Quand le féminisme matérialiste succombe à l’obscurantisme postmoderne (par Audrey A.)

Butler, Delphy & le spectre de la pensée dualiste.

Le mythe patriar­cal est une per­for­mance du réel, une per­for­mance répé­tée qui devient per­for­ma­tive au niveau juri­dique lorsqu’il en est déci­dé ain­si. Judith Bul­ter, qui aime per­for­mer sa propre pen­sée, de pré­fé­rence en pan­ta­lon-cos­tard-che­mise, le vête­ment du pou­voir, confond sciem­ment per­for­mance du réel (le jeu d’acteur d’Henri Cavill dans The Wit­cher tout au long de 2 sai­sons) et per­for­ma­ti­vi­té de la per­for­mance de l’acteur (Géralt de Riv existe). Autre exemple, issu cette fois de chez But­ler elle-même, qui nous invite à élar­gir le cercle de la « caté­go­rie de femme » et qui, se fai­sant, se posi­tionne dans le royaume des idées et de la chose en soi, de tout ce qu’il reste des femmes une fois que l’on opère la sous­trac­tion de la réa­li­té au construit social qui l’englobe – car oui, le construit social com­prend la réa­li­té, en ce qu’il la trans­cende et l’enveloppe – soit, une essence. Une fois que l’on sous­trait la réa­li­té au construit social, ne demeure qu’une dif­fé­rence onto­lo­gique de l’ordre de l’ectoplasme méta­phy­sique, de l’essence. C’est ceci, l’essentialisme, énième notion mal­me­née ou plu­tôt redé­fi­nie dans la nov­langue construc­ti­viste actuelle. But­ler et tous ceux qui s’en réclament veulent que nous consi­dé­rions les « hommes tran­si­den­ti­fiés en femmes en tant qu’ils sont des femmes comme les autres », for­mule autre­ment connue sous le man­tra « les trans­femmes sont des femmes ». L’opération de conscience patriar­cale, telle qu’elle nous appa­rait, est d’abord une sous­trac­tion, ou bien, une décan­ta­tion onto­lo­gique visant à iso­ler un rési­du ecto­plas­mique qui, dans un second temps, se voit cris­tal­li­sé et réi­fié en chose réelle. Alchi­mie séman­tique, presque poé­tique, d’une géné­ra­tion ex nihi­lo de la pen­sée per­for­ma­trice. Que l’homme devinsse femme, et la femme fût.

Reve­nons sur la terre ferme du monde sen­sible et iden­ti­fions d’abord ce que le mythe patriar­cal peut faire et ce qu’il ne peut pas faire. Il ne peut pas rendre réel quelque chose qui n’existe pas. Le mythe patriar­cal ne pos­sède pas le pou­voir de trans­mu­ter l’ADN d’un homme, de trans­sub­stan­tier ses gamètes, de méta­mor­pho­ser son entière phy­sio­lo­gie interne et externe, de rem­pla­cer tous les Y de cha­cune de ses cel­lules par un X. Le mythe ne détient donc pas de pou­voir magique de muta­tion méta­phy­sique. Cepen­dant, il dis­pose d’un pou­voir (kra­tos) de domi­na­tion : celui de défi­nir les choses et l’ordre des choses. Le pou­voir de coer­cer qui­conque refu­se­rait d’accepter, à toutes fins utiles, qu’un homme devienne une femme — ce que le mythe per­for­ma­tif pré­tend possible.

Le sexe : une construction sociale ?

Chris­tine Del­phy, dans son abé­cé­daire, nous dit que le rési­du méta­phy­sique, l’essence, appe­lez-le comme vous le sou­hai­tez, ici le genre, pré­cède le sexe. Le sexe ana­to­mique. Comme s’il pou­vait y avoir un autre sexe que le sexe du monde maté­riel et sen­sible. Un sexe méta­phy­sique, le sexe des anges peut-être. Nous y revien­drons. Pour l’instant, arrê­tons-nous sur ces sables mouvants :

« Lorsque l’on dit que le sexe est une caté­go­rie natu­relle, on est, phi­lo­so­phi­que­ment par­lant, lin­guis­ti­que­ment par­lant, on est dans une absur­di­té, mais pas­sons là-dessus… »

Effec­ti­ve­ment, le pou­voir de caté­go­ri­ser, qui se trouve au centre de ce qu’un cou­rant de pen­sée du post­mo­der­nisme appelle « construc­ti­visme social », que l’on nomme aus­si socio­cons­truc­ti­visme, appar­tient à la classe domi­nante, dont la domi­na­tion s’a­vère aus­si maté­rielle qu’i­déelle. Le sexe est un don­né, et toute caté­go­ri­sa­tion opé­rée (construite) par-des­sus est le fruit d’une opé­ra­tion de conscience patriar­cale. Le sexe, c’est la facul­té de fabri­quer un humain dans votre ventre ou celle de don­ner vos gènes pour le bras­sage géné­tique. Si vous êtes un sac à gènes, votre corps en son entier est inca­pable de fabri­quer la vie. C’est ain­si. Nous en sommes déso­lées pour vous et ce n’est pas de notre faute, nous n’avons pas choi­si, il y a de cela plus d’un mil­liard d’années, que nous allions gar­der tout le cyto­plasme et la plus grande réserve des mito­chon­dries dont vous vous dépouille­rez che­va­le­res­que­ment, de manière à ce que nous ces­sions de nous entre­tuer lors de guerres cyto­plas­miques pour la repro­duc­tion. La pre­mière occur­rence de sexe méio­tique était après tout, comme le rap­pelle Lynn Mar­gu­lis, un acte de can­ni­ba­lisme avorté.

