Reclaim Finance et Lucie Pinson : le mouvement climat et le verdissement du capitalisme (par Nicolas Casaux)

L’organisation Reclaim Finance (ce qui, en fran­çais, signi­fie « se réap­pro­prier la finance », un nom qui dit tout), créée par Lucie Pin­son, se pré­sente comme « au croi­se­ment de l’ONG et du think tank. Nous met­tons notre exper­tise au ser­vice des auto­ri­tés publiques et des acteurs finan­ciers dési­reux de trans­for­mer les pra­tiques exis­tantes de manière à les sou­mettre aux impé­ra­tifs éco­lo­giques. Mais il y a urgence, et les petits pas ne suf­fisent pas. Cela nous oblige en tant qu’ONG à mener des cam­pagnes qui iden­ti­fient les res­pon­sables de la crise cli­ma­tique et les acteurs finan­ciers der­rière les bonnes et mau­vaises pratiques. »

Une bonne finance est pos­sible, une vraie finance verte est pos­sible — c’est-à-dire un vrai et bon capi­ta­lisme vert — avec de bons acteurs finan­ciers. Il faut juste écré­mer les mau­vais, ou les ame­ner à chan­ger, à ces­ser d’investir dans l’exploitation des éner­gies fos­siles. Car tout ce qui pose pro­blème, avec le capi­ta­lisme indus­triel, avec la civi­li­sa­tion indus­trielle, c’est son recours aux éner­gies fos­siles. Bon sang, mais c’est bien sûr. Et com­ment Reclaim Finance est-elle financée ?

« Nos prin­ci­paux finan­ce­ments pro­viennent de dons indi­vi­duels et de fon­da­tions pri­vées, dont celles lis­tées ci-des­sous, pour des pro­jets que nous construi­sons et déci­dons de mener. »

Impos­sible de trou­ver un détail de leur finan­ce­ment, mais en voi­ci un aper­çu, éta­bli d’a­près ce qu’ils daignent dévoi­ler sur leur site web :

Tou­jours sur le site de Reclaim Finance, on lit : « Reclaim Finance est une orga­ni­sa­tion indé­pen­dante de tout par­ti poli­tique, toute entre­prise ou orga­ni­sa­tion reli­gieuse. […] Reclaim Finance ne reçoit aucune contri­bu­tion de la part des acteurs financiers. »

Il faut un cer­tain culot pour écrire ça. La fon­da­tion Zegar est celle du mil­liar­daire Charles Zegar, un des cofon­da­teurs de la méga-entre­prise Bloom­berg ; la KR Foun­da­tion est liée à la richis­sime famille danoise des Ras­mus­sen, par­mi les­quels Anders Gang­sted-Ras­mus­sen, qui inves­tit notam­ment dans le déve­lop­pe­ment des éner­gies dites renou­ve­lables (ou vertes, ou propres, ou décar­bo­nées, etc.), de même que feu Jens Ras­mus­sen (Euro­wind Ener­gy) ; la Fon­da­tion Laudes appar­tient à la richis­sime famille Bren­nink­mei­jer, dont la for­tune est liée à l’industrie du vête­ment (qui pos­sède notam­ment la marque C&A), et qui compte par­mi ses membres Mar­cel Bren­nink­mei­jer, le fon­da­teur de Good Ener­gies Inc., « une socié­té de capi­tal-inves­tis­se­ment spé­cia­li­sée dans les inves­tis­se­ments dans les sec­teurs des éner­gies renou­ve­lables et de l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique » ; la fon­da­tion Oak appar­tient au mil­liar­daire bri­tan­nique (ins­tal­lé en Suisse) Alan Par­ker, ayant fait for­tune, entre autres, dans le luxe et les hautes technologies.

