La civilisation et l’écocide : l’histoire tragique du perroquet de l’Amérique du Nord (par Nicolas Casaux)

Saviez-vous que l’Amérique du Nord abri­tait autre­fois sa propre espèce de per­ro­quet ? Très sociale, curieuse, empa­thique, ses plumes étaient d’un vert brillant et d’un jaune écla­tant. Une touffe rouge entou­rait son bec. Et, dites, ce qu’elle parlait !

Du moins, c’est ce que cer­tains scien­ti­fiques ont pu recons­ti­tuer. Ce per­ro­quet n’a pas fait long feu une fois que les colons civi­li­sés ont com­men­cé à défo­res­ter les terres amé­ri­caines pour l’agriculture ; peu se sont don­né la peine d’étudier une espèce tel­le­ment tenace qu’ils la consi­dé­rèrent comme une nui­sance. Ce que l’on sait, aujourd’hui, c’est que la Conure de Caro­line était la seule espèce de per­ro­quet endé­mique de l’Amérique du Nord, et que sa zone d’habitat était la plus sep­ten­trio­nale de toutes les espèces de per­ro­quet sur Terre. Il s’agissait pro­ba­ble­ment de l’oiseau le plus colo­ré de toute l’Amérique du Nord.

Il fut exter­mi­né. Le der­nier repré­sen­tant de l’espèce mou­rut en 1918, dans la même cage où s’éteignit la der­nière colombe voya­geuse quatre ans aupa­ra­vant. La colombe voya­geuse (ou pigeon migra­teur, ou tourte voya­geuse) était, selon Sciences et Ave­nir, « l’espèce la plus nom­breuse jamais vue sur la pla­nète ». Dans un article consa­cré à l’histoire de la dis­pa­ri­tion de cet oiseau, Sciences et Ave­nir pré­cise : « l’homme l’a fait dis­pa­raître en quelques décen­nies seule­ment ». Pré­ci­sons davan­tage : l’homme civi­li­sé l’a fait dis­pa­raître en quelques décen­nies seule­ment. « Vivant dans les grandes plaines de l’ouest amé­ri­cain, Ecto­pistes migra­to­rius for­mait des colo­nies de plu­sieurs mil­lions d’individus s’étendant sur des dizaines de kilo­mètres. En 1871, les récits rap­portent une concen­tra­tion de 136 mil­lions de pigeons nichant sur 2200 km² du Wis­con­sin. La nuée qu’ils for­maient en vol s’étendait sur une lon­gueur de 5 à 6 kilo­mètres et une lar­geur de plus d’un kilo­mètre, et ils volaient si ser­rés que le ciel et le soleil en étaient obscurcis.

La colombe voyageuse

« Mais ces grands man­geurs de fruits sont vite consi­dé­rés comme un fléau par les agri­cul­teurs [civi­li­sés] met­tant en culture les plaines de l’Ouest amé­ri­cain tout au long du 19e siècle. Les chasses s’organisent tan­dis que les fruits se raré­fient avec la coupe des forêts lais­sant place aux champs de grandes cultures. D’extrêmement répan­due en 1870, l’espèce s’est très vite raré­fiée et les quelques essais de pro­tec­tion ont tous échoué, notam­ment par le fait que l’oiseau sup­por­tait mal de vivre en cage. L’extinction est donc inter­ve­nue très rapidement. »

Le grand pin­gouin connut le même des­tin tra­gique. Vivant sur le pour­tour de l’Atlantique Nord, le Grand Pin­gouin (Pin­gui­nus impen­nis) était le plus grand pin­gouin connu (jusqu’à 85cm de haut) et le seul repré­sen­tant de sa famille. Source de nour­ri­ture et de sub­sis­tance dont dépen­daient de nom­breuses espèces, dont, pen­dant plus de 100 000 ans, les humains non-civi­li­sés (les Indiens d’Amérique), c’est avec l’arrivée des colons (des civi­li­sés) en Amé­rique, qui l’ont impi­toya­ble­ment et inexo­ra­ble­ment chas­sée et pour­chas­sée, que l’espèce a rapi­de­ment décli­né avant de dis­pa­raitre en 1844.

Le grand pingouin

Nous pour­rions conti­nuer encore : « Le quag­ga ou couag­ga (Equus quag­ga quag­ga) était une sous-espèce de zèbre d’Afrique du Sud. De cou­leur beige, il fut chas­sé par les colons pour faire des sacs et être man­gé. Le der­nier indi­vi­du est mort au zoo d’Amsterdam en 1883. »

Et encore. Le Tétras des prai­ries (Tym­pa­nu­chus cupi­do cupi­do), un tétras ori­gi­naire des plaines nord-amé­ri­caines, connut le même sort : chas­sé jusqu’à extinc­tion par les enva­his­seurs euro­péens. « Cer­tains spé­culent que les pre­miers pèle­rins l’ont consom­mé à Thanks­gi­ving, plu­tôt que des dindes. L’espèce s’est éteinte en 1932. »

Et le Pic à bec ivoire (chas­sé jusqu’à extinc­tion, décla­ré dis­pa­ru en 1944), et le Bruant à dos noi­râtre (une espèce endé­mique de Flo­ride, dont l’habitat maré­ca­geux a été trai­té au DDT, un insec­ti­cide par­ti­cu­liè­re­ment toxique, dans les années 40, conta­mi­nant la chaîne ali­men­taire ; le der­nier spé­ci­men est mort en 1987), et le thy­la­cine (Thy­la­ci­nus cyno­ce­pha­lus), aus­si appe­lé tigre de Tas­ma­nie (chas­sé par les colons civi­li­sés jusqu’à l’extinction, qui fut éga­le­ment cau­sée par l’introduction du chien en Aus­tra­lie), et bien d’autres.

