Et si le problème, c’était la civilisation ? (par Nicolas Casaux)

« Le mot civi­li­sa­tion évoque de puis­santes images et d’importantes concep­tions. On nous enseigne, ici, aux États-Unis, et depuis l’école pri­maire, qu’une poi­gnée de peuples anciens — comme les Égyp­tiens et les Grecs — étaient « civi­li­sés » et que la civi­li­sa­tion a atteint son niveau opti­mal de déve­lop­pe­ment chez nous et dans d’autres pays occi­den­taux. La civi­li­sa­tion, nous dit-on, est béné­fique, dési­rable — et réso­lu­ment pré­fé­rable au fait d’être inci­vi­li­sé. L’idée de civi­li­sa­tion implique tou­jours impli­ci­te­ment une com­pa­rai­son : l’existence de peuples civi­li­sés implique des peuples inci­vi­li­sés, qui sont infé­rieurs parce qu’ils ne sont pas civi­li­sés. Les popu­la­tions inci­vi­li­sées, quant à elles, se sont vues expli­quer qu’elles ne pour­raient jamais deve­nir civi­li­sées, ou bien qu’elles devraient ten­ter de le deve­nir aus­si vite que pos­sible ; nombre de celles qui ont essayé ou qui y ont été for­cées — comme les habi­tants de l’atoll de Biki­ni qui ont été expul­sés de leurs îles afin que les USA puissent faire explo­ser des bombes ato­miques dans leur lagon après la Seconde Guerre mon­diale — ont beau­coup souf­fert du fait de l’expansion de la civilisation.

La civi­li­sa­tion est une idée qu’on nous enseigne à l’école. Qui plus est, il s’agit une idée éli­tiste, qui se défi­nit par la créa­tion de hié­rar­chies — entre socié­tés, entre classes, entre cultures, ou entre races. Pour les élites qui ont inven­té l’idée, les civi­li­sa­tions sont tou­jours des socié­tés stra­ti­fiées en classes et fon­dées sur l’État, et les per­sonnes civi­li­sées appar­tiennent tou­jours aux classes dont les pri­vi­lèges sont garan­tis par les ins­ti­tu­tions et les pra­tiques éta­tiques. Les per­sonnes inci­vi­li­sées sont alors celles qui n’appartiennent pas à ces classes ou qui vivent en dehors de la civi­li­sa­tion et du contrôle de l’État. »

 Tho­mas C. Pat­ter­son, Inven­ting Wes­tern Civi­li­za­tion (1997).

« L’his­toire de la civi­li­sa­tion, depuis la des­truc­tion de Car­thage et de Jéru­sa­lem jus­qu’à celle de Dresde, d’Hi­ro­shi­ma et du peuple, du sol et des arbres du Viet­nam, est un témoi­gnage tra­gique de sadisme et de destructivité. »

— Erich Fromm, La pas­sion de détruire (1973).

La toute der­nière édi­tion du célèbre maga­zine amé­ri­cain The New Yor­ker, en date de sep­tembre 2017, com­porte un article inti­tu­lé « The Case Against Civi­li­za­tion »[1] (La cri­tique de la civi­li­sa­tion) ; fait excep­tion­nel pour un média grand public.

Cet article se base sur deux livres récem­ment publiés : Homo Domes­ti­cus, écrit par James C. Scott[2], anthro­po­logue (et anar­chiste reven­di­qué, sou­li­gnons-le) ensei­gnant à l’université de Yale aux États-Unis ; et Affluence Without Abun­dance : The disap­pea­ring world of the Bush­men (La richesse sans l’abondance : le monde en voie de dis­pa­ri­tion des Bush­men, livre non tra­duit) écrit par James Suz­man, un anthro­po­logue britannique.

À tra­vers ces deux ouvrages, le jour­na­liste du New Yor­ker dresse un (trop) bref por­trait de quelques pro­blèmes liés à l’avènement de la civi­li­sa­tion, et dont nous souf­frons tou­jours aujourd’hui (il se concentre prin­ci­pa­le­ment sur les inéga­li­tés sociales et quelques valeurs cultu­relles nuisibles).

J’imagine déjà les réac­tions d’incompréhension de beau­coup. La civi­li­sa­tion ? Poser pro­blème ? Com­ment le « Fait pour un peuple de quit­ter une condi­tion pri­mi­tive (un état de nature) pour pro­gres­ser dans le domaine des mœurs, des connais­sances, des idées » (défi­ni­tion offi­cielle du Centre Natio­nal de Res­sources Tex­tuelles et Lexi­cales ou CNRTL, un organe du CNRS) pour­rait-il être un problème ?

Eh bien, pour com­men­cer, avez-vous remar­qué le racisme et le supré­ma­cisme qui carac­té­risent cette défi­ni­tion de la civi­li­sa­tion ? Ce qui est impli­ci­te­ment (et rela­ti­ve­ment expli­ci­te­ment) insi­nué, c’est que les peuples (que les civi­li­sés qua­li­fient de) « pri­mi­tifs » sont en quelque sorte en retard, ou arrié­rés, « dans le domaine des mœurs, des connais­sances, des idées » par rap­port aux peuples civilisés.

La défi­ni­tion du Larousse ne vaut pas mieux : « État de déve­lop­pe­ment éco­no­mique, social, poli­tique, cultu­rel auquel sont par­ve­nues cer­taines socié­tés et qui est consi­dé­ré comme un idéal à atteindre par les autres. » N’est-ce pas. Nous savons tous que les Indiens d’Amérique consi­dé­raient la civi­li­sa­tion qui les a mas­sa­crés comme un idéal à atteindre, à l’instar de tous les autres peuples oppri­més, déci­més ou sup­pri­més par son expansion.