La caté­go­ri­sa­tion com­mence dès le moment où le regard objec­ti­fiant du domi­nant, for­ma­té par le sys­tème idéo­lo­gique de la conscience patriar­cale, fait de ce don­né une des­ti­née. C’est-à-dire : « puisque vous pou­vez pro­créer, alors vous ne ferez que cela, telle sera votre des­ti­née ». La caté­go­ri­sa­tion par la conscience patriar­cale assigne un rôle social basé sur le don­né du sexe : le rôle socio-sexuel. Ce rôle socio-sexuel, au tra­vers d’une suc­ces­sion de glis­se­ments séman­tiques, et donc de caté­go­ri­sa­tion (arché­ty­pa­li­sa­tion et ulti­me­ment sté­réo­ty­pi­ca­li­sa­tion), consti­tue ce que le sys­tème idéo­lo­gique dua­liste appelle aujourd’hui le genre. Par­don­nez-moi, mais les dis­cours hors-sol du post­mo­der­nisme au lit avec la phé­no­mé­no­lo­gie m’obligent à deve­nir gros­sière. Lorsque nous par­lions de sidé­ra­tion de la pen­sée et d’engourdissement réflexif face à la mon­tagne d’absurdités pro­duites par la phi­lo­so­phie dua­liste et ses ser­vantes, même avec les meilleures des inten­tions, comme ici Chris­tine Del­phy, notre propre pen­sée en contact avec la bouillie de soude court tou­jours le risque de s’y dis­soudre. Les pen­seuses post­mo­dernes du socio­cons­truc­ti­visme sont tou­jours expo­sées au piège du lan­gage, qu’elles ont contri­bué à creu­ser – c’est-à-dire qu’elles ont ten­dance à se faire lit­té­ra­le­ment duper par le lan­gage. Le lan­gage défi­ni par la conscience patriar­cale. Ou com­ment ana­ly­ser l’air tout en ayant besoin de res­pi­rer. Atta­chez vos cein­tures, on décolle :

« (…) Le sexe per­met le genre, au moins, la divi­sion tech­nique du tra­vail, qui a son tour créé ou au moins per­met la domi­na­tion d’un groupe sur l’autre. Nous pen­sons au contraire que c’est l’oppression qui crée le genre, que la hié­rar­chie de la divi­sion du tra­vail est d’un point de vue logique, a la divi­sion tech­nique du tra­vail. On a d’abord une divi­sion hié­rar­chique, et ensuite une divi­sion tech­nique du tra­vail. Et celle-ci crée les rôles sexuels que l’on appelle le genre. Et le genre crée à son tour ce que l’on appelle le sexe anatomique. »

La vieille ques­tion de la poule et de l’œuf aurait du sens si nous avions affaire à un pro­ces­sus endo­sym­bio­tique. Or, nous ne sommes pas ici dans le royaume du micro­biote, mais dans celui d’un sys­tème poli­tique de domi­na­tion (le men­songe) sécu­ri­sé par la vio­lence. Del­phy rap­pelle que le sys­tème idéo­lo­gique pré­cède notre nais­sance, que les caté­go­ri­sa­tions opé­rées par ce sys­tème idéo­lo­gique, por­tées et ren­for­cées par ses membres, les hommes domi­nants, les indi­vi­dus en ce qu’ils sont eux-mêmes la fabrique et la matière du réseau (lorsqu’ils décident de tuer les femmes qui tentent de les quit­ter, lorsqu’ils décident de détruire la car­rière des femmes qui dénoncent leurs vio­lences sexuelles, Cf. Sand Van Roy et Luc Bes­son) et acteurs d’un réseau de pou­voir hié­rar­chique (qui les pro­tège, Cf. leur impu­ni­té fla­grante). Que ce sys­tème idéo­lo­gique com­mence à nous condi­tion­ner au tra­vers des rôles socio-sexuels qu’il nous assigne dès le moment où notre sexe est consta­té par écho­gra­phie ou que vous le com­man­dez vous-même sur cata­logue pour une FIV. Pour celles qui ne le savaient pas, oui, nous en sommes là. Le sexing, choix du sexe du bébé dans le cadre d’une pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée, est inter­dit en France, mais pas aux États-Unis. Au total, en pre­nant en compte l’Inde, la Chine, l’Afghanistan, le Ban­gla­desh, le Pakis­tan, la Corée du Sud et Taï­wan, le dif­fé­ren­tiel de filles man­quantes lié à l’avortement sélec­tif et aux tech­niques de choix du sexe (pour les plus riches) est esti­mé à 90 millions.

Aucun pro­blème, ou presque, avec tout ce qui pré­cède, même s’il est néces­saire de repas­ser der­rière l’extraordinaire asser­tion de Del­phy armée d’une truelle et d’un bac de béton afin d’exposer l’éléphant dans le maga­sin de por­ce­laine qu’elle occulte étran­ge­ment dans sa démons­tra­tion : le sys­tème idéo­lo­gique de la pen­sée patriar­cale mul­ti­mil­lé­naire, fon­dé sur le désir de contrôle de la sexua­li­té et des ventres des femmes par les hommes, sa mise en place coer­ci­tive au moyen d’une vio­lence directe et struc­tu­relle, ain­si que son actua­li­sa­tion conti­nue par les hommes qui l’incarnent. Et les femmes qui le servent.

