À propos du dernier livre de Naomi Klein, « Tout peut changer » (par Kim Hill)

Par Kim Hill / Deep Green Resis­tance Australia


Le der­nier livre de Nao­mi Klein, Tout Peut Chan­ger, se base sur la pré­misse selon laquelle le capi­ta­lisme [« déré­gu­lé », tout au long de son livre, et presque à chaque fois, Nao­mi Klein accole un adjec­tif au mot capi­ta­lisme, NdT] serait la cause de la crise cli­ma­tique, et qu’a­fin d’é­vi­ter la catas­trophe, le capi­ta­lisme [« de libre mar­ché », NdT] devait dis­pa­raître. La solu­tion pro­po­sée est un mou­ve­ment de masse qui triom­phe­ra à l’aide d’ar­gu­ments sapant le sys­tème capi­ta­liste [« débri­dé », NdT] en le ren­dant mora­le­ment inacceptable.

NdT : Nao­mi Klein se garde bien, contrai­re­ment à ce qu’af­firme Kim, de cri­ti­quer « le capi­ta­lisme », elle cri­tique une cer­taine sorte de capi­ta­lisme, et l’af­firme sans ambages. Voyez plu­tôt : « Mais je n’ai jamais dit que nous devrions « tuer », ou « aban­don­ner » ou « déman­te­ler » le capi­ta­lisme afin de com­battre le chan­ge­ment cli­ma­tique. Et je n’ai cer­tai­ne­ment jamais dit que nous devrions faire cela avant tout. D’ailleurs, je dis exac­te­ment l’in­verse dès le début du livre (page 25), pré­ci­sé­ment parce qu’il serait dan­ge­reux d’af­fir­mer une telle chose. » (Source)

Cette pré­misse com­porte nombre de défauts. Elle ne par­vient pas à recon­naître les vraies racines du capi­ta­lisme et du chan­ge­ment cli­ma­tique, les consi­dé­rant comme des pro­blèmes dis­tincts pou­vant être trans­for­més sans agir sur les causes sous-jacentes. Le chan­ge­ment cli­ma­tique ne peut être évi­té par la construc­tion de plus d’in­fra­struc­tures dou­blée d’une réforme de l’é­co­no­mie, ain­si qu’elle le sug­gère. La crise cli­ma­tique n’est qu’un symp­tôme d’une crise plus pro­fonde, et des solu­tions super­fi­cielles agis­sant sur les symp­tômes ne feront qu’empirer la situa­tion. Le chan­ge­ment cli­ma­tique pro­vo­qué par l’homme a com­men­cé il y a des mil­liers d’an­nées avec l’a­vè­ne­ment de l’a­gri­cul­ture et de la défo­res­ta­tion, bien avant que le capi­ta­lisme ne voit le jour. La cause pro­fonde — une culture qui valo­rise la domi­na­tion des humains et de la terre, et les struc­tures phy­siques et sociales qu’elle a créées — doit être affron­tée afin que toute action sur le capi­ta­lisme ou le cli­mat puisse être efficace.

Le « mou­ve­ment pour le cli­mat » me consterne depuis déjà un cer­tain temps. Tan­dis que 200 espèces s’é­teignent chaque jour, que les océans et les rivières sont vidées des pois­sons et de toute vie, que l’eau potable non pol­luée devient un ves­tige du pas­sé, que l’ac­cès à une ali­men­ta­tion nutri­tive se raré­fie, le cli­mat est-il vrai­ment ce sur quoi nous devrions nous concen­trer ? Cela semble être une dis­trac­tion, une sorte de « regarde, c’est quoi ça dans le ciel ? » éma­nant de ceux qui cherchent à tirer pro­fit du pré­lè­ve­ment de tout ce qui sup­porte la vie sur la seule pla­nète que nous ayons. En orien­tant nos pen­sées, nos dis­cus­sions et nos actions vers les gaz pré­sents dans l’at­mo­sphère et les théo­ries chau­de­ment débat­tues, plu­tôt que sur les besoins immé­diats néces­saires à la sur­vie élé­men­taire de tous les êtres vivants, ceux au pou­voir tentent de nous détour­ner de la for­ma­tion d’un mou­ve­ment de résis­tance qui pour­rait garan­tir la conti­nua­tion de la vie sur Terre.

