Contre l’organisation scientifique du monde : Entretien de PMO avec La Décroissance

Ci-après, un entre­tien que PMO a accor­dé à La Décrois­sance (publié dans leur numé­ro d’é­té 2020), que nous repro­dui­sons depuis le site de PMO.


Contre l’organisation scientifique du monde 

On a connu au début du XXe siècle l’organisation scien­ti­fique du tra­vail (OST), avec Ford et Tay­lor à l’ouest et Sta­kha­nov à l’est. Un mou­ve­ment de ratio­na­li­sa­tion impla­cable de la pro­duc­tion, en vue de gains d’efficacité tou­jours amé­lio­rés. Un siècle plus tard, nous en sommes à l’organisation scien­ti­fique du monde, en vue d’étendre l’efficacité à tous les aspects de la machine sociale. Pièces et main d’œuvre enquête depuis le début des années 2000 sur cet embal­le­ment tech­no­lo­gique à par­tir de symp­tômes d’actualité (nano­tech­no­lo­gies, télé­phone por­table, bio­lo­gie de syn­thèse, RFID, Lin­ky, etc). Et montre com­ment notre liber­té se réduit à rien dans un monde où la vie dépend d’une machi­ne­rie d’une extrême com­plexi­té, finan­cées par l’É­tat et les action­naires, et pilo­tée par les experts : scien­ti­fiques, ingé­nieurs, tech­ni­ciens. Cette fois-ci, PMO part de l’épidémie de Covid-19 pour mettre en lumière ce pro­ces­sus d’incarcération.

La Décrois­sance : Si le COVID-19 semble ne pas avoir été fabri­qué en labo­ra­toire, il n’est pas extra­va­gant de pen­ser qu’un acci­dent aurait pu l’en faire sor­tir puisque les virus font l’ob­jet de recherches de pointe dans les labos du monde entier. Notam­ment pour accroître leur viru­lence ain­si que l’ex­plique un de vos récents articles[1]. Que reste-t-il de notre liber­té lorsque la tech­nos­cience lar­ge­ment à l’o­ri­gine de la catas­trophe se pré­sente aus­si comme « la solu­tion » avec ses « comi­tés scien­ti­fiques » qui disent com­ment agir aux res­pon­sables politiques ? 

PMO : Depuis des décen­nies, le cou­rant éco­lo­giste radi­cal et anti-indus­triel expose la double agres­sion tech­no-indus­trielle : la des­truc­tion de la nature indis­so­ciable de celle de la liber­té. La pan­dé­mie et les solu­tions appli­quées véri­fient ces ana­lyses, exhi­bant les liens mutuels entre sac­cage de la pla­nète et socié­té de contrainte. Face à la pénu­rie d’eau, d’air, de sols, aux virus trans­mis par des ani­maux sau­vages avec les­quels nous ne sommes pas cen­sés avoir d’intimité, ou sur­gis­sant du per­ma­frost sibé­rien dége­lé, seule une ges­tion ration­nelle, opti­mi­sée, auto­ma­ti­sée et enca­drée des res­sources rési­duelles et des « mesures bar­rières » per­met­tra de pro­lon­ger notre sur­vie. Bref, une orga­ni­sa­tion scien­ti­fique du monde.

La revue Nature notait dans une étude de 2012 que 43 % de la sur­face de la Terre était exploi­tée par l’homme, et que le seuil de 50 % (pré­vu en 2025 si la consom­ma­tion des res­sources et la démo­gra­phie res­taient inchan­gées) mar­que­rait une bas­cule dans un incon­nu ter­ri­fiant. Nous y arri­vons. Le coro­na­vi­rus est un dégât col­la­té­ral de la guerre au vivant livrée par la socié­té indus­trielle. A ces des­truc­tions accé­lé­rées par la puis­sance de la tech­no­lo­gie, les tech­no­crates répondent comme tou­jours par une accé­lé­ra­tion tech­no­lo­gique. Laquelle ren­force leur pou­voir sui­vant une boucle ver­tueuse, puisqu’ils détiennent et maî­trisent les moyens tech­no­lo­giques. Ce que la pan­dé­mie met en évi­dence, c’est le rôle malé­fique de ces pyro­manes-pom­piers que nous décri­vons depuis des lustres. Le gou­ver­ne­ment s’appuie sur un « conseil scien­ti­fique » pré­si­dé par Jean-Fran­çois Del­frais­sy, pré­sident du Comi­té consul­ta­tif natio­nal d’éthique, qui décla­rait lors des états géné­raux de bioé­thique : « Il y a des inno­va­tions tech­no­lo­giques qui sont si impor­tantes qu’elles s’imposent à nous. […] Il y a une science qui bouge, que l’on n’arrêtera pas.[2] » On l’arrêtera d’autant moins que l’État a pro­mis 5 mil­liards d’euros sup­plé­men­taires pour la recherche — une pre­mière depuis 1945. Coro­na-aubaine scientifric.

