La société industrielle ou l’irresponsabilité pour tous et toutes (par Nicolas Casaux)

Très régu­liè­re­ment, et le plus natu­rel­le­ment du monde, beau­coup de gens se pro­noncent en faveur de tel ou tel acti­vi­té ou pro­jet indus­triel, de tel ou tel déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique, de telle ou telle mesure poli­tique, etc. — acti­vi­té, pro­jet, déve­lop­pe­ment ou mesure impli­quant pour­tant l’exploitation d’autres êtres humains, prin­ci­pa­le­ment au tra­vers du fonc­tion­ne­ment nor­mal du sys­tème tech­no­po­li­tique contemporain.

Exemple au hasard. Lorsque Cyril Dion, Méla­nie Laurent ou Gre­ta Thun­berg, par exemple, se pro­noncent en faveur du déve­lop­pe­ment des tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’énergie dite renou­ve­lable, ou lorsque Jean-Marc Jan­co­vi­ci (ou votre beau-frère) se pro­nonce en faveur du nucléaire, ils se pro­noncent en faveur de l’exploitation d’un nombre très éle­vé et sans doute même dif­fi­ci­le­ment déter­mi­nable d’individus : ceux aux­quels il revient d’extraire divers mine­rais dans diverses exploi­ta­tions minières épar­pillées à tra­vers la pla­nète (l’uranium, prin­ci­pa­le­ment, pour le nucléaire, mais pas que, chaque cen­trale nucléaire est com­po­sée d’un grand nombre d’appareils, de dis­po­si­tifs élec­tro­niques qu’il faut bien construire, etc.), ceux qui se chargent du trans­port de ces mine­rais, ceux qui les traitent, ceux qui fabriquent des pièces de machine, ceux qui assemblent les machines, ceux qui fabriquent le béton pour construire la cen­trale nucléaire, ceux qui fabriquent la cen­trale, ceux qui extraient les maté­riaux néces­saires à la fabri­ca­tion de câbles, ceux qui les ache­minent, ceux qui fabriquent ces câbles, ceux qui les posent, etc., etc. Liste non-exhaus­tive (très incomplète).

Le fait est que dès lors qu’on se pro­nonce en faveur d’un déve­lop­pe­ment quel­conque, offi­ciel­le­ment ordon­né ou auto­ri­sé par des diri­geants gou­ver­ne­men­taux, éta­tiques, on se pro­nonce en faveur des rap­ports sociaux qui fondent — et qu’impose — le sys­tème socio­po­li­tique (l’État et l’organisation inter­na­tio­nale des États) dans lequel ce déve­lop­pe­ment prend place. On se pro­nonce en faveur du sys­tème social, éco­no­mique, tech­no­lo­gique et poli­tique exis­tant. Rien que de très logique.

Pour le dire encore autre­ment, dès lors qu’on se pro­nonce en faveur d’un déve­lop­pe­ment quel­conque, offi­ciel­le­ment ordon­né ou auto­ri­sé par des diri­geants gou­ver­ne­men­taux, éta­tiques (ou entre­pre­neu­riaux), on endosse un rôle de bour­reau par pro­cu­ra­tion, parce qu’on ava­lise, de fait, le fonc­tion­ne­ment (les dis­po­si­tions) dudit sys­tème social. D’innombrables manières, dans un sys­tème socioé­co­no­mique basé sur l’exploitation de tous par tous, dont l’étendue et la com­plexi­té dépassent lar­ge­ment notre enten­de­ment (qui sait ce qui se cache der­rière cha­cune des mar­chan­dises, cha­cun des objets qu’il uti­lise au quo­ti­dien ? per­sonne !), nous sommes tous, nous ne pou­vons être que des irres­pon­sables en puis­sance qui, bon gré mal gré, cau­tionnent de nom­breuses choses dont ils ignorent jusqu’à l’existence. Une irres­pon­sa­bi­li­té totale et par­ta­gée tota­le­ment. Tout le monde encou­rage l’exploitation de tout, et de tout le monde. Le pro­grès, quelle mer­veille. (Cela dit, bien enten­du, nous ne sommes pas tous éga­le­ment irres­pon­sables : celles et ceux d’entre nous qui ne pos­sèdent aucun pou­voir déci­sion­naire, qui ne font que subir ce monde qu’ils ne dési­rent aucu­ne­ment, et tâchent même de lut­ter contre, ont moins d’irresponsabilité à leur actif que les élus, déci­deurs et res­pon­sables poli­tiques, etc., qui l’ordonnancent et l’imposent).

