Quelle fin absurde : La vie à la fin de l’Empire (2007)

Quelle fin absurde : La vie à la fin de l’Em­pire (titre ori­gi­nal : « What A Way To Go : Life at the End of Empire ») est un long métrage docu­men­taire écrit, diri­gé, et réa­li­sé par Tim Bennett.

Tim Ben­nett, homme blanc de la classe moyenne, a com­men­cé à ouvrir les yeux sur le cau­che­mar envi­ron­ne­men­tal pla­né­taire au milieu des années 80. Mais il était si occu­pé à éle­ver ses enfants et à pour­suivre le rêve amé­ri­cain qu’il n’a pas pu agir au sujet de ses pré­oc­cu­pa­tions. Jusqu’à aujourd’hui.

Ben­nett évo­lue de la com­plai­sance à la pleine conscience au fil de son long métrage docu­men­taire. Il passe en revue ses racines dans le Mid­west amé­ri­cain, exa­mine sans conces­sions les his­toires avec les­quelles il a été éle­vé, puis détaille la dure réa­li­té des faits aux­quels l’être humain est main­te­nant confron­té : le chan­ge­ment cli­ma­tique qui s’accélère, la pénu­rie de res­sources, la dégra­da­tion des éco­sys­tèmes, l’explosion démo­gra­phique et une éco­no­mie mon­diale au bord du gouffre.
Ben­nett iden­ti­fie et remet en ques­tion l’hypothèse fon­da­men­tale qui a conduit à cette crise sans pré­cé­dent dans toute l’histoire de l’humanité : Que les êtres humains étaient des­ti­nés à domi­ner le reste du règne du vivant avec la civi­li­sa­tion de l’Empire.

Il pousse le dia­logue jusqu’où Al Gore n’était pas allé.

De puis­santes ren­contres avec des auteurs recon­nus tels que Daniel Quinn, Der­rick Jen­sen et Richard Hein­berg, et les scien­ti­fiques renom­més William Schle­sin­ger et Stuart Pimm com­plètent d’importants élé­ments d’analyse. L’utilisation cin­glante et pleine d’humour d’images d’archives est équi­li­brée avec les com­men­taires des amis et de la famille, dans des ins­tan­ta­nés rem­plis d’humanité.

Ben­nett conclut par une invi­ta­tion à le suivre avec cou­rage et conscience sur les rives d’un futur qui reste à écrire.

Dé­ran­geant parce qu’il nous confronte di­rec­te­ment à la culture de l’Empire, ce do­cu­men­taire est à re­com­man­der à tous ceux qui ont la ca­pa­cité de re­mo­de­ler le fu­tur — c’est à dire cha­cun d’entre nous. Au lieu de nous pro­po­ser des so­lu­tions fa­ciles, le film nous met au défi d’inventer de nou­velles voies.

>
Print Friendly, PDF & Email
Total
12
Shares
3 comments
  1. Dé­ran­geant parce qu’il nous confronte di­rec­te­ment à la culture de l’Empire, ce do­cu­men­taire est à re­com­man­der à tous ceux qui ont la ca­pa­cité de re­mo­de­ler le fu­tur — c’est à dire cha­cun d’entre nous. Au lieu de nous pro­po­ser des so­lu­tions fa­ciles, le film nous met au défi d’inventer de nou­velles voies.

    1. C’est étrange, ça ne devrait pas s’ar­rê­ter, en allant regar­der la vidéo direc­te­ment sur vimeo, vous pou­vez la télé­char­ger (onglet « télé­char­ger » en des­sous de la vidéo).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Le paysan, « ébauche grossière et incomplète de l’homme réellement civilisé » (par Eugen Weber)

Afin de prolonger notre critique du mot et de l’idée de civilisation (voir aussi cet article), nous vous proposons ce court extrait du livre La fin des terroirs d’Eugen Weber (Fayard, 1983). Où l’on perçoit de manière flagrante l’idéologie suprémaciste et raciste qu’implique l’idée de civilisation, idée qui ne sert pas qu’à dénigrer les « primitifs » de quelque pays exotique, puisqu’elle sert également à inférioriser les « sauvages » de notre propre nation (en devenir, qui doit être construite en éradiquant, en civilisant lesdits sauvages). La civilisation, la ville, le Progrès, l'école, l’État, des idées qui se recoupent et se complètent, et qui nous ont menés au désastre social et écologique en cours.
Lire

La mort du corail, les documentaires écolos, et le narcissisme subventionné (par Nicolas Casaux)

Le tout dernier documentaire à faire le buzz dans le milieu écolo grand public s’intitule Chasing Coral (ce qui pourrait être traduit par : À la Recherche du Corail). Disponible en ligne sur le site de Netflix depuis le 14 juillet 2017, ce film documentaire primé au festival très tendance de Sundance a été tourné sur plus de trois ans, et à l’aide de plus de 500 heures de vidéo (dont des heures et des heures de vidéo montrant comment leurs vidéos ont été enregistrées, comme nous allons le voir). [...]