Dans un avion, les pas­sa­gers n’ont d’autre choix que de s’en remettre à l’équipage tech­nique, lequel suit désor­mais les ordres d’un pilote auto­ma­tique. Qui plus est en cas de panne ou de tur­bu­lences : les experts consultent la machine, décrètent et contraignent. Quand la socié­té entière est un avion, c’est-à-dire un macro­sys­tème tech­no­lo­gique total, nous deve­nons des pas­sa­gers sou­mis, pri­vés de nos capa­ci­tés de déci­sion et d’action. Vivre dans la socié­té tech­no-indus­trielle impose de suivre les ordres des tech­no­crates, seuls maîtres des com­mandes — des cen­trales nucléaires, de la pro­gram­ma­tion des algo­rithmes, des satel­lites, de la smart pla­net, bref de la « Machi­ne­rie géné­rale » (Marx).

La crise ouvre au pou­voir tech­no­cra­tique des fenêtres d’opportunité pour inten­si­fier son emprise tech­no­lo­gique. Si beau­coup semblent avoir com­pris ce qu’est la sur­veillance élec­tro­nique de masse — drones, géo­lo­ca­li­sa­tion des smart­phones pour suivre les flux de popu­la­tion, traque numé­rique des conta­mi­nés, etc — pour nous, l’agression prin­ci­pale du monde-machine reste la déshu­ma­ni­sa­tion. La pan­dé­mie accé­lère le recours au cal­cul machine — l’« intel­li­gence arti­fi­cielle » — pour le pro­nos­tic médi­cal ou la recherche de trai­te­ment, mais aus­si pour modé­li­ser le « décon­fi­ne­ment » et prendre des déci­sions poli­tiques. La machine à gou­ver­ner cyber­né­tique tourne à plein, avec pour seul objec­tif l’efficacité. L’inhumanité du trai­te­ment réser­vé aux vieillards dans les Ehpad, ou de l’évacuation tech­nique des défunts, ne pèse rien face aux sta­tis­tiques. Scien­ti­freak. On découvre à cette occa­sion que l’AP-HP (Assis­tance publique – Hôpi­taux de Paris) dis­pose d’un dépar­te­ment « Inno­va­tion don­nées » dont le bud­get pour­rait sans doute cou­vrir l’embauche des per­son­nels qui font défaut. Si les méde­cins n’ont plus les moyens de soi­gner des per­sonnes, l’hôpital public inves­tit en revanche dans les solu­tions de big data d’IBM pour gérer des flux et des stocks de malades.

Dans la « guerre » contre le virus, c’est la Machine qui gagne. Mère Machine nous main­tient en état de marche et s’occupe de nous. Quel coup d’accélérateur pour la « pla­nète intel­li­gente » (alias monde-machine) et ses smart cities (alias villes-machines). L’épidémie pas­sée, les Smar­tiens se seront pliés à des habi­tudes qu’ils ne per­dront plus. Les machins veulent une machine. Ceux à qui la liber­té pèse trop lourd aspirent à leur prise en charge machi­nale. La sécu­ri­té plu­tôt que la liber­té. L’assignation à rési­dence, la traque élec­tro­nique, le fonc­tion­ne­ment vir­tuel sans contact dans un « état d’urgence » diri­gé par les experts scien­ti­flics, plu­tôt qu’une vie libre, auto­nome et res­pon­sable. Mais la pré­ser­va­tion sous « pro­tec­tion » d’une espèce mena­cée n’est pas la vie. Un « parc humain » n’est qu’une pri­son à ciel ouvert.

