Les oracles du genre et leurs saints enfants (par Barbara Kay)

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié, en anglais, le 16 sep­tembre 2022 à l’a­dresse sui­vante.


Dans chaque ber­ceau, les idéo­logues du genre voient un saint enfant potentiel.

Des mil­liards de per­sonnes croient en la réin­car­na­tion. Si nous vivions dans une socié­té où cette croyance était la norme, il serait par­fai­te­ment logique, un an ou deux après la mort d’un chef spi­ri­tuel, de sup­po­ser qu’un bam­bin, d’apparence ordi­naire, pour­rait être une nou­velle incar­na­tion du chef spi­ri­tuel qui se cachait là, à la vue de tous.

C’est ain­si que cela fonc­tionne pour les boud­dhistes tibé­tains. Après la mort d’un dalaï-lama, un oracle d’É­tat est consul­té afin de gui­der l’é­quipe de recherche vers le dis­trict pré­sen­tant le plus haut poten­tiel. Ils visitent de nom­breuses mai­sons. Lorsqu’un enfant leur fait forte impres­sion, ils lui pré­sentent des objets appar­te­nant au défunt dalaï-lama, ain­si que d’autres objets insi­gni­fiants. Si l’en­fant choi­sit de jouer avec les objets non sacrés, c’est qu’il n’est pas la réin­car­na­tion du pré­cé­dent chef spi­ri­tuel. S’il choi­sit les pos­ses­sions du pré­cé­dent dalaï-lama, son monde est bouleversé.

Immé­dia­te­ment reti­ré de la mai­son de ses parents, il entame le voyage de sa vie, sépa­ré des per­sonnes et des expé­riences qu’il aurait autre­ment connues. Ses parents peuvent être attris­tés par ce trans­fert de tutelle, mais ils sont com­pen­sés par l’hon­neur et la révé­rence que leur confère leur nou­veau sta­tut au sein de leur com­mu­nau­té. Ima­gi­nez — si vous êtes croyant — l’émerveillement que pro­cure la réa­li­sa­tion d’avoir pro­duit ce saint enfant à votre insu, cepen­dant que son carac­tère unique vous est révé­lé par les « cher­cheurs » et leur test, simple mais infaillible.

En revanche, si vous ne croyez pas en la réin­car­na­tion, vous ne consi­dè­re­rez pas du tout que l’en­fant est intrin­sè­que­ment saint, sim­ple­ment qu’il est vic­time des cir­cons­tances et d’une série de coïncidences.

De plus, si vous ne croyez pas en la réin­car­na­tion et que vous vivez dans une culture façon­née par les rubriques (autre­fois) libé­rales de la ratio­na­li­té, de la logique et du res­pect des droits indi­vi­duels, y com­pris des droits de l’en­fant, vous serez sans doute affli­gés, et non émer­veillés, par des parents confiant leur enfant aux grands prêtres d’un sys­tème de croyances fon­dé sur la superstition.

Je suis sûr que vous voyez où je veux en venir. Lais­sons le vrai dalaï-lama der­rière nous et tour­nons notre atten­tion vers les nom­breux pseu­dos dalaï-lamas d’au­jourd’­hui, vers les saints enfants et leurs fiers parents qui consti­tuent le trou­peau fidèle d’un sys­tème de croyances aus­si sérieux que la théo­rie de la réin­car­na­tion — l’idéologie du genre.

Non seule­ment ces parents, qui sont de « vrais croyants » au sens d’Éric Hof­fer, sont prêts à livrer leurs enfants aux « cher­cheurs » de sain­te­té sur la base du plus léger des signaux pré­su­més d’une aura spé­ciale, mais ils en sont éga­le­ment très fiers : ils s’empressent de le faire savoir et se pré­lassent ensuite au soleil des hon­neurs qui leur sont décer­nés par les autres croyants de la communauté.

Un exemple. Noel­la McMa­her, un gar­çon qui s’i­den­ti­fie comme une fille, qui a été socia­le­ment tran­si­tion­né à l’âge de quatre ans, qui a main­te­nant dix ans et qui serait appa­rem­ment le « plus jeune man­ne­quin trans­genre » du monde. Par une éton­nante coïn­ci­dence, la mère bio­lo­gique de Noel­la s’i­den­ti­fie comme trans­genre et son conjoint aus­si. Selon la mère de Noel­la, Dee McMa­her, l’en­fant savait qu’il était des­ti­né à être une fille dès l’âge de deux ans. Dee a donc trai­té et habillé Noel­la comme une fille et « a appa­rem­ment pré­vu une opé­ra­tion chi­rur­gi­cale pour les 16 ans de Noella ».

