Le problème des énergies soi-disant « renouvelables » (par Kim Hill)

Article ini­tia­le­ment publié (en anglais) le 25 juin 2014 à l’a­dresse sui­vante.


10 choses que les écologistes devraient savoir sur les énergies renouvelables :

1. Les pan­neaux solaires et les éoliennes ne sont pas faits à par­tir de rien. Ils sont faits de métaux, de plas­tiques, de pro­duits chi­miques. Ces pro­duits ont été extraits du sol, trans­por­tés, trai­tés, mani­pu­lés. Cha­cun de ces pro­ces­sus laisse der­rière lui une traî­née dévas­ta­trice : des­truc­tion d’habitat, conta­mi­na­tion de l’eau, colo­ni­sa­tion [ou néo-colo­ni­sa­tion, aus­si appe­lée mon­dia­li­sa­tion, etc. NdT], déchets toxiques, tra­vail for­cé [escla­vage ou ser­vi­tude moderne, NdT], émis­sions de gaz à effet de serre, guerres et pro­fits cor­po­ra­tistes. Les « renou­ve­lables » ne pour­ront jamais rem­pla­cer l’infrastructure fos­sile, dans la mesure où elles en sont entiè­re­ment dépendantes.

NdT : 1. L’industrie des pan­neaux solaires, pour prendre en exemple l’industrie per­çue comme la plus « propre », requiert, entre autres, les maté­riaux sui­vants, dont cer­tains cor­res­pondent aux fameuses terres rares, lis­tés en avril 2016 par le site Resource Inves­tor : l’arsenic (semi-conduc­teur), l’aluminium, le bore (semi-conduc­teur), le cad­mium (uti­li­sé dans cer­tains types de cel­lules pho­to­vol­taïques), le cuivre (câblage et cer­tains types de cel­lules pho­to­vol­taïques), le gal­lium, l’indium (uti­li­sé dans les cel­lules pho­to­vol­taïques), le mine­rai de fer (acier), le molyb­dène (uti­li­sé dans les cel­lules pho­to­vol­taïques), le phos­phore, le sélé­nium, le sili­cium, l’argent, le tel­lure et le titane. 2. A pro­pos des consé­quences des extrac­tions de terres rares, nous vous conseillons de lire cet article du Monde, inti­tu­lé « En Chine, les terres rares tuent des vil­lages ». Vous pou­vez aus­si vision­ner les images d’un pho­to­re­por­tage de ter­rain effec­tué par Vero­nique de Viguerie.

2. La majeure par­tie de l’électricité géné­rée par les « renou­ve­lables » est uti­li­sée pour la fabri­ca­tion en usine, l’extractivisme, et d’autres indus­tries qui détruisent la pla­nète. Même si la géné­ra­tion de l’élec­tri­ci­té était inof­fen­sive, sa consom­ma­tion, elle, ne l’est cer­tai­ne­ment pas. Chaque appa­reil élec­trique, lors du pro­ces­sus de pro­duc­tion, laisse der­rière lui cette même traî­née de des­truc­tions. Les com­mu­nau­tés vivantes — forêts, rivières, océans — se changent en mar­chan­dises inertes.

NdT : De l’énergie pour char­ger des smart­phones, des ordi­na­teurs por­tables, des fours micro-ondes, des consoles de jeux vidéo, et tout l’appareillage moderne toxique et anti­éco­lo­gique, ça n’a rien de sou­hai­table. Jus­qu’à preuve du contraire, la pro­duc­tion indus­trielle d’éner­gie à par­tir des tech­no­lo­gies soi-disant vertes (bar­rages, bio­masse, hydro­lien, éolien, solaire) ne sert qu’à injec­ter plus d’élec­tri­ci­té dans une éco­no­mie dont tous les aspects sont anti-éco­lo­giques, dont les pro­duits indus­triels et high-tech (dont la pro­duc­tion, l’u­ti­li­sa­tion et la main­te­nance sont autant de nui­sances envi­ron­ne­men­tales) requièrent tou­jours plus d’ex­trac­tions minières, de pillages des res­sources pla­né­taires et donc de détra­que­ments d’é­co­sys­tèmes. En d’autres termes, la foca­li­sa­tion de la ques­tion éco­lo­gique sur la seule pro­blé­ma­tique de la pro­duc­tion éner­gé­tique per­met de dis­si­mu­ler l’ampleur de ce qui pose réel­le­ment pro­blème : toutes les pro­duc­tions indus­trielles sont pol­luantes, toutes sont toxiques, toutes sont insou­te­nables (de l’industrie chi­mique, à l’industrie tex­tile, en pas­sant par les indus­tries agri­cole, auto­mo­bile, élec­tro-infor­ma­tique, du jouet, de l’armement, cos­mé­tique, etc.). C’est-à-dire que même si la pro­duc­tion éner­gé­tique soi-disant « verte » (les « renou­ve­lables ») était réel­le­ment éco­lo­gique (ce qu’elle n’est abso­lu­ment pas et ce qu’elle ne peut pas être), seule une infime par­tie d’un pro­blème colos­sal et gran­dis­sant serait réso­lue.

