Nouvelle parution : L’Empire transsexuel, de Janice Raymond

Cela fait plus de 40 ans que des fémi­nistes s’opposent au phé­no­mène trans — dans l’indifférence, atten­due, des médias de masse.

En 1979, aux États-Unis, la fémi­niste Janice Ray­mond publiait un livre inti­tu­lé The Trans­sexual Empire, paru deux ans plus tard en France, aux édi­tions du Seuil, sous le titre L’Empire trans­sexuel. Il s’agissait du pre­mier ouvrage fémi­niste cri­tique du mou­ve­ment trans. Entre-temps, l’empire trans n’a fait que s’étendre cultu­rel­le­ment et juri­di­que­ment, son pro­pos demeure donc plus que jamais actuel. Il vaut le coup d’être lu et dis­cu­té. C’est un excellent livre. Aujourd’hui encore, il reste une réfé­rence dans l’analyse du cou­rant trans. Les mili­tants trans, d’ailleurs, conti­nuent, encore aujourd’hui, de men­tion­ner cet ouvrage en l’assimilant à une sorte de bible de la « trans­pho­bie » — la plu­part du temps, bien enten­du, sans même l’avoir lu.

Pour que cha­cune ou cha­cun puisse se faire un avis, nous avons récu­pé­ré les droits de la tra­duc­tion parue au Seuil et l’avons cor­ri­gée (elle était truf­fée d’erreurs de tra­duc­tion, y com­pris de contre­sens, ce qui n’est pas fran­che­ment éton­nant ; aujourd’hui encore, une bonne par­tie — sinon la plu­part — des tra­duc­tions qui paraissent dans les plus pres­ti­gieuses mai­sons d’édition fran­çaises sont moyennes, médiocres, voire mau­vaises). Et le livre est désor­mais impri­mé. Il com­prend les pré­faces des deux édi­tions anglaises exis­tantes (1979 et 1994), et est enri­chi d’une nou­velle pré­face de l’autrice (écrite en 2022) et d’une post­face de Lierre Keith. Nous allons rapi­de­ment l’envoyer à celles et ceux qui l’avaient pré­com­man­dé. Pour les autres, vous pou­vez le com­man­der ici (n’hé­si­tez pas à com­man­der même si vous vivez à l’é­tran­ger, on peut envoyer partout) :

https://www.partage-le.com/produit/empire-transsexuel-janice-raymond/

Dans une brève chro­nique rédi­gée juste après la pre­mière paru­tion de L’Empire trans­sexuel en fran­çais, en 1981, la fémi­niste belge Fran­çoise Col­lin, fon­da­trice, en 1973, de la revue fémi­niste fran­co­phone inti­tu­lée « Les Cahiers du Grif » (« Grif » signi­fiant « Groupe de recherche et d’in­for­ma­tion fémi­nistes »), écrivait :

« L’a­na­lyse de Janice Ray­mond pro­jette un éclai­rage ori­gi­nal et essen­tiel sur “l’empire trans­sexuel”. Sa thèse va même à l’en­contre de l’i­dée assez habi­tuelle selon laquelle le trans­sexua­lisme mar­que­rait une sorte de pas­sage entre les sexes, sou­li­gnant leur rela­tive indifférenciation.

Janice Ray­mond montre que, bien au contraire, le trans­sexua­lisme, qui est à 90% l’a­dop­tion du sexe fémi­nin par les hommes, est pour ceux-ci une manière sup­plé­men­taire de s’ap­pro­prier la fémi­ni­té. Comme si vou­loir être une femme était la forme limite de vou­loir avoir une ou des femmes, et en quelque sorte prendre leur place, se sub­sti­tuer à elles. En outre, la fémi­ni­té que le trans­sexua­lisme contri­bue à conso­li­der est la fémi­ni­té tra­di­tion­nelle, celle que les hommes ont cultu­rel­le­ment fabri­quée et défi­nie en termes d’ailleurs sché­ma­tiques. La science médi­cale inter­vient ici par le biais des opé­ra­tions pour ren­for­cer les stéréotypes.

Mais ce ne sont là que quelques idées-force du livre qui repose sur une très vaste infor­ma­tion et fait appa­raître de manière sub­tile les divers plans qui inter­fèrent dans la défi­ni­tion du sexe. On trouve ici un regard fémi­niste de plus en plus développé. »

Aux États-Unis, en juin 1979, le psy­chiatre Tho­mas Szasz rédi­geait une chro­nique élo­gieuse du livre de Ray­mond dans une colonne du New York Times, dans laquelle on pou­vait lire : « Le déve­lop­pe­ment et la docu­men­ta­tion de cette thèse par Ray­mond sont sans faille. Son livre est une réa­li­sa­tion importante. »

Très impor­tante. L’expansion du trans­gen­risme — idéo­lo­gie sexiste, miso­gyne et homo­phobe — menace les droits et les pro­tec­tions des femmes, des filles, des les­biennes et des homo­sexuels ; la san­té d’enfants, de jeunes adultes et d’adultes en géné­ral ; entrave la for­ma­tion de mou­ve­ments sociaux ou éco­lo­gistes sérieu­se­ment oppo­sés au capi­ta­lisme indus­triel ; favo­rise l’expansion plus vaste du trans­hu­ma­nisme et consti­tue une néga­tion de la réa­li­té et de la logique, une plon­gée dans l’absurde, l’irrationnel, la déréalisation.

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les écologistes et les techno-critiques sont-ils des hypocrites ? (par Nicolas Casaux)

À cet argument fallacieux du « mais-vous-utilisez-du-pétrole-vous-ne-pouvez-donc-pas-critiquer-les-énergies-fossiles », l’historienne d’Harvard Naomi Oreskes (auteure, entre autres, du livre Les marchands de doute) répond : « Bien sûr que nous le faisons, et les gens des États du Nord portaient des vêtements dont le coton avait été récolté par des esclaves. Mais cela ne fit pas d’eux des hypocrites lorsqu’ils rejoignirent le mouvement pour l’abolition de l’esclavage. Cela signifiait juste qu’ils faisaient partie de cette économie esclavagiste, et qu’ils le savaient. C’est pourquoi ils ont agi pour changer le système, et pas simplement leurs habits ». Nous pourrions nous en tenir à ça. Mais dans la mesure où cette rhétorique est bien trop répandue et où ses promoteurs ne sont peut-être pas en mesure de comprendre ce qu’explique Naomi Oreskes, continuons. [...]