Cour suprême, démocratie et développement durable (par Nicolas Casaux)

I. LES ÉTATS-UNIS N’ONT JAMAIS ÉTÉ UNE DÉMOCRATIE

Leur « cour suprême », qui s’est récem­ment illus­trée en reti­rant le droit d’a­vor­ter aux femmes, n’a donc jamais été pen­sée comme un ins­tru­ment démocratique.

Les « pères fon­da­teurs » des États-Unis (des pères, bien enten­du, pas de « mère » dans l’affaire), ceux qui ont rédi­gé la consti­tu­tion fon­da­trice du pays (laquelle date de 1787, mais n’entre en vigueur qu’en 1789), étaient tous ouver­te­ment anti­dé­mo­crates. La démo­cra­tie, pour eux, c’était une hor­reur, quelque chose d’affreux, d’insupportable, une tyran­nie dégoû­tante, parce que c’était une forme de gou­ver­ne­ment dans laquelle les masses, c’est-à-dire les pauvres, étaient au pou­voir. James Madi­son, par exemple, un des­dits « pères fon­da­teurs », affir­mait que la démo­cra­tie devait être crainte parce qu’elle mena­çait la pro­prié­té pri­vée et la sta­bi­li­té éco­no­mique. Ain­si esti­mait-il que « les démo­cra­ties se sont tou­jours révé­lées incom­pa­tibles avec la sécu­ri­té per­son­nelle, ou les droits de pro­prié­té ; et elles ont en géné­ral été aus­si brèves dans leur vie que vio­lentes dans leur mort ».

Alexan­der Hamil­ton, fédé­ra­liste très influent, nota qu’il cher­chait à « for­mer un gou­ver­ne­ment répu­bli­cain. La vraie liber­té n’existe pas dans un régime des­po­tique pas plus que dans les excès de la démo­cra­tie ; elle existe dans les gou­ver­ne­ments modé­rés. » Par ailleurs : « Les membres qui ont défen­du le répu­bli­ca­nisme avec le plus de téna­ci­té […] étaient aus­si tenaces dans leur dénon­cia­tion des vices de la démocratie. »

Dans son excellent livre Démo­cra­tie : His­toire poli­tique d’un mot aux États-Unis et en France, dont sont tirées toutes les cita­tions que je men­tionne, Fran­cis Dupuis-Déri écrit que

« plu­sieurs sources de l’époque révèlent sans ambi­guï­té aucune que les pères fon­da­teurs des États-Unis modernes étaient conscients et convain­cus que leur socié­té était divi­sée en classes sociales. De plus, ils croyaient que les riches doivent être res­pon­sables des affaires poli­tiques, alors que la “démo­cra­tie” était asso­ciée soit au régime où les pauvres gou­vernent, soit à la classe des pauvres elle-même (comme l’aristocratie peut à la fois dési­gner un régime poli­tique et une classe sociale, la noblesse). Le 18 juin 1787, Alexan­der Hamil­ton pro­nonce un dis­cours à la Conven­tion de Phi­la­del­phie qui exprime très bien cet état d’esprit :

“Toutes les com­mu­nau­tés se divisent entre les peu nom­breux et les nom­breux. Les pre­miers sont les riches et les biens nés, les autres la masse du peuple. La voix du Peuple est dite être la voix de Dieu ; et même si cette maxime a été si sou­vent citée et crue, elle est fausse en réa­li­té. Le peuple est tur­bu­lent et chan­geant ; il ne juge et ne recon­naît le juste que rare­ment. Il faut donc don­ner à la pre­mière classe une part dis­tincte et per­ma­nente dans le gou­ver­ne­ment. Les riches et les biens nés vont contrô­ler l’instabilité des seconds, et comme ils ne peuvent obte­nir un quel­conque avan­tage d’un chan­ge­ment, ils vont donc néces­sai­re­ment tou­jours main­te­nir un bon gou­ver­ne­ment. Est-ce qu’une assem­blée démo­cra­tique, qui annuel­le­ment se déroule dans la masse du peuple, peut sup­po­sé­ment être stable dans sa pour­suite du bien com­mun ? Rien d’autre qu’un corps per­ma­nent peut frei­ner l’impudence de la démo­cra­tie. Cette dis­po­si­tion tur­bu­lente et hors contrôle requiert des contrôles.” […] 

