« L’héroïne électronique » : comment les écrans transforment les enfants en drogués psychotiques

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié (en anglais) sur le site du New York Post, le 27 août 2016, et rédi­gé par le Dr. Nicho­las Kardaras.


Susan* a ache­té un iPad à son fils de 6 ans, John, lorsqu’il était au CP. « J’ai pen­sé : ‘Pour­quoi ne pas le lais­ser prendre de l’avance ?’ » m’a‑t-elle confié durant une séance de thé­ra­pie. L’école de John avait com­men­cé à uti­li­ser ces outils avec des élèves de plus en plus jeunes — et son pro­fes­seur de tech­no­lo­gie ne taris­sait pas d’éloges à l’égard de leurs béné­fices édu­ca­tifs — Susan vou­lait donc faire ce qui était le mieux pour sa petite tête blonde qui ado­rait lire et jouer au baseball.

Elle a com­men­cé par lais­ser John jouer avec dif­fé­rents jeux édu­ca­tifs sur son iPad. Fina­le­ment, il a décou­vert Mine­craft, dont l’enseignant en tech­no­lo­gie lui a assu­ré qu’il n’était rien d’autre qu’un « Lego élec­tro­nique ». Se sou­ve­nant du plai­sir qu’elle avait, étant enfant, à construire et à s’amuser avec ces blocs de plas­tiques qui s’emboîtent, elle a lais­sé son fils jouer à Mine­craft des après-midi durant.

Au début, Susan était assez satis­faite. John sem­blait être enga­gé dans un amu­se­ment créa­tif, alors qu’il explo­rait le monde cubique du jeu. Elle n’a pas remar­qué que le jeu n’avait rien à voir avec les Lego dont elle se sou­ve­nait — après tout, elle n’avait pas à tuer des ani­maux ni à trou­ver des mine­rais rares pour sur­vivre et accé­der au niveau sui­vant lorsqu’elle jouait à son ancien jeu bien aimé. Mais John sem­blait vrai­ment appré­cier ce jeu et l’école avait même une asso­cia­tion Mine­craft, alors est-ce que ça pou­vait vrai­ment être néfaste ?

Pour­tant, Susan ne pou­vait pas nier qu’elle voyait des chan­ge­ments chez John. Il com­men­çait à être de plus en plus concen­tré sur son jeu, et per­dait tout inté­rêt dans le base­ball et la lec­ture, tan­dis qu’il refu­sait d’effectuer ses cor­vées. Cer­tains matins, il se réveillait et lui disait qu’il pou­vait voir les formes cubiques dans ses rêves.

Bien que cela l’inquiétait, elle pen­sait que son fils fai­sait peut-être sim­ple­ment preuve d’une ima­gi­na­tion active. Alors que son com­por­te­ment conti­nuait à se dété­rio­rer, elle a essayé de reti­rer le jeu mais John a com­men­cé à faire des crises de colère épou­van­tables. Ces crises étaient si intenses qu’elle a aban­don­né, ratio­na­li­sant tou­jours en se répé­tant encore et encore que « c’est édu­ca­tif ».

Puis, une nuit, elle a com­pris que quelque chose n’allait vrai­ment pas.

« Je suis entrée dans sa chambre pour le sur­veiller. Il était cen­sé dor­mir – et j’ai eu si peur… »

Elle l’a trou­vé assis dans son lit le regard fixe, les yeux écar­quillés et injec­tés de sang, per­dus dans le vide, l’écran scin­tillant de son iPad posé près de lui. Il sem­blait être en transe. Ne pou­vant plus conte­nir sa frayeur, Susan a dû secouer le gar­çon à plu­sieurs reprises pour le sor­tir de cet état. Affo­lée, elle ne pou­vait pas com­prendre com­ment son gar­çon qui était autre­fois un enfant sain et heu­reux était deve­nu accro au jeu au point de se figer dans une stu­peur catatonique.

