Féminisme matérialiste contre essentialisme transgenre (par Janice Raymond)

Le texte sui­vant est un extrait du nou­veau livre de Janice Ray­mond inti­tu­lé Dou­ble­think : A Femi­nist Chal­lenge To Trans­gen­de­rism (qu’on pour­rait tra­duire par « Dou­ble­pen­sée : fémi­nisme contre trans­gen­risme »), récem­ment paru (octobre 2021) chez Spi­ni­fex Press.


Andrea Dworkin : Essentialisme biologique contre politique matérialiste

Depuis la mort de l’autrice fémi­niste Andrea Dwor­kin en 2005, son opi­nion sur les trans­genres fait l’objet d’une atten­tion consi­dé­rable. Le par­te­naire de vie de Dwor­kin, John Stol­ten­berg, a pré­sen­té Dwor­kin comme une alliée des trans­genres, me dési­gnant comme cou­pable d’un essen­tia­lisme bio­lo­gique qu’An­drea aurait abhorré.

Avec le sou­tien de Stol­ten­berg, éga­le­ment l’exé­cu­teur tes­ta­men­taire de Dwor­kin, l’é­cri­vain gay Mar­tin Duber­man écrit, dans sa bio­gra­phie d’An­drea datée de 2020 :

« Pen­dant un temps […] elle avait été quelque peu amie avec Janice Ray­mond, dont le livre trans­phobe de 1979, L’Empire trans­sexuel […] dénon­çait la “médi­ca­li­sa­tion” du genre qui encou­ra­geait l’in­ter­ven­tion chi­rur­gi­cale visant à créer “une femme à l’i­mage de l’homme”. » (Les ita­liques sont miennes).

Stol­ten­berg affirme qu’An­drea « déplo­rait » mon « point de vue » et me « l’avait ample­ment fait savoir » (Duber­man, 2020, p. 161, les ita­liques sont encore miennes).

Andrea et moi avons eu plu­sieurs échanges au milieu des années 1970, tan­dis que j’é­cri­vais L’Empire trans­sexuel, et je ne me sou­viens d’aucune « déplo­ra­tion » de ma cri­tique. Dans les Remer­cie­ments de mon livre, je men­tionne Andrea, qui avait par­ti­cu­liè­re­ment com­men­té le cha­pitre IV. D’ailleurs, c’est L’Empire trans­sexuel qui est à l’origine de notre ami­tié. Dwor­kin avait lu le manus­crit en cours d’édition et m’avait écrit une note de sou­tien, publiée sur la cou­ver­ture de l’é­di­tion de poche :

« L’Empire trans­sexuel de Janice Ray­mond est un ouvrage sti­mu­lant, rigou­reux et nova­teur. Ray­mond exa­mine minu­tieu­se­ment les liens entre la science, la mora­li­té et le genre. Elle pose des ques­tions dif­fi­ciles et ses réponses pos­sèdent une qua­li­té intel­lec­tuelle et une inté­gri­té éthique si rares, si impor­tantes, que le lec­teur ne peut qu’être ame­né à réflé­chir, à entrer dans un dia­logue cri­tique avec le livre. »

Une bien étrange « déploration » !

Si je consacre un cer­tain pan de ce cha­pitre à réfu­ter l’in­ter­pré­ta­tion de Stol­ten­berg de l’o­pi­nion d’An­drea sur le trans­gen­risme, c’est parce qu’il est deve­nu le média­teur des opi­nions de Dwor­kin ; opi­nions aux­quelles elle ne s’est pas publi­que­ment ral­liée après avoir écrit son pre­mier livre, La Haine des femmes. La pré­sen­ta­tion par Stol­ten­berg de Dwor­kin en tant que sou­tien des trans contraste for­te­ment avec le reste de ses écrits, dans les­quels Andrea insiste sur l’importance du corps des femmes. Dans une inter­view de 1989, Dwor­kin déclare : « Une grande par­tie de ce qui arrive aux femmes ne nous arrive pas seule­ment dans notre corps, mais à cause de notre corps […] si vous n’êtes pas à même de connaître la réa­li­té de ce que cela signi­fie d’exis­ter phy­si­que­ment en tant que femme dans ce monde, alors vous ne pou­vez pas com­prendre. » (Jenef­sky, 1998, p. 105).

