La pire erreur de l’histoire de la gauche (par Nicolas Casaux)

LA PIRE ERREUR DE L’HISTOIRE DE LA GAUCHE

Les dégâts du machinisme et de l’industrialisme, premiers constats

Les décla­ra­tions des huit accu­sés du mas­sacre de Hay­mar­ket Square du 4 mai 1886, à Chi­ca­go, sont inté­res­santes à bien des égards. Outre celles por­tant sur l’i­ni­qui­té du capi­ta­lisme, le carac­tère oppres­sif des gou­ver­ne­ments, de l’É­tat, on y retrouve des remarques témoi­gnant d’une croyance tou­jours lar­ge­ment domi­nante, à gauche, aujourd’­hui. Exemple, avec August Spies :

« Vous vou­lez “éra­di­quer les conspi­ra­teurs” — les “agi­ta­teurs” ? Ah, éli­mi­nez donc tous les sei­gneurs d’u­sine qui se sont enri­chis grâce au tra­vail non rému­né­ré de leurs employés. Éli­mi­nez tous les pro­prié­taires qui ont amas­sé des for­tunes grâce au loyer des ouvriers et des agri­cul­teurs sur­char­gés. Éli­mi­nez toute machine qui révo­lu­tionne l’in­dus­trie et l’a­gri­cul­ture, qui inten­si­fie la pro­duc­tion, ruine le pro­duc­teur, aug­mente la richesse natio­nale, alors que le créa­teur de toutes ces choses se tient au milieu d’elles, affa­mé ! Éli­mi­nez les che­mins de fer, le télé­graphe, le télé­phone, la vapeur et vous-mêmes, car toutes ces choses res­pirent l’es­prit révolutionnaire.

Vous, mes­sieurs, vous êtes les révo­lu­tion­naires ! Vous vous rebel­lez contre les effets des condi­tions sociales qui vous ont jetés, par la main de la For­tune, dans un magni­fique para­dis. Sans vous en enqué­rir, vous ima­gi­nez que per­sonne d’autre n’a de droit en ce lieu. Vous insis­tez sur le fait que vous êtes les élus, les seuls pro­prié­taires. Les forces qui vous ont jetés dans le para­dis, les forces indus­trielles, sont tou­jours à l’œuvre. Elles sont de plus en plus actives et intenses de jour en jour. Leur ten­dance est d’é­le­ver toute l’hu­ma­ni­té au même niveau, de faire en sorte que toute l’hu­ma­ni­té par­tage le para­dis que vous mono­po­li­sez maintenant.

[…] Par­tout, c’est la moque­rie, la ser­vi­li­té, le men­songe et la fraude. Et les ouvriers ! Là, on feint de s’angoisser en ce qui concerne leur indi­vi­dua­li­té ; de l’in­di­vi­dua­li­té d’une classe réduite au rang de machines — uti­li­sées chaque jour pen­dant dix ou douze heures comme appen­dices des machines sans vie ! Vous vous inquié­tez de leur individualité ! […] 

Le socia­lisme nous enseigne que les machines, les moyens de trans­port et de com­mu­ni­ca­tion sont le résul­tat des efforts com­bi­nés de la socié­té, pas­sés et pré­sents, et qu’ils sont donc à juste titre la pro­prié­té indi­vi­sible de la socié­té, au même titre que le sol et les mines et tous les dons natu­rels devraient l’être. »

À l’é­poque, et depuis quelques décen­nies déjà, les machines et l’in­dus­tria­li­sa­tion ravagent aus­si bien les socié­tés humaines que la nature. Les socia­listes aus­si bien que les anar­chistes le remarquent et le dénoncent, qui déplorent la des­truc­tion de l’ar­ti­sa­nat, de nom­breux métiers, le rem­pla­ce­ment des humains par des machines et le chô­mage que cela génère, la réduc­tion des humains eux-mêmes, employés dans l’in­dus­trie à tra­vailler sur ou avec des machines, au rang de machines, la misère dans laquelle cela plonge toute une par­tie des tra­vailleurs, l’en­ri­chis­se­ment d’une classe de pos­sé­dants sur le dos de tous les autres, etc. Autant de pro­blèmes qui n’ont pas dis­pa­ru, loin s’en faut.

Mais la majo­ri­té des anar­chistes et des socia­listes de l’é­poque, envieux de l’o­pu­lence des riches capi­ta­listes, du genre de monde dans lequel ils vivent, conquis par la notion de « pro­grès tech­nique » et le dis­cours idéo­lo­gique qui l’accompagne, croient aus­si que ces machines, ces indus­tries, pour­raient, à condi­tion qu’elles deviennent pro­prié­té col­lec­tive de tous, d’ins­tru­ments d’op­pres­sion et de des­truc­tion, deve­nir ins­tru­ments d’é­man­ci­pa­tion et de créa­tion. À ins­tar des capi­ta­listes, ils s’é­mer­veillent devant la magie de la fée élec­tri­ci­té, du moteur à vapeur, etc.

La majo­ri­té, parce que, tout au long du pro­ces­sus d’industrialisation des socié­tés humaines, divers mou­ve­ments ouvriers, dont le mou­ve­ment lud­dite (né au début du XIXe siècle), vont s’y oppo­ser, pour des rai­sons certes diverses, mais avec, tou­te­fois, quelques déno­mi­na­teurs com­muns. Des lud­dites, cepen­dant, on ne sait pas grand-chose. En rai­son, notam­ment, de la répres­sion ter­rible dont ils fai­saient l’objet, ils n’ont pas lais­sé beau­coup de décla­ra­tions écrites, de tes­ta­ments phi­lo­so­phiques — ou peut-être n’en avons-nous sim­ple­ment pas retrou­vé beau­coup. En France, les anar­chistes natu­riens, par­ti­sans du natu­ria­nisme, fin XIX et début XXe siècle, très mino­ri­taires, pro­clament ver­te­ment leur détes­ta­tion des machines, de l’in­dus­tria­lisme, du soi-disant Pro­grès. Si on peut leur repro­cher une idéa­li­sa­tion exces­sive de la pré­his­toire de l’humanité et des cultures et socié­tés autoch­tones non-indus­trielles, on trouve cepen­dant, chez eux, de très justes com­pré­hen­sions et appré­hen­sions des maux, des nui­sances indis­so­ciables du « Pro­grès tech­nique », de l’industrialisme, du machi­nisme, et mêmes indis­so­ciables du déve­lop­pe­ment de ce que l’on appelle la civi­li­sa­tion. Les machines et l’industrie, affirment-ils, ne peuvent ser­vir et ne ser­vi­ront qu’à exploi­ter et oppri­mer tou­jours plus inten­sé­ment les êtres humains, comme elles ne peuvent ser­vir et ne ser­vi­ront qu’à détruire tou­jours plus la nature, favo­ri­sant l’hubris, la volon­té de puis­sance, de domi­na­tion, au détri­ment de la mesure et du res­pect. Elles sont inutiles et même contraires à une vie bonne.


Un petit livre pour en savoir plus sur les naturiens.

Dans le pre­mier numé­ro du Natu­rien, prin­ci­pal jour­nal d’époque du natu­ria­nisme, en date du 1er mars 1898, Émile Gra­velle, une des prin­ci­pales figures du natu­ria­nisme avec Hen­ri Zis­ly, fus­tige la catas­trophe bio­lo­gique que consti­tue l’agriculture : « C’est le désastre qui s’est pré­ci­sé­ment pro­duit dès que la char­rue éven­tra le réseau de racines pro­tec­teur en met­tant à nu la terre, dont la matière friable délayée plu­sieurs fois par an par les ondées, la fonte des neiges, se liqué­fie et, comme tous les ter­rains sont en pente s’écoule au ruis­seau, à la rivière et au fleuve qui la jette à la mer » ; regrette « l’abondance des pro­duits végé­taux et ani­maux, aux époques où nombre de mon­tagnes et col­lines n’avaient été sté­ri­li­sées par le déboi­se­ment, où le ter­ri­toire n’était occu­pé par les cités et l’immense réseau des voies fer­rées et des routes natio­nales et autres » ; et dénonce « la civi­li­sa­tion, son arti­fi­ciel et ses effets cor­rup­teurs, […] sa hié­rar­chie, ses inté­rêts, ses divi­sions, ses luttes, ses labeurs impo­sés et ses industries ».

Dans ce même numé­ro, Alfred Mar­né dénonce les « riches civi­li­sés, […] leur « Pro­grès », […] leur atmo­sphère » qui « n’est plus que d’acide car­bo­nique » — inquié­tude pré­coce vis-à-vis des effets des émis­sions de car­bone de la civilisation :

« Tan­dis que leur “Pro­grès” com­porte la loco­mo­tive, la bicy­clette, l’automobile, on ne marche plus ; le télé­graphe, le télé­phone, le pneu­ma­tique, plus besoin de se voir ; à leurs ali­ments, ils ajoutent du fer, de la chaux, du plâtre, de l’arsenic, du soufre ; leur atmo­sphère n’est plus que d’acide car­bo­nique char­gé des éma­na­tions de toutes les mai­sons-labo­ra­toires que sont leurs demeures, et elle est satu­rée des atomes de toutes leurs déjec­tions pulvérisées.