Consé­quem­ment, Hamil­ton décla­rait que “la force qui détient les cor­dons de la bourse doit abso­lu­ment gou­ver­ner”. Le peuple doit donc être contrô­lé par les riches. […] Selon John Adams, “les pauvres sont des­ti­nés au labeur, les riches sont qua­li­fiés pour les fonc­tions supé­rieures en rai­son de leur édu­ca­tion et de l’indépendance et des loi­sirs dont ils jouissent”. »

En outre, pour les « pères fon­da­teurs » des États-Unis — et sur ce point, ils avaient rai­son — la démo­cra­tie, c’était un type d’organisation sociale qui conve­nait uni­que­ment pour des très petites socié­tés humaines. James Madi­son notait « que dans une démo­cra­tie les gens s’assemblent et exercent le pou­voir en per­sonne ; dans une répu­blique, ils s’assemblent et gou­vernent par le biais de leurs repré­sen­tants. Une démo­cra­tie, consé­quem­ment, ne peut être éta­blie que dans un petit endroit. Une répu­blique peut englo­ber une vaste région. » Un autre « père fon­da­teur », Tho­mas Jef­fer­son, affir­mait lui aus­si que la « démo­cra­tie » est « la seule pure répu­blique, mais qu’elle est impra­ti­cable hors des limites d’un vil­lage ». Un cer­tain Bru­tus remarque, dans un article en date du 18 octobre 1787 dans le New York Journal :

« Dans une démo­cra­tie pure, le peuple est le sou­ve­rain, et il exprime lui-même sa volon­té ; pour cela, le peuple doit se réunir pour déli­bé­rer et déci­der. Cette forme de gou­ver­ne­ment ne peut donc pas exis­ter dans un pays d’une vaste dimen­sion ; il doit être limi­té à une seule cité, ou à tout le moins main­te­nu dans des limites telles qu’il est pos­sible pour le peuple de se ras­sem­bler faci­le­ment, de débattre, de com­prendre le sujet qui lui est sou­mis, et d’exprimer son opinion. »

Comme le rap­porte Fran­cis Dupuis-Déri :

« En 1801 paraît à Phi­la­del­phie un texte qui explique que la Consti­tu­tion des États-Unis est fon­dée sur deux prin­cipes, la “fédé­ra­tion des États” et la “démo­cra­tie repré­sen­ta­tive” : “On a conclu avec jus­tesse que la démo­cra­tie pure, ou l’autocratie directe du peuple, n’est pas adap­tée à un grand État […]. Mais la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive peut être adop­tée par un État quelle que soit sa taille, et dans toutes les cir­cons­tances où les hommes sont gui­dés par la raison. »

Ce que ces gens-là appe­laient (et appellent tou­jours) « démo­cra­tie repré­sen­ta­tive » n’a bien enten­du rien à voir avec la démo­cra­tie. La « démo­cra­tie repré­sen­ta­tive », c’est un oxy­more. Comme l’a­vait noté Rous­seau, dès lors qu’il y a « repré­sen­ta­tion » le type de régime poli­tique change et bas­cule dans le domaine de l’aristocratie.

Bref, la cour suprême, éta­blie dans la consti­tu­tion états-unienne de 1787, conçue et par pour les gens (les hommes) riches, les pos­sé­dants, comme cette consti­tu­tion elle-même, n’a jamais rien eu de démocratique.

Certes, comme le rap­porte Fran­cis Dupuis-Déri, aux alen­tours de 1830, cer­tains diri­geants états-uniens com­mencent à se dire démo­crates et à par­ler de démo­cra­tie de manière posi­tive, et même, ulté­rieu­re­ment, à qua­li­fier de démo­cra­tie l’or­ga­ni­sa­tion poli­tique des États-Unis. Mais c’est uni­que­ment par oppor­tu­nisme, et le fait qu’ils se mettent à par­ler de démo­cra­tie pour qua­li­fier un régime poli­tique ouver­te­ment pen­sé pour être anti­dé­mo­cra­tique ne change en rien la nature de ce régime.

La France non plus n’a rien d’une véri­table démo­cra­tie. On peut par­ler d’aristocratie élec­tive, d’oligarchie élec­to­rale ou d’autre chose encore, mais qua­li­fier l’État fran­çais, ou d’ailleurs n’importe quel État, de démo­cra­tie, relève de l’abus de lan­gage, du men­songe, de la confu­sion ou de la contra­dic­tion (selon les cas).

