Les « garçons manqués » sont des filles réussies, nul besoin de les médicaliser (par Colin Wright)

Tra­duc­tion d’un article de Colin Wright (bio­lo­giste de l’é­vo­lu­tion états-unien) paru le 22 sep­tembre 2022 à l’adresse sui­vante.


Le chan­ge­ment ter­mi­no­lo­gique à l’o­ri­gine de la pres­sion pour « trai­ter » la non-confor­mi­té au rôle socio-sexuel par la chi­rur­gie ou les hormones.

Le nombre de jeunes Amé­ri­cains qui se décrivent comme « trans­genres » a explo­sé au cours de la der­nière décen­nie. Il s’est vu mul­ti­plié par un fac­teur de 20 à 40, selon les don­nées d’o­rien­ta­tion des cli­niques spé­cia­li­sées dans les ques­tions de genre et un récent rap­port du Williams Ins­ti­tute basé sur les enquêtes des Cen­ters for Disease Control and Pre­ven­tion (les « Centres pour le contrôle et la pré­ven­tion des mala­dies », qui forment ensemble la prin­ci­pale agence fédé­rale des États-Unis en matière de pro­tec­tion de la san­té publique, NdT). Pour­quoi ? Jody Her­man, auteur du rap­port, qua­li­fie cette ques­tion de « décon­cer­tante ». Eri­ca Ander­son, psy­cho­logue cli­ni­cienne, a affir­mé sur Twit­ter que cette aug­men­ta­tion « défie toute expli­ca­tion. […] Il se passe quelque chose que nous ne com­pre­nons pas encore. »

Les deux prin­ci­pales expli­ca­tions avan­cées sont une plus grande accep­ta­tion et une conta­gion sociales. Les deux sont pro­ba­ble­ment des fac­teurs contri­bu­tifs, mais je pense que la rai­son prin­ci­pale est plus simple. Elle se résume à un chan­ge­ment de terminologie.

Jus­qu’à récem­ment, le terme « trans­sexuel » fai­sait réfé­rence aux per­sonnes qui s’identifient au sexe oppo­sé, qui ont un désir d’être du sexe oppo­sé ou même un diag­nos­tic de dys­pho­rie de genre. Le terme « trans­genre », désor­mais pri­vi­lé­gié, est beau­coup plus large. Il englobe la simple non-confor­mi­té aux rôles socio-sexuels tra­di­tion­nels rigides (c’est-à-dire la non-confor­mi­té à la mas­cu­li­ni­té pour les garçons/hommes et à la fémi­ni­té pour les filles/femmes ; en fran­çais, on parle désor­mais de « variance de genre » ou de « non-confor­mi­té de genre » (NdT)). Si vous êtes un « gar­çon man­qué » ou un (vrai) gar­çon effé­mi­né — si votre expres­sion ou votre com­por­te­ment dif­fère de ce qui est « typi­que­ment asso­cié » à votre sexe sur la base des « attentes tra­di­tion­nelles » — vous êtes trans­genre. Pas éton­nant que tant de jeunes s’imaginent avoir besoin d’une aide médi­cale afin de « cor­ri­ger » leur sexe.

Cette idée est pro­pa­gée par d’im­por­tantes orga­ni­sa­tions scien­ti­fiques et médicales :

  • Le plan­ning fami­lial [Plan­ned Paren­thood, l’équivalent états-unien du plan­ning fami­lial, NdT], qui four­nit des ser­vices aux patients trans­genres dans tous ses éta­blis­se­ments, se décri­vait lui-même en 2020 comme le « deuxième plus impor­tant four­nis­seur amé­ri­cain de soins hor­mo­naux d’af­fir­ma­tion du genre ». Son site web défi­nit le « genre » comme « un sta­tut social et juri­dique, et un ensemble d’at­tentes de la socié­té, concer­nant les com­por­te­ments, les carac­té­ris­tiques et les pen­sées » et affirme qu’« il s’a­git plu­tôt de la façon dont on attend de vous que vous agis­siez, en rai­son de votre sexe ». La « bina­ri­té de genre » est défi­nie comme « l’i­dée selon laquelle le genre est stric­te­ment une option de type mâle/homme/masculin ou femelle/femme/féminin basée sur le sexe assi­gné à la nais­sance », et la « non-bina­ri­té » comme un « rejet de l’hy­po­thèse de la bina­ri­té de genre selon laquelle que le genre est stric­te­ment une option de type mâle/homme/masculin ou femelle/femme/féminin basée sur le sexe assi­gné à la naissance ».
  • L’A­me­ri­can Psy­cho­lo­gi­cal Asso­cia­tion, qui éta­blit les normes de la pra­tique cli­nique aux États-Unis, défi­nit le terme « trans­genre » comme « un terme géné­rique pour les per­sonnes dont l’i­den­ti­té de genre, l’ex­pres­sion de genre ou le com­por­te­ment n’est pas conforme à ce qui est typi­que­ment asso­cié au sexe qui leur a été assi­gné à la nais­sance ». L’En­do­crine Socie­ty, la plus ancienne et la plus vaste orga­ni­sa­tion au monde dédiée à la pra­tique et à la recherche en méde­cine hor­mo­nale, uti­lise un lan­gage presque iden­tique. Même chose pour l’A­me­ri­can Psy­chia­tric Asso­cia­tion, dont la défi­ni­tion de l’« expres­sion de genre » est « la mani­fes­ta­tion exté­rieure du genre d’une per­sonne, qui peut ou non reflé­ter son iden­ti­té de genre inté­rieure en fonc­tion des attentes traditionnelles ».
  • Le CDC, qui pré­tend être « la prin­ci­pale orga­ni­sa­tion fon­dée sur la science et les don­nées, four­nis­sant des ser­vices et pro­té­geant la san­té publique », défi­nit le terme « trans­genre » comme « un terme géné­rique pour les per­sonnes dont l’i­den­ti­té ou l’ex­pres­sion de genre (mas­cu­lin, fémi­nin, autre) est dif­fé­rente de leur sexe (homme, femme) à la naissance ».

