La farce électorale états-unienne (Chris Hedges)

chris_hedgesArticle ori­gi­nal publié en anglais sur le site de truthdig.com, le 16 juin 2015.
Chris­to­pher Lynn Hedges (né le 18 sep­tembre 1956 à Saint-Johns­bu­ry, au Ver­mont) est un jour­na­liste et auteur amé­ri­cain. Réci­pien­daire d’un prix Pulit­zer, Chris Hedges fut cor­res­pon­dant de guerre pour le New York Times pen­dant 15 ans. Recon­nu pour ses articles d’analyse sociale et poli­tique de la situa­tion amé­ri­caine, ses écrits paraissent main­te­nant dans la presse indé­pen­dante, dont Harper’s, The New York Review of Books, Mother Jones et The Nation. Il a éga­le­ment ensei­gné aux uni­ver­si­tés Colum­bia et Prin­ce­ton. Il est édi­to­ria­liste du lun­di pour le site Truthdig.com.


J’ai l’intention de ne pas consa­crer plus de temps aux élec­tions pré­si­den­tielles à venir que ce qu’il me fau­dra pour me rendre à mon bureau de vote le jour de l’élection, voter pour un can­di­dat d’un petit par­ti, pro­ba­ble­ment le can­di­dat des Verts, et ren­trer chez moi. Tout inves­tis­se­ment sup­plé­men­taire d’énergie dans ces élec­tions, y com­pris le sou­tien de la déci­sion mal­avi­sée de Ber­nie San­ders vali­dant le par­ti démo­crate en deve­nant un de ses can­di­dats à la pré­si­den­tielle, est une perte de temps.

Toutes les actions que nous entre­pre­nons doivent main­te­nant être diri­gées vers le déman­tè­le­ment des struc­tures de l’État-entreprise. Cela implique le refus de toute coopé­ra­tion. Cela implique de rejoindre ou de construire des mou­ve­ments radi­caux mas­sifs. Cela implique de régu­liè­re­ment par­ti­ci­per à des actes de déso­béis­sance civile, comme ce que font les Kayak­ti­vistes à Seat­tle, ou ce que font les com­mu­nau­tés de pêcheurs de Kodiak, Cor­do­va et Homer, ain­si qu’une dou­zaine de tri­bus indi­gènes, en Alas­ka, en s’opposant phy­si­que­ment au fra­cking, aux forages pétro­liers, à l’exploitation du gaz natu­rel, ou aux entraî­ne­ments de la US Navy dans les eaux pures de l’Arctique. Cela implique de lut­ter pour un salaire mini­mum de 12 €. Cela implique de blo­quer les rues de nos villes pour exi­ger la fin de l’utilisation sys­té­ma­tique de la force létale par la police mili­ta­ri­sée, par­ti­cu­liè­re­ment contre les per­sonnes à la fois pauvres et de cou­leur. Cela signi­fie, à grande comme à petite échelle, des actes de rébel­lion ouverte. Cela implique de tou­jours avoir comme objec­tif pre­mier la per­tur­ba­tion et le ren­ver­se­ment du pou­voir cor­po­ra­tiste. Cela implique de ne pas jouer le jeu.

L’État-entreprise cherche à nous faire par­ti­ci­per à la mas­ca­rade poli­tique des élec­tions cho­ré­gra­phiées. Il cherche à ce que nous jouions selon ses règles. Nos médias cor­po­ra­tistes, rin­cés par les dol­lars de la publi­ci­té poli­tique, inondent les ondes de ridi­cule et de tri­vial. Les can­di­dats, les son­deurs, les ana­lystes poli­tiques, les com­men­ta­teurs et les jour­na­listes célèbres four­nissent des boucles infi­nies de bla-bla « poli­tique » banal et absurde, qui n’est en réa­li­té qu’une gro­tesque forme d’anti-politique. Nous serons bom­bar­dés par cette pro­pa­gande, lar­ge­ment cen­trée sur les per­son­na­li­tés fabri­quées des can­di­dats, pen­dant plu­sieurs mois. Étei­gnez tout cela. Ça n’a aucun sens.