C’est ici que les choses se corsent, ou que le ser­pent se mord la queue.

« Alors diable, com­ment le genre peut créer le sexe ana­to­mique. Le genre crée le sexe ana­to­mique dans le sens que cette par­ti­tion hié­rar­chique en deux trans­forme en dis­tinc­tion per­ti­nente pour la pra­tique sociale, une dif­fé­rence ana­to­mique qui est en elle-même dépour­vue d’implication sociale. Que la pra­tique sociale, elle seule, trans­forme en caté­go­rie de pen­sée, un fait phy­sique, en lui-même dépour­vu de sens comme tous les faits phy­siques. Le genre pré­cède le sexe »

Com­ment diable, exac­te­ment. En pre­nant le risque de ne pas assoir la pen­sée dans le monde maté­riel et de s’échapper dans le royaume éthé­ré des idées, la pen­sée finit par ne plus retrou­ver le che­min de la réa­li­té. Le patriar­cat, ce gros mot qui n’est pas qu’une suc­ces­sion de syl­labe, est bel et bien incar­né dans tous les hommes au sein d’une socié­té patriar­cale, que ceux-ci veuillent en faire par­tie ou non, que ceux-ci veuillent en béné­fi­cier ou non. Le patriar­cat, ce sys­tème hié­rar­chique d’exploitation pro­téi­forme, nous l’abordons ici dans son aspect per­for­ma­tif, c’est-à-lire en sou­li­gnant son pou­voir de nom­mer et défi­nir les choses et les états de fait, son pou­voir de mys­ti­fi­ca­tion, d’interprétation et d’écriture mytho­gra­phique de la réa­li­té, d’institutionnaliser le men­songe, d’inverser des réa­li­tés, de ren­ver­ser et de ré-ins­ti­tu­tion­na­li­ser le sens : la mala­dap­ta­tion[1] du sens, l’androcratie ins­ti­tu­tion­nelle. Si l’on n’oublie rien. Le pire serait d’oublier, et d’oublier l’oubli. Hei­deg­ger y était presque lui aus­si. Mais mieux valait pour sa propre inté­gri­té morale qu’il oublie son oubli. Dephy a mani­fes­te­ment oublié. Et l’oubli de son oubli la plonge dans l’embarras. C’est d’ailleurs très embar­ras­sant à regar­der. Son hôtesse lui repose la ques­tion, après le second tour de cir­cu­la­ri­té, et elle aus­si se trouve dans l’attente de l’irrésolution, consciente qu’il y a bien là un fin mot de l’histoire qui leur échappe, sur le bout de la langue, peut-être, mais Del­phy décide de pas­ser à autre chose. Elle a suf­fi­sam­ment écrit là-des­sus, pour elle, c’est un acquis. Embar­ras­sant, indeed.

Le pou­voir police le lan­gage et l’emploi du lan­gage, il est celui qui défi­nit les mots et l’usage des mots : vous ne pou­vez donc plus dire d’une per­sonne que vous per­ce­vez et iden­ti­fiez, dans le sens de recon­naître selon un ensemble de fac­teurs phé­no­ty­piques et de vigi­lance ves­ti­giale néces­saire à votre sur­vie, sur­tout si vous êtes une femelle de l’espèce humaine, qu’il s’agit en fait d’un homme. D’un homme dans les faits, dans la réa­li­té, dans le monde sen­sible et maté­riel, dans le monde concret, d’un homme qui peut vous frap­per et vous mettre à terre dans un espace où n’auriez pas dû avoir à vous méfier, d’un homme qui peut arra­cher vos vête­ments et for­cer son entrée dans vos entrailles. Le cas échéant, le mythe patriar­cal dis­pose du pou­voir légal de vous for­cer à dire qu’une femme vous a vio­lée avec son pénis de femme, et vous serez rap­pe­lée à l’ordre au tri­bu­nal, face à l’homme qui vous a sexuel­le­ment agres­sée, en ce qui concerne l’usage des bons pro­noms. Madame, pen­sez un peu aux sen­ti­ments de votre vio­leur, dites « elle » lorsque vous par­lez de lui[2].

Le genre précède le genre

L’on peut aus­si noter qu’en affir­mant que le genre pré­cède le sexe, ou du moins qu’il « crée le sexe ana­to­mique » dans le sens d’une « par­ti­tion hié­rar­chique en deux […] per­ti­nente pour la pra­tique sociale » sur la base d’une « dif­fé­rence ana­to­mique », autre­ment dit que le genre crée une par­ti­tion hié­rar­chique en deux de la socié­té sur la base d’une dif­fé­rence ana­to­mique, Chris­tine Del­phy affirme très exac­te­ment que le genre crée le genre. Tau­to­lo­gie bon­soir. Au final, on retrouve ici le cadre métho­do­lo­gique au fon­de­ment de l’argumentation cir­cu­laire mar­te­lée par les mili­tants du genre : est une femme toute per­sonne qui s’identifie comme une femme.

