Élection présidentielle 2017 : le naufrage continue (& non, Mélenchon ne diffère pas vraiment des autres)

« Je ne crains pas le suf­frage uni­ver­sel : les gens vote­ront comme on leur dira. »

— Alexis de Tocqueville

En mars (2017), Jean-Claude Michéa écri­vait que « C’est donc uni­que­ment la vic­toire inat­ten­due du that­ché­rien Fran­çois Fillon (vic­toire essen­tiel­le­ment due aux effets per­vers de ce nou­veau sys­tème des « pri­maires » impor­té de manière irré­flé­chie des États-Unis) qui a rapi­de­ment conduit cette frac­tion de l’élite diri­geante – et donc, à sa suite, la grande majo­ri­té du per­son­nel média­tique – à repor­ter, par défaut, tous ses espoirs sur cette can­di­da­ture d’Emmanuel Macron qui ne devait pour­tant être défi­ni­ti­ve­ment acti­vée, au départ, que quelques années plus tard et dans des condi­tions poli­tiques beau­coup plus pro­pices et mieux pré­pa­rées ».

La vic­toire d’Em­ma­nuel Macron, can­di­dat de l’é­lite finan­cière, des banques, et donc des médias, n’est pas une sur­prise, mais une nou­velle preuve de l’ef­fi­ca­ci­té de la pro­pa­gande, et de l’in­gé­nie­rie sociale. Dans un récent entre­tien pour le plus célèbre des quo­ti­diens de France, dont les pro­prié­taires (Niel, Ber­gé) sou­tiennent Macron, Julien Cou­pat et Mathieu Bur­nel rap­pe­laient, à pro­pos des élec­tions pré­si­den­tielles, qu’elles « n’ont jamais eu pour fonc­tion de per­mettre à cha­cun de s’ex­pri­mer poli­ti­que­ment, mais de renou­ve­ler l’adhé­sion de la popu­la­tion à l’ap­pa­reil de gou­ver­ne­ment, de la faire consen­tir à sa propre dépos­ses­sion. Elles ne sont plus désor­mais qu’un gigan­tesque méca­nisme de pro­cras­ti­na­tion. Elles nous évitent d’a­voir à pen­ser les moyens et les formes d’une révo­lu­tion depuis ce que nous sommes, depuis là où nous sommes, depuis là où nous avons prise sur le monde. S’a­joute à cela, comme à chaque pré­si­den­tielle dans ce pays, une sorte de résur­gence mala­dive du mythe natio­nal, d’au­tisme col­lec­tif qui se figure une France qui n’a jamais exis­té ».

Pas la peine de s’at­tar­der sur les Macron, Fillon, Le Pen, qui repré­sentent gros­siè­re­ment la droite, la frac­tion sociale des zom­bi­fiés, pour les­quels on ne peut plus grand-chose. Attar­dons-nous sur le cas de Jean-Luc Mélen­chon, parce qu’il incar­nait, lors de cette élec­tion, le prin­ci­pal can­di­dat de la gauche naïve, celle qui fan­tasme encore. De la gauche qui espère, qui croit tou­jours aux ins­ti­tu­tions éta­blies, qui pense qu’il est pos­sible de per­tur­ber les plans de la cor­po­ra­to­cra­tie mon­diale à l’aide de ce qu’elle per­çoit tou­jours et encore, à tort, comme un outil de contrôle popu­laire, tan­dis qu’en réa­li­té c’est elle que cet outil sert à contrô­ler. Le vote à l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, en tant qu’illu­sion de par­ti­ci­pa­tion et de déci­sion réelle de ceux qui votent vis-à-vis de la poli­tique du pays où ils vivent, en tant qu’a­li­bi faus­se­ment démo­cra­tique, garan­tit encore la paix sociale, et per­met aux véri­tables diri­geants de nos socié­tés indus­trielles de conti­nuer à manœu­vrer comme bon leur semble.

Dans leur entre­tien pour Le Monde, Julien Cou­pat et Mathieu Bur­nel ajou­taient, à pro­pos du can­di­dat des « insou­mis », que : « Jean-Luc Mélen­chon n’est rien, ayant tout été, y com­pris lam­ber­tiste. Il n’est que la sur­face de pro­jec­tion d’une cer­taine impuis­sance de gauche face au cours du monde. Le phé­no­mène Mélen­chon relève d’un accès de cré­du­li­té déses­pé­ré. Nous avons les expé­riences de Syri­za en Grèce ou d’A­da Colau à la mai­rie de Bar­ce­lone pour savoir que la « gauche radi­cale «, une fois ins­tal­lée au pou­voir, ne peut rien. Il n’y a pas de révo­lu­tion qui puisse être impul­sée depuis le som­met de l’É­tat. Moins encore dans cette époque, où les États sont sub­mer­gés, que dans aucune autre avant nous. Tous les espoirs pla­cés en Mélen­chon ont voca­tion à être déçus. […] La viru­lence même des mélen­cho­nistes atteste suf­fi­sam­ment de leur besoin de se convaincre de ce qu’ils savent être un men­songe. On ne cherche tant à conver­tir qu’à ce à quoi l’on n’est pas sûr de croire ».