Et, par la ver­tu de leur chi­mie et de leur méca­nique, s’ils deviennent scro­fu­leux, ané­miques, épi­lep­tiques, phti­siques, syphi­li­tiques, can­cé­reux, nécro­sés, rachi­tiques, para­ly­tiques, culs-de-jatte, ban­croches, man­chots, aveugles et sourds, mais peu leur importe, ils se déclarent en “Pro­grès”.

Beau­coup ne voient pas la pos­si­bi­li­té de faire l’ensaisinement de la terre ; cepen­dant aucun des vau­tours ter­riens ne pos­sède un contrat de pos­ses­sion du sol signé par la nature, et dans ce cas il faut bien croire que la pro­prié­té indi­vi­duelle n’est pas indé­fec­tible, et vu dans quelle putré­fac­tion se trouve la socié­té actuelle, une trans­for­ma­tion est inévi­table, néces­saire ; quand les peuples auront bri­sé leurs chaînes, que toute la plou­to­cra­tie aura dis­pa­ru, oh alors, popu­lace, pro­lé­taires, plé­béiens, ceux de la glèbe, vaga­bonds ou parias, quand vous sor­ti­rez de vos basses-fosses, de vos géhennes, de vos tom­beaux, aban­don­nez les villes aux chauves-sou­ris et aux lézards, les machines à la rouille, les mines à l’éboulement.

Lais­sez l’herbe enva­hir les routes, les lignes de che­mins de fer, les rues, les bou­le­vards, et la vie repa­raî­tra de toute part, les col­lines rever­di­ront, les monts seront reboi­sés, la terre refleu­rie, et à l’ombre des grands arbres, hommes et femmes, vieillards et enfants, nous irons dan­ser en rond. »

Tou­jours dans le même numé­ro, Hen­ri Beau­lieu se moque du votard, de l’électeur : « tel le loca­taire, qui renou­velle son bail pour trois, six ou neuf ans, notre sin­cère imbé­cile renou­vel­le­ra pour cinq ans son escla­vage et sa misère ».

Dans le numé­ro 2, en date du 1er avril 1898, Hono­ré Bigot entre­prend « de tra­cer […] le tableau des résul­tats qu’a pro­duits la civi­li­sa­tion en astrei­gnant l’homme au tra­vail for­cé, et l’exposé suc­ces­sif des faits déter­mi­nés par les consé­quences des orga­ni­sa­tions hié­rar­chiques anté­rieures qui ont enfan­té les gou­ver­ne­ments sous les­quels les peuples courbent conti­nuel­le­ment l’échine, et sont de par ces orga­ni­sa­tions auto­ri­taires obli­gés de pei­ner et souf­frir, afin que trônes et autels conti­nuent à exer­cer leur supré­ma­tie usurpée […]. »

Dans leurs cri­tiques du machi­nisme, de l’industrialisme, les natu­riens s’ins­pirent de — et rejoignent — divers peuples ou per­sonnes indi­gènes, d’A­mé­rique et d’ailleurs. Et outre les natu­riens, diverses per­son­na­li­tés comme William Blake, William Mor­ris ou Hen­ry David Tho­reau par­ti­cipent aus­si, à leur manière, à ques­tion­ner le soi-disant « Pro­grès technique ».

Socialisme, communisme, anarchisme et Progrès (technique)

Mais ces cou­rants ou indi­vi­dus anti-indus­triels, anti-machi­nisme, ouvriers, anar­chistes ou socia­listes, res­te­ront tou­jours mino­ri­taires. Et la gauche res­te­ra donc asso­ciée, comme la droite, et plus encore que la droite, à l’in­dus­tria­lisme, à l’urbanisation, au machi­nisme et à l’idée de Pro­grès (notam­ment tech­no­lo­gique). Ce que George Orwell déplo­re­ra, par exemple, dans le cha­pitre XII de son livre Le Quai de Wigan :

« La pre­mière chose à signa­ler, c’est que le concept de socia­lisme est aujourd’hui qua­si­ment indis­so­ciable du concept de machi­nisme. Le socia­lisme est, fon­da­men­ta­le­ment, un cre­do urbain. […] 

Le machi­nisme appelle le socia­lisme, mais le socia­lisme en tant que sys­tème mon­dial implique le machi­nisme, puisqu’il sous-entend cer­taines exi­gences incom­pa­tibles avec le mode de vie pri­mi­tif. Il exige, par exemple, une inter­com­mu­ni­ca­tion constante et un échange per­pé­tuel de mar­chan­dises entre les dif­fé­rents points du globe. Il exige un cer­tain degré de cen­tra­li­sa­tion. Il exige un niveau de vie sen­si­ble­ment égal pour tous les êtres humains et, sans doute, une cer­taine uni­for­mi­té dans l’éducation. Nous pou­vons en conclure qu’une Terre où le socia­lisme serait deve­nu une réa­li­té devrait être au moins aus­si méca­ni­sée que les États-Unis d’aujourd’hui, et vrai­sem­bla­ble­ment beau­coup plus. En tout cas, aucun socia­liste n’oserait s’inscrire en faux contre cette affir­ma­tion. Le monde socia­liste est tou­jours pré­sen­té comme un monde tota­le­ment méca­ni­sé, stric­te­ment orga­ni­sé, aus­si étroi­te­ment tri­bu­taire de la machine que les civi­li­sa­tions antiques pou­vaient l’être des esclaves. […] 

Les indi­vi­dus les mieux dis­po­sés à l’égard du socia­lisme sont en même temps ceux qui se pâment d’enthousiasme devant le pro­grès méca­nique en tant que tel. Et cela est si vrai que la plu­part des socia­listes sont inca­pables d’admettre qu’on puisse avoir une opi­nion contraire. En règle géné­rale, l’argument le plus fort qu’ils trouvent à vous oppo­ser consiste à dire que la méca­ni­sa­tion du monde actuel n’est rien com­pa­rée à ce que l’on ver­ra quand le socia­lisme aura triom­phé. Là où il y a aujourd’hui un avion, il y en aura alors cin­quante ! Toutes les tâches aujourd’hui effec­tuées manuel­le­ment seront alors exé­cu­tées par la machine. Tout ce que l’on fabrique aujourd’hui avec du cuir, du bois ou de la pierre sera fait de caou­tchouc, de verre ou d’acier. Il n’y aura plus de désordre, plus de gas­pillage, plus de déserts, plus d’animaux sau­vages, plus de mau­vaise herbe, on aura oublié la mala­die, la pau­vre­té, la souf­france, etc. Le monde socia­liste s’annonce avant tout comme un monde ordon­né, un monde fonctionnel. »

Ce qui n’est pas pour plaire à Orwell, qui estime que son époque, « l’époque de la méca­ni­sa­tion triom­phante, […] per­met d’éprouver réel­le­ment la pente natu­relle de la machine, qui consiste à rendre impos­sible toute vie humaine authentique ».

Ain­si

« le mal­heur, c’est qu’aujourd’hui les mots de “pro­grès” et de “socia­lisme” sont liés de manière indis­so­luble dans l’esprit de la plu­part des gens. On peut tenir pour cer­tain que l’adversaire réso­lu du machi­nisme est aus­si un adver­saire réso­lu du socia­lisme. Le socia­liste n’a à la bouche que les mots de méca­ni­sa­tion, ratio­na­li­sa­tion, moder­ni­sa­tion — ou du moins croit de son devoir de s’en faire le fervent apôtre. »

Orwell remarque éga­le­ment que :

« Le pro­ces­sus de la méca­ni­sa­tion est lui-même deve­nu une machine, un mons­trueux véhi­cule nicke­lé qui nous emporte à toute allure vers une des­ti­na­tion encore mal connue, mais selon toute pro­ba­bi­li­té vers un monde capi­ton­né à la Wells, vers le monde du cer­veau dans le bocal. »

En 1941, dans un texte inti­tu­lé The Para­dox of Anar­chism (Le para­doxe de l’a­nar­chisme), le poète Her­bert Read écrit :

« L’a­nar­chisme implique une décen­tra­li­sa­tion uni­ver­selle de l’au­to­ri­té et une sim­pli­fi­ca­tion uni­ver­selle de la vie. Des enti­tés inhu­maines comme la ville moderne dis­pa­rai­tront. Mais l’a­nar­chisme n’im­plique pas néces­sai­re­ment un retour à l’ar­ti­sa­nat et aux toi­lettes en plein air. Il n’existe aucune contra­dic­tion entre l’a­nar­chisme et l’éner­gie élec­trique, l’a­nar­chisme et les trans­ports aériens, l’a­nar­chisme et la divi­sion du tra­vail, l’a­nar­chisme et l’ef­fi­ca­ci­té industrielle. »

Ce à quoi Orwell répond, fin 1945, dans une recen­sion du texte de Read :

« La vague géné­ra­li­té de cette der­nière phrase laisse sans réponse la ques­tion cru­ciale : com­ment conci­lier liber­té et orga­ni­sa­tion ? L’a­nar­chisme sup­pose, selon toute vrai­sem­blance, un faible niveau de vie. Il n’im­plique pas néces­sai­re­ment la famine et l’in­con­fort, mais il est incom­pa­tible avec l’exis­tence vouée à l’air condi­tion­né, aux chromes et à l’ac­cu­mu­la­tion de gad­gets que l’on consi­dère aujourd’­hui comme dési­rable et civi­li­sée. La suite d’o­pé­ra­tions qu’im­plique, par exemple, la fabri­ca­tion d’un avion est si com­plexe qu’elle sup­pose néces­sai­re­ment une socié­té pla­ni­fiée et cen­tra­li­sée, avec tout l’ap­pa­reil répres­sif qui l’ac­com­pagne. À moins d’un sou­dain chan­ge­ment dans la nature humaine, on ne voit pas ce qui per­met­trait de conci­lier la liber­té et l’efficacité. »

