La licorne de Troie : pédophilie et théorie queer (par Dr. Em)

Note du tra­duc­teur : Le texte qui suit est une tra­duc­tion d’une série de 4 articles écrits par une cer­taine Dr. Em, ini­tia­le­ment publiés en anglais et consul­tables en sui­vant ces liens : par­tie 1, par­tie 2, par­tie 3, par­tie 4. Il m’a sem­blé inté­res­sant et même impor­tant de les tra­duire dans la mesure où cette théo­rie et les pra­tiques qui en découlent se pro­pagent assez rapi­de­ment, cau­sant toutes sortes de dégâts. Il est assez pathé­tique de consta­ter que des tra­vaux uni­ver­si­taires obs­curs, par­tiel­le­ment incom­pré­hen­sibles – de l’aveu même de nombres de pro­mo­teurs de la « théo­rie queer », de pro­mo­teurs des­dits tra­vaux – et conte­nant toutes sortes d’i­dées sor­dides, servent de fon­de­ment à des mou­vances (queer, trans­gen­risme) qui se pensent incroya­ble­ment sub­ver­sives, révo­lu­tion­naires, mais qui, en réa­li­té, ne font qu’entraver une véri­table lutte éman­ci­pa­trice et nuire à la san­té phy­sique et men­tale des enfants (et des adultes, et de la socié­té en géné­ral). D’ailleurs, selon toute pro­ba­bi­li­té, par­mi les sup­por­ters de la théo­rie queer et du trans­gen­risme, bien peu connaissent ces tra­vaux (pro­mou­voir des pra­tiques et des idées sans en connaître les tenants, quoi de plus moderne). Pour reprendre la for­mule qu’emploie Jean-Marc Man­do­sio dans son livre Lon­gé­vi­té d’une impos­ture : Michel Fou­cault, les man­da­rins de la théo­rie queer sont autant d’apôtres d’un « anti-ins­ti­tu­tion­na­lisme ins­ti­tu­tion­nel » qui fait tout sauf mena­cer l’hégémonie du capi­ta­lisme technologique.


Introduction

Lorsque je vois écrit « fémi­niste queer » ou « fémi­nisme queer », je soup­çonne, voire espère, que ceux qui uti­lisent ces expres­sions ne savent pas de quoi ils parlent. L’enfer est pavé de bonnes inten­tions. Je ne crois pas que tous ces jeunes gens « éveillés » (woke), ces orga­ni­sa­tions cari­ta­tives, ces ins­ti­tu­tions et ces fes­ti­vals d’art soient favo­rables au viol et à la pédo­phi­lie, au « quee­ring » et à la trans­gres­sion des limites que les fémi­nistes ont tra­vaillé sans relâche à éta­blir[1]. Il s’agit néan­moins de ce que pro­meut la théo­rie queer[2]. Comme le note Sarah Beres­ford, de l’u­ni­ver­si­té de Lan­cas­ter, « Le terme « Queer » […] désigne par défi­ni­tion tout ce qui ne s’accorde pas avec le nor­mal, le légi­time et le domi­nant, et vise à désta­bi­li­ser les idées pré­émi­nentes concer­nant l’i­den­ti­té, que cette iden­ti­té soit sexuelle, sexuée, eth­nique, natio­nale, poli­tique, etc.[3] » Cela peut sem­bler libé­ra­teur et pro­gres­siste, sauf que « le nor­mal, le légi­time et le domi­nant » com­prennent entre autres choses l’i­dée que les adultes ne devraient pas abu­ser sexuel­le­ment des enfants. Il est trou­blant de consta­ter que la remise en ques­tion de la notion d’abus sexuel sur les enfants et la bana­li­sa­tion de la pédo­phi­lie consti­tuent une idée domi­nante de la théo­rie queer. Bien qu’elle ait ten­té de se dis­si­mu­ler dans le dra­peau arc-en-ciel et d’ex­ploi­ter l’éner­gie, la bonne volon­té et les conquêtes sociales des gays, des les­biennes et des bisexuels, obte­nues après des décen­nies de lutte, la théo­rie queer est tout sauf pro­gres­siste. En effet, s’oppose tota­le­ment à l’at­ti­rance pour le même sexe. Comme le sou­ligne la pro­fes­seure de l’u­ni­ver­si­té de Car­diff Ales­san­dra Tane­si­ni : « l’opposition à tout point de vue consi­dé­rant l’o­rien­ta­tion sexuelle comme pou­vant rele­ver d’autre chose que d’une pure construc­tion sociale consti­tue un trait carac­té­ris­tique de la théo­rie queer[4] ». Ain­si, l’at­ti­rance pour le même sexe devient une pré­fé­rence pou­vant être désap­prou­vée ou consi­dé­rée comme sec­taire parce qu’excluante. Des nou­veaux habits de l’homophobie[5]. Contrai­re­ment à l’i­déo­lo­gie trans­genre, qui repose sur la théo­rie queer, cette der­nière est liée à des figures clés ain­si qu’à un cor­pus de lit­té­ra­ture que nous pou­vons inter­ro­ger. Dans cette série d’essais, je com­men­ce­rai par abor­der les fon­de­ments post­mo­dernes de la théo­rie queer avant d’examiner cette théo­rie elle-même et ses incli­na­tions pédophiles.

I. Michel Foucault et les fondations postmodernes de la théorie queer

La théo­rie queer s’est construite sur les tra­di­tions phi­lo­so­phiques qu’on appelle par­fois post­struc­tu­ra­lisme et post­mo­der­nisme. Michel Fou­cault est consi­dé­ré comme le père fon­da­teur de cette nou­velle façon de concep­tua­li­ser la réa­li­té et la condi­tion humaine[6]. L’historienne Tam­sin Spar­go affirme que « l’a­na­lyse de Fou­cault des inter­re­la­tions entre la connais­sance, le pou­voir et la sexua­li­té a été le cata­ly­seur intel­lec­tuel le plus impor­tant de la théo­rie queer[7] » et la phi­lo­sophe Mar­ga­ret A. McLa­ren remarque que « le tra­vail de Fou­cault a été fon­da­men­tal pour la théo­rie queer[8] ». Fou­cault avan­çait par exemple l’i­dée selon laquelle le pou­voir et la coer­ci­tion, loin d’être impo­sés d’en haut, seraient rela­tion­nels et omni­pré­sents, et construits par le dis­cours. Comme l’explique Jane Clare Jones, Fou­cault sug­gé­rait « que les régimes dis­cur­sifs – en tant que régimes de pouvoir/de connais­sance – pro­duisent les sujets qu’ils pré­tendent décrire[9] ».

En pra­tique, cela signi­fie par exemple que le viol consti­tue la manière dont nous construi­sons dis­cur­si­ve­ment une vic­time et un agres­seur plu­tôt que l’acte phy­sique du viol lui-même. De plus, Fou­cault consi­dé­rait que l’idée selon laquelle de véri­tables ou réelles struc­tures sous-ten­daient les évè­ne­ments ou des élé­ments maté­riels comme les écrits était une erreur. La recon­cep­tua­li­sa­tion par Fou­cault de la triade dis­cours, pou­voir et connais­sance don­na le jour à une nou­velle réflexion sur la résis­tance. La trans­gres­sion des normes, et en par­ti­cu­lier des normes sexuelles, devint la seule oppo­si­tion aux règles et aux caté­go­ri­sa­tions. Dans la pen­sée fou­cal­dienne, telle était la lutte contre l’op­pres­sion et le pou­voir. Si la remise en ques­tion de l’hétéronormativité par Fou­cault était per­ti­nente, la dif­fu­sion de son idée selon laquelle toutes les normes seraient mau­vaises et selon laquelle la libé­ra­tion des sexua­li­tés déviantes répri­mées consti­tue­rait une bonne chose pose de sérieux problèmes.

Des fémi­nistes par­ti­ci­pèrent à la démo­cra­ti­sa­tion des normes cultu­relles selon les­quelles le viol est mau­vais et les enfants ne peuvent consen­tir à une acti­vi­té sexuelle. Dans le cadre du post­mo­der­nisme, et donc de la théo­rie queer, ces pra­tiques – le viol et l’a­bus sexuel des enfants – sont consi­dé­rées comme des trans­gres­sions des limites, mal­heu­reu­se­ment répri­mées, des défiances du pou­voir par­ti­ci­pant à l’émancipation de l’in­di­vi­du. Fou­cault, par exemple, pré­sente la vin­dicte d’un pédo­phile comme une into­lé­rance col­lec­tive mes­quine, au tra­vers de laquelle le dis­cours construi­sait un délin­quant et une vic­time et impo­sait le pou­voir de l’É­tat à un indi­vi­du. Fou­cault explique comment

« Un jour de 1867, un ouvrier agri­cole, du vil­lage de Lap­court, un peu simple d’es­prit, employé selon les sai­sons chez les uns ou les autres, nour­ri ici et là par un peu de cha­ri­té et pour le pire tra­vail, logé dans les granges ou les écu­ries, est dénon­cé : au bord d’un champ, il avait, d’une petite fille, obte­nu quelques caresses, comme il l’a­vait déjà fait, comme il l’a­vait vu faire, comme le fai­saient autour de lui les gamins du vil­lage ; c’est qu’à la lisière du bois, ou dans le fos­sé de la route qui mène à Saint-Nico­las, on jouait fami­liè­re­ment au jeu qu’on appe­lait “du lait caillé”. Il est donc signa­lé par les parents au maire du vil­lage, dénon­cé par le maire aux gen­darmes, conduit par les gen­darmes au juge, incul­pé par lui et sou­mis à un pre­mier méde­cin, puis à deux autres experts qui, après avoir rédi­gé leur rap­port, le publient. L’im­por­tant de cette his­toire ? C’est son carac­tère minus­cule ; c’est que ce quo­ti­dien de la sexua­li­té vil­la­geoise, ces infimes délec­ta­tions buis­son­nières aient pu deve­nir, à par­tir d’un cer­tain moment, objet non seule­ment d’une into­lé­rance col­lec­tive, mais d’une action judi­ciaire, d’une inter­ven­tion médi­cale, d’un exa­men cli­nique atten­tif, et de toute une éla­bo­ra­tion théo­rique[10]. »

