorts de sa nature humaine déten­dus ou faus­sés, il est inca­pable de dési­rer autre chose que les appa­reils qui repré­sentent et sont à la place des facul­tés dont il a été pri­vé. La four­ni­ture lui en devient un droit impres­crip­tible et inalié­nable : elles sont toutes ensemble la qua­li­té de son être, dont la pri­va­tion l’anéantirait sans aucun doute. Il n’y a aucune facul­té qui puisse se conser­ver si elle ne s’exerce et toutes se tiennent et sont tel­le­ment subor­don­nées qu’on ne peut en limi­ter aucune sans que les autres ne s’en res­sentent : l’homme affai­bli ne peut pas ima­gi­ner autre­ment son exis­tence pour la rai­son que ce sont désor­mais les images qu’on lui pro­jette en livret d’accompagnement qui lui tiennent lieu d’imagination de la vie possible. »

& Dans le second tome :

« Quand on vou­drait s’attarder à cette ques­tion de la conscience et de ses condi­tions maté­rielles, il fau­drait poser en pré­misse que la pro­fon­deur inté­rieure du sujet n’est consti­tuée par rien d’autre que par la finesse et la richesse du monde exté­rieur des sen­sa­tions, et ne pas ter­gi­ver­ser d’aller ensuite à la sco­lie : “Si l’homme à l’origine (ima­gine Mum­ford) avait habi­té un monde aus­si uni­for­mé­ment dénu­dé qu’un ‘grand ensemble’ d’habitation, aus­si terne qu’un par­king, aus­si dépour­vu de vie qu’une usine auto­ma­ti­sée, on peut dou­ter qu’il ait eu une expé­rience sen­so­rielle assez variée pour rete­nir des images, mode­ler un lan­gage, ou acqué­rir des idées.” D’où en effet le besoin des popu­la­tions qu’on leur pro­cure chaque jour par voie hert­zienne ces uti­li­tés de l’humanisation.

D’où se tire aus­si ce triste théo­rème de la vie muti­lée : Le désastre sub­jec­tif enfoui dans les pro­fon­deurs de l’individu rejoint le désastre objec­tif qu’on peut voir ; en d’autres termes : “l’état nor­mal est aus­si nor­mal que la socié­té défi­gu­rée à laquelle il res­semble” ; dont la véri­fi­ca­tion sans doute est à la por­tée de n’importe quelle intel­li­gence : l’esprit ne peut se reflé­ter de l’intérieur (insiste Mum­ford) : ce n’est qu’en sor­tant de lui-même qu’il devient conscient de son inté­rio­ri­té ; et serait-on curieux de la ren­con­trer, il suf­fit d’aller à la fenêtre ; d’ouvrir un jour­nal, d’allumer le poste de radio­vi­sion ; de mon­ter dans une auto­mo­bile et de rou­ler, pour en faire la visite.

Et si l’on veut apprendre de quoi sont pri­son­niers au plus pro­fond d’eux-mêmes les indi­vi­dus à l’état nor­mal (où l’on n’en souffre pas), il faut consi­dé­rer les infra­struc­tures qui nous contiennent, qui sont l’exosquelette col­lec­tif mis à la place de l’union sociale et de la foule des carac­tères pri­vés, sans s’occuper du conte­nu sub­jec­tif des habi­tants, ni du sien : de contem­pler notre monde orga­ni­sé dans son objec­ti­vi­té de centre com­mer­cial avec son gla­cis de par­kings, de wagons auto­ma­tiques dans les trans­ferts sou­ter­rains, d’autoroute de conur­ba­tion ou de poste de tra­vail à écran ; une radio­vi­sion en 16/9 extra-plat dans une pièce à vivre, ou le tra­fic aérien de l’industrie tou­ris­tique assu­rant le bras­sage mon­dial des cultures de virus, ou la nuit dans les rues les feux de cir­cu­la­tion fonc­tion­nant sans per­sonne, etc., ou ces réseaux de lignes à très haute ten­sion conver­geant sur la méga­pole (on les voit de l’autoroute), ce gouffre du genre humain, pour la main­te­nir en ani­ma­tion constante à zéro stock, etc. ; et l’on conce­vra sans peine le super­flu de s’attarder beau­coup au conte­nu du cer­veau des usa­gers ; c’est en résu­mé comme la radio­vi­sion ou l’ordinateur : le conte­nu n’y change rien du tout quant à l’effet indi­vi­duel ou social : c’est la rai­son qu’on les laisse regar­der ce qu’ils veulent. […] 