Ce livre est un enche­vê­tre­ment de contra­dic­tions. Je l’ai lu parce que je vou­lais essayer de démê­ler les contra­dic­tions et de com­prendre la pen­sée der­rière ce « mou­ve­ment pour le cli­mat », mais au final, la confu­sion est res­tée. Son livre est un mélange d’i­dées dis­cor­dantes, d’ob­jec­tifs vagues et de pro­po­si­tions pour conti­nuer avec les mêmes tac­tiques inco­hé­rentes qui n’ont jamais fonc­tion­né par le passé.

Tout peut chan­ger fait la pro­mo­tion du socia­lisme, puis explore les rai­sons pour les­quelles le socia­lisme n’ar­rê­te­ra pas les extrac­tions de com­bus­tibles fos­siles. Il est contre le capi­ta­lisme, cepen­dant insiste sur le fait « qu’il y a lar­ge­ment assez de place pour faire du pro­fit dans une éco­no­mie zéro car­bone ». Les éner­gies renou­ve­lables sont pré­sen­tées comme une solu­tion, cepen­dant les objec­tions de ceux dont la terre et les moyens de sub­sis­tance sont détruits par ce type de déve­lop­pe­ment sont recon­nues et res­pec­tées. Le livre fait la pro­mo­tion des droits des indi­gènes de vivre sur leurs terres selon leurs tra­di­tions, et en même temps pré­tend qu’ils ont besoin d’emplois et de déve­lop­pe­ment. Il consi­dère l’ex­trac­tion et la com­bus­tion des car­bu­rants fos­siles comme la cause prin­ci­pale de la crise cli­ma­tique et cepen­dant recom­mande des solu­tions qui en requièrent aus­si. Il sou­tient le déve­lop­pe­ment éco­no­mique tout en s’op­po­sant à la crois­sance éco­no­mique. On y lit que « les solu­tions-com­pro­mis, attrayantes pour les conser­va­teurs, ne fonc­tionnent pas », et pour­tant c’est exac­te­ment ce qu’il vend.

Un cha­pitre est consa­cré à la pro­mo­tion du dés­in­ves­tis­se­ment des com­pa­gnies de com­bus­tibles fos­siles, bien qu’il soit ouver­te­ment admis que cela n’a aucun effet éco­no­mique. Appa­rem­ment cela va « entraî­ner la faillite de leur répu­ta­tion » plu­tôt qu’une réelle faillite. Cette stra­té­gie a peu de chances de fonc­tion­ner, étant don­né que les cor­po­ra­tions dépensent des mil­lions dans les cam­pagnes de rela­tions publiques, contrôlent les médias, et que qui­conque ne fait pas par­tie de ce sys­tème aura ain­si beau­coup de mal à affec­ter leur répu­ta­tion. De plus, les cor­po­ra­tions sont diri­gées par l’argent et non par la morale : des cam­pagnes morales ne suf­fi­ront pas à entraî­ner la fer­me­ture d’une com­pa­gnie. Et même si c’é­tait le cas, ce ciblage de com­pa­gnies spé­ci­fiques plu­tôt que du sys­tème éco­no­mique dans son ensemble ne ferait que créer un espace où d’autres pren­draient leur place.

