Browsing Category

Non classé

109 posts
Lire

Appel contre la censure et l’intimidation dans les espaces d’expression libertaire

Ci-après, un appel récupéré sur le site de PMO (Pièces et Main d'Oeuvre). En date de 2014, il n’a rien perdu de son actualité, de sa pertinence. Aujourd'hui, plus encore qu’en 2014, à l'heure du confinement sur les rézoos antisociaux, un certain nombre de soi-disant antifascistes ou anarchistes se permettent d'insulter en chœur — c'est plus simple ça évite de devoir réfléchir — diverses personnes ou groupes, en recourant notamment à des qualificatifs en « phobe » ou en « iste » [...]
Lire

Covid-19 : une histoire à (s’en)dormir debout (par Alizé Lacoste Jeanson)

Le psychiatre Thierry Gourvénec indiquait sur Le Média que les épidémies ne font l’objet de grandes politiques sanitaires et d’une large couverture médiatique que depuis la grippe aviaire de 1999. Cela ne signifie pas que les virus étaient auparavant moins contagieux, ou présentaient des symptômes moins inquiétants. [...]
Lire

L’illumination effondrologique (par Kevin Amara)

Il y a quelques années, un nouveau type d'individu a surgi dans le débat public. L'effondriste. Lui-même préfère s'appeler « le collapsologue ». C'est très important, le « logue ». Il y tient, le bougre. Ça provient du grec ancien λόγος, soit logos, c'est-à-dire « étude ». Et c'est très important, de se donner des airs. [...]
Lire

5G : l’entretien avec PMO que vous auriez pu lire dans Le Monde

Nos lecteurs savent que nous ne faisons pas partie de la Société des Amis du Monde, l’organe central de la technocratie. Nous ne quémandons jamais la faveur d’une tribune dans ses pages « Débats », mais nous avons accepté pour la troisième fois en vingt ans, de répondre aux questions d’un de ses journalistes. Les deux premières fois, il s’agissait des nanotechnologies et de la tyrannie technologique ; cette fois de la 5G et du monde-machine. L’article du Monde vise essentiellement à valoriser les parasites et récupérateurs du type Piolle et Ruffin[1]. Il n’était pas question qu’il paraisse in extenso. Raison de plus pour le publier nous-mêmes en ligne. [...]