Si Dwor­kin pro­non­çait ces mots aujourd’­hui, les idéo­logues trans l’accuseraient d’es­sen­tia­lisme bio­lo­gique. Dans la même inter­view, Dwor­kin affirme que l’op­pres­sion des femmes se pro­duit « à cause » de nos corps maté­riels. Et lorsque vous enle­vez tout le reste, « ce qui vous reste en tant que femme, c’est votre corps : c’est votre mar­chan­dise, votre exis­tence […] la rai­son pour laquelle vous vous faites vio­ler » (Jenef­sky, 1998, p. 105, les ita­liques sont miennes). Ce sont les par­ties du corps des femmes, en par­ti­cu­lier les seins, qui sont hyper sexua­li­sées et impi­toya­ble­ment objectivées.

Les hommes qui se déclarent femmes reven­diquent une fémi­ni­té sur la base de fan­tasmes du corps fémi­nin. Beau­coup passent des années à essayer de se construire le corps fémi­nin dont ils rêvent. Mais ni la chi­rur­gie ni l’au­to­dé­cla­ra­tion ne leur per­mettent « de connaître la réa­li­té de ce que cela signi­fie d’exis­ter phy­si­que­ment en tant que femme dans ce monde » (Jenef­sky, 1998, p. 105).

L’i­déo­lo­gie trans­genre défi­nit les femmes en essen­tia­li­sant ce que les hommes pensent qu’elles sont ou devraient être. Ce fai­sant, elle esca­mote non seule­ment nos corps, mais aus­si notre oppres­sion. L’op­pres­sion des femmes ne sau­rait être sépa­rée du corps des femmes.

Dwor­kin recon­nais­sait non seule­ment que le corps des femmes est impor­tant, mais aus­si qu’il est com­po­sé de matière fémi­nine, c’est-à-dire que le corps des femmes existe maté­riel­le­ment et affecte de manière signi­fi­ca­tive les condi­tions de notre vie. La « matière » du corps des femmes est impré­gnée de l’his­toire de ce que signi­fie naître dans un corps fémi­nin — un ensemble d’ex­pé­riences que les hommes ne pos­sèdent pas en rai­son de leur sexe, et qui com­prend l’his­toire des mens­trua­tions, l’his­toire de l’ac­cou­che­ment et de l’a­vor­te­ment, l’his­toire de cer­tains cycles cor­po­rels et de chan­ge­ments de vie, l’his­toire du viol et de l’a­gres­sion sexuelle et, sur­tout, l’his­toire de la subor­di­na­tion des femmes dans une socié­té domi­née par les hommes.

À pro­pos de l’ap­pro­pria­tion du sexe des femmes par les trans, Sarah Ditum note : « Pour les femmes, cela signi­fie que leur sexe est de plus en plus consi­dé­ré comme un res­sen­ti et non comme une réa­li­té phy­sique — ce qui n’est pas négli­geable lorsque votre sexe est celui qui fait les frais de la gros­sesse, de la dis­cri­mi­na­tion liée à la mater­ni­té, du tra­vail domes­tique non rému­né­ré, du har­cè­le­ment sexuel et du viol. » (Ditum, 2018a).

En 2016, Cris­tan Williams, le fon­da­teur et rédac­teur en chef de The Trans Advo­cate, a inter­viewé Stol­ten­berg. Williams uti­lise ce maga­zine pour atta­quer les fémi­nistes radi­cales et nos posi­tions sur le trans­gen­risme. Dans cette inter­view inti­tu­lée “Radi­cal Femi­nism’s Trans-Affir­ming Roots” (« Les racines pro-trans du fémi­nisme radi­cal »), Stol­ten­berg se dit décon­te­nan­cé par le fait que cer­taines fémi­nistes radi­cales sou­tiennent une notion bio­lo­gi­que­ment essen­tia­liste de la « vraie fémi­ni­té ». Média­ti­sant les pré­ten­dues opi­nions de Dwor­kin sur le trans­gen­risme, il pré­tend qu’elle « était pro-trans » (Abe­ni, 2016).