Le tort dans cette his­toire, selon Fou­cault, était « l’investigation auto­ri­taire » impo­sée à ce « niais de vil­lage » qui ne fai­sait que don­ner « quelques sous aux fillettes pour des com­plai­sances que lui refu­saient les plus grandes[11] ». J. C. Jones four­nit d’autres infor­ma­tions sur le trai­te­ment par Fou­cault de cet inci­dent d’a­bus sexuel d’enfants. Elle explique comment

« Avec la publi­ca­tion des Anor­maux – ses confé­rences de 1974–75 au Col­lège de France – nous savons désor­mais que le trai­te­ment de l’af­faire par Fou­cault dans L’His­toire de la sexua­li­té n’é­tait pas une pre­mière. À cette occa­sion, il four­nit plus de détails sur ces “caresses obte­nues” (détails qu’il ne sou­hai­tait pas consi­gner dans ce livre), tout en conti­nuant de ver­ser dans un obs­cu­ran­tisme inébran­lable et en assu­rant son audi­toire que l’af­faire, “vous allez le voir”, est “d’une extrême bana­li­té”. […] L’ouvrier agri­cole nom­mé – dro­la­ti­que­ment, selon Fou­cault – Jouy, a été, apprend-on, “dénon­cé […] par les parents d’une petite fille qu’il aurait à moi­tié, en par­tie, peu ou prou vio­lée”. L’a­gres­sion se pro­duit “le jour de la fête du vil­lage” lorsque “Jouy entraîne la petite Sophie Adam (à moins que ça soit Sophie Adam qui ait entraî­né Charles Jouy, peu importe) dans le fos­sé de la route qui conduit à Nan­cy. Là, il se passe quelque chose : moi­tié viol, peut-être”. Mais il n’y a pas lieu de s’en inquié­ter. Jouy, ras­su­rez-vous, “donne très hon­nê­te­ment quatre sous à la petite fille”, qui, tout à fait imper­tur­bable, “court aus­si­tôt à la foire ache­ter des amandes grillées”.[12] »

La vio­lence sexuelle et le fait d’a­bu­ser d’en­fants sexuel­le­ment sont « d’une extrême bana­li­té » pour Fou­cault. Il pré­sente le don d’argent comme l’a­chat du consen­te­ment de l’en­fant après l’acte, ce qui change la réa­li­té de l’é­vé­ne­ment. L’idée selon laquelle l’altération du dis­cours modi­fie l’ex­pé­rience et la véri­té est par­ti­cu­liè­re­ment utile pour la théo­rie queer et sa cam­pagne en faveur des droits sexuels des hommes et de la pédophilie.

Mal­gré la pré­ten­due bana­li­té des rap­ports sexuels d’adultes avec des enfants, Fou­cault demeure pré­oc­cu­pé par la légis­la­tion sur l’âge du consen­te­ment. En 1977, il signe une péti­tion adres­sée au Par­le­ment fran­çais deman­dant l’a­bo­li­tion de toute légis­la­tion rela­tive à l’âge du consen­te­ment, ce qui revient à léga­li­ser la pédo­phi­lie[13]. En 1978, Fou­cault par­ti­cipe à un débat dans une émis­sion de radio lors de laquelle, une fois de plus, est affir­mé que la légis­la­tion concer­nant l’âge du consen­te­ment devait être abo­lie et que la sexua­li­té des enfants et leur pré­ten­du désir d’a­voir des rela­tions sexuelles avec des adultes devaient être recon­nus. Ce débat sera publié sous le titre La Loi de la pudeur dans la revue Recherches n°37 d’avril 1979, avant d’être inclus dans le recueil Dits et Écrits 1976–1979 de Fou­cault. Guy Hoc­quen­ghem résume la posi­tion des trois pen­seurs masculins :

« Il y a main­te­nant six mois, nous avons lan­cé une péti­tion qui deman­dait l’a­bro­ga­tion d’un cer­tain nombre d’ar­ticles de loi, notam­ment ceux qui répriment les rap­ports entre majeurs et mineurs, ain­si que ceux qui répriment l’in­ci­ta­tion de mineurs à la débauche et la décri­mi­na­li­sa­tion des rap­ports entre majeurs et mineurs en des­sous de quinze ans. […] Beau­coup de gens l’ont signée, des gens qui se recrutent dans tout l’é­ven­tail poli­tique, qui vont du Par­ti com­mu­niste à Mme Dol­to[14]. »

Il s’agit ici d’une ten­ta­tive de jus­ti­fi­ca­tion de la léga­li­sa­tion de la pédo­phi­lie fon­dée sur sa popu­la­ri­té sup­po­sée. Lors de ce débat radio­dif­fu­sé, on obser­va éga­le­ment une sur­pre­nante défense des vidéos d’a­bus sexuels d’en­fants. Hoc­quen­ghem affirme que :

« Que la por­no­gra­phie enfan­tine soit le plus ter­rible des scan­dales actuels, la dis­pro­por­tion même entre le sujet évo­qué, la por­no­gra­phie enfan­tine, même pas la pros­ti­tu­tion, et l’im­men­si­té des drames et des répres­sions que peuvent subir par exemple les Noirs aux États-Unis, saute aux yeux[15]. »

Oui, très sérieu­se­ment, dans cette émis­sion radio­pho­nique d’une conver­sa­tion entre Fou­cault et deux de ses contem­po­rains, on affirme que, parce que les Noirs souffrent du racisme en Amé­rique, les abus sexuels d’en­fants devraient être fil­més et dis­tri­bués. C’est à n’y rien com­prendre. Fou­cault sou­tient, lui, que : « Peut-être l’en­fant avec sa sexua­li­té propre a pu dési­rer cet adulte, peut-être même a‑t-il consen­ti, peut-être même a‑t-il fait les pre­miers pas. » Il affirme aus­si que la légis­la­tion concer­nant les « rap­ports de la sexua­li­té enfan­tine et adulte » [était] « entiè­re­ment contes­table[16] ». Tel était le père fon­da­teur du post­mo­der­nisme, dont le tra­vail ins­pi­ra l’a­vè­ne­ment de la théo­rie queer. Hoc­quen­ghem pour­suit en affirmant :

« Il y a tout un mélange de notions qui per­mettent de fabri­quer cette notion de crime, ou d’at­ten­tat à la pudeur, un mélange très com­plexe sur lequel on n’a pas le temps ici de dis­ser­ter lon­gue­ment, mais qui com­prend à la fois des inter­dits reli­gieux sur la sodo­mie, à la fois des don­nées com­plè­te­ment nou­velles comme celles aux­quelles Michel Fou­cault a fait allu­sion, sur ce qu’on croit savoir de la totale étran­ge­té de l’u­ni­vers enfan­tin et de l’u­ni­vers adulte. Mais l’é­vo­lu­tion glo­bale, indis­cu­ta­ble­ment, main­te­nant, c’est non seule­ment de fabri­quer un type de crime qui est tout sim­ple­ment le rap­port éro­tique ou sen­suel entre un enfant et un adulte, mais, d’autre part, puisque ça peut s’i­so­ler sous la forme d’un crime, de créer une cer­taine caté­go­rie de la popu­la­tion défi­nie par le fait qu’elle s’a­donne à ces plai­sirs-là[17]. »

Oui, ces hommes ont publi­que­ment sou­te­nu que la péné­tra­tion d’en­fants par des adultes était un crime inven­té parce que les gens, igno­rants et arro­gants, consi­dé­raient que la per­cep­tion du monde de l’enfant dif­fé­rait de celle de l’adulte (« ce qu’on croit savoir de la totale étran­ge­té de l’u­ni­vers enfan­tin et de l’u­ni­vers adulte »). Leur pro­chaine cam­pagne aurait pu être en faveur d’enfants Pre­miers ministres, d’enfants phi­lo­sophes et s’ils avaient eu besoin de soins médi­caux, peut-être auraient-ils per­mis à un enfant de les leur pro­di­guer ? Lorsque les abu­seurs sexuels avancent l’ar­gu­ment selon lequel les enfants peuvent com­prendre et appré­cier les rela­tions sexuelles avec des adultes, ils ne l’ap­pliquent jamais à d’autres aspects de la vie. Cette notion de consen­te­ment de l’en­fant et de concen­tra­tion de l’en­fant sur les acti­vi­tés de ses organes géni­taux est reprise par la théo­rie queer dans le concept d’en­fant trans­genre. Avec un tel pedi­gree intel­lec­tuel, faut-il s’é­ton­ner que d’aucuns tirent la son­nette d’alarme ?

Le troi­sième inter­ve­nant, Jean Danet, théo­rise davan­tage le consen­te­ment et la pédo­phi­lie. Il fait valoir que

« Quand nous disons que le pro­blème du consen­te­ment est tout à fait cen­tral dans les affaires de pédo­phi­lie, nous ne disons pas que le consen­te­ment est tou­jours là, bien enten­du. Mais, et c’est là où on peut dis­so­cier l’at­ti­tude de la jus­tice dans le cas du viol et dans le cas de la pédo­phi­lie, dans le cas du viol, les juges consi­dèrent qu’il y a une pré­somp­tion de consen­te­ment de la part de la femme, et qu’il y a à démon­trer le contraire. Alors qu’en matière de pédo­phi­lie, c’est l’in­verse. On consi­dère qu’il y a une pré­somp­tion de non-consen­te­ment, une pré­somp­tion de vio­lence, même dans le cas où on n’a pas pu incul­per d’at­ten­tat à la pudeur avec vio­lence ; dans le cas où on s’est rabat­tu sur le texte de l’at­ten­tat à la pudeur sans vio­lence, c’est-à-dire du plai­sir consen­ti. Parce qu’at­ten­tat à la pudeur sans vio­lence, il faut bien dire que c’est la tra­duc­tion répres­sive et juri­dique du plai­sir consen­ti. Il faut bien voir com­ment on mani­pule le sys­tème des preuves ; de façon inverse dans le cas du viol de femmes et dans le cas de l’at­ten­tat à la pudeur pédo­phile[18]. »

Cette idée de « plai­sir consen­ti » chez l’enfant est extrê­me­ment contes­table. Les femmes dis­posent des facul­tés et de la com­pré­hen­sion néces­saires pour s’en­ga­ger dans une acti­vi­té sexuelle, pas les enfants. Fou­cault sou­tient pour­tant qu’« une bar­rière d’âge fixée par la loi n’a pas beau­coup de sens. Encore une fois, on peut faire confiance à l’en­fant pour dire si oui ou non il a subi une vio­lence[19]. » Fou­cault ajoute que « sup­po­ser que du moment qu’il est un enfant on ne peut pas expli­quer ce qu’il en est, que du moment qu’il est un enfant il ne peut pas être consen­tant : il y là deux abus qui sont into­lé­rables, inac­cep­tables[20] ». Le père du post­mo­der­nisme et grand-père de la théo­rie queer sou­tient donc que l’i­dée selon laquelle un enfant ne pour­rait pas consen­tir à une acti­vi­té sexuelle avec un adulte, ne pour­rait pas conce­voir ce qu’est un abus est « into­lé­rable » et « inac­cep­table ». Com­ment des pen­seurs pro­mou­vant de telles vues peuvent-ils être consi­dé­rés comme des génies de la phi­lo­so­phie ? Cette recon­cep­tua­li­sa­tion de l’i­nac­cep­table, cette idée selon laquelle le lan­gage fabrique la réa­li­té consti­tue la base de la théo­rie queer.

