Rendre son sens à la Parole (par Jacques Ellul)

Socio­logue et théo­lo­gien, cri­tique de la socié­té tech­ni­cienne, pion­nier de l’é­co­lo­gie poli­tique, cri­tique liber­taire du monde moderne et dis­si­dent de la socié­té d’a­bon­dance, l’œuvre lit­té­raire et la pen­sée de Jacques Ellul sont encore dis­crètes aujourd’­hui, mais un cer­tain engoue­ment renaît dou­ce­ment pour celui dont on dit qu’il avait tout pré­vu — voir le livre JACQUES ELLUL L’HOMME QUI AVAIT (PRESQUE) TOUT PRÉVU de Jean-Luc Porquet.

Vingt ans après la mort de Jacques Ellul, il se passe quelque chose autour de l’œuvre de l’au­teur du Bluff tech­no­lo­gique. Ce phi­lo­sophe, juriste, pro­fes­seur, théo­lo­gien et mora­liste né à Bor­deaux en 1912 et mort à Pes­sac en 1994 a long­temps eu la répu­ta­tion d’être plus una­ni­me­ment lu et célé­bré aux États-Unis que dans son propre pays. Jacques Ellul n’en finit pas de nous aver­tir, et son œuvre monu­men­tale – 48 livres, une cen­taine d’articles… – conti­nue de mettre en garde contre les pièges de la socié­té tech­ni­cienne, obsé­dée par l’efficacité, dévas­ta­trice de l’homme inté­rieur. Ellul eut l’intuition, dès l’après-guerre, des mirages du pro­grès. Il est en fera le thème de son pre­mier ouvrage majeur, La Tech­nique ou l’enjeu du siècle, publié en 1954. Cette intui­tion, pour­sui­vie dans Le Sys­tème tech­ni­cien (1977) puis Le Bluff tech­no­lo­gique (1988), dif­frac­te­ra une lumière démys­ti­fi­ca­trice dans l’ensemble des champs sociaux, déployant une cri­tique de la séduc­tion poli­tique, de la com­mu­ni­ca­tion et de la pro­pa­gande, des dérives de l’art moderne, des modes…

Nous vous pro­po­sons ici un court extrait de son essai La parole humi­liée (1981), tiré du cha­pitre « La déva­lua­tion de fait ».


Per­sonne ne le cherche et pour­tant de fait la parole est, dans notre socié­té, lamen­table. Il y a au pre­mier plan la faute, certes oui il faut employer ce terme sans conno­ta­tion morale, mais faute défaut, manque, et res­pon­sa­bi­li­té, il y a la faute du par­lant. Le par­ler pour ne rien dire a can­cé­ri­sé la parole. Par­ler autre­ment que la poé­sie, le mythe, le récit indis­pen­sable de l’historique légen­daire, par­ler autre­ment que l’utile (non moins mais pas plus) échange de ren­sei­gne­ments, d’informations, d’enseignements. Par­ler autre­ment que le rituel et le mys­tère codi­fiés codi­fiant le monde. Par­ler doré­na­vant pour rien. Bavar­dage. […] Bavar­dage qui, très curieu­se­ment, enva­hit le monde et sert de garan­tie à ce monde. […] La décou­verte subite et tra­gique que les mots ne sont que des mots et pas une puis­sance agis­sante. Conscience aiguë de l’inutilité du dis­cours : on n’avait pas cette conscience là au Moyen Âge, et la parole y était véné­rée sous toutes ses formes, et pas seule­ment litur­gique. Après le XVIème, siècle c’est l’avalanche du dis­cours de plus en plus inutile. Facile de l’identifier à la bour­geoi­sie, parole réduite au sché­ma­tisme des affaires, parole paravent de ce que l’on ne veut pas dire en réa­li­té. Parole deve­nue insi­gni­fiante dans l’élégance des cours, le mari­vau­dage, et dans la bana­li­té quo­ti­dienne sans réfé­rence, avec un vécu effec­tif. Bavar­dage mon­dain et intel­lec­tuel entre­mê­lés dont rend compte l’admirable Contre­point de Hux­ley, qui s’effondre fina­le­ment apha­sique, dont Iones­co a fait sa gloire. La faute du par­lant par défaut d’un « à dire » qui ne dit plus rien mais conti­nue à par­ler, par­ler, par­ler comme dit Pré­vert. Excès des dis­cours pri­vés de sens et de véra­ci­té. Nous en avons assez de ces dis­cours élec­to­raux et poli­tiques, dont nous sommes tel­le­ment cer­tains qu’ils ne disent stric­te­ment rien, et de ces conver­sa­tions fausses, et de ces livres tirages à la ligne (il faut bien écrire, et faire un métier d’écrivain !). Faute du par­lant qui conti­nue comme mou­lin à parole agi­té par le vent et devient res­pon­sable de ce que plus per­sonne ne peut plus prendre aucune parole au sérieux. Aucune, car l’afflux de ces mots inter­dit de décou­vrir celui qui, dans le tor­rent, porte sens et mérite d’être écou­té. Et cette déva­lua­tion peut aus­si bien être le fait d’intellectuels, qui aujourd’hui nous en donnent maints exemples. Rete­nons seule­ment l’impénitent bavar­dage des Mil­ler, des Deleuze et Guat­ta­ri, dont la logor­rhée cache la min­ceur de quelques don­nées simples sous un flot ver­bal insi­gni­fiant qui pré­ci­sé­ment fait illu­sion, mais la parole n’est plus qu’illusoire, et com­plè­te­ment déva­luée par le « rien dit » et la sur­abon­dance du discours. […] 