Mais la gauche qui vote Mélen­chon n’est pas sim­ple­ment naïve parce qu’elle croit encore au vote. Le fait qu’elle croie au vote n’est que la par­tie émer­gée de l’i­ce­berg des fan­tasmes aux­quels elle adhère encore — à l’ins­tar du reste de l’é­lec­to­rat —, impli­ci­te­ment et insi­dieu­se­ment col­por­tés par la culture domi­nante, qui en pétrit chaque enfant depuis l’é­cole primaire.

Une bonne par­tie de la gauche qui vote Mélen­chon croit, comme lui, encore dur comme fer au « pro­grès », au bien-fon­dé du délire tech­no­lo­gique et expan­sion­niste de nos socié­tés indus­trielles. Mélen­chon, rap­pe­lons-le, sou­haite que l’in­dus­trie du jeu vidéo « devienne une indus­trie de pointe de la patrie », il sou­tient cette catas­trophe pro­gram­mée qu’est l’école numé­rique (« Il faut que nos jeunes à l’école apprennent le voca­bu­laire de la tech­nique du numé­rique comme on a appris la gram­maire hier, parce que c’est la langue de demain. Il faut qu’ils apprennent les tech­niques qui per­mettent au numé­rique de fonc­tion­ner »), il célèbre la conquête spa­tiale (« si nous vou­lons conti­nuer à occu­per les orbites basses autour de la Terre… ») et son « éco­no­mie de l’espace », et se féli­cite du fait que la France pos­sède le deuxième ter­ri­toire mari­time du monde (« Nous avons de l’or bleu entre les mains »), par lequel sera pos­sible « l’ex­pan­sion des Fran­çais », puisque « nous pour­rons être les pre­miers, par notre science, notre tech­nique à la fois » à décou­vrir, à « mettre au point les machines qui pro­duisent de l’énergie grâce au mou­ve­ment de la mer, qui est gra­tuit et infi­ni aus­si long­temps que la lune sera là ». Le plus insen­sé et le plus ridi­cule, c’est qu’ain­si Mélen­chon se per­met, en plus de pro­mou­voir un indus­tria­lisme vert oxy­mo­rique, et afin de sur­fer sur la nou­velle vague des pré­oc­cu­pa­tions éco­lo­giques désor­mais offi­cielles, d’as­so­cier l’i­dée de « décrois­sance » avec des vel­léi­tés expan­sion­nistes et développementistes.

Les pro­messes de Mélen­chon d’un ave­nir éco­lo­gique ET indus­triel, hau­te­ment tech­no­lo­gique ET démo­cra­tique, sont à rap­pro­cher de celles d’Al Gore, ou encore de la pro­pa­gande que l’on retrouve dans le der­nier film docu­men­taire de Leo­nar­do DiCa­prio (« Avant le déluge »). Tous sont les fer­vents pro­mo­teurs d’un concept absurde, celui du « déve­lop­pe­ment durable »  — rebap­ti­sé « règle verte » dans le camp de Mélen­chon, par sou­ci d’o­ri­gi­na­li­té — dont on sait depuis déjà 40 ans qu’il n’est qu’une mas­ca­rade rhé­to­rique per­met­tant à la socié­té indus­trielle de jus­ti­fier sa fuite en avant, à l’aide d’une garan­tie selon laquelle ça ira mieux demain (grâce au pro­grès tech­no­lo­gique, à la science, grâce aux éoliennes, aux hydro­liennes, aux pan­neaux solaires, aux inci­né­ra­teurs de bio­masse — qui sont éton­nam­ment moins mis en avant, bien que consti­tuant la pre­mière source d’éner­gie renou­ve­lable en Europe —, aux voi­tures élec­triques, et aux ampoules basse consommation).