Il va sans dire que les rédac­teurs de dic­tion­naires sont des gens « civi­li­sés », ce qui aide à com­prendre pour­quoi ils se défi­nissent en des termes si élo­gieux. Der­rick Jen­sen, mili­tant éco­lo­giste et écri­vain états-unien, le sou­ligne de manière iro­nique : « Pou­vez-vous ima­gi­ner des rédac­teurs de dic­tion­naires se qua­li­fier volon­tai­re­ment de membres d’une socié­té humaine basse, non-déve­lop­pée, ou arriérée ? »

La lit­té­ra­ture du XIXe siècle regorge de titres d’ouvrages expo­sant clai­re­ment l’im­pé­ria­lisme, le racisme et le supré­ma­cisme inhé­rents au concept de civi­li­sa­tion, comme Pro­grès de la civi­li­sa­tion en Afrique de Louis Des­grand, ou encore Plan de colo­ni­sa­tion des pos­ses­sions fran­çaises dans l’Afrique occi­den­tale au moyen de la civi­li­sa­tion des nègres indi­gènes de Laurent Basile Hau­te­feuille. Une affiche du Petit Jour­nal du 19 novembre 1911 expli­quait : « La France va pou­voir por­ter libre­ment au Maroc la civi­li­sa­tion, la richesse et la paix. » Le 28 juillet 1885, Jules Fer­ry, « l’un des pères fon­da­teurs de l’i­den­ti­té répu­bli­caine », pro­non­ça un dis­cours dans lequel il affir­mait : « Il faut dire ouver­te­ment qu’en effet les races supé­rieures ont un droit vis-à-vis des races infé­rieures. […] Il y a pour les races supé­rieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civi­li­ser les races inférieures. »

En images.

***

Le terme de civi­li­sa­tion, appa­ru, en France, au XVIIIe siècle dans L’ami des hommes de Mira­beau, fut ini­tia­le­ment uti­li­sé « pour décrire des gens, qui […] obéis­saient à cer­taines orga­ni­sa­tions poli­tiques, dont les arts et lettres fai­saient montre d’un cer­tain degré de sophis­ti­ca­tion, et dont les manières et la morale étaient consi­dé­rées comme supé­rieures à celles des autres membres de leur propre socié­té ou d’autres socié­tés. […] La civi­li­sa­tion, en d’autres termes, se base sur l’État, sur la stra­ti­fi­ca­tion sociale et sur le règne de la loi. » (Tho­mas C. Pat­ter­son, anthro­po­logue de l’université de Ber­ke­ley, aux États-Unis, dans son livre Inven­ting Wes­tern Civi­li­za­tion). C’est-à-dire que la civi­li­sa­tion s’opposait, et s’oppose, par exemple, à la sau­va­ge­rie, et les civi­li­sés aux sau­vages (sau­vage étant éty­mo­lo­gi­que­ment rela­tif au bois, ou à la forêt, tan­dis que civi­li­sa­tion vient du latin civi­tas, qui signi­fie État, cité, centre urbain, ville). L’idée de civi­li­sa­tion était et est éga­le­ment liée au concept de gran­deur : on par­lait et on parle encore sou­vent de « grandes civi­li­sa­tions » (par oppo­si­tion aux petits peuples indi­gènes pri­mi­tifs, sau­vages). C’est-à-dire que la civi­li­sa­tion est une socié­té qui se défi­nit, entre autres, par ses excès — y com­pris, donc par une taille exces­sive.

En plus de cela, la civi­li­sa­tion se défi­nit par un cer­tain nombre de valeurs et de pers­pec­tives cultu­relles (dont, par exemple, en ce qui concerne notre civi­li­sa­tion indus­trielle mon­dia­li­sée, une per­cep­tion supré­ma­ciste de la place de l’être humain dans le monde, une manière de conce­voir les autres espèces vivantes comme infé­rieures et comme res­sources : ce que Der­rick Jen­sen appelle le mythe de la supré­ma­tie humaine).

Der­rick Jen­sen défi­nit la « civi­li­sa­tion » comme suit[3] :

« La civi­li­sa­tion est une culture – c’est-à-dire un com­plexe d’histoires, d’institutions, et d’artefacts – qui, à la fois, mène à et émerge de la crois­sance de villes (voir civil, de civis, citoyen, du latin civi­tas, État, cité, centre urbain, ville), en défi­nis­sant les villes – pour les dis­tin­guer des camps, des vil­lages, etc. – comme des regrou­pe­ments de gens vivant de façon plus ou moins per­ma­nente en un lieu pré­cis, d’une den­si­té telle que l’importation quo­ti­dienne de nour­ri­ture et d’autres élé­ments néces­saires à la vie est requise. »

***

Les pro­blèmes inhé­rents à la notion de civi­li­sa­tion ont été dénon­cés par des figures his­to­riques très diverses. Freud avait entiè­re­ment rai­son lorsqu’il écri­vait, dans son livre (au titre très évo­ca­teur) Malaise dans la civi­li­sa­tion, que : « La civi­li­sa­tion est quelque chose d’imposé à une majo­ri­té récal­ci­trante par une mino­ri­té ayant com­pris com­ment s’approprier les moyens de puis­sance et de coercition. »

Ou Louis-Auguste Blan­qui, révo­lu­tion­naire socia­liste et figure impor­tante de la Com­mune de Paris, lorsqu’il écri­vait : « Il y a dans le sen­ti­ment de la liber­té per­son­nelle une si âpre saveur de jouis­sance, que pas un homme ne l’eût échan­gée contre le col­lier doré de la civilisation. »

Ou Charles Fou­rier, figure impor­tante de l’histoire du socia­lisme, lors­qu’il écri­vait (en 1808)[4]:

« Comme je n’avais de rap­port avec nul par­ti scien­ti­fique, je réso­lus d’appliquer le doute aux opi­nions des uns et des autres indis­tinc­te­ment, et de sus­pec­ter jusqu’aux dis­po­si­tions qui avaient l’assentiment uni­ver­sel : telle est la civi­li­sa­tion qui est l’idole de tous les par­tis phi­lo­so­phiques, et dans laquelle on croit voir le terme de la per­fec­tion : cepen­dant, quoi de plus impar­fait que cette civi­li­sa­tion qui traîne tous les fléaux à sa suite ? quoi de plus dou­teux que sa néces­si­té et sa per­ma­nence future ? […] Il faut donc appli­quer le doute à la civi­li­sa­tion, dou­ter de sa néces­si­té, de son excel­lence, et de sa per­ma­nence. Ce sont là des pro­blèmes que les phi­lo­sophes n’osent pas se pro­po­ser, parce qu’en sus­pec­tant la civi­li­sa­tion, ils feraient pla­ner le soup­çon de nul­li­té sur leurs théo­ries qui toutes se rat­tachent à la civi­li­sa­tion, et qui tom­be­raient avec elle du moment où l’on trou­ve­rait un meilleur ordre social pour la remplacer. »

En France, tou­jours, le cou­rant des anar­chistes natu­riens, vers la fin du XIXe siècle, dénon­çait éga­le­ment les pro­blèmes liés à la notion de civi­li­sa­tion[5].

