« La décroissance doit être une lutte révolutionnaire » (un entretien avec Max Wilbert)

Une inter­view d’un cama­rade états-unien de l’or­ga­ni­sa­tion Deep Green Resis­tance, co-auteur, avec Lierre Keith et Der­rick Jen­sen, d’un livre, inti­tu­lé Bright Green Lies (Les Grands men­songes verts), qui sor­ti­ra bien­tôt aux USA.


Nico­las Casaux : La der­nière mode, dans la sphère éco­lo­gique grand public au Qué­bec, c’est ce « pacte pour la tran­si­tion ». À mes yeux, il résume bien l’écologie grand public. C’est une sorte de plai­doyer en faveur des douches courtes (réfé­rence à l’essai de Der­rick Jen­sen), basé sur une croyance naïve en la pos­si­bi­li­té pour la civi­li­sa­tion indus­trielle de deve­nir « verte », notam­ment grâce au « déve­lop­pe­ment durable », et éga­le­ment une croyance naïve en l’idée qu’un jour, nos diri­geants, l’État, sau­ve­ront la situa­tion. Qu’en penses-tu ?

Max Wil­bert : Du vent, comme toutes les solu­tions grand public.

Dans les années 1960, le capi­ta­lisme s’est sen­ti mena­cé par les mou­ve­ments popu­laires, il y avait comme un air de révo­lu­tion. Le capi­ta­lisme s’est adap­té. Pour cela, il a, entre autres choses, créé le sys­tème des orga­ni­sa­tions à but non lucra­tif afin d’absorber et de désa­mor­cer la résis­tance. Les groupes comme le Sier­ra Club, 350.org, WWF, The Nature Conser­van­cy (et beau­coup d’autres) dis­posent de bud­gets qui se chiffrent en mil­lions de dol­lars, voire en mil­liards. Ce finan­ce­ment pro­vient sou­vent de grosses fon­da­tions ; en d’autres termes, des riches, aux­quels cela per­met de blan­chir leur argent. Ain­si, ils redi­rigent les mou­ve­ments vers de soi-disant « solu­tions » qui ne sont qu’autant de dis­trac­tions. Bien sûr, dans quelques cas, leurs « solu­tions » semblent par­tiel­le­ment s’attaquer au pro­blème, mais elles ne sont pro­mues que parce qu’elles sont lucratives.

Voi­là pour­quoi nous voyons un mou­ve­ment mas­sif encou­ra­ger le « 100 % renou­ve­lable ». Les renou­ve­lables sont très lucra­tives. Mais rien n’indique qu’elles per­mettent de faire dimi­nuer les émis­sions de dioxyde de car­bone. Il suf­fit de regar­der les ten­dances. Plus les « renou­ve­lables » sont déployées, plus les émis­sions aug­mentent. Et ce parce qu’il est impos­sible d’extraire de la pro­duc­tion éner­gé­tique du sys­tème crois­san­ciste et capi­ta­liste. Plus d’énergie, c’est plus d’argent, et cela nour­rit la crois­sance de l’économie (ain­si que celle de la popu­la­tion, l’ouverture de nou­veaux mar­chés, les prêts, et d’autres méca­nismes dont le capi­ta­lisme se sert pour croître).

Ces mou­ve­ments ne sont pas vrai­ment popu­laires — issus d’en bas. Ils ont été créés et finan­cés par des inves­tis­se­ments mas­sifs — des mil­liards — de dons et de finan­ce­ments cor­po­ra­tistes. Cette pro­pa­gande par­vient à faire croire à des mil­lions de gens, tout autour du globe, que les éner­gies renou­ve­lables et les « tech­no­lo­gies vertes » vont sau­ver la situa­tion. Et pour­tant rien ne per­met de l’affirmer. Et tout sug­gère plu­tôt l’inverse.

Sachant que nous avons bat­tu de nou­veaux records en 2016, 2017, et que nous allons en battre un nou­veau en 2018 (et ain­si de suite).

C’est éga­le­ment pour cela qu’on observe cette ten­dance à se concen­trer sur les chan­ge­ments de style de vie. Bien sûr, nous devrions tous essayer de faire des choix moraux. Mais « achète ou n’achète pas », c’est l’essence même du sys­tème capi­ta­liste. Si cela consti­tue votre seule arme, alors vous ne mena­cez en rien le sta­tu quo. Ces orga­ni­sa­tions demandent aux indi­vi­dus de faire des efforts, mais ne dénoncent jamais l’existence même de l’Empire [la civi­li­sa­tion indus­trielle]. Elles n’interrogent jamais (ni ne menacent) les sys­tèmes de pou­voir qui détruisent la pla­nète. Au lieu de quoi elles se bornent à pro­mou­voir leur chan­ge­ment déri­soire. Et je dis cela en tant que per­sonne qui se nour­rit aus­si éco­lo­gi­que­ment que pos­sible, qui conduit très peu, qui vit dans un petit cha­let dans les bois, qui chasse et col­lecte sa propre nour­ri­ture, etc.

Que pro­po­se­rais-tu à ceux qui veulent stop­per la des­truc­tion éco­lo­gique en cours, à la place de ce pacte ?

Ce pacte recon­naît que les chan­ge­ments per­son­nels sont insuf­fi­sants pour résoudre nos pro­blèmes éco­lo­giques. C’est déjà ça. Néan­moins, il fait confiance aux gou­ver­ne­ments, aux ins­ti­tu­tions exis­tantes en deman­dant qu’elles adoptent « les lois et les actions for­çant le res­pect de nos enga­ge­ments cli­ma­tiques ». Même si ces ins­ti­tu­tions adop­taient ces enga­ge­ments — qui sont ter­ri­ble­ment inadé­quats —, rien ne nous indique qu’il soit judi­cieux de croire qu’elles tien­draient leurs pro­messes, au contraire.

Nous sommes actuel­le­ment par­tis pour dépas­ser les 4° C de réchauf­fe­ment d’ici 2100, et bien plus après 2100. En d’autres termes, la situa­tion est pire que ce que pré­voient tous les scé­na­rios du GIEC. Kyo­to, Copen­hague, Paris — tout cela n’a ni inver­sé ni même frei­né ces ten­dances. Il existe une véri­table pos­si­bi­li­té pour que cette culture détruise plus de 90 % des espèces de la pla­nète, la nôtre y com­pris. D’ailleurs, c’est vers cet hori­zon que nous nous diri­geons. Chaque jour, entre 150 et 200 espèces sont pré­ci­pi­tées vers l’extinction.

Ces des­truc­tions et émis­sions de gaz à effet de serre sont indis­so­ciables de la struc­ture de l’Empire moderne, dont le fonc­tion­ne­ment conver­tit fré­né­ti­que­ment le monde vivant en mar­chan­dises inertes. Le réchauf­fe­ment cli­ma­tique n’est qu’un effet secon­daire de ce pro­ces­sus. Si nous vou­lons avoir la moindre chance de sau­ver cette pla­nète, nous devons ces­ser de nous concen­trer uni­que­ment sur le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Nous devons ces­ser de deman­der aux gou­ver­ne­ments de nous sau­ver. Nous devons ces­ser de croire aux solu­tions tech­no­lo­giques que pro­pose le capi­ta­lisme. Et nous devons réa­li­ser à quel point la situa­tion est grave. Nous nous diri­geons vers un fas­cisme glo­ba­li­sé, une guerre totale, une sur­veillance ubi­qui­taire, un patriar­cat et un racisme nor­ma­li­sés, une crise des réfu­giés per­ma­nente, des pénu­ries d’eau et de nour­ri­ture, et un effon­dre­ment écologique.

Nous devons construire des mou­ve­ments sérieux pour déman­te­ler le capi­ta­lisme mon­dia­li­sé. Tout ce qui s’inscrit dans cette optique est utile. Cepen­dant, je ne vois aucun moyen d’y par­ve­nir sans recou­rir à l’usage de la force. Les meilleures méthodes dont nous dis­po­sons reposent sur la for­ma­tion de petites uni­tés très mobiles en mesure de s’attaquer aux points névral­giques de l’infrastructure indus­trielle mon­dia­li­sée (trans­port, com­mu­ni­ca­tion, finance, éner­gie, etc.) afin de la détruire, dans le but d’entraîner une « défaillance en cas­cade des sys­tèmes ». L’économie mon­dia­li­sée est vul­né­rable à ce type d’attaque pré­ci­sé­ment à cause de son carac­tère mon­dia­li­sé — hau­te­ment inter­con­nec­tée, inter­dé­pen­dante. En choi­sis­sant les bonnes cibles et en les met­tant hors d’état de nuire, tout le sys­tème pour­rait s’effondrer.