Un autre cha­pitre explique pour­quoi les « mil­liar­daires verts » ne nous sau­ve­ront pas, ce qui paraît super­flu dans un livre cen­sé argu­men­ter pour le déman­tè­le­ment du capi­ta­lisme — il est évident que plus de capi­ta­lisme ne sera d’au­cune aide. Étran­ge­ment, lorsque le PDG de Vir­gin, Richard Bran­son ne par­vient pas, mal­gré son inves­tis­se­ment de plu­sieurs mil­lions de dol­lars afin d’in­ven­ter ou décou­vrir un « com­bus­tible miracle » pour ali­men­ter l’ex­pan­sion de sa com­pa­gnie aérienne, à atteindre cet impos­sible objec­tif, Klein semble déçue. Quelle dif­fé­rence son impro­bable suc­cès aurait-il entraî­née ? Si un tel com­bus­tible exis­tait, il aurait quand même fal­lu l’ex­traire de quelque part, et l’u­ti­li­ser. À moins que l’argent ne puisse réel­le­ment ache­ter un miracle reli­gieux, et même alors, l’in­dus­trie aéro­nau­tique requiert d’im­menses quan­ti­tés de terres, repose sur l’ex­trac­tion minière et diverses autres indus­tries, et  sur une éco­no­mie mon­dia­li­sée. Si le coût des car­bu­rants n’é­tait pas une limi­ta­tion, ces pro­ces­sus indus­triels se déve­lop­pe­raient encore plus rapi­de­ment, détrui­sant tout ce et tous ceux qui se trou­ve­raient sur leur pas­sage. Un com­bus­tible miracle nous lais­se­rait tou­jours sur les bras une culture du voyage-à-tra­vers-le-monde-à-grande-vitesse, au lieu d’une culture locale de dia­logue et de rela­tion avec la nature. Voi­là la pen­sée décon­nec­tée qui émerge lors­qu’on se concentre sur le cli­mat comme un pro­blème isolé.

Ce livre se ter­mine par un appel à for­mer un mou­ve­ment de masse non-violent, et  à dépen­ser des « tril­lions [de dol­lars] pour payer pour des trans­for­ma­tions socié­tales zéro-car­bone anti-désastres ». Les trans­for­ma­tions exi­gées sont une tran­si­tion vers les éner­gies dites « renou­ve­lables », et la construc­tion de plus d’in­fra­struc­tures. Elles n’ar­rê­te­ront pas le capi­ta­lisme et le chan­ge­ment cli­ma­tique et ne feront qu’empirer la situa­tion. Un mou­ve­ment de masse néces­si­te­rait une foule de gens par­ta­geant à la fois ces objec­tifs et la convic­tion qu’un mou­ve­ment de masse est la manière de faire. Étant don­né les buts conflic­tuels, les com­pro­mis, et l’in­fluence cor­po­ra­tiste qui pèse actuel­le­ment sur le mou­ve­ment pour le cli­mat, il y a peu de chances pour que cela arrive.

Les mou­ve­ments de masse n’u­ti­li­sant que des argu­ments moraux n’ont jamais chan­gé les sys­tèmes de pou­voir par le pas­sé. Le mou­ve­ment mon­dial Occu­py l’a récem­ment illus­tré. Bien que beau­coup ait été accom­pli, le sys­tème capi­ta­liste est tou­jours en place, et il fau­dra bien plus que des mani­fes­ta­tions paci­fiques pour pro­vo­quer son effon­dre­ment. L’in­fra­struc­ture du capi­ta­lisme doit être déman­te­lée phy­si­que­ment, à l’aide d’une diver­si­té de tac­tiques, la culture de domi­na­tion qui légi­time les extrac­tions et l’ex­ploi­ta­tion doit être affron­tée, et rem­pla­cée par des cultures ancrées dans leurs ter­ri­toires éco­lo­giques spé­ci­fiques et valo­ri­sant les rela­tions entre tous les êtres vivants.


Tra­duc­tion : Nico­las CASAUX

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
0
Shares
2 comments
  1. Effec­ti­ve­ment, la par­tie du livre qui pro­pose des « Solu­tions » se foca­lise beau­coup sur la résis­tance popu­laire et l´élaboration de trai­tés inter­na­tio­naux visant à réta­blir la jus­tice « sociale et cli­ma­tique », ce qui ne semble pas en soi suf­fi­sant pour ren­ver­ser un sys­tème obso­lète et destructeur.