3. La conver­sion d’une géné­ra­tion conven­tion­nelle de cou­rant vers les renou­ve­lables vise à main­te­nir le sys­tème qui est actuel­le­ment en train d’anéantir le monde vivant, nous tuant tous avec, au rythme de 200 espèces par jour. Ôter les émis­sions de car­bone de l’équation ne revient pas à le rendre sou­te­nable [la civi­li­sa­tion indus­trielle pré­sente une liste qua­si infi­nie et tou­jours en expan­sion de pro­blèmes éco­lo­giques, la simple géné­ra­tion de son élec­tri­ci­té n’en est qu’un par­mi eux, NdT]. Ce sys­tème ne doit pas être sou­te­nu, il doit être arrêté.

4. Les humains, et tous les êtres vivants, obtiennent leur éner­gie grâce aux plantes et aux ani­maux. Seul le sys­tème indus­triel a besoin d’électricité pour sur­vivre, et la nour­ri­ture et l’habitat de tous se retrouvent sacri­fiés pour ses besoins. Les terres arables et les forêts sont sub­mer­gées, non seule­ment par l’infrastructure elle-même, mais par les mines, les trai­te­ments et les rejets qui les accom­pagnent. Garan­tir la sécu­ri­té éner­gé­tique de l’industrie néces­site de saper la sécu­ri­té éner­gé­tique de tous les êtres vivants (ça, c’est nous).

5. Les éoliennes et les pan­neaux solaires génèrent peu voire aucune éner­gie nette (retour éner­gé­tique). La quan­ti­té d’énergie uti­li­sée pour l’extraction, la fabri­ca­tion, la recherche et le déve­lop­pe­ment, le trans­port, l’installation, la main­te­nance et le trai­te­ment de ces tech­no­lo­gies est qua­si­ment égale à — et par­fois supé­rieure à — la quan­ti­té d’énergie qu’elles pro­dui­ront. Les « renou­ve­lables » ont été qua­li­fiées de stra­ta­gème de blan­chi­ment d’argent : de l’énergie sale rentre, de l’énergie propre en res­sort. (Bien que tout cela soit vrai­ment hors-sujet ; en effet, peu importe la quan­ti­té d’énergie qu’elles génèrent, cela ne jus­ti­fie pas la des­truc­tion du monde vivant).

6. Les sub­ven­tions des éner­gies « renou­ve­lables » uti­lisent l’argent du contri­buable et le donnent direc­te­ment aux cor­po­ra­tions. L’investissement dans les renou­ve­lables est hau­te­ment pro­fi­table. Gene­ral Elec­tric, BP, Sam­sung et Mit­su­bi­shi [et Total, et Vin­ci, etc., NdT] tirent pro­fit des « renou­ve­lables », et inves­tissent ces pro­fits dans leurs autres acti­vi­tés com­mer­ciales. Lorsque les éco­lo­gistes font confiance aux cor­po­ra­tions en ce qui concerne ce qui est bon pour l’environnement, quelque chose a vrai­ment foiré.

7. Plus de « renou­ve­lables » ne signi­fie pas moins d’énergie conven­tion­nelle, ou moins d’émissions de car­bone, cela entraîne plu­tôt un accrois­se­ment de la pro­duc­tion éner­gé­tique totale. Bien peu de cen­trales à gaz et à char­bon ont été déman­te­lées en rai­son de la pro­gres­sion des renouvelables.