Les voix de ceux qui importent ne seront pas enten­dues lors de ces élec­tions. Les mar­gi­na­li­sés et les pauvres de nos colo­nies internes, les 2,3 mil­lions de déte­nus dans nos pri­sons, (et leurs familles), les musul­mans que nous per­sé­cu­tons ici et au Moyen-Orient, et la souf­france de la classe ouvrière sont obli­té­rés de la dis­cus­sion. Dans ces États-Unis Potem­kine il n’y a qu’une classe moyenne. Nos liber­tés, y com­pris notre droit à la vie pri­vée ain­si que le consen­te­ment des gou­ver­nés — tout cela nous ayant été reti­ré — sont pré­sen­tées comme sacrées et invio­lées dans cette farce élec­to­rale. On nous assure que nous vivons dans une démo­cra­tie fonc­tion­nelle. On nous pro­met que notre voix va comp­ter. Même San­ders vous dira la même chose. S’il osait se démar­quer et dire la véri­té, par­ti­cu­liè­re­ment à pro­pos du par­ti démo­crate, il serait ban­ni des débats, dia­bo­li­sé et écra­sé par l’institution démo­crate, pri­vé de son poste de pré­si­dence du comi­té séna­to­rial, et jeté dans le désert poli­tique, dans lequel Ralph Nader a été exi­lé. San­ders, mal­heu­reu­se­ment, n’a pas la force morale de Nader. Il va, le moment venu, pous­ser ses sup­por­ters, dans une embras­sade vam­pi­rique, à sou­te­nir Hil­la­ry Clin­ton. Comme le joueur de flûte de Hame­lin diri­geant une file d’enfants, ou de rats — faites votre choix — vers les oubliettes politiques.

Le théâtre poli­tique fonc­tionne, parce que de nom­breux états-uniens ont été sys­té­ma­ti­que­ment endoc­tri­nés et décon­nec­tés de la réa­li­té. Nos maîtres cor­po­ra­tistes ont construit une culture de masse cen­trée sur le culte du moi, l’hédonisme débri­dé et le spec­tacle. L’idéologie néo­li­bé­rale infeste toutes les ins­ti­tu­tions et tous les sys­tèmes de croyances. Ceux qui souffrent méritent de souf­frir. Les vic­times sont res­pon­sables de leur vic­ti­mi­sa­tion. Nous pou­vons tous obte­nir richesse et pros­pé­ri­té si l’on tra­vaille dur. Ce man­tra nous per­met d’être cruel et sans cœur envers les faibles et les plus vul­né­rables, par­ti­cu­liè­re­ment les pauvres, ain­si que les femmes et les enfants, que l’on consi­dère comme des déchets humains. Notre vision néo­li­bé­rale tor­due se défi­nit comme « le pro­grès. »

Les États-Unis s’autoproclament ver­tueux et bons, tout en infli­geant des souf­frances humaines ter­ribles, ici comme à l’étranger, à ceux qu’ils jugent indignes de vivre. La défi­ni­tion par­ti­cu­lière et auto­cen­trée du « bien » qui carac­té­rise la supré­ma­tie de l’impérialisme états-unien et du pou­voir cor­po­ra­tiste est pré­sen­tée comme un « bien » uni­ver­sel. Il y a des états-uniens, par­ti­cu­liè­re­ment ceux qu’accablent des reve­nus en baisse et un futur lugubre, qui voient dans le pou­voir de l’État une expres­sion du pou­voir per­son­nel. Ils voient dans la ver­tu mythique de la nation une ver­tu per­son­nelle. Atta­quez ces sys­tèmes de pou­voir et cette ver­tu états-unienne et ils se sen­ti­ront atta­qués et désem­pa­rés. Et l’État peut comp­ter sur ceux qui s’accrochent à ce mythe pour qu’ils se retournent avec fureur contre tous ceux d’entre nous qui cherchent à exis­ter dans un uni­vers basé sur la réa­li­té. L’État va ali­men­ter la haine chez ces « patriotes » pour inci­ter à la vio­lence contre tous les dis­si­dents. S’opposer à l’état-entreprise, refu­ser de jouer selon ses règles, sera dif­fi­cile et dangereux.

