Il ne reste que deux véritables forêts dans le monde & le boom des infrastructures menace le restant de sauvage

Une forêt coin­cée entre des routes et des mor­ceaux de terres rati­boi­sés pour l’im­plan­ta­tion humaine et le déve­lop­pe­ment agri­cole peut-elle vrai­ment être qua­li­fiée de forêt ?

Pas vrai­ment, répondent les scien­ti­fiques étu­diant le pro­blème de plus en plus impor­tant de la frag­men­ta­tion fores­tière. Et les consé­quences « per­sis­tantes, nui­sibles et sou­vent impré­vi­sibles » des acti­vi­tés humaines — sou­ligne une nou­velle étude diri­gée par une équipe de 24 scien­ti­fiques inter­na­tio­naux, et finan­cée par la fon­da­tion natio­nale pour la science (Natio­nal Science Foun­da­tion) — pour­raient cau­ser la ruine des plantes et de la vie animale.

« Il n’y a plus que deux par­celles de véri­tables forêts sur Terre — l’Amazonie et le Congo — et cela res­sort mani­fes­te­ment sur une carte », explique Nick Had­dad, le rédac­teur-chef, et pro­fes­seur à l’université d’état de Caro­line du Nord, au New-Yor­ker.

« Presque 20% des forêts res­tantes sont à dis­tance d’un ter­rain de foot­ball — envi­ron 100 mètres — d’une lisière fores­tière », explique-t-il. « 70% des zones boi­sées sont à moins de 600 mètres d’une lisière fores­tière. Cela signi­fie que presque aucune forêt ne peut être consi­dé­rée comme sauvage. »

Et les consé­quences de ces pertes fores­tières, ont décou­vert les cher­cheurs, sont plus pro­fondes que ce qu’ils ima­gi­naient aupa­ra­vant. Pour en arri­ver à ces conclu­sions, ils ont ana­ly­sé les résul­tats de 7 expé­riences, sur 5 conti­nents dif­fé­rents, visant à simu­ler les impacts des acti­vi­tés humaines sur les forêts. Plu­sieurs études durent depuis des décen­nies, et les résul­tats, dans l’en­semble, sont frap­pants : la frag­men­ta­tion des habi­tats, ont-ils remar­qué, peut réduire la diver­si­té de la faune et de la flore de 13 à 75%.

En Asie du Sud-Est, la des­truc­tion et frag­men­ta­tion des forêts est la pre­mière cause de dis­pa­ri­tion de l’Orang-outan

En géné­ral, les études mettent en lumière que lorsque des par­celles de forêts deviennent plus petites et plus iso­lées, l’abondance en oiseaux, mam­mi­fères, insectes et plantes dimi­nue en nature — ces pres­sions, écrivent les auteurs, réduisent la capa­ci­té de rési­lience des espèces. Les zones entou­rées par une pro­por­tion éle­vée de lisière, remarquent-ils aus­si, sont une aubaine pour les pré­da­teurs des oiseaux, ce qui peut être consi­dé­ré posi­tif, de manière dis­cu­table et sur le court-terme, pour les pré­da­teurs, mais bien moins pour les oiseaux. De plus, les forêts frag­men­tées connaissent un déclin des fonc­tions cen­trales de leurs éco­sys­tèmes : elles sont moins aptes à cap­tu­rer le dioxyde de car­bone, un élé­ment clé pour la modé­ra­tion du chan­ge­ment cli­ma­tique, et pré­sentent une pro­duc­ti­vi­té et une pol­li­ni­sa­tion moindres.

A propos de la baisse des absorptions de carbone, voir cet article:

Le poumon vert de la planète suffoque

« Peu importe l’en­droit, l’ha­bi­tat et les espèces », explique Doug Levey, co-rédac­teur, et direc­teur de pro­gramme de la divi­sion de bio­lo­gie envi­ron­ne­men­tale de la fon­da­tion natio­nale pour la science, « la frag­men­ta­tion de l’ha­bi­tat a des consé­quences très nom­breuses, qui empirent avec le temps. »

Cette seconde par­tie est aus­si impor­tante : les auteurs sou­lignent que dans de nom­breux cas, les effets désas­treux de la frag­men­ta­tion des éco­sys­tèmes fores­tiers ne deviennent appa­rents qu’a­près plu­sieurs années. En moyenne, ont-ils remar­qué, les forêts frag­men­tées perdent plus de la moi­tié de leurs espèces en 20 ans ; dans l’expérience encore en cours après plus de deux décen­nies, les pertes conti­nuent à s’aggraver. Ain­si, écrivent-ils, « les inci­dences de la frag­men­ta­tion actuelle conti­nue­ront à émer­ger pen­dant des décen­nies » — nous n’avons encore aucune idée de la pleine mesure de ce qu’entraineront les découpes et les alté­ra­tions des forêts.