NdT : Au contraire, tou­jours plus de cen­trales à char­bon sont en construc­tion, ain­si que des cen­trales nucléaires. Il n’y a pas de tran­si­tion éner­gé­tique, c’est un mythe, expo­sé, entre autres, par Jean-Bap­tiste Fres­soz dans son texte « Pour une his­toire déso­rien­tée de l’éner­gie », dont voi­ci un extrait : « La mau­vaise nou­velle est que si l’histoire nous apprend bien une chose, c’est qu’il n’y a en fait jamais eu de tran­si­tion éner­gé­tique. On ne passe pas du bois au char­bon, puis du char­bon au pétrole, puis du pétrole au nucléaire. L’histoire de l’énergie n’est pas celle de tran­si­tions, mais celle d’additions suc­ces­sives de nou­velles sources d’énergie pri­maire. L’erreur de pers­pec­tive tient à la confu­sion entre rela­tif et abso­lu, entre local et glo­bal : si, au 20ème siècle, l’usage du char­bon décroît rela­ti­ve­ment au pétrole, il reste que sa consom­ma­tion croît conti­nû­ment, et que glo­ba­le­ment, on n’en a jamais autant brû­lé qu’en 2013. S’extraire de l’imaginaire tran­si­tion­niste n’est pas aisé tant il struc­ture la per­cep­tion com­mune de l’histoire des tech­niques, scan­dée par les grandes inno­va­tions défi­nis­sant les grands âges tech­niques. À l’âge du char­bon suc­cé­de­rait celui du pétrole, puis celui (encore à venir) de l’atome. On nous a récem­ment ser­vi l’âge des éner­gies renou­ve­lables, celui du numé­rique, de la géné­tique, des nanos etc. Cette vision n’est pas seule­ment linéaire, elle est sim­ple­ment fausse : elle ne rend pas compte de l’histoire maté­rielle de notre socié­té qui est fon­da­men­ta­le­ment cumulative. »

8. 20 % seule­ment de l’énergie consom­mée mon­dia­le­ment l’est sous forme d’électricité. Le reste cor­res­pon­dant au pétrole et au gaz. Même si toute l’électricité du monde pou­vait être pro­duite sans émis­sions de car­bone (ce qui n’est pas pos­sible), cela ne rédui­rait les émis­sions totales que de 20 %. Cela n’aurait, de plus, qu’un faible impact, étant don­né que la quan­ti­té d’énergie consom­mée mon­dia­le­ment aug­mente exponentiellement.

9. Les pan­neaux solaires et les éoliennes ont une durée de vie com­prise entre 20 et 30 ans, puis doivent être reti­rés et rem­pla­cés. Le pro­ces­sus de pro­duc­tion, d’extraction, de pol­lu­tion et d’exploitation ne se pro­duit pas qu’une seule fois, mais est conti­nu et en expansion.

10. Les réduc­tions d’émissions que les éner­gies « renou­ve­lables » sont cen­sées entraî­ner pour­raient faci­le­ment voir le jour en amé­lio­rant l’efficacité des cen­trales à char­bon exis­tantes, et à un coût bien plus bas. Ce qui montre bien que la tota­li­té de l’industrie des « renou­ve­lables » n’est rien de plus qu’un accrois­se­ment de béné­fices ne pro­fi­tant à per­sonne d’autre qu’aux investisseurs.


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

NdT : Pour com­plé­ter cette mise au point sur les soi-disant éner­gies « renou­ve­lables », en plus de n’a­voir rien d’é­co­lo­gique, détaillons suc­cinc­te­ment en quoi les grands pro­jets indus­triels d’im­plan­ta­tion de cen­trales solaires ou de parcs éoliens (ou de bar­rages ou de cen­trales à bio­masse) sont le fait de grands groupes indus­triels pos­sé­dant par­fois, pour ne pas dire très sou­vent, des parts dans l’in­dus­trie des com­bus­tibles fos­siles, ou du nucléaire, et/ou dans d’autres sec­teurs indus­triels hau­te­ment pol­luants (ce qui relève du pléo­nasme, connais­sez-vous une seule indus­trie qui ne soit pas polluante ?!).