Le ser­vi­teur des sys­tèmes de pou­voir actuels est ce que Frie­drich Nietzsche appe­lait le Der­nier Homme.

« Les temps sont proches où l’homme ne met­tra plus d’étoile au monde », a écrit Nietzsche à pro­pos du Der­nier Homme dans le pro­logue d’Ain­si par­lait Zara­thous­tra. « Mal­heur ! Les temps sont proches du plus mépri­sable des hommes, qui ne sait plus se mépri­ser lui-même. »

« Ils sont très intel­li­gents et ils savent tout ce qui se passe, ils n’arrêtent donc pas de se moquer », conti­nue Nietzsche.

Le Der­nier Homme de Nietzsche dote les bana­li­tés de sa vie pri­vée de la signi­fi­ca­tion qu’il extirpe des plus larges pré­oc­cu­pa­tions, s’adonnant à « son petit plai­sir pour le jour et son petit plai­sir pour la nuit. »

Chal­mers John­son sou­li­gnait plus ou moins la même chose en appe­lant les États-Unis une Sparte consu­mé­riste. Et Cur­tis White, dans The Middle Mind,  expli­quait que la plu­part des états-uniens sont, à un cer­tain niveau, conscients de la bru­ta­li­té et de l’injustice uti­li­sées pour main­te­nir les excès gro­tesques de leur socié­té de consom­ma­tion et la cruau­té de l’empire. White avan­çait que la plu­part des états-uniens ne s’en sou­ciaient pas. Ils ne veulent pas voir ce qui est fait en leur nom. Et les sys­tèmes des médias de masse ali­mentent ce désir d’ignorance.

Le rem­pla­ce­ment de l’histoire par le mythe, l’utilisation de la sur­veillance de masse et le décret d’espionnage pour empê­cher toute inves­ti­ga­tion dans les centres de pou­voir, l’effondrement du jour­na­lisme, la défor­ma­tion de l’éducation en un pro­gramme voca­tion­nel pour l’état-entreprise, ain­si que les formes abru­tis­santes de diver­tis­se­ment et de spec­tacle, créent des sujets obéis­sants qui réclament leur propre esclavage.

Le Mahat­ma Gand­hi avait fus­ti­gé l’Occident pour ses his­toires fic­tives et ses fausses croi­sades morales pour jus­ti­fier l’esclavage, l’oppression, l’occupation colo­niale, les mas­sacres, le des­po­tisme, et la des­truc­tion des tra­di­tions, des reli­gions, et des langues indi­gènes. L’assaut impi­toyable des pou­voirs impé­ria­listes contre les dam­nés de la terre ne fai­sait pas par­tie, sou­ligne-t-il, du prix du pro­grès ou de l’avancement de la civi­li­sa­tion. Ça fai­sait par­tie de l’exploitation brute du faible par le capi­ta­lisme débri­dé et l’impérialisme. Les récits mythiques uti­li­sés pour défendre cette exploi­ta­tion, sou­ligne Gand­hi, ont entraî­né un culte de l’histoire sem­blable au culte de la reli­gion ou au culte de la science. Cela a per­mis l’immoralité au nom d’idéaux nobles et ver­tueux. Ces visions d’un monde de lumière émergent, et d’une civi­li­sa­tion uni­ver­selle sont tou­jours employées par ceux qui sont au pou­voir. Et ces visions peuvent, comme l’a écrit Albert Camus, « être uti­li­sées pour n’importe quoi, même pour trans­for­mer des meur­triers en juges. »

