Sur la non-abolition de l’esclavage (par Nicolas Casaux)

La Gua­de­loupe s’énerve, elle a toutes les rai­sons du monde. Nous aussi.

En 1848, dans ses colo­nies, et pour la seconde fois, la France abo­lit — sup­po­sé­ment, offi­ciel­le­ment, for­mel­le­ment — l’esclavage, que le glo­rieux père fon­da­teur du sys­tème sco­laire et de nombre des ins­ti­tu­tions gou­ver­ne­men­tales encore exis­tantes — Napo­léon Bona­parte (par­fois sur­nom­mé « le père de l’Europe » ou « le père des nations euro­péennes ») — avait res­tau­ré en 1802, après une pre­mière ten­ta­tive d’a­bo­li­tion en 1794.

Cette (seconde et der­nière) abo­li­tion sur­vient à ce moment-là en rai­son d’une conver­gence de fac­teurs, sociaux et éco­no­miques, par­mi les­quels « les déve­lop­pe­ments de la phi­lo­so­phie morale sur l’égalité du genre humain », « des condi­tions éco­no­miques qui ren­daient le sucre de canne plus cher que le sucre de bet­te­rave » et « les révoltes des escla­vi­sés », par exemple à Saint-Domingue (Myriam Cot­tias, « La seconde abo­li­tion de l’esclavage dans les colo­nies fran­çaises en 1848 », Huma­nisme n°319, 2018). Elle est donc orga­ni­sée à la fois parce que les colo­nia­listes n’ont plus vrai­ment le choix, et parce qu’elle peut s’avérer oppor­tune. Il s’agissait pour eux, en somme, et sui­vant le célèbre apho­risme de Giu­seppe Toma­si di Lam­pe­du­sa, de « tout chan­ger pour que rien ne change ».

C’est pour­quoi, rap­pelle l’historienne Nel­ly Schmidt dans son livre La France a‑t-elle abo­li l’esclavage ? (les cita­tions qui suivent, sauf indi­ca­tion, sont toutes tirées de cet ouvrage) :

« Les mots de l’émancipation furent […] ordre, tra­vail, famille, oubli du pas­sé, récon­ci­lia­tion sociale et recon­nais­sance à l’égard de la Répu­blique éman­ci­pa­trice. Les pro­cla­ma­tions des gou­ver­neurs, des com­mis­saires géné­raux de la Répu­blique, les ins­truc­tions qu’ils reçurent regor­geaient d’un voca­bu­laire tout aus­si coer­ci­tif, auto­ri­taire que paternaliste. »

Dans « la grande trans­for­ma­tion sociale qu’allaient vivre les colo­nies », une chose appe­lée « liber­té » allait devoir « rem­pla­cer le fouet » :

« de fait, les décrets annexes à celui de l’émancipation conso­li­dèrent dans leurs moindres détails les cadres très rigides d’une réor­ga­ni­sa­tion de la vie sociale sans escla­vage et de conso­li­da­tion du sys­tème colonial ».

Les ins­truc­tions des com­mis­saires géné­raux de la Répu­blique puis des gou­ver­neurs étaient claires :

« tra­vail, ordre public, étroite sur­veillance des cultures et des récoltes devaient être leurs prio­ri­tés. Les média­teurs au concours des­quels ils avaient fait appel, presse, cler­gé, ensei­gnants, devaient eux aus­si faire l’objet d’un enca­dre­ment strict et sans cesse renou­ve­lé. Une nou­velle régle­men­ta­tion du tra­vail ne tar­da pas à être mise en œuvre. La construc­tion des pre­mières “fabriques” sucrières à par­tir de 1844 en Gua­de­loupe et en Mar­ti­nique puis les recom­man­da­tions de la com­mis­sion d’abolition de l’esclavage de 1848 ouvrirent une phase nou­velle, celle des usines cen­trales. Le temps des usi­niers fut celui du “bon ouvrier” agricole […]. »

Nel­ly Schmidt résume ain­si « les moyens aux­quels les auto­ri­tés colo­niales recou­rurent de manière immé­diate, dès 1848, pour main­te­nir un contrôle de la popu­la­tion rela­ti­ve­ment efficace » :