Après des années d’en­quêtes et d’a­na­lyses, com­ment expli­quez-vous que nous ayions si faci­le­ment accep­té — par­fois plé­bis­ci­té — toute cette machi­ne­rie tech­no-scien­ti­fique ces der­nières décen­nies ? Dans son Essai sur la liber­té, Ber­nard Char­bon­neau notait « si une voix des pro­fon­deurs appelle chaque homme à sa liber­té, mille autres l’in­citent à y renon­cer ; et ce sera tou­jours en son nom ». Y a t‑il quelque chose de « vicié » en l’hu­main qui le pousse à s’a­ban­don­ner dans les bras de la Mère Machine ? La « voix des pro­fon­deurs » s’est-elle éteinte ?

Des biblio­thèques ont été écrites pour dis­sé­quer la sou­mis­sion, l’aliénation, le mimé­tisme, par­mi d’autres fac­teurs anthro­po­lo­giques et poli­tiques de ce renon­ce­ment à la liber­té. Plus de 400 ans avant notre ère, Thu­cy­dide énonce : « Il faut choi­sir, se repo­ser ou être libre ». La liber­té n’est ni un droit ni un don de la nature, mais un effort per­son­nel – et col­lec­tif à l’échelle sociale. Elle exige de pré­ser­ver son for inté­rieur pour résis­ter aux injonc­tions, ten­ta­tions et mani­pu­la­tions du corps social, mais aus­si à l’attrait du confort, de la sécu­ri­té, de la prise en charge. On pèse les mots de l’historien grec, on mesure l’effort. Faire un effort, c’est se rendre plus fort. De même, les bipèdes se tiennent debout en résis­tant à la pesan­teur de la gravité.

La volon­té de puis­sance pousse ses esclaves à accu­mu­ler les moyens de la puis­sance – terre, chep­tel, armes, capi­tal, et aujourd’hui les machines — pour se rendre pareils aux dieux et aus­si libres qu’eux. Mais en retour leur volon­té de puis­sance illi­mi­tée se trans­forme en volon­té de volon­té n’ayant plus d’autre but qu’elle-même, condui­sant ain­si à la Machi­na­tion totale de l’homme et du monde. Les puis­sants se donnent des moyens/machines (c’est le même mot en grec : mekha­né), qui se trans­forment en fin en soi. Ils deviennent eux-mêmes les moyens de leurs moyens, esclaves de leur volon­té de puis­sance illi­mi­tée qui se retourne en volon­té de sou­mis­sion illimitée.

Il faut dis­tin­guer ceux qui ont peu ou prou les moyens de leurs volon­tés (les puis­sants, les tech­no­crates) et ceux qui n’ayant pas ces moyens (les subis­sants, les acrates), subissent les volon­tés des pre­miers, mais espèrent béné­fi­cier d’un ruis­sel­le­ment de la puis­sance (smart­phone, gad­gets connec­tés, « applis »). Ni les uns ni les autres n’ont jamais assez de puis­sance, et tous dési­rent ce qui les perd. Voyez la fas­ci­na­tion pour les créa­tions supé­rieures à leurs créa­teurs (l’ordinateur sacré cham­pion de go), puis le désir d’auto­ma­chi­na­tion pour res­ter les égaux de ces super­ma­chines et deve­nir des surhommes-machines.

L’équation de la liber­té et de la toute-puis­sance est une illu­sion. Il n’y a de liber­té que face à une résis­tance : un oiseau ne peut pas voler dans le vide, il faut que l’air lui résiste. Notre seule liber­té est fille de l’autolimitation (de la juste mesure), et, dit Épi­cure, de la maî­trise des dési­rs artificiels.

L’emballement tech­no-indus­triel a trans­for­mé les hommes, et ses effets sont irré­ver­sibles. Les pro­pa­gan­distes qui serinent les gains d’espérance de vie (la quan­ti­té) dus au pro­grès scien­ti­fique, occultent les pertes en auto­no­mie et en liber­té (la qua­li­té) qui lui sont non moins dus. Le bour­rage de crâne à pro­pos de « l’intelligence arti­fi­cielle », des objets « intel­li­gents », de « l’intelligence ambiante », per­suade les humains de leur infé­rio­ri­té et de renon­cer à toute ini­tia­tive : soyez plu­tôt les pas­sa­gers de votre vie et lais­sez-vous piloter.