De l’importance du sexe

Quit­tons main­te­nant le royaume de la logique et de la police patriar­cale afin de reprendre racines dans la terre nour­ri­cière. Non seule­ment Del­phy cultive cette pen­sée en serre hydro­po­nique, mais comme si cela n’était pas déjà inva­li­dant, elle ignore tout un pan du royaume sen­sible étu­dié depuis 70 ans par l’anthropologie évo­lu­tion­naire. Comme tout bon pen­seur de l’obscurantisme post­mo­derne, Del­phy est en bis­bille avec l’évolution et la sélec­tion sexuelle. Dar­win, remi­sant ses lunettes patriar­cales et pour­sui­vant son intui­tion pre­mière, écré­mée de l’opportunisme égoïste ima­gi­né par Spen­cer et Daw­kins en concor­dance avec notre vio­lente civi­li­sa­tion escla­va­giste, tenait le bon bout. Le bout qu’ont su déve­lop­per Sarah Blaf­fer Hrdy et tous les anthro­po­logues et eth­no­logues ayant révo­lu­tion­né le point de vue tar­za­niste[3] ébran­lé par Sah­lins lors de la grande confé­rence d’anthropologie tenue à la fin des années 60 inti­tu­lée « Man The Hun­ter », (l’homme, ce chas­seur ; une vaste farce andro­cen­trée). Dans son livre L’Ennemi prin­ci­pal, Depl­hy écrit :

« Il en découle que si le genre n’existait pas, ce qu’on appelle le sexe serait dénué de signi­fi­ca­tion, et ne serait pas per­çu comme impor­tant : ce ne serait qu’une dif­fé­rence phy­sique par­mi d’autres. J’étais consciente, et je l’écrivis, qu’il fau­drait des années pour prou­ver cette thèse hardie. »

Del­phy semble oublier la rai­son pour laquelle le genre a été éta­bli sur la base des deux sexes bio­lo­giques et non de nos cou­leurs de che­veux. Elle semble igno­rer pour­quoi le genre est un rôle socio-sexuel et non un rôle socio-capil­laire. Peut-être que nos ancêtres homi­ni­dés et fémi­ni­dés déci­dèrent à la courte paille de fabri­quer ex nihi­lo un sys­tème de domi­na­tion[4] ?

En niant l’importance évo­lu­tion­naire du sexe, ce qui revient, en sui­vant à son terme cette logique pré­pos­tère, à nier la théo­rie de l’évolution et la sélec­tion sexuelle elle-même, Del­phy occulte les fon­de­ments socio­sexuels du genre et dis­si­mule les ori­gines du sys­tème de domi­na­tion humain qu’est le sexisme, ain­si que celles du racisme qui y puise son fon­de­ment his­to­rique[5]. Ce néga­tion­nisme évo­lu­tion­naire illustre encore une fois que la pen­sée post­mo­derne construc­ti­viste est deve­nue in fine une pen­sée créa­tion­niste. Dua­lisme méta­phy­sique, quand tu nous tiens.

Car le sexe n’est pas une simple dif­fé­rence géno­ty­pique et phé­no­ty­pique comme le serait la cou­leur de nos che­veux ou de nos yeux. Elle est la dif­fé­rence cru­ciale dans l’évolution de l’espèce humaine. Elle est ce qui nous a dis­tin­gué de nos cou­sins pri­mates. Excu­sez du peu. Pro­créer, mettre des vies au monde serait donc aus­si ano­din que dire bon­jour ?! Quelle insi­gni­fiance. Non, la moi­tié seule­ment seront en mesure de le faire, actuel­le­ment ou vir­tuel­le­ment. Une femelle méno­pau­sée ne cesse pas d’être une femelle. Une femelle pré-pubère reste une femelle. Une femelle atteinte d’un cer­tain type de syn­drome de Swyer, dont le caryo­type contient les chro­mo­somes sexuels XY, mais dont le gène SRY pré­sent sur le Y est néga­tif (SRY condui­sant nor­ma­le­ment à l’ex­pres­sion des gènes de dif­fé­ren­cia­tion des tes­ti­cules, entre autres) déve­lop­pe­ra des gonades de type « ovaires » par défaut et bien qu’infertile, n’en sera pas moins une femelle. Del­phy ne nie pas la maté­ria­li­té, la réa­li­té du sexe, enten­dons-nous bien. Mais elle en nie l’importance phy­sique, évo­lu­tion­naire et donc sociale — genre ou non — pour l’espèce humaine, espèce sym­bo­li­sante au cer­veau gour­mand. Avez-vous seule­ment déjà pris connais­sance des registres archéo­lo­giques ? Si vous l’aviez fait, l’importance de la cou­leur des che­veux dans le déve­lop­pe­ment de la sym­bo­li­sa­tion humaine vous aurait très cer­tai­ne­ment sau­té aux yeux. Le sexe, en revanche, c’est bien connu, n’a aucune impor­tance. Rap­pel express :

Les homi­ni­dés – ou plu­tôt les fémi­ni­dés — nous ont ren­dus humains en sélec­tion­nant sexuel­le­ment les mâles pour­voyeurs et coopé­ra­tifs, d’abord en déve­lop­pant une pra­tique de dis­si­mu­la­tion de l’ovulation, qui non seule­ment per­mit d’écarter les mâles alphas cher­chant à fer­ti­li­ser un maxi­mum de can­di­dates, pas­sant de l’une à la sui­vante, mais exi­gea même, ensuite, la for­ma­tion de coa­li­tions[6] fémi­nines, et ce, de manière à ce que les mâles aient tout inté­rêt (accès aux femelles) à sub­ve­nir aux besoins éner­gé­tiques très forts qu’impliquait l’augmentation de la taille de notre cer­veau[7]. Quit­ter l’œstrus per­mit aux femelles de rete­nir les mâles alen­tour, et les coa­li­tions femelles, par la suite, de les envoyer cher­cher et rame­ner de la nour­ri­ture pour leur pro­gé­ni­ture au lieu de la gar­der pour eux-mêmes.

