Heisenberg, la bombe atomique et la responsabilité de l’individu (par Nicolas Casaux)

Dans son livre Phy­sique et phi­lo­so­phie, le phy­si­cien alle­mand Wer­ner Hei­sen­berg, qui mena des recherches dans le domaine du nucléaire, col­la­bo­ra poten­tiel­le­ment avec les nazis (le sujet est contro­ver­sé), et comp­ta par­mi les fon­da­teurs de la méca­nique quan­tique (reçut pour ça le prix Nobel de phy­sique en 1932), affirme, à pro­pos du déve­lop­pe­ment de la science et de la tech­no­lo­gie et de l’expansion de la civi­li­sa­tion industrielle :

« L’im­mense suc­cès de cet agré­gat de science et de tech­nique condui­sit à une forte pré­pon­dé­rance des nations et com­mu­nau­tés où pros­pé­rait ce genre d’ac­ti­vi­té humaine ; il s’en­sui­vit, consé­quence bien nor­male, que les nations que leurs tra­di­tions n’au­raient pas pous­sées vers ces sciences et tech­niques durent s’y livrer aus­si. Les moyens modernes de com­mu­ni­ca­tion et de com­merce inter­na­tio­nal com­plé­tèrent enfin ce pro­ces­sus de déve­lop­pe­ment de la civi­li­sa­tion tech­nique. Il est indu­bi­table que cette civi­li­sa­tion a chan­gé fon­da­men­ta­le­ment les condi­tions de vie sur notre globe, qu’on l’approuve ou non, qu’on consi­dère cela comme un dan­ger ou un pro­grès, il faut bien admettre que ce pro­ces­sus a depuis long­temps échap­pé à tout contrôle des forces humaines. Il faut plu­tôt le consi­dé­rer comme un pro­ces­sus bio­lo­gique à immense échelle par lequel les struc­tures actives de l’or­ga­nisme humain empiètent sur de plus grands domaines de la matière et trans­forment celle-ci en un état qui convient à la popu­la­tion humaine croissante. »

Dans un autre livre, publié en fran­çais sous le titre La Par­tie et le tout, il s’appuie sur cette croyance en une sorte de fata­li­té du cours des choses pour dédoua­ner le scien­ti­fique de toute res­pon­sa­bi­li­té quant à ses agissements :

« L’après-midi du 6 août 1945, Karl Wirtz vint brus­que­ment me trou­ver [ils étaient alors pri­son­niers des Alliés] en me disant qu’il venait d’entendre à la radio qu’une bombe ato­mique avait été lan­cée sur la ville japo­naise d’Hiroshima. Tout d’abord, je ne vou­lus pas croire à cette nou­velle ; car j’étais cer­tain que, pour fabri­quer des bombes ato­miques, un énorme effort tech­nique, coû­tant peut-être de nom­breux mil­liards de dol­lars, aurait été néces­saire. Psy­cho­lo­gi­que­ment aus­si, je trou­vais impro­bable que les ato­mistes amé­ri­cains, que je connais­sais bien, eussent pu mettre toutes leurs forces au ser­vice d’un tel pro­jet ; j’étais donc dis­po­sé à croire les phy­si­ciens amé­ri­cains char­gés de nous inter­ro­ger, plu­tôt qu’un spea­ker de la radio qui était peut-être char­gé en l’occurrence de dif­fu­ser une pro­pa­gande quel­conque. D’autre part, on m’avait dit que le mot “ura­nium” n’avait pas été uti­li­sé dans l’information don­née par la radio. Ce fait me sem­blait sug­gé­rer que, en par­lant de “bombe ato­mique”, on avait peut-être vou­lu par­ler d’autre chose. Ce ne fut que le soir, lorsque le spea­ker se mit à décrire l’immense effort tech­nique qui avait été accom­pli pour fabri­quer la bombe, que je dus me rési­gner au fait que les pro­grès de la phy­sique ato­mique, pro­grès aux­quels j’avais été asso­cié pen­dant vingt-cinq ans, venaient d’entraîner la mort de plus de cent mille êtres humains.