Facile de se pro­non­cer pour le déve­lop­pe­ment du solaire pho­to­vol­taïque quand ce n’est pas nous qui nous retrou­vons à tri­mer dans telle ou telle exploi­ta­tion minière, à extraire le quartz, à le trai­ter pour en faire du sili­cium, etc. Facile de se pro­non­cer en faveur du nucléaire quand on n’a pas à extraire l’uranium, construire les cen­trales, les centres de sto­ckage des déchets, subir l’irradiation, etc. Facile de se pro­non­cer en faveur du numé­rique en géné­ral quand ce n’est pas nous qui nous retrou­vons le nez dans les vapeurs toxiques d’Ag­bog­blo­shie au Gha­na ou de n’im­porte quelle décharge d’E‑déchets (ou déchets élec­tro­niques), mas­si­ve­ment déver­sés dans les pays pauvres par les pays riches. Facile de se pro­non­cer en faveur de l’élevage indus­triel quand on n’a pas soi-même à dépe­cer le moindre ani­mal, ou à vivre entas­sés dans d’immenses bâti­ments, à ne jamais voir la lueur du soleil et patau­ger dans nos propres excré­ments. Etc. Facile de se pro­non­cer pour n’importe quoi quand on n’a pas soi-même à en assu­mer les (plus néfastes ou dif­fi­ciles) consé­quences. Facile, et d’une lâche­té incroyable, d’une immo­ra­li­té terrible.

(Eh, Cyril Dion) Tu es pour le solaire pho­to­vol­taïque ou l’éo­lien ? Ramasse ta pioche, fais ton balu­chon, et rends-toi à Bao­tou en Chine où l’on extrait les mine­rais néces­saires à la fabri­ca­tion des pan­neaux et des éoliennes. Tu es pour le nucléaire ? Ramasse ta pioche, fais ton balu­chon, et rends-toi, au choix, dans les mines d’Ar­lit au Niger ou de Muyun­kum ou Tort­ku­duk au Kazak­sh­tan. Tu es pour qu’on empêche les migrants de par­ve­nir en France ? Va donc vivre ce qu’ils vivent chez eux, amuse-toi bien, et raconte-nous ensuite. Tu es pour la voi­ture élec­trique ? Ramasse ta pelle, ta pioche, ton balu­chon et file au Congo extraire le cobalt. Tu es pour la pros­ti­tu­tion ? Pros­ti­tue-toi quelques années, on en reparle. Tu es pour la GPA ? Tu peux tom­ber enceinte ? Si non, imbé­cile ! Si oui, com­mence par ges­ta­tion­ner pour autrui toi-même, et on en redis­cute. Etc.

Ne fais pas à autrui ce que tu ne vou­drais pas qu’on te fasse. Prin­cipe élé­men­taire. Pour­tant, ils sont extrê­me­ment nom­breux à encou­ra­ger l’exploitation des autres avec la plus grande faci­li­té du monde — tout en sou­hai­tant ne pas être eux-mêmes exploi­tés, ou en déplo­rant leur propre exploitation.

Alors si vous n’appréciez pas d’être exploi­té, si vous n’êtes pas pour l’exploitation des autres, évi­tez, à l’avenir, d’encourager l’exploitation des autres. Réflé­chis­sez, bande d’andouilles, aux impli­ca­tions des choses que vous soutenez.

Dans un sys­tème social, éco­no­mique, poli­tique, etc., lar­ge­ment anti-démo­cra­tique, quoi que vous sou­te­niez, cela implique sûre­ment d’exploiter des gens qui n’ont rien deman­dé, ne sont pas par­ti­cu­liè­re­ment heu­reux de se retrou­ver à faire ce qu’ils se retrouvent à faire.

Dans une telle situa­tion, la seule chose décente que l’on puisse sou­te­nir, c’est le déman­tè­le­ment du sys­tème dans sa tota­li­té, le déman­tè­le­ment du pou­voir, des sys­tèmes de domi­na­tion, la redis­tri­bu­tion du pou­voir aux gens, leur éman­ci­pa­tion, leur droit de s’organiser eux-mêmes comme bon leur semble, etc.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
11
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les ravages de l’industrialisme : les impacts des nouvelles et des hautes technologies

Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouissent d'une image d'industrie propre, non polluante, pouvant contribuer à la résolution des problèmes environnementaux. Cette perception, entretenue par les fabricants, les publicitaires, les politiques, est le fruit de notions largement diffusées comme la dématérialisation, l'informatique dans les nuages (cloud computing)... qui nous laissent croire que toutes ces infrastructures, tous ces équipements, n'ont guère d'impacts sur notre environnement.