    Mais ce livre a tout de même le très grand mérite de débrous­sailler toutes les polé­miques autour du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, ce qui per­met au lec­teur de com­prendre l´origine du mou­ve­ment cli­ma­tos­cep­tique, le rôle de la cor­rup­tion dans les hautes sphères pour favo­ri­ser l´industrie de l´extraction, les effets per­vers du « green washing » et ses consé­quences sur la consom­ma­tion, les ten­ta­tives du sys­tème capi­ta­listes de tirer pro­fit des situa­tions de choc, l´inefficience et les tra­vers du mar­ché du car­bone, les pro­fonds ancrages psy­cho­lo­giques de nos cultures qui empêchent des chan­ge­ments conséquents…

    Per­son­nel­le­ment je trouve que c´est un tra­vail de recherche impres­sion­nant et éclai­rant qui, même s´il n´apporte pas toutes les réponses (mais qui peut s´en van­ter ?), per­met d´y voir plus clair dans un sujet infi­ni­ment plus com­plexe qu´il n´y parait.

    Je suis d´accord avec cette cri­tique sur le fait que le chan­ge­ment cli­ma­tique est un symp­tôme par­mi d´autre résul­tant d´un sys­tème de causes com­plexes et connec­tées entre elles. Dès lors, pour­quoi se foca­li­ser sur le chan­ge­ment cli­ma­tique et pas sur les inéga­li­tés de richesse, le rou­leau-com­pres­seur cultu­rel occi­den­tal, l´appauvrissement des terres arables etc. ? 

    Bon, je met­trai bien ca sur le besoin d´attirer le regard du grand public, en choi­sis­sant la thé­ma­tique la plus média­ti­sée. Mais il me semble qu´aucun des pro­blèmes sous-jacents à la socié­té extrac­ti­viste n´est oublié dans son état des lieux (Même si elle aurait pu don­ner encore plus de poids à son argu­men­ta­tion en évo­quant le déclin des sources pétro­lières bon marché. 

    L´auteure a par­fai­te­ment conscience que le pro­blème va au delà de la concen­tra­tion des GES dans l´atmosphère, d´où la place très impor­tante don­née à l´industrie des com­bus­tibles fos­siles et plus géné­ra­le­ment à la men­ta­li­té extrac­ti­viste, beau­coup plus proches des « causes racines » des maux de la planète ». 

    Si on met fin à l´extractivisme (ou si on le réduit à une por­tion infime de ce qu´il est actuel­le­ment), on abat d´un même coup la prin­ci­pale source de pol­lu­tion et de gas­pillage de l´eau potable, la prin­ci­pale source d´emission de GES, la prin­ci­pale cause d´expropriation des terres aux indi­gènes et habi­tants ruraux, le prin­ci­pal moteur de la crois­sance éco­no­mique, elle même res­pon­sable de la crois­sance expo­nen­tielle de tous les autres pro­blèmes. Ca vaut le coup de ten­ter d´y mettre un coup de pied ! A condi­tion bien sur d´en tirer les lecons au niveau mon­dial et de mettre sur pied des cultures res­pec­tueuses de l´homme et de la nature, diver­si­fiées et humbles.… effec­ti­ve­ment c´est là qu´on reste un peu sur sa fin en lisant Nao­mi Klein. 

    Mais en com­plé­ment, je n´ai encore vu aucun mou­ve­ment aus­si fer­tile, opti­miste et por­teur de solu­tions que celui de Rob Hop­kins (Mou­ve­ment pour la tran­si­tion), qui vaut vrai­ment le coup de s´y inté­res­ser après avoir lu des bou­qins qui vous donnent trop le cafard sur le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’ONU, le philanthrocapitalisme et l’écologisme grand public (par Fabrice Nicolino)

Le texte qui suit est tiré du livre crucial écrit par Fabrice Nicolino, « Un empoisonnement universel : Comment les produits chimiques ont envahi la planète » (Les liens qui libèrent, 2014). Il revient sur la création d'institutions supposément écologistes parmi les plus prestigieuses, et sur les intérêts économiques qui se cachent insidieusement derrière. Il complète bien le précédent article publié sur notre site, une traduction d'un texte du chercheur australien Michael Barker, qui traite à peu près du même sujet. Ils permettent de comprendre pourquoi il est illusoire de compter sur les institutions dominantes pour sauver quoi que ce soit (à l'exception de la civilisation industrielle).