En février de cette année (2022), Dee a décla­ré au maga­zine Forbes : « À deux ans, elle a com­men­cé à nous dire qu’elle n’é­tait pas un gar­çon. À quatre ans et demi, elle a fait une tran­si­tion sociale et à sept ans, elle a fait une tran­si­tion légale. » Depuis lors, Noel­la est deve­nue une per­for­meuse che­vron­née, habi­tuée des podiums.

Bien sûr, il est pos­sible que Noel­la McMa­her souffre réel­le­ment de dys­pho­rie de genre et que ce qu’elle s’est mise à « dire » à sa mère à l’âge de deux ans coïn­cide avec la réa­li­té, tout comme il est pos­sible que chaque dalaï-lama choi­si soit réel­le­ment la réin­car­na­tion du pré­cé­dent. Mais d’a­près ce que nous savons des enfants et de leur déve­lop­pe­ment à l’âge tendre, il y a de fortes chances pour que Noel­la ait sim­ple­ment tra­ver­sé une phase insi­gni­fiante que sa mère a ren­due per­ma­nente en l’« affir­mant » et en ren­for­çant la dis­pa­ri­té que Noel­la per­ce­vait entre sa psy­cho­lo­gie et son ana­to­mie. Le dalaï-lama semble heu­reux et serein. Peut-être s’agit-il de son tem­pé­ra­ment. Peut-être qu’il aurait été un agri­cul­teur, un mari et un père heu­reux et serein. Nous ne le sau­rons jamais.

En tout cas, le dalaï-lama aura mené une vie phy­si­que­ment saine. Il faut un adepte de l’idéologie du genre pour recher­cher et espé­rer trou­ver des signes indi­quant que son enfant pos­sède une iden­ti­té impli­quant une dépen­dance conti­nue à des trai­te­ments médi­caux, le sacri­fice du plai­sir sexuel et de la fer­ti­li­té et, en l’occurrence, une pos­si­bi­li­té d’altération cor­po­relle extrême et risquée.

Plu­tôt que de sim­ple­ment juger la mère de Noel­la res­pon­sable de mal­trai­tance infan­tile, ce que je pense qu’elle est, je m’inquiète, pour des rai­sons polé­miques, de savoir com­ment elle en est arri­vée à croire qu’à l’âge de deux ans, son enfant « a com­men­cé à [lui] dire qu’elle n’é­tait pas un gar­çon ». Que veut-elle dire par là ? L’en­fant a‑t-il mon­tré un inté­rêt pour les pou­pées ? A‑t-il mon­tré une pré­fé­rence pour l’é­qui­valent sexué des « vraies pos­ses­sions » de l’an­cien dalaï-lama ?

Toute per­sonne ration­nelle devrait se deman­der com­ment cette mère en est venue à croire que chez un enfant de deux ans, un com­por­te­ment, n’importe quel com­por­te­ment, pou­vait consti­tuer un indi­ca­teur fiable d’une iden­ti­té per­ma­nente et authen­tique entrant en totale contra­dic­tion avec son être cor­po­rel et valant la peine de prendre des mesures dra­co­niennes, au risque d’impacter sa vie de manière poten­tiel­le­ment irré­ver­sible.

Cette idée lui est venue de la même manière que les parents du dalaï-lama ont acquis les croyances qui sont les leurs : par le biais de figures d’au­to­ri­té spi­ri­tuelle. En ce qui la concerne, il est pos­sible, voire pro­bable, que Dee McMa­her ait été expo­sée aux théo­ries de l’« oracle » Diane Ehren­saft, psy­cho­logue cli­ni­cienne et spé­cia­liste du déve­lop­pe­ment, et auteur de The Gen­der Crea­tive Child (« L’enfant créa­tif en matière de genre »). Ehren­saft est l’une des voix les plus influentes du mou­ve­ment trans­genre pédia­trique. Pour­tant, son rai­son­ne­ment concer­nant les enfants et le genre est si risi­ble­ment anti­lo­gique qu’elle ferait pas­ser les cher­cheurs du dalaï-lama pour des génies aristotéliciens.