Des fou­taises, bien évi­dem­ment. Il y a plus d’un siècle, des dis­cours simi­laires étaient déjà tenus, qui pro­met­taient les mêmes stu­pi­di­tés — qui van­taient pareille­ment les mérites de l’in­no­va­tion tech­no­lo­gique, des machines, et du pro­grès, pré­sen­té comme le salut de l’hu­ma­ni­té —, dont on a pu, ou dont on aurait dû, depuis long­temps, consta­ter qu’elles n’é­taient que men­songes. Yves Guyot, jour­na­liste, éco­no­miste et par­ti­san du libre-échange, en 1867 : « L’invention détrui­ra l’ef­fort et don­ne­ra la satis­fac­tion ; les inté­rêts oppo­sés devien­dront har­mo­niques ; à l’u­ti­li­té oné­reuse suc­cé­de­ra l’u­ti­li­té gra­tuite. C’est la machine qui a détruit l’es­cla­vage ; ce sera elle qui détrui­ra le pro­lé­ta­riat. Là est la loi du pro­grès ». 150 ans après, le fan­tôme de Pep­per de Mélen­chon (le soi-disant holo­gramme qui n’en est pas un) pro­fère tou­jours les mêmes bali­vernes. Et pour­tant, 150 ans après, l’é­tat de la pla­nète, pire que jamais, ne cesse d’empirer, à l’i­mage des inéga­li­tés sociales. D’ailleurs, les cam­pagnes élec­to­rales vir­tuelles à coups « d’hologrammes », de vidéos You­Tube et de Tweets en masse feraient presque oublier les impacts éco­lo­giques désas­treux des « nou­velles tech­no­lo­gies » et l’exploitation de dizaines de mil­lions de pro­lé­taires chi­noises qui pour­raient vous en dire un bout sur la soi-disant « nou­velle éco­no­mie imma­té­rielle ».

Il n’est pas pos­sible de tout avoir. Le « déve­lop­pe­ment durable » détruit la pla­nète aus­si sûre­ment que le déve­lop­pe­ment tout court. Les seuls « pro­grès » obser­vables sont ceux de l’a­lié­na­tion du monde natu­rel et de sa dégra­da­tion, tou­jours plus pous­sés, ain­si que de la dépen­dance tou­jours accrue à la machine indus­trielle et à ses infra­struc­tures. Non, il n’est pas pos­sible d’al­lier indus­tria­lisme et éco­lo­gie, pas plus qu’une socié­té qui dépasse une cer­taine taille, humaine, et donc rela­ti­ve­ment petite, ne peut être démocratique.

Les élec­tions pré­si­den­tielles de 2017 nous rap­pellent sim­ple­ment ce qu’on savait déjà, à savoir que l’im­mense majo­ri­té des Fran­çais — les mélen­cho­nistes, comme les autres — demeure hyp­no­ti­sée par les illu­sions pro­gres­sistes d’une civi­li­sa­tion des­truc­trice (et sui­ci­daire) mon­dia­li­sée, qui « n’est plus qu’un véhi­cule gigan­tesque, lan­cé sur une voie à sens unique, à une vitesse sans cesse accé­lé­rée. Ce véhi­cule ne pos­sède mal­heu­reu­se­ment ni volant, ni frein, et le conduc­teur n’a d’autres res­sources que d’appuyer sans cesse sur la pédale d’accélération, tan­dis que, gri­sé par la vitesse et fas­ci­né par la machine, il a tota­le­ment oublié quel peut être le but du voyage », pour reprendre Lewis Mum­ford. Et effec­ti­ve­ment, depuis la pers­pec­tive anti-indus­trielle, anti-civi­li­sa­tion, qui est là nôtre, et pour para­phra­ser Mum­ford, nous nous trou­vons face à un lévia­than-machine en expan­sion conti­nue depuis des siècles, enser­rant désor­mais la pla­nète entière de ses ten­ta­cules cor­ro­sives, n’ayant aucu­ne­ment (ou si peu) conscience de son carac­tère des­truc­teur, inca­pable de chan­ger de tra­jec­toire, et même de frei­ner. Mum­ford encore : « Assez curieu­se­ment on appelle pro­grès, liber­té, vic­toire de l’homme sur la nature, cette sou­mis­sion totale et sans espoir de l’humanité aux rouages éco­no­miques et tech­niques dont elle s’est dotée ».

Bien sûr, la réa­li­sa­tion de ce que toutes ces pré­ten­tions de pro­grès et ces pro­messes d’embellies sont autant de men­songes et d’illu­sions est par­ti­cu­liè­re­ment déran­geante. Ce qu’elle implique requiert infi­ni­ment plus que de simples ajus­te­ments tech­niques, que de simples réformes sociales. Elle nous enseigne que la majeure par­tie de l’hu­ma­ni­té fait fausse route depuis un cer­tain temps. Il y a plus de 120 ans, Gus­tave Le Bon consta­tait déjà luci­de­ment, dans son livre « La psy­cho­lo­gie des foules », que