Il ne s’agit mani­fes­te­ment pas d’une solu­tion miracle qui règle­rait tous nos pro­blèmes. Mais il faut bien réa­li­ser que l’on fait face à la des­truc­tion de la pla­nète, notre seule mai­son. Face à cela, des mesures déses­pé­rées deviennent envi­sa­geables. Cette stra­té­gie pour­rait nous offrir le temps et l’espace néces­saire pour que nous puis­sions nous atta­quer aux autres pro­blèmes en édi­fiant des socié­tés sou­te­nables et justes dans les cendres de leur Empire mon­dia­li­sé de des­truc­tions et de violences.

Tu écris des enga­ge­ments du pacte qu’ils sont « ter­ri­ble­ment inadé­quats », peux-tu préciser ?

Eh bien, ce pacte fait spé­ci­fi­que­ment réfé­rence aux enga­ge­ments du type de ceux de l’accord de Paris. Or cet accord était insi­gni­fiant. Il ne suf­fi­sait pas à limi­ter le réchauf­fe­ment à 2°, et encore moins à 1,5°. Nous sui­vons les tra­jec­toires des pires scé­na­rios. Nous avons récem­ment dépas­sé le « bud­get car­bone » pour le 1,5° éta­bli par le GIEC. En outre, la science est intrin­sè­que­ment conser­va­trice. J’ai écrit à ce sujet, qui est cru­cial et sou­vent igno­ré. Une méta-étude cli­ma­to­lo­gique de 2010 mon­trait que « les nou­velles décou­vertes scien­ti­fiques sont […] 20 fois plus sus­cep­tibles d’indiquer que la per­tur­ba­tion du cli­mat mon­dial est ‘pire que pré­vu’ que ‘moins pire que pré­vu’ ». Il est très pos­sible que la situa­tion soit encore pire que ce que nous croyons.

Un groupe de cli­ma­to­logues renom­més a décrit l’accord de Paris comme de « faux espoirs ». Ce que nous consta­tons. Et pour­tant l’accord de Paris n’est même pas res­pec­té. Aucune nation ne res­pecte ses enga­ge­ments. Et cela n’a rien d’étonnant. Ce n’est pas un cas iso­lé. Chaque trai­té cli­ma­tique inter­na­tio­nal a pareille­ment échoué à ces deux niveaux fon­da­men­taux. D’abord, les objec­tifs sont insuf­fi­sants pour empê­cher le désastre. Ensuite, ces objec­tifs ne sont même pas atteints.

Cela s’explique par le fait que ces confé­rences ne sont pas réel­le­ment orga­ni­sées pour résoudre nos pro­blèmes. Elles consti­tuent plu­tôt un théâtre poli­tique visant à obte­nir un sou­tien mas­sif en faveur des entre­prises qui construisent les éoliennes, les pan­neaux solaires, les réseaux élec­triques, les bar­rages, les voi­tures élec­triques, etc. Ces ras­sem­ble­ments sont des évè­ne­ments inter­na­tio­naux mas­sifs, un peu comme les conven­tions de l’OMC, lors des­quels les ONG, les cor­po­ra­tions et les poli­ti­ciens peuvent dis­cu­ter et faire affaire.

Si j’étais un éco­lo­giste lamb­da, je ne com­pren­drais pas pour­quoi « les éoliennes, les pan­neaux solaires, les réseaux élec­triques, les bar­rages, les voi­tures élec­triques, etc. » sont une mau­vaise chose, et je répon­drais que si les objec­tifs sont inadé­quats, alors nous devrions deman­der à nos diri­geants, à nos gou­ver­ne­ments, d’établir des objec­tifs adé­quats. Pour­quoi les « éoliennes, etc. » ne sont-elles pas une bonne chose, et à quoi res­sem­ble­raient des objec­tifs adéquats ?

Pour com­prendre cela, il faut com­prendre com­ment fonc­tionne l’économie mon­dia­li­sée. Elle repose sur la pro­duc­tion d’énergie. Plus il y a d’énergie dis­po­nible, plus il y a de crois­sance. Cela fait des mil­liers d’années que la quan­ti­té totale d’énergie consom­mée par la civi­li­sa­tion aug­mente. Elle a explo­sé avec l’utilisation du char­bon, du pétrole et du gaz. Mais les civi­li­sa­tions pré­cé­dentes brû­laient de plus en plus de bois et obte­naient de plus en plus d’énergie hydrau­lique pour les mou­lins, etc.

Les pan­neaux solaires, les éoliennes et les autres formes d’énergie « renou­ve­lable » peuvent être consi­dé­rés comme une réponse au pic pétro­lier. Tout le pétrole, le char­bon et le gaz faci­le­ment exploi­tables a déjà été brû­lé. (Mal­heu­reu­se­ment pour tout le vivant, il en reste encore beau­coup — mais il coûte cher et est dan­ge­reux à extraire). Cela signi­fie que pour conti­nuer à aug­men­ter la pro­duc­tion totale d’énergie, de nou­velles méthodes sont néces­saires. D’où toutes ces formes non conven­tion­nelles de pétrole, comme le pétrole des sables bitu­mi­neux, le schiste bitu­mi­neux, la frac­tu­ra­tion, le forage en arc­tique, et ain­si de suite.

C’est aus­si pour­quoi nous assis­tons à cette explo­sion des indus­tries du solaire et de l’éolien. Les pro­mo­teurs de ces tech­no­lo­gies aiment par­ta­ger les unes sur les coûts de l’électricité solaire qui tom­be­raient plus bas que ceux du char­bon dans cer­taines régions, par exemple. Et à cause de tout cela, les cor­po­ra­tions s’y engouffrent allè­gre­ment. Des éner­gies « renou­ve­lables » ali­mentent les data cen­ters d’Apple, les usines d’Intel, les chaînes de pro­duc­tion de Ford et les maga­sins Wal-Mart. Même l’armée des États-Unis inves­tit mas­si­ve­ment dans les « éner­gies vertes » pour ses bases et ses avant-postes.

Les gens comme Bill McKib­ben et Mark Z. Jacob­son consi­dèrent cela comme un grand suc­cès. Mais le fait est que ce boom du solaire et de l’éolien ne fait pas dimi­nuer les émis­sions de GES. En regar­dant cer­taines régions iso­lé­ment, il est pos­sible de noter quelques dimi­nu­tions. Mais la plu­part d’entre elles sont le fruit de pra­tiques de comp­ta­bi­li­té mal­hon­nêtes. En outre, et c’est là l’important, il est inutile de consi­dé­rer des émis­sions locales ou régio­nales dans le cadre d’une éco­no­mie mon­dia­li­sée, inter­con­nec­tée. Quelle impor­tance que l’Allemagne ait dimi­nué ses émis­sions si elle importe tous ses pan­neaux solaires depuis la Chine (le pre­mier pol­lueur mon­dial, en rai­son de son sta­tut d’usine des pays riches et de super­puis­sance en déve­lop­pe­ment) et si elle exporte des mil­lions de voi­tures neuves dans le monde entier ?

Mais les émis­sions mon­diales de GES conti­nuent d’augmenter. Ces pré­ten­tions de dimi­nu­tions des émis­sions de GES loca­li­sées peuvent donc être consi­dé­rées comme une forme de « blan­chi­ment du car­bone », qui per­met aux pays riches de pré­tendre qu’ils sauvent le monde tout en conti­nuant de pro­fi­ter de leurs colo­nies éco­no­miques. Si aupa­ra­vant ils impor­taient des esclaves, désor­mais ils exportent des émis­sions de car­bone. Tout cela fait par­tie du théâtre poli­tique de l’Empire mondialisé.