Quelques exemples : à com­men­cer par la toute nou­velle cen­trale solaire du groupe Ada­ni, la plus grande du monde (648 MW!), située en Inde, à Kamu­thi, dans le Tamil Nadu ; le « Ada­ni Group » est un conglo­mé­rat mul­ti­na­tio­nal indien actif, entre autres, dans la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té, à par­tir de char­bon notam­ment, dans les ter­mi­naux por­tuaires, la logis­tique, et l’a­gro­bu­si­ness, diri­gé par Gau­tam Ada­ni. En bien­fai­teur de l’hu­ma­ni­té, Gau­tam Ada­ni (10 ème for­tune d’Inde) tente actuel­le­ment (fin 2016 le sys­tème juri­dique aus­tra­lien lui don­nait rai­son contre une orga­ni­sa­tion de défense de l’en­vi­ron­ne­ment) de déve­lop­per un pro­jet de méga-mine de char­bon, en Aus­tra­lie (qui ris­que­rait d’im­pac­ter la Grande Bar­rière de Corail, en pas­sant). Il pos­sède éga­le­ment des mines en Inde et en Indonésie.

Le 30 novembre 2016, Le Monde publiait un article inti­tu­lé « Ouver­tures en série de cen­trales solaires au Séné­gal », où l’on apprend que :

Douze jours à peine après avoir lan­cé, le 22 octobre, Sener­gy 2, la plus grande cen­trale solaire d’Afrique de l’Ouest avec 75 000 pan­neaux pho­to­vol­taïques pro­dui­sant 20 méga­watts (MW), voi­là qu’une nou­velle cen­trale, riche de 11 000 pan­neaux sup­plé­men­taires et pro­dui­sant 22 MW d’énergie solaire, voit le jour à l’ouest du pays [à Malicounda]. […]

Ce qu’il faut savoir, c’est que la cen­trale Sener­gy 2 a été construite par Vin­ci Ener­gies (vous connais­sez sûre­ment le groupe Vin­ci, pas besoin de détailler), et que la cen­trale de Mali­coun­da a été rache­tée par la Chi­na Gene­ral Nuclear Power Cor­po­ra­tion (CGNPC), une entre­prise majeure de l’in­dus­trie nucléaire en Chine.

Aux États-Unis, en Géor­gie, sur la base mili­taire de Fort Ben­ning, la construc­tion d’une cen­trale solaire d’une capa­ci­té de 30MW vient de débu­ter. Un pro­jet éla­bo­ré par la com­pa­gnie Geor­gia Power, une filiale de la Sou­thern Com­pa­ny — une cor­po­ra­tion du sec­teur éner­gé­tique états-unien, dont les prin­ci­pales acti­vi­tés sont la pro­duc­tion, le trans­port et dis­tri­bu­tion de l’élec­tri­ci­té, prin­ci­pa­le­ment dans le Sud-Est des US, qui pos­sède des cen­trales hydro­élec­trique, au mazout, au gaz natu­rel, au char­bon ain­si que des cen­trales nucléaires, qui est notoi­re­ment connue pour son finan­ce­ment des cli­ma­to-scep­tiques, et qui, selon les esti­ma­tions du Cen­ter for Glo­bal Deve­lop­ment, est « l’en­tre­prise amé­ri­caine du sec­teur de l’élec­tri­ci­té qui émet le plus de gaz à effet de serre » — en asso­cia­tion avec l’US Army, et d’autres orga­nismes fédé­raux ou étatiques.

Aux États-Unis tou­jours, la deuxième plus grande cen­trale solaire du monde (qui est pas­sée deuxième avec la construc­tion en Inde de celle du groupe Ada­ni) appar­tient au groupe Berk­shire Hatha­way, un conglo­mé­rat et une socié­té d’in­ves­tis­se­ment états-unienne, diri­gée par War­ren Buf­fett et Char­lie Mun­ger, qui compte Bill Gates à son direc­toire, et qui est, selon le Forbes Glo­bal 2000, la qua­trième entre­prise mon­diale (on ne va pas détailler plus, vous com­pre­nez bien qu’elle pos­sède des inves­tis­se­ments dans à peu près tout).