Orwell rejoint ain­si Aldous Hux­ley, qui dénon­çait aus­si féro­ce­ment le mythe du Pro­grès, notam­ment tech­no­lo­gique, et le poten­tiel hau­te­ment nui­sible, des­truc­teur, voire sui­ci­daire, de la course au machi­nisme, à l’in­dus­tria­lisme. Dans son roman Contre­point (en date de 1926, titre anglais Point Coun­ter Point) par exemple, à tra­vers le per­son­nage de Ram­pion, il affirme :

« Les bol­che­viks et les fas­cistes, les radi­caux et les conser­va­teurs, les com­mu­nistes et les Anglais Libres, quel est donc l’enjeu de leur bataille ? Je m’en vais vous le dire. Ils se battent pour déci­der si nous irons dans l’abîme par le train express des com­mu­nistes ou par l’auto de course des capi­ta­listes, par l’omnibus indi­vi­dua­liste ou par le tram­way col­lec­ti­viste rou­lant sur les rails de l’étatisme. La des­ti­na­tion est la même dans tous les cas. Tous, tant qu’ils sont, s’en vont droit à l’abîme, ils se pré­ci­pitent tous dans la même impasse psy­cho­lo­gique et dans le cham­bar­de­ment social qui résulte du cham­bar­de­ment psy­cho­lo­gique. Le seul point sur lequel ils dif­fèrent est celui-ci : Com­ment y arri­ve­rons-nous ? Il est tout bon­ne­ment impos­sible à un homme de bon sens de s’intéresser à de sem­blables dis­putes. Pour l’homme de bon sens, la chose impor­tante, c’est l’abîme, ce n’est pas le moyen de trans­port qui doit être employé pour y arri­ver. La ques­tion qui se pose pour l’homme de bon sens, c’est de savoir si, oui ou non, nous vou­lons aller à l’abîme. Et sa réponse c’est : non, nous ne le vou­lons pas. Et dès lors que voi­là sa réponse, il ne veut rien avoir à faire avec des politiciens. »

Pour­quoi ? Parce que com­mu­nistes, capi­ta­listes, poli­ti­ciens, etc.

« croient tous en l’in­dus­tria­lisme, sous une forme ou une autre, en l’A­mé­ri­ca­ni­sa­tion. […] La machi­ne­rie pour nous emme­ner tous en enfer ; les riches et les gou­ver­nants pour la conduire. […] Au nom de la Science, du Pro­grès et du bon­heur humain ! Amen, et allons‑y plein gaz. »

Plus loin, il ajoute :

« Et tout ce que les réfor­ma­teurs trouvent à dis­cu­ter, c’est la forme, la cou­leur et les arran­ge­ments de pilo­tage du véhi­cule. Ces imbé­ciles ne voient donc pas que c’est la direc­tion qui compte, que nous fai­sons entiè­re­ment fausse route et que nous devrions faire marche arrière — à pied, de pré­fé­rence, sans l’horrible machine ? »

Dans Temps futurs (1948), Hux­ley attaque éner­gi­que­ment l’idée de Pro­grès (tech­no­lo­gique, cultu­rel, etc.), dans un fameux dialogue :

« “Dès le début de la révo­lu­tion indus­trielle, il avait pré­vu que les hommes seraient gra­ti­fiés d’une pré­somp­tion tel­le­ment outre­cui­dante pour les miracles de leur propre tech­no­lo­gie qu’ils ne tar­de­raient pas à perdre le sens des réa­li­tés. Et c’est pré­ci­sé­ment ce qui est arri­vé. Ces misé­rables esclaves des rouages et des registres se mirent à se féli­ci­ter d’être les Vain­queurs de la Nature. Vain­queurs de la Nature, vrai­ment ! En fait, bien enten­du, ils avaient sim­ple­ment ren­ver­sé l’équilibre de la Nature et étaient sur le point d’en subir les consé­quences. Son­gez donc à quoi ils se sont occu­pés au cours du siècle et demi qui a pré­cé­dé la Chose. À pol­luer les rivières, à tuer tous les ani­maux sau­vages, au point de les faire dis­pa­raître, à détruire les forêts, à déla­ver la couche super­fi­cielle du sol et à la déver­ser dans la mer, à consu­mer un océan de pétrole, à gas­piller les miné­raux qu’il avait fal­lu la tota­li­té des époques géo­lo­giques pour dépo­ser. Une orgie d’imbécillité cri­mi­nelle. Et ils ont appe­lé cela le Pro­grès. Le Pro­grès ! Je vous le dis, c’était une inven­tion trop fan­tas­tique pour qu’elle ait été le pro­duit d’un simple esprit humain – trop démo­nia­que­ment iro­nique ! Il a fal­lu pour cela une Aide exté­rieure. Il a fal­lu la Grâce de Bélial, qui, bien enten­du, est tou­jours offerte – du moins, à qui­conque est prêt à coopé­rer avec elle. Et qui ne l’est pas ?

— Qui ne l’est pas ?” répète le Pr Poole avec un petit glous­se­ment de rire, car il se dit qu’il lui faut, d’une façon ou d’une autre, rache­ter son erreur au sujet de l’Église à l’Âge des Ténèbres.

“Le Pro­grès et le Natio­na­lisme – ce sont les deux grandes idées qu’il leur a mises en tête. Le Pro­grès – le pos­tu­lat selon lequel vous pou­vez obte­nir quelque chose pour rien, selon lequel vous pou­vez gagner dans un domaine sans payer ce gain dans un autre, selon lequel vous seul com­pre­nez la signi­fi­ca­tion de l’histoire, vous savez ce qui va arri­ver d’ici cin­quante ans ; que quoi qu’enseigne l’expérience, vous pou­vez pré­voir toutes les consé­quences futures de vos actes actuels ; que l’Utopie est là devant nous, toute proche et, puisque les fins idéales jus­ti­fient les moyens les plus abo­mi­nables, qu’il est de votre pri­vi­lège et de votre devoir de voter, d’escroquer, de tor­tu­rer, de réduire en escla­vage et d’assassiner tous ceux qui à votre avis (lequel est par défi­ni­tion infaillible), font obs­tacle à la marche en avant vers le para­dis ter­restre. Sou­ve­nez-vous de cet apho­risme de Karl Marx : ‘La Force est l’accoucheuse du Pro­grès’. Il aurait pu ajou­ter – mais, bien enten­du, Bélial n’a pas vou­lu qu’on vende la mèche si tôt au début des opé­ra­tions – que le Pro­grès est l’accoucheur de la Force. Dou­ble­ment l’accoucheur, car le fait du pro­grès tech­no­lo­gique four­nit aux gens les ins­tru­ments d’une des­truc­tion sans cesse plus aveugle, cepen­dant que le mythe du pro­grès poli­tique et moral sert d’excuse à l’emploi de ces moyens jusqu’à l’extrême limite. Je vous le dis, cher mon­sieur, l’historien incré­dule est fou. Plus on étu­die l’histoire moderne, plus on acquiert de preuves de la Main direc­trice de Bélial.”

L’Archi-Vicaire fait le signe des cornes, se res­taure d’une nou­velle gor­gée de vin, puis conti­nue : “Et ensuite il y a eu le Natio­na­lisme, l’idée que l’État dont on se trouve être le sujet est le seul dieu véri­table, et que tous les autres États sont de faux dieux ; que tous ces dieux, les vrais comme les faux, ont la men­ta­li­té de jeunes délin­quants ; et que tout conflit au sujet du pres­tige, du pou­voir ou de l’argent est une croi­sade en faveur du Bien, du Vrai et du Beau. Le fait qu’à un moment don­né de l’histoire des idées pareilles en soient venues à être uni­ver­sel­le­ment accep­tées est la meilleure preuve qu’il a enfin gagné la bataille.

— Je ne com­prends pas très bien.

— Mais c’est évident, voyons. Vous avez là deux idées fon­da­men­tales. Cha­cune d’elles est intrin­sè­que­ment absurde et cha­cune d’elles mène à des lignes de conduite dont on peut démon­trer qu’elles sont funestes. Et pour­tant toute l’humanité civi­li­sée décide, presque sou­dai­ne­ment, d’accepter ces idées comme direc­tives de conduite. Pour­quoi ? Et à l’instigation de Qui, sur la pro­po­si­tion de Qui, sous l’inspiration de Qui ? Il ne peut y avoir qu’une seule réponse.