« épu­ra­tion du per­son­nel admi­nis­tra­tif et poli­cier, ren­for­ce­ment des forces de l’ordre, inter­dic­tion des clubs et autres réunions poli­tiques, répres­sion du vaga­bon­dage. Une sur­veillance étroite des moyens de com­mu­ni­ca­tion fut orga­ni­sée par les ser­vices de douanes le long des côtes et par des offi­ciers char­gés de contrô­ler l’emploi et la cir­cu­la­tion des nou­veaux libres sur les routes et che­mins. Les direc­teurs d’organes de presse devaient venir prendre les ins­truc­tions des gou­ver­neurs lors de réunions heb­do­ma­daires. Les forces de l’ordre repré­sen­taient dans chaque colo­nie envi­ron 2 600 hommes. À cela s’ajoutaient les milices dont les gou­ver­neurs esti­mèrent qu’elles pou­vaient, en cas de mobi­li­sa­tion géné­rale, repré­sen­ter un appoint de 4 500 à 6 000 hommes sus­cep­tibles d’être en armes dans chaque colo­nie. Les mesures prises en vue de la répres­sion à l’égard de tous ceux qui cir­cu­le­raient sans être por­teurs d’un livret de tra­vail attes­tant d’un emploi puis d’un pas­se­port inté­rieur visé par le maire de leur com­mune étaient en fait consi­dé­rées comme le moyen de contrôle le plus sûr. Des enquê­teurs étaient en outre dési­gnés dans les bourgs pour la sur­veillance régu­lière, plu­sieurs fois par an, des cultures pra­ti­quées par les nou­veaux libres. Les super­fi­cies de ter­rain non plan­tées en canne à sucre devaient par exemple demeu­rer réduites et limi­tées à une pro­duc­tion fami­liale sous peine de paie­ment d’une taxe. Le com­mis­saire géné­ral Gatine, en Gua­de­loupe, avait bien résu­mé les prin­cipes d’action adop­tés : “répres­sion immé­diate, jus­tice prompte et som­maire, amen­de­ment des condam­nés par le tra­vail disciplinaire”. »

En Mar­ti­nique, Fran­çois-Auguste Per­ri­non (dépu­té abo­li­tion­niste fran­çais et pre­mier gou­ver­neur métis de la Mar­ti­nique suite à l’a­vè­ne­ment de la seconde répu­blique), pro­clame, le 4 juin 1848, à l’intention des « culti­va­teurs » (ou « nou­veaux libres ») :

« Une ère nou­velle vient de s’ouvrir pour vous, vous êtes deve­nus citoyens fran­çais. […] Ce beau titre vous impose aus­si des devoirs : le pre­mier et le plus sain de tous est le travail. »

Vous voi­là libres de tra­vailler pour vos anciens maîtres (ou de cre­ver de faim). Quelle chance.

Au même moment, en Gua­de­loupe, le com­mis­saire géné­ral Adolphe Gatine (choi­si par le célèbre « abo­li­tion­niste » Vic­tor Schœl­cher) explique aux « nou­veaux libres » :

« La liber­té que je vous ai appor­tée, au nom de la France répu­bli­caine, ne serait pour vous qu’un funeste pré­sent, si l’ordre et le tra­vail n’étaient plus assu­rés que jamais. La misère publique et l’anarchie feraient bien­tôt le mal­heur de tous. On mau­di­rait la liberté ! […] 

Hon­neur à ceux qui ont repris le tra­vail ! Repre­nez-le tous à la voix de votre com­mis­saire général.

C’est pour vous désor­mais que vous culti­vez la terre. Elle n’ap­par­tient pas à tous les hommes ; elle est la pro­prié­té de ceux qui l’ont acquise légi­ti­me­ment ; mais, fécon­dée par vos bras, elle sera pour vous une bonne mère ; vous aurez votre part de ses riches produits.

Cette part, il faut la régler par libre conven­tion entre vous et les pro­prié­taires, mais tou­jours avec jus­tice et modé­ra­tion ; n’ou­bliez pas cela.