Enfin, pour prendre un der­nier exemple plus proche de nous, citons Erich Fromm, célèbre psy­cha­na­lyste alle­mand, dont l’é­pi­logue de son livre La pas­sion de détruire (1973) com­men­çait ainsi :

« J’ai essayé, dans cette étude, de démon­trer que l’homme pré­his­to­rique, vivant en bandes de chas­seurs et de cueilleurs, était carac­té­ri­sé par un mini­mum de des­truc­ti­vi­té et un maxi­mum de coopé­ra­tion et de par­tage ; c’est seule­ment l’ac­crois­se­ment de la pro­duc­ti­vi­té et de la divi­sion du tra­vail, la for­ma­tion d’un large sur­plus et l’é­di­fi­ca­tion d’É­tats pour­vus d’une hié­rar­chie et d’une élite, qui firent appa­raître la des­truc­ti­vi­té et la cruau­té et qu’elles se sont mises à croître, en même temps que se déve­lop­paient la civi­li­sa­tion et le rôle du pouvoir. »

***

En résu­mé, donc, la civi­li­sa­tion[6] désigne les socié­tés humaines urbaines, très hié­rar­chiques, orga­ni­sées grâce à une forme d’État, et dont l’alimentation dépend de l’agriculture[7] prin­ci­pa­le­ment céréa­lière (à grande échelle, façon mono­cul­ture, par oppo­si­tion, entre autres, à la petite hor­ti­cul­ture par­fois pra­ti­quée par des popu­la­tions de chasseurs-cueilleurs).

Durant la grande majo­ri­té (entre 95 et 99 %) de leur exis­tence les humains ont vécu en petits groupes de chas­seurs-cueilleurs, d’horticulteurs ou de nomades, sans anéan­tir le pay­sage pla­né­taire, sans le sub­mer­ger de mil­lions de tonnes de plas­tique et de pro­duits chi­miques can­cé­ri­gènes, et sans satu­rer son atmo­sphère de gaz toxiques (et de gaz à effet de serre). Leur his­toire (arro­gam­ment qua­li­fiée de pré­his­toire) n’était ni infec­tée, ni ryth­mée par la guerre[8]. Leur mode de vie ne requé­rait pas ce qui, d’après Lewis Mum­ford (his­to­rien et socio­logue états-unien), carac­té­ri­se­ra par la suite le fonc­tion­ne­ment de toutes les civi­li­sa­tions : « la cen­tra­li­sa­tion du pou­voir poli­tique, la sépa­ra­tion des classes, la divi­sion du tra­vail (pour la vie), la méca­ni­sa­tion de la pro­duc­tion, l’expansion du pou­voir mili­taire, l’exploitation éco­no­mique des faibles, l’introduction uni­ver­selle de l’esclavage et du tra­vail impo­sés pour rai­sons indus­trielles et mili­taires. »[9]

Si l’on consi­dère que l’avènement de la civi­li­sa­tion se rap­porte à l’avènement du phé­no­mène urbain, et donc à la crois­sance des pre­mières villes (et donc à l’agriculture), ou cités-états, en Méso­po­ta­mie, on se rend compte qu’en termes éco­lo­giques, elle a tou­jours consti­tué une catas­trophe. Ce qui était autre­fois un « crois­sant fer­tile » a été trans­for­mé (en quelques mil­lé­naires de civi­li­sa­tion) en un désert infertile.

L’expansion de cultures urbaines, éta­tiques, en d’autres termes, de civi­li­sa­tions, qui a balayé la pla­nète au cours des der­niers mil­lé­naires, a fait dis­pa­raître les forêts du Proche-Orient (les cèdres du Liban ne sont plus qu’un loin­tain sou­ve­nir), les forêts de l’Afrique du Nord, les forêts de Grèce, et ain­si de suite.

Ces forêts furent détruites — la nov­langue civi­li­sée par­le­rait plu­tôt de « valo­ri­sa­tion des res­sources natu­relles » — entre autres, pour la construc­tion des flottes égyp­tiennes et phé­ni­ciennes. Ces forêts furent détruites par diverses civi­li­sa­tions qui fai­saient sim­ple­ment ce que font les civi­li­sa­tions : détruire les biomes, épui­ser les aqui­fères, les­si­ver les sols, cou­per les forêts, rem­pla­cer l’équilibre des bio­topes par le dés­équi­libre de leurs exploi­ta­tions, etc.

Ces civi­li­sa­tions (grecque, romaine, égyp­tienne, khmer, etc.) se sont toutes effon­drées. Pour diverses rai­sons. Cepen­dant, elles avaient toutes rava­gé les ter­ri­toires qu’elles contrôlaient.

Leurs effon­dre­ments ont été docu­men­tés et ana­ly­sés dans plu­sieurs ouvrages, par­mi les­quels Effon­dre­ment de Jared Dia­mond, Le viol de la terre : Depuis des siècles, toutes les civi­li­sa­tions sont cou­pables de Clive Pon­ting, et L’ef­fon­dre­ment des socié­tés com­plexes de Joseph Tain­ter. Com­ment tout peut s’ef­fon­drer, écrit par Pablo Ser­vigne et Raphael Ste­vens, docu­mente l’effondrement en cours de la civi­li­sa­tion mon­dia­li­sée qui est la nôtre.

Aujourd’­hui

***

Contrai­re­ment à ce que l’on pour­rait pen­ser, l’effondrement de notre civi­li­sa­tion est une bonne chose. Du moins, c’est ain­si que le per­çoivent ceux qui placent « le monde avant la vie, la vie avant l’homme » et « le res­pect des autres êtres avant l’amour-propre » (Lévi-Strauss). Notre civi­li­sa­tion est actuel­le­ment syno­nyme de sixième extinc­tion de masse des espèces, et d’ethnocide vis-à-vis de la diver­si­té cultu­relle humaine (ain­si que l’ONU le recon­naît : « Les cultures autoch­tones d’aujourd’hui sont mena­cées d’extinction dans de nom­breuses régions du monde »). Cet éco­cide et cet eth­no­cide ne sont pas des acci­dents de par­cours, ils découlent du fonc­tion­ne­ment nor­mal de la civi­li­sa­tion (les autres civi­li­sa­tions ne se com­por­tèrent pas autrement).