Comme on peut le com­prendre, c’est Otto Hahn qui était de nous tous le plus pro­fon­dé­ment affec­té. La fis­sion de l’uranium avait été sa plus impor­tante décou­verte scien­ti­fique ; elle avait consti­tué le pas déci­sif, et jusque-là tout à fait impré­vu, en direc­tion de la tech­nique ato­mique. Et ce pas venait main­te­nant d’avoir pour consé­quence la des­truc­tion, dans des cir­cons­tances hor­ribles, d’une grande ville et de sa popu­la­tion, d’êtres humains désar­més dont la plu­part n’étaient pas cou­pables d’avoir déclen­ché la guerre. Hahn se reti­ra dans sa chambre, très ébran­lé, et nous nous deman­dâmes réel­le­ment avec inquié­tude s’il n’essaierait pas d’attenter à ses jours. Dans notre exci­ta­tion, nous pro­non­çâmes sans doute ce soir-là mainte parole irré­flé­chie. Ce n’est que le jour sui­vant que nous réus­sîmes à mettre de l’ordre dans nos pen­sées, et à dis­cu­ter de façon plus rai­son­nable de ce qui s’était produit.

Der­rière la mai­son de Farm-Hall, une vieille bâtisse en briques rouges, se trou­vait une pelouse quelque peu négli­gée où nous avions l’habitude de jouer au bal­lon. Entre cette pelouse et le mur cou­vert de lierre, qui sépa­rait la pro­prié­té du jar­din voi­sin, se trou­vait un long par­terre de roses dont l’entretien était assu­ré en par­ti­cu­lier par Ger­lach. Le che­min entou­rant ce par­terre de roses jouait pour nous pri­son­niers un rôle à peu près sem­blable à celui du che­min de croix dans les cloîtres du Moyen Âge. C’était le meilleur endroit pour des conver­sa­tions à deux. Pen­dant la mati­née du len­de­main de la ter­rible nou­velle, Carl Frie­drich et moi nous y pro­me­nâmes long­temps en réflé­chis­sant et en dis­cu­tant. La conver­sa­tion com­men­ça par tour­ner autour de nos pré­oc­cu­pa­tions concer­nant Otto Hahn. Carl Frie­drich m’adressa une ques­tion difficile :

“On com­prend bien qu’Otto Hahn soit déses­pé­ré de ce que sa plus grande décou­verte scien­ti­fique soit main­te­nant mar­quée du sceau de cette catas­trophe inima­gi­nable. Mais a‑t-il un motif de se sen­tir cou­pable à un titre quel­conque ? Doit-il se sen­tir plus cou­pable que n’importe lequel d’entre nous qui avons tous tra­vaillé en phy­sique ato­mique ? Por­tons-nous tous une cer­taine res­pon­sa­bi­li­té dans ce mal­heur, et quelle est cette responsabilité ?”