Les sau­mons et les bisons, en Amé­rique du Nord, ne sont pas non plus pas­sés loin de l’extermination totale, de l’extinction.

Mais reve­nons-en au per­ro­quet nord-américain.

La Conure de Caroline

La Conure de Caro­line nichait dans les cavi­tés des arbres des forêts anciennes et des bor­dures de rivière, du sud de New-York au golfe du Mexique. Elle mesu­rait envi­ron 30 cen­ti­mètres de long et pesait envi­ron 300 grammes. Son bec affu­té et puis­sant lui per­met­tait de fendre les graines et de se nour­rir de fruits. Elle se nour­ris­sait même des fleurs de la lam­pourde glou­te­ron, qui contiennent un glu­co­side toxique, et était pro­ba­ble­ment le seul ani­mal à le faire.

Mal­heu­reu­se­ment, aux 17ème et 18ème siècles, les colons euro­péens civi­li­sés défo­res­tèrent mas­si­ve­ment le Sud-Est amé­ri­cain, dont des mil­lions d’acres de syco­mores et de cyprès où vivait la Conure, pour l’agriculture. Les per­ro­quets qui étaient encore en vie com­men­cèrent à man­ger dans les champs nou­vel­le­ment implan­tés par les envahisseurs.

Les civi­li­sés, qui n’appréciaient pas (qui n’apprécient jamais et ne tolèrent jamais) de devoir par­ta­ger, les qua­li­fièrent de « nui­sance », et se mirent à les chas­ser en grand nombre, par sport, ou par­fois pour leur viande. Lorsqu’une conure de Caro­line était tou­chée par un tir, ses com­pa­gnons se met­taient à tour­noyer et à crier au-des­sus de leur cama­rade bles­sée et hur­lant de dou­leur (ou mort), et par­fois se posaient à ses côtés, deve­nant ain­si des cibles aisées. Ce com­por­te­ment social et leurs cris reten­tis­sants (qui pou­vaient être enten­dus à près de 3 kilo­mètres) en fai­saient des proies faciles.

Lorsqu’elles n’étaient pas tuées pour leur viande ou par amu­se­ment, elles étaient tuées pour leurs plumes qui ser­vaient à confec­tion­ner des cha­peaux à la mode pour les femmes civi­li­sées. D’autres colons les cap­tu­raient pour en faire des ani­maux domestiques.

« La perte de cette espèce spec­ta­cu­laire, peut-être la plus incroyable de toutes les espèces endé­miques, demeure, et res­te­ra tou­jours, une immense tra­gé­die sociale, esthé­tique et bio­lo­gique », a écrit Noel Sny­der dans son livre de 2004, inti­tu­lé La Conure de Caro­line : Aper­çus d’un oiseau dis­pa­ru. Il ajoute éga­le­ment : « Qu’aucun véri­table effort n’ait été fait pour pré­ser­ver ce per­ro­quet consti­tue un rap­pel per­ma­nent du côté sombre de l’histoire de notre espèce. »

Cette der­nière phrase n’est pas juste. « L’histoire de notre espèce » nous enseigne que la Conure de Caro­line a très bien coha­bi­té avec les humains, du moins avec les autoch­tones d’Amérique du Nord, puisqu’elle y vivait en très grand nombre au moment de l’invasion des colons euro­péens. Ce sont ces der­niers qui se sont mon­trés inca­pables de coha­bi­ter avec elle et qui l’ont exter­mi­née, comme ils ont exter­mi­né le grand pin­gouin et la colombe voya­geuse — et les Indiens d’Amérique.

Je refor­mu­le­rais donc : « Qu’aucun véri­table effort n’ait été fait pour pré­ser­ver ce per­ro­quet consti­tue un rap­pel per­ma­nent du côté sombre de l’histoire de la civi­li­sa­tion. »

D’ailleurs, les colons civi­li­sés intro­dui­sirent une espèce inva­sive venue d’Europe, l’abeille mel­li­fère, qui se mit à occu­per les der­nières cavi­tés des arbres qui res­taient (et qui se mit à déran­ger et à faire dis­pa­raître cer­taines popu­la­tions d’abeilles endé­miques de l’Amérique du Nord, per­tur­bant ain­si la pol­li­ni­sa­tion des plantes).