Lors­qu’il écri­vait, dans son roman Les car­nets du sous-sol, que « les buveurs de sang les plus raf­fi­nés furent presque tous les hommes les plus civi­li­sés qui soient », et que : « La civi­li­sa­tion a ren­du l’homme sinon plus san­gui­naire, en tout cas plus igno­ble­ment que jadis », Dos­toïevs­ki ne se trom­pait pas.

Cepen­dant, une grande par­tie du mou­ve­ment éco­lo­giste grand public, en plus d’ignorer l’ethnocide en cours, ne consi­dère l’écocide que comme un pro­blème vis-à-vis de la conti­nua­tion de la civi­li­sa­tion. Son prin­ci­pal objec­tif consiste à sau­ver la civi­li­sa­tion. D’où le pro­sé­ly­tisme en faveur des éner­gies faus­se­ment « vertes »[10], d’où la mul­ti­tude d’éco-innovations, d’où l’oxymore du « déve­lop­pe­ment durable »[11]. Autant de nou­velles nui­sances pour le monde natu­rel, qui, de sur­croît, ne sont d’aucune aide dans la lutte contre les inéga­li­tés sociales inhé­rentes à toute civilisation.

L’histoire et l’anthropologie nous enseignent que les seuls groupes humains qui vivent encore aujourd’hui comme ils vivaient déjà il y a des mil­liers d’années, et par­fois des dizaines de mil­liers d’années (ce qui, au pas­sage, est une défi­ni­tion de la sou­te­na­bi­li­té), sont des peuples que la civi­li­sa­tion (qui menace de les éra­di­quer) qua­li­fie­rait de « pri­mi­tifs » ou de « sau­vages ». Claude Lévi-Strauss affir­mait par exemple que les peuples autoch­tones étaient les pre­miers « éco­lo­gistes », parce qu’ils avaient « réus­si à se main­te­nir en équi­libre avec le milieu naturel ».

***

Apar­té : Il n’est pas ici sug­gé­ré que les sau­vages (ou tous les peuples inci­vi­li­sés) sont néces­sai­re­ment bons et purs, ni qu’ils incarnent le para­dis sur Terre. La réa­li­té est évi­dem­ment plus com­plexe que cela. Cepen­dant, il serait absurde de reje­ter la cri­tique de la civi­li­sa­tion au motif qu’elle éma­ne­rait sim­ple­ment d’un « mythe du bon sau­vage » : bien peu savent que cette expres­sion du « mythe du bon sau­vage », qui sert prin­ci­pa­le­ment à calom­nier et à dif­fa­mer tous ceux qui ne sont pas civi­li­sés (et donc à glo­ri­fier la civi­li­sa­tion), a été popu­la­ri­sée, entre autres, par des décla­ra­tions infâmes, ouver­te­ment racistes et clai­re­ment men­son­gères de Charles Dickens au sujet des Indiens d’Amérique (il par­lait de « civi­li­ser » ces « sau­vages » qui « ne prennent du plai­sir que lorsqu’ils s’entretuent » afin « qu’ils dis­pa­raissent de la sur­face de la pla­nète »), et par des par­ti­sans du racisme scien­ti­fique comme John Craw­furd et James Hunt. Ter Elling­son, pro­fes­seur d’anthropologie à l’université de Washing­ton, le détaille dans son livre[12] inti­tu­lé The Myth of The Noble Savage (Le mythe du bon sau­vage), dans lequel il affirme que cette notion du « mythe du bon sau­vage » a été conçue pour sou­te­nir l’impérialisme civi­li­sa­teur, en dis­cré­di­tant (et en inti­mi­dant) ceux qui s’y oppo­saient. Selon lui, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une ver­sion sécu­lière de l’Inquisition.

***

Par­mi les rai­sons pour les­quelles toutes ces hor­reurs sont tolé­rées, accep­tées, voire sou­te­nues, on retrouve l’idée étran­ge­ment mal défi­nie, mais très répan­due, selon laquelle tout cela en vaut la peine, puisque cela per­met « le pro­grès ». Et puisque « le pro­grès » (que l’on n’arrête pas) peut tout résoudre, il n’y a aucune rai­son de s’inquiéter. À ce pro­pos, il convient de sou­li­gner deux choses.

La pre­mière chose, c’est que le pro­grès, que l’on désigne par là des amé­lio­ra­tions tech­niques ou des amé­lio­ra­tions sociales (les deux se rap­por­tant de toute manière à la vie humaine), est une notion extrê­me­ment dis­cu­table. Il est en effet assez simple d’affirmer et d’exposer en quoi, au contraire, la civi­li­sa­tion et son pro­grès ont ren­du l’être humain plus faible, plus malade, et poten­tiel­le­ment plus mal­heu­reux (plus stres­sé, plus angois­sé). Je vous ren­voie pour cela à un petit article inti­tu­lé « Une brève contre-his­toire du “pro­grès” et de ses effets sur la san­té de l’être humain ».

La deuxième, c’est que l’idée de pro­grès n’est pas une nou­veau­té. Jules Del­vaille, dans son Essai sur l’histoire de l’idée de pro­grès (1977), retrace son exis­tence jusqu’à l’époque de la Grèce antique. Les Grecs croyaient en une idée de pro­grès (qui n’était, certes, pas exac­te­ment la même que celle qui a émer­gé au XVIIe siècle), les Romains aus­si, mais cela n’a mani­fes­te­ment pas empê­ché l’effondrement de leurs civi­li­sa­tions respectives.

***

 Tho­mas Pat­ter­son, vers la fin de son livre Inven­ting Wes­tern Civi­li­za­tion :

« Nous ne pou­vons pas conti­nuer à uti­li­ser la notion de civi­li­sa­tion de manière irré­flé­chie. Les asser­tions selon les­quelles la civi­li­sa­tion est dési­rable, béné­fique ou supé­rieure aux socié­tés ne pré­sen­tant pas de telles hié­rar­chies sociales ne servent qu’à per­pé­tuer et à pro­mou­voir les pers­pec­tives de ceux au pou­voir, auto­dé­si­gnés arbitres et juges de la culture et du savoir. De telles asser­tions déforment l’histoire. Elles mini­misent les accom­plis­se­ments des com­mu­nau­tés et des classes subor­don­nées et privent leurs membres d’un rôle dans l’élaboration de leur propre his­toire. Recon­naître l’existence de groupes subor­don­nés, recon­naître leurs contri­bu­tions et les rôles his­to­riques qu’ils ont joués, et com­prendre leurs points de vue sur le monde et la vie inva­lide les pers­pec­tives qui les dénigrent ou qui les privent de pou­voir sur leurs propres existences. »

La cri­tique de la civi­li­sa­tion implique de remettre en ques­tion un large pan de ce que la plu­part des gens com­prennent de l’histoire de l’humanité, de l’idée de pro­grès, de la place de l’être humain sur Terre.