II. Bon Pote est une grosse merde, épisode #8000

Donc, trois ultra­riches PDG d’en­tre­prises qui brassent des mil­lions voire des mil­liards — Total vient de faire 14 mil­liards d’eu­ros de pro­fit et de dis­tri­buer plus de 8 mil­liards de divi­dendes à ses action­naires — appellent « les Fran­çais » à consom­mer moins, et lui, il trouve ça super, et il appelle ça « la décroissance ».

D’a­bord, que les riches arrêtent d’a­che­ter des yachts, des Lam­bor­ghi­nis, des SUV, des 4x4, de faire construire des vil­las secon­daires, des manoirs, qu’on arrête les innom­brables gas­pillages d’éner­gie et de res­sources (les golfs, les entre­prises de vente de tro­ti­nettes élec­triques, de montres de luxe, de montres connec­tées, de télé­vi­seurs, de sodas, de drones, de réfri­gé­ra­teurs connec­tés, de tablettes, de brosses à dents élec­triques, etc.), qu’ils rendent l’argent qu’ils ont volé, les richesses qu’ils ont acca­pa­rées, le pou­voir qu’ils ont confis­qué, ensuite on pour­ra tous ensemble consom­mer moins.

Tout récem­ment, par ailleurs, le Bon Pote a car­ré­ment col­la­bo­ré avec l’ID­DRI (l’Institut du déve­lop­pe­ment durable et des rela­tions inter­na­tio­nales, un « think tank qui faci­lite la tran­si­tion vers le déve­lop­pe­ment durable », finan­cé par le groupe Renault, l’AFD ou Agence fran­çaise de déve­lop­pe­ment, Engie, EDF, Suez, Vin­ci, Veo­lia, la BNP Pari­bas, la Banque mon­diale, la fon­da­tion Bill & Melin­da Gates, etc.) — IDDRI qui, par ailleurs, emploie la « célèbre acti­viste » pro­fes­sion­nelle Camille Etienne —, et avec l’A­deme (ça, c’est l’É­tat) pour pro­mou­voir ses bêtises selon les­quelles un autre capi­ta­lisme indus­triel est pos­sible, neutre en car­bone et durable.

Son avè­ne­ment (illu­soire, un capi­ta­lisme indus­triel durable, ça n’est ni pos­sible ni sou­hai­table) néces­si­te­rait un accrois­se­ment des normes, des règle­men­ta­tions, des lois, une admi­nis­tra­tion tou­jours plus pré­cise de l’exis­tence humaine, vous y seriez tou­jours contraints de vendre votre vie sur le « mar­ché du tra­vail » en tant que simple « res­source humaine » au ser­vice du sys­tème socio-tech­nique, des tech­no­crates et des plou­to­crates, etc., MAIS vous vous ren­drez à votre « emploi » à vélo (dans la mesure du pos­sible), et tous vos faits et gestes seront car­bo­mo­ni­to­rés afin de s’as­su­rer que vous ne dépas­sez pas les quo­tas fixés par les experts, etc.

Les imbé­ciles du mou­ve­ment cli­mat sont du côté de la domi­na­tion (mais de la domi­na­tion neutre en car­bone), de l’É­tat, des entre­prises qui inves­tissent dans les mys­ti­fi­ca­tions ridi­cules du « déve­lop­pe­ment durable », des imbé­ci­li­tés éco-indus­trielles, des men­songes verts.

III. PLUS D’UN SIÈCLE DE « PROTECTION DE LA NATURE » FINANCÉE PAR LES INDUSTRIELS ET LES ÉTATS : UNE BELLE RÉUSSITE !

L’inquiétude des gens ordi­naires aus­si bien que des riches, des puis­sants, des classes diri­geantes vis-à-vis de la des­truc­tion de la nature n’est pas nou­velle. Dès les pré­misses de l’industrialisation du monde, dès les débuts de la révo­lu­tion indus­trielle, dans divers milieux, on remarque et on se pré­oc­cupe de la des­truc­tion indus­trielle du monde. Y com­pris dans les hautes sphères.