« Depuis l’aurore des civi­li­sa­tions les foules ont tou­jours subi l’influence des illu­sions. C’est aux créa­teurs d’illusions qu’elles ont éle­vé le plus de temples, de sta­tues et d’autels. Illu­sions reli­gieuses jadis, illu­sions phi­lo­so­phiques et sociales aujourd’hui, on retrouve tou­jours ces for­mi­dables sou­ve­raines à la tête de toutes les civi­li­sa­tions qui ont suc­ces­si­ve­ment fleu­ri sur notre pla­nète. C’est en leur nom que se sont édi­fiés les temples de la Chal­dée et de l’Égypte, les édi­fices reli­gieux du moyen âge, que l’Europe entière a été bou­le­ver­sée il y a un siècle, et il n’est pas une seule de nos concep­tions artis­tiques, poli­tiques ou sociales qui ne porte leur puis­sante empreinte. […] L’illusion sociale règne aujourd’hui sur toutes les ruines amon­ce­lées du pas­sé, et l’avenir lui appar­tient. Les foules n’ont jamais eu soif de véri­tés. Devant les évi­dences qui leur déplaisent, elles se détournent, pré­fé­rant déi­fier l’erreur, si l’erreur les séduit. Qui sait les illu­sion­ner est aisé­ment leur maître ; qui tente de les dés­illu­sion­ner est tou­jours leur victime. »

La civi­li­sa­tion (indus­trielle) est inca­pable de se cor­ri­ger. Elle ne chan­ge­ra pas, d’elle-même, de tra­jec­toire. Elle ne ces­se­ra de nuire qu’une fois entiè­re­ment effon­drée. Et cela dépend de nous, et de vous.

Nico

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
16 comments
  1. Bon, c’est bien tout ça, je suis d’ac­cord avec votre ana­lyse. Mais concrè­te­ment aucun par­ti poli­tique ne vien­dra la sou­te­nir, aucun ne pré­vien­dra les catas­trophe à venir, aucun n’ap­por­te­ra les chan­ge­ments civi­li­sa­tion­nels néces­saires. Alors, en atten­dant que l’ef­fon­dre­ment vienne nous for­cer la main, vaut il mieux vivre avec Mélen­chon ou avec Macron/Fillon/LePen ? Je pense qu’a­vec le pre­mier, la falaise d’où nous tom­be­rons sera un peu moins haute, nous serons un poil mieux préparés.

    1. Eh bien, si vous pen­sez qu’a­vec Mélen­chon, « la falaise d’où nous tom­be­rons sera un peu moins haute, nous serons un poil mieux pré­pa­rés », alors vous n’êtes pas d’ac­cord avec notre ana­lyse. On s’é­chine à faire remar­quer que son pro­gramme vise aus­si à conti­nuer tout ce qui pose pro­blème, avez-vous remarqué ?

      1. Article très inté­res­sant mais pas vrai­ment agréable, du moins en ce qui me concerne. Il n’est pas agréable car il me pro­jette inévi­ta­ble­ment dans une zone d’inconfort(matériel et imma­té­riel). Le fait d’i­ma­gi­ner une socié­té dés­in­dus­tria­li­sée vient en confron­ta­tion directe de l’i­dée qu’on nous met dans la crane depuis la nais­sance qui est que notre confort actuel est dut aux inno­va­tions tech­no­lo­giques qui sont elles-mêmes dépen­dantes des inno­va­tions tech­no­lo­giques pas­sées et pro­duites à grande échelle afin de les ren­ta­bi­li­ser. Donc il me semble que si l’on arrête l’in­dus­trie, on arrête le pro­grès et de fac­to on réduit le confort et son acces­si­bi­li­té aux plus grand nombre, ce qui n’en­ga­ge­ra pro­ba­ble­ment pas grand monde vers une réflexion en ce sens. Je suis en train de me rendre compte que j’ai beau­coup de mal à ima­gi­ner une socié­té ne fonc­tion­nant pas sur un modèle indus­triel, on peut dire qu’ils ont bien fait le boulot.

  2. Au moins, avec le pire du pire, on aura peut-être moins à attendre.
    Un « grand soir », ça peut être tel­le­ment pénible avant une douce et tendre nuit. La drogue extrème ou l’ex­trème drogue, depuis quelques années d’é­chan­tillons gra­tuits, y a que ça de vrai : on sait ou on va, pas de suprises, ça cogne (et ce sera de la salu­bri­té) ou ça nous lais­se­ra tou­jours du temps et de l’éner­gie pour nous pré­pa­rer au déclin.
    😉

  3. Vos articles sont inté­res­sants et défendent un point de vue aty­pique et radi­cal. Je ne vais pas défendre Mélen­chon ici, votre cri­tique est juste.

    Cepen­dant, n’est-ce pas un peu caté­go­rique de dis­qua­li­fier toute socié­té indus­trielle ? Soyons clairs, la socié­té indus­trielle dans laquelle nous vivons nous mène tout droit à l’a­bîme comme en témoignent toutes les catas­trophes éco­lo­giques en cours, je ne conteste pas ce point évidemment.

