La grande cuisine indienne (film)

The Great Indian Kit­chen — « La grande cui­sine indienne » — est un film indien, en malaya­lam (une langue dra­vi­dienne par­lée dans l’État du Kera­la), sor­ti en 2021. « Le film raconte l’his­toire d’une femme récem­ment mariée qui s’efforce d’être l’é­pouse sou­mise que son mari et sa famille attendent qu’elle soit. »

Rap­pe­lez-vous cette jeune fille presque libre que vous étiez, lorsque vous dan­siez, des­si­niez, chan­tiez, grim­piez aux arbres ou pra­ti­quiez une acti­vi­té qui vous pro­cu­rait une joie incon­di­tion­nelle, ou du moins un répit face à la miso­gy­nie latente de votre socié­té. Les hommes, faites un effort : déve­lop­pez votre muscle empa­thique de manière à pou­voir vous mettre « à la place de » et non pas de « prendre la place de ». C’est l’histoire de cette jeune fille et de tant d’autres — ce pour­quoi elle n’a pas de nom. Elle est d’abord dan­seuse, avant de faire l’objet d’un mariage arran­gé pour la répu­ta­tion de sa famille. Sa mère la pré­vient : elle entre dans une famille célèbre (pour sa dévo­tion reli­gieuse). Il faut donc qu’elle obéisse, qu’elle fasse tout ce qui lui sera deman­dé. Ima­gi­nez une famille tel­le­ment patriar­cale qu’il est de votre devoir d’amener la brosse à dent à votre beau-père pour lui rap­pe­ler qu’il doit se bros­ser les dents. De lui ame­ner ses chaus­sures devant le per­ron lorsqu’il décide d’aller en ville de manière à ce qu’il n’ait pas à se bais­ser pour les mettre. Sachant que vous n’avez pour­tant pas encore d’enfant. Ima­gi­nez ne pas pou­voir uti­li­ser un cui­seur auto­ma­tique parce que ce n’est pas assez tra­di­tion­nel et que c’est trop facile. Ima­gi­nez devoir pas­ser vos jour­nées en cui­sine. Que vous deve­nez intou­chable et devez-vous enfer­mer, comme en qua­ran­taine, parce que vous avez vos règles et que c’est la cou­tume. Que l’on vous en veuille, en outre, d’avoir vos règles, que l’on vous méprise parce que pen­dant ce temps, vous ne pou­vez pas tou­cher la nour­ri­ture ni pré­pa­rer un repas : vous l’empoisonneriez. Tout ce que vous vou­liez, c’était pou­voir dan­ser. Au bout d’un moment, vous com­men­ce­riez, vous aus­si, à rêver de jeter l’éponge dans le thé, le thé sur le mari et peut-être de jeter le mari ! Et puis la reli­gion : au diable le prestige !

Audrey A.

Print Friendly, PDF & Email
Total
13
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les seigneurs de la mer & Revolution (Merci à Rob Stewart)

Le 3 février 2017, le corps du biologiste et vidéaste écologiste Rob Stewart a été retrouvé au fond de la mer, au large de la Floride, où il était allé plonger, après 72 heures de recherches intensives par bateaux, drones et hélicoptères. Parce que son travail importe énormément, bien que nous ne partagions pas certaines de ses considérations et préconisations, nous republions ici ses deux premiers films, en VO sous-titrées, en attendant et en espérant que le troisième soit finalisé et diffusé.