Main­te­nant, pour­quoi notre cer­veau a‑t-il été pris d’une telle pous­sée de crois­sance, au point que les femelles aient dû évo­luer (quit­tant l’œstrus) de manière à rete­nir les mâles coopé­ra­tifs auprès d’elles pour sub­ve­nir aux demandes éner­gé­tiques que deman­dait une telle aug­men­ta­tion céré­brale, et déve­lop­per ensuite des coa­li­tions sym­bo­liques, de manière à ce que ces mêmes mâles (non domi­nants, rap­pe­lons-le) s’en aillent ensemble chas­ser au lieu de leur tour­ner autour à guet­ter l’ovulation des femelles  – signe dif­fi­ci­le­ment dis­si­mu­lable, mais impli­quant que les mâles attendent et res­tent auprès d’elles – la ques­tion reste ouverte. Mais ce n’est cer­tai­ne­ment pas une ques­tion de cou­leur de che­veux. Pour­quoi nos cou­sins les bono­bos n’ont-ils pas connu de pous­sée de cer­veau comme sapiens, eux qui sont déjà natu­rel­le­ment coopé­ra­tifs et convi­viaux[8], qui pra­tiquent les rela­tions sexuelles comme ren­for­ce­ment de la cohé­sion sociale et réso­lu­tion de conflits (ce pour­quoi ils sont consi­dé­rés hédo­nistes, en pri­ma­to­lo­gie, contrai­re­ment à leurs cou­sins chim­pan­zés de nature ago­niste), et dont les femelles n’ont jamais eu à évo­luer pour dis­si­mu­ler l’ovulation ? Elles n’ont pas eu besoin de le faire, les bono­bos étant déjà une espèce coopé­ra­tive pra­ti­quant l’alloparentage dans l’élevage des enfants[9]. Pas d’accroissement de cer­veau pour opé­rer l’acte sym­bo­lique de la domi­na­tion inver­sée et pas de nou­velle stra­té­gie évo­lu­tion­naire sexuelle à déve­lop­per. Nous n’étions peut-être que des sous-bono­bos, des chim­pan­zés ayant four­ni un effort évo­lu­tion­naire qui a fait boule de neige, jusqu’à sapiens, pour fina­le­ment dépas­ser de loin ses cou­sins pri­mates hip­pies. Nous aurions pu faire bien pire en adop­tant les stra­té­gies égoïstes des femelles lémurs, et encou­ra­gé les mâles alpha infan­ti­ci­daires et vio­lents. Cela dit, nous avons bel et bien dévo­lué depuis le début de l’holocène[10], et contrai­re­ment à nous, les lémurs ne détruisent ni les autres espèces, ni la pla­nète. L’égoïsme repro­duc­tif est pro­ba­ble­ment la seule occur­rence de stu­pi­di­té natu­relle du vivant digne des Dar­win Awards.

Pour que se réa­lise la « thèse har­die » (et non pas « Hrdy ») de Del­phy selon laquelle le sexe, débar­ras­sé du genre, ne serait plus qu’une dif­fé­rence phy­sique comme une autre, il lui fau­dra bien plus que « des années » et beau­coup d’huile de coude. Il lui fau­dra quelque chose comme sept mil­lions d’années d’évolution humaine — en étant opti­miste. En atten­dant, le sexe — indé­pen­dam­ment du genre qui est, nous ne le rap­pel­le­rons jamais assez, un rôle socio­sexuel — conti­nue­ra, entre autres choses et dif­fé­rem­ment selon que vous êtes femme (femelle) ou homme (mâle), de déter­mi­ner une par­tie de la phy­sio­lo­gie de votre corps, de nom­breux traits mor­pho­lo­giques (taille, pilo­si­té faciale) et phy­sio­lo­giques (sen­si­bi­li­té olfac­tive, fonc­tion­ne­ment de l’oreille interne), la manière dont vous subis­sez une crise car­diaque, la manière dont vous réagis­sez à cer­tains médi­ca­ments, la manière dont la graisse se répar­tit dans votre corps, vos apti­tudes et vos limites dans la recherche de l’excellence ath­lé­tique, votre (in-)capacité à mettre au monde, etc. Del­phy n’est mani­fes­te­ment pas une femme spor­tive et n’a pro­ba­ble­ment jamais par­ti­ci­pé ni vu l’intérêt d’une saine com­pé­ti­tion ath­lé­tique. Mais cela n’est pas éton­nant : tout comme But­ler, c’est à se deman­der si elle a conscience d’être un corps, et non de vivre dans un véhi­cule qu’elle condui­rait depuis son esprit, sépa­rée du reste de son orga­nisme par une paroi opaque dissociative.

Dans la majo­ri­té voire dans tous les cas, les dif­fé­rences sexuelles résultent de notre bio­lo­gie et le dimor­phisme sexuel autant de notre évo­lu­tion que de méca­nismes à la fois bio­lo­giques et socio­lo­giques ; nous pen­sons à l’augmentation du dimor­phisme liée, par exemple, à la mal­nu­tri­tion des filles aux pro­fits des gar­çons dans cer­taines socié­tés, fabri­quant ain­si des géné­ra­tions de filles et femmes caren­cées, carences qui affectent en retour la san­té des fœtus mâles. Dans notre socié­té, des femmes pétries de syn­drome de stress post-trau­ma­tique, en état conti­nu d’hypervigilance, fécon­dées par des hommes vio­lents et émo­tion­nel­le­ment han­di­ca­pés, donnent nais­sance à des enfants hyper adap­tés au dan­ger et dotés d’une cog­ni­tion consi­dé­rée par la méde­cine psy­chia­trique comme défi­ci­taire de l’attention. Mais même si le genre était abo­li — ce que nous sou­hai­tons de tout cœur — et même si des mil­liers d’années pas­saient, les dif­fé­rences sexuelles demeu­re­raient. Le sexe n’est pas un détail phy­sique insignifiant.

