« Nous venons en amis », ou Comment apporter la lumière au cœur des ténèbres

« Nous venons en amis », ou Comment apporter la lumière au cœur des ténèbres

Le documentaire choc d’Hubert Sauper sur le Sud-Soudan

« L’histoire ne se répète pas, elle rime » : cette phrase attri­buée à Mark Twain est la devise qui hante le docu­men­taire d’Hubert Sau­per, tour­né en 2011, au moment de la « nais­sance d’une nation », l’accession à l’indépendance du Sud-Sou­dan. Le réa­li­sa­teur de l’inoubliable Cau­che­mar de Dar­win (racon­tant la catas­trophe engen­drée par l’introduction de la perche du Nil dans le Lac Vic­to­ria) est un Autri­chien ins­tal­lé dans une ferme en France. Pour réa­li­ser son doc, il a construit un avion ultra-léger, bap­ti­sé Sput­nik, et équi­pé d’un moteur de ton­deuses à gazon, avec lequel il s’est ren­du à petites étapes au Sud-Sou­dan, où chaque atter­ris­sage du cou­cou valait à Sau­per et à sa bande des hon­neurs mili­taires. Le choix de ce mode d’abordage d’un pays au cœur des ténèbres était à la fois sym­bo­lique — l’avion, emblème de la civi­li­sa­tion indus­trielle et bom­bar­dière — et pra­tique — per­met­tant d’accéder à des lieux loin­tains et iso­lés et de fil­mer l’histoire via la géo­gra­phie. Une com­pa­rai­son, vu du ciel, de la forme orga­nique ronde des vil­lages afri­cains et de celle, qua­dran­gu­laire, des cam­pe­ments de réfu­giés de l’ONU, vaut bien des discours.

« Nous venons en amis » : c’est ce que dit le Capi­taine Kirk à un extra­ter­restre sur lequel il pointe son flingue dans un épi­sode de la série Star Trek vision­né par un groupe d’ingénieurs chi­nois, fil­més sur un site pétro­lier par Sau­per. L’un d’eux affirme : « Ce pays est très facile à prendre. C’est comme arri­ver dans un endroit, détruire les gens qui y vivent, puis l’exploiter. Ce n’est pas de l’exploitation, c’est juste pour extraire de l’énergie ». Ces Chi­nois font par­tie de l’hallucinante gale­rie de per­son­nages réels fil­més par Sau­per : anciens chefs de guerre sud-sou­da­nais deve­nus res­pon­sables civils, mar­chands d’armes, mis­sion­naires texans, pay­sans indi­gènes cre­vant à petit feu, pilotes de l’ONU, phi­lo­sophes de brousse. Les scènes d’anthologie se bous­culent dans le film. Par­mi les plus mémo­rables, celle où un chef de guerre nie contre toute évi­dence avoir signé avec une boîte de gang­sters texans un contrat qu’on lui colle sous le nez, en pleine nuit, qui sti­pule que les Texans reçoivent 600 000 hec­tares de terres en lea­sing pour 25 000 dol­lars, afin d’y pra­ti­quer la défo­res­ta­tion, d’y culti­ver des bio­car­bu­rants et des pal­miers à huile et d’exploiter les res­sources du sous-sol, hydro­car­bures et autres. « On n’a pas ven­du de terres, non, non, on les a seule­ment louées ». Une autre séquence semble tout droit sor­tie d’un film de Wer­ner Her­zog. Mais au lieu de Klaus Kins­ky, c’est l’ambassadeur US dans le nou­veau pays, qui fait un dis­cours d’inauguration d’une nou­velle cen­trale élec­trique des­ti­née à « des­ser­vir 725 usa­gers et, plus tard 900 » : « Nous appor­tons, au sens propre comme au sens figu­ré, la lumière », lance-t-il, à un public, qui, de toute façon, ne com­prend pas ce qu’il raconte.

Il y a quand même un acteur d’Hollywood dans le film : l’incontournable George Cloo­ney, venu assis­ter à la « grande fête » du réfé­ren­dum sur l’indépendance. Le Sou­dan est en effet, à côté de Nes­pres­so, une des sources de reve­nus du beau George, qui s’est enga­gé en faveur des pauvres Sud-Sou­da­nais et des Dar­fou­ris oppri­més par les méchants Arabes musul­mans de Khar­toum, pour le compte de la nébu­leuse qui a acti­vé l’opération « main basse sur le Sud-Sou­dan ». Une nébu­leuse faite de busi­ness­men, de lob­bys sio­nistes et d’églises évan­gé­liques. Ces der­nières ont pris la relève des mis­sion­naires catho­liques ita­liens qui furent à l’origine du « mou­ve­ment de libé­ra­tion du Sud-Sou­dan », dont une frac­tion est aujourd’hui au pou­voir à Juba. Le pre­mier dra­peau de ce « mou­ve­ment de libé­ra­tion » était car­ré­ment le dra­peau des Croi­sades : une croix de Jéru­sa­lem rouge sur fond blanc. Et aujourd’hui, le Texas est par­tout au Sud-Sou­dan, qu’une mis­sion­naire venue habiller les petits Noirs tout nus salue comme « le nou­veau Texas ». Et il est pré­sent sur la tête du pré­sident Sal­va Kiir, ornée en per­ma­nence d’un magni­fique cha­peau texan noir, offert par George Bush Junior him­self, et qui coiffe à mer­veille sa gueule de gang­ster hollywoodien.

« Nous venons en amis » : c’est ce que disent les cow-boys arri­vant au cam­pe­ment indien, c’est ce qu’ont dit les Espa­gnols en débar­quant aux Caraïbes puis en « Amé­rique », c’est ce qu’on tou­jours dit tous les colo­ni­sa­teurs. Au XXIème siècle, avec la béné­dic­tion de l’ONU et der­rière le sou­rire de Cloo­ney, les amis conti­nuent leur pillage, oh par­don !, leur œuvre civi­li­sa­trice. Regar­dez le film.

Faus­to Giudice

Le film :

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Cadences infernales, castration, claustration : L’enfer productiviste des cochons (par Isabelle Saporta)

L’ennui est l’un des fléaux majeurs de l’élevage industriel. Et, pas de bol pour lui, de l’avis même de la directrice de la brigade vétérinaire et phytosanitaire, « le cochon est un animal hyper-sensible psychologiquement ». À quoi reconnaît-on un porc qui déprime ? À sa propension à vouloir bouffer ses congénères ! « Lorsque les bêtes dépriment, le cannibalisme s’installe », résume, un rien narquois, ce vieux paysan breton qui, à bout de forces, a décidé de lâcher l’élevage porcin il y a quelques années. [...]