[Note du tra­duc­teur : Lors d’un autre entre­tien avec plu­sieurs intel­lec­tuels, à la fin des années 1970, Fou­cault s’exprime sur le sujet de la pédo­phi­lie. Il men­tionne le « pro­blème de l’en­fant que l’on séduit. Ou qui com­mence à vous séduire. Est-ce qu’il est pos­sible de pro­po­ser au légis­la­teur de dire : un enfant consen­tant, un enfant qui ne refuse pas, on peut avoir avec lui n’im­porte quelle forme de rap­port, cela ne relève aucu­ne­ment de la loi ? » Il répond ensuite lui-même à sa propre ques­tion : « Je serais ten­té de dire : du moment que l’en­fant ne refuse pas, il n’y a aucune rai­son de sanc­tion­ner quoi que ce soit[21]. » La posi­tion de Michel Fou­cault sur le viol — du moins, sa posi­tion à un moment don­né de sa brillante car­rière, car ain­si que le note Jean-Marc Man­do­sio dans son excel­lente cri­tique du per­son­nage inti­tu­lée Lon­gé­vi­té d’une impos­ture : Michel Fou­cault, il chan­geait assez régu­liè­re­ment de posi­tion sur à peu près tous les sujets, en fonc­tion, sou­vent, du sens du vent — sa posi­tion sur le viol, donc, était éga­le­ment assez ter­rible. Il esti­mait en effet que le viol était une agres­sion phy­sique comme les autres, comme un coup de poing au visage, et c’est à peu près tout. Cette posi­tion lui fut vive­ment repro­chée, entre autres, par de nom­breuses fémi­nistes[22].]

II. Gayle Rubin, qui compte parmi les fondateurs de la théorie queer, estimait que la pédophilie était une simple orientation sexuelle.

L’an­thro­po­logue cultu­relle Gayle Rubin est consi­dé­rée comme l’un des prin­ci­paux théo­ri­ciens de la théo­rie queer. Comme Fou­cault avant elle, elle plaide en faveur de la léga­li­sa­tion et l’ac­cep­ta­tion de la pédo­phi­lie en invo­quant le consen­te­ment de l’en­fant. L’u­ni­ver­si­té de Pitts­burgh déclare que « peu de pen­seurs ont eu autant d’in­fluence sur la théo­rie fémi­niste, les études sur les gays et les les­biennes et la théo­rie queer que Gayle Rubin » et qu’ « à la fin des années 1970, elle a peut-être été la pre­mière à remar­quer l’im­por­tance de L’His­toire de la sexua­li­té de Michel Fou­cault, qui, une décen­nie plus tard, serait sans doute l’ou­vrage le plus influent sur les débuts de la théo­rie queer[23] ». La biblio­thèque uni­ver­si­taire de l’Illi­nois affirme que « l’es­sai de Gayle Rubin inti­tu­lé Thin­king Sex est sou­vent iden­ti­fié comme l’un des textes fon­da­men­taux [de la théo­rie queer], qui pour­suit le rejet fou­cal­dien des expli­ca­tions bio­lo­giques de la sexua­li­té en réflé­chis­sant à la manière dont les iden­ti­tés sexuelles et les com­por­te­ments sont hié­rar­chi­que­ment orga­ni­sés par des sys­tèmes de clas­si­fi­ca­tions sexuelles[24] ». Tout comme Fou­cault, Rubin adopte une approche construc­tion­niste de la sexua­li­té. Cette approche s’est avé­rée utile dans les cri­tiques fémi­nistes radi­cales de la sexua­li­té hété­ro­nor­ma­tive – l’idée selon laquelle, dans la pra­tique sexuelle nor­male, l’homme est domi­nant et la femme sou­mise. Elle a éga­le­ment effi­ca­ce­ment étayé les cri­tiques des rela­tions hété­ro­sexuelles uti­li­sées comme norme repous­sant les rela­tions gays et les­biennes vers les marges déviantes. L’ap­proche construc­tion­niste pos­sède donc son inté­rêt. Cepen­dant, elle est éclip­sée par le sou­tien de Rubin à la pédo­phi­lie. Selon Rubin, « l’idée selon laquelle le sexe en soi est nui­sible aux jeunes a été cise­lée dans de vastes struc­tures sociales et juri­diques conçues pour iso­ler les mineurs des connais­sances et expé­riences sexuelles[25] ».

Rubin ne se réjouit pas de la lente pro­mul­ga­tion de lois des­ti­nées à pro­té­ger les enfants des abus sexuels, elle les désap­prouve. Comme Hoc­quen­ghem dans sa conver­sa­tion avec Fou­cault, Rubin plaide pour la léga­li­sa­tion des images de por­no­gra­phie infan­tile. Elle déplore que « bien que la Cour suprême ait éga­le­ment sta­tué que la pos­ses­sion de maté­riel obs­cène à des fins pri­vées était un droit consti­tu­tion­nel, cer­taines lois sur la pédo­por­no­gra­phie inter­disent même la pos­ses­sion pri­vée de tout maté­riel sexuel impli­quant des mineurs[26] ». Selon Rubin, inter­dire la pédo­por­no­gra­phie consti­tue une attaque contre les liber­tés civiles sexuelles. Elle affirme que « les lois pro­duites par la peur panique de la pédo­por­no­gra­phie sont mal conçues et mal orien­tées. Elles repré­sentent des modi­fi­ca­tions pro­fondes dans la régle­men­ta­tion du com­por­te­ment sexuel et abrogent d’im­por­tantes liber­tés civiles sexuelles[27] ». Rubin défend éga­le­ment la North Ame­ri­can Man/Boy Love Asso­cia­tion (NAMBLA) (Asso­cia­tion nord-amé­ri­caine pour l’a­mour entre les hommes et les jeunes gar­çons), décri­vant com­bien « presque per­sonne n’a remar­qué que [la légis­la­tion sur l’a­bus sexuel des enfants] avait balayé le Congrès et les légis­la­tures des États. À l’ex­cep­tion de la North Ame­ri­can Man/Boy Love Asso­cia­tion et de l’A­me­ri­can Civil Liber­ties Union, per­sonne n’a pro­tes­té[28]. » Se pour­rait-il qu’il n’y ait pas eu beau­coup d’op­po­si­tion à ces lois, sauf de la part de pédo­philes, pour la rai­son que la plu­part des gens estiment à rai­son qu’a­bu­ser des enfants est mal ? Mais, bien enten­du, le fait que la majo­ri­té des gens et des légis­la­teurs d’É­tat consi­dèrent l’a­bus sexuel des enfants comme répré­hen­sible signi­fie que le post­mo­der­nisme et la théo­rie queer s’en feront les cham­pions. La force motrice de cette phi­lo­so­phie est la remise en ques­tion des normes sociales, consi­dé­rées comme mau­vaises parce qu’elles sont des normes, et la démo­cra­ti­sa­tion de ce qu’on consi­dère donc comme des sexua­li­tés déviantes.

Par la suite, Rubin décrit les hommes adultes abu­sant sexuel­le­ment des enfants de sexe mas­cu­lin comme ayant une « orien­ta­tion éro­tique » méri­tant d’être défen­due[29]. Rubin affirme que parce que ces hommes adultes abusent sexuel­le­ment de jeunes gar­çons, « la police s’est réga­lée avec eux » et que dans « vingt ans […] il sera beau­coup plus facile de mon­trer que ces hommes ont été les vic­times d’une chasse aux sor­cières sau­vage et immé­ri­tée. Beau­coup de gens seront embar­ras­sés par leur col­la­bo­ra­tion à cette per­sé­cu­tion[30]. » En plus de pré­sen­ter la pédo­phi­lie comme une sexua­li­té per­sé­cu­tée, Rubin recourt à l’ar­gu­ment du mau­vais côté de l’his­toire, que des com­men­ta­teurs comme Owen Jones aiment tant uti­li­ser contre les femmes qui défendent la réa­li­té phy­sique et les droits sexuels. Rubin com­pare sys­té­ma­ti­que­ment l’opposition à la pédo­phi­lie à l’opposition à l’ho­mo­sexua­li­té. Elle sou­tient que les lois sur la pro­tec­tion de l’en­fance s’ap­pa­rentent à la légis­la­tion anti-gay. Ce rap­pro­che­ment constant entre homo­sexua­li­té et pédo­phi­lie, comme s’il s’a­gis­sait d’une seule et même chose, est une des prin­ci­pales hor­reurs de son tra­vail uni­ver­si­taire. Les biblio­thé­caires de l’U­ni­ver­si­té de l’Illi­nois pré­tendent pour­tant que Rubin aurait démon­tré, dans son essai, « la manière dont cer­taines expres­sions sexuelles sont davan­tage valo­ri­sées que d’autres, ce qui favo­rise la per­sé­cu­tion de ceux qui adhèrent à d’autres expres­sions sexuelles[31]. » Rubin pré­sente effec­ti­ve­ment la pédo­phi­lie comme une sexua­li­té oppri­mée. Elle consi­dère que « les castes sexuelles les plus mépri­sées com­prennent actuel­le­ment les trans­sexuels, les tra­ves­tis, les féti­chistes, les sado­ma­so­chistes, les tra­vailleurs du sexe tels que les pros­ti­tuées et les modèles por­no­gra­phiques, et les plus hon­nis de tous, ceux dont l’é­ro­tisme trans­gresse les fron­tières géné­ra­tion­nelles[32] ». Cette décla­ra­tion de Rubin met en lumière le fait que la ten­ta­tive de nor­ma­li­ser et de « libé­rer » la pédo­phi­lie en la liant à la nor­ma­li­sa­tion du « trans­ves­tisme, des féti­chistes, des sado­ma­so­chistes, des tra­vailleurs du sexe » dure depuis vingt ans. Rubin s’est plaint qu’au moment où elle écri­vait, dans le DSM-III, « le féti­chisme, le sadisme, le maso­chisme, la trans­sexua­li­té, le tra­ves­tis­se­ment, l’ex­hi­bi­tion­nisme, le voyeu­risme et la pédo­phi­lie [étaient] assez fer­me­ment caté­go­ri­sés comme des troubles psy­cho­lo­giques[33] ».