Les origines biologiques du sexe (non, le sexe n’est pas une construction sociale)

Pour­tant, nous répon­dront cer­tains, il se trouve que chez les pois­sons-clowns, et les sèches, et même les cham­pi­gnons, les choses ne se passent pas de cette manière ! Ain­si Del­phy affirme-t-elle, en se basant sur les fon­da­tions bran­lantes de l’éminente Anne Faus­to Sterling :

« En bio­lo­gie, on parle de repro­duc­tion sexuée, un type de repro­duc­tion appa­ru, comme tous les traits de l’évolution, par hasard, et consi­dé­ré par les bio­lo­gistes comme un “bidouillage-qui-a-tenu-on-ne-sait-pour­quoi” ; il n’implique nul­le­ment que ces sexes soient deux, ni qu’ils soient por­tés par des indi­vi­dus sépa­rés ; on se garde donc bien de par­ler de “dif­fé­rence des sexes” (voir Faus­to-Ster­ling 2000). »

De telles clow­ne­ries ne peuvent qu’émerger du cirque post­mo­derne ou d’une sur­con­som­ma­tion de psi­lo­cybes[11]. Le sexe n’est pas appa­ru par hasard, il est une adap­ta­tion évo­lu­tion­naire visant à « nous » (le vivant) sor­tir de l’impasse des guerres cyto­plas­miques endé­miques à un cer­tain type de repro­duc­tion – le sexe méio­tique. His­toire d’anthropomorphiser la nar­ra­tion, rap­pe­lons qu’une par­tie des bac­té­ries se sont che­va­le­res­que­ment dépouillées de leur cyto­plasme, tan­dis qu’une autre a jalou­se­ment conser­vé tout le cyto­plasme et les plus grandes réserves de mito­chon­dries. Com­ment se sont-elles déter­mi­nées ? Peut-être ont-elles tiré à la courte paille (au plus court spi­ro­chète ?). Sinon, vous pou­vez vous tour­ner vers les Chla­my­do­mo­nas, qui, moins roman­tiques que nous, vivent tou­jours au temps de ces guerres.

Autre­ment dit, sauf à se payer de mot, il est évident que le sexe pré­cède le genre, étant don­né que le sexe pré­cède même l’existence d’Homo Sapiens.

Le vivant a ensuite pro­li­fé­ré en grands règnes et en espèces, et nous, humains, ne sommes ni des cham­pi­gnons ni des pois­sons-clowns, n’en déplaise à Faus­to-Ster­ling, ni en train de cher­cher à sor­tir d’un sys­tème de domi­na­tion socio-capil­laire, n’en déplaise à Del­phy. Mais peut-être l’histoire com­mence-t-elle par une coquille de Del­phy qui, au lieu de sou­li­gner que le gène pré­cède le sexe, s’est retrou­vée à pré­tendre que le genre le pré­cé­dait. Ce qui ne man­qua de plaire à l’auditoire queer. Del­phy se retrou­va dès lors dans une incon­for­table posi­tion intel­lec­tuelle à être célé­brée par les nou­velles géné­ra­tions tout en igno­rant sciem­ment (dis­so­nance cog­ni­tive) les preuves his­to­riques et anthro­po­lo­giques des ori­gines du patriar­cat (cela com­mence à faire beau­coup) et de son fon­de­ment sexuel, et à sou­te­nir, dans une for­mule sar­trienne inver­sée, que le genre pré­cède le sexe.

Ce n’est pas la pre­mière fois qu’un tel ren­ver­se­ment se pro­duit en la matière. Judith But­ler elle-même sem­blait par­fois témoi­gner de réma­nences maté­ria­listes[12], mais de manière abs­conse, posi­tion que d’aucuns com­prirent à l’envers, et But­ler de les confor­ter dans leur mécom­pré­hen­sion, en quête d’une célé­bri­té qui allait ache­ver de la sépa­rer du monde réel. Il sem­ble­rait ici que Del­phy soit aux prises avec une but­le­ri­sa­tion de sa pen­sée. Pire encore, peut-être faut-il faire notre deuil et ces­ser de cher­cher à com­prendre ce qui, chez ces deux femmes, les a pous­sées à ten­ter de détruire les car­cans patriar­caux qui les ont à ce point oppres­sées, étant toutes deux les­biennes (et esti­mant que l’hétérosexualité, l’orientation sexuelle, est une construc­tion sociale en l’assimilant à l’hétéronormativité patriar­cale), au point d’en venir à nier, à théo­ri­ser un néga­tion­nisme com­plet de la radi­ca­li­té de leur oppres­sion et de celle de mil­liards de femmes, qu’elles soient les­biennes ou hété­ro­sexuelles. Elles ont recou­vert le sol et les racines qui poussent cachées d’un épais enfu­mage fou­cal­dien, reti­rant la pos­si­bi­li­té aux plus jeunes géné­ra­tions d’y poser le pied et d’y four­ra­ger, et donc, de pro­duire une ana­lyse fémi­niste radi­cale des sys­tèmes de domi­na­tion, du patriar­cat, et de notre civilisation.