Stol­ten­berg a réité­ré son accu­sa­tion d’es­sen­tia­lisme dans un article publié lors du quin­zième anni­ver­saire de la mort de Dwor­kin, affir­mant que la posi­tion fémi­niste radi­cale sur le trans­gen­risme était une tra­hi­son du tra­vail de Dwor­kin, et expli­quant au pas­sage aux femmes fémi­nistes radi­cales ce qui ne va pas dans notre analyse :

« Le pro­blème fon­da­men­tal de l’ob­ses­sion [sic] du fémi­nisme radi­cal, qui tient à défi­nir bio­lo­gi­que­ment la caté­go­rie femme, c’est qu’il cau­tionne invo­lon­tai­re­ment une poli­tique pro­fon­dé­ment réac­tion­naire […] il passe com­plè­te­ment à côté de la façon dont la supré­ma­tie mas­cu­line fonc­tionne réel­le­ment pour construire la caté­go­rie de la “vraie viri­li­té”. » (Stol­ten­berg, 2020).

Dif­fi­cile de ne pas avoir l’impression que Stol­ten­berg rejoint ain­si la foule des mecs­pli­ca­teurs qui disent aux femmes que nous ne savons pas ce que nous fai­sons, et nous expliquent ce qui ne va pas dans notre « obses­sion ». Cela dit, je sais qu’An­drea Dwor­kin connais­sait la dif­fé­rence entre l’es­sen­tia­lisme bio­lo­gique et l’ana­lyse poli­tique maté­ria­liste, qui intègre ce fait que les femmes pos­sèdent des corps sexués qu’au­cun homme ne sau­rait revê­tir à volonté.

Dwor­kin for­mu­lait cette ana­lyse maté­ria­liste dans son livre Coïts :

« Les signi­fi­ca­tions que nous créons ou appre­nons n’existent pas seule­ment dans nos têtes, dans des idées inef­fables. Nos signi­fi­ca­tions existent aus­si dans notre corps — ce que nous sommes, ce que nous fai­sons, ce que nous res­sen­tons phy­si­que­ment, ce que nous savons phy­si­que­ment ; aucune psy­cho­lo­gie per­son­nelle ne sau­rait être sépa­rée de ce que le corps a appris sur la vie. » (Dwor­kin, 1987, p. 139).

Il ne s’a­git pas d’une pers­pec­tive bio­lo­gique essen­tia­liste du corps sexué des femmes, mais d’une ana­lyse poli­tique maté­ria­liste selon laquelle l’op­pres­sion des femmes se fonde sur les corps des femmes, qui sont sou­vent acca­pa­rés par des hommes et des inter­ven­tions masculines.

Les femmes ont beau­coup appris sur la vie à tra­vers leur corps. L’his­toire de notre vie s’est dérou­lée dans nos corps sexués. Dwor­kin savait que l’« ensei­gne­ment » que les femmes acquièrent n’est pas un sen­ti­ment, une essence ou une « idée inef­fable » que les hommes peuvent reven­di­quer. Cet appren­tis­sage de ce qu’est la vie d’une femme n’est pas le pro­duit de la bio­lo­gie, mais n’est pas non plus déta­ché de notre bio­lo­gie, de cette condi­tion maté­rielle au tra­vers de laquelle nos corps contri­buent à façon­ner les cir­cons­tances de nos vies.

Nos corps sont les lieux de notre oppression.

Pen­dant des siècles, les femmes se sont vu refu­ser l’ac­cès à l’é­du­ca­tion, à l’emploi et à toutes sortes de droits légaux, en rai­son de divers pré­textes essen­tia­listes tels que « les femmes sont irra­tion­nelles », « les femmes sont natu­rel­le­ment ani­mées par le besoin de repro­duc­tion », « la mater­ni­té est le des­tin des femmes ».

Les fémi­nistes radi­cales ne com­prennent que trop bien le far­deau de l’es­sen­tia­lisme bio­lo­gique, c’est pour­quoi les dif­fé­rentes vagues du fémi­nisme l’ont his­to­ri­que­ment com­bat­tu. Nous avons tou­jours sou­te­nu que les femmes sont davan­tage que leur bio­lo­gie, qui ne leur impose aucun des­tin, nous avons tou­jours lut­té contre cette idéo­lo­gie qui réduit les femmes à leurs seules fonc­tions corporelles.

Il est déce­vant que Stol­ten­berg conti­nue d’accuser d’essentialisme bio­lo­gique les fémi­nistes radi­cales qui s’op­posent au trans­gen­risme. « Je suis sûr qu’aujourd’hui, Andrea dénon­ce­rait […] l’es­sen­tia­lisme bio­lo­gique des fémi­nistes radi­cales anti-trans » (Stol­ten­berg, 2020). Stol­ten­berg fait ici réfé­rence au der­nier cha­pitre de La Haine des femmes, dans lequel Dwor­kin écrit :

« Chaque trans­sexuel a le droit de sur­vivre comme il le sou­haite. Cela signi­fie que chaque trans­sexuel a droit à une opé­ra­tion de chan­ge­ment de sexe, et que la com­mu­nau­té devrait la lui four­nir dans le cadre de ses fonc­tions. Il s’agit d’une mesure urgente pour une situa­tion d’ur­gence. » (Dwor­kin, 1974, p. 186).