En France, coco­ri­co, un petit exemple : le 9 décembre 2016, Bas­ta Mag nous rap­por­tait que « des élus s’apprêtent à auto­ri­ser la construc­tion d’un nou­vel inci­né­ra­teur géant à Ivry, aux portes de Paris. Coût du pro­jet : 2 mil­liards d’euros, qui béné­fi­cie­ront prin­ci­pa­le­ment aux mul­ti­na­tio­nales Vin­ci et Suez ! […] Peu importe ces dépenses et les émis­sions sup­plé­men­taires de par­ti­cules fines si elles se font au nom de la « valo­ri­sa­tion éner­gé­tique » des déchets… »

Pour aller plus loin :

https://partage-le.com/2015/02/eoliennes-terres-rares-et-desastre-environnemental-une-verite-qui-derange/

https://partage-le.com/2015/10/le-developpement-durable-est-en-train-de-detruire-la-planete/

https://partage-le.com/2016/06/le-desastre-ecologique-renouvelable-des-tokelau/

https://partage-le.com/2015/04/comment-tout-peut-seffondrer-la-fin-des-energies-industrielles-et-le-mythe-des-renouvelables/

https://partage-le.com/2015/03/les-illusions-vertes-ou-lart-de-se-poser-les-mauvaises-questions/

https://partage-le.com/2016/12/le-mythe-des-energies-renouvelables-par-derrick-jensen/

Print Friendly, PDF & Email
Total
11
Shares
8 comments
  1. « ce qui empêche de savoir s’il y a réel­le­ment un lien entre les ener­gies renou­ve­lables et les sites dévas­tés d’à côté. » et « vous ne citez pas vos sources » :
    -> A pro­pos de la pho­to de cou­ver­ture : A gauche la cen­trale solaire de Topaz, à droite la Moun­tain Pass rare earth mine (mines de terres rares).
    Je cite l’article :

    NdT : A pro­pos des consé­quences des extrac­tions de terres rares, nous vous conseillons de lire cet article du Monde, inti­tu­lé « En Chine, les terres rares tuent des vil­lages ». Vous pou­vez aus­si vision­ner les images d’un pho­to­re­por­tage de ter­rain effec­tué par Vero­nique de Viguerie.

    Il y a des liens et hyper­liens dans tout l’ar­ticle, as-tu cli­qué dessus ?

    Évi­dem­ment qu’il y a des liens, les machines visant à pro­duire les « renou­ve­lables » ne sont pas faites en rien, encore une fois. Ren­seigne-toi sur les extrac­tions de terres rares, d’a­lu­mi­nium, de cuivre, etc.

    Et peu importe que la des­truc­tion qu’elles engendrent soit moindre que celle qu’en­gendre d’autres modes de prod éner­gé­tique. Nous ne fai­sons l’a­po­lo­gie d’au­cune. Aucune pro­duc­tion indus­trielle d’élec­tri­ci­té n’est propre, et donc aucune n’est soutenable/durable. Le prin­ci­pal pro­blème de notre temps, c’est ça. L’être peut conti­nuer avec l’in­dus­tria­lisme, les hautes tech­no­lo­gies, l’élec­tri­fi­ca­tion du monde, et détruire la pla­nète, ou bien arrê­ter, et il aura une chance de survivre.

  2. Ping : Le Partage
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

C’est la faute à Rousseau : lettre à mes amish à propos des « Lumières » de Macron (par Jacques Luzi)

Je n'ai qu'une connaissance superficielle de qui sont les amish, aussi ne parlerai-je que des « amish », à la fois au sens méprisant donné par Macron et au sens d'« amis ». J'ai, par contre, une conscience un peu plus fouillée de l'enseignement des Lumières, qui est sans rapport avec l'injonction à l'innovation technologique systématique. [...]
Lire

Le mouvement écologique doit revenir à ses sources (par Bernard Charbonneau)

Bien des mouvements d'opposition et même des révolutions sont ambigus. Autant ils détruisent une société, autant ils régénèrent le gouvernement, l'économie, la morale, l'armée et la police. L'histoire de l'URSS en est un bon exemple. Elle a réussi un renforcement de l'État et de la société russes que le régime tsariste était impuissant à réaliser. Le mouvement d'opposition à la société industrielle occidentale que l'on qualifie de « mouvement écologique » n'échappe pas à cette ambiguïté, surtout en France où il s'est manifesté tardivement à la suite des USA.
Lire

Les poules préfèrent les cages ! (par Armand Farrachi)

Une étude « scientifique » sur le comportement des poules élevées en batterie a conclu qu'elles n'étaient pas gênées par leur cage, mais s'y trouvaient au contraire plus en sécurité qu'ailleurs. De là à prétendre que les poules préfèrent les cages, il n'y a qu'un pas. Pourquoi ne pas dire alors que les veaux préfèrent l'obscurité, les otaries les cirques, les Indiens les réserves, ou que les humains se plaisent dans un environnement dévasté ?