Cela a d’ailleurs été quan­ti­fié par un socio­logue, Richard York, qui a mon­tré com­ment le déploie­ment des éner­gies dites « vertes » ne sup­plante pas l’utilisation des com­bus­tibles fos­siles. En d’autres termes, lorsqu’ils construisent un parc éolien, ils ne ferment pas de cen­trale au char­bon, ils ne cessent pas d’exploiter tel ou tel gise­ment pétro­li­fère. Les nou­velles pro­duc­tions d’énergies s’ajoutent sim­ple­ment aux anciennes [ce que l’historien Jean-Bap­tiste Fres­soz, en France, s’évertue à rap­pe­ler]. Et on en revient à la crois­sance. Parce qu’il s’agit d’une for­mi­dable oppor­tu­ni­té de crois­sance pour les capi­ta­listes, qui s’extasient devant les sub­ven­tions publiques mas­sives qui se pro­filent en faveur des éner­gies « renou­ve­lables », sans par­ler des voi­tures élec­triques, etc.

Et ça continue.

Les éner­gies dites « vertes » ne nous aident donc pas. Les tech­no­lo­gies dites « vertes » ne résolvent rien. Ceux qui pré­tendent autre­ment fantasment.

Et, mal­heu­reu­se­ment, beau­coup conti­nuent de croire en ces men­songes, en rai­son de la pro­pa­gande mas­sive qui carac­té­rise le dis­cours concer­nant le chan­ge­ment cli­ma­tique et les soi-disant « solu­tions ». Tous les médias soi-disant éco­lo­gistes grand public, tous les médias libé­raux grand public pro­meuvent les éner­gies vertes comme l’assurance du salut. Parce qu’ils n’envisagent ou n’osent pas remettre en ques­tion l’Empire mon­dia­li­sé lui-même. L’idée que ce mode de vie prenne fin leur est insup­por­table. Ou, plus pré­ci­sé­ment, impensable.

Par ailleurs, il serait absurde d’y cher­cher du ration­nel. Mon ami Der­rick Jen­sen dit sou­vent que la culture domi­nante est ani­mée par « une pul­sion de mort, une pul­sion de des­truc­tion du vivant ». L’auteur Richard Powell l’explique dif­fé­rem­ment, en écri­vant que « les rai­sons der­rière toute cette “déré­gu­la­tion” ne sont pas prin­ci­pa­le­ment éco­no­miques. N’importe quelle comp­ta­bi­li­té ration­nelle mon­tre­rait que la somme de ces mesures implique des coûts externes qui dépassent lar­ge­ment tous les béné­fices escomp­tés. (Saviez-vous que le prin­ci­pal tueur du monde est la pol­lu­tion ? Et cela sans comp­ter les morts pré­ma­tu­rées liées au chan­ge­ment cli­ma­tique.) La pro­pen­sion à sup­pri­mer toutes les régu­la­tions éco­lo­giques semble sur­tout psy­cho­lo­gique. Il s’agit du pro­duit d’une volon­té de domi­na­tion totale, qui s’exprime dans la hié­rar­chie des valeurs que George Lakoff qua­li­fie de “pater­na­lisme aus­tère”, qui place les hommes au-des­sus des femmes, les Blancs au-des­sus des mino­ri­tés, les États-Unis au-des­sus de tous les autres pays, et les humains au-des­sus des autres créa­tures vivantes. »

Et ce n’est pas parce que c’est psy­cho­lo­gique que ce n’est pas réel. Le monde est actuel­le­ment diri­gé par des gens qui consi­dèrent l’argent et le pou­voir comme des dieux, qui sont lit­té­ra­le­ment fous, mais qui contrôlent des puis­sances immenses, et qui s’en servent dans le monde réel. Ils concré­tisent phy­si­que­ment leur idéo­lo­gie vio­lente et démentielle.

Quand tu écris : « l’idée que ce mode de vie prenne fin leur est insup­por­table », tu fais réfé­rence au mode de vie indus­triel moderne ? Et pour­tant il s’agit de la seule option que nous avons, c’est ça ? L’abandon du mode de vie indus­triel, high-tech, moderne et le retour à des — ou l’invention de nou­velles formes de — modes de vie à taille humaine et low-tech ? Parce que, je ne sais pas aux États-Unis, mais en France et en Europe nous avons un cou­rant éco­so­cia­liste qui ima­gine qu’il est pos­sible d’associer la décrois­sance à une sorte d’industrialisme vert, de déve­lop­per les éner­gies « renou­ve­lables » ET de déman­te­ler et d’abandonner les exploi­ta­tions de com­bus­tibles fos­siles, d’abolir ou de dras­ti­que­ment dimi­nuer l’utilisation de la voi­ture élec­trique et de pro­mou­voir les trans­ports publics, de recou­rir au trans­port fer­ro­viaire élec­trique plu­tôt qu’au trans­port auto­rou­tier par camions, et ain­si de suite, en bref de ratio­na­li­ser le désastre indus­triel, démo­cra­ti­que­ment, et de le rendre « vert »/soutenable. Qu’en dis-tu ?

J’ai de la sym­pa­thie pour les socia­listes décrois­sants. Sur beau­coup de points, je suis d’accord avec nombre d’entre eux, et notam­ment avec les éco­so­cia­listes révo­lu­tion­naires. Et j’apprécie de dis­cu­ter avec eux. Je pense qu’il est phy­si­que­ment pos­sible de mettre en place un modèle socié­tal décrois­sant dans lequel l’immense majo­ri­té de la consom­ma­tion serait sup­pri­mée. Seule­ment, il n’y a stric­te­ment aucune volon­té poli­tique qui va dans ce sens, c’est pour­quoi la décrois­sance doit être une lutte révo­lu­tion­naire. Le réfor­misme et la poli­tique élec­to­rale n’aboutiront jamais à une décrois­sance volontaire.

Mais c’est une erreur de pen­ser que le déve­lop­pe­ment des « renou­ve­lables » est pos­sible dans une socié­té décrois­sante. Les renou­ve­lables sont, sans excep­tion, dépen­dantes des com­bus­tibles fos­siles. Pre­nons l’exemple des éoliennes. Leurs pales sont faites de plas­tique à par­tir du pétrole. L’acier qui les com­pose est pro­duit à l’aide de quan­ti­tés mas­sives de coke, qui est une forme de char­bon. L’industrie de l’acier est une des indus­tries les plus toxiques au monde, et pour­tant elle est cru­ciale pour les éoliennes et beau­coup d’autres tech­no­lo­gies « vertes ». Les éoliennes sont lubri­fiées à l’aide de pétrole. Chaque éolienne néces­site des cen­taines de litres de lubri­fiant. D’ailleurs, Exxon Mobil pos­sède une divi­sion spé­cia­li­sée dans les lubri­fiants pour éoliennes. Les éoliennes sont trans­por­tées grâce à des camions dépen­dants des com­bus­tibles fos­siles, mises debout grâce à des grues qui car­burent au die­sel, encas­trées dans leurs fon­da­tions en béton (un maté­riau dont la pro­duc­tion est très éner­gi­vore), dont les fosses ont été exca­vées par des machines qui car­burent elles aus­si au die­sel. Et ain­si de suite.

Même chose pour le solaire. Où se pro­duisent les extrac­tions de sili­cium ? Extrac­tions qui requièrent des camions-bennes mas­sifs qui englou­tissent des litres de die­sel par minute. En outre, la plu­part des pan­neaux sont fabri­qués en Chine, et donc expé­diés dans les immenses car­gos du trans­port mari­time, qui consti­tuent une source colos­sale de pol­lu­tion et d’émissions de CO2.

Sans par­ler des pro­blèmes liés à l’eau, à diverses pol­lu­tions, à l’exploitation sala­riale, sans par­ler des pro­blèmes éco­no­miques. Une usine de pro­duc­tion de pan­neaux solaires coûte près de 100 mil­lions de dol­lars. En d’autres termes, il est impos­sible de rendre cette tech­no­lo­gie « convi­viale », démo­cra­tique (contrô­lable par des com­mu­nau­tés à taille humaine). Ces tech­no­lo­gies requièrent une éco­no­mie mon­dia­li­sée et des inves­tis­se­ments de capi­taux mas­sifs. Et tout cela dépend du pétrole.