    Mais n’est-il pas pos­sible d’i­ma­gi­ner une socié­té indus­trielle rai­son­née, je veux dire débar­ras­sée de la pul­sion consu­mé­riste propre au capi­ta­lisme ? Admet­tons que l’on mette en place une telle socié­té hors du cadre capi­ta­liste, il serait tout de même bien­ve­nu de dis­po­ser d’une indus­trie (locale et à petite échelle) pour par exemple assem­bler des vélos ? Fabri­quer des verres ?

    1. Oui. Mais, dans ce cas, vous redon­nez à « indus­trie » son sens ancien, qui se rap­proche de l’ar­ti­sa­nat. Ce qui est com­plè­te­ment pas­sé sous silence aujourd’­hui, dans le mains­tream, et dans les dis­cus­sions sur la démo­cra­tie (et sur l’é­co­lo­gie) c’est la cri­tique de la tech­nique. Une socié­té « high-tech » démo­cra­tique, très fran­che­ment, par défi­ni­tion, par essence, c’est très dif­fi­ci­le­ment conce­vable. Impos­sible. Une contra­dic­tion dans les termes. Les hautes tech­no­lo­gies requièrent une spé­cia­li­sa­tion pous­sée, une hié­rar­chie sociale impor­tante, etc. Donc, pour en reve­nir à l’i­dée d’une petite indus­trie, locale et à petite échelle, oui, et donc low-tech. Et donc appe­lons-la arti­sa­nat pour faire la dis­tinc­tion d’a­vec le sens moderne d’in­dus­trie (qui sous-entend et implique grande échelle, spé­cia­li­sa­tion, divi­sion, etc.).

      1. Oui, une indus­trie « low-tech » qu’on appel­le­rait alors arti­sa­nat est une vision convain­cante. Effec­ti­ve­ment, la cri­tique de la tech­nique, pour­tant fon­da­men­tale lors­qu’on parle d’é­co­lo­gie est la grande absente des débats.

        Je éga­le­ment suis d’ac­cord pour dire qu’une socié­té « High-tech » est for­cé­ment inéga­li­taire du fait des spé­cia­li­sa­tions pous­sées qu’elle implique. Pour autant, elle ne serait pas for­cé­ment anti­dé­mo­cra­tique il me semble : on pour­rait ima­gi­ner des col­lec­tifs de pro­duc­tions où cha­cun effec­tue une tâche spé­cia­li­sé avec un salaire dif­fé­rent tout en dis­po­sant d’un doit de regard / vote sur toutes les déci­sions stra­té­giques ou éco­no­mique à prendre. Je ne dis pas que ce soit sou­hai­table, je pré­fère sans hési­ta­tion l’i­dée d’une socié­té « low-tech », c’est juste une remarque.

  4. En tous points d’accord avec votre ana­lyse. Le 26 avril der­nier, j’envoyais ce texte en com­men­taire sur le site de Fabrice Nico­li­no, Pla­nète sans visa :