C’est à mon avis une des rai­sons pour­quoi l’individu col­lec­ti­vi­sé ne conçoit pas où est le pro­blème : sa sub­jec­ti­vi­té, à quoi il s’identifie, ne pour­rait lui ser­vir à rien hors de ces condi­tions arti­fi­cielles qui en sont la matrice ; i.e. : ton “enten­de­ment” adap­té à l’ordinateur a néces­sai­re­ment besoin d’un envi­ron­ne­ment domi­né par celui-ci pour être uti­li­sable, qui en a four­ni tout le mobi­lier et les acces­soires, avec l’emploi du temps et les “thèmes de réflexion”, au nombre des­quels ne figure pas celui d’imaginer en sortir.

En voi­ci une autre : Là où manque l’occasion d’extérioriser un talent, conti­nue Feuer­bach, le talent manque aus­si ; (là où il n’y a pas d’espace pour l’action, il n’y a pas non plus d’impulsion : l’espace est la condi­tion fon­da­men­tale de la vie de l’esprit : où l’espace manque pour exté­rio­ri­ser une capa­ci­té, manque aus­si la capa­ci­té elle-même, etc.) ; et par suite, en consé­quence, chaque nou­vel appa­reil ou machine élec­trique dont la com­mo­di­té s’installe dans notre pri­vau­té ou l’organisation sociale fait la dis­pense d’une capa­ci­té, d’un talent, d’une facul­té que nous pos­sé­dions aupa­ra­vant ; opère une dimi­nu­tion fatale, une sous­trac­tion : chaque pro­grès tech­nique abê­tit la par­tie cor­res­pon­dante de l’homme, ne lui en lais­sant que la rhé­to­rique, ain­si que Michel­staed­ter le rédi­geait en 1910 à la lueur d’une lampe à huile : tous les pro­grès de la civi­li­sa­tion sont autant de régres­sions de l’individu (et qui se sui­ci­dait le len­de­main). Nous autres dont la vie se déroule au cré­pus­cule de ce long désen­chan­te­ment à quoi le prin­cipe de ratio­na­lisme étroit et posi­tif nous a réduits – régres­sion qui “est essen­tielle au déve­lop­pe­ment consé­quent de la domi­na­tion”, pré­cise Ador­no dans une anno­ta­tion au Meilleur des mondes – pour­rions être les témoins éton­nés de ce pro­ces­sus de déper­di­tion par­ve­nu à son terme, si nous n’en étions pas, en notre per­sonne, aus­si le résultat.

C’est par défi­ni­tion qu’une vic­time d’un rétré­cis­se­ment de la conscience n’en est pas consciente ; (d’où l’intérêt de ces tests de dépis­tage pré­coce de l’ESB humaine ou de l’Alzheimer pour en infor­mer l’usager pen­dant qu’il com­prend encore ce qu’on lui dit).

Sui­vons néan­moins cette idée (que notre conscience est condi­tion­née par notre pré­sence phy­sique dans le monde, que c’est l’obligation d’être là en per­sonne qui nous fait conscients ; et qu’aussi bien c’est seule­ment par la conscience que nous pou­vons être là en per­sonne) : les appa­reils et machines de la vie facile, de la satis­fac­tion immé­diate et sans peine ne nous dépouillent donc pas seule­ment des facul­tés, talents et capa­ci­tés qu’ils rem­placent, mais, en même temps que de la fatigue à les employer, de l’effort et de l’attention indis­pen­sables, de la contrainte d’être là en per­sonne ; et donc aus­si de la conscience de soi, qui était seule­ment à l’occasion de cet exercice.

& c’est ici que je vous prie de renou­ve­ler votre atten­tion : quand, fati­gué, on prend l’ascenseur pour gagner son étage, qu’on est trans­fé­ré direc­te­ment de la rue à l’étage, on a for­cé­ment moins conscience de ren­trer chez soi (et l’on ne peut pas se rendre compte de com­bien c’en est peu un) ; et l’on n’est pas seule­ment pri­vé du temps pas­sé avec soi-même en mon­tant l’escalier, et avec la fatigue, du plai­sir d’y atteindre, mais aus­si bien de l’emploi de ses jambes : de la facul­té de ren­trer chez soi par ses propres moyens.