Les socia­listes décrois­sants devraient s’efforcer d’être plus réa­listes sur ces ques­tions. Nous vivons sur une pla­nète finie. L’histoire de l’industrialisme fait bien res­sor­tir ces limites. La pro­duc­tion d’acier n’est pas sou­te­nable. Ni la pro­duc­tion d’aucun autre des maté­riaux qui sont cru­ciaux pour ces tech­no­lo­gies « vertes ». Il ne s’agit pas d’une idée, mais de la réa­li­té physique.

Une socié­té high-tech, éco­lo­giste et post-capi­ta­liste, c’est un fan­tasme. Il nous faut com­prendre ce qui est sou­te­nable, et ce qui ne l’est pas. Les usines ne sont pas des tech­niques sou­te­nables, qu’elles pro­duisent des 4x4 ou des bus élec­triques. La pro­duc­tion indus­trielle d’électricité n’est pas sou­te­nable. J’ai orga­ni­sé un évè­ne­ment il y a des années, avec la chef Caleen Sis, de la tri­bu des Win­ne­mem Win­tu. Elle a gran­di sans élec­tri­ci­té sur des terres indiennes, et elle nous a rap­pe­lé que « l’électricité est une com­mo­di­té. On peut vivre sans élec­tri­ci­té, on ne peut pas vivre sans de l’eau propre. » J’ai bien étu­dié le sujet et je ne vois aucun moyen de pro­duire de l’électricité, sur le long terme, sans empoi­son­ner l’eau et détruire les sols.

Les scien­ti­fiques et les tech­no­pro­phètes peuvent fan­tas­mer tant qu’ils veulent sur les éner­gies « vertes » et sur un futur « renou­ve­lable », mais lorsqu’on ana­lyse le cycle de vie com­plet de ces tech­no­lo­gies, on se rend compte qu’elles ne sont pas dif­fé­rentes des autres atro­ci­tés qui détruisent la pla­nète. Je ne crois donc pas que la tech­no­lo­gie nous sau­ve­ra. Le meilleur scé­na­rio que je puisse ima­gi­ner, c’est une révo­lu­tion qui abou­ti­rait au déman­tè­le­ment du capi­ta­lisme. Pour cela, nous devons sans relâche nous atte­ler à par­ta­ger et échan­ger des connais­sances sur la réa­li­té des limites éco­lo­giques et sur ce que nous allons devoir faire.

Toute socié­té de masse pré­sente des carac­té­ris­tiques qui, par défi­ni­tion, l’empêcheront tou­jours d’être sou­te­nable, éga­li­taire. Il est trop facile d’externaliser la des­truc­tion. Loin des yeux, loin du cœur. Il suf­fit de consi­dé­rer le tra­vail dans les ate­liers clan­des­tins, les extrac­tions minières, et ain­si de suite. Et il est trop simple pour des élites de s’emparer de l’appareil poli­tique. Il s’agit de ce que les 8 000 der­nières années nous enseignent. Il s’agit de l’histoire de l’Empire.

Si nous aspi­rons à vivre dans une socié­té éga­li­taire, nous devons réa­li­ser qu’elle devra prendre la forme de com­mu­nau­tés locales auto­nomes. L’expérience de confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique dans le nord de la Syrie est inté­res­sante en la matière. Les confé­dé­ra­tions per­mettent aux com­mu­nau­tés de col­la­bo­rer, d’échanger, de se pro­té­ger mutuel­le­ment des groupes expan­sion­nistes, et bien d’autres choses. Mais elles pré­servent l’autonomie locale et res­pectent la prise de déci­sion éga­li­taire qui sont essen­tielles pour la soutenabilité.

Nous devons rem­pla­cer la socié­té glo­ba­li­sée des États-nations par des mil­liers de com­mu­nau­tés hyper-loca­li­sées, res­pec­tueuses des limites du monde natu­rel. Ces socié­tés post-capi­ta­listes ne renon­ce­ront sans doute pas entiè­re­ment à l’électricité et aux faci­li­tés modernes. Nous n’avons pas à reje­ter toutes les avan­cées scien­ti­fiques et tech­no­lo­giques des 10 000 der­nières années [pour reprendre la dis­tinc­tion de Lewis Mum­ford, les tech­niques auto­ri­taires doivent être pros­crites, mais les tech­niques, inven­tions et tech­no­lo­gies démo­cra­tiques peuvent être gar­dées, NdT]. Il est plus pro­bable que ces socié­tés par­viennent à tirer par­ti d’un petit sys­tème de géné­ra­tion d’électricité construit à par­tir des restes de l’Empire plu­tôt qu’elles béné­fi­cient d’usines de pro­duc­tion de pan­neaux solaires. La tech­no­lo­gie indus­trielle va finir par disparaitre.

Nous avons, en France, un cou­rant de plus en plus en vogue, appe­lé la col­lap­so­lo­gie, essen­tiel­le­ment com­po­sé d’individus qui com­prennent que l’effondrement de la civi­li­sa­tion indus­trielle est iné­luc­table, mais qui sont prin­ci­pa­le­ment concer­nés par la « rési­lience » (émo­tion­nelle et maté­rielle), par faire en sorte qu’eux et leurs com­mu­nau­tés soient plus rési­lients, par l’élaboration d’une poli­tique natio­nale visant à tra­ver­ser et à pré­pa­rer l’après de l’effondrement, mais pas à com­battre l’Empire, pas à com­battre pour le vivant. Qu’en penses-tu ?

Il s’agit d’une posi­tion mora­le­ment condam­nable. La seule manière de jus­ti­fier le fait de ne pas vou­loir com­battre l’Empire, c’est de vous iden­ti­fier à lui. L’une des pre­mières choses que nous devrions faire, c’est de déco­lo­ni­ser nos esprits, et cela consiste en grande par­tie à défaire cette sujé­tion psy­cho­lo­gique qui nous lie à l’Empire et à tous ses com­po­sants : ses faci­li­tés modernes, sa culture, ses sys­tèmes ali­men­taires, etc. Une fois que l’on aban­donne la peur que l’on peut res­sen­tir — étant don­né que ces sys­tèmes contrôlent nos vies —, il devient facile de voir qu’ils détruisent la planète.

Alors il nous faut aller plus loin — et c’est ce que beau­coup oublient. Nous devons prê­ter allé­geance à la pla­nète vivante. Nous iden­ti­fier au monde plus qu’humain. Et nous pou­vons le faire de mul­tiples façons. Au niveau élé­men­taire, il s’agit de com­prendre que nous dépen­dons phy­si­que­ment d’une eau propre, d’un air pur, d’un sol sain, etc. Toutes choses que seule une com­mu­nau­té bio­tique en bonne san­té garantit.

Mais n’avoir qu’une com­pré­hen­sion de ces besoins phy­siques est dan­ge­reux. Cela peut mener à l’utilitarisme. Ce qu’on voit dans les idées comme celle des « ser­vices éco­sys­té­miques », qui visent à quan­ti­fier, à mettre une valeur en dol­lars sur l’eau propre, et ain­si de suite. Le pro­blème, c’est que cette valeur en dol­lars peut se retour­ner contre vous, par exemple lorsque la valeur éco­no­mique de l’industrie la dépasse. En recou­rant à ce lan­gage capi­ta­liste, uti­li­taire, on se plie à une de leurs pré­misses fon­da­men­tales : l’idée selon laquelle le fac­teur éco­no­mique est ce qui prime.

Nous devons aller plus loin, dans le spi­ri­tuel. L’animisme consi­dère que la Terre, les mon­tagnes, les rivières, les nuages, les tem­pêtes, etc., sont consti­tués d’esprits, et vivants. Des croyances de cet ordre sont par­ta­gées par de nom­breux peuples autoch­tones, dans le monde entier. On le com­prend faci­le­ment. Il s’agit d’un trait adap­ta­tif. Pour sur­vivre sur le long terme, pour vivre sur une terre sans la détruire, les humains ont besoin d’un récit qui leur enseigne le respect.

Vous pou­vez sans doute par­ve­nir à un état d’esprit simi­laire de dif­fé­rentes manières. Pour moi, que l’on consi­dère le monde comme un ensemble d’atomes auto-orga­ni­sés en êtres, com­mu­nau­tés, pay­sages, au tra­vers de mil­liards de réac­tions chi­miques très com­plexes, ou qu’on le consi­dère comme ani­mé par des esprits, le sen­ti­ment d’émerveillement est immense.