Cette popu­la­tion dégra­dée par des décen­nies d’abandon pro­gres­sif à la Mère-Machine a per­du jusqu’au sou­ve­nir de ses anciennes capa­ci­tés. Tout le monde trouve plus pra­tique d’obéir au GPS, cette laisse élec­tro­nique. Com­battre cette emprise exige des humains d’aujourd’hui un recul sur le réel autre­ment dif­fi­cile que pour les lud­dites du XIXe siècle confron­tés à la fabrique. A for­tio­ri pour des digi­tal natives.

Quand toute l’organisation sociale se fonde sur le pri­mat de l’efficacité et de la ratio­na­li­té tech­ni­cienne, la « tyran­nie de la logique » (Arendt) — la logique inhé­rente à l’expansion de la puis­sance machi­nale — nous empêche de pen­ser libre­ment. Échap­per à cette contrainte exige un ima­gi­naire de révolte hors de por­tée de l’homme des masses, sou­mis à la pres­sion du groupe, au matra­quage publi­ci­taire et à l’hypnose des écrans.

Qui plus est, l’interconnexion cyber­né­tique des Smar­tiens détruit tou­jours plus les condi­tions de leur liber­té. Il faut un pas de côté, une sor­tie de la foule pour « aller contre ». La sur­so­cia­li­sa­tion élec­tro­nique — l’incarcération dans le monde-machine — était le pro­jet des tech­no­crates pour opti­mi­ser la ges­tion du chep­tel humain en se débar­ras­sant du fac­teur humain. Ils y sont par­ve­nus. Cette inter­con­nexion réa­lise, d’une autre façon, le pro­jet des pro­mo­teurs de la « tech­no­lo­gie cyborg », grâce à laquelle il devient « de plus en plus dif­fi­cile de dire où s’arrête le monde et où com­mence la per­sonne[3] ».

Ceux qui aspirent encore à une vie libre ont contre eux le tech­no-tota­li­ta­risme, les masses mimé­tiques, la volon­té de puis­sance. Ils sub­sistent sur une Terre rava­gée. Si mal que se pré­sente la situa­tion, elle doit ren­for­cer notre réso­lu­tion à vivre contre notre temps ; aus­si long­temps qu’il reste pos­sible d’être quelqu’un, et non pas n’importe quoi. Une per­sonne, non un machin.

Der­nier ouvrage paru : Mani­feste des Chim­pan­zés du futur contre le trans­hu­ma­nisme (Ser­vice com­pris, 2017)

Entre­tien paru dans La Décrois­sance, été 2020.


  1. « Le virus à venir et le retour à l’anormal », 26/04/20, sur www.piecesetmaindoeuvre.com et sur papier : Pièce déta­chée n°92
  2. Entre­tien avec Valeurs actuelles, 3/03/18.
  3. A. Clark, Natu­ral-Born Cyborgs : Minds, Tech­no­lo­gies and the Future of Human Intel­li­gence, Oxford Uni­ver­si­ty Press, 2003

Print Friendly, PDF & Email
Total
95
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

C’est le 1er mai : vive la journée contre le travail et contre le capitalisme, et vive l’anarchie (par Nicolas Casaux)

Désormais immanquablement présentée par nos dirigeants — au travers d'une de ces splendides inversions des réalités dont ils ont le secret — comme une célébration du travail, de la servitude moderne qu’ils imposent, cette journée, dont les origines sont ouvrières et anarchistes, instaurée en mémoire du massacre de Haymarket Square du 4 mai 1886, découle historiquement d’une opposition au travail tel qu’il est défini et imposé par le capitalisme et l’État. [...]
Lire

Les proxénètes du yoga et de la pleine conscience & le Complexe Industriel de la Spiritualité

Les traditions de sagesse et les pratiques corpo-spirituelles comme le yoga, les approches intégrées du leadership et la méditation ont été cooptées au service de la classe corporatiste dominante. Une alternative radicale à ce qui est devenu un Complexe Industriel de la Spiritualité (CIS) est aujourd'hui nécessaire. Cet article est un cri de guerre pour les enseignants guérilleros de l'industrie de la conscience qui ne souhaitent plus se prostituer pour le 1%.