En même temps que l’excès du dis­cours vain, et vide, vaste land, c’est l’excès des infor­ma­tions dif­fu­sées de par­tout concer­nant tout, qui sté­ri­lise tota­le­ment la qua­li­té. Nous rece­vons en vrac des infor­ma­tions sur le sty­lo-bille le plus per­fec­tion­né, l’élection du pape, le mariage de Mona­co, la révolte d’Iran, l’augmentation des impôts, les nou­velles pos­si­bi­li­tés de cré­dit, la recon­ver­sion du plus grand pol­lueur vers la dépol­lu­tion, dix mille infor­ma­tions paroles dans un ins­tant que nous ne pou­vons maté­riel­le­ment pas entendre, nous devien­drions fous si nous devions vrai­ment tout prendre au sérieux, le flux de parole coule, nous lais­sons cou­ler. […] Excès de mots, excès d’informations. Je dois me défendre contre ces inva­sions, spon­ta­né­ment mon esprit se ferme, je ne peux pas me lais­ser déchi­que­ter en morceaux.[…] 

Pour aller plus loin, un entre­tien avec Jacques Ellul :

Print Friendly, PDF & Email
Total
4
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les écologistes et les techno-critiques sont-ils des hypocrites ? (par Nicolas Casaux)

À cet argument fallacieux du « mais-vous-utilisez-du-pétrole-vous-ne-pouvez-donc-pas-critiquer-les-énergies-fossiles », l’historienne d’Harvard Naomi Oreskes (auteure, entre autres, du livre Les marchands de doute) répond : « Bien sûr que nous le faisons, et les gens des États du Nord portaient des vêtements dont le coton avait été récolté par des esclaves. Mais cela ne fit pas d’eux des hypocrites lorsqu’ils rejoignirent le mouvement pour l’abolition de l’esclavage. Cela signifiait juste qu’ils faisaient partie de cette économie esclavagiste, et qu’ils le savaient. C’est pourquoi ils ont agi pour changer le système, et pas simplement leurs habits ». Nous pourrions nous en tenir à ça. Mais dans la mesure où cette rhétorique est bien trop répandue et où ses promoteurs ne sont peut-être pas en mesure de comprendre ce qu’explique Naomi Oreskes, continuons. [...]
Lire

La pire erreur de l’histoire de la gauche (par Nicolas Casaux)

Les déclarations des huit accusés du massacre de Haymarket Square du 4 mai 1886, à Chicago, sont intéressantes à bien des égards. Outre celles portant sur l'iniquité du capitalisme, le caractère oppressif des gouvernements, de l'État, on y retrouve des remarques témoignant d’une croyance toujours largement dominante, à gauche, aujourd'hui. Exemple, avec August Spies : [...]