— Vous vou­lez dire que vous croyez que c’était… que c’était le Diable ?” »

Dans Retour au Meilleur des mondes (1958), il fus­tige la « tech­nique moderne » :

« Nous voyons donc que la tech­nique moderne a conduit à la concen­tra­tion du pou­voir éco­no­mique et poli­tique ain­si qu’au déve­lop­pe­ment d’une socié­té contrô­lée (avec féro­ci­té dans les pays tota­li­taires, cour­toi­sie et dis­cré­tion dans les “démo­cra­ties”) par l’État et l’En­tre­prise. Mais les socié­tés sont com­po­sées d’individus et ne valent que dans la mesure où elles les aident à s’épanouir, à mener une vie heu­reuse et créa­trice. Quelles ont été les réper­cus­sions des per­fec­tion­ne­ments tech­niques sur les hommes au cours de ces récentes années ? Voi­ci la réponse du Dr Erich Fromm, philosophe-psychiatre :

“Notre socié­té occi­den­tale contem­po­raine, mal­gré ses pro­grès maté­riels, intel­lec­tuels et sociaux, est de plus en plus inca­pable d’assurer la san­té men­tale et tend à saper, dans chaque indi­vi­du, la sécu­ri­té inté­rieure, le bon­heur, la rai­son, la facul­té d’aimer ; elle tend à faire de lui un auto­mate qui paie son échec sur le plan humain par des mala­dies men­tales tou­jours plus fré­quentes et un déses­poir qui se dis­si­mule sous une fré­né­sie de tra­vail et de pré­ten­du plaisir.”

Nos “mala­dies men­tales tou­jours plus fré­quentes” peuvent trou­ver leur expres­sion dans les symp­tômes des névroses, très voyants et des plus pénibles. Mais “gar­dons-nous”, écrit le Dr Fromm, “de défi­nir l’hygiène men­tale comme la pré­ven­tion des symp­tômes. Ces der­niers ne sont pas nos enne­mis, mais nos amis ; là où ils sont, il y a conflit et un conflit indique tou­jours que les forces de vie qui luttent pour l’harmonisation et le bon­heur résistent encore”. Les vic­times vrai­ment sans espoir se trouvent par­mi ceux qui semblent les plus nor­maux. Pour beau­coup d’entre eux, c’est “parce qu’ils sont si bien adap­tés à notre mode d’existence, parce que la voix humaine a été réduite au silence si tôt dans leur vie, qu’ils ne se débattent même pas, ni ne souffrent et ne pré­sentent pas de symp­tômes comme le font les névro­sés”. Ils sont nor­maux non pas au sens que l’on pour­rait appe­ler abso­lu du terme, mais seule­ment par rap­port à une socié­té pro­fon­dé­ment anor­male, et c’est la per­fec­tion de leur adap­ta­tion à celle-ci qui donne la mesure de leur dés­équi­libre men­tal. Ces mil­lions d’anormalement nor­maux vivent sans his­toires dans une socié­té dont ils ne s’accommoderaient pas s’ils étaient encore plei­ne­ment humains, et s’accrochent encore à “l’illusion de l’individualité”. En réa­li­té, ils ont été dans une large mesure déper­son­na­li­sés. Leur confor­mi­té évo­lue vers l’uniformité. Mais “l’uniformité est incom­pa­tible avec la liber­té, de même qu’avec la san­té men­tale… L’homme n’est pas fait pour être un auto­mate et s’il en devient un, le fon­de­ment de son équi­libre men­tal est détruit”. […] 

Au cours du der­nier siècle, les pro­grès suc­ces­sifs de la tech­nique ont été accom­pa­gnés de per­fec­tion­ne­ments cor­res­pon­dants dans l’organisation. II fal­lait que les machines com­plexes trou­vassent leur contre­par­tie dans des dis­po­si­tions sociales com­plexes, des­ti­nées à fonc­tion­ner avec autant de moel­leux et d’efficacité que les nou­veaux ins­tru­ments de pro­duc­tion. Pour s’intégrer dans ces orga­ni­sa­tions, les per­sonnes ont dû se déper­son­na­li­ser, renier leur diver­si­té native, se confor­mer à des normes stan­dar­di­sées, faire de leur mieux, en bref, pour deve­nir des automates.

[…] L’industrie, à mesure qu’elle se déve­loppe, attire un nombre d’hommes tou­jours plus consi­dé­rable dans les grandes villes ; mais la vie n’y est guère favo­rable à la san­té men­tale […] ; elle ne déve­loppe pas non plus cette indé­pen­dance consciente de ses res­pon­sa­bi­li­tés à l’intérieur de petits groupes auto­nomes, qui est la pre­mière condi­tion à l’établissement d’une démo­cra­tie authen­tique. La vie urbaine est ano­nyme et pour ain­si dire abs­traite. Les êtres ont des rap­ports non pas en tant que per­son­na­li­tés totales, mais en tant que per­son­ni­fi­ca­tions de struc­tures éco­no­miques ou, quand ils ne sont pas au tra­vail, d’irresponsables à la recherche de dis­trac­tions. Sou­mis à ce genre de vie, l’individu tend à se sen­tir seul et insi­gni­fiant ; son exis­tence cesse d’avoir le moindre sens, la moindre importance.

Au point de vue bio­lo­gique, l’homme est un ani­mal modé­ré­ment gré­gaire, non pas tout à fait social ; il res­semble plus au loup, par exemple, ou à l’éléphant, qu’à l’abeille ou à la four­mi. Dans leur forme ori­gi­nelle, ses Socié­tés n’ont rien de com­mun avec la ruche ou la four­mi­lière : ce sont de simples bandes. La civi­li­sa­tion est, entre autres choses, le pro­ces­sus par lequel les bandes pri­mi­tives sont trans­for­mées en un équi­valent, gros­sier et méca­nique, des com­mu­nau­tés orga­niques d’insectes sociaux. À l’heure pré­sente, les pres­sions du sur­peu­ple­ment et de l’évolution tech­nique accé­lèrent ce mou­ve­ment. La ter­mi­tière en est arri­vée à repré­sen­ter un idéal réa­li­sable et même, aux yeux de cer­tains, sou­hai­table. Inutile de dire qu’il ne devien­dra jamais réa­li­té. Un gouffre immense sépare l’insecte social du mam­mi­fère avec son gros cer­veau, son ins­tinct gré­gaire très miti­gé et ce gouffre demeu­re­rait, même si l’éléphant s’efforçait d’imiter la four­mi. Mal­gré tous leurs efforts, les hommes ne peuvent que créer une orga­ni­sa­tion et non pas un orga­nisme social. En s’acharnant à réa­li­ser ce der­nier, ils par­vien­dront tout juste à un des­po­tisme totalitaire.

Le Meilleur des mondes pré­sente le tableau ima­gi­naire et quelque peu licen­cieux d’une socié­té dans laquelle les efforts faits pour recréer des êtres humains à la res­sem­blance des ter­mites ont été pous­sés presque à la limite du pos­sible. Que nous soyons mus dans cette direc­tion est évident, mais, il est non moins cer­tain que nous pou­vons, si nous le vou­lons, refu­ser de coopé­rer avec les forces aveugles qui nous meuvent. »

En paral­lèle de ces féroces dénon­cia­tions du machi­nisme, du Pro­grès tech­nique, de l’industrialisme, Hux­ley for­mule cepen­dant des espé­rances bien plus conven­tion­nelles. L’électricité et la machine pour­raient, dans cer­taines condi­tions, si elles s’établissaient de manière décen­tra­li­sée, ser­vir l’émancipation et le bien-être des êtres humains. On retrouve ain­si chez lui — certes, sous une forme bien plus ténue — cette foi, cet émer­veille­ment, cet espoir pla­cé en la machine et le pro­grès tech­nique. Cette incom­pré­hen­sion du fait que les machines, les tech­no­lo­gies com­plexes, les hautes tech­no­lo­gies, impliquent, portent en elle la cen­tra­li­sa­tion du pou­voir, la domi­na­tion et l’oppression des êtres humains.

Du côté des figures plus célèbres de l’anarchisme ou du socia­lisme de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle, de Kro­pot­kine — « […] des mil­lions d’es­claves en fer que nous appe­lons machines et qui rabotent et scient, tissent et filent pour nous, qui décom­posent et recom­posent la matière pre­mière, et font les mer­veilles de notre époque[1] » — à Lénine — « Le com­mu­nisme, c’est les Soviets plus l’élec­tri­ci­té » —, si on ne s’accorde pas sur tout, notam­ment sur la ques­tion de l’État, en revanche, comme le sou­ligne Orwell, on glo­ri­fie la machine, on chante les louanges du pro­grès technique.

Ain­si que l’écrit Lily Lit­vak dans son livre Musa liber­ta­ria (« Muse libertaire ») :

« Les anar­chistes héri­tèrent du posi­ti­visme la poé­sie atta­chée à l’avenir de la science, ain­si que la célé­bra­tion des héroïsmes qu’il sus­ci­tait, l’orgueil propre à l’homme maître des élé­ments et construc­teur de machines énormes et déli­cates qui l’aident dans son entre­prise de conquête du monde. »

Cer­tains, à l’instar d’Élisée Reclus, sont peut-être plus sceptiques :

« Les pro­grès même, en ce qu’ils ont de plus gran­diose et de plus sai­sis­sant, les grandes décou­vertes, par exemple l’application de forces nou­velles, l’emploi des machines et des pro­cé­dés ingé­nieux qui se sub­sti­tuent au tra­vail humain, sont fré­quem­ment pour les ouvriers des causes d’infortune et de misère. Sans doute, ces décou­vertes doivent avoir pour consé­quence ultime de sou­la­ger l’homme dans ses labeurs pénibles ; en atten­dant, elles élar­gissent le domaine de l’industrie et font naître tout un monde d’inventions qui per­mettent de spé­cia­li­ser et de dif­fé­ren­cier le tra­vail en mille branches impré­vues[2]. »

Mais dans l’ensemble, le pro­grès tech­nique, les machines, l’industrialisation et même l’urbanisation, l’expansion de la civi­li­sa­tion indus­trielle, sont per­çus, mal­gré leurs consé­quences immé­diates par­fois voire sou­vent regret­tables, qu’on ne se prive pas de sou­li­gner, comme de très bons déve­lop­pe­ments qui, à l’avenir, ne man­que­ront pas de ser­vir l’émancipation, la liber­té, le bien-être des êtres humains.