Les hôpi­taux ne font pas mys­tère de leur médi­ca­li­sa­tion de la non-confor­mi­té. Le Pro­gramme de san­té d’affirmation du genre de l’u­ni­ver­si­té de Cali­for­nie à San Fran­cis­co pro­pose des consi­dé­ra­tions rela­tives à la « tran­si­tion hor­mo­nale et chi­rur­gi­cale » pour « les per­sonnes qui ne vivent pas dans le cadre de la bina­ri­té de genre », ce qui com­prend, selon eux, les per­sonnes qui s’i­den­ti­fient comme « gen­der­queer, non-conformes de genre et de genre non-binaire ». L’hô­pi­tal pour enfants de Chi­ca­go affirme que ses patients com­prennent des « enfants expan­sifs de genre ou non conformes au genre », qu’il défi­nit comme « des enfants et des ado­les­cents qui pré­sentent un com­por­te­ment aty­pique du sexe qui leur a été attri­bué à la naissance ».

La pra­tique consis­tant à assi­mi­ler non-confor­mi­té aux rôles socio-sexuels et trans­gen­risme s’est déve­lop­pée pro­gres­si­ve­ment, par le biais d’un pro­ces­sus régle­men­taire com­pli­qué impli­quant des déci­sions de jus­tice et des direc­tives bureau­cra­tiques édic­tées sous l’influence de groupes de pres­sion mili­tant en faveur des « droits des trans ». Emprun­té au mou­ve­ment juri­dique des femmes, le concept de la non-confor­mi­té a été conçu au début des années 2000 et conso­li­dé pen­dant l’ère Oba­ma afin de per­mettre aux juges et aux bureau­crates de l’Of­fice fédé­ral des droits civils de contour­ner les pro­cé­dures d’é­la­bo­ra­tion des règles et de for­cer les écoles, sous peine de vio­ler le Titre IX, à s’en remettre à l’au­to-décla­ra­tion de genre de leurs élèves.

Nous devrions faire preuve de com­pas­sion et d’acceptation à l’égard des enfants non-conformes aux sté­réo­types socio-sexuels tra­di­tion­nels. L’i­déo­lo­gie trans­genre fait le contraire. Lors­qu’un enfant se déclare trans­genre, s’ensuit sou­vent une visite dans une cli­nique spé­cia­li­sée dans le genre, où un thé­ra­peute pra­ti­quant l’« affir­ma­tion de genre » pour­ra lui pres­crire des blo­queurs de puber­té, des hor­mones de l’autre sexe et même une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale afin de « répa­rer » ce déca­lage per­çu entre « l’i­den­ti­té de genre » (c’est-à-dire les rôles et sté­réo­types socio-sexuels conven­tion­nels, la mas­cu­li­ni­té ou la fémi­ni­té) et le sexe bio­lo­gique de l’enfant.

Sur le seul plan concep­tuel, il s’a­git d’une régres­sion extrême. Cela équi­vaut à reje­ter des décen­nies de tra­vail des mili­tantes pour les droits des femmes qui, à juste titre, ont com­bat­tu les idées sexistes et oppres­sives que consti­tuent les rôles socio-sexuels tra­di­tion­nels et se sont bat­tues afin de per­mettre aux indi­vi­dus qui ne s’y conforment pas de ne pas subir de stig­ma­ti­sa­tion sociale. Pres­crire des inter­ven­tions chi­rur­gi­cales et des médi­ca­ments aux effets irré­ver­sibles pour le corps à des enfants — pour la rai­son qu’ils ne s’y conforment pas — est un scan­dale médi­cal d’une ampleur effrayante.

Colin Wright


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

L’électrification ou l’expansion de la société industrielle de consommation : l’exemple de l’Afrique

Ce que nous essaierons de souligner dans le texte qui suit, c’est que l’électrification de l’Afrique découle directement de l’expansion et de l’ancrage du mode de vie, de penser et d’être, mais surtout d’avoir, profondément antiécologique et aliénant, de la culture occidentale dominante. [...]