Elle nous rap­pelle ce que nous avons été pen­dant des cen­taines de mil­liers d’années, ce que nous sommes encore — der­rière le condi­tion­ne­ment cultu­rel mas­sif qui nous est impo­sé dès l’enfance.

Elle nous offre une pers­pec­tive de sou­te­na­bi­li­té éco­lo­gique réa­liste, éprou­vée et tes­tée, et encore incar­née, aujourd’hui, par quelques peuples autoch­tones (les rares qui sub­sistent encore) en Ama­zo­nie, en Papoua­sie, en Inde (les Jara­was, par exemple, dont la cause est actuel­le­ment média­ti­sée par deux Fran­çais[13]), et ailleurs.

Nico­las Casaux (membre de Deep Green Resis­tance)

***

P.S.#1 : Il y aurait, vous l’imaginez, bien plus de choses à dire. Ce texte n’est qu’une brève intro­duc­tion à la cri­tique de la civi­li­sa­tion, que nous vous invi­tons à pro­lon­ger en lisant d’autres articles pré­sents sur notre site web : www.partage-le.com. Deep Green Resis­tance est une orga­ni­sa­tion éco­lo­giste inter­na­tio­nale créée aux États-Unis, fon­dée, entre autres, sur la cri­tique de la civi­li­sa­tion, et dont la branche fran­çaise est en cours de formation.

#2 : Cer­tains adeptes du sophisme s’empresseront de rap­pe­ler que selon les scé­na­rios offi­ciels de la pré­his­toire, l’ex­tinc­tion d’une cer­taine méga­faune au cours du Pléis­to­cène prouve que les non-civi­li­sés (qui se voient, pour l’oc­ca­sion, tous jetés dans le même sac, sans dis­tinc­tion aucune) ne valent pas mieux que les civi­li­sés. Ce à quoi l’on rétor­que­ra que s’il est vrai que cer­taines socié­tés non civi­li­sées étaient des­truc­trices de leur envi­ron­ne­ment, toutes ne l’é­taient pas, et toutes le ne sont pas (pour celles qui existent encore) — affir­mer que toutes les socié­tés non civi­li­sées sont des­truc­trices parce que cer­taines l’ont été (ou le sont) n’aurait pas vrai­ment de sens. En revanche, l’his­toire nous enseigne que toutes les civi­li­sa­tions ont été des désastres éco­ci­daires et qu’il ne pour­rait en être autre­ment, en rai­son des carac­té­ris­tiques tech­niques et cultu­relles (taille/échelle, pra­tiques, valeurs, etc.) qui défi­nissent la civi­li­sa­tion. La diver­si­té des socié­tés — des cultures — non civi­li­sées, est telle qu’on ne peut se per­mettre de toutes les amal­ga­mer. Pour le dire autre­ment, si les carac­té­ris­tiques qui défi­nissent la civi­li­sa­tion impliquent tou­jours inéga­li­tés sociales et insou­te­na­bi­li­té (des­truc­ti­vi­té) éco­lo­gique, l’on ne peut en dire autant des socié­tés non civilisées.


Notes

  1. https://www.newyorker.com/magazine/2017/09/18/the-case-against-civilization
  2. Vous pou­vez lire ici : https://partage-le.com/2017/10/7962/ un extrait de l’introduction de ce livre, qui sera bien­tôt publié en France. Deux autres excel­lents livres de James C. Scott ont été tra­duits en fran­çais : Petit éloge de l’anarchisme et Zomia ou L’art de ne pas être gou­ver­né. Ils sont à lire !
  3. Voir éga­le­ment les vingt pré­misses de son livre End­game, que nous avons tra­duites et publiées dans un article inti­tu­lé « Quel est le pro­blème avec la civi­li­sa­tion ? » : https://partage-le.com/2015/03/ce-qui-ne-va-pas-avec-la-civilisation-derrick-jensen/
  4. Charles Fou­rier, Théo­rie des quatre mou­ve­ments et des des­ti­nées géné­rales.
  5. Fran­çois Jar­rige, « Gra­velle, Zis­ly » et les anar­chistes natu­riens contre la civi­li­sa­tion indus­trielle, Le Pas­sa­ger clan­des­tin, 2016. 
  6. La « civi­li­sa­tion », cette catas­trophe (par Aric McBay / Tho­mas C. Pat­ter­son) : https://partage-le.com/2015/02/1084/
  7. L’agriculture ou la pire erreur de l’histoire de l’humanité (par Jared Dia­mond & Clive Den­nis) :https://partage-le.com/2016/09/lagriculture-ou-la-pire-erreur-de-lhistoire-de-lhumanite-par-jared-diamond-clive-dennis/
  8. Non, les hommes n’ont pas tou­jours fait la guerre (par Mary­lène Patou-Mathis) : https://www.monde-diplomatique.fr/2015/07/PATOU_MATHIS/53204
  9. Lewis Mum­ford, Le mythe de la machine.
  10. L’étrange logique der­rière la quête d’énergies « renou­ve­lables » : https://medium.com/@niko7882/l%C3%A9trange-logique-derri%C3%A8re-la-qu%C3%AAte-d-%C3%A9nergies-renouvelables-3b3beb53d58b
  11. Le « déve­lop­pe­ment durable » est un men­songe (par Der­rick Jen­sen) : https://partage-le.com/2015/12/le-developpement-durable-est-un-mensonge-par-derrick-jensen/
  12. Racists crea­ted the Noble Savage (Des racistes ont inven­té le bon sau­vage) : https://www.theguardian.com/world/2001/apr/15/socialsciences.highereducation
  13. https://www.goodplanet.org/fr/domaine/projection-debat-sommes-lhumanite/

Print Friendly, PDF & Email
Total
41
Shares
26 comments
  1. Quand ce sera le présent !