Dans l’ensemble, rien n’a changé

Aujourd’hui, la cri­tique anti-indus­trielle, anti-machi­nisme, la cri­tique du soi-disant « pro­grès tech­nique », s’étant per­pé­tuée au fil du temps, au tra­vers de quelques indi­vi­dus ou de petits groupes de néo­lud­dites, anti-indus­triels et autres « tech­no­cri­tiques », de Lewis Mum­ford à Ber­nard Char­bon­neau et Gun­ther Anders, de Jacques Ellul aux membres de l’Encyclopédie des Nui­sances, en pas­sant par le mou­ve­ment éco­lo­giste des années 1960, 1970 et même 1980 (avec, par exemple, Pierre Four­nier et son jour­nal La Gueule Ouverte, Alexandre Gro­then­dieck et ses cama­rades de Sur­vivre et vivre, etc.) conti­nue, certes bien dis­crè­te­ment, au regard des cou­rants poli­tiques grand public, de se réin­ven­ter — notam­ment au tra­vers des Gre­no­blois de Pièces et Main d’Œuvre, de mai­sons d’édition comme L’Échappée, les édi­tions de La Roue, La Len­teur, de la Revue Z, et de divers col­lec­tifs et auteurs.

Cela dit, au sein du mou­ve­ment éco­lo­giste de la seconde moi­tié du XXe siècle, la remise en ques­tion de l’industrialisme, du machi­nisme, du « Pro­grès », ne fai­sait pas l’unanimité. Des pen­seurs radi­caux comme Mur­ray Book­chin — qui sou­tient jusqu’à l’utilisation de la tech­no­lo­gie nucléaire afin de pro­duire de l’énergie, dans une optique sup­po­sé­ment liber­taire et éco­lo­gique, avant de se ravi­ser — entre­tiennent une pro­fonde ambi­guï­té vis-à-vis du déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique, de l’idée de Pro­grès (y com­pris, mais pas seule­ment, tech­nique). À cet égard, l’exemple d’André Gorz est assez emblématique :

« Pour Gorz, en effet, la publi­ca­tion de L’adieu au pro­lé­ta­riat en 1980 marque un tour­nant. Le dépas­se­ment du capi­ta­lisme ne peut venir d’une classe pro­lé­taire repre­nant le contrôle des moyens de pro­duc­tion. Car ce sont ces moyens de pro­duc­tion, en tant que tech­nique indus­trielle, qui sont en eux-mêmes des moyens de domi­na­tion et d’aliénation d’une classe ouvrière pétrie de l’idéologie de la valeur. »

Jusque-là, Gorz voit juste. Seulement :

« Pour autant, Gorz se défend d’un retour en arrière et d’un repli com­mu­nau­taire. Cette auto­suf­fi­sance est non seule­ment com­pa­tible avec, mais doit s’accompagner du déve­lop­pe­ment d’une tech­no­lo­gie infor­ma­tique éman­ci­pa­trice capable d’optimiser la pro­duc­tion et de réduire le temps de tra­vail en plus de per­mettre une mise en réseau mon­diale des éco­no­mies locales[3]. »

Chas­sez le natu­rel (de gauche), il revient au galop.


Un livre pour appro­fon­dir le sujet.

Quoi qu’il en soit, désor­mais, l’essentiel des soi-disant anar­chistes et des socia­listes ou com­mu­nistes, d’Olivier Faure à Mélen­chon en pas­sant par Fabien Rous­sel et Phi­lippe Pou­tou, mal­gré des diver­gences sur la ques­tion de l’État, et d’autres points spé­ci­fiques, par­tagent une même fer­vente ido­lâ­trie pour le Pro­grès tech­nique, l’industrialisme, le machi­nisme, pour les hautes tech­no­lo­gies conjoin­te­ment déve­lop­pées par l’État et le capitalisme.

La socié­té idéale pro­mue par le pro­gramme du mou­ve­ment La France insou­mise et de son can­di­dat, Jean-Luc Mélen­chon, inti­tu­lé L’avenir en com­mun, par exemple, res­semble comme deux gouttes d’eau à la nôtre actuelle. Il s’agit tou­jours d’une socié­té tech­no-indus­trielle — dans laquelle la consom­ma­tion éner­gé­tique serait certes réduite, et basée sur un mix 100 % « renou­ve­lables ». L’Avenir en com­mun vante les « avan­cées tech­no­lo­giques majeures dans le domaine des maté­riaux, dans l’imagerie médi­cale », « le déve­lop­pe­ment des ordi­na­teurs modernes, de nou­veaux ser­vices tels que la télé­pho­nie mobile, les pré­vi­sions météo­ro­lo­giques, le gui­dage par GPS, etc. », le déve­lop­pe­ment d’outils « garan­tis­sant la sou­ve­rai­ne­té de la France face aux menaces venant de l’espace », « la coopé­ra­tion inter­na­tio­nale pour les vols habi­tés inter­pla­né­taires », la pour­suite de « notre décou­verte de l’univers via les obser­va­toires ter­restres et spa­tiaux », l’objectif consis­tant à « péren­ni­ser la pré­sence humaine dans l’es­pace », le déve­lop­pe­ment de « la filière spa­tiale et ses emplois pour rele­ver les défis scien­ti­fiques et tech­niques de demain », des « villes intel­li­gentes », et ain­si de suite.

À l’instar d’un Noam Chom­sky, la plu­part, à gauche, estiment que « la tech­no­lo­gie est neutre ». D’ailleurs, Chom­sky encense la robo­tique et sou­tient qu’une « socié­té liber­taire vou­drait uti­li­ser les tech­no­lo­gies les plus avan­cées qui soient et vou­drait même conti­nuel­le­ment faire pro­gres­ser la tech­no­lo­gie. Une tech­no­lo­gie contem­po­raine comme, par exemple, la tech­no­lo­gie infor­ma­tique, elle peut être uti­li­sée pour l’op­pres­sion, et elle peut être uti­li­sée pour la libé­ra­tion ». Il affirme même que « la seule chose qui puisse éven­tuel­le­ment résoudre nos pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux, ce sont les hautes tech­no­lo­gies[4] [les tech­no­lo­gies de pointe] ».

Per­sonne, au sein des ten­dances domi­nantes de la gauche, n’envisage la dés­in­dus­tria­li­sa­tion, la sor­tie de la socié­té indus­trielle tech­no­lo­gique, son déman­tè­le­ment au pro­fit de petites socié­tés à tailles humaines, aus­si auto­suf­fi­santes et auto­nomes que pos­sible, fon­dées sur des tech­no­lo­gies douces, sur des basses tech­no­lo­gies, comme hori­zon poli­tique sou­hai­table. Un tel ave­nir est impen­sable, par­fai­te­ment indé­si­rable. La chi­mère en laquelle on conti­nue d’espérer, de croire, consiste tou­jours à com­mu­na­li­ser, col­lec­ti­vi­ser, natio­na­li­ser, démo­cra­ti­ser ou éta­ti­ser les machines, les hautes tech­no­lo­gies et les indus­tries déve­lop­pées par le capi­ta­lisme. Le mou­ve­ment éco­lo­giste lui-même, deve­nu mou­ve­ment pour le cli­mat, ou mou­ve­ment cli­mat, ne vise plus qu’à per­pé­tuer la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle capi­ta­liste en la ver­dis­sant, au moyen de hautes tech­no­lo­gies sup­po­sé­ment (faus­se­ment) vertes, com­pre­nant celles visant à pro­duire de l’éner­gie sup­po­sé­ment (faus­se­ment) propre ou renou­ve­lable.

Techniques autoritaires et techniques démocratiques

Aujourd’hui, l’état des choses et le recul dont nous dis­po­sons devraient pour­tant nous ame­ner à per­ce­voir à quel point ceux qui expo­saient les dan­gers inhé­rents au machi­nisme, à l’industrialisme, au déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique voyaient juste. Dans sa pré­face du livre inti­tu­lé La Baleine et le réac­teur (que nous réédi­te­rons bien­tôt aux édi­tions Libre) du poli­to­logue états-unien Lang­don Win­ner, le phi­lo­sophe Michel Puech expose le cœur du pro­blème : « La tech­no­lo­gie impose, ou plus exac­te­ment effec­tue une restruc­tu­ra­tion de son envi­ron­ne­ment, y com­pris humain, non pas en ver­tu d’un pou­voir occulte, mais en ver­tu de sa propre logique de fonc­tion­ne­ment, des condi­tions de fonc­tion­ne­ment des dis­po­si­tifs tech­niques eux-mêmes ». Quand on choi­sit une tech­no­lo­gie, on choi­sit une politique.