Du 17 au 19 novembre 1913, à Berne, en Suisse, une « Confé­rence inter­na­tio­nale pour la pro­tec­tion de la nature » est orga­ni­sée à l’initiative du gou­ver­ne­ment hel­vé­tique. Cepen­dant, la Pre­mière Guerre mon­diale inter­rompt les efforts des socié­tés natu­ra­listes et des gou­ver­ne­ments (17 par­mi les­quels le gou­ver­ne­ment fran­çais) qui s’y étaient enga­gés à consti­tuer au plus vite une orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale de pro­tec­tion de la nature.

Par la suite, il y a presque un siècle, du 31 mai au 3 juin 1923, eut lieu à Paris, au Muséum natio­nal d’histoire natu­relle, le « Pre­mier Congrès inter­na­tio­nal pour la pro­tec­tion de la nature, faune et flore, sites et monu­ments natu­rels ». Il fut orga­ni­sé conjoin­te­ment par la Socié­té natio­nale d’ac­cli­ma­ta­tion de France, la Ligue fran­çaise pour la pro­tec­tion des oiseaux et la Socié­té pour la pro­tec­tion des pay­sages de France. Y par­ti­cipent « sur­tout des scien­ti­fiques — avec de plus en plus d’écologues –, mais aus­si les repré­sen­tants d’intérêts éco­no­miques (pel­le­tiers, chas­seurs pro­fes­sion­nels…) et des socié­tés de chasse ».

Rebe­lote en 1931, avec le Deuxième Congrès inter­na­tio­nal pour la pro­tec­tion de la nature. Les images ci-des­sous sont tirées du livre rap­por­tant les prin­ci­paux actes de ce congrès.

& ce qu’on remarque — de manière par­fai­te­ment logique, par­fai­te­ment atten­due — c’est que dès le départ, les pre­mières orga­ni­sa­tions et les pre­miers évè­ne­ments majeurs visant à pro­mou­voir la « pro­tec­tion de la nature » sont mar­qués du sceau contra­dic­toire du « déve­lop­pe­ment durable » (même si l’expression n’avait pas encore été inven­tée). On déplore les ravages de l’in­dus­trie, mais on célèbre les pro­grès de l’in­dus­trie. C’est atten­du parce que les puis­sants, les riches, les aris­to­crates, ne sont pas com­plè­te­ment sui­ci­daires. Pro­té­ger la nature, oui, mais seule­ment dans la mesure où ça ne nuit pas — pas trop — à l’économie, à l’ordre éta­bli, au pro­grès de l’industrie, de la civi­li­sa­tion. La contra­dic­tion qui mine l’essentiel des mou­ve­ments éco­lo­gistes, l’essentiel des aspi­ra­tions dites éco­lo­gistes qui ont voix au cha­pitre aujourd’hui, c’est déjà celle-là. On ne peut pas avoir une socié­té indus­trielle ET pré­ser­ver la nature. On ne peut pas favo­ri­ser l’économie ET pré­ser­ver la nature. On ne peut pas avoir le pro­grès tech­nique ET pré­ser­ver la nature. D’ailleurs, on ne peut pas non plus avoir ces choses-là ET avoir l’égalité, la démo­cra­tie, la liber­té humaine.

Et dès le départ, donc, les orga­ni­sa­tions et évè­ne­ment éco­lo­gistes sont finan­cés par les riches et les puis­sants, les États et les indus­triels, de même que les prin­ci­pales orga­ni­sa­tions éco­lo­gistes (ou sociales) d’aujourd’hui (d’Oxfam au WWF).

Le mou­ve­ment cli­mat, né aux alen­tours de l’an 2009 suite à la Confé­rence de Copen­hague de 2009 sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques, né, donc, sous l’impulsion d’organisations éta­tiques et supra-éta­tiques (États et ONU) et grâce à des finan­ce­ments mas­sifs d’importantes fon­da­tions « phi­lan­thro­piques » appar­te­nant à des indus­triels, s’inscrit dans la conti­nua­tion de cet éco­lo­gisme absurde, impos­sible. Mais en pire encore. Si aupa­ra­vant, l’écologisme auto­ri­sé et finan­cé par les États et les indus­triels s’empêtrait dans une contra­dic­tion absurde (pré­ser­ver la nature ET favo­ri­ser le pro­grès tech­nique, l’industrialisation, le déve­lop­pe­ment éco­no­mique), le mou­ve­ment cli­mat, lui, évince car­ré­ment le sou­ci pour la nature. Ne reste plus qu’une pré­oc­cu­pa­tion pour l’avenir de la civi­li­sa­tion indus­trielle face au réchauf­fe­ment cli­ma­tique qu’elle pro­voque elle-même.