La Euro­pean Cli­mate Foun­da­tion est une des plus impor­tantes ONG d’Europe, une immense fon­da­tion « phi­lan­thro­pique » finan­cée, entre autres, par la William and Flo­ra Hew­lett Foun­da­tion, la Bloom­berg Fami­ly Foun­da­tion, le Rocke­fel­ler Bro­thers Fund, la IKEA Foun­da­tion, la Cli­ma­te­Works Foun­da­tion (elle-même finan­cée par la William and Flo­ra Hew­lett Foun­da­tion, mais aus­si par la Fon­da­tion David et Lucile Packard, le Bezos Earth Fund, Bloom­berg Phi­lan­thro­pies, la fon­da­tion Ford, la IKEA Foun­da­tion, etc.), et qui finance en retour diverses ONG sup­po­sé­ment éco­lo­gistes comme le WWF, l’ICCT (Inter­na­tio­nal Coun­cil on Clean Trans­por­ta­tion), le RAC (Réseau Action Cli­mat) en France, Les Amis de la Terre Europe, etc. Et Reclaim Finance, donc. Bref, l’ECF est une orga­ni­sa­tion majeure de la gigan­tesque toile du phi­lan­thro­ca­pi­ta­lisme, du grand sys­tème du finan­ce­ment de l’écologisme indus­triel — (alter)capitaliste, éta­tiste, de l’écologisme des illu­sions et men­songes verts — par les riches et les puissants.

Enfin, Reclaim Finance est aus­si finan­cée par le Glo­bal Methane Hub, un fonds phi­lan­thro­pique créé en mars 2022 et ayant récol­té plus de 340 mil­lions de dol­lars de la part d’autres sources de finan­ce­ment pré­ten­du­ment phi­lan­thro­piques, dont la fon­da­tion Bloom­berg Phi­lan­thro­pies, la Fon­da­tion David et Lucile Packard, le fonds Break­through Ener­gy (créée par Bill Gates dans le but d’« accé­lé­rer l’in­no­va­tion dans l’éner­gie durable et dans d’autres tech­no­lo­gies pour réduire les émis­sions de gaz à effet de serre »), et d’autres orga­nismes du même type. Le Glo­bal Methane Hub a pour objec­tif de « réduire les émis­sions mon­diales de méthane et faire en sorte que l’ob­jec­tif de limi­ter le réchauf­fe­ment à 1,5 degré Cel­sius reste acces­sible ». Com­ment ? Par exemple, et notam­ment, en amé­lio­rant les tech­no­lo­gies employées par les indus­tries pétro­lière et gazière. « Selon l’A­gence inter­na­tio­nale de l’éner­gie, l’in­dus­trie pétro­lière et gazière pour­rait réduire de 75 % ses émis­sions de méthane d’i­ci à 2030 en uti­li­sant les tech­no­lo­gies exis­tantes. » Ain­si que le sou­ligne un article publié sur le site de la Com­mis­sion euro­péenne : « La réduc­tion du tor­chage (fla­ring) et des émis­sions de méthane dans le sec­teur pétro­lier et gazier est immé­dia­te­ment ren­table et pré­sente le triple avan­tage d’a­gir sur le chan­ge­ment cli­ma­tique, d’a­mé­lio­rer les résul­tats en matière de san­té et d’ac­croître l’ap­pro­vi­sion­ne­ment mon­dial en gaz aux niveaux de pro­duc­tion exis­tants, sim­ple­ment en cap­tu­rant le gaz qui serait autre­ment gas­pillé en rai­son du tor­chage ou des émis­sions de méthane. » L’ONG Reclaim Finance, de Lucie Pin­son, est donc finan­cée par un orga­nisme visant à amé­lio­rer les tech­no­lo­gies uti­li­sées par les indus­tries pétro­lière et gazière. N’est-ce pas formidable ?!

Comme l’explique le poli­to­logue Edouard More­na dans un texte tra­duit en fran­çais sous le titre « Les phi­lan­thropes aiment-ils la pla­nète ? », « une poi­gnée de riches fon­da­tions pri­vées […] dominent le pay­sage de la phi­lan­thro­pie cli­ma­tique ». Par exemple, en 2012, on estimait :