« Les sexua­li­tés ne cessent de sor­tir du Manuel de diag­nos­tic et de sta­tis­tique (DSM) pour entrer dans les pages de l’his­toire sociale. Actuel­le­ment, plu­sieurs groupes tentent de repro­duire les suc­cès des homo­sexuels. Les bisexuels, les indi­vi­dus sado­ma­so­chistes qui pré­fèrent les ren­contres inter­gé­né­ra­tion­nelles [les pédo­philes], les trans­sexuels et les tra­ves­tis sont tous à des stades divers de for­ma­tion de com­mu­nau­té et d’ac­qui­si­tion d’i­den­ti­té.[34] »

L’ou­vrage de Rubin, qui consti­tue une pièce maî­tresse de la théo­rie queer, expose l’exis­tence d’un pro­gramme. Cette phrase – « les indi­vi­dus sado­ma­so­chistes qui pré­fèrent les ren­contres inter­gé­né­ra­tion­nelles » – édul­core l’hor­reur de ce qu’elle sou­haite nor­ma­li­ser : on parle de per­sonnes qui agressent et abusent sexuel­le­ment des enfants. Rubin se lamente de ce que « la loi soit par­ti­cu­liè­re­ment féroce dans le main­tien d’une sépa­ra­tion entre l’in­no­cence de l’en­fance et la sexua­li­té de l’a­dulte[35] ». D’aucuns esti­me­raient qu’il s’agit là d’une chose posi­tive. Pas selon la théo­rie queer. Il convient de noter que Rubin place le mot « inno­cence » entre guille­mets, sug­gé­rant ain­si que les enfants eux-mêmes sont actifs et dési­reux d’être vic­times de leurs propres abus. En cela, nous pou­vons détec­ter les ondu­la­tions de la pen­sée de Fou­cault. Enfin, Rubin dénonce la manière dont « les adultes qui s’é­cartent trop des normes conven­tion­nelles de conduite sexuelle se voient sou­vent refu­ser tout contact avec les jeunes, même les leurs[36] ». En d’autres termes, selon Rubin et les théo­ri­ciens queer qui par­tagent ses vues, la légis­la­tion qui inter­dit aux pédo­philes de tra­vailler avec des enfants repré­sente une force d’É­tat oppres­sive. Que Rubin soit de cet avis n’est pas sur­pre­nant. Le déman­tè­le­ment des lois et des normes cultu­relles inter­di­sant le libre exer­cice de la sexua­li­té – lequel com­pren­drait la pédo­phi­lie – et l’é­li­mi­na­tion des limites restrei­gnant les pré­ro­ga­tives de la sexua­li­té mas­cu­line consti­tuent des inci­ta­tifs de la théo­rie queer.

Il se trouve qu’une ancienne par­te­naire de Rubin, Pat Cali­fia, est une théo­ri­cienne queer encore plus esti­mée dans le milieu. Alas­san­dra Tane­si­ni sou­ligne com­ment « But­ler 1990 et Sedg­wick 2008 sont sou­vent consi­dé­rés comme les décla­ra­tions fon­da­trices dans le domaine [de la théo­rie queer] », mais « tout aus­si impor­tant est Cali­fia 2000, qui pro­pose une défense liber­taire radi­cale du sado­ma­so­chisme, du sexe inter­gé­né­ra­tion­nel et de la por­no­gra­phie[37] ». C’est ain­si, sans aucune honte, qu’au tra­vers du tra­vail de Pat Cali­fia, il nous est une fois de plus don­né de consta­ter que la pro­mo­tion du sado­ma­so­chisme, de la pédo­phi­lie et de la por­no­gra­phie est au fon­de­ment de la théo­rie queer. Il est inté­res­sant de noter que les uni­ver­si­taires sont conscients que Cali­fia sou­tient la pédo­phi­lie, mais qu’ils ne consi­dèrent pas cela comme un pro­blème et conti­nuent à ensei­gner ses œuvres aux étu­diants comme autant d’illustrations d’une auda­cieuse manière de pen­ser. Lin­da LeMon­check, par exemple, pro­fes­seure de phi­lo­so­phie à l’université d’État de Cali­for­nie, s’avère très élo­gieuse en recom­man­dant « pour une excel­lente vue d’en­semble de la posi­tion des radi­caux sexuels sur la pédo­phi­lie, le S/M et d’autres types de dif­fé­rence sexuelle, de se réfé­rer au livre Public Sex de Pat Cali­fia[38] ». Ain­si, sur le conseil de LeMon­check, c’est vers Public Sex de Cali­fia que nous nous tour­nons maintenant.

III. Pat Califia, figure de proue de la théorie queer, a toujours plaidé en faveur de la légalisation et la normalisation de la pédophilie.

[Note du tra­duc­teur : Pat Cali­fia est une femme qui s’identifie désor­mais comme un homme. Je crois. Les choses peuvent avoir chan­gées entre-temps.] 

Cali­fia décrit son ouvrage Public Sex comme repré­sen­tant « l’es­sen­tiel de [son] tra­vail non fic­tion­nel de 1979 à aujourd’­hui. Cela fait une décen­nie et demie que je m’emporte contre la répres­sion et la cen­sure sexuelles, et que je me vante de ma recherche d’une manière tou­jours plus inter­dite d’a­voir un orgasme[39]. » Cela doit être pas­sion­nant. Dès le début de ce livre, Cali­fia intro­duit les idées de « les­bienne trans­genre » (une les­bienne avec un pénis) et de « sexe trans­gé­né­ra­tion­nel », qu’on appelle aus­si pédo­phi­lie[40]. Elle cite ensuite Jona­than Katz, un uni­ver­si­taire et mili­tant queer, et Jef­fe­ry Weeks, et nor­ma­lise la pédo­phi­lie en affir­mant que leurs tra­vaux « ont été par­ti­cu­liè­re­ment utiles et ins­truc­tifs[41] ». Pour bien faire com­prendre de qui elle s’ins­pire, il faut savoir que Weeks était par exemple remer­cié par l’an­cien vice-pré­sident du PIE (Pedo­phile Infor­ma­tion Exchange, « un groupe bri­tan­nique visant à la recon­nais­sance des droits des pédo­philes fon­dé en octobre 1974 et dis­sout en 1984 ») War­ren Midd­le­ton dans ce texte propédophilie :

Dans un texte inti­tu­lé No Minor Issues : Age of Consent, Child Por­no­gra­phy, and Cross-gene­ra­tio­nal Rela­tion­ships (« Pas des pro­blèmes mineurs : âge du consen­te­ment, pédo­por­no­gra­phie et rela­tions inter­gé­né­ra­tion­nelles ») écrit en 2000, Cali­fia sou­tient que toutes les lois concer­nant l’âge du consen­te­ment devraient être abro­gées[42]. Elle décrit ensuite en détail la dis­po­ni­bi­li­té des images d’a­bus d’en­fants et déplore « l’a­dop­tion en 1977 de lois fédé­rales contre [les images d’a­bus d’en­fants] » qui auraient « garan­ti qu’elles dis­pa­raî­traient des rayons des livres pour adultes[43] ». Qui peut bien déplo­rer que des images d’a­bus sexuels d’en­fants soient inter­dites ? Cali­fia s’est dit conster­née par le fait que « les fémi­nistes anti-por­no et les poli­ciers et poli­ti­ciens anti-gay conti­nuent de par­ler d’un pro­blème crois­sant de pédo­por­no­gra­phie[44] ». Affreuses fémi­nistes anti-por­no qui osent faire cam­pagne contre les abus sexuels d’enfants. C’est vrai­ment dia­bo­lique. Cali­fia tente ensuite de pré­sen­ter les objec­tions à la pédo­phi­lie comme une forme d’ho­mo­pho­bie et se plaint que « à la fin des années 70, les lois sur la pédo­por­no­gra­phie et le détour­ne­ment de mineur étaient appli­quées de manière dis­pro­por­tion­née contre les homo­sexuels qui avaient des rela­tions sexuelles avec des ado­les­cents [aus­si appe­lés enfants][45] ». Si tout cela vous rap­pelle quelque chose, c’est peut-être parce que nous voyons actuel­le­ment des fémi­nistes se faire atta­quer et qua­li­fier de « trans­phobes » pour la rai­son qu’elles s’efforcent de pro­té­ger les enfants.