Celles et ceux qui se sou­cient de la nature et de la liber­té devraient, depuis le temps, avoir com­pris. On ne peut pas avoir à la fois une civi­li­sa­tion indus­trielle, une indus­trie, un sys­tème tech­no­lo­gique, ET pré­ser­ver la nature, et avoir la liber­té. Il faut choisir.

DÉFENDRE LA NATURE, C’EST S’OPPOSER À L’ÉTAT ET À L’INDUSTRIE

IV. ENCORE UN FESTIVAL POUR SAUVER LA PLANÈTE

La crois­sance, c’est aus­si la crois­sance — la mul­ti­pli­ca­tion — du nombre de fes­ti­vals ou d’évènements pré­ten­du­ment verts, res­pon­sables, éco­res­pon­sables, durables, sou­te­nables, etc. Des évè­ne­ments — orga­ni­sés grâce à la géné­ro­si­té phi­lan­thro­pique de spon­sors pré­oc­cu­pés par l’état du monde et dési­reux de faire le bien — où on dis­cute de com­ment un autre capi­ta­lisme indus­triel est pos­sible, mais plus sym­pa, et plus vert. Et de com­ment, pour y par­ve­nir, nous avons besoin d’un sur­saut col­lec­tif, de tra­vailler tous ensemble, main dans la main, entre­prises, diri­geants éta­tiques, élus, orga­ni­sa­tions para-éta­tiques, célèbres acti­vistes, grandes réa­li­sa­trices, direc­teurs d’entreprises, etc.

Autre­ment dit, la crois­sance, c’est aus­si la crois­sance du fou­tage de gueule, des ges­ti­cu­la­tions ridi­cules, des pré­ten­tions men­son­gères, des coop­ta­tions grossières.

V. MEA CULPA

J’ai oublié de vous par­ler de l’édition 2022 de Chan­ge­NOW, « l’évènement mon­dial des solu­tions pour la pla­nète », qui s’est tenue fin mai à Paris. S’y sont retrou­vés la pre­mière ministre néo-zélan­daise, les PDG d’AXA, Accor, Renault, Bon­duelle ou encore Good­vest, des cadres de la BNP Pari­bas, de Micro­soft, de la Fon­da­tion Bill & Melin­da Gates, de Google, etc., ain­si que l’inévitable Camille Étienne (« célèbre acti­viste » pro­fes­sion­nelle), etc. — autre­ment dit, tous les plus grands éco­lo­gistes de la planète.

Il s’agissait, bien enten­du, de tra­vailler à l’avènement du capi­ta­lisme indus­triel durable, de nous pré­sen­ter les pro­grès des « villes durables », de connec­ter inves­tis­seurs, repré­sen­tants poli­tiques et jeunes star­tu­peurs, etc. De per­mettre aux acteurs majeurs des puis­sances domi­nantes (du capi­ta­lisme et de l’É­tat), de trou­ver des manières de conti­nuer à faire du pognon mais tout en pré­ten­dant sau­ver la pla­nète et encou­ra­ger la jus­tice sociale, cli­ma­tique, blablabla.

Ce sec­teur éco­no­mique en plein essor (le busi­ness du solu­tion­nisme cli­ma­tique, éco­lo­gique, etc.), on devrait lui don­ner un nom plus hon­nête. L’é­co­no­mie du fou­tage de gueule, par exemple. « L’é­co­no­mie du fou­tage de gueule est en plein boom, les experts pré­voient qu’elle repré­sen­te­ra 2600 mil­liards d’eu­ros annuels d’i­ci 2026. C’est for­mi­dable. Quelle époque grandiose. »

Avec la mul­ti­pli­ca­tion de ce genre d’évènements, nul doute que nous serons bien­tôt sau­vés. Hallelujah.

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Un optimisme pathologique : comment l’espoir colporté par les médias perpétue la catastrophe

En cette période de début d'une nouvelle année, bilans et perspectives futures sont publiés à tort et à travers par les médias de masse. Dans le monde entier, c'est la saison des rassurances. Avant d'en analyser quelques exemples (une vidéo éditée par Slate France et un article du quotidien Libération), il est bon de replacer la discussion dans son contexte. [...]