Nous vivons dans un monde d’une beau­té incroyable, au sein d’un grand Mys­tère. J’aime la pla­nète. J’aime mes amis et ma com­mu­nau­té humaine. J’aime les chênes devant ma fenêtre. J’aime la prai­rie qu’il y a der­rière. J’aime les che­vreuils, les dindes sau­vages, les cam­pa­gnols, et les fleurs du prin­temps. J’aime le ruis­seau sai­son­nier d’à côté. J’aime les forêts sem­per­vi­rentes des mon­tagnes. J’aime le lit­to­ral, et les créa­tures qu’on y croise. Il ne s’agit pas de sen­ti­ments abs­traits. Il s’agit de véri­tables com­mu­nau­tés avec les­quelles j’ai une relation.

Et qui sont assas­si­nées. Dans ma région, aux États-Unis, au cœur de l’Empire, on observe de la défo­res­ta­tion, des extrac­tions minières, des épan­dages de pes­ti­cides, des construc­tions de routes, du « déve­lop­pe­ment » immo­bi­lier, et bien d’autres choses. Rien d’ex­cep­tion­nel, le sys­tème éco­no­mique de l’Empire ravage cette région len­te­ment mais sûre­ment, ce qu’il fait par­tout. C’est bien pire ailleurs, par-delà les fron­tières, dans les colo­nies éco­no­miques. Et à tout cela s’ajoutent les menaces exis­ten­tielles du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, de l’anéantissement nucléaire, de l’empoisonnement uni­ver­sel, et ain­si de suite.

Non pas que la mort soit un pro­blème en elle-même. Je chasse, je récolte des plantes, j’ôte la vie, mais je le fais res­pec­tueu­se­ment, en m’assurant de pré­ser­ver la san­té de la com­mu­nau­té dont je par­ti­cipe. Ce qui n’est pas com­pa­rable avec le com­por­te­ment de l’Empire. Encore une fois, la civi­li­sa­tion est une culture pos­sé­dée par une pul­sion de mort, de des­truc­tion du vivant. Une fois que l’on com­prend cela, et qu’on aime le monde, ne pas com­battre devient impensable.

Lorsque j’entends des gens qui com­prennent l’effondrement, mais qui ne veulent pas com­battre l’Empire, je res­sens de la pitié et de la colère. Ils ne doivent pas vrai­ment aimer le monde. Mais ils ne sont pas néces­sai­re­ment une cause per­due. Cer­tains peuvent chan­ger leurs croyances, leur état d’esprit et, plus impor­tant, leurs actions. Cela dit, une fois qu’ils sont endoc­tri­nés par une cer­taine vision du monde, la plu­part des gens ne changent pas.

Je suis d’accord avec ces gens sur le fait que devons avoir plus de rési­lience indi­vi­duelle et col­lec­tive. Mais pas sim­ple­ment pour notre sur­vie, ce qui serait fina­le­ment égoïste. Si nous devons le faire, c’est afin d’asseoir notre résis­tance sur des fon­da­tions solides. Nous avons besoin d’un chan­ge­ment révo­lu­tion­naire, pas du survivalisme.

Print Friendly, PDF & Email
Total
25
Shares
12 comments
  1. Je crois que c’est un peu réduire le mou­ve­ment de la col­lap­so­lo­gie que de dire qu’ils cherchent une rési­lience sur­vi­va­liste et non pas pour atta­quer l’empire. Dans des ouvrages que j’ai pu lire, le but est de créer cette rési­lience pour sor­tir de l’Em­pire, le com­battre en le vidant de sa sub­stance, en quelques sortes. Mais jus­te­ment ils veulent com­battre cette envie de sur­vi­va­lisme brute pour vivre en com­mu­nions avec la Terre.
    Enfin c’est ce que moi j’en ai com­pris. Et en lisant leurs articles je ne vois pas de dif­fé­rence avec ce qui est expo­sé ici. Je crois que l’on essaye d’op­po­ser des « mou­ve­ments » et des « idéo­lo­gies » là où il n’y a pas lieu d’être. Peut-être encore, une mau­vaise manie à déconstruire.

    1. Je rejoins entiè­re­ment Smo­kor quant aux ana­lyses et aux divers che­mi­ne­ments des collapslogues.
      Même si cet échange est riche et que l’on y retrouve une ana­lyse déjà connue sur l’Em­pire, il reste mal­heu­reu­se­ment assez cari­ca­tu­ral dans sa façon de seg­men­ter les groupes. Sans doute une façon récur­rente de se ras­su­rer d’ap­par­te­nir jus­te­ment au bon groupe. Comme si nous étions dans une com­pé­ti­tion où il devra y avoir un vain­queur. L’hu­main, même asser­vi, sera tou­jours en per­pé­tuelle évo­lu­tion. Il serait donc selon moi plus per­ti­nent d’être un peu moins condes­cen­dant, sur­tout qu’i­ci bas qui détient la véri­té et la solu­tion ? Max Wil­bert ? Nico­las Casaux ?
      Tra­ves­tir les idées et les pro­pos, qui ne sont que des étapes vers fina­le­ment une envie com­mune, n’ap­por­te­ra rien sauf d’as­sou­vir une soif de Mad Max.

  2. Notre impact éco­lo­gique (pays déve­lop­pés) doit être divi­ser au mini­mum par 10, or les gou­ver­ne­ments n’ap­pliquent qu’un placebo.
    Toutes les pro­duc­tions d’éner­gies vertes, ne sont que des doping de la sur­con­som­ma­tion qu’on ne veut pas arrê­ter, pour des rai­sons pure­ment éco­no­miques, car on a déi­fié l’argent jus­qu’au sectarisme.
    https://lejustenecessaire.wordpress.com/
    Ce blog montre que le CO2 n’est que le pre­mier symp­tôme d’une éco­no­mie de crois­sance impos­sible (même verte).
    Il y a 36 pos­si­bi­li­tés de frei­ner, mais il est néces­saire de freiner.

  3. Salut

    dans cette inter­view, il y a un appel au sabo­tage des infra­struc­tures névral­gique du capi­ta­lisme pour le faire tom­ber. Ceci demandes des moyens colos­saux, une coor­di­na­tion dis­crète, et une action ultra-rapide car c’est tout les états du monde qui vont se liguer pour contrer ceci. Ce sont des moyens digne d’un pays qui mai­trise des moyens mili­taires ( genre forces spé­ciales) qui peux y arri­ver. Cela déclen­che­rais une guerre a tout les coups. Les câbles sous la mer d’in­ter­net sont surveillé
    par sous-marins, inter­net est scru­té par tout les pou­voirs de fond en comble, les télé­phones sont de véri­tables mou­chards de notre pré­sence, les came­ras avec recon­nais­sance faciale mis en œuvre ( voir la Chine en pointe sur le sujet) , trou­ver les muni­tions de sabor­dage (c’est eux qui mai­trise les filaires…) font de ce pro­jet un échec annoncé.

    Donc cet appel à la vio­lence pour faire tom­ber ce monstre capi­ta­lis­tique est une uto­pie, d’au­tant que, qui va s’en charger. 

    Uti­li­ser la vio­lence dans les même termes que ceux d’en face ne mène­ra qu’à la per­pé­tua­tion dudit sys­tème, ceux ayant fait la révo­lu­tion , pre­nant la place vide lais­sée. Et se com­por­te­rons comme ceux d’a­vant a leur avantage. 

    Je pense l’ef­fon­dre­ment de cette civi­li­sa­tion néces­saire, et je pense qu’elle va tom­ber toute seule, dans son car­can qui se pense pro­tec­teur. Aucune grande socié­té n’a sur­vé­cu. Celle la est peut être déjà morte.