Cali­fia explique qu’elle est très heu­reuse de connaitre « plu­sieurs hommes gays qui se disaient fiè­re­ment amou­reux des gar­çons (boy­lo­vers) », de fré­quen­ter des pédo­philes, et décrit les abus sexuels d’enfants comme une « ini­tia­tion éro­tique[46] ». Encore une fois : cette per­sonne est consi­dé­rée comme une figure majeure de la théo­rie queer. Cali­fia écrit que « ce que les flics appe­laient “pro­tec­tion des enfants” res­sem­blait à une répres­sion des jeunes homo­sexuels[47] ». Ces argu­ments sont de retour aujourd’hui, lorsque les poli­tiques de pro­tec­tion de l’en­fance sont qua­li­fiées de « trans­pho­bie ». Cali­fia com­pare des ado­les­cents ayant des rela­tions sexuelles entre eux à des adultes abu­sant sexuel­le­ment d’en­fants. Elle com­pare l’op­po­si­tion au fait d’enseigner aux enfants et aux ado­les­cents que la pédo­phi­lie est une expé­rience sexuelle accep­table, voire poten­tiel­le­ment dési­rable, à l’é­du­ca­tion sexuelle fon­dée sur l’abs­ti­nence, prô­née par la droite chré­tienne. Bon sang, mais c’est bien sûr ! Les fémi­nistes par­viennent à défendre l’é­du­ca­tion sexuelle et rela­tion­nelle sans pro­mou­voir la pédo­phi­lie auprès des enfants et des ado­les­cents. La théo­rie queer regorge de ce genre de sophismes de l’épouvantail, sou­vent avan­cés afin de ratio­na­li­ser l’idée de convaincre l’enfant d’accepter d’être abusé.

Paral­lè­le­ment à ses argu­ments pro­pé­do­philes publiés dans Public Sex, Cali­fia n’a ces­sé, tout au long de sa car­rière, de plai­der pour la léga­li­sa­tion et la nor­ma­li­sa­tion de la pédo­phi­lie. Son article inti­tu­lé “Femi­nism, Pae­do­phi­lia, and Chil­dren’s Rights” (« Fémi­nisme, pédo­phi­lie et droits de l’en­fant »), publié pour la pre­mière fois dans le maga­zine pédo­phile Pai­di­ka, aujourd’­hui inter­dit, est actuel­le­ment héber­gé sur le site web d’un col­lec­tif pro­pé­do­phile[48]. Cali­fia était non seule­ment consciente, mais aus­si enthou­siaste à l’i­dée que son tra­vail serait publié dans un jour­nal euro­péen consa­cré à la pédo­phi­lie. Elle s’est van­tée du fait que cet article « serait tra­duit en néer­lan­dais et publié à l’é­tran­ger dans un numé­ro spé­cial de Pai­di­ka sur les femmes et la pédo­phi­lie » et a affir­mé : « je sou­tiens Pai­di­ka et appré­cie de tra­vailler avec les rédac­teurs de ce numé­ro spé­cial[49] ». Cali­fia, consi­dé­rée comme un titan de la théo­rie queer, a donc publi­que­ment affir­mé son sou­tien des pédo­philes. Contrai­re­ment à Rubin, elle a cepen­dant admis que la plu­part des gays et des les­biennes ne vou­laient rien avoir à faire avec les abus sexuels d’enfants en décla­rant qu’elle savait qu’elle « ne pour­rait pro­ba­ble­ment pas faire publier quoi que ce soit sur ce sujet aujourd’­hui dans la presse gay et les­bienne amé­ri­caine[50] ». Hour­ra ! Cali­fia donne le ton dès le début de l’ar­ticle, en expli­quant avoir publié, en 1980, « un article en deux par­ties dans The Advo­cate, cri­ti­quant les lois amé­ri­caines sur l’âge du consen­te­ment », contri­buant ain­si au dépla­ce­ment de la fenêtre d’O­ver­ton[51]. Lorsque la théo­rie queer converge avec la légis­la­tion, elle semble raisonnable.

Cali­fia se lamente par la suite de ce que nombre de fémi­nistes la hon­nissent : « Doc and Fluff, mon récent roman de science-fic­tion, a été inter­dit par cer­taines librai­ries fémi­nines parce qu’il est cen­sé dépeindre une rela­tion les­bienne trans­gé­né­ra­tion­nelle, et j’ai été atta­quée comme “défen­seuse de la moles­ta­tion des enfants” dans la presse fémi­niste[52]. » Remar­quez à nou­veau ce terme : « trans­gé­né­ra­tion­nel ». Ce qu’il signi­fie : pédo­phi­lie. Elle sou­tient, tou­jours dans le même article, que « la cam­pagne du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain contre les droits sexuels des jeunes a connu un tel suc­cès que la plu­part des gays, des les­biennes et des fémi­nistes sont convain­cus que le mou­ve­ment d’a­bro­ga­tion des lois sur l’âge du consen­te­ment n’é­tait rien d’autre qu’une ten­ta­tive de garan­tir à des adultes rapaces le droit d’abuser d’enfants vul­né­rables[53] ». Oui. C’est exact. Cepen­dant, la plu­part des gens et des fémi­nistes com­prennent la noci­vi­té de l’a­bus sexuel d’en­fant sans l’aide du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain. Cali­fia a pré­ten­du qu’en refu­sant d’ac­cep­ter la NAMBLA dans son mou­ve­ment, « la com­mu­nau­té gay adulte d’i­ci a cou­pé sa pro­chaine géné­ra­tion[54] ». Non, elle pro­tège les enfants des abus sexuels. Cali­fia explique ne connaitre que « très peu de les­biennes, et encore moins de gays, qui ont atten­du d’a­voir dix-huit ans pour faire leur coming out[55] ». L’âge du coming out ne devrait pas ouvrir la porte aux abus sexuels. Il est inté­res­sant de noter que Cali­fia ne cri­tique pas le fait que les gays et les les­biennes doivent faire leur coming out parce que l’hé­té­ro­sexua­li­té est cultu­rel­le­ment consi­dé­rée comme « nor­male ». Elle sou­tient ensuite que les abus sexuels com­mis sur les enfants sont dési­rés par l’en­fant, affir­mant que « la plu­part d’entre nous étaient conscients, bien avant la puber­té, que nous vou­lions être proches des membres de notre propre sexe ou avoir des rela­tions sexuelles avec eux[56] ». Elle s’emporte contre le fait que « la plu­part des mili­tants amé­ri­cains pour les droits des homo­sexuels et des les­biennes-fémi­nistes font preuve » de « sus­pi­cion et de haine » envers « la pédo­phi­lie[57] ». Oui, c’est exact. Enfin une figure de proue de la théo­rie queer admet­tant que la pédo­phi­lie n’est pas la bien­ve­nue dans la com­mu­nau­té de l’arc-en-ciel !

Les théo­ri­ciens queer comme Cali­fia concep­tua­lisent le fémi­nisme comme un mou­ve­ment puri­tain pour la rai­son qu’il défend des inter­dits concer­nant les femmes et les filles[58]. Cali­fia affirme que « le mou­ve­ment fémi­niste anti-por­no­gra­phie reflète un conser­va­tisme crois­sant dans la socié­té amé­ri­caine sur toutes les ques­tions sexuelles. Au fur et à mesure que les condi­tions éco­no­miques se dété­rio­raient, les gens ont com­men­cé à se tour­ner vers les “valeurs tra­di­tion­nelles” pour obte­nir un sen­ti­ment de sécu­ri­té et de sûre­té[59]. » Les conno­ta­tions et les liens que Cali­fia éta­blit sont clairs. Elle déplore que ses détrac­teurs fémi­nistes l’aient qua­li­fiée de « per­verse et de défen­seuse du viol, des coups et bles­sures et de la mal­trai­tance des enfants[60] ». (Eh bien, si tu ne sou­haites pas qu’on te le reproche, ne le fais pas.) Néan­moins, Cali­fia, en tant que par­ti­sane de la théo­rie queer, doit néces­sai­re­ment sou­te­nir la « trans­for­ma­tion » des fron­tières sexuelles comme une chose intrin­sè­que­ment bonne. Les deux théo­ries – fémi­nisme et queer – s’opposent tota­le­ment. La théo­rie de Cali­fia et du queer n’a pas seule­ment été atta­quée par les fémi­nistes, mais elle est si mani­fes­te­ment dépour­vue de morale que même les enne­mis du fémi­nisme – les conser­va­teurs – expriment des sen­ti­ments simi­laires. Cali­fia répond à ces cri­tiques que « la panique liée à la pédo­por­no­gra­phie et à la pédo­phi­lie qui a secoué la socié­té amé­ri­caine depuis les années 70 est insé­pa­rable du déni de notre socié­té des défauts et des échecs de la famille ». Encore une fois, bon sang, mais c’est bien sûr. L’ar­gu­ment de Cali­fia selon lequel de nom­breux enfants sont assas­si­nés par leur famille ne signi­fie en rien que la pédo­por­no­gra­phie ne serait pas mau­vaise. Cali­fia tente ensuite d’a­li­gner la théo­rie pro­pé­do­phi­lie et la théo­rie queer sur des mou­ve­ments véri­ta­ble­ment pro­gres­sistes. Elle affirme que « les croi­sades morales ont éga­le­ment été uti­li­sées pour atta­quer le fémi­nisme et les droits des homo­sexuels, et aucun de ces mou­ve­ments pro­gres­sistes n’a réus­si à se défendre contre de telles attaques ou à en pré­sen­ter une ana­lyse com­plète[61] ». Mal­gré sa condam­na­tion du fémi­nisme et son admis­sion du fait que la pro­mo­tion des abus sexuels d’enfants n’a aucun lien avec le mou­ve­ment pour les des droits des homo­sexuels et des les­biennes, qui s’y oppose, la théo­rie queer, que défend Cali­fia, conti­nue de se réfu­gier sous la ban­nière du fémi­nisme et de l’arc-en-ciel.