Appré­hen­der la pleine mesure des dom­mages, expliquent les auteurs, néces­site de prendre en consi­dé­ra­tion les pos­si­bi­li­tés d’actions contre ce pro­blème. Had­dad sug­gère plu­sieurs options, de l’augmentation des efforts de conser­va­tion à des façons d’augmenter l’efficacité agri­cole [re-sic]. William Lau­rance, un pro­fes­seur à l’université James Cook d’Australie, sou­ligne le rôle des routes, qui brisent les habi­tats tout en offrant un accès aux bra­con­niers, aux mineurs, et aux chantres de la défo­res­ta­tion, et autres acti­vi­tés humaines destructrices.

***

La pro­pa­ga­tion de nou­velles routes dans les pays en déve­lop­pe­ment est un plus grand dan­ger que les bar­rages, les mines, les puits de pétroles ou les villes qu’elles connectent, parce qu’elle offre aux bra­con­niers, aux cou­peurs de bois illé­gaux et aux spé­cu­la­teurs fon­ciers, un accès à des habi­tats intou­chés, explique l’étude.

L’é­ta­le­ment urbain prend place à une cadence sans pré­cé­dent dans l’histoire de l’humanité et pour­rait déchaî­ner une vague de construc­tion rou­tière qui met­trait en dan­ger le res­tant de sau­vage dans les décen­nies à venir, aver­tissent les scientifiques.

Alors que les pays en déve­lop­pe­ment conti­nuent la crois­sance de leur popu­la­tion et de leur éco­no­mie, de nou­veaux bar­rages, mines, puits de pétrole et villes seront construits pour sou­te­nir leur expan­sion. Mais dans une étude récem­ment publiée, des cher­cheurs expliquent que les impacts loca­li­sés de ces pro­jets étaient « presque tri­viaux » en com­pa­rai­son de la lita­nie de mal­heurs qu’entraineraient les routes les desservant.

« Quand vous par­lez de choses comme les pro­jets hydro­élec­triques, les pro­jets d’extractions minières, de défo­res­ta­tions, ce que ces choses créent c’est une impul­sion éco­no­mique pour la construc­tion de routes, et ce sont les routes le véri­table dan­ger », explique Laurance.

« Vous aug­men­tez énor­mé­ment l’accessibilité phy­sique de cet habi­tat aux bra­con­niers, aux cou­peurs de bois illé­gaux, aux spé­cu­la­teurs fon­ciers, aux colons illégaux. »

Il explique que les dom­mages cau­sés par les consé­quences indi­rectes des construc­tions de routes étaient rare­ment pris en consi­dé­ra­tion pen­dant le pro­ces­sus d’évaluation environnementale.

Le WWF sur­veille de près les plans de 961 kilo­mètre de routes qui se construi­ront le long de la fron­tière Inde/Népal et à tra­vers un envi­ron­ne­ment peu­plé de tigres du Ben­gale, d’éléphants d’Asie, de rhi­no­cé­ros à une corne, et de cerfs des marais. Tous sont mena­cés par le bra­con­nage, expliquent-ils.

Dans le même registre, sur l’île de Suma­tra en Indo­né­sie une exten­sion de 400 kilo­mètres pro­po­sée pour la route de Ladia Galas­ka met­tra en dan­ger les der­niers endroits où coexistent orangs-outans, tigres, rhi­no­cé­ros et élé­phants. Si la route est construite, les cher­cheurs pré­disent que l’habitat de l’orang-outan de Suma­tra dimi­nue­ra de 16% d’ici 2030. Ce qui entrai­ne­rait la perte de près de 1400 singes, 20% de la popu­la­tion mon­diale de l’espèce.

« Là où nous disons que les routes ne devraient pas aller, ce sont les der­niers endroits de vie sau­vage du monde », explique Laurance.

Gole­niów, (Pologne) : frag­men­ta­tion majeure d’un mas­sif fores­tier par une autoroute.

D’i­ci 2050 la lon­gueur des routes béton­nées du monde aura aug­men­té de 40 à 65 mil­lions de kilo­mètres. C’est sans comp­ter les routes illé­gales mises  en place dans de nom­breuses régions vul­né­rables du monde. Lau­rance explique que pour chaque kilo­mètre de route offi­cielle en Ama­zo­nie bré­si­lienne, 3 kilo­mètres de routes sont construits par des com­pa­gnies illé­gales de pillage de ressources.

Le réseau rou­tier mon­dial — Source : http://www.mapa­bi­lity.com/info/vmap0_down­load.html ou http://gis-lab.info/qa/vmap0.html

« Par­tout où vous regar­dez, l’é­chelle de ce qui est en train de se pro­duire est vrai­ment épous­tou­flante, et assez effrayante », dit-il.