  4. Texte inté­res­sant, mais j’ai­me­rais remettre en ques­tion la solu­tion « révolutionnaire ».
    (Remarque : je ne fais cer­tai­ne­ment pas le tour de la ques­tion, et cela reflète mon avis actuel, qui est bien sûr sujet à chan­ger ; de plus, ce n’est pas pour autant que je sou­haite « des­cendre » Max Wil­bert, qui a avan­cé plus loin sur ce « che­min nous pré­ser­vant de la socié­té actuelle »)

    Ain­si, je suis entiè­re­ment d’ac­cord avec Hec­tor, et j’ai­me­rais donc en ajou­ter sur la par­tie attaque des infra­struc­tures névral­giques, ce qui me per­met­tra de conti­nuer sur ma cri­tique ini­tiale (pour les pres­sés, aller direc­te­ment à « pour résu­mer » après le point 4) ) :

    1) Ne sous-esti­mons pas la rési­lience des sys­tèmes en place : il pour­rait s’a­vé­rer très dif­fi­cile de les faire tom­ber, et je sup­pose que quand toute notre socié­té est gérée par le risque (assu­rances, « cli­mate bonds », etc…) et mal­gré le manque fla­grant de vision long-ter­miste, on peut « faire confiance » aux grandes entre­prises qui gèrent ces élé­ments vitaux (d’au­jourd’­hui) pour vou­loir res­ter en place, et donc assu­rer la péren­ni­té de ses systèmes

    2) Sans par­ler du fait que toute la coor­di­na­tion néces­saire, impos­sible comme qua­si­ment tota­le­ment démon­tré plus haut, sitôt des attaques com­men­cées toutes les ins­ti­tu­tions pri­vées et publiques réagi­ront et vont rendre très sûre­ment impos­sible tout futur plan de des­truc­tion, quel qu’il soit.

    3) Pire : toute l’at­ten­tion de notre socié­té sera foca­li­sée sur ces attaques, et tout le monde détour­ne­ra l’at­ten­tion de tout autre objec­tif (ce qui n’est pas bon, j’en parle plus pas). Il est même fort pro­bable que cela don­ne­ra un « boost » sup­plé­men­taire à l’é­co­no­mie, un peu comme une réac­tion aller­gique, ou plus sim­ple­ment comme quand une éco­no­mie se porte bien après une guerre, mal­gré toutes les des­truc­tions engen­drées. Ain­si, notre socié­té actuelle pour­rait cer­tai­ne­ment tenir plus long­temps avant de s’effondrer.

    [ Un film qui illustre à mon avis de manière très réa­liste les points 2) et 3) : Woman at War, Bene­dikt Erlingsson)

    4) Les des­truc­tions : c’est bien là le pro­blème : qui souffre le plus lors de des­truc­tions ? (guerres, famines, mais aus­si pannes de sys­tèmes vitaux, ce que pro­pose cet article, ou plus géné­ra­le­ment perte de sta­bi­li­té) Ce sont les plus faibles, les plus vul­né­rables (et à mon avis per­son­nel qui n’en­gage rien, les moins res­pon­sables). [si quel­qu’un peu citer un article qui démontre cela (et l’ex­plique avec péda­go­gie), cela m’in­té­resse ; sinon, je pense que l’his­toire regorge d’exemples]
    Pour abré­ger (sinon je ne fini­rai jamais) : les des­truc­tions sont cau­sées par notre socié­té actuelle, et d’autres seront sûre­ment cau­sées si on essaie de s’at­ta­quer par la vio­lence aux points faibles de celle-ci, ne serait-ce que par la réac­tion jus­te­ment de notre socié­té. Le Bilan final sera donc très sûre­ment Plus de des­truc­tion, de la nature et du vivant en général.

    Pour résu­mer : s’at­ta­quer aux points vitaux est (presque) impos­sible, ne fera (presque) rien tom­ber, mais au contraire ren­for­ce­ra le der­nier souffle de notre socié­té actuelle dans sa réponse aller­gique, et l’ai­de­ra (qua­si) aus­si sûre­ment à tenir plus long­temps, donc à per­pe­tuer plus long­temps toutes les des­truc­tions que nous vou­lons pré­ci­sem­ment éviter.

    Enfin, sup­po­sons qu’en cas d’éf­fon­dre­ment brusque, une majo­ri­té de la popu­la­tion mon­diale soit affec­tée : nor­ma­le­ment, une crise éco­no­mique sans pré­cé­dant aura lieu en même temps (comme pré­dic­tible par toute per­sonne se pen­chant sur le sujet), et comme elles dépendent actuel­le­ment de l’é­co­no­mie, pénu­ries de res­sources vitales (eau, nour­ri­ture), avec des gou­ver­ne­ments inca­pa­ci­tés éco­no­mi­que­ment (par la perte de valeur des mon­naies). Que pen­sez vous que les gens dans tous les pays tou­chés vont faire ? Attendre sage­ment et mou­rir les bras croi­sés, en lais­sant les éco­sys­tèmes natu­rels intactes ?
    Je ne pense pas : ani­més par une « pul­sion de vie » (pour eux) ali­men­tant une pul­sion de mort (envers les autres), logi­que­ment tout va y pas­ser, et ce n’est pas 90% des espèces qui vont s’é­teindre, mais 99% (Un excellent exemple his­to­rique : le « Grand bond en avant » en Chine, 1960). En effet, il serait illu­soire de pen­ser que nous, les humains, allons nous éteindre en tant qu’es­pèce : il y aura Tou­jours des sur­vi­vants (même en cas de guerre nucléaire totale à mon avis, je pour­rai déve­lop­per au besoin). Et, quand les géné­ra­tions pas­sant, les hommes repeu­ple­ront pro­gres­si­ve­ment la pla­nète, nous auront oubliés les causes de ce cata­clysmes, et cela risque de recom­men­cer… (comme l’his­toire nous l’en­seigne…) Avec quelles pro­ba­bi­li­tés ? Aucune idée, mais très éle­vées à mon avis, si on prend en compte que la sélec­tion bru­tale des êtres humains sur­vi­vants qui aura lieu après l’ef­fon­dre­ment ne va pas du tout favo­ri­ser les com­mu­nau­tés et modes de vie paci­fiques et réfléchis.
    Bref, nous voi­là au point de départ, et cer­tai­ne­ment encore pire qu’avant…

    Peut-être voyez vous déjà mon opi­nion actuelle, en ce qui concerne une éven­tuelle solu­tion : il faut à tout prix évi­ter le plus pos­sible les chan­ge­ments bru­taux, qui vont presques tou­jours cau­ser des vio­lences et des souf­frances (Para­doxal non ? On croi­rait presque un dis­cours de notre classe politique)

    Lais­sez-moi déve­lop­per : j’in­clus dans « chan­ge­ment bru­tal » Tous les chan­ge­ments : cela inclut donc l’ef­fon­dre­ment (cer­tain main­te­nant) de notre socié­té, à venir. Ain­si, tout autre chan­ge­ment moins bru­tal qui limi­te­ra celui-ci est bienvenu.
    Et c’est là qu’on arrive à une solu­tion : anti­ci­per le plus pos­sible cet effon­dre­ment, pla­cer un sys­tème de secours qui comme quand le cou­rant coupe dans un bâti­ment, se met­tra en place pour sub­ve­nir aux besoins des hommes, pour évi­ter famines, guerres et les des­truc­tions de milieux natu­rels par consé­quence, comme j’en ai par­lé plus haut.
    C’est bien sûr un pro­blème pour le moins complexe.
    À mon avis, cela ne pour­ra se faire sans une bonne dose d’é­du­ca­tion (les gens devront avoir accep­té l’ef­fon­dre­ment, ou au moins savoir com­ment réagir quand il arri­ve­ra) et de mise en place ini­tiale des infra­struc­tures qui pren­dront le relais (ce qui se fera loca­le­ment, par le bas ; mais peut-être aus­si par le haut, quand les gou­ver­ne­ments pren­dront conscience du fait que c’est peut-être la der­nière chose réel­le­ment impor­tante qu’ils pour­ront faire).

    Enfin, à mon avis, toute tech­no­lo­gie n’est pas à reje­ter : celle que nous pour­ront gar­der et uti­li­ser sera très sûre­ment issue du mou­ve­ment (S)low tech, en émer­gence, et qui peut-être signe­ra l’es­sor d’une nou­velle classe de tech­no­lo­gies, (a) non des­truc­trices, et (b) qui ne per­met­tront pas de foca­li­ser tou­jours plus de pou­voir sur celui qui les contrôle (car la foca­li­sa­tion d’un pou­voir énorme sur quelques indi­vi­dus (par exemple par la maî­trise de l’éner­gie, donc plus géné­ra­le­ment des res­sources), est bien La source du pro­blème, non ?).
    Vous me direz, pour (b), cela n’existe pas ; donc la ques­tion de la tech­no­lo­gie est tou­jours entiè­re­ment ouverte (même si j’ai quelques idées pour ça).