Il y a une rai­son pour laquelle les parents les plus méfiants face à la tech­no­lo­gie sont les concep­teurs et les ingé­nieurs en tech­no­lo­gie. Steve Jobs était bien connu pour être un parent anti-tech­no­lo­gie. Les direc­teurs tech­niques et ingé­nieurs de la Sili­con Val­ley placent leurs enfants dans les écoles Wal­dorf, non-tech­no­lo­gi­sées. Les fon­da­teurs de Google, Ser­gey Brin et Lar­ry Page sont issus d’écoles Mon­tes­so­ri, non-tech­no­lo­gi­sées, à l’instar du créa­teur d’Amazon Jeff Bezos et du fon­da­teur de Wiki­pé­dia Jim­my Wales.

Bon nombre de parents com­prennent intui­ti­ve­ment que les écrans lumi­neux omni­pré­sents ont un effet néga­tif sur les enfants. On observe des crises de colère lorsque ces outils leur sont reti­rés et des périodes de défi­cit d’attention lorsque les enfants ne sont pas sans arrêt exci­tés par leurs appa­reils ultra sti­mu­lants. Pire, on constate que les enfants s’ennuient, deviennent apa­thiques, inin­té­res­sants et indif­fé­rents lorsqu’ils ne sont pas connectés.

Seule­ment, c’est encore pire que ce que nous pensons.

Nous savons désor­mais que ces iPads, smart­phones et Xbox sont une forme de drogue numé­rique. Des recherches récentes en ima­ge­rie céré­brale montrent qu’ils affectent le cor­tex fron­tal — qui contrôle la fonc­tion exé­cu­tive, y com­pris le contrôle des impul­sions — exac­te­ment de la même façon que la cocaïne. La tech­no­lo­gie est tel­le­ment sti­mu­lante qu’elle aug­mente les taux de dopa­mine — le neu­ro­trans­met­teur du plai­sir le plus impli­qué dans la dyna­mique de l’addiction — autant que le sexe.

Cet effet addic­tif explique pour­quoi le Dr Peter Why­brow, direc­teur du pro­gramme de neu­ros­cience à l’U­ni­ver­si­té de Cali­for­nie de Los Angeles, qua­li­fie les écrans de « cocaïne élec­tro­nique » et pour­quoi les cher­cheurs chi­nois parlent « d’héroïne numé­rique ». D’ailleurs, le Dr Andrew Doan, à la tête de la recherche sur les addic­tions pour le Penta­gone et la marine amé­ri­caine — qui a enquê­té sur l’addiction aux jeux vidéo — appelle les jeux vidéo et les dis­po­si­tifs tech­no­lo­giques munis d’écrans des « phar­ma­keia numé­riques » (terme grec pour dési­gner les drogues).

Dans mon tra­vail cli­nique auprès de plus de 1000 ado­les­cents au long des 15 der­nières années, j’ai com­pris que le vieil adage « mieux vaut pré­ve­nir que gué­rir » est par­ti­cu­liè­re­ment juste lorsqu’il s’agit de dépen­dance aux tech­no­lo­gies. Une fois qu’un enfant a pas­sé le cap de l’addiction tech­no­lo­gique, le trai­te­ment peut être très dif­fi­cile. J’ai même trou­vé qu’il était plus facile de trai­ter un patient accro à l’héroïne ou à la métham­phé­ta­mine en cris­taux que des joueurs invé­té­rés « per­dus dans la Matrice » ou que des toxi­co­manes des réseaux sociaux accros à Facebook.

Selon la Décla­ra­tion de Poli­tique de l’Académie Amé­ri­caine de Pédia­trie de 2013, les enfants de 8 à 10 ans passent 8 heures par jour devant dif­fé­rentes formes de médias numé­riques, tan­dis que les ado­les­cents passent 11 heures devant des écrans. Un enfant sur trois uti­lise des smart­phones ou des tablettes avant de savoir par­ler. Dans le même temps, le manuel de « l’Addiction à Inter­net » du Dr Kim­ber­ly Young affirme que 18% des jeunes adultes usa­gers d’Internet aux États-Unis souffrent d’une addic­tion aux technologies.

