Du vote comme rite de participation (par Bernard Charbonneau)

Extrait du livre Une seconde nature, paru aux Édi­tions Sang de la terre.


Il l’a tou­jours été, et sur­tout il le devien­dra de plus en plus, notam­ment dans les grands pays sans réfé­ren­dum où l’on vote pour des poli­ti­ciens et des par­tis plu­tôt que pour telle poli­tique. L’univers me dépasse, et aujourd’hui c’est la socié­té objec­ti­vée dans l’État : la paix, la guerre, l’économie, les finances – qui me domine chaque jour d’un peu plus haut. Chaque jour le monde s’appesantit et se com­plique, soit que la tech­nique le rende tel, soit que la science me le dise. Chaque jour l’événement tombe du ciel, ma vie échappe un peu plus à ma pen­sée et à mon pou­voir. Poli­ti­que­ment je suis libre, mais d’autres ont fixé le lieu et la nature de mon tra­vail, et ils s’occupent aus­si de mes loi­sirs. Je choi­si­rai le chef de l’État, mais de moins en moins le pain que je mange, la mai­son que j’habite, car c’est la science éco­no­mique qui en déci­de­ra. Je ne maî­trise pas mon des­tin qui est tor­rent – pro­duc­tion, pol­lu­tion, infor­ma­tion, popu­la­tion – indé­fi­ni­ment en crue. Reste la guerre ou la paix. Mais l’on n’a jamais convo­qué le peuple sou­ve­rain pour la voter.

Quelle angoisse ! Au fond je n’en sais rien et je n’y puis rien. Heu­reu­se­ment que tous les quatre ans je deviens sou­dain omni­scient et omni­po­tent : je vote. En géné­ral je n’ai guère le choix qu’entre deux biens, ou deux maux. Mais je peux choi­sir le moindre ; je décide entre le rouge et le blanc, si Dupont ou Durand fera la bombe ato­mique, si c’est lui ou l’autre qui m’enverra ensei­gner la gram­maire struc­tu­rale à Hir­son. Je ne som­nole plus dans mon petit bon­heur ou mes petits ennuis pri­vés en jetant par­fois un coup d’œil peu­reux sur l’Himalaya qui me domine. J’émerge du trou, il fait bon, c’est le prin­temps des élec­tions, l’air sent la poli­tique ; en moi le citoyen se réveille, et d’innombrables coups de trom­pette m’y convient. Enfin je compte – au moins pour un ; je ne suis plus un indi­vi­du, je suis le peuple. Ce jour-là, ain­si que tous je m’isole ; j’agis, j’ai des frères, donc des enne­mis ; je ne suis plus seul. Je vote parce que j’y crois ; c’est un acte essen­tiel, déci­sif. Et moi aus­si je vote – je suis un intel­lec­tuel cri­tique – parce que je n’y crois pas et que cela n’a aucune impor­tance. Main­te­nant c’est fait. Qui va gagner ? Les pour ou les contres, les bleus ou les verts ? Le sus­pense est à son comble. C’est fini ; j’ai voté, j’ai fait l’amour avec la France, j’ai fait pipi dans l’urne et je me sens mieux. J’ai rem­pli mon devoir et puis pen­ser à autre chose : à gagner du fric ou aux vacances. J’ai voté, ouf ! J’en ai fini pour un temps, j’ai délé­gué mes pouvoirs.

Plus la socié­té évo­lue, plus l’individu vote ; et plus l’on vote, plus ce geste se déva­lue. Alors pour­quoi le vote ? – Pour le vote. C’est un rite d’exorcisme qui refait d’un monde – d’une socié­té, d’un État – l’œuvre de la liber­té des indi­vi­dus. Mais du coup celle-ci devient la chose de la socié­té, de l’État. Je m’y intègre ; je ne me suis pas conten­té de le subir, je l’ai choi­si. La fête élec­to­rale est un rite de par­ti­ci­pa­tion comme la messe : c’est pour­quoi qui refuse cette socié­té cui­ras­sée en État a pour devoir civique de s’abstenir.

Sinon, de son esclave je deviens son com­plice. L’inconnaissable, le pou­voir abso­lu, c’est trop affreux. Alors, tout seul der­rière un rideau, je glisse ce bul­le­tin par une fente dans l’urne magique d’où va sor­tir le des­tin. C’est moi, enfin sou­ve­rain ; bien content d’avoir abdi­qué, débar­ras­sé pour quatre ans de la cor­vée de choisir.

D’où l’importance gran­dis­sante que la socié­té et l’individu attri­buent au vote ; il suit la mon­tée de l’ignorance et de l’impuissance comme son ombre. Et c’est quand le vote n’a plus de sens parce que l’électeur n’a même plus l’illusion du choix : quand ce n’est plus seule­ment pour des par­tis mais pour un par­ti unique qu’il doit voter, qu’il devient obli­ga­toire. Quand une mon­naie perd toute valeur, l’État impose le cours forcé.

Le vote est un rite fon­da­teur. Le jour où la socié­té n’y croi­ra plus, elle aura chan­gé. Déjà la nôtre avec ses son­dages d’opinion comp­ta­bi­lise moins des liber­tés que des cou­rants col­lec­tifs. Demain l’on ne vote­ra plus. Mais ce ne sera pas à la suite d’un vote.

Ber­nard Charbonneau

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Contre la société de masse (par Chris Wilson)

Beaucoup de gens souhaitent mener une existence exempte d’autorité coercitive, où nous serions tous libre de donner à nos vies les formes que nous voulons en fonction de nos besoins personnels, de nos valeurs et de nos désirs. Pour qu’une telle liberté soit possible, aucun individu ne doit pouvoir étendre la sphère de ce qu’il contrôle à la vie d’autres sans leur consentement. [...]
Lire

Emmanuel Macron et le « peuple de bâtisseurs » (par Nicolas Casaux)

Dans son allocution du mardi 16 avril, Emmanuel Macron a vanté la grandeur de « notre » nation, en faisant référence à « un peuple » et « son histoire millénaire », au cours de laquelle « nous avons bâti des villes, des ports, des églises ». Bien évidemment, il passait sous silence ce que l’historien Howard Zinn rappelle dès l’introduction de son livre Une histoire populaire des États-Unis De 1492 à nos jours : [...]