Les cases appar­tiennent au pro­prié­taire, comme les jar­dins, parce qu’elles sont sur son ter­rain, et, en géné­ral, construites à ses frais. Dans le cas même où des maté­riaux auraient été four­nis pour vous ou par des tiers, le pro­prié­taire peut s’op­po­ser à l’en­lève ment de ces maté­riaux, s’il offre d’en payer la valeur ; en sorte que vous ne pou­vez jamais, sans son consen­te­ment, res­ter dans les cases ou les détruire.

Mais les pro­prié­taires, si vous tra­vaillez chez eux, au salaire, ou par asso­cia­tion, vous lais­se­ront la jouis­sance des cases et des jar­dins que vous culti­ve­rez le samedi. »

En Guyane, tou­jours dans le même temps (en 1848), l’ancien gou­ver­neur Aimé Pari­set met la popu­la­tion nou­vel­le­ment libé­rée en garde quant au « nou­vel ordre social » :

« La Répu­blique vous a appe­lés sans tran­si­tion de l’esclavage à la liber­té. […] Prou­vez que pour vous, comme pour vos frères d’Europe, vous sau­rez gar­der la noble devise de la France : la Liber­té, l’Égalité, la Fra­ter­ni­té, dans un tra­vail fruc­tueux et hono­rable, dans la paix publique, dans les liens de la famille, dans l’obéissance aux lois de la reli­gion et de la patrie. »

En contre­point, les colo­ni­sa­teurs menaient déjà depuis des années une lutte achar­née, impi­toyable, contre les esclaves fau­teurs de troubles. Beau­coup furent tués, et beau­coup d’autres dépor­tés pour ser­vir ailleurs, dans d’autres colo­nies, ou ven­dus à d’autres empires coloniaux.

Nel­ly Schmidt explique :

« “Dan­ger”, “péril”, “sédi­tion”, “ruine des colo­nies” furent éga­le­ment les leit­mo­tive des comptes ren­dus de pro­cès poli­tiques par­ti­cu­liè­re­ment nom­breux en Gua­de­loupe en 1849–1851. Les termes de “sub­sti­tu­tion” et de “sépa­ra­tisme” étaient alors syno­nymes d’agitation poli­tique et de risque de perte de la colo­nie par la France, donc d’indépendance. “Com­mu­nisme”, “anar­chie”, “par­tage des terres”, telle était la menace [que diverses fac­tions sédi­tieuses fai­saient] peser sur l’ordre colo­nial. Il fal­lait faire front contre le “socia­lisme colo­nial” et les “rouges”. »

Beau­coup

« furent empri­son­nées pour des pré­textes tels que port de dra­peaux rouges, chan­sons poli­tiques jugées sub­ver­sives, “cris sédi­tieux” et orga­ni­sa­tion de cha­ri­va­ris dans les rues. Plu­sieurs pro­cès furent orga­ni­sés, jugés en conseil de guerre. Les comptes ren­dus d’audience furent publiés sous le titre Causes célèbres des colo­nies et ven­dus à très bas prix en tant qu’éléments de pro­pa­gande poli­tique. Il fal­lait impres­sion­ner la popu­la­tion. Le 13 juillet 1850, Joseph Ize­ry dit Sixième, pêcheur âgé de vingt-sept ans, fut condam­né à mort pour avoir mis le feu à sa paillasse dans sa case sur lllet Chan­treau, au large de Pointe-à-Pitre. Il fut exé­cu­té le 17 août sui­vant sur la place de la Vic­toire, la tête tran­chée à la hache sur un écha­faud pla­cé à l’extrémité de la place, en pré­sence d’un “grand déploie­ment de forces” : gen­darmes, infan­te­rie et artille­rie de marine avaient été mobi­li­sés pour l’occasion. Après l’exécution, le cadavre fut pro­me­né dans la ville sur un cabrouet… »

Aus­si, après l’abolition (for­melle) de l’esclavage de 1848, et en vue de conti­nuer de béné­fi­cier d’une main d’œuvre par­ti­cu­liè­re­ment docile et bon mar­ché, les colons et pro­prié­taires impor­tèrent en Gua­de­loupe et en Mar­ti­nique (et en Guyane aus­si) des mil­liers d’Africains, plus d’un mil­lier de Chi­nois et des dizaines de mil­liers d’Indiens (d’Inde) — entre autres. La concur­rence entre ces « immi­grants » (qui connurent une mor­ta­li­té très éle­vée) et les « nou­veaux libres » tiraient vers le bas les salaires de misère que les pro­prié­taires leur proposaient.