La  valeur des infra­struc­tures mon­diales, actuel­le­ment de 56 tril­lions de $US, dou­ble­ra dans les 15 pro­chaines années. Les pays du G20 à eux seuls ont pla­ni­fié pour entre 60 et 70 tril­lions de $US de construc­tions entre aujourd’­hui et 2030. De nou­velles routes devront accom­pa­gner ce boom. « 90% de ces routes seront dans des pays en déve­lop­pe­ment, qui, d’ailleurs, sup­portent les éco­sys­tèmes les plus bio­lo­gi­que­ment impor­tants », explique Lau­rance. « Nous par­lons donc d’un tsu­na­mi d’im­pacts dans les éco­sys­tèmes les plus impor­tants du monde. »

Dans le bas­sin du Congo, les com­pa­gnies de l’in­dus­trie fores­tière ont construit 50 000 kilo­mètres de routes depuis 2000. Sur la même période, 2/3 des élé­phants des forêts res­tantes du monde se sont fait tuer par les bra­con­niers ayant eu accès à des jungles aupa­ra­vant impé­né­trables. Le bas­sin est le der­nier bas­tion des espèces. Les élé­phants, mas­sa­crés pour leur ivoire, pour­raient dis­pa­raître à l’é­tat sau­vage d’i­ci 10 à 20 ans.

Une employée d’une ONG de conser­va­tion témoigne : « On fait rare­ment le rap­pro­che­ment entre l’ex­ploi­ta­tion fores­tière — donc la péné­tra­tion des forêts pour per­mettre aux engins d’ex­ploi­ter — et le bra­con­nage des élé­phants et des grands singes qui en découle. Mais aus­si tout l’im­pact cultu­rel et éco­no­mique sur les popu­la­tions humaines (ex : alcoo­lisme) et puis les engins trans­portent les ani­maux morts cachés à leur retour de forêt. L’im­pact est énorme à tous les niveaux. Peu à peu les gens ins­tallent une habi­ta­tion, puis deux. Puis construisent un lieu de culte, ins­tallent leur culture sur brû­lis, de manière exten­sive. Au final 5 ans plus tard tu te retrouves avec tout un village. »

« Le pro­blème c’est que pour les humains les routes sont utiles, bien que ça ne soit pas le cas pour les plantes et les ani­maux », explique le New-Yor­ker, sou­li­gnant l’é­vi­dence. Et les ten­dances actuelles sug­gèrent que nous nous apprê­tons à démul­ti­plier ces infra­struc­tures nui­sibles : plus de 25 mil­lions de kilo­mètres de routes sont en pro­jet à tra­vers le globe, selon l’A­gence inter­na­tio­nale de l’éner­gie. C’est le genre de chose qui, selon Lau­rance, « effraie ter­ri­ble­ment les éco­lo­gistes ». [Les seuls à s’en sou­cier, NdT] 

Évo­lu­tion de la cou­ver­ture fores­tière amazonienne

***

Cou­ver­ture fores­tière poten­tielle / cou­ver­ture fores­tière actuelle


Pour ceux qui veulent en savoir plus, cet article Wiki­pé­dia est très fourni :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fragmentation_foresti%C3%A8re


Lien vers l’é­tude, en anglais : http://advances.sciencemag.org/content/1/2/e1500052

Sources de cet article : Salon.com & http://www.theguardian.com/environment/2015/mar/05/infrastructure-boom-threatens-worlds-last-wildernesses


Tra­duc­tion : Nico­las CASAUX

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Quelques remarques sur « L’affaire du siècle » (par Kevin Amara et Nicolas Casaux)

En cette fin d’année 2018, une coalition de quatre ONG — Greenpeace, Oxfam, la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) et Notre affaire à tous — s’est formée pour poursuivre l’État français en justice[1], afin de le contraindre à respecter la limite de 1,5° C de réchauffement climatique. Pour le lancement de cette procédure, elles ont organisé une campagne médiatique d’envergure, notamment sur les réseaux sociaux, où un clip vidéo tourné pour l’occasion est rapidement devenu viral. Clip vidéo dans lequel nos plus célèbres écolos, youtubeurs, et quelques célébrités ayant accepté de se prêter au jeu — profitant ainsi d’une belle occasion de verdir leur image — expliquent le comment et le pourquoi de ce procès, et tentent de recueillir un maximum de signatures. Nous voyons deux raisons pour lesquelles ce projet pourrait servir à quelque chose. [...]
Lire

Technocritique contre industrie [du mensonge] — (par François Jarrige)

Depuis l'ouverture des « Tobacco Documents », ces archives secrètes ayant révélé les stratégies déployées par les industriels du tabac pour façonner l'opinion, manipuler la science et empêcher toute régulation de leur activité, les enquêtes se sont multipliées sur les manières subtiles par lesquelles l’industrie fabrique le mensonge et sème le doute sur les découvertes menaçant ses profits.
Lire

Miscellanées contre la civilisation (par Nicolas Casaux)

Les atrocités commises au nom de l’idée de « civilisation » incitent désormais les civilisés à tenter de changer son sens, et même à l’inverser. Ils s’imaginent, de la sorte, en finir avec toutes les horreurs du passé, tous les problèmes pourtant étymologiquement et historiquement associés à l’idée. Mais on n’efface pas des siècles d’histoire comme ça, [...]