Dans la veine de la conver­sa­tion entre Fou­cault, Hoc­quen­ghem et Danet et du tra­vail de Rubin, Cali­fia plaide pour la léga­li­sa­tion et la nor­ma­li­sa­tion des images d’a­bus sexuels d’en­fants. Cali­fia déplore le fait que « la pédo­por­no­gra­phie consti­tue une caté­go­rie spé­ciale dans la loi amé­ri­caine depuis 1977 » et affirme que c’est à cause de l’ho­mo­pho­bie, et en par­ti­cu­lier de la cam­pagne juri­dique d’A­ni­ta Bryant, que les images d’a­bus sexuels d’en­fants sont inter­dites[62]. Une fois de plus, une théo­ri­cienne queer asso­cie les droits des homo­sexuels au droit d’a­bu­ser sexuel­le­ment des enfants. C’é­tait et c’est tou­jours un argu­ment épou­van­table. Dans la sec­tion sui­vante, Cali­fia tente de mini­mi­ser les dom­mages cau­sés par les abus sexuels des enfants en les qua­li­fiant de « por­no kid­dy » (por­no ado, por­no pour enfant). Selon Cali­fia, le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain et les fémi­nistes n’es­sayaient pas de sup­pri­mer le fléau des images pédo­por­no­gra­phiques, mais s’ef­for­çaient plu­tôt de faire res­pec­ter les valeurs tra­di­tion­nelles et la pure­té sociale. Un génie de la théo­rie queer. Dans l’une des seules sec­tions de l’ou­vrage de Cali­fia où l’on peut dis­cer­ner des argu­ments nova­teurs, Cali­fia sou­tient que les ser­vices pos­taux ciblaient les homo­sexuels dans le cadre d’une vaste conspi­ra­tion[63]. L’idée vaut son pesant de caca­huètes. Cali­fia se plaint du fait que :

« Les ser­vices pos­taux ciblent les per­sonnes qui ont la mal­chance d’a­voir atter­ri sur des listes d’a­dresses com­pi­lées par les douanes amé­ri­caines. Ces listes pro­viennent de nom­breuses sources. Lorsque des entre­prises de por­no­gra­phie adulte font l’ob­jet d’une des­cente, les auto­ri­tés confisquent éga­le­ment leurs car­nets d’a­dresses. […] Les ser­vices pos­taux et les douanes gardent la trace des per­sonnes qui com­mandent de la por­no­gra­phie par voie pos­tale. La police a même confis­qué la liste des membres d’un bul­le­tin élec­tro­nique gay qui a été fer­mé parce que son opé­ra­teur était accu­sé de vio­ler les lois sur l’âge du consen­te­ment. Les ser­vices pos­taux mènent alors des cam­pagnes de publi­pos­tage pour sol­li­ci­ter des com­mandes de pédo­por­no­gra­phie. […] Les agents des forces de l’ordre s’y impliquent, se fai­sant pas­ser pour des pédo­philes ou des enfants sexuel­le­ment actifs, et deman­dant à leurs cor­res­pon­dants s’ils veulent envoyer ou rece­voir de la pédo­por­no­gra­phie par voie pos­tale. Si les per­sonnes ciblées mordent à l’hameçon, elles sont arrê­tées.[64] »

Oui, oui, Cali­fia estime que l’ar­res­ta­tion des pédo­philes est un pro­blème. Elle déplore le fait que « la socié­té amé­ri­caine soit deve­nue farou­che­ment pho­bique de tout contact sexuel entre adultes et mineurs[65] ». L’u­ti­li­sa­tion du terme « pho­bique » est signi­fi­ca­tive. L’op­po­si­tion à l’a­bus sexuel des enfants est ain­si pré­sen­tée comme une peur irra­tion­nelle. Ceux qui ont un pro­blème seraient donc ceux qui s’y opposent. Pour ren­for­cer cette concep­tua­li­sa­tion de l’opposition à l’a­bus sexuel des enfants comme une hys­té­rie, tout au long de l’ar­ticle et sans jamais l’indiquer, Cali­fia passe de la dis­cus­sion des abus sexuels des enfants à celle de l’ac­ti­vi­té sexuelle des ado­les­cents. Il s’a­git d’une ten­ta­tive déli­bé­rée de déjouer l’ar­gu­ment selon lequel les adultes devraient être auto­ri­sés à avoir des rela­tions sexuelles avec des enfants. Dans une autre ten­ta­tive du même genre, Cali­fia affirme que « le fémi­nisme les­bien est cen­sé don­ner du pou­voir aux femmes, mais nous sommes réti­cents à consi­dé­rer les expé­riences sexuelles des jeunes femmes comme autre chose que de la vic­ti­mi­sa­tion[66] ». Cali­fia sou­tient ain­si que les jeunes filles devraient être consi­dé­rées comme des agentes de leur propre abus et occulte ce fait que 98% des abu­seurs sexuels sont des hommes, et que la majo­ri­té d’entre eux sont hété­ro­sexuels[67]. Rien d’étonnant. C’est ce que fait la théo­rie queer, elle brouille les pistes entre la vic­time et l’a­gres­seur, elle pré­sente l’abus comme un sou­hait, et lorsque cette méthode ne fonc­tionne pas, elle recourt à la notion ini­tia­le­ment épou­sée par Fou­cault selon laquelle le pou­voir n’existe que dans le dis­cours et qu’il n’a pas de réa­li­té en dehors. La théo­rie queer est bien plu­tôt un jeu d’écrans de fumée et de miroirs qu’une phi­lo­so­phie. Un soup­çon de rhé­to­rique et les abus disparaissent.

De manière atten­due, Cali­fia uti­lise le non-argu­ment selon lequel s’op­po­ser à ce que des adultes abusent sexuel­le­ment de per­sonnes n’ayant pas atteint l’âge du consen­te­ment relève de l’â­gisme. Elle affirme que « nous nous effor­çons de lut­ter contre l’â­gisme, mais nous n’in­cluons pas vrai­ment les femmes les­biennes et bisexuelles mineures dans notre com­mu­nau­té[68] ». Cali­fia essaie encore de brouiller les pistes en occul­tant le fait que 98% des per­sonnes qui abusent sexuel­le­ment des enfants sont des hommes. Elle fait appel aux sen­ti­ments en écri­vant que « les gouines ado­les­centes devraient faire des expé­riences sexuelles et roman­tiques entre elles. Mais lors­qu’elles sont pié­gées dans des écoles, des quar­tiers […] où le fait de se faire trai­ter de gouines les expose au har­cè­le­ment et aux agres­sions, com­bien de jeunes les­biennes peuvent se per­mettre de sor­tir du pla­card ou de cher­cher à ren­con­trer d’autres per­sonnes comme elles[69] ? » Au lieu de s’at­ta­quer à la culture de l’in­ti­mi­da­tion et de la non-accep­ta­tion, elle s’en prend aux lois sur l’âge du consen­te­ment et la pro­tec­tion des enfants. Allez com­prendre. Après avoir pas­sé tout un article à déplo­rer l’in­gé­rence de l’É­tat dans la vie des citoyens et l’ac­ti­vi­té sexuelle des enfants, elle fait une volte-face remar­quable. Selon Cali­fia, « l’É­tat n’est pas dis­po­sé à prendre les mesures radi­cales qui seraient néces­saires pour pro­té­ger les enfants vic­times d’a­dultes mal­trai­tants. Cela impli­que­rait de remettre en ques­tion la pro­prié­té des parents sur leurs enfants. De four­nir des alter­na­tives viables à la famille[70]. » Cette décla­ra­tion fait froid dans le dos, Cali­fia en a assez que les parents pro­tègent leurs enfants contre les abus sexuels et pro­pose de leur en reti­rer la garde. Ce revi­re­ment concer­nant l’in­ter­ven­tion de l’É­tat illustre l’inconséquence de la théo­rie queer, qui se contor­sionne et se déforme pour faire avan­cer les droits sexuels des hommes au moyen de tous les (non-)arguments nécessaires.

Le col­lec­tif pédo­phile qui repro­duit son article en ligne nous four­nit une note d’es­poir. Ils rap­portent que « Dans la deuxième édi­tion de Public Sex, The Culture of Radi­cal Sex, Pat Cali­fia exprime un triste chan­ge­ment de posi­tion. Depuis 2000, elle n’ac­cepte plus la pos­si­bi­li­té pour les enfants pré­pu­bères et de nom­breux jeunes ado­les­cents de consen­tir à des contacts éro­tiques ou sexuels avec des adultes. » […] « Elle est deve­nue beau­coup plus cynique à l’é­gard des adultes et de leur capa­ci­té à écou­ter les enfants et, en tant que parent, elle pense davan­tage à faire du bien-être de l’en­fant une prio­ri­té qu’au consen­te­ment. » L’ex­pres­sion « à faire du bien-être de l’en­fant une prio­ri­té qu’au consen­te­ment » me semble indi­quer que Cali­fia et le col­lec­tif pédo­phile com­prennent le pro­blème, que tout « consen­te­ment » est for­cé et illu­soire. Néan­moins, l’in­fluence de la théo­rie queer a empoi­son­né toute une vague du fémi­nisme. Par exemple, l’in­ca­pa­ci­té de Sarah Beres­ford à s’af­fran­chir de la théo­rie queer l’a ame­née à se deman­der si les lois sur l’âge du consen­te­ment étaient pro­tec­tion­nistes et à « concé­der que la loi actuelle sur l’âge du consen­te­ment non seule­ment nie la capa­ci­té d’a­gir des filles et des gar­çons de moins de 16 ans, mais les place éga­le­ment dans une posi­tion de pas­si­vi­té non auto­nome[71] ». Cela sou­ligne à quel point la théo­rie queer est une phi­lo­so­phie des­truc­trice, dan­ge­reuse, l’ul­time contre­coup du féminisme.