« L’Occident n’aime pas recon­naître cela, » ont écrit William Pfaff et Edmund Stil­l­man dans la poli­tique de l’hystérie — qu’il « ait été capable de vio­lence à une échelle épou­van­table, et qu’il ait jus­ti­fié cette vio­lence comme étant indis­pen­sable à une réforme héroïque de la socié­té, ou de l’espèce humaine. » La bombe ato­mique, le napalm, les raids au phos­phore et les bom­bar­de­ments à l’aveugle et sys­té­ma­tiques ont été uti­li­sés par les états-uniens et les Bri­tan­niques dans « une mis­sion visant à appor­ter la liber­té au monde. » Les avan­cées tech­no­lo­giques et scien­ti­fiques des nations indus­tria­li­sées ont ren­du pos­sible les conquêtes et le vol des res­sources natu­relles en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient. « Être un homme de l’Occident moderne, » écrit Pfaff, « c’est appar­te­nir à une culture d’une ori­gi­na­li­té et d’un pou­voir incom­pa­rables ; c’est aus­si être impli­qué dans des crimes incom­pa­rables. »

Le mal rôde au sein du corps poli­tique. Il est ali­men­té par une igno­rance induite. Le spectre d’insignifiantes élec­tions pré­si­den­tielles cor­res­pond à cette idio­tie. Nos maîtres cor­po­ra­tistes espèrent que la plu­part d’entre nous res­te­rons hyp­no­ti­sés par les ombres qu’ils pro­jettent sur les murs de la caverne.

« Le mal qui est dans le monde vient presque tou­jours de l’i­gno­rance, et la bonne volon­té peut faire autant de dégâts que la méchan­ce­té, si elle n’est pas éclai­rée », a écrit Albert Camus dans la peste. « Les hommes sont plu­tôt bons que mau­vais, et en véri­té ce n’est pas la ques­tion. Mais ils ignorent plus ou moins, et c’est ce qu’on appelle ver­tu ou vice, le vice le plus déses­pé­rant étant celui de l’ignorance qui croit tout savoir et qui s’autorise alors à tuer. »

Il y a, cepen­dant, une nou­velle conscience émer­gente. Elle n’a pas encore atteint la majo­ri­té. Mais elle a atteint une mino­ri­té suf­fi­sante pour rendre la résis­tance pos­sible. C’est une conscience ancrée dans la véri­té et dans l’âpreté de notre temps. Elle voit à tra­vers les mythes et l’illusion. Elle com­prend la confi­gu­ra­tion du pou­voir cor­po­ra­tiste. Elle sait que, tan­dis que les éco­sys­tèmes se délitent et que le plus ter­ri­fiant des appa­reils de sécu­ri­té et de sur­veillance de l’histoire de l’humanité nous prend en otage, la révolte devient un impé­ra­tif moral. L’État, lui aus­si, est prêt. Il a ses spec­tacles, ce qui com­prend son théâtre poli­tique, et il a ses milices. Il uti­li­se­ra n’importe quel outil pour main­te­nir son pou­voir. Endor­mis ou éveillés, nous paie­rons tous un lourd tribut.

Chris Hedges


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delau­nay & Emma­nuelle Dupierris

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Rangez les drapeaux ! & « Notre » guerre contre le terrorisme (par Howard Zinn)

Oui, nous pouvons tenter de nous protéger de toutes les façons possibles contre des attaques futures, en tentant de sécuriser nos aéroports, nos ports, nos voies ferrées, et les autres centres de transports. Oui, nous pouvons tenter de capturer les terroristes connus. Mais aucune de ces actions ne mettra fin au terrorisme, qui émerge du fait que des millions de gens au Moyen-Orient et ailleurs sont en colère à cause des politiques États-Uniennes, et de ces millions de gens, certains verront leur colère se changer en fanatisme extrême.
Lire

Des mots chargés ! L’écriture comme discipline de combat (par Derrick Jensen)

Bien trop d'entre nous ont oublié, ou n'ont jamais su, que les mots peuvent servir d'armes au service de nos communautés. Bien trop d’entre nous ont oublié, ou n’ont jamais su, que les mots devraient être utilisés comme des armes au service de nos communautés. Depuis bien trop longtemps, trop de critiques et professeurs nous disent que la littérature devrait être apolitique (comme si c’était possible), et que même les essais et les œuvres journalistiques devraient être "neutres" ou "objectifs" (comme si, encore une fois, c’était possible).