A la fin des années 1800, les popu­la­tions de conures de Caro­line avaient dra­ma­ti­que­ment chu­té. Mal­gré les siècles de défo­res­ta­tion et de sur­chasse, les scien­ti­fiques ne peuvent qu’émettre des hypo­thèses quant à la cause finale de son extinc­tion. Ils pensent que, for­cés de vivre par­mi les gens et le bétail, les der­niers per­ro­quets ont été tués par des mala­dies conta­gieuses des volailles — mais, encore une fois, peu se sont don­né la peine de docu­men­ter l’extinction de cet oiseau.

Comme le siècle tou­chait à sa fin, quelques indi­vi­dus sur­vi­vaient encore en cap­ti­vi­té, dont un groupe dans ce même zoo de Cin­cin­na­ti qui accueillit le der­nier pigeon migra­teur. Les toutes der­nières conures de Caro­line furent un couple, Lady Jane et Incas ; en 1917, ces deux oiseaux étaient com­pa­gnons de cage depuis quelque 32 ans. C’est alors que Lady Jane mou­rut, lais­sant Incas comme unique repré­sen­tant de l’espèce. Il sur­vé­cut, seul, pour quelques mois, jusqu’au 21 février 1918, quand il mou­rut dans sa cage, entou­ré de ses gar­diens. Ceux-ci étaient una­nimes : l’oiseau était mort de chagrin.

Le livre Per­ro­quets sau­vages : Une his­toire natu­relle des oiseaux les plus incroyables résume : « L’espèce fut bru­ta­li­sée, impi­toya­ble­ment et inexo­ra­ble­ment, de toutes parts ».

Ce que ces his­toires tra­giques nous apprennent, et ce que le pré­sent nous confirme, ce n’est pas, contrai­re­ment à ce que cer­tains Occi­den­taux se plaisent à affir­mer de manière sen­ten­cieuse, fata­liste, pré­ten­tieuse et dog­ma­tique (témoi­gnant ain­si de leur igno­rance et/ou de leur mépris d’un large pan de l’humanité), que l’être humain est voué à détruire le monde natu­rel. L’homme, ani­mal par­mi les ani­maux, est un singe qui, à l’instar des autres singes, n’est abso­lu­ment pas obli­gé de — ou voué à — détruire son habi­tat et celui des autres. Non, ce que ces his­toires nous enseignent, c’est sim­ple­ment qu’une cer­taine culture humaine, la civi­li­sa­tion, avec (et à cause de) ses carac­té­ris­tiques spé­ci­fiques, est incom­pa­tible avec la pros­pé­ri­té du vivant.

Par consé­quent, la lutte pour la pré­ser­va­tion et la défense de la pla­nète et des espèces qui la com­posent est une lutte contre la civi­li­sa­tion.

Note de fin : Il est absurde, indé­cent et insul­tant de mettre dans le même sac les cen­taines de mil­liers de cultures humaines non-civi­li­sées, sau­vages, autoch­tones, ayant exis­té (et celles qui existent encore), avec les « grandes civi­li­sa­tions » (dont notre civi­li­sa­tion indus­trielle). Les pre­mières par­ve­naient et par­viennent à vivre sans trans­for­mer leur envi­ron­ne­ment en cime­tière, les secondes en sont inca­pables, par essence. Avant que la civi­li­sa­tion ne s’empare de l’Amérique du Nord, des mil­lions de bisons, de colombes voya­geuses, de conures de Caro­line et de grands pin­gouins y vivaient, aux côtés de mil­lions d’êtres humains. Avant que la civi­li­sa­tion ne s’empare entiè­re­ment de l’Europe, les humains y côtoyaient des ours, des loups, des lynx, des bisons, et même des lions, les rivières grouillaient de sau­mons, d’esturgeons d’Europe, d’anguilles…

Pour aller plus loin :

https://partage-le.com/2017/08/la-demesure-lignorance-systemique-et-la-destruction-du-monde-naturel-par-nicolas-casaux/

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Attention à la marche (documentaire)

Minding the Gap (en français : « Attention à la marche », voir ici) est un film documentaire de 2018, réalisé par Bing Liu et plusieurs fois primé (Sundance, etc.). Il s’agit d’une chronique des amitiés qui lient trois jeunes hommes de la ville de Rockford, dans l’État de l’Illinois, aux États-Unis, unis par leur amour du skateboard. Les séquences vidéos du documentaire s’étalent sur plus de 12 ans de vie des protagonistes, les plus anciennes ayant été tournées par Bing Liu alors qu’il avait 14 ans. [...]
Lire

Résistance et activisme : comprendre la dépression grâce à l’écopsychologie (par Will Falk)

Je suis un activiste écologiste. Je souffre de dépression. Être un activiste tout en souffrant de dépression me place directement face à un dilemme sans issue : la destruction du monde naturel engendre un stress qui exacerbe la dépression. Mettre un terme à la destruction du monde naturel soulagerait le stress que je ressens, et, dès lors, apaiserait cette dépression. Cependant, agir pour mettre fin à la destruction du monde naturel m’expose à une grande quantité de stress, ce qui alimente à nouveau ma dépression. [...]