    Fina­le­ment, à mon avis, un effon­dre­ment peut de façon très fiable se mesu­rer par le recul de l’é­du­ca­tion (déjà en cours à de nom­breux niveaux, même si c’est loin d’être uni­forme) : car c’est un peu elle qui déter­mi­ne­ra com­ment les géné­ra­tions futures se com­por­te­ront, non ? 

    Bref, je pour­rais encore écrire pen­dant des heures, mais je pense avoir résu­mé l’es­sen­tiel. Pour ceux qui le vou­draient, on peut en dis­cu­ter plus pro­fon­dé­ment ( gab point col­lapse aro base point pos­teo point eu ; créée pour l’oc­ca­sion, donc je l’au­rai peut-être fer­mée au bout de quelques années)

    Mer­ci d’a­voir lu jus­qu’i­ci, et comme je le disais au début, je suis ouvert à chan­ger d’avis 🙂
    J’aime bien l’i­dée que nous ne devions pas nous « mon­ter les uns contre les autres » : c’est dom­mage, et en atten­dant, l’ef­fon­dre­ment du monde ne s’ar­rête pas… Même si fon­cer tête bais­sée pré­tex­tant l’ur­gence n’est sûre­ment pas mieux ; il faut à mon avis trou­ver le juste milieu pour avan­cer avec minu­tie, sans se frei­ner plus que néces­saire, et sur­tout pour aucune rai­son autre que pûre­ment stra­té­gique (c’est le plus dûr).

    1. Réponse aux deux com­men­taires pré­cé­dents. Il me paraît évident, pour avoir enten­du ou lu toutes sortes de réac­tions face au type de dis­cours que tient ici Max, que beau­coup de gens sont prêts à éla­bo­rer toutes sortes de ratio­na­li­sa­tions sophis­tiques sou­te­nant qu’il vaut mieux ne pas atta­quer le sys­tème. Mais à chaque fois, à les lire ou à les entendre, je constate qu’elles ne sont rien d’autres que cela. Des ratio­na­li­sa­tions sophis­tiques. La réa­li­té est pour­tant simple. Soit un mou­ve­ment de résis­tance suf­fi­sam­ment puis­sant (soit par le nombre, soit par les tac­tiques) se met en place qui pré­ci­pite l’ef­fon­dre­ment de la civi­li­sa­tion indus­trielle, soit on conti­nue sur cette tra­jec­toire apo­ca­lyp­tique, qui nous mène, humains et non-humains et toute la pla­nète, droit vers des désastres inima­gi­nables. Ces ques­tions sont déve­lop­pées plus en pro­fon­deur dans le livre Deep Green Resis­tance que nous sor­tons bien­tôt aux édi­tions Libre : http://editionslibre.org/produit/deep-green-resistance-un-mouvement-pour-sauver-la-planete-derrick-jensen-lierre-keith-et-aric-mcbay/

      Parce que, votre « sys­tème de secours qui comme quand le cou­rant coupe dans un bâti­ment, se met­tra en place pour sub­ve­nir aux besoins des hommes, pour évi­ter famines, guerres et les des­truc­tions de milieux natu­rels par consé­quence, comme j’en ai par­lé plus haut. » C’est d’une part une idée par­fai­te­ment anthro­po­cen­trée, un point de vue déter­mi­né à ne rien faire pour les autres espèces qui meurent en masse actuel­le­ment, et d’autre part une idée qui n’ad­vien­dra jamais, qui a encore moins de chance d’ad­ve­nir qu’un véri­table mou­ve­ment de résis­tance, et qui, n’ayant aucune chance d’a­bou­tir, a toutes les chances d’en­cou­ra­ger une pas­si­vi­té durant que les choses empi­re­ront et que lors du crash, dans quelques années, non seule­ment les plus vul­né­rables et les moins res­pon­sables du désastre crè­ve­ront en pre­mier, mais tout le monde et encore plus de monde, crois­sance démo­gra­phique oblige, crèvera.

      1. Ok, mer­ci beau­coup ; je conti­nue sur la lancée :

        En fait, la ques­tion que je me pose est : est-ce qu’un effon­dre­ment immé­diat ne fera pas plus de dégâts qu’un effon­dre­ment un peu plus tar­dif, mais mieux pré­pa­ré, et qui mini­mi­se­rait donc la des­truc­tion de cer­tains envi­ron­ne­ments ? (sous l’hy­po­thèse que tout le monde fera tout le pos­sible pour conti­nuer à vivre, man­ger, boire, etc… sacri­fiant donc ce qui reste des espèces et éco­sys­tèmes natu­rels lors de l’effondrement)
        C’est peut-être une vision anthro­po­cen­trée, mais on ne peut à mon avis déta­cher la sau­ve­garde des éco­sys­tèmes res­tants de la condi­tion comme quoi les êtres humains doivent s’en sor­tir aus­si ; à moins de trou­ver une solu­tion pour que nous nous « effon­drions sans impact », je pense qu’un effon­dre­ment bru­tal sera pire qu’un effon­dre­ment un mini­mum anti­ci­pé (tou­jours en me basant sur le « grand bond en avant »)

        Bien sûr, cet argu­men­taire a de nom­breux défauts :
        — Il m’est per­son­nel­le­ment « avan­ta­geux », et quelle que soit ma prise de conscience à ce sujet, il y aura tou­jours un biais à comp­ter (biais inverse à consi­dé­rer si on sou­tien l’ar­gu­ment contraire aus­si, d’ailleurs)
        — Cer­taines régions du monde pro­fi­te­raient le plus d’un effon­dre­ment immé­diat, d’autre d’un effon­dre­ment retar­dé. (exemples pour l’ef­fon­dre­ment (1) immé­diat : (a) antro­po­cen­tré : com­mu­nau­tés encore rurales ou mixtes d’A­frique, qui se font détruire par les concur­rences et varia­tions engen­drées par l’é­co­no­mie mon­dia­li­sée (b) éco­sy­tèmes vivants : tout éco­sys­tème hors de por­tée d’êtres humains en sur­nombre qui le détrui­ront en cher­chant à sur­vivre après l’ef­fon­dre­ment ; pour l’ef­fon­dre­ment (2) plus tar­dif ET amor­ti : (a) anthro­po­cen­tré : les grandes métro­poles (Tokyo, Mum­bai, etc…) et tout autre région « d’en­tas­se­ment humain » qui dépend énor­mé­ment d’autres régions « asser­vies » (b) éco­sys­tèmes natu­rels : tous ceux qui risquent d’y pas­ser pen­dant l’éf­fon­dre­ment, et où pui­se­ront les êtres humains survivants…)
        Oh que c’est cynique tout ça…
        Donc choi­sir revien­drait à peu près au Dilemme du tram­way (Trol­ley Pro­blem en anglais)…
        — Est-ce que toute ten­ta­tive de pré­voire l’ef­fon­dre­ment et l’a­mor­tir ne vont pas juste le retar­der, pour avoir au final quelque-chose d’en­core plus violent ? Je ne sais pas, mais je vais chercher.
        — Est-ce que je ne sur­es­time pas tota­le­ment l’im­pact de l’ef­fon­dre­ment de notre socié­té humaine sur la pla­nète ? Je me base sur les résul­tats que je connais du « grand bond en avant » ; mais peut-être fau­drait-il que je creuse, voir s’il y a des études qui quan­ti­fient les dégâts éco­lo­giques de l’é­poque, et d’autres qui estiment l’im­pact de l’ef­fon­dre­ment d’une métro­pole sur les éco­sys­tèmes envi­ron­nents, par exemple…
        Il est pos­sible que toute cette ques­tion ne soit que mineure ; le pro­blème, c’est que je ne sais pas :/
        — Et j’en oublie sûrement

        Si on essaie aus­si de se pro­je­ter au très long terme : quels choix vont faire en sorte que ce type d’er­reurs (socié­té d’au­jourd’­hui) ne se repro­dui­ra pas dans 5000 ans par exemple ? Il fau­drait que nous gar­dions le maxi­mum de traces, que tous aient un niveau d’é­du­ca­tion même pas atteint aujourd’­hui pour en com­prendre les dan­gers et que nous les ayions « incor­po­rés » (car oui, nous avons peut-être des « ins­tincts natu­rels » qui jus­te­ment nous rendent aveugles à ce type de dan­gers sys­té­miques ; mais à mon avis aucun n’est insur­mon­table par l’é­du­ca­tion (terme bien lourd que je ne déve­loppe pas), donc ce n’est pas une excuse).