Une fois qu’une per­sonne a fran­chi la limite d’une véri­table addic­tion — que ce soit aux drogues, au numé­rique, ou autre — elle doit se dés­in­toxi­quer avant qu’aucune autre sorte de thé­ra­pie puisse avoir la moindre chance d’être effi­cace. Avec la tech­no­lo­gie, cela signi­fie une dés­in­toxi­ca­tion numé­rique com­plète — pas d’ordinateurs, pas de smart­phones, pas de tablettes. La dés­in­toxi­ca­tion numé­rique radi­cale sup­prime même la télé­vi­sion. Le temps pré­co­ni­sé est de 4 à 6 semaines ; c’est le temps géné­ra­le­ment requis pour qu’un sys­tème ner­veux ultra-sti­mu­lé se réini­tia­lise. Mais ce n’est pas chose aisée dans notre socié­té rem­plie de tech­no­lo­gie où les écrans sont omni­pré­sents. Une per­sonne peut vivre sans drogue ou sans alcool ; avec une addic­tion à la tech­no­lo­gie, les ten­ta­tions numé­riques sont partout.

Dès lors, com­ment empê­cher nos enfants de fran­chir cette limite ? Ce n’est pas simple.

La clé est d’empêcher vos enfants de 4, 5 ou 8 ans de deve­nir accros aux écrans, pour com­men­cer. Cela signi­fie plu­tôt des Lego que Mine­craft ; plu­tôt des livres que des iPads ; la nature et le sport plu­tôt que la télé. S’il le faut, deman­dez à l’école de votre enfant de ne pas lui don­ner de tablette ou de Chro­me­book avant qu’il atteigne 10 ans, au moins (d’autres recom­mandent d’attendre 12 ans).

Ayez des conver­sa­tions hon­nêtes avec vos enfants pour leur expli­quer pour­quoi vous limi­tez leur accès aux écrans. Dinez avec vos enfants sans aucun objet élec­tro­nique à table — tout comme Steve Jobs avait l’habitude de dîner sans tech­no­lo­gie avec ses enfants. Ne deve­nez pas vic­time du « Syn­drome d’Inattention Paren­tale » — comme nous l’avons appris dans la Théo­rie de l’Ap­pren­tis­sage Social, les enfants ont ten­dance à imi­ter, ou au moins à s’imprégner, des actions de leur entourage.

Lorsque je parle à mes jumeaux de 9 ans, j’ai des conver­sa­tions hon­nêtes avec eux pour leur expli­quer pour­quoi je ne veux pas qu’ils aient des tablettes ou qu’ils jouent aux jeux vidéo. Je leur explique que cer­tains enfants aiment tel­le­ment jouer avec leurs appa­reils qu’ils ont du mal à s’arrêter ou à contrô­ler le temps qu’ils y passent. Je les ai aidés à com­prendre que s’ils se lais­saient attra­per par les écrans et par Mine­craft comme cer­tains de leurs amis, d’autres par­ties de leur vie pour­raient en pâtir. Ils ne vou­draient plus jouer au base­ball aus­si sou­vent ; ni lire de livres aus­si sou­vent ; ils seraient moins inté­res­sés par les pro­jets de science et de nature ; devien­draient plus décon­nec­tés de leurs amis dans la vie réelle. Éton­nam­ment, ils n’ont pas besoin que je sois très per­sua­sive main­te­nant qu’ils ont vu les chan­ge­ments de cer­tains de leur petits cama­rades vic­times d’un excès de temps devant l’écran.

Les psy­cho­logues en déve­lop­pe­ment com­prennent que le déve­lop­pe­ment sain d’un enfant implique des inter­ac­tions sociales, des jeux d’éveil, de l’imagination et de la créa­ti­vi­té, et le contact avec le monde réel et natu­rel. Mal­heu­reu­se­ment, le monde addic­tif et immer­sif des écrans atté­nue et retarde ces pro­ces­sus de développement.