J’ai décou­vert Ehren­saft par le biais d’une vidéo de la pré­sen­ta­tion qu’elle a don­née devant 400 par­ti­ci­pants, lors d’un évé­ne­ment de for­ma­tion conti­nue à San­ta Cruz en février 2016. Cette pré­sen­ta­tion a été réfé­ren­cée de nom­breuses fois par les cri­tiques de l’idéologie du genre. Mais il vaut la peine de reve­nir des­sus, parce que ce qu’elle y expose repré­sente le nec plus ultra de la folie radi­cale des gen­ristes. Il s’agit d’une sorte de psy­cho­lo­gie vau­dou, mais repré­sen­ta­tive de l’ab­sur­di­té qui se trouve au cœur de ce sys­tème de croyances pro­mou­vant une forme de mal­trai­tance infan­tile. Il faut donc vrai­ment la voir et la dif­fu­ser afin qu’une audience la plus large pos­sible le réalise.

Ehren­saft méprise l’é­cole de pen­sée basée sur le prin­cipe de « l’at­tente vigi­lante » en ce qui concerne le trai­te­ment des enfants exhi­bant une « non-confor­mi­té de genre ». Fer­vente pro­mo­trice du modèle d’af­fir­ma­tion, sa devise est « écou­ter et agir ». Ehren­saft est consciente, et admet l’être, que la plu­part des enfants dépassent leur confu­sion de genre avec le temps. Pour­tant, lors­qu’on lui demande, durant la séance de ques­tions-réponses qui suit sa pré­sen­ta­tion, com­ment savoir si un enfant encore en phase « pré­ver­bale » est trans­genre, voi­ci sa réponse (à par­tir de 2:06:08) :

« [Les enfants pré­ver­baux] sont très orien­tés vers l’ac­tion. C’est là que la réflexion est vrai­ment impor­tante. Et l’é­coute des actions….

Ils peuvent vous mon­trer ce avec quoi ils veulent jouer […] et s’ils se sentent mal à l’aise par rap­port à la façon dont vous réagis­sez à leur égard et à l’égard de leur genre […] si vous les mégen­rez. Donc soyez atten­tifs à ce genre d’ac­tions […] comme arra­cher une jupe. […] Dans l’é­mis­sion de Bar­ba­ra Wal­ters, un enfant por­tait une petite gre­nouillère avec des bou­tons-pres­sion entre les jambes. Et à l’âge d’un an, il les déta­chait pour faire une robe, afin que la robe volette. Cet enfant avait été assi­gné mâle. Il s’agissait d’une com­mu­ni­ca­tion, d’une com­mu­ni­ca­tion pré­ver­bale concer­nant le genre. […] Et les enfants sau­ront [qu’ils sont trans­genres] dès la deuxième année de leur vie… ils le savent pro­ba­ble­ment avant mais c’est du pré-préverbal. »

« […] pour faire une robe, afin que la robe volette. »

Sans la moindre preuve, elle relie le com­por­te­ment du bébé à un motif gen­ré. Voi­là sa pré­misse. Vous pour­riez mettre une gre­nouillère à un bébé singe, et il se pour­rait qu’il déclipse les bou­tons-pres­sion. Y aurait-il un mobile dans ce cas, ou le singe joue­rait-il au hasard avec ce que ses bras ou ses jambes peuvent atteindre ? Sa pré­misse est mani­fes­te­ment démente. C’est pour­quoi, après qu’elle ait fait ces décla­ra­tions, je m’attendais à entendre le public s’esclaffer. Mais il n’y eut pas le moindre rire. Quand la camé­ra a balayé la salle, j’ai vu des visages pen­sifs, hochant la tête avec des lèvres pincées.

Il s’a­gis­sait de per­sonnes ins­truites. Qu’était-il arri­vé à leur cerveau ?

Avant l’âge de sept mois, un bébé ne sait pas qu’il existe en tant qu’en­ti­té dis­tincte de sa mère. Et nous sommes cen­sés croire qu’à peine cinq mois plus tard, il est non seule­ment conscient d’en être sépa­ré, mais éga­le­ment de pos­sé­der ce qu’on appelle un « genre » — une chose à la fois liée à la petite chose noueuse qu’il a entre les jambes, mais qui en est aus­si tota­le­ment dis­tincte. Nous sommes cen­sés croire que l’en­fant réa­lise qu’il ne devrait pas avoir cette petite pro­tu­bé­rance amu­sante, qu’il ne devrait rien avoir à cet endroit. Plus encore, nous sommes cen­sés croire qu’il sait éga­le­ment à l’âge de 12 mois — d’après l’exemple de la gre­nouillère — que le « genre » auquel il appar­tient sou­haite por­ter un vête­ment qui « volette ».