    Main­te­nant que toutes les Civilisations
    pour­ries, tombent en putréfaction,
    voi­ci bien­tôt poindre l’aurore nouvelle
    l’aurore sociale des temps nouveaux,
    où la Nature fait éclore des cerveaux
    rem­plis de Vie Universelle
    déga­gés de tout dogme, évoluant
    chaque jour et pen­sant constamment !
    L’intellect de l’individu arrive à son apogée !
    Superbe résul­tat de l’idée d’Anarchie propagée !

    Hen­ri ZISLY.

    (Quand ce sera le pré­sent ! — La Nou­velle Huma­ni­té, n°11/12, Novembre-Décembre 1896)

    Texte publié dans Natu­riens, végé­ta­riens, végé­ta­liens et cru­di­vé­gé­ta­liens dans le mou­ve­ment anar­chiste fran­çais (1895–1938), Sup­plé­ment au n°9, Série IV, de la revue Inva­riance, paru en Juillet 1993.

  2. Excellent texte, comme d’ha­bi­tude sur « Le-Partage »,
    à dif­fu­ser lire et relire !
    Mer­ci Nico­las Cassaux.

  3. Et si le pro­blème n’é­tait pas plu­tôt « notre civi­li­sa­tion » occi­den­tale qui s’est répan­due à tra­vers le monde avec la « modernité » ?
    Une civi­li­sa­tion est avant tout un para­digme, une vision de l’homme, de l’u­ni­vers et de la vie et est géné­ra­le­ment rat­ta­chée à une tradition.N’est ce donc pas plu­tôt notre para­digme qui est à remettre en question ?

    1. « Une civi­li­sa­tion est avant tout un para­digme, une vision de l’homme, de l’univers et de la vie et est géné­ra­le­ment rat­ta­chée à une tra­di­tion », non ça c’est ta défi­ni­tion toute per­son­nelle de la civi­li­sa­tion, ce n’est ni sa défi­ni­tion his­to­rique ni sa signi­fi­ca­tion éty­mo­lo­gique. Cette atti­tude qui consiste à vou­loir défi­nir la civi­li­sa­tion autre­ment que par ce qui la défi­nit en réa­li­té, qui consiste à vou­loir conti­nuer à uti­li­ser ce concept/mot de manière posi­tive, témoigne seule­ment de la réus­site du condi­tion­ne­ment, de la mis­sion civi­li­sa­trice. Les civi­li­sés bien civi­li­sés sont atta­chés au concept de civi­li­sa­tion comme à leur propre vie.

      1. OK, débar­ras­sons-nous du mot civi­li­sa­tion, je vois qu’il pol­lue trop les échanges. La véri­table ques­tion n’est elle pas, comme évo­qué dans le texte, « la place de l’être humain sur Terre » ?
        Ce que je tra­duis par une concep­tion de l’homme, de l’u­ni­vers, de la vie, qui est à revoir, pour refon­der une « manière » de vivre col­lec­ti­ve­ment, une socié­té, y com­pris des villes ? Ou seule la petite échelle, le clan, la tri­bu (sans conno­ta­tion péjo­ra­tive) serait légi­time à vos yeux ?

        1. Il ne s’a­git pas de « légi­ti­mi­té », mais de sou­te­na­bi­li­té, de via­bi­li­té. Le concept de ville, par essence, implique une échelle impor­tante. La civi­li­sa­tion est éty­mo­lo­gi­que­ment liée à la ville. La ville est concep­tuel­le­ment, et par défi­ni­tion, une forme d’ha­bi­tat insou­te­nable. Vous voyez le pro­blème ? Vous allez me dire, mais, ne pour­rait-on pas inven­ter des villes éco­lo­giques ? Et je pense qu’on retombe dans la pen­sée magique. Une ville éco­lo­gique, c’est un vil­lage. Pour des rai­sons tout à faits phy­siques de capa­ci­té de charge, de trans­port, de rési­lience, etc.

  4. L’ef­fon­dre­ment de la civi­li­sa­tion oui.
    Il y a un truc qui me plaît bien.
    Au fond des océans dans la fosse des Mariannes, il y a une vie. Par ‑6000 mètres elle sup­porte la pres­sion et de hautes températures.
    Cet vie subsistera.
    Elle pour­ra, après nous, pré­sen­ter l’é­tin­celle qui ren­dra la vie à la terre.
    La nature repren­dra ses droits. (bien que nous en fai­sons par­tie, nous ne lui sommes pas indispensables ;-))
    S’il reste des humains (pas sur) ce seront for­cé­ment des sauvages.
    Quel pied !.…

  5. « Cet éco­cide et cet eth­no­cide ne sont pas des acci­dents de par­cours, ils découlent du fonc­tion­ne­ment nor­mal de la civi­li­sa­tion (les autres civi­li­sa­tions ne se com­por­tèrent pas autrement). »

    Peut-être pour com­plé­ter : il y aurait une dif­fé­rence entre notre époque et celles que connurent les civi­li­sa­tions pré­cé­dentes. Je suis en train de lire B. Stie­gler, « Dans la dis­rup­tion ». Si j’ai bien com­pris, il dit que nous vivons une « absence d’é­poque » dans laquelle les évo­lu­tions tech­no­lo­giques sont trop rapides pour que la socié­té puisse s’y adap­ter. Les struc­tures sociales sont détruites. Au niveau indi­vi­duel, les capa­ci­tés de réflexion, concep­tion, choix, rêve… sont éga­le­ment détruites par les tech­no­lo­gies qui nous pro­posent trop rapi­de­ment des choses à pen­ser ou à désirer.
    Tout ceci favo­rise la folie et la dés­in­hi­bi­tion (lien avec l’u­bris, mais j’ai pas tout com­pris) lisible autant dans les agis­se­ments ter­ro­ristes que dans les stra­té­gies de des­truc­tions des struc­tures sociales de cer­tains entrepreneurs. 

    Autre­ment dit, la civi­li­sa­tion dans laquelle nous vivons n’au­rait-elle pas en plus comme spé­ci­fi­ci­té de ne même plus per­mettre une vie sociale et intellectuelle ? 