Sans sur­prise, des enquêtes gou­ver­ne­men­tales menées en 1872 puis en 1877–1878 « indi­quèrent une pau­vre­té per­sis­tante » des « nou­veaux libres ».

En 1930, environ,

« le sys­tème de pro­duc­tion tel qu’il s’était construit sous l’esclavage, favo­ri­sant exclu­si­ve­ment les pro­duc­tions d’exportation, ban­nis­sant toute pro­duc­tion pour la consom­ma­tion locale, était encore en vigueur ».

Les békés « pos­sé­daient les neuf dixièmes des terres ».

Alors, la France a‑t-elle abo­li l’esclavage ? Non, évi­dem­ment pas. Sui­vant l’air du temps, elle lui a sim­ple­ment don­né une forme nou­velle, comme le remarque Tol­stoï dans L’Esclavage moderne (1900) :

« L’abolition du ser­vage et l’affranchissement des noirs mar­quèrent seule­ment la dis­pa­ri­tion d’une ancienne forme vieillie et inutile de l’esclavage, et l’avènement immé­diat d’une forme nou­velle plus solide, plus géné­rale et plus oppressive. »

Le sala­riat, l’exploitation capi­ta­liste, évi­dem­ment pré­sen­tée comme une for­mi­dable liber­té (de se vendre aux pos­sé­dants, anciens maîtres, sei­gneurs, etc., ou de cre­ver) par les­dits pos­sé­dants, par les pro­prié­taires et les gouvernants.

La véri­table abo­li­tion de l’esclavage exi­ge­rait qu’on remette toutes les cartes sur la table, qu’on décide tous ensemble, col­lec­ti­ve­ment, de la manière dont on sou­hai­te­rait vivre. Que toutes les ins­ti­tu­tions exis­tantes soient abro­gées, jusqu’au sys­tème de pri­va­ti­sa­tion, d’accaparement de la terre au pro­fit des êtres humains (et tout par­ti­cu­liè­re­ment d’une mino­ri­té d’êtres humains). Une entre­prise colos­sale, qui doit com­men­cer par ger­mer dans suf­fi­sam­ment d’esprits, puis se concré­ti­ser à des échelles humaines, loca­le­ment, s’incarner dans des col­lec­tifs véri­ta­ble­ment abolitionnistes.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
7
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Appel contre la censure et l’intimidation dans les espaces d’expression libertaire

Ci-après, un appel récupéré sur le site de PMO (Pièces et Main d'Oeuvre). En date de 2014, il n’a rien perdu de son actualité, de sa pertinence. Aujourd'hui, plus encore qu’en 2014, à l'heure du confinement sur les rézoos antisociaux, un certain nombre de soi-disant antifascistes ou anarchistes se permettent d'insulter en chœur — c'est plus simple ça évite de devoir réfléchir — diverses personnes ou groupes, en recourant notamment à des qualificatifs en « phobe » ou en « iste » [...]
Lire

Les sports populaires à l’âge de la machine : contrôler, distraire et stimuler les foules (par Lewis Mumford)

Il y a toutefois dans la civilisation moderne toute une série de fonctions compensatrices qui, loin de rendre possible une meilleure intégration, ne servent qu’à stabiliser l’état existant — et qui, en fin de compte, font partie de l’embrigadement même quelles sont censées combattre. La plus importante de ces institutions est sans doute le sport populaire. On peut définir ce genre de sport comme une pièce de théâtre dans laquelle le spectateur importe plus que l’acteur, et qui perd une bonne partie de son sens lorsqu’on joue le jeu pour lui-même. Le sport populaire est avant tout un spectacle.