        Pour reve­nir au « sys­tème de secours » : en effet, je n’a­vais pas consi­dé­ré ce risque :
        Si la meilleure solu­tion qui reste, ce « mou­ve­ment de résis­tance qui devra se géné­ra­li­ser » s’ap­pelle « révo­lu­tion », je com­prends, et je retire le terme « cri­tique de la solu­tion révo­lu­tion­naire » de mon mes­sage pré­cé­dent, où je vou­lais plu­tôt dire « cri­tique de la solu­tion de gué­rilla anti-infrastructures ».

        Ma peur avec le prin­cipe de la résis­tance, c’est que quand les gens l’a­doptent, c’est qu’ils en ont envie (quelle que soit la manière dont cette envie s’est créée, par convic­tion per­son­nelle, peur, etc…). En me basant sur ce qu’on sait de notre socié­té de consom­ma­tion, on risque fort d’at­teindre un maxi­mum : à par­tir d’un moment, avant l’ef­fon­dre­ment, tel­le­ment d’autres véri­tés et excuses se seront créées que ce sera comme les théo­ries com­plo­tistes d’au­jourd’­hui : les gens qui ne vou­dront pas croire à l’ef­fon­dre­ment auront les moyens de se construire un univers/environnement qui leur per­met­tra de ne pas y croire, jus­qu’au point où l’ef­fon­dre­ment les affec­te­ra direc­te­ment (et encore…). J’ai peur que cela englobe beau­coup de monde, et que la seule solu­tion si un contrôle/amortissement de l’ef­fon­dre­ment s’a­vère néces­saire soit de rendre dis­po­nible à tout le monde le « sys­tème de secours », dont un nom plus appro­prié serait plu­tôt « méthodes et maté­riel pour déco­ré­ler sa sur­vie et celle des milieux natu­rels (en les res­pec­tant) de l’é­co­no­mie de mar­ché actuelle » (dont tous nos besoins mêmes essen­tiels dépendent). Je pense que déve­lop­per cela pour­ra d’ailleurs se faire for­te­ment avec cette « résistance ».

        Ce qui rejoint enfin la cri­tique de N.Casaux du « sys­tème de secours » : si quelque-chose comme cela pou­vait se géné­ra­li­ser et être dis­po­nible aux hommes pour quand notre éco­no­mie se ser­ra effon­drée, SANS pour autant ris­quer de retar­der son effon­dre­ment, je suis pour. Bien sûr, c’est sûre­ment uto­piste, mais cela vaut peut-être le coup d’y réflé­chir (et de cher­cher qui y a déjà réfléchi).

        Enfin, petite note concer­nant le ration­na­lisme : c’est un outil très puis­sant, mais à manier avec modestie :
        — Si on se croit ration­nel, on risque de se croire d’au­tant plus légi­time à argu­men­ter et cri­ti­quer depuis notre point de vue, d’au­tant que Tout point de vue peut-être défen­du ration­nel­le­ment : pour abré­ger c’est en com­pa­rant les argu­ments ration­nels que l’on dégage le meilleur (car oui, on peut ration­na­li­ser sur tout, même si tou­jours uni­que­ment ration­na­li­ser nous tue (oui, le verbe tuer), jus­te­ment parce qu’il est impos­sible pour un être humain de Tout ration­na­li­ser : il ne fait que croire qu’il ratio­na­lise tout… (à nou­veau, je ne déve­loppe pas))
        — On voit donc encore moins nos biais cog­ni­tifs et « d’en­ga­ge­ment » (quand le point de vue qu’on défend, défend jus­te­ment notre posi­tion ; cf. : https://ploum.net/le-cout-de-la-conviction/ )
        — On est plus enclins à voir les erreurs des autres, donc à se croire supérieur
        — On oublie par­fois l’es­sen­tiel, pour ration­na­li­ser sur des détails (exemple : l’ou­bli de la dimen­sion tem­po­relle) ou sur des élée­ments qui vont en réa­li­ter Ren­for­cer nos biais plu­tôt que de les atténuer.
        Une fois ces pièges connus, cela devient une approche redou­table ; je ren­voie ici : http://rationality.org/
        Le sou­ci devient ensuite d’a­voir le cou­rage d’as­su­mer les conclu­sions, et de pas­ser à l’ac­tion ; ceci, beau­coup s’en échappent « ration­nel­le­ment » jus­te­ment, avan­çant le ration­nel qui les arrange.
        Je suis moi même vic­time de ces biais, dans ce texte, même si je ne sais pas exac­te­ment où (sauf peut-être à la phrase pré­cé­dente) ; mes excuses, je fais ce que je peux.

        Pour conclure, pour­quoi pas­ser autant de temps à ce cas­ser la tête sur ces ques­tions et diverses direc­tions ? Jus­te­ment, parce que je ne suis enga­gé dans aucune de ces direc­tions pour le moment ; ce domaine m’est rela­ti­ve­ment nou­veau, cela vien­dra donc en temps vou­lu : le temps qui me per­met­tra de ne pas perdre ma cohé­rence (ni trop court, ni trop long donc).
        Si cela n’est pas com­pré­hen­sible, pas grave, je le comprends.

        Du coup, mer­ci pour le ren­voi sur ce livre, je vais l’a­che­ter, ou l’emprunter ; le lire en tout cas.

  5. Excellent texte cri­tique des réponses « éco­los« conve­nues qui rejoint mes propres ana­lyses de la situa­tion tra­gique actuelle de l’hu­ma­ni­té. /Users/macbook/Desktop/OÙ ALLONS NOUS .docx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Agriculture, villes, gouvernements : à propos du « monde jusqu’à hier » de Jared Diamond (par James C. Scott)

On peut raisonnablement estimer qu’une culture est dans le pétrin lorsque ses meilleurs intellectuels commencent à piller l’inventaire culturel de ses ancêtres et de ses subalternes contemporains afin de trouver des conseils sur l’art de vivre. Le malaise est d’autant plus remarquable lorsque la culture en question est la déclinaison américaine moderne du rationalisme des Lumières et du Progrès, qui n’est pas connue pour sa capacité à douter ni pour son manque de sang-froid. [...]
Lire

L’écobusiness de Darwin, leur évolution et la nôtre

Un matin de décembre 2012, Bordeaux se réveillait avec une nouvelle pustule sur sa rive droite. Darwin, un « écosystème écolo », une « ruche dédiée aux activités écocréatives » dans une « démarche de développement durable », un « laboratoire de la ville du XXIe siècle », s’était installé au sein de la métropole française la plus en vogue, dans une caserne militaire désaffectée estimée à 2 millions d’euros que la Communauté urbaine brada pour deux tiers de sa valeur à Philippe Barre, riche héritier de la grande distribution. Juteuse affaire immobilière maquillée par des publicitaires en une étrange promesse de rédemption écologique, Darwin n’est qu’un décor en trompe-l’œil, qui peine à cacher les contradictions sur lesquelles il est édifié. Ses hérauts avaient d’ailleurs jugé nécessaire de prendre les devants en publiant sur leur site une longue page bourrée de justifications creuses : « Darwin, face aux préjugés ». À notre tour de tirer les choses au clair.
Lire

L’affaire Sacco et Vanzetti (Par Howard Zinn)

"Combien d’entre vous savent quelque chose de l’affaire Sacco et Vanzetti ? Combien d’entre vous ne savent rien de l’affaire Sacco et Vanzetti? Et puis, il y a ceux qui connaissent l’affaire Sacco et Vanzetti sans la connaître. Au moment où je suis entré dans l’âge adulte et où je me suis politisé, l’affaire Sacco et Vanzetti m’est apparue comme l’un des événements les plus dramatiques de l’histoire américaine..."