    Le grand vain­queur de ces élec­tions porte un nom : l’illusion. Il faut croire qu’elle est tenace. Nous nous y accro­chons comme le nau­fra­gé se tient à l’ancre de son navire en per­di­tion, et finit par être empor­té avec elle dans le fond des abîmes.
    Cette fois, ça va chan­ger, une nou­velle tête à l’Elysée et vous allez voir, en atten­dant, place au spec­tacle, diver­tis­se­ment garan­ti, esclandres et sus­penses assu­rés, le meilleur en boucle, en holo­grammes autant de fois qu’il est possible.
    On pour­rait en rire, d’ailleurs cela arrive, même si ce rire étrangle, parce que très vite, la catas­trophe revient han­ter la conscience, parce que ce qui se dit est d’une telle insi­gni­fiance face aux enjeux, que la sidé­ra­tion laisse sans voix – et, pour ma part, sans voix à don­ner à auncun(e) prétendant(e) au pou­voir d’Etat.
    Dans ces débats tron­qués, ce qui fait de nous des vivants sur une terre habi­table, devient acces­soire. La beau­té, les êtres sen­sibles, le miracle qu’est la vie, plus rien n’a vrai­ment d’importance. Prio­ri­té à la relance, à la science et à la tech­nique, aux inno­va­tions numé­riques, à l’industrialisation du monde, à sa mar­chan­di­sa­tion, à la crois­sance, à la conquête de nou­veaux espaces : le ciel, la mer, la réa­li­té et l’humanité aug­men­tées… Le trans­hu­ma­nisme rebap­ti­sé « L’humain d’abord » par cer­tains, il fal­lait oser !
    Sur­tout, ne jamais par­ler de limites. Ne pas mettre en ques­tion notre mode de vie. Il n’est pas négo­ciable. Mais pas d’inquiétude, le grand défi éco­lo­gique sera rele­vé, grâce à la tran­si­tion, la pla­ni­fi­ca­tion, peu importe le nom qu’on lui donne. Il sera rem­por­té grâce à ce qui, pré­ci­sé­ment, détruit le monde : l’imaginaire pro­mé­théen, la fuite en avant tech­no­lo­gique, indus­trielle, consu­mé­riste, tech­no­cra­tique… On peut tou­jours appe­ler à la res­cousse les éner­gies dites renou­ve­lables pour assou­vir cette crois­sance sans limite et se payer une image d’écolo. C’est vrai­ment se payer la tête du monde, pour res­ter poli. Le numé­rique, pour ne prendre que cet exemple, demande des terres rares qui fini­ront par man­quer. Sans par­ler des res­sources éner­gé­tiques expo­nen­tielles consom­mées par ces tech­no­lo­gies, des déchets toxiques, des mines empoi­son­nant les sols et les nappes, des ondes nocives, des esclaves des bagnes indus­triels, des maté­riaux néces­saires à la fabri­ca­tion des éoliennes, des pan­neaux photovoltaïques…
    A ce stade, ce n’est plus de la contra­dic­tion, mais de la schi­zo­phré­nie. Le déni est en passe de deve­nir de la forclusion.
    Non seule­ment, l’impuissance du poli­tique est deve­nue mas­sive, mais en plus, aux maux qui rongent nos socié­tés, il en ajoute un autre : le leurre. Les élec­tions ne sont rien d’autre qu’un jeu de dupes, un troc tacite : notre consen­te­ment contre une dose d’illusions.
    En ce sens, le poli­tique ne fait guère que suivre – tout en la pré­cé­dant aus­si, hélas – la grande masse que nous sommes, et qui n’a pas vrai­ment envie de prendre la mesure du désastre, et encore moins des chan­ge­ments qui nous incombent pour y faire face. Autant délé­guer à d’autres le soin de faire – ou plu­tôt de ne pas faire – à notre place et, quand l’heure du désen­chan­te­ment aura son­né, les rem­pla­cer par de nou­veaux illu­sion­nistes. Et comme il faut don­ner envie d’y croire, le spec­tacle de cirque nous sera offert, dis­si­mu­lant bien mal les batailles d’égos, les cal­culs misé­rables, les enjeux futiles. Et, s’il le faut, nous faire peur, pour mieux nous faire adhé­rer et pour faire diversion.
    Pen­dant ce temps, le sac­cage en règle peut conti­nuer, les espèces peuvent s’éteindre une à une, les plus pauvres suc­com­ber la faim au ventre, le chaos cli­ma­tique rendre inha­bi­table des régions entières, l’eau des rivières et de la mer mou­rir tout comme les terres agricoles.
    Je sens venir la ques­tion : Et toi, tu pro­poses quoi ? Concrè­te­ment ? Quelles mesures, quels moyens, quelles échéances ?
    Je n’ai pas de pro­gramme, et encore moins de grou­pies et d’hologramme. Je n’ai qu’une modeste intui­tion. Ce qui nous incombe, c’est de reprendre pos­ses­sion de nos ima­gi­naires, sans cal­culs, sans attente. La bataille à mener est avant tout celle des idées et de la langue. D’elle seule pour­ra venir un sou­lè­ve­ment des cœurs et des actes en conscience. Nous avons à conqué­rir quelque chose de beau­coup plus vaste que l’espace, les océans ou la tech­no­lo­gie : l’autonomie de notre pen­sée, de nos savoirs et de nos vies.

    1. Bon­soir votre ana­lyse est très inté­res­sante ! Avez-vous un blog ou un compte facebook ?
      Bien amicalement
      Fran­çoise conda­min lhermet

      1. Fran­çoise,
        Mer­ci pour votre mot.
        Je n’ai ni blog, ni compte Face­book, ni smart­phone… J’entretiens avec la tech­no­lo­gie un rap­port liti­gieux. J’essaie de m’en pas­ser, sans y par­ve­nir entiè­re­ment. Je sais pour­tant les des­truc­tions mas­sives aux­quelles elle par­ti­cipe, ain­si que les dépen­dances qu’elle entre­tient. J’ai pas­sé l’âge de la tenir pour neutre. Elle s’insère dans un sys­tème tech­ni­cien nui­sible à mes yeux, quels que soient nos « bons usages » insé­pa­rables du pire. Mais bon, c’est un sujet qui méri­te­rait de nom­breux déve­lop­pe­ments dont ce site s’est lar­ge­ment fait l’écho, du reste.
        Bien à vous.