Bien évi­dem­ment, qu’il sache cela impli­que­rait aus­si qu’il soit conscient de vivre en Amé­rique du Nord et non, par exemple, en Ara­bie saou­dite, où il est cou­rant que les hommes portent une longue tunique appe­lée thawb (dis­h­da­sha). Ou au Pakis­tan, où hommes et femmes portent le même cos­tume uni­sexe, le Sal­war kameez.

Déci­dé­ment, le petit gar­çon de l’é­mis­sion spé­ciale de Bar­ba­ra Wal­ters était très intel­li­gent ! Et quelle chance il a d’être né à l’ère des gre­nouillères à bou­tons-pres­sion (à l’époque où je suis née, il n’y avait que des bou­tons qu’au­cun enfant ne pou­vait défaire). Il sait donc quel est son sexe, il sait qu’il dif­fère de son genre, il sait qu’il pré­fé­re­rait res­sem­bler au sexe oppo­sé (quoi que cela puisse signi­fier), même si, à ce stade de la vie, seuls ses organes géni­taux le dis­tinguent du sexe oppo­sé et qu’il n’a pro­ba­ble­ment jamais vu d’autres organes géni­taux que les siens (qu’il n’a pas vrai­ment « vus » non plus). Et, bien sûr, il sait aus­si que les cou­tumes ves­ti­men­taires de sa culture dif­fèrent de celles des autres cultures. Et tout cela bien avant d’avoir com­pris à quoi servent les toi­lettes. Et toutes ces infor­ma­tions, il les a trans­mises à ses parents en débou­ton­nant sa grenouillère.

Mince alors, peut-être que cet enfant est le pro­chain dalaï-lama !

Com­ment se fait-il que pas une seule per­sonne, dans cette salle de 400 per­sonnes, ne se soit levée pour crier « Par­don ?!! » ? Je sup­pose qu’il s’agissait de gens rai­son­na­ble­ment bien édu­qués. Avaient-ils été hyp­no­ti­sés ? Je sais qu’il est dif­fi­cile d’être la seule per­sonne à se lever et à dire à l’empereur qu’il est nu, mais com­ment se fait-il qu’il n’y ait pas au moins eu quelques rires spon­ta­nés, ou quelques mur­mures bruyants cepen­dant que cer­tains se tour­naient vers leurs voi­sins pour leur deman­der : « Est-ce qu’elle plai­sante ou est-ce qu’elle est sérieuse ? », ou leur faire part de leur désar­roi : « Je n’ar­rive pas à croire que j’ai payé pour cette confé­rence » ; « Télé­porte-moi, Scot­ty, les habi­tants de cette pla­nète me rendent nerveux ».

Est-il éton­nant, au vu de ces 400 per­sonnes ins­truites qui sont res­tées assises là à écou­ter ce bara­tin en fron­çant les sour­cils et en hochant la tête, qu’une femme moins ins­truite, comme Dee McMa­her, ait été ame­née à croire qu’il est par­fai­te­ment logique et nor­mal pour un bam­bin de deux ans quelque peu ver­bal (tel­le­ment plus avan­cé dans sa com­pré­hen­sion du genre qu’un bébé pré­ver­bal) de savoir avec une cer­ti­tude abso­lue qu’il est des­ti­né à être une fille et à vivre comme une fille, puis comme une femme pour tou­jours et à jamais ?

Les boud­dhistes tibé­tains ne choi­sissent d’empêcher un enfant de vivre sa vie nor­male, afin qu’il prenne en charge la direc­tion spi­ri­tuelle qui lie leur com­mu­nau­té, que tous les 60 ou 70 ans. En revanche, la reli­gion des idéo­logues du genre voit un dalaï-lama poten­tiel dans chaque ber­ceau. Leurs « oracles » prêchent depuis un mil­lion de chaires, et leurs « cher­cheurs » en ont après vos bébés en gre­nouillère. S’il vous plaît, renon­cez à l’« hon­neur » de les leur livrer.

Bar­ba­ra Kay


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
14
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Détruire la nature déchaîne des maladies infectieuses (par Katarina Zimmer)

Le texte qui suit est une traduction d'un article de Katarina Zimmer initialement publié, en anglais, sur le site du magazine National Geographic, le 22 novembre 2019. Il est à mettre en lien avec cet article : De l’avènement de la civilisation au coronavirus de Wuhan : trajectoire d’un désastre logique. L'un et l'autre illustrent bien cet aphorisme apocryphe selon lequel « la civilisation n'est qu'une course sans espoir visant à trouver des remèdes aux maux qu'elle génère ». [...]