(Et c’est pour­quoi ce sont des imbé­ciles ou des incons­cients, ceux qui disent : c’est la même chose de rece­voir des e‑mails que des lettres dans la boîte au rez-de-chaus­sée : des mal­heu­reux sur­tout qui res­te­ront toute leur exis­tence dans l’ignorance de ce que c’est de remon­ter l’escalier dans la soli­tude de cette lettre qui n’est tou­jours pas venue, ou, enfin, un jour, qui est là avec son écri­ture des­sus. Leur âme res­te­ra tou­jours vide de ces minutes-là, qui sont toute la clar­té, toute la lumière, etc., “et nous res­tons sous leur emprise notre vie durant” ; de ces brefs moments “qui pour­tant nous suf­fisent pour l’éternité” : par où notre exis­tence est à elle-même sa propre éter­ni­té ; leur âme res­te­ra vide de cet esca­lier et un jour le néant les ava­le­ra comme se referme la porte auto­ma­tique de l’ascenseur.)

C’est d’autant plus véri­fiable – que ces appa­reils ne requé­rant pas d’autre effort que d’appuyer sur un bou­ton pour obte­nir le résul­tat, étant appa­reils de dimi­nu­tion de la pré­sence phy­sique, sont aus­si appa­reils de dimi­nu­tion de la conscience de soi (c’est peut-être scan­da­leux mais c’est comme ça) –, d’autant plus enfan­tin de s’en rendre compte dans le cas des appa­reils des­ti­nés à l’action directe sur l’état de conscience en four­nis­sant au cer­veau de la dis­trac­tion sans aucun effort de sa part : voyez l’individu qui rentre dans son foyer uni­cel­lu­laire et presque aus­si­tôt res­sent l’ennui de ce tête-à-tête avec lui-même, qui sent mon­ter cette ten­sion déplai­sante de l’esprit essayant de se mou­voir par ses propres moyens – car vivre, par nature, est un état violent – : il lui suf­fit d’appuyer sur une touche pour que des gens se mettent à par­ler et bou­ger dans son cer­veau avec leurs pro­blèmes exis­ten­tiels comme lui-même en aurait s’il n’était pas assis devant sa radiovision.

Et c’est l’explication du si bon accueil fait à chaque nou­veau para­site élec­tro­nique, qu’ils ont cette obli­geance, en s’appropriant nos facul­tés, de ne nous lais­ser à charge que de four­nir la vie bio­lo­gique que réclame leur propre exis­tence : voyez cette sol­li­ci­tude du télé­phone de poche qui épargne à son indi­vi­du d’endurer le temps mort en se dotant d’une fonc­tion “jeu élec­tro­nique” ou d’une connexion au réseau pla­né­taire qui nous désen­trave “des bar­rières du temps et de l’espace” ; et voyez ce qu’il vous reste quand c’est l’ordinateur qui se met à par­ler avec son moteur de recherche qui trouve le ren­sei­gne­ment, quand c’est l’automobile qui connaît le tra­jet et vous dit de prendre à droite, et quand c’est le four qui décide si c’est cuit et la carte de cré­dit qui sort du cash ; quand c’est le camé­scope qui voit et se sou­vient, et ensuite perd la mémoire, etc., quand c’était déjà par dégé­né­res­cence la radio­vi­sion tenant lieu chez soi d’activité psy­chique : il fau­drait beau­coup de dis­trac­tion pour ne pas remar­quer le résul­tat de ces appa­reils sur le cer­veau de ceux qui s’en servent : ils ouvrent la bouche et il en sort des infor­ma­tions, des dia­logues réa­listes, des publi­ci­tés, des sketches comiques et dès qu’ils trouvent un esca­la­tor ils se laissent por­ter des­sus comme des pou­lets d’usine par le tapis rou­lant qui mène à la “sor­tie”. […]

Dans le cas des enfants main­te­nant c’est plus simple : c’est dès le début que les appa­reils rac­cor­dés à la place des facul­tés ne laissent sub­sis­ter que les ter­mi­nai­sons ner­veuses suf­fi­sant à leur emploi d’appuyer sur les touches : éle­vé par cette péda­go­gie de la non-contra­dic­tion, le petit consom­ma­teur aura peu de cir­cons­tances pour déve­lop­per dans son carac­tère et sa pen­sée la capa­ci­té de résis­tance à la contrainte (à défaut de laquelle la pen­sée ne pour­rait même pas exis­ter) d’où s’engendrent les facul­tés (ain­si c’est dans l’ennui que se com­postent les sen­sa­tions, les rêve­ries, l’attention aux choses, le sen­ti­ment de l’ambiance, etc., d’où ger­me­ra l’imagination qui inven­te­ra d’échapper à l’ennui par ses propres moyens), et arri­vé à l’âge de son exploi­ta­tion éco­no­mique il est inca­pable de com­prendre la contrainte qui s’exerce tout à coup sur lui ; qui se cachait der­rière les bois­sons sucrées, les des­sins ani­més, l’ordinateur qui parle gentiment.