        1. Si je puis me per­mettre, s’en pas­ser, à part être très fier de soi, ça apporte moins que l’u­ti­li­ser à des fins mili­tantes. L’in­jonc­tion de l’er­mite qui doit être pur et ne pas uti­li­ser les hautes tech­no­lo­gies pour légi­ti­me­ment les cri­ti­quer est une absur­di­té enfan­tine. Et impos­sible. J’aime beau­coup les quelques textes de votre plume que j’ai lus sur le site de Nico­li­no. Continuez.

  5. Je suis d’ac­cord avec vous mais il y a tout de même une chose posi­tive dans le pro­gramme de Mélen­chon c’est la conver­sion de l’a­gri­cul­ture pour une agri­cul­ture bio­lo­gique locale . L’a­gri­cul­ture et l’in­dus­trie agroa­li­men­taire repré­sentent une tres grande part des émis­sions de CO2 , et man­ger est tout de même notre besoins de base . Si on reve­nait à une agri­cul­ture pay­sanne bio , on aurait déjà bien pro­gres­sé . Pour l’in­dus­trie , il me semble que le manque de pétrole pro­vo­que­ra la fin de l’in­dus­trie telle que nous la connais­sons . La fin du pétrole pro­vo­que­ra aus­si la fin des engrais chi­miques et pes­ti­cides et il faut s’y pré­pa­rer long­temps avant .

  6. Natha­lie Peters, le mieux est l’en­ne­mi du bien. C’est l’a­gri­cul­ture bio et locales des âges pas­sés qui nous a fait défo­res­ter 80% de la France. Ne pas remettre en ques­tion l’a­gri­cul­ture toute entière, c’est ne pas affron­ter le fait qu’elle est un modèle sui­ci­daire (qui a d’ailleurs pous­sé plu­sieurs civi­li­sa­tions à dis­pa­raitre) : un groupe vivant d’a­gri­cul­ture a un taux de nata­li­té éle­vé, ce qui induit que tôt ou tard, il fera face à deux pro­blèmes : des famines et une expan­sion néces­saire de son ter­ri­toire pour nour­rir toutes les bouches, ce qui ne fera que repous­ser et aggra­ver le pro­blème, sans comp­ter la des­truc­tion des ter­ri­toires sau­vages que ça induit.

  7. L’ar­ticle ain­si que les com­men­taires sont des plus inté­res­sants… mais, abou­tissent à une impasse. Cha­cun prend le pro­blème selon ses propres sen­si­bi­li­tés, c’est nor­mal et il en est tjr ain­si : l’un expli­cite très bien l’in­sen­sé de nos « pro­grès » divers qui n’ont fait que nous ame­ner à un monde deve­nu invi­vable ; l’autre nous explique tout aus­si bien l’ab­sur­di­té d’une éco­no­mie « high-tech » au pro­fit d’une éco­no­mie « low-tech » ; et la ques­tion de l’a­gri­cul­ture dévas­ta­trice est tout aus­si bien exposée…
    on pour­rait ain­si conti­nuer à poin­ter les dys­fonc­tion­ne­ments mul­tiples qui nous ont menés à l’i­né­luc­table où nous sommes auj’­hui… et d’une cer­taine manière, conti­nuer (pour cer­tains en tt cas) à tour­ner en rond psq chaque approche paraît pers­pi­cace, jus­ti­fiée et correcte…
    sauf à nous poser la seule ques­tion qui me semble oubliée ou non abor­dée (consciem­ment ou non?) à tra­vers ces pro­pos, et qui n’est autre que : le sens de la vie…

    pas­ser son temps à énu­mé­rer les mul­tiples rai­sons qui font que l’is­sue de ce que l’on voit se mettre en place sous nos yeux ne peut être que fatale, n’est à mes yeux que le pre­mier pas qui devrait nous mener à pour­suivre la réflexion et avoir le cou­rage de regar­der les choses bien en face… pour par­ve­nir à une ana­lyse froide et déta­chée, mais lucide de tout ce qui a mené l’es­pèce humaine là où elle est… et qui devrait dès lors nous éclai­rer défi­ni­ti­ve­ment quant à la réponse à don­ner à cette ques­tion fon­da­men­tale d’entre toutes…