Car comme le rap­pelle Win­ner, « adop­ter un sys­tème tech­nique don­né impose qu’on crée et qu’on entre­tienne un ensemble par­ti­cu­lier de condi­tions sociales en tant qu’environnement de fonc­tion­ne­ment de ce sys­tème », parce que « cer­tains types de tech­no­lo­gie exigent une struc­ture par­ti­cu­lière de leur envi­ron­ne­ment social à peu près comme une voi­ture exige des roues pour pou­voir rou­ler. L’objet en ques­tion ne peut pas exis­ter comme enti­té réel­le­ment fonc­tion­nelle tant que cer­taines condi­tions, sociales autant que maté­rielles, ne sont pas rem­plies. Cette “exi­gence” désigne une néces­si­té pra­tique (plu­tôt que logique). » Ainsi :

« En exa­mi­nant les struc­tures sociales qui carac­té­risent l’environnement des sys­tèmes tech­niques, on découvre que cer­tains appa­reils et cer­tains sys­tèmes sont inva­ria­ble­ment liés à des orga­ni­sa­tions spé­ci­fiques du pou­voir et de l’autorité. »

Or la com­plexi­té des tech­no­lo­gies indus­trielles, des tech­no­lo­gies et tech­niques nées avec — et consti­tuant le cœur de — la « révo­lu­tion indus­trielle », appellent une « orga­ni­sa­tion du pou­voir et de l’autorité » tout aus­si com­plexe. Selon toute vrai­sem­blance, il existe un lien entre le degré de com­plexi­té tech­no­lo­gique d’une socié­té et le degré de démo­cra­tie qu’elle peut incor­po­rer. Plus la com­plexi­té tech­no­lo­gique d’une socié­té aug­mente, plus son poten­tiel démo­cra­tique dimi­nue. Le degré de com­plexi­té tech­no­lo­gique de la socié­té dans laquelle nous vivons, la socié­té tech­no-indus­trielle, est tel qu’il a depuis long­temps réduit à néant ce que les socié­tés qui la pré­cé­daient rece­laient encore de démocratique.

Le socio­logue états-unien Lewis Mum­ford dis­tin­guait deux grandes caté­go­ries de tech­no­lo­gies[5] (tech­niques, dans son voca­bu­laire). Les tech­no­lo­gies démo­cra­tiques, et les tech­no­lo­gies auto­ri­taires. Les tech­no­lo­gies démo­cra­tiques sont celles qui reposent sur une « méthode de pro­duc­tion à petite échelle », qui favo­risent « l’autogouvernement col­lec­tif, la libre com­mu­ni­ca­tion entre égaux, la faci­li­té d’accès aux savoirs com­muns, la pro­tec­tion contre les contrôles exté­rieurs arbi­traires » et « l’autonomie per­son­nelle », qui confèrent « l’autorité au tout plu­tôt qu’à la par­tie ». La tech­no­lo­gie démo­cra­tique « exige rela­ti­ve­ment peu » et « est très faci­le­ment adap­table et récupérable ».

Les tech­no­lo­gies auto­ri­taires, en revanche, ne confèrent « l’autorité qu’à ceux qui se trouvent au som­met de la hié­rar­chie sociale », reposent sur le « contrôle poli­tique cen­tra­li­sé qui a don­né nais­sance au mode de vie que nous pou­vons à pré­sent iden­ti­fier à la civi­li­sa­tion, sans en faire l’éloge », « sur une contrainte phy­sique impi­toyable, sur le tra­vail for­cé et l’esclavage », sur « la créa­tion de machines humaines com­plexes com­po­sées de pièces inter­dé­pen­dantes, rem­pla­çables, stan­dar­di­sées et spé­cia­li­sées – l’armée des tra­vailleurs, les troupes, la bureaucratie ».

La réa­li­sa­tion d’un panier en osier, pour prendre un exemple quel­conque, relève donc de la pre­mière caté­go­rie. Elle ne néces­site pas de « contrôle poli­tique cen­tra­li­sé », ni de confé­rer l’autorité à des indi­vi­dus se trou­vant au som­met d’une hié­rar­chie sociale, etc. La fabri­ca­tion d’une cuillère en plas­tique, en revanche, de même que la construc­tion d’une cen­trale nucléaire, d’un pan­neau solaire pho­to­vol­taïque ou d’un télé­vi­seur (ou d’un avion, comme le sou­ligne Orwell en réponse à Her­bert Read), relèvent de la seconde caté­go­rie [pour une dis­cus­sion un peu plus appro­fon­die de cette ques­tion, je vous ren­voie à ce texte : « De la cuillère en plas­tique à la cen­trale nucléaire : le des­po­tisme tech­no-indus­triel »]. Elles reposent sur le contrôle poli­tique cen­tra­li­sé qui carac­té­rise la pré­sente socié­té tech­no-indus­trielle, sur l’esclavage sala­rial impo­sé par l’État-capitalisme, confèrent l’autorité à ceux qui le gou­vernent, impliquent un appa­reil bureau­cra­tique, etc.

(D’autres pen­seurs et phi­lo­sophes ont for­mu­lé des remarques simi­laires sur la tech­no­lo­gie ou la tech­nique, Ted­dy Gold­smith, s’appuyant sur Wolf­gang Sax, oppose les tech­niques enchâs­sées aux tech­niques bran­chées. Théo­dore Kac­zyns­ki parle de tech­no­lo­gie cloi­son­née et de tech­no­lo­gie sys­té­mique. En termes plus simples, on peut par­ler de tech­niques douces et de tech­niques dures. Pour en savoir plus, nous vous invi­tons à consul­ter cet article).

Réa­li­ser cela nous amène à réa­li­ser en quoi le machi­nisme et l’industrialisme, le déve­lop­pe­ment de hautes tech­no­lo­gies, de tech­no­lo­gies com­plexes, sont fon­ciè­re­ment incom­pa­tibles avec la démo­cra­tie, et pour­quoi l’idée selon laquelle la démo­cra­tie ne pou­vait exis­ter « qu’au sein de petites col­lec­ti­vi­tés consti­tuait une évi­dence pour ces grands pen­seurs du poli­tique que furent Pla­ton et Aris­tote ou, plus proches de nous dans le temps, Rous­seau et Mon­tes­quieu », comme le rap­pelle Yves-Marie Abra­ham dans son livre Gué­rir du mal de l’infini. Lewis Mum­ford, encore plus proche de nous dans le temps, sou­li­gnait que :

« la démo­cra­tie est une inven­tion de petite socié­té. Elle ne peut exis­ter qu’au sein de petites com­mu­nau­tés. Elle ne peut pas fonc­tion­ner dans une com­mu­nau­té de 100 mil­lions d’individus. 100 mil­lions d’individus ne peuvent être gou­ver­nés selon des prin­cipes démo­cra­tiques. J’ai connu une ensei­gnante qui avait pro­po­sé à ses élèves, au lycée, de conce­voir un sys­tème basé sur une com­mu­ni­ca­tion élec­trique, avec une orga­ni­sa­tion cen­trale, per­met­tant de trans­mettre une pro­po­si­tion à l’ensemble des votants du pays, à laquelle ils pour­raient répondre “oui” ou “non” en appuyant sur le bou­ton cor­res­pon­dant. À l’instar de ses étu­diants, elle croyait qu’il s’agissait de démo­cra­tie. Pas du tout. Il s’agissait de la pire forme de tyran­nie tota­li­taire, du genre de celle qu’impose le sys­tème dans lequel nous vivons. La démo­cra­tie requiert des rela­tions de face-à-face, et donc des com­mu­nau­tés de petites tailles, qui peuvent ensuite s’inscrire dans des com­mu­nau­tés plus éten­dues, qui doivent alors être gou­ver­nées selon d’autres principes. »

L’abîme se rapproche

Nous devrions le per­ce­voir car notre époque, plus encore que celle d’Orwell — mais moins que les temps futurs, si tout conti­nue de conti­nuer, c’est-à-dire d’empirer — est celle de « la méca­ni­sa­tion triom­phante ». Tout nous « per­met d’éprouver réel­le­ment la pente natu­relle de la machine, qui consiste à rendre impos­sible toute vie humaine authen­tique ». Les écrans sont par­tout, les machines ont enva­hi nos vies jusqu’au plus pro­fond de nos inti­mi­tés — le smart­phone, per­ni­cieux Black Mir­ror (Miroir noir), en consti­tuant peut-être la pire illus­tra­tion. Le désastre social est total, et la situa­tion n’a de cesse de se dégra­der : dépos­ses­sion, exploi­ta­tion et oppres­sion sont en conso­li­da­tion per­pé­tuelle, les inéga­li­tés socio-éco­no­miques, déjà colos­sales, vont crois­sant, le mal-être est épi­dé­mique dans la tech­no­sphère — royaume de l’hors-sol, fief de l’artificiel — dépres­sions, stress, anxié­tés et troubles psy­chiques en tous genres[6] ravagent tou­jours plus pro­fon­dé­ment la socié­té tech­no-indus­trielle, de même que le cor­tège des autres mala­dies dites « de civi­li­sa­tion[7] » (can­cers, obé­si­té, mala­dies car­dio­vas­cu­laires, etc.). Les vio­lences contre les femmes et contre les enfants[8] y revêtent, elles aus­si, un carac­tère épi­dé­mique. Le tota­li­ta­risme capi­ta­liste, impo­sé par l’État, est irré­sis­ti­ble­ment exa­cer­bé par le déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique per­pé­tuel. Le déve­lop­pe­ment des tech­no­lo­gies du numé­rique, et des NTIC, cou­plé à la qua­trième révo­lu­tion indus­trielle, pro­met le pire, ain­si que nous le laisse entre­voir un docu­men­taire récem­ment dif­fu­sé sur Arte, inti­tu­lé Tous sur­veillés.