    (PS. Pas sûre d’a­voir bien lu Stie­gler, c’est vrai­ment très compliqué)

  6. Bon­jour,
    Je trouve votre angle de vue tout à fait per­ti­nent, comme sou­vent. Néan­moins, je me fais sys­té­ma­ti­que­ment les même remarques à la fin de la lec­ture de vos articles :
    — la pre­mière rejoint celle de Cyril Dion qui (dans l’é­pi­sode 10 de la web-série Next notam­ment) ne nie pas la per­ti­nence de votre axio­ma­tique sur la civi­li­sa­tion mais dit qu’il sera dif­fi­cile pour le cou­rant DGR de convaincre une masse cri­tique de per­sonnes de la suivre. Je le rejoins sur ce point car je crois qu’a­vant l’ef­fon­dre­ment n’ait lieu, la majo­ri­té d’entre nous (au sein des pays « civi­li­sés ») ne renon­ce­ra pas à son confort (certes asser­vis­sant et nui­sible pour le vivant). C’est pour­quoi le récit que vous por­tez me semble per­ti­nent mais ne pour­rait « prendre », s’an­crer, être audible par le plus grand nombre qu’a­près l’effondrement.

    - la seconde remarque : tant que nous aurons une créa­tion moné­taire fon­dée sur le cré­dit ban­caire, nous serons condam­nés à une crois­sance expo­nen­tielle c’est à dire à une des­truc­tion des res­sources pla­né­taires et des éco­sys­tèmes. Pour faire le lien avec la pre­mière remarque : la majo­ri­té d’entre nous ne renon­ce­ra pas à la mon­naie comme moyen d’é­change de son plein gré.
    Tout éco­lo­giste (quelle que soit son obé­dience) devrait donc s’in­té­res­ser à une alter­na­tive exis­tante : la mon­naie libre qui n’est pas éner­gi­vore et consti­tue un moyen de se sous­traire à une oli­gar­chie poli­tique et finan­cière (c’est à dire à la cen­tra­li­sa­tion, condi­tion de tout pouvoir).

    - Enfin, j’es­père que tout membre de DGR qui se res­pecte vit en dehors des villes pour ne pas par­ti­ci­pé à l’é­co­cide dont vous par­lez et met une par­tie non négli­geable de son éner­gie à vivre dans des mai­sons auto­nomes. Car aujourd’­hui, plus qu’­hier et bien moins que demain, la condi­tion de notre liber­té et du lien que nous serons capables de recréer avec les éco­sys­tèmes dans les­quels nous nous ins­cri­vons, dépen­dra de notre capa­ci­té à être autonomes.

    Mer­ci pour vos articles

    1. Salut, il me semble que tu ne sai­sis pas exac­te­ment l’ob­jec­tif de DGR, à te lire. On ne cherche pas à obte­nir une grande liber­té indi­vi­duelle. On ne pré­tend pas non plus que l’im­por­tant est d’a­voir l’im­pact envi­ron­ne­men­tal le plus faible (Cyril Dion recon­naît lui-même que ça ne sert à rien, sinon, voir ici : https://partage-le.com/2015/03/oubliez-les-douches-courtes-derrick-jensen/). Notre objec­tif est sim­ple­ment d’ai­der à la for­ma­tion d’un mou­ve­ment mili­tant qui fera ce qu’il faut pour pré­ci­pi­ter l’é­crou­le­ment de la civi­li­sa­tion indus­trielle. En outre, ton pre­mier point est absurde, ain­si que j’ai essayé de le faire remar­quer concer­nant Dion. For­mu­ler ton dis­cours de manière à plaire, en bon oppor­tu­niste, ne pas dire la véri­té telle que tu la com­prends sim­ple­ment pour tou­cher plus de monde, cela n’a aucun inté­rêt. Dion ras­semble les foules. Génial. Avec un mes­sage qui est nui­sible, cela nous fait une belle jambe. Le but n’est pas de tou­cher le plus de monde, quitte à dire ce que les gens veulent entendre et non pas la véri­té. Cela n’au­rait aucun sens. Le but est d’é­veiller un maxi­mum de per­sonnes aux réa­li­tés des pro­blé­ma­tiques actuelles. Il ne sert à rien d’a­voir des mil­lions de per­sonnes avec toi si elles ne com­prennent rien de la situa­tion. L’his­toire n’a jamais été bou­le­ver­sée par les masses, mais par les fameuses « mino­ri­tés agis­santes », oui.

  7. Je suis d’ac­cord avec l’a­na­lyse sur la défi­ni­tion et l’é­vo­lu­tion de la civi­li­sa­tion mais il y a un point qui me chif­fonne. Outre que l’au­teur uti­lise inter­net pour dif­fu­ser l’ar­gu­men­taire, ce qui n’in­va­lide pas l’ar­gu­ment mais illustre la contra­dic­tion dans laquelle nous sommes voués à vivre au quo­ti­dien… outre cela, l’a­na­lyse his­to­rique du fait « civi­li­sa­tion­nel » semble incomplet.
    Oui les tri­bus de chas­seurs-cueilleurs ont prou­vé qu’elles étaient plus « stables » et en équi­libre, oui d’an­ciennes civi­li­sa­tions ont déjà détruit l’é­co­sys­tème (comme la Méso­po­ta­mie, etc…) et se sont effon­drées. Mais sur tout cet inter­valle de temps le prin­cipe de civi­li­sa­tion ne s’est pas effon­dré, il s’est dif­fu­sé au contraire. Dans un autre livre qu’ « Effon­dre­ment », Jared Dia­mond livre toute une liste d’ar­gu­ments pour sou­te­nir que l’être humain a adop­té les évo­lu­tion tech­niques (comme l’a­gri­cul­ture) à par­tir du moment où elles étaient effec­ti­ve­ment pra­ti­cables dans son éco-sys­tème. Bref il tend à pen­ser qu’il y a une nature humaine unique qui pousse à l’ « inno­va­tion ». Bien sûr son argu­men­taire n’est pas défi­ni­tif mais il interroge.
    Il montre aus­si que l’é­mer­gence des cités est une consé­quence de la den­si­fi­ca­tion de la démo­gra­phie, donc sor­tir du mode de vie de la ville revient déjà à repen­ser la nata­li­té et le contrôle démo­gra­phique. Pour­quoi pas, si les gens en sont d’accord.
    Mais ce n’est pas encore ce qui me semble le plus dis­cu­table : la vraie ques­tion par rap­port à l’i­dée de l’ef­fon­dre­ment c’est jus­qu’où le dés­équi­libre peut-il se pro­pa­ger. Les trans­hu­ma­nistes répon­dront par exemple que le voyage inter­stel­laire répond aux ques­tions de des­truc­tion de l’é­co­sys­tème. Il y en a que ça fait rigo­ler mais je pense que ça doit plu­tôt faire froid dans le dos. Parce que tech­no­lo­gi­que­ment je ne vois pas dans nos connais­sances actuelles de réelles limites à ce que cette expan­sion se fasse et recule de plu­sieurs mil­lé­naires la ques­tion de l’ « effon­dre­ment ». On est dans un choix moral, idéo­lo­gique, pas dans une impasse tech­nique. Et les idéo­logues uti­li­se­ront la pres­sion démo­gra­phique, la pres­sion cli­ma­tique pour faire valoir qu’ « on n’a pas le choix ».
    Ce que l’his­toire nous enseigne c’est que s’il faut colo­ni­ser et ter­ra­for­mer Mars, l’homme le fera. Et à mon avis il com­men­ce­ra par « ter­ra­for­mer » la Terre ! Non pas qu’il soit mas­si­ve­ment bon ou mau­vais, mais parce que la mino­ri­té (comme c’est expli­qué dans votre texte) arrive géné­ra­le­ment à impo­ser ses choix en construi­sant des désastres écologiques.
    La seule solu­tion serait non seule­ment de démon­ter une idéo­lo­gie qui s’est insé­rée dans chaque recoin de notre quo­ti­dien, mais en plus de convaincre qu’en sor­tir serait pra­ti­que­ment réa­li­sable sans pro­vo­quer une guerre civile pla­né­taire. Faute de quoi la fuite en avant paraî­tra tou­jours une solu­tion pré­fé­rable, même à ceux qui détestent cette civilisation !