L’ennemi inté­rieur de Del­phy est bel est bien là. Tant que vous vivrons en andro­cra­tie, nous ne pour­rons jamais vrai­ment l’éradiquer et, tout au long d’une car­rière, tout au long d’une vie psy­chique, il sera sus­cep­tible de s’exprimer. Virus dor­mant qu’un envi­ron­ne­ment favo­rable, c’est-à-dire hos­tile, là où les condi­tions de pro­li­fé­ra­tion sont très mani­fes­te­ment réunies (exploi­ta­tion et vio­lence, inéga­li­tés astro­no­miques, gyno­cides) et qui pro­gres­si­ve­ment s’active en trom­pant les défenses fémi­nistes épui­sées (méno­pau­sées ?), jusqu’à colo­ni­ser à nou­veau la colo­ni­sée. L’ennemi inté­rieur était tapi tout au fond d’elle, ino­cu­lé dès la nais­sance, for­geant sa cog­ni­tion et ses per­cep­tions, la pré­pa­rant à la sépa­ra­tion et à la dis­so­cia­tion d’avec son propre corps de femelle et en ceci, de toute coa­li­tion femelle effec­tive, pour que l’hôtesse s’adapte au para­si­tage et qu’elle y sur­vive, et son nom est auto­mi­so­gy­nie.

*

Si le sexe de C. Del­phy n’a pas déci­dé de sa des­ti­née phi­lo­so­phique, son nom même était por­teur d’un grand pré­sage. Del­phy, de l’île grecque épo­nyme, était un énième temple ora­cu­laire du « ventre » et de la « tombe » de la grande déesse tri­for­mis locale, un temple de la nais­sance, de la mort et de la régé­né­ra­tion. Le mythe archaïque raconte qu’un ser­pent géant y vivait, le python, connu sous le nom de Pytho, que tua Apol­lon dans la récu­pé­ra­tion et la réécri­ture patriar­cale. Del­phy vient de Del­phynes, autre nom du python ora­cu­laire, le plus ancien venant de Malte (où se trouvent les célèbres temples méga­li­thiques)[13]. Del­phynes était donc le nom du ser­pent, et ce nom pro­vient de Del­phys, qui signi­fie « matrice/ giron » (womb). C’est pour­quoi « Del­phy » est aus­si aujourd’hui le nom d’une méthode contra­cep­tive. Dans le mythe patriar­cal, Apol­lon s’empare du temple de Delphes et devient le maître des oracles (les pythies, les prê­tresses qui ren­daient les oracles) en tuant Pytho, le ser­pent ora­cu­laire, repré­sen­tant l’épiphanie de la grande déesse. Ori­gi­nai­re­ment, le ser­pent est la déesse ; dans la mytho­gra­phie patriar­cale, le ser­pent est le fils par­thé­no­gé­né­tique d’Héra. Chris­tine Del­phy a cru que l’ennemi inté­rieur était le ser­pent lorsque c’est elle-même, la femme, qu’elle a tuée dans sa pensée.

Audrey A.