On sait aus­si que les enfants sont plus enclins à la fuite dans l’addiction s’ils se sentent seuls, alié­nés, sans but, et s’ils s’ennuient. Par consé­quent, la solu­tion est sou­vent d’aider les enfants à se connec­ter à des expé­riences ayant du sens dans la vraie vie et à des rela­tions en chair et en os. L’enfant atta­ché à des acti­vi­tés créa­tives et connec­té avec sa famille est moins à même de s’évader dans un monde fan­tas­tique numé­rique. Pour­tant, même si un enfant a le meilleur sou­tien et la plus aimante des familles, il ou elle peut tom­ber dans la Matrice s’il se met­tait à uti­li­ser des écrans hyp­no­tiques et à expé­ri­men­ter leurs effets addic­tifs. Après tout, envi­ron une per­sonne sur 10 est pré­dis­po­sée à des ten­dances à l’addiction.

Fina­le­ment, ma patiente Susan a récu­pé­ré la tablette de John, mais la gué­ri­son fut une dure bataille chao­tique et par­se­mée de coups durs tout au long du chemin.

Quatre ans plus tard, après beau­coup de sou­tien et de ren­fort, John va désor­mais beau­coup mieux. Il a appris à uti­li­ser un ordi­na­teur de bureau de façon saine, et a acquis à nou­veau le sens de l’équilibre : il joue dans l’équipe de base­ball et à plu­sieurs amis proches au col­lège. Mais sa mère est tou­jours vigi­lante et reste une force posi­tive et proac­tive face à son usage des tech­no­lo­gies car, comme dans toute forme de dépen­dance, une rechute peut s’insinuer au moindre moment de fai­blesse. S’assurer qu’il pos­sède des exu­toires sains, qu’il n’a pas d’ordinateur dans sa chambre, et qu’il dîne à table et sans tech­no­lo­gie, tout cela fait par­tie des solu­tions à mettre en œuvre.

* Les noms des patients ont été changés.

Le Dr Nicho­las Kar­da­ras est le direc­teur exé­cu­tif de The Dunes East Hamp­ton, l’un des meilleurs ins­ti­tuts de réha­bi­li­ta­tion et ancien pro­fes­seur cli­ni­cien au Sto­ny Brook Mede­cine. Son livre “Glow Kids : How Screen Addic­tion Is Hija­cking Our Kids — and How to Break the Trance” ( Les enfants lumi­nes­cents : com­ment l’addiction aux écrans dévoie nos enfants – et com­ment mettre fin à cette transe ) (St. Martin’s) vient de sortir.


Tra­duc­tion : Jes­si­ca Aubin

A voir aussi :

Print Friendly, PDF & Email
Total
21
Shares
10 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Cyril Dion et le mythe d’une société éco-industrielle (par Nicolas Casaux)

Dans un article publié il y a quelques mois sur le site de la revue Terrestres, intitulé « La ZAD et le Colibri : deux écologies irréconciliables ? », Maxime Chédin présentait les différents courants écologistes actuels, et critiquait l’écologisme le plus médiatique — et donc le plus populaire —, celui de Cyril Dion, dont il commentait le livre Petit manuel de résistance contemporaine. Ce dernier lui a ensuite répondu dans un texte intitulé « Résister, mais comment ? », que je vous propose d’examiner. [...]
Lire

Un monde sens dessus dessous : quelques rappels sur notre situation écologique en ce début 2017

En ce début d'année 2017, et au vu des évènements qui ont marqué l'année précédente, nous vous proposons un bilan de notre situation collective, en nous appuyant sur les multiples traductions et publications de notre site, selon la perspective qui nous paraît de loin la plus importante, l’écologie. [...]
Lire

La nuisance progressiste : l’exemple d’Idriss Aberkane (par Kevin Amara)

Cette rentabilisation totale du monde ne saurait nous sauver. Pire, elle participe à creuser toujours plus le trou dans lequel nous nous enfonçons. La matérialité demeurera un facteur de première importance, et il faut combattre le paradigme d’Aberkane, qui n’est autre qu’une tentative de rendre indépassable la société industrielle en l’identifiant, dans l’esprit de tous, à la Nature. [...]