— Je ne crois pas, essayai-je de répondre, que cela ait un sens d’employer ici le mot “cou­pable”, même si d’une cer­taine façon nous sommes effec­ti­ve­ment impli­qués dans toute cette rela­tion de cause à effet. Otto Hahn et nous tous avons par­ti­ci­pé au déve­lop­pe­ment de la science moderne. Ce déve­lop­pe­ment consti­tue un pro­ces­sus vital que l’humanité, du moins en Europe, a déci­dé d’assumer — ou, disons plus pru­dem­ment, a accep­té d’assumer — depuis plu­sieurs siècles déjà. Nous savons par expé­rience que ce pro­ces­sus peut avoir des consé­quences bonnes ou mau­vaises. Mais nous étions convain­cus — et c’était là en par­ti­cu­lier la croyance au pro­grès du XIXe siècle — que, à mesure que notre savoir s’accroîtrait, le bien l’emporterait sur le mal, et que d’éventuelles consé­quences néfastes pour­raient être neu­tra­li­sées. Avant la décou­verte de Hahn, ni celui-ci ni aucun autre d’entre nous n’a pu son­ger sérieu­se­ment à la pos­si­bi­li­té de bombes ato­miques, car la phy­sique d’alors ne fai­sait appa­raitre aucun che­min dans une telle direc­tion. D’avoir par­ti­ci­pé à ce pro­ces­sus vital du déve­lop­pe­ment de la science ne peut pas être regar­dé comme une action cou­pable. […] si nous regar­dons le déve­lop­pe­ment de la science comme un pro­ces­sus his­to­rique à l’échelle mon­diale, ta ques­tion évoque le vieux pro­blème concer­nant le rôle de l’individu dans l’histoire. Cer­tai­ne­ment, là aus­si, il faut admettre qu’au fond les indi­vi­dus sont dans une large mesure rem­pla­çables. Si Ein­stein n’avait pas décou­vert la théo­rie de la rela­ti­vi­té, elle aurait peut-être été plus tard for­mu­lée par d’autres, peut-être par Poin­ca­ré ou par Lorentz. Si Hahn n’avait pas trou­vé la fis­sion de l’uranium, Fer­mi ou Joliot aurait peut-être décou­vert ce phé­no­mène quelques années plus tard. Je crois qu’on ne dimi­nue pas les grandes per­for­mances des indi­vi­dus en fai­sant une consta­ta­tion sem­blable. Mais, dès lots, on ne peut pas attri­buer à l’individu qui accom­plit réel­le­ment le pas déci­sif une res­pon­sa­bi­li­té plus grande, en ce qui concerne les consé­quences de sa décou­verte, qu’à tous les autres qui, peut-être, auraient pu aus­si bien faire ce pas. »

L’absurdité et l’immoralité de ce rai­son­ne­ment, sorte de défausse sur l’autel du des­tin, de démis­sion face à une puis­sance per­çue comme sur­na­tu­relle, sur­hu­maine, qui ne consti­tue pour­tant que la somme de telles démis­sions humaines devant l’ordre qu’im­posent cer­tains êtres humains, devraient sau­ter aux yeux. Le « pro­ces­sus » dont parle Hei­sen­berg — l’expansion de la civi­li­sa­tion tech­no­lo­gique — n’a pas « depuis long­temps échap­pé à tout contrôle des forces humaines ». Une telle idée revient à l’imaginer ani­mé d’une volon­té propre, à lui confé­rer une vie propre, occulte et nie ce fait pour­tant évident qu’il découle de volon­tés spé­ci­fiques d’êtres humains spé­ci­fiques. Non, ce « pro­ces­sus », la majo­ri­té des êtres humains ont depuis long­temps renon­cé à le contrô­ler, y renoncent encore, choi­sissent plu­tôt de se sou­mettre aux dyna­miques exis­tantes, de ne pas s’opposer à la fuite en avant chao­ti­que­ment orches­trée par les gou­ver­nants, chefs d’État et grands patrons. Il n’a rien d’inéluctable, de surnaturel.

Ber­nard Char­bon­neau notait que « c’est sous la forme de la démis­sion que se mani­feste la vie poli­tique : démis­sion du peuple entre les mains de ses repré­sen­tants, démis­sion de la majo­ri­té par­le­men­taire entre les mains de son gou­ver­ne­ment, démis­sion des hommes de gou­ver­ne­ment devant la néces­si­té poli­tique incar­née par les grands com­mis de l’administration » (L’État). « L’État tota­li­taire n’est pas autre chose qu’une concré­ti­sa­tion de la démis­sion totale de l’homme. » Son ami Jacques Ellul remar­quait pareille­ment : « L’État s’est déve­lop­pé par soi exac­te­ment dans la mesure où l’homme a cédé, bien plus : a dési­ré qu’il en soit ain­si. La force des choses fonc­tionne, aveugle, dans l’exacte mesure où l’homme démissionne. »