Sur cette même page, Dwor­kin note : « Selon toute pro­ba­bi­li­té, la trans­sexua­li­té est le pro­duit d’une socié­té défec­tueuse » (Dwor­kin, 1974, p. 186), et non une don­née bio­lo­gique, comme le sou­tiennent aujourd’­hui ses par­ti­sans. Si la trans­sexua­li­té est une « mesure urgente pour une situa­tion d’ur­gence », elle n’est pas immuable. On peut donc se deman­der pour­quoi les acti­vistes trans et Stol­ten­berg contri­buent à pro­lon­ger l’ur­gence au lieu d’y mettre fin. Ceux qui pré­tendent qu’An­drea Dwor­kin était favo­rable à la trans­sexua­li­té citent rare­ment ces lignes dans les­quelles elle décrit la trans­sexua­li­té comme un phé­no­mène temporaire.

En outre, Dwor­kin affirme qu’une

« com­mu­nau­té construite sur l’i­den­ti­té andro­gyne ver­ra dis­pa­raître la trans­sexua­li­té telle que nous la connais­sons. Soit le trans­sexuel par­vien­dra à élar­gir sa sexua­li­té […] soit, à mesure que les rôles dis­pa­raî­tront, le phé­no­mène de la trans­sexua­li­té dis­pa­raî­tra […]. » (Dwor­kin, 1974, pp. 186–87).

Ces mots nous auto­risent à dou­ter de la manière dont Stol­ten­berg média­tise ses opinions.

Stol­ten­berg sou­tient que « pen­dant les 31 ans où nous étions ensemble, ses opi­nions n’ont pas chan­gé ; elle ne les a jamais rétrac­tées » (in Abe­ni, 2016). Ce n’est pas tout à fait exact ! En réa­li­té, Dwor­kin a expri­mé des doutes sur cette sec­tion de La Haine des femmes. En 1989, inter­viewée par Cin­dy Jenef­sky à pro­pos de ce der­nier cha­pitre, contro­ver­sé, Andrea a expli­ci­te­ment recon­nu qu’elle n’é­tait plus en accord avec ce qu’elle avait écrit : « Je pense qu’il y a beau­coup de choses qui ne vont vrai­ment pas dans le der­nier cha­pitre de La Haine des femmes. » (Jenef­sky, 1998, p. 139).

Dans le der­nier cha­pitre de La Haine des femmes, Dwor­kin défen­dait éga­le­ment l’in­ceste et la zoo­phi­lie. Jenef­sky remarque que ce cha­pitre évo­quait un para­digme mul­ti­sexuel dont Dwor­kin pen­sait à l’é­poque qu’il était consti­tué de pra­tiques répri­mées qui auraient dû être auto­ri­sées dans un « monde andro­gyne ». Dwor­kin ayant clai­re­ment admis que ce qu’elle sou­te­nait dans le der­nier cha­pitre de La Haine des femmes était erro­né, il est donc dou­ble­ment injuste que Stol­ten­berg défende en son nom une ana­lyse du trans­sexua­lisme qu’An­drea n’au­rait pas sou­te­nue aujourd’­hui. Curieu­se­ment, je ne le vois pas défendre ses anciennes opi­nions sur l’in­ceste et la zoophilie.

Dwor­kin explique que c’est prin­ci­pa­le­ment grâce à des réac­tions à La Haine des femmes et à ses tra­vaux ulté­rieurs qu’elle est deve­nue cri­tique de ce der­nier cha­pitre (Jenef­sky, 1998, p. 139). En 1977, j’ai écrit une de ces réac­tions sous la forme d’un article inti­tu­lé “Trans­sexua­lism : the Ulti­mate Homage to Sex-Role Power” (« Le trans­sexua­lisme ou l’hommage ultime au pou­voir des rôles sexuels »). Je citais Dwor­kin, remar­quant que dans son livre La Haine des femmes, « par ailleurs pers­pi­cace », elle affir­mait que les opé­ra­tions de chan­ge­ment de sexe devraient être assu­rées par la com­mu­nau­té dans le cadre de ses fonc­tions (Ray­mond, 1977). Le seul désac­cord que Dwor­kin mani­fes­ta fut à l’égard des mots « par ailleurs perspicace ».