    pour ma part, j’en suis arri­vé à la conclu­sion sui­vante : la vie (en elle-même) n’a aucun sens… et pro­ba­ble­ment que de manière svt incons­ciente, nous le per­ce­vons, mais avons bcp de dif­fi­cul­té à l’ad­mettre… rai­son pour laquelle cha­cun d’entre nous tente déses­pé­ré­ment de lui en don­ner un, en fonc­tion de ses propres inté­rêts (ou sen­si­bi­li­tés si le mot « inté­rêts » est ten­dan­cieux pour certains)…
    et il y a matière à lui en don­ner… que ce soit à tra­vers l’a­mour, l’art, l’i­ma­gi­na­tion, la créa­tion, l’en­traide, la soli­da­ri­té, l’ob­ser­va­tion de la nature, bref… il ne manque pas de cause ou de rai­son de don­ner du sens à la vie qui nous est tom­bée des­sus (ou dans laquelle nous sommes tom­bés) sans qu’on lui demande rien… mais, fon­da­men­ta­le­ment, par­tir du non-sens de la vie per­met­trait sans doute de ne pas nous trom­per sur les voies à emprun­ter pour ten­ter d’en cor­ri­ger les dérives actuelles…
    à l’in­verse, pen­ser qu’elle aurait un sens (ce que l’on nous assure depuis le ber­ceau, et quelles que soient les cultures dans les­quelles nous gran­dis­sons) ne peut mener qu’aux catas­trophes aux­quelles nous assis­tons et qui vont sans doute se mul­ti­plier et s’ac­cé­lé­rer vu nos « pro­grès tech­no­lo­giques » et la sur­po­pu­la­tion d’une espèce dont l’es­pace vital est à court terme, condamné…
    il semble donc que nous nous trom­pions depuis le départ (sinon et en tte logique, nous n’en serions pas là où nous en sommes!)

    en d’autres mots, oui nous sommes condam­nés (je parle de l’es­pèce humaine) mais de ttes façons, dès la nais­sance, nous le sommes par le prin­cipe même de cette vie dont la seule issue est la mort, alors… en soi, ce n’est rien de grave, c’est juste absurde, ce qui me fait pen­ser que la vie en soi n’a vrmt aucun sens…!

    et ce qui me fait sou­rire quand j’en­tends la plu­part par­lant de « sau­ver la pla­nète »… qui se gausse de l’es­pèce humaine, ayant tour­né sans elle au départ et conti­nuant à tour­ner après elle, quitte à mettre qqs mil­lions d’an­nées pour net­toyer ce que nous lui aurons lais­sé comme héri­tage pollué…
    AUCUN SENS, vous dis-je…!

    1. A mon sens, au contraire, LA vie (le monde vivant) a un sens : celui de l’é­vo­lu­tion. Bien que ce sens ne soit pas linéaire, l’é­vo­lu­tion des vies peut gui­der la notre, indi­vi­duel­le­ment. Nous pou­vons accep­ter la place qu’elle nous a don­né pour être en paix avec nous même face à cette appa­rente inep­tie, ce sem­blant de sens infi­nis. Et nous devons res­pec­ter ses règles pour tacher de don­ner une chance à d’autres après nous de res­sen­tir à leurs tours ce que nos sens peuvent nous procurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La guerre contre la démocratie (John Pilger — 2007)

La Guerre contre la Démocratie (titre original : The War on Democracy) est le premier film réalisé par John Pilger pour le cinéma. Il explore les relations actuelles et passées entre les États-Unis et des états d’Amérique latine comme le Venezuela, la Bolivie et le Chili. A l’aide d’archives compilées par Carl Deal, collaborateur de Michael Moore, le film montre comment les interventions des États-Unis, officielles et officieuses, ont renversées toute une série de gouvernements légitimement élus dans nombre de pays d’Amérique latine, depuis les années 1950. [...]
Lire

Une prolifération massive de sargasses étouffe les Caraïbes (le changement climatique, coupable probable)

Selon les dirigeants des Caraïbes, c'est un désastre qui va demander au moins 100.000 personnes et 120 millions de dollars pour le nettoyer (http://en.mercopress.com/…/sargassum-seaweed-greatest-singl…). Et "catastrophe" n'est peut-être pas le meilleur mot pour le décrire — parce qu'une immense floraison des algues sargasses étouffant tout sur les plages et dans l'eau des Caraïbes est peut être devenu le nouvel état anormal de l'océan. Encore un des résultats les plus dangereux du réchauffement de la planète.
Lire

Quelques remarques sur « L’affaire du siècle » (par Kevin Amara et Nicolas Casaux)

En cette fin d’année 2018, une coalition de quatre ONG — Greenpeace, Oxfam, la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) et Notre affaire à tous — s’est formée pour poursuivre l’État français en justice[1], afin de le contraindre à respecter la limite de 1,5° C de réchauffement climatique. Pour le lancement de cette procédure, elles ont organisé une campagne médiatique d’envergure, notamment sur les réseaux sociaux, où un clip vidéo tourné pour l’occasion est rapidement devenu viral. Clip vidéo dans lequel nos plus célèbres écolos, youtubeurs, et quelques célébrités ayant accepté de se prêter au jeu — profitant ainsi d’une belle occasion de verdir leur image — expliquent le comment et le pourquoi de ce procès, et tentent de recueillir un maximum de signatures. Nous voyons deux raisons pour lesquelles ce projet pourrait servir à quelque chose. [...]