À pro­pos du bom­bar­de­ment ato­mique du Japon, Char­bon­neau observait :

« Si les Japo­nais n’ont pas bom­bar­dé les villes des États-Unis, c’est faute de moyens et si les États-Unis ont lan­cé la bombe sur Hiro­shi­ma, c’est bien pour l’avoir inven­tée. Pour don­ner tout sens à la machine la plus ter­rible de la guerre, il fal­lait qu’elle fût conçue par les poli­ti­ciens et les savants d’une nation dite chré­tienne. Il fal­lait qu’elle fût lan­cée au nom du bon­heur des hommes. Il n’y a pas de Japo­nais, il n’y a pas d’Américains, il y a la bombe, il y a la guerre et ses moyens de plus en plus per­fec­tion­nés. Le peuple qui les accepte n’est plus qu’un ins­tru­ment et l’homme le rouage de la machine à faire le mal. À qui la faute ? Au pilote de l’avion ? Il n’a pas lan­cé la bombe. Au bom­bar­dier ? C’est le pilote qui l’avait mené. Au géné­ral ? Il ne fai­sait qu’exécuter un ordre supé­rieur et jus­te­ment ce jour-là, il était malade : c’est un sous-ordre qui … Au pré­sident Tru­man ? C’était Roo­se­velt qui avait mis les choses en train, et il était bien obli­gé d’agir puisqu’il était dans les inten­tions d’Hitler… Aux ouvriers ? Là aus­si le tra­vail était trop divi­sé et ils igno­raient qu’ils fabri­quaient la bombe. La chose s’est faite auto­ma­ti­que­ment. Qui peut-on qua­li­fier de res­pon­sable ? Tous ceux qui n’ont pas vou­lu deve­nir responsables. »

Que cha­cun soit tenu res­pon­sable des actes qu’il a entre­pris, qu’il entre­prend, qu’il ordonne. Ce fai­sant, la res­pon­sa­bi­li­té écra­sante de cer­tains — pré­si­dents, chefs d’État, gou­ver­nants divers et variés, diri­geants d’entreprises — dans le pré­sent désastre appa­rai­trait net­te­ment. Char­bon­neau ajoutait :

« Il nous faut reprendre la maî­trise de nos moyens. Si nous ne rédui­sons pas le pro­grès tech­nique au rang d’instrument, et c’est cela la signi­fi­ca­tion de la bombe ato­mique, nous péri­rons broyés par les forces que nous aurons déchaî­nées. […] Nous devons réap­prendre à consi­dé­rer les tech­niques (et même la poli­tique, cette tech­nique) comme des moyens. Non pas contre l’État, contre la Machine, car ce serait leur recon­naître une divi­ni­té dia­bo­lique que les choses mortes n’ont point, mais contre l’attitude humaine qui les accepte comme un don­né incon­trô­lable, comme la struc­ture et le sens de la vie, contre ceux qui confondent l’accroissement de puis­sance qu’elles nous accordent et le per­fec­tion­ne­ment humain. »

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
2
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Sauver des vies ? Pour quoi faire ? (par Nicolas Casaux)

Depuis qu’elle est obsédée par la reproduction de son cheptel humain, de multiplier ses « ressources humaines », la civilisation dégrade inversement le monde naturel. Cependant, elle n’a que faire d’imposer à ses sujets des conditions de vie exécrables, des vies misérables, indignes. [...]
Lire

Les seigneurs de la mer & Revolution (Merci à Rob Stewart)

Le 3 février 2017, le corps du biologiste et vidéaste écologiste Rob Stewart a été retrouvé au fond de la mer, au large de la Floride, où il était allé plonger, après 72 heures de recherches intensives par bateaux, drones et hélicoptères. Parce que son travail importe énormément, bien que nous ne partagions pas certaines de ses considérations et préconisations, nous republions ici ses deux premiers films, en VO sous-titrées, en attendant et en espérant que le troisième soit finalisé et diffusé.