Le désastre éco­lo­gique, lui aus­si, est total : tout est pol­lué, le monde (les eaux, l’air, les sols) a été et est encore bai­gné dans d’innombrables sub­stances de syn­thèse (per­tur­ba­teurs endo­cri­niens, rési­dus de médi­ca­ments en tous genres, pes­ti­cides, her­bi­cides, fon­gi­cides, COV — Com­po­sés Orga­niques Vola­tils — d’origine indus­trielle, etc.[9]) dont non seule­ment nous ne connais­sons pas les effets, mais dont nous ne savons rien de la syner­gie de leurs effets com­bi­nés. Le plas­tique est par­tout, dans l’air, dans le sol, dans la mer, dans les océans — « C’est mal­heu­reux, mais le plas­tique est deve­nu un nou­veau type de par­ti­cules de sédi­ments, désor­mais dis­tri­bué à tra­vers le fond marin avec du sable, de la boue et des nutri­ments », déplore un cher­cheur[10]. Des déchets nucléaires radio­ac­tifs et des cen­taines de mil­liers de tonnes d’armes chi­miques hau­te­ment toxiques dont on sou­hai­tait se débar­ras­ser, ou ayant été cou­lés dans des navires de guerre, jonchent les fonds marins[11], par­sèment le plan­cher océa­nique. La défo­res­ta­tion conti­nue impla­ca­ble­ment, et la plu­part des ini­tia­tives de refo­res­ta­tion sont en réa­li­té des plan­ta­tions indus­trielles d’arbres, n’ayant rien à voir avec des forêts, n’en étant que de pauvres ersatz nui­sibles pour les sols et peu amènes pour la bio­di­ver­si­té. Une sixième extinc­tion de masse est en cours, qu’il serait plus juste de qua­li­fier de pre­mière exter­mi­na­tion de masse : les habi­tats d’innombrables espèces ani­males, végé­tales, etc., sont détruits, les uns après les autres, pour l’expansion de la civi­li­sa­tion indus­trielle et de son chep­tel humain — et/ou pol­lués, pour ces quelques habi­tats qui n’ont pas encore été détruits. En même temps qu’ils sont rem­plis de plas­tiques et de déchets en tous genres, les océans et les mers sont évis­cé­rés de la vie qu’ils héber­geaient, pois­sons, coraux, etc. Au cours des soixante der­nières années, 90 % des grands pois­sons[12], 70 % des oiseaux marins[13] et, plus géné­ra­le­ment, 52 % des ani­maux sau­vages[14], ont été tués ; depuis moins de 40 ans, le nombre d’animaux marins, dans l’ensemble, a été divi­sé par deux[15]. Sachant que ces déclins en popu­la­tions ani­males et végé­tales ne datent pas d’hier et qu’une dimi­nu­tion par rap­port à il y a 60 ou 70 ans masque en réa­li­té des pertes bien pires encore (phé­no­mène que l’on qua­li­fie par­fois d’amnésie éco­lo­gique[16]). D’après le rap­port Pla­nète vivante 2018 du WWF, « entre 1970 et 2014, l’effectif des popu­la­tions de ver­té­brés sau­vages a décli­né de 60 % ». On estime que d’ici 2048 les océans n’abriteront plus aucun pois­son[17]. D’autres pro­jec­tions estiment que d’ici 2050, il y aura plus de plas­tiques que de pois­sons dans les océans[15]. On estime éga­le­ment que d’ici à 2050, la qua­si-tota­li­té des oiseaux marins auront ingé­ré du plas­tique[18]. Enfin, ain­si qu’un article de Forbes nous le rap­porte, « des scien­ti­fiques estiment qu’au cours des vingt pro­chaines années, 70 à 90 % de tous les récifs coral­liens seront détruits en rai­son du réchauf­fe­ment des océans, de leur aci­di­fi­ca­tion et de leur pol­lu­tion ». Les terres fer­tiles de la pla­nète sont sys­té­ma­ti­que­ment détruites, ain­si que le rap­porte un article[19] du quo­ti­dien Les Échos, inti­tu­lé « La fer­ti­li­té des sols part en pous­sière » : « Au cours des cent der­nières années, un mil­liard d’hectares de terres fer­tiles, l’équivalent de la sur­face des États-Unis, se sont lit­té­ra­le­ment vola­ti­li­sés [com­prendre : ont été détruits]. Et l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’inquiète de l’avenir des sur­faces res­tantes. Dans un rap­port de 650 pages, publié en décembre à l’occasion de la clô­ture de l’Année inter­na­tio­nale des sols, elle constate qu’un tiers des terres arables de la pla­nète sont plus ou moins mena­cées de dis­pa­raître [com­prendre : d’être détruites]. » Même l’espace est souillé par ces tonnes de « déchets spa­tiaux » qu’y expé­die le for­mi­dable Pro­grès tech­nique de la civi­li­sa­tion industrielle.

Pour un inven­taire un peu plus consé­quent des désastres sociaux et éco­lo­giques en cours, je vous ren­voie vers mon article inti­tu­lé « Voyons-nous “les choses en noir” ou sont-ils inca­pables de regar­der l’horreur en face ? ». L’abîme vers lequel Hux­ley voyait que nous fon­cions, de plus en plus de gens com­mencent à l’apercevoir.

Et au car­re­four des désastres sociaux et éco­lo­giques, qui accom­pagnent la civi­li­sa­tion depuis qu’elle a com­men­cé, il y a plu­sieurs mil­lé­naires, à agglu­ti­ner les êtres humains dans des villes liées entre elles par des routes com­mer­ciales, à impo­ser la séden­ta­ri­sa­tion, à concen­trer pareille­ment les ani­maux domes­tiques ou d’élevage et à rava­ger le monde natu­rel, éta­blis­sant de la sorte toutes les condi­tions néces­saires à leur pro­pa­ga­tion : les épi­dé­mies et pan­dé­mies, y com­pris d’origine zoo­no­tique[20].

***

Les lud­dites, les natu­riens, divers groupes humains, par­mi les­quels des peuples indi­gènes, ain­si qu’un cer­tain nombre d’individus l’avaient bien com­pris, et nous ont aver­tis. Aujourd’­hui, les néo­lud­dites, anti-indus­triels, tech­no­cri­tiques ou néo­na­tu­riens sont aus­si mino­ri­taires et aus­si raillés, igno­rés ou mépri­sés par la gauche grand public, média­tique, ins­ti­tu­tion­nelle, que les lud­dites et les natu­riens l’étaient à l’époque.

La pire erreur de l’his­toire de la gauche, c’est d’avoir cru et de conti­nuer de croire que les ins­tru­ments de notre oppres­sion, de notre exploi­ta­tion et de la des­truc­tion du monde — le machi­nisme, l’industrialisme, le soi-disant « pro­grès tech­nique », l’État, le tra­vail — pour­raient être chan­gés en ins­tru­ments d’émancipation et de créa­tion d’un mode de vie sou­te­nable et éga­li­taire. (En lien avec cette croyance, c’est aus­si d’avoir plei­ne­ment embras­sé l’idéologie de la supré­ma­tie humaine qui domine et carac­té­rise la civi­li­sa­tion occi­den­tale depuis plu­sieurs mil­lé­naires, consi­dé­rant l’être humain et, plus spé­ci­fi­que­ment, l’Homo indus­tria­lis, l’homme civi­li­sé, comme le pinacle de l’évolution ou de la créa­tion, comme une espèce supé­rieure à — et dif­fé­rente de — toutes les autres, des­ti­née à domi­ner le monde entier et l’asservir. Mais je ne m’étendrai pas là-des­sus ici, mon pro­pos étant déjà bien plus long que je ne l’envisageais initialement.)

La pire erreur de l’histoire de la gauche, c’est d’avoir cru et de conti­nuer de croire que des orga­ni­sa­tions, des tech­niques et des tech­no­lo­gies dépas­sant la mesure, l’entendement, la mai­trise de la per­sonne humaine, requé­rant de sa part qu’elle aban­donne sa vie entre les mains de castes de déci­sion­naires, de déci­deurs (experts et spé­cia­listes en tous genre), pour­raient assu­rer ou contri­buer à son bien-être et son émancipation.

Si « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils ché­rissent les causes », la gauche doit beau­coup l’amuser.

Dans la revue muni­choise radi­cale Der Zie­gel­bren­ner (1917–1921), dont il était édi­teur et rédac­teur, B. Tra­ven nous en conjurait :

« Lais­sez consciem­ment pour­rir l’industrie, ou c’est elle qui vous pourrira.

[…] C’est dans l’industrie que tu veux te dépouiller de tes chaînes ? C’est avec une éco­no­mie flo­ris­sante que tu veux abattre ton adver­saire ? Ne le disais-je pas que tu es un bour­geois parce que tu penses comme un bourgeois ?