IV. Judith Butler

La grande prê­tresse du cha­ra­bia de la théo­rie queer, Judith But­ler, a pris le relais de cette réac­tion contre le fémi­nisme en défen­dant – mais pour­quoi devrions-nous être sur­pris ? – l’in­ceste. Et ce sans la moindre réfé­rence au fait que la plu­part des abus sexuels fami­liaux d’en­fants sont com­mis par un parent mas­cu­lin sur un enfant fémi­nin. But­ler s’est plu­tôt appuyée sur la théo­rie queer pour affir­mer qu’en s’opposant à l’in­ceste et en légi­fé­rant contre lui, les États ren­for­çaient l’hé­té­ro­sexua­li­té. Dans son gali­ma­tias le plus célèbre – Trouble dans le genre – elle écrit : « Le tabou de l’inceste est la loi juri­dique qui pro­hi­be­rait les dési­rs inces­tueux tout en construi­sant cer­taines sub­jec­ti­vi­tés gen­rées par le méca­nisme de l’identification obli­ga­toire. Mais qu’est-ce qui garan­tit l’universalité ou la néces­si­té de cette loi[72] ? » La néces­si­té de la loi contre l’in­ceste découle des dom­mages que les abus sexuels des enfants, et en par­ti­cu­lier les abus sexuels d’en­fants inter­fa­mi­liaux, causent aux sur­vi­vants. La loi est éga­le­ment néces­saire en rai­son de sa pré­va­lence. Une étude menée par l’Of­fice of the Chil­dren’s Com­mis­sio­ner (Bureau du com­mis­saire à l’enfance) au Royaume-Uni a révé­lé que « de nom­breux élé­ments de preuve sug­gèrent qu’un nombre impor­tant d’a­bus sexuels d’en­fants sont com­mis par des parents proches ou des per­sonnes connues de la vic­time. Les vic­times peuvent être aus­si bien des gar­çons que des filles, mais la majo­ri­té d’entre elles sont des filles[73] ».

Les cher­cheurs de l’Of­fice of the Chil­dren’s Com­mis­sio­ner (Bureau du com­mis­saire à l’en­fance) ont en outre éta­bli, sur la base de « preuves récentes, que le jeune “typique” ayant un com­por­te­ment sexuel­le­ment pré­ju­di­ciable est un homme blanc qui com­met des actes d’a­gres­sion sexuelle contre des enfants (filles et gar­çons) membres de sa famille[74] ». Ces jeunes hommes blancs abu­seurs sexuels et vio­leurs devien­dront des vio­leurs adultes et pour­ront comp­ter sur le sou­tien des théo­ri­ciens queer pour défendre leur trans­gres­sion des limites et des normes sexuelles. Il s’agit d’une des rai­sons pour les­quelles ce mou­ve­ment pour les droits sexuels des hommes – la théo­rie queer – est s’oppose dia­mé­tra­le­ment au fémi­nisme. La recon­nais­sance, puis l’in­ter­dic­tion cultu­relle et juri­dique de l’in­ceste en tant que forme d’a­bus sexuel de l’en­fant consti­tuaient une cause défen­due par les fémi­nistes de la deuxième vague, celles que l’on qua­li­fie aujourd’­hui de TERF. Louise Arm­strong a ana­ly­sé com­ment « le pro­blème de l’inceste, qui est un pro­blème poli­tique, un pro­blème de vio­lence envers les femmes et les enfants, un pro­blème qui appar­tient au fémi­nisme, a été sou­le­vé par le mou­ve­ment fémi­niste aux États-Unis[75] ». Gil­lian Har­kins a pareille­ment sou­li­gné com­ment « les cher­cheuses fémi­nistes ont bri­sé le “silence” de cette conspi­ra­tion patriar­cale lors­qu’elles ont docu­men­té l’in­ceste comme une forme cou­rante d’a­bus sexuel d’en­fants. […] l’é­tape sui­vante […] a consis­té à uti­li­ser ces recherches afin d’intervenir dans les domaines de la jus­tice pénale et de la pro­tec­tion de l’en­fance[76] ». Avant l’a­gi­ta­tion fémi­niste des années 1970, « l’in­ceste était trai­té comme une vio­la­tion iso­lée d’une conduite nor­ma­tive appro­priée », il était cou­vert par les lois sur le mariage plu­tôt que par le viol[77]. C’est contre la caté­go­ri­sa­tion de l’in­ceste en viol, défen­due par les fémi­nistes, que But­ler et d’autres théo­ri­ciens queer se battent.

Tout en s’op­po­sant aux mesures juri­diques visant les abus sexuels d’en­fants intra­fa­mi­liaux, But­ler sou­tient que la loi contre l’in­ceste pro­duit l’in­ceste et le désir d’a­bu­ser sexuel­le­ment des enfants. But­ler rai­sonne à pro­pos du tabou de l’in­ceste en disant que « le tabou ne fait pas qu’interdire et dic­ter cer­taines formes à la sexua­li­té, il pro­duit aus­si de manière for­tuite une varié­té de dési­rs et d’identités de sub­sti­tu­tion[78] ». Com­ment But­ler par­vient-elle à cet argu­ment ? Eh bien, comme elle l’ex­plique : « Si l’on étend la cri­tique fou­cal­dienne au tabou de l’inceste », ce tabou « pour­rait se com­prendre comme ce qui crée et sou­tient le désir pour la mère/le père, y com­pris le dépla­ce­ment obli­ga­toire de ce désir[79] ». But­ler occulte ce fait que dans la majo­ri­té des cas d’a­bus sexuels inces­tueux sur des enfants, les auteurs sont des parents de sexe mas­cu­lin qui abusent sexuel­le­ment d’en­fants de sexe fémi­nin, et pro­jette le désir d’a­bus sur l’en­fant. Des recherches amé­ri­caines ont mon­tré que « plus la vic­time est jeune, plus il est pro­bable que l’a­gres­seur soit un membre de la famille » et que, « par­mi les agres­seurs d’en­fants de moins de six ans, 50 % étaient des membres de la famille. Les membres de la famille repré­sen­taient éga­le­ment 23% des per­sonnes abu­sant d’en­fants âgés de 12 à 17 ans[80]. » Mal­gré ces faits, But­ler pro­meut « la légi­ti­mi­té et […] la léga­li­té de zones publiques d’échange sexuel, du sexe inter­gé­né­ra­tion­nel, de l’adoption hors mariage, du déve­lop­pe­ment de la recherche et des tests concer­nant le SIDA, et des poli­tiques liées aux per­sonnes trans­genres[81] ». Énième illus­tra­tion de la manière dont les théo­ri­ciens queer asso­cient abu­si­ve­ment leur défense de la pédo­phi­lie ou de l’in­ceste avec des argu­ments légi­times visant à faire avan­cer les droits des gays et des les­biennes, afin de rendre leur dis­cours plus dif­fi­cile à attaquer.

Les réflexions de But­ler sur le consen­te­ment sexuel doivent être lues en gar­dant à l’es­prit sa défense de l’in­ceste. But­ler a sou­te­nu, de façon géné­rale, que le consen­te­ment était pro­blé­ma­tique parce que par­fois « les per­sonnes ont consen­ti, mais n’apprécient pas de l’avoir fait[82] ». Il s’agit d’un blâme clas­sique de la vic­time, d’une néga­tion du concept fémi­niste d’un consen­te­ment en conti­nuelle négo­cia­tion. Les enfants peuvent consen­tir à des acti­vi­tés parce qu’ils n’en com­prennent pas les impli­ca­tions, parce qu’ils ont été contraints, condi­tion­nés ou sim­ple­ment en rai­son des dif­fé­rences de pou­voir entre un enfant et un adulte plus âgé. Les enfants sont socia­le­ment pré­pa­rés à faire ce qu’on leur dit du moment que l’ins­truc­tion émane d’une figure d’au­to­ri­té telle qu’un parent. Le consen­te­ment est illu­soire. Tout en dis­cu­tant du consen­te­ment sexuel, But­ler conçoit le consen­te­ment comme le fait de fran­chir la porte du bureau d’un ana­lyste et sou­tient que « en d’autres termes, puisque quel­qu’un peut “avoir des pro­blèmes” avec le consen­te­ment, qui deviennent maté­riels au cours d’une ses­sion ana­ly­tique, cette per­sonne met éga­le­ment en action le pro­blème du trans­fert en consen­tant à fran­chir la porte du bureau de l’a­na­lyste[83] ». Seule­ment, le consen­te­ment sexuel et le consen­te­ment à péné­trer phy­si­que­ment dans le corps de quelqu’un ne sont pas mar­gi­na­le­ment, mais extrê­me­ment dif­fé­rents du consen­te­ment à com­men­cer une ses­sion de thé­ra­pie. Cette rhé­to­rique de chan­ge­ment d’objet est une tac­tique cou­rante de But­ler et d’autres théo­ri­ciens queer visant à embrouiller le lec­teur et dis­si­mu­ler ce qu’ils disent vrai­ment. L’i­dée de But­ler selon laquelle « cette per­sonne met éga­le­ment en action le pro­blème du trans­fert en consen­tant à fran­chir la porte du bureau de l’a­na­lyste » ne peut pas être consi­dé­rée comme fémi­niste. Contrai­re­ment à But­ler, les fémi­nistes sou­tiennent que ce n’est pas parce que la per­sonne a fran­chi la porte que son consen­te­ment est trans­fé­ré. La per­sonne a seule­ment consen­ti à cer­taines choses spé­ci­fiques et ce consen­te­ment peut prendre fin à tout moment. Les pro­pos de But­ler sont au fon­de­ment de la théo­rie queer, et mettent en lumière son carac­tère antiféministe.