  1. « Patriar­cat is male-adap­tive » dit Max Dashu dans ses confé­rences.
  2. https://twitter.com/jk_rowling/status/1470092815506063365
  3. L’hypothèse « tar­za­niste » est le nom moqueur de la concep­tion conser­va­trice-vic­to­rienne de « L’homme, ce chas­seur » aujourd’hui éva­cuée par les recherches anthro­po­lo­giques et paléoan­thro­po­lo­giques. L’homme de Cro-Magnon allant chas­ser avec son gour­din et trai­nant « sa femme » par les che­veux à l’intérieur de la cave. Voir aus­si la « Flins­to­ni­fi­ca­tion » (Pier­ra­feu-isa­tion) de la pré­his­toire, d’après le des­sin ani­mé connu en France sous le nom des « Pier­ra­feu » (les Flins­tone en VO), pro­ces­sus consis­tant à obser­ver le pas­sé depuis une pers­pec­tive contem­po­raine patriar­cale, euro­cen­triste et capi­ta­liste biai­sée.
  4. Il est de connais­sance anthro­po­lo­gique et paléoan­thro­po­lo­gique com­mune que l’agriculture et l’adoption pro­gres­sive éta­lée sur des mil­liers d’années après l’holocène, ins­tau­rant la séden­ta­ri­té et lan­çant l’engrenage de la créa­tion des inéga­li­tés n’était ni un choix ni un pro­grès, mais une adap­ta­tion. Tout uni­ver­si­taire niant ceci est res­té coin­cé au XIXème siècle et devrait urgem­ment se mettre à apprendre l’anglais.
  5. Ger­da Ler­ner, The Crea­tion of Patriar­chy.
  6. La domi­na­tion inver­sée, expres­sion for­gée par Chris­to­pher Boehm, fut le pre­mier acte sym­bo­lique pré-humain, la for­ma­tion de coa­li­tion par coopé­ra­tion, per­met­tant de contrer la force brute.
  7. La Coa­li­tion Cos­mé­tique Femelle : https://www.partage-le.com/2022/01/06/legalite-des-sexes-nous-a-rendus-humains-une-reponse-au-texte-comment-changer-le-cours-de-lhistoire-de-david-graeber-david-wengrow-par-camilla-power/
  8. https://www.partage-le.com/2022/01/16/les-vrais-hommes-sont-des-bonobos-par-riane-eisler-et-douglas-p-fry/
  9. Sarah Blaf­fer Hrdy, Mothers and Others – The Evo­lu­tio­na­ry Ori­gins of Mutual Unders­tan­ding tra­duit en fran­çais en 2016 par Com­ment nous sommes deve­nus humains, Les ori­gines de l’empathie ; Hoh­mann et Fruth, Food sha­ring and sta­tus in unpro­vi­sio­ned bono­bos.
  10. https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fevo.2021.742639/full. Que les scien­ti­fiques se réjouissent de la dimi­nu­tion de la taille de notre cer­veau depuis le néo­li­thique moyen a de quoi nous sur­prendre. Ils mettent cette dévo­lu­tion sur le compte de l’externalisation des connais­sances (de l’écriture jusqu’à l’internet) et par com­par­ti­men­ta­li­sa­tion de leurs recherches, ignorent tout lien avec la neu­ro­psy­chia­trie : l’atrophie émo­tion­nelle et l’inutilisation de nos cir­cuits cog­ni­tifs câblés pour la coopé­ra­tion, l’attention et le soin por­tés aux autres contre notre venue au monde dans un envi­ron­ne­ment fami­lial qui ne répond pas aux besoins humains de l’enfant, et notre déve­lop­pe­ment dans une socié­té de domi­na­tion, inéga­li­taire et vio­lente lorsque notre cog­ni­tion humaine ves­ti­giale est l’altruisme, condi­tion de l’autonomie et de la liber­té de cha­cun. Voir Hrdy (tous ses tra­vaux), Eis­ler et Fry (Nur­tu­ring Our Huma­ni­ty, How Domi­na­tion And Part­ner­ship Shape Our Brain And Our Future). Qu’ils en viennent dès lors à nous com­pa­rer aux four­mis se passe de com­men­taire.
  11. https://www.partage-le.com/2022/01/12/pseudoscience-et-kleptogamie-kleptosophie-par-audrey‑a/
  12. Dans sa seconde pré­face à Trouble dans le genre, elle écrit : « L’idée que le genre est per­for­ma­tif [NdA : parce que nous le per­for­mons répétitivement/ à force de] a été conçue pour mon­trer que ce que nous voyons dans le genre comme une essence inté­rieure est fabri­qué à tra­vers une série inin­ter­rom­pue d’actes, que cette essence est posée en tant que telle dans et par la sty­li­sa­tion gen­rée du corps [NdA : pseu­do dua­lisme où le genre appa­rait au com­mun comme une essence inté­rieure. L’âme indi­vi­duelle]. De cette façon, il devient pos­sible de mon­trer que ce que nous pen­sons être une pro­prié­té « interne » à nous-même doit être mis sur le compte de ce que nous atten­dons et pro­dui­sons à tra­vers cer­tains actes cor­po­rels, qu’elle pour­rait même être, en pous­sant l’idée à l’extrême, un effet hal­lu­ci­na­toire de gestes natu­ra­li­sés [NdA : nous avons l’impression que notre iden­ti­té de genre existe parce que nous bai­gnons dans le sys­tème cultu­rel qui pro­duit la caté­go­rie rigide du rôle socio­sexuel, qu’elle est quelque chose de fixée, de tan­gible, qui fait par­tie de nous. Nous l’avons natu­ra­li­sée, trans­for­mé en quelque chose qui existe et dont nous croyons à la réalité/matérialité. Concep­tion du cer­veau de femme/d’homme dans une cuve]. Vou­lons-nous dire par là que nous reti­rons donc à la psy­ché tout ce qui lui serait « inté­rieur », et que cette inté­rio­ri­té est une fausse méta­phore ? [NdA : oui, mais elle ne le dira pas. La suite est une suc­ces­sion de pirouettes, ou plu­tôt, un répé­ti­tion d’acte de fuite per­for­mant la réflexion]. Il est vrai que la méta­phore d’une psy­ché inté­rieure est uti­li­sée au début de Trouble dans le genre dans la dis­cus­sion sur la mélan­co­lie du genre, mais elle n’est plus aus­si pré­gnante lorsqu’il s’agit de pen­ser la per­for­ma­ti­vi­té pro­pre­ment dite. »
  13. Moni­ca Sjoo, The Great Cos­mic Mother : Redis­co­ve­ring the Reli­gion of the Earth ; Robert Graves, Les Mythes grecs vol 1.

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Gérald Bronner et la « naturalité » du désastre technologique (par Nicolas Casaux)

Dans son dernier livre, intitulé Apocalypse cognitive, Gérald Bronner, crétin diplômé et titularisé, sociologue, membre de l'Académie nationale de médecine, de l'Académie des technologies et de l'Institut universitaire de France, scientiste, défenseur « des hiérarchies sociales », de la civilisation et de l’industrie, compile des statistiques éloquentes sur le désastre technologique en cours :
Lire

L’appel des éco-charlatans et la promotion du capitalisme « vert » (à propos des Colibris)

Le 31 janvier 2017, le journal Le Monde, le principal quotidien français, appartenant au trio capitaliste Bergé-Niel-Pigasse, relayait "l’appel du monde de demain". Un appel rédigé par les principales éco-célébrités françaises, à la mode dans les cercles bourgeois de la capitale, car politiquement correctes et ne menaçant pas le moins du monde l’ordre établi (Nicolas Hulot, Pierre Rabhi, Cyril Dion, Tryo, Zaz, Marion Cotillard, Matthieu Chedid, Alain Souchon, etc.). Examinons-le. [...]