Les affaires du bour­geois ne pour­ront jamais être les tiennes. L’industrie, qui a don­né au bour­geois le pou­voir de t’asservir, ne pour­ra jamais t’apporter la liber­té ou la vie. […] 

Le chef t’en par­le­ra autre­ment. C’est bien pour­quoi il est chef, et c’est bien pour­quoi tu es mené[21]. »

La gauche par­vien­dra-t-elle à se défaire à temps de ces illu­sions léthi­fères, de ces chi­mères absurdes ? C’est peu pro­bable. Elles ont pour elles un immense capi­tal média­tique, moné­taire, psy­cho­lo­gique, une colos­sale iner­tie men­tale, socié­tale. Et peut-être est-il déjà bien tard. Si la socié­té tech­no-indus­trielle doit être déman­te­lée, ce ne sera sans doute pas volon­tai­re­ment par un effet de la volon­té de la majo­ri­té de ses membres, mais plus pro­ba­ble­ment par la force de phé­no­mènes natu­rels ou de grou­pus­cules suf­fi­sam­ment déter­mi­nés et organisés.

Nico­las Casaux


  1. Pierre Kro­pot­kine, La conquête du pain (1892)
  2. Éli­sée Reclus, L’Homme et la Terre (1908)
  3. https://journals.openedition.org/lectures/35623
  4. https://chomsky.info/19910401/
  5. https://www.partage-le.com/2015/05/31/techniques-autoritaires-et-democratiques-lewis-mumford/
  6. À ce pro­pos, lire : https://www.partage-le.com/2016/07/la-depression-est-une-maladie-de-civilisation-stephen-ildari/
  7. Pour plus de détails, lire : https://www.partage-le.com/2017/09/03/une-breve-contre-histoire-du-progres-et-de-ses-effets-sur-la-sante-de-letre-humain/
  8. D’après un article publié sur le site d’LCI : « En 2017, 8 788 plaintes ou signa­le­ments pour des faits de viols concer­nant des vic­times mineures ont été enre­gis­trés par les ser­vices de police et de gen­dar­me­rie, selon les chiffres du minis­tère de l’In­té­rieur.[…] Ces chiffres sur les vio­lences sexuelles sur mineurs, bien que très impor­tants, sont, pour les spé­cia­listes, très infé­rieurs à la réa­li­té des faits. On estime qu’il fau­drait les mul­ti­plier par dix. « Et encore on le mini­mi­se­rait. Il y a un consen­sus inter­na­tio­nal pour les enfants : les chiffres noirs, ceux qui ne sont pas rap­por­tés aux auto­ri­tés sont très impor­tants », pré­cise-t-elle à LCI. Pour elle, ce sont près de 130 000 filles et 35 000 gar­çons qui sont vic­times de vio­lences sexuelles, par an, en France. »Ce qui donne entre 24 et 452 viols de mineurs PAR JOUR (selon que l’on se base sur les 8 788 plaintes ou sur les esti­ma­tions de 130 000 filles et 35 000 gar­çons vio­lés par an).Ainsi que Michèle Créoff et Fran­çoise Laborde le rap­pellent dans leur livre Le Mas­sacre des inno­cents, 2 %, seule­ment, de ces viols, donnent lieu à une condam­na­tion. Et ain­si qu’elles le rap­pellent éga­le­ment :« Il y a aujourd’hui en France chaque semaine, 2 enfants qui meurent sous les coups et les tor­tures de leurs parents (un chiffre com­pa­rable à celui des femmes tuées par leur conjoint). Et ce en dépit sou­vent de la connais­sance et de l’i­den­ti­fi­ca­tion de ces mal­trai­tances par les ser­vices sociaux, les voi­sins, les juges, qui tous main­tiennent ces enfants chez leurs bour­reaux.[…] Il y a en France 73 000 cas de vio­lences sur mineurs iden­ti­fiés par les forces de police (soit 200 par jour). Il y a en France, 300 000 enfants pris en charge par l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance), 160 000 sont reti­rés à leur famille et 70 000 res­tent han­di­ca­pés… »
  9. Mai 2019 – RTBF : « En novembre 2018, l’Echa, l’Agence euro­péenne des pro­duits chi­miques, avait déjà expli­qué devant des dépu­tés euro­péens que pas moins de 71 % des sub­stances chi­miques fabri­quées en Europe pré­sentent des lacunes en matière de tests ou d’informations sur leur dan­ge­ro­si­té éventuelle.Selon l’Agence, la sécu­ri­té de deux tiers des pro­duits chi­miques n’est donc pas garan­tie, per­sonne ne peut dire avec cer­ti­tude si ces pro­duits sont sans dan­ger pour les humains et les animaux.Mais ces deux tiers ne sont que des esti­ma­tions, pré­cise Tatia­na San­tos du Bureau euro­péen de l’environnement, car l’Echa ne véri­fie que 5 % des dos­siers. »Août 2019 — Le Soir : « 99 % des molé­cules des pro­duits chi­miques euro­péens ne sont pas tes­tées. […] Sur 145 297 pro­duits chi­miques réper­to­riés en Europe, seule une cen­taine a été éva­luée quant à leur dan­ge­ro­si­té. »
  10. https://sciencepost.fr/une-quantite-record-de-microplastiques-enregistree-au-fond-de-locean/
  11. Cf. les docu­men­taires sui­vants : Le poi­son de la mafia et la loi du silence de Chris­tian Gram­stadt et Patri­zia Ven­dit­ti (2017) ; Arc­tique, cime­tière ato­mique de Tho­mas Reu­ter (2013) ; Armes chi­miques sous la mer de Bob Coen, Éric Nad­ler et Nico­las Kout­si­kas (2014) ; Océans pou­belles de Man­fred Lad­wig et Tho­mas Reut­ter (2013) ; Épaves et pol­lu­tion, les larmes noires de l’o­céan de Chris­tian Hey­nen (2017) ; Menaces en mer du nord de Jacques Loeuille (2019)
  12. http://www.liberation.fr/sciences/2003/05/15/90-des-gros-poissons-ont-disparu_433629
  13. http://www.sudouest.fr/2015/07/16/environnement-70-des-oiseaux-marins-ont-disparu-en-seulement-60-ans-2025145–6095.php
  14. http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20140930.OBS0670/infographie-52-des-animaux-sauvages-ont-disparu-en-40-ans.html
  15. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/le-nombre-d-animaux-marins-divise-par-deux-en-40-ans_1716214.html
  16. http://biosphere.ouvaton.org/annee-2012/1814–2012-la-grande-amnesie-ecologique-de-philippe-j-dubois-
  17. http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20061102.OBS7880/des-oceans-a-sec-en-2048.html
  18. http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/09/01/d‑ici-a-2050-la-quasi-totalite-des-oiseaux-marins-auront-ingere-du-plastique_4741906_3244.html
  19. https://www.lesechos.fr/2016/01/la-fertilite-des-sols-part-en-poussiere-191459
  20. À ce sujet, lire : https://www.partage-le.com/2020/01/25/de-lavenement-de-la-civilisation-au-coronavirus-de-wuhan-trajectoire-dun-desastre-logique/
  21. Dans l’État le plus libre du monde, B. Tra­ven.

Print Friendly, PDF & Email
Total
242
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
C
Lire

Si on ne l’arrête pas, la civilisation industrielle pourrait détruire toute la biosphère (par Theodore Kaczynski)

Traduction et illustration d'un extrait du dernier livre de Theodore Kaczynski, « Anti-Tech Revolution : Why and How » (en français : « Révolution Anti-Tech : Pourquoi et Comment ») publié en 2016 aux États-Unis, à mettre en lien avec l'article précédent (L’étrange logique derrière la quête d’énergies « renouvelables »). Ici, lorsque Kaczynski parle de « systèmes autopropagateurs », il fait référence aux puissances corporatistes (multinationales) et étatiques, qui sont les institutions de pouvoir dominantes de notre temps. Un texte court, un avertissement. Sauf accident de parcours, et/ou sauf s'il fait face à une résistance assez efficace, le système technologique mondial se comportera très certainement comme suit :
Lire

Lewis Mumford et la critique de la civilisation (industrielle)

Un des plus brillants analystes de nos sociétés industrielles (ou plutôt, de la société industrielle) et de leur (de sa) trajectoire (progrès technique, croissance, développement, destruction du monde et totalitarisme) s'appelait Lewis Mumford. En France, à l’exception de quelques spécialistes, très peu le connaissent, et aux États-Unis, son pays d'origine, pas beaucoup plus. [...]
Lire

Contre la société de masse (par Chris Wilson)

Beaucoup de gens souhaitent mener une existence exempte d’autorité coercitive, où nous serions tous libre de donner à nos vies les formes que nous voulons en fonction de nos besoins personnels, de nos valeurs et de nos désirs. Pour qu’une telle liberté soit possible, aucun individu ne doit pouvoir étendre la sphère de ce qu’il contrôle à la vie d’autres sans leur consentement. [...]
Lire

Bienvenue dans la machine : Science, surveillance, et culture du contrôle (par Derrick Jensen)

Quels sont les prérequis nécessaires à la transformation d'une communauté humaine vivante en machine ? Il faut que ses membres commencent à se percevoir eux-mêmes non plus comme les fils entrelacés d'une immense tapisserie du vivant, composée de relations complexes et changeantes — dans laquelle ils joueraient tel ou tel rôle selon ce qui est approprié, nécessaire, et désiré (par eux et par d'autres) — mais comme des rouages de l'engrenage colossale de ce qu'ils perçoivent comme une machine géante sur laquelle ils n'ont fondamentalement aucun contrôle, aucun impact. [...]