À Stol­ten­berg et tous ceux qui déforment les cri­tiques fémi­nistes radi­cales avec leur sem­pi­ter­nelle accu­sa­tion d’es­sen­tia­lisme bio­lo­gique : arrê­tez de nous faire pas­ser pour des essen­tia­listes bio­lo­giques. Le véri­table essen­tia­lisme bio­lo­gique imprègne le mou­ve­ment trans, avec ses femmes auto­pro­cla­mées qui pré­tendent être des femmes pour la rai­son qu’elles (ils) pos­sè­de­raient un « cer­veau de femme » et un « pénis de femme ». Lisez donc cette décla­ra­tion inci­sive, à pro­pos de l’accusation insen­sée d’es­sen­tia­lisme bio­lo­gique diri­gée contre les fémi­nistes, écrite par le Mou­ve­ment des jeunes femmes radi­cales du Réseau euro­péen des femmes migrantes :

« La posi­tion fémi­niste radi­cale est déli­bé­ré­ment més­in­ter­pré­tée comme un essen­tia­lisme bio­lo­gique dans le but de “prou­ver” que le fémi­nisme radi­cal est dépas­sé et appar­tient aux “fémi­nistes blanches” de la deuxième vague. Ce nar­ra­tif fait place à une troi­sième vague fémi­niste sup­po­sé­ment plus inter­sec­tion­nelle, plus pro­gres­siste et plus ouverte d’es­prit que toutes les vagues pré­cé­dentes — ce fai­sant, il pro­met de cor­ri­ger les échecs de l’his­toire du fémi­nisme. En réa­li­té, si ceux qui pré­tendent que les fémi­nistes radi­cales sont des essen­tia­listes bio­lo­giques s’en­ga­geaient à débattre hon­nê­te­ment, ils consta­te­raient que le fémi­nisme radi­cal a tou­jours été clai­re­ment hos­tile à l’es­sen­tia­lisme bio­lo­gique. Nous esti­mons que l’ex­pres­sion du genre n’est pas liée à la bio­lo­gie, parce que per­sonne ne se conforme natu­rel­le­ment à la seule mas­cu­li­ni­té ou à la seule fémi­ni­té. » (Radi­cal Girlsss, 2020).

Si Andrea était vivante aujourd’­hui, je pense qu’elle per­ce­vrait et dénon­ce­rait la dan­ge­reuse voie qu’emprunte le trans­gen­risme, qu’elle n’au­rait jamais tolé­ré la réi­fi­ca­tion sexuelle, les abus sexuels, les menaces de mort et de viol, la muti­la­tion médi­cale et le déni­gre­ment des femmes sur les­quels le mou­ve­ment trans­genre se construit, et que Stol­ten­berg a déci­dé d’ignorer.

Janice Ray­mond


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
22
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

L’appel des éco-charlatans et la promotion du capitalisme « vert » (à propos des Colibris)

Le 31 janvier 2017, le journal Le Monde, le principal quotidien français, appartenant au trio capitaliste Bergé-Niel-Pigasse, relayait "l’appel du monde de demain". Un appel rédigé par les principales éco-célébrités françaises, à la mode dans les cercles bourgeois de la capitale, car politiquement correctes et ne menaçant pas le moins du monde l’ordre établi (Nicolas Hulot, Pierre Rabhi, Cyril Dion, Tryo, Zaz, Marion Cotillard, Matthieu Chedid, Alain Souchon, etc.). Examinons-le. [...]
Lire

La farce électorale états-unienne (Chris Hedges)

L’État-entreprise cherche à nous faire participer à la mascarade politique des élections chorégraphiées. Il cherche à ce que nous jouions selon ses règles. Nos médias corporatistes, rincés par les dollars de la publicité politique, inondent les ondes de ridicule et de trivial. Les candidats, les sondeurs, les analystes politiques, les commentateurs et les journalistes célèbres fournissent des boucles infinies de bla-bla "politique" banal et absurde, qui n’est en réalité qu’une grotesque forme d’anti-politique. Nous serons bombardés par cette propagande, largement centrée sur les personnalités fabriquées des candidats, pendant plusieurs mois. Éteignez tout cela. Ça n’a aucun sens.