Tous les pro­grès four­nis à l’homme par la crois­sance éco­no­mique sont de mêmes séquelles : rou­ler vive­ment trois cents kilo­mètres sur l’autoroute en écou­tant les mélo­dies de Duparc, ou de la Goa trance, ne réclame pas tant d’attention, de pré­sence phy­sique, de conscience de ce qu’on est en train de faire, d’effort, de fatigue, que par l’ancienne natio­nale à deux voies d’avant la cein­ture de sécu­ri­té ou même l’air­bag (sans remon­ter plus loin) : ce sera donc moins un voyage et par suite l’endroit où l’on arrive n’est plus le même, le serait-il en appa­rence : lui aus­si a per­du en pré­sence phy­sique. C’est pareil du voyage en avion : on débarque trois heures après avec sa carte de cré­dit dans un parc de loi­sirs. Et sem­bla­ble­ment du tra­jet en train pres­su­ri­sé met­tant Mar­seille à quatre heures – au lieu que c’était en quinze avec la fumée du char­bon quand on vou­lait peut-être une cabine de car­go mixte pour l’Au-delà de Suez ; et que cet express à vapeur déjà n’atteignait plus le Mar­seille de 1840 où l’on arri­vait par jour­nées de coche d’eau et de malle-poste tra­ver­sant les pay­sages de la civi­li­sa­tion pro­ven­çale, quand on vou­lait peut-être s’embarquer sur une goé­lette pour le Voyage en Orient – avec cet incon­vé­nient, qu’il ne nous dépose plus à Mar­seille mais dans une ban­lieue quel­conque de la décom­po­si­tion mon­diale comme par­tout ; et ce n’est pas le même livre qu’on lit posé sur la table à la lueur d’une lampe à mèche, et celui qu’on emporte sur la “plate-forme à vivre” (un cana­pé modu­lable) éclai­rée au kryp­ton avec la sté­réo en sour­dine, etc.

Au fond, nous sommes las et impor­tu­nés de ces efforts, de cette pré­sence en per­sonne que l’humanisation nous récla­mait constam­ment pour se per­pé­tuer à tra­vers les géné­ra­tions depuis trois ou quatre mille siècles, peut-être plus ; l’Age col­lec­ti­viste nous ins­talle dans une seconde nature action­née à l’électricité et n’exigeant de nous rien d’autre que l’abandon de cet effort : voi­là le confort. »

Pour en reve­nir au débat Mon­te­bourg-Piolle : ils tweetent un mot en faveur du nucléaire, des EnR ou des deux, et se sentent par­ti­ci­per, un peu, au déve­lop­pe­ment géné­ral du sys­tème tech­no­lo­gique, à la marche de la « tota­li­té orga­ni­sée », dont ils acceptent toutes les pré­misses, qu’on ne leur pro­pose jamais de remettre en ques­tion. Pré­fé­rez-vous que tout conti­nue avec nucléaire + EnR, ou juste avec EnR ? Dans tous les cas tout conti­nue, et vous n’êtes pas encou­ra­gé à remettre cela en ques­tion. En outre, selon toute pro­ba­bi­li­té, ce choix s’ef­fec­tue­ra en fonc­tion de la force des choses, des néces­si­tés du sys­tème socio­tech­nique et pas des pré­fé­rences de quelques com­men­ta­teurs sur Twit­ter. Dans tous les cas, c’est la per­pé­tua­tion du désastre que l’on avalise.

Nico­las Casaux


Voir aus­si, sur le même sujet :

Auto­no­mie et déli­vrance (par Auré­lien Berlan)

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Selon Bill McKibben, les panneaux solaires : « c’est de la magie digne de Poudlard » (par Nicolas Casaux)

À la suite de la diffusion du film Planet of the Humans, réalisé par Jeff Gibbs, et produit par Michael Moore et Ozzie Zehner, dont nous vous proposons ici une version sous-titrée en français, Bill McKibben, le fondateur de l'ONG 350.org, dont l’hypocrisie et la duplicité sont bien exposées dans le documentaire, s’est fendu d’une petite réponse, espérant ainsi limiter les dégâts, ou redorer son blason. L’absurdité de sa réponse appelle quelques remarques sur Bill McKibben et son ONG. [...]