    1. A la dif­fé­rence que,
      — s’il nous a été pos­sible de résoudre la crise du néo­li­thique par l’a­dop­tion de l’a­gri­cul­ture et le début de la domes­ti­ca­tion de la nature, ce qui évi­dem­ment a engen­dré un autre type de crise, de bulle, à plus long terme ;
      — s’il a été dans nos cordes de sur­mon­ter la crise de l’é­poque moderne (illus­tra­tion : de la fin du moyen âge à l’an 1900, « il n’y avait plus un arbre dans les Pyré­nées »), par l’u­ti­li­sa­tion des éner­gies fos­siles pour engen­drer l’in­dus­tria­li­sa­tion du monde,
      — il sera impos­sible à l’être humain de ter­ra­for­mer Mars, pour la pre­mière bonne rai­son que, et les textes écrits ou tra­duits par Nico­las Cazaux le mettent en avant, pour la bonne rai­son que l’homme est insé­pa­rable de la nature, la sépa­ra­tion de l’homme d’a­vec la nature est un mythe, et même un mythe primordial. 

      Bien que nous ayons cou­pé le cor­don ombi­li­cal en nais­sant, nous sommes com­plè­te­ment inté­grés, dépen­dants, fai­sant par­tie, de notre envi­ron­ne­ment vital, celui qui est situé entre le niveau de la mer et quelques km d’al­ti­tude, et sur la terre ferme, avec air, eau et ali­ment, gra­vi­té, pres­sion et tem­pé­ra­ture. Indé­pas­sables. Nous ne vivrons jamais au fond des océans, fond qui est pour­tant à seule­ment quelques km de nous.

      Ter­ra­for­mer Mars sert à écrire des livres de science-fic­tion, qui d’ailleurs peuvent être excellents.

      1. Je n’ai pas d’a­vis scien­ti­fique sur la ques­tion. Mais il me semble qu’af­fir­mer que l’homme ne peut pas se « sépa­rer de la nature » n’a rien d’é­vident. Oui, c’est un mythe fon­da­men­tal, le mythe d’A­dam et Eve et du Para­dis Perdu.
        Mais l’homme est fas­ci­né par ses mythes, jus­qu’à les dépas­ser… à l’é­poque grecque, pou­voir faire voler un être humain était un mythe. Aujourd’­hui, avec un équi­pe­ment adé­quat ça se fait. Depuis l’an­ti­qui­té on ima­gi­nait des machines de métal capables de se mou­voir de manière auto­nome. C’é­tait un mythe. Je pour­rais en citer des quantités…
        Chaque mythe réa­li­sé et dépas­sé nous a un peu plus dépos­sé­dés de notre huma­ni­té et a contri­bué à détruire l’en­vi­ron­ne­ment, mais ça n’a pas frei­né l’homme, au contraire !
        Beau­coup d’entre nous passent leur vie dans appar­te­ments et des voi­tures cli­ma­ti­sées, sans vrai­ment voir le soleil caché par un voile de pol­lu­tion, dans un envi­ron­ne­ment où les arbres sont des lam­pa­daires en métal. Les cultures poussent dans des terres dévas­tées par les engrais et les pes­ti­cides, quand il ne s’a­git pas pure­ment et sim­ple­ment de culture hors sol. Les com­plé­ments ali­men­taires fleu­rissent, y com­pris chez les vegans qu’on pour­rait croire proches de la nature.
        L’hu­ma­ni­té « civi­li­sée » est déjà lar­ge­ment sépa­rée de la nature. Je pense que nous sommes en train de « ter­ra­for­mer la Terre », c’est à dire de créer des condi­tions d’exis­tence sur Terre tel­le­ment dégra­dées que nous serons capables de les repro­duire ailleurs. Je ne vois aucune rai­son de pen­ser que l’hu­ma­ni­té ne pour­rait pas à terme colo­ni­ser Mars (non pas que je le sou­haite). Je ne dis pas qu’elle y vivra « en équi­libre », mais ça fait long­temps qu’elle a renon­cé à vivre en équilibre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les ravages de l’industrialisme : les impacts des nouvelles et des hautes technologies

Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouissent d'une image d'industrie propre, non polluante, pouvant contribuer à la résolution des problèmes environnementaux. Cette perception, entretenue par les fabricants, les publicitaires, les politiques, est le fruit de notions largement diffusées comme la dématérialisation, l'informatique dans les nuages (cloud computing)... qui nous laissent croire que toutes ces infrastructures, tous ces équipements, n'ont guère d'impacts sur notre environnement.