« que les dépenses com­bi­nées des fon­da­tions Oak, Hew­lett, Packard, Sea Change, Rocke­fel­ler et Ener­gy – qui font toutes par­tie de ce groupe – repré­sen­taient envi­ron 70 % des quelque 350 à 450 mil­lions de dol­lars phi­lan­thro­piques alloués annuel­le­ment à l’atténuation du chan­ge­ment cli­ma­tique. Ces “big players” par­tagent des carac­té­ris­tiques com­munes. Confor­mé­ment à la tra­di­tion libé­rale, ils se consi­dèrent comme des agents neutres agis­sant dans l’intérêt géné­ral, et ils pré­sentent le chan­ge­ment cli­ma­tique comme un “pro­blème réso­luble” néces­si­tant des solu­tions prag­ma­tiques, non idéo­lo­giques, bipar­ti­sanes et scien­ti­fi­que­ment fon­dées. Or, un exa­men plus appro­fon­di montre que leurs prio­ri­tés de finan­ce­ment et leurs approches en matière de phi­lan­thro­pie reflètent une vision du monde et une convic­tion sin­gu­lières et impré­gnées d’idéologie, à savoir que les logiques de mar­ché et la pour­suite de l’intérêt per­son­nel sont à même de sau­ver le cli­mat. Pour la plu­part de ces grands bailleurs de fonds du cli­mat, la défense de l’environnement et l’ordre éco­no­mique libé­ral sont non seule­ment com­pa­tibles mais se ren­forcent mutuel­le­ment. Der­rière leur ver­nis altruiste et prag­ma­tique se cache une volon­té réelle de résoudre la crise cli­ma­tique tout en per­pé­tuant l’ordre éco­no­mique domi­nant – ordre que de nom­breux obser­va­teurs tiennent pour res­pon­sable de l’aggravation de la crise climatique. »

La plu­part des ONG qui consti­tuent le pay­sage éco­lo­giste, ou plu­tôt le « mou­ve­ment cli­mat », en France (et ailleurs), dépendent de l’argent du phi­lan­thro­ca­pi­ta­lisme. Ceci explique cela. Le capi­ta­lisme, les capi­ta­listes, ne sont mal­heu­reu­se­ment pas sui­ci­daires (enfin si, mais à un autre niveau). Ils n’ont aucune rai­son ni aucune envie de finan­cer des mou­ve­ments ou des groupes anti­ca­pi­ta­listes. Non, les groupes et mou­ve­ments qu’ils financent ne font qu’exiger une sorte de réforme du capi­ta­lisme, se contentent d’en appe­ler à la décar­bo­na­tion du capi­ta­lisme (et aus­si à la sobrié­té, certes, ce qui est aus­si sym­pa­thique que ridi­cule dès lors qu’on encou­rage la per­pé­tua­tion du capi­ta­lisme industriel).

Autre­ment dit, ce « mou­ve­ment cli­mat » (ces ONG pré­ten­du­ment éco­lo­gistes), finan­cé, plus ou moins direc­te­ment, par l’argent d’ultra-riches capi­ta­listes, n’est en réa­li­té qu’une sorte de lob­by dont l’objectif consiste à pro­mou­voir la dis­pa­ri­tion d’un sec­teur du capi­ta­lisme indus­triel — celui de l’exploitation ou de la pro­duc­tion d’énergies fos­siles — tout en pro­mou­vant le déve­lop­pe­ment d’autres sec­teurs du capi­ta­lisme indus­triel — ceux de la pro­duc­tion d’énergies dites vertes, propres, renou­ve­lables ou décar­bo­nées et des tech­no­lo­gies dites vertes (mais qui ne sont rien de tout ça en vérité).

Ce qui explique pour­quoi Lucie Pin­son et son orga­ni­sa­tion sont régu­liè­re­ment pro­mues dans les médias de masse, et pour­quoi Lucie Pin­son se voit même offrir la pos­si­bi­li­té d’é­crire des tri­bunes dans Le Monde, etc.

Lucie Pin­son et ses col­lègues ne sont pas des « Amis de la Terre », mais des traîtres du mou­ve­ment éco­lo­giste (en tout cas du mou­ve­ment qui méri­te­rait de s’appeler « éco­lo­giste »), des ven­dus qui par­ti­cipent à la per­pé­tua­tion de la catastrophe.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

L’appel des éco-charlatans et la promotion du capitalisme « vert » (à propos des Colibris)

Le 31 janvier 2017, le journal Le Monde, le principal quotidien français, appartenant au trio capitaliste Bergé-Niel-Pigasse, relayait "l’appel du monde de demain". Un appel rédigé par les principales éco-célébrités françaises, à la mode dans les cercles bourgeois de la capitale, car politiquement correctes et ne menaçant pas le moins du monde l’ordre établi (Nicolas Hulot, Pierre Rabhi, Cyril Dion, Tryo, Zaz, Marion Cotillard, Matthieu Chedid, Alain Souchon, etc.). Examinons-le. [...]