Dr. Em

Tra­duc­tion : Nico­las Casaux


  1. La légis­la­tion sur l’âge du consen­te­ment et le viol consti­tuait un élé­ment impor­tant du pro­gramme du fémi­nisme de la pre­mière vague. Voir J. E. Lar­son, « Even a Worm Will Turn at Last » : Rape Reform in Late Nine­teenth-Cen­tu­ry Ame­ri­ca’, Yale Jour­nal of Law & the Huma­ni­ties, Vol. 9, no. 1 (jan­vier 1997), pp. 1–71.
  2. J. C. Jones, ‘Queer Theo­ry, Fou­caul­dian Femi­nism and the Era­sure of Rape His­to­ri­cal Notes for a Present War’, https://janeclarejones.files.wordpress.com/2018/08/queerfoucault-feminismrape.pdf
  3. S. Beres­ford, ‘The Age of Consent and the Ending of Queer Theo­ry’, Laws (2014), 3, p. 763.
  4. A. Tane­si­ni, Femi­nism : Oxford Biblio­gra­phies Online Research Guide (Oxford, Oxford Uni­ver­si­ty Press, 2010), p.12.
  5. Je pré­pare une ana­lyse de l’homophobie inhé­rente à la théo­rie queer.
  6. Voir : Dr. Em, ‘Sex and Social Construc­tio­nism’, pp. 7–9. https://uncommongroundmedia.com/sex-and-social-constructionism-dr-em-banned-from-medium/
  7. T. Spar­go, Post­mo­dern Encoun­ters : Fou­cault and Queer Theo­ry (Icon Books, Cam­bridge, 2000), p. 8.
  8. M. A. Mcla­ren, Femi­nism. Fou­cault, and Embo­died Sub­jec­ti­vi­ty (State Uni­ver­si­ty of New York Press, Alba­ny, 2002), p. 144.
  9. J. C. Jones, ‘Queer Theo­ry, Fou­caul­dian Femi­nism and the Era­sure of Rape His­to­ri­cal Notes for a Present War’, https://janeclarejones.files.wordpress.com/2018/08/queerfoucault-feminismrape.pdf
  10. Michel Fou­cault, His­toire de la sexua­li­té I : La volon­té de savoir (1976).
  11. Ibid.
  12. J. C. Jones, ‘Queer Theo­ry, Fou­caul­dian Femi­nism and the Era­sure of Rape His­to­ri­cal Notes for a Present War’, pp. 11–12.<https://janeclarejones.files.wordpress.com/2018/08/queerfoucault-feminismrape.pdf
  13. http://www.dolto.fr/fd-code-penal-crp.html
  14. http://1libertaire.free.fr/MFoucault317.html
  15. http://1libertaire.free.fr/MFoucault317.html
  16. http://1libertaire.free.fr/MFoucault317.html
  17. http://1libertaire.free.fr/MFoucault317.html
  18. http://1libertaire.free.fr/MFoucault317.html
  19. http://1libertaire.free.fr/MFoucault317.html
  20. http://1libertaire.free.fr/MFoucault317.html
  21. Entre­tien qui « eut lieu après la cam­pagne de Vic­tor Fain­berg pour la libé­ra­tion de Vla­di­mir Boris­sov de l’hô­pi­tal psy­chia­trique spé­cial de Lenin­grad », « cam­pagne sou­te­nue par la revue Change, de nom­breux intel­lec­tuels, dont David Cooper et M. Fou­cault, et diverses orga­ni­sa­tions », et qui fut retrans­crit dans un texte inti­tu­lé « Enfer­me­ment, psy­chia­trie, pri­son », publié dans le numé­ro 22/23 de la revue Change, en date d’octobre 1977 (texte repro­duit dans le troi­sième tome de la com­pi­la­tion de textes et dis­cours de Fou­cault inti­tu­lée Dits et écrits).
  22. Notam­ment par Monique Pla­za dans le numé­ro de mai 1978 de la revue Ques­tions fémi­nistes : https://docdro.id/Arry1T3
  23. Rea­ding Group : Gayle Rubin Flyer 2017, Gen­der, Sexua­li­ty, & Women’s Stu­dies Pro­gram, Uni­ver­si­ty of Pitts­burgh http://www.gsws.pitt.edu/events/reading-group-gayle-rubin[Accessed 25/04/2019].
  24. ‘Queer Theo­ry : Back­ground’, Illi­nois Uni­ver­si­ty Libra­ry (Sep 18, 2018), https://guides.library.illinois.edu/queertheory/background.
  25. G. S. Rubin, ‘Thin­king Sex : Notes for a Radi­cal Theo­ry of the Poli­tics of Sexua­li­ty’, in : R. G. Par­ker & P. Aggle­ton (eds.), Culture, Socie­ty and Sexua­li­ty : A Rea­der (Psy­cho­lo­gy Press, 1999), p. 144.
  26. ibid. p. 146.
  27. ibid
  28. Ibid.
  29. Ibid.
  30. Ibid.
  31. ‘ Queer Theo­ry : A Rough Intro­duc­tion’, Uni­ver­si­ty of Illi­nois Libra­ry (Sep 18, 2018), https://guides.library.illinois.edu/queertheory/background. [Acces­sed 06 June 2019].
  32. G. S. Rubin, ‘Thin­king Sex : Notes for a Radi­cal Theo­ry of the Poli­tics of Sexua­li­ty’, in : R. G. Par­ker & P. Aggle­ton (eds.), Culture, Socie­ty and Sexua­li­ty : A Rea­der (Psy­cho­lo­gy Press, 1999), p. 151.
  33. Ibid.
  34. Ibid.
  35. ibid. p. 158.
  36. Ibid.
  37. A. Tane­si­ni, Femi­nism : Oxford Biblio­gra­phies Online Research Guide (Oxford, Oxford Uni­ver­si­ty Press, 2010), p.12
  38. L. LeMon­check, Loose Women, Leche­rous Men : A Femi­nist Phi­lo­so­phy of Sex (Oxford, Oxford Uni­ver­si­ty Press, 1997), p. 239, fn. 90
  39. P. Cali­fia, Public Sex : The Culture of Radi­cal Sex, 2nd Edi­tion (San Fran­cis­co, Cleis Press, 2000), p. xii.
  40. ibid. pp. xvi — xvii.
  41. ibid. p. xx.
  42. P. Cali­fia, Public Sex : The Culture of Radi­cal Sex, 2nd Edi­tion (San Fran­cis­co, Cleis Press, 2000), pp. 55–56.
  43. ibid. p. 56.
  44. Ibid.
  45. Ibid.
  46. Ibid.
  47. Ibid.
  48. P. Cali­fia, ‘Femi­nism, Pedo­phi­lia, and Children’s Rights’, Pai­di­ka (1991), & in The Culture of Radi­cal Sex (1994). https://www.ipce.info/ipceweb/Library/califa_feminism.htm [consul­té le 30 mars 2019].
  49. Ibid.
  50. Ibid.
  51. P. Cali­fia, ‘Femi­nism, Pedo­phi­lia, and Children’s Rights’, Pai­di­ka (1991), & in The Culture of Radi­cal Sex (1994). https://www.ipce.info/ipceweb/Library/califa_feminism.htm [consul­té le 30 mars 2019].
  52. Ibid.
  53. Ibid.
  54. Ibid.
  55. Ibid.
  56. Ibid.
  57. Ibid.
  58. Ibid.
  59. Ibid.
  60. Ibid.
  61. Ibid.
  62. Ibid.
  63. Ibid.
  64. Ibid.
  65. Ibid.
  66. Ibid.
  67. https://stopabusecampaign.org/2017/03/10/most-sex-abusers-are-heterosexual/
  68. P. Cali­fia, ‘Femi­nism, Pedo­phi­lia, and Children’s Rights’, Pai­di­ka (1991), & in The Culture of Radi­cal Sex (1994). https://www.ipce.info/ipceweb/Library/califa_feminism.htm [consul­té le 30 mars 2019].
  69. Ibid.
  70. Ibid.
  71. S. Beres­ford, ‘The Age of Consent and the Ending of Queer Theo­ry’, Laws (2014), 3, p. 769.
  72. Judith But­ler, Trouble dans le genre (Édi­tions La Décou­verte, Paris, 2005, 2006, pour la tra­duc­tion fran­çaise).
  73. Miran­da A.H. Hor­vath, Julia C. David­son, Julie Grove-Hil­ls, Anna Gekos­ki, and Clare Choak, Office of the Children’s Com­mis­sio­ner, “It’s a lone­ly jour­ney”: A Rapid Evi­dence Assess­ment on Intra­fa­mi­lial child sexual abuse’ (June 2017), p. 15.https://www.childrenscommissioner.gov.uk/wp-content/uploads/2017/07/Its-a-lonely-journey-REA-on-Intrafamilial-child-sexual-abuse.pdf
  74. ibid. pp. 11–12.
  75. L. Arm­strong, ‘Incest : A Femi­nist Core Issue that Needs Re-poli­ti­ci­zing’ (2003), Van­cou­ver Rape Relief & Women’s Shel­ter, https://www.rapereliefshelter.bc.ca/learn/resources/incest-feminist-core-issue-needs-re-politicizing-louise-armstrong‑0.
  76. G. Har­kins, Everybody’s Fami­ly Romance : Rea­ding Incest in Neo­li­be­ral Ame­ri­ca (Lon­don, Uni­ver­si­ty of Min­ne­so­ta Press, 2009), p. 59.
  77. ibid. p. 60.
  78. Judith But­ler, Trouble dans le genre (Édi­tions La Décou­verte, Paris, 2005, 2006, pour la tra­duc­tion fran­çaise).
  79. Ibid.
  80. Dark­ness to Light, ‘Child Sexual Abuse Sta­tis­tics’, p. 13 https://www.d2l.org/wp-content/uploads/2017/01/all_statistics_20150619.pdf
  81. Judith But­ler, Ernes­to Laclau, Sla­voj Zizek, Après l’émancipation, Édi­tions du Seuil, février 2017, pour la tra­duc­tion fran­çaise.
  82. J. But­ler, ‘Sexual Consent : Some Thoughts on Psy­cho­ana­ly­sis and Law’, Colum­bia Jour­nal of Gen­der and Law, Volume 21, Num­ber 2 (2011), abs­tract.
  83. Ibid.

Print Friendly, PDF & Email
Total
52
Shares
3 comments
  1. Je n’ai pas encore pris le temps de tout lire. Ce qui est décrit de Fou­cault me cham­boule, je dois dire. Mer­ci pour cet éclairage.

  2. Pour enfon­cer le clou au sujet de la théo­rie queer, il y aus­si a le dos­sier consa­cré par la revue « l’Autre Côté » (ani­mée par le même J‑M Man­do­sio) à « la French Theo­ry et ses ava­tars », dès 2009… Démon­tage en règle (des But­ler et autres confu­sion­nistes / oppor­tu­nistes) garanti !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La « civilisation », cette catastrophe (par Aric McBay / Thomas C. Patterson)

Le dénominateur commun, c'est le contrôle. La civilisation c'est la culture du contrôle. Une civilisation, c'est un petit groupe de gens contrôlant un large groupe via les institutions propres à cette civilisation. Si ces gens se trouvent au-delà des frontières de cette civilisation, alors ce contrôle prendra la forme d'armées et de missionnaires (des spécialistes religieux ou techniques). Si les gens à contrôler sont à l'intérieur des limites de la ville, de la civilisation, alors le contrôle pourra prendre la forme de militarisation domestique (la police, etc.). [...]