Les nouveaux maitres du monde (John Pilger — 2001)

9ae3deca6381c2a9e1ecfec3d7b54303John Pil­ger est un jour­na­liste de natio­na­li­té Aus­tra­lienne, né à Syd­ney le 9 Octobre 1939, par­ti vivre au Royaume-Uni depuis 1962. Il est aujourd’hui basé à Londres et tra­vaille comme cor­res­pon­dant pour nombre de jour­naux, comme The Guar­dian ou le New Sta­tes­man.

Il a reçu deux fois le prix de meilleur jour­na­liste de l’année au Royaume-Uni (Britain’s Jour­na­list of the Year Award). Ses docu­men­taires, dif­fu­sés dans le monde entier, ont reçu de mul­tiples récom­penses au Royaume-Uni et dans d’autres pays.

John Pil­ger est membre, à l’instar de Van­da­na Shi­va et de Noam Chom­sky, de l’IOPS (Inter­na­tio­nal Orga­ni­za­tion for a Par­ti­ci­pa­to­ry Socie­ty), une orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale et non-gou­ver­ne­men­tale créée (mais encore en phase de créa­tion) dans le but de sou­te­nir l’activisme en faveur d’un monde meilleur, prô­nant des valeurs ou des prin­cipes comme l’auto-gestion, l’équité et la jus­tice, la soli­da­ri­té, l’anarchie et l’écologie.


Dans ce docu­men­taire John Pil­ger ana­lyse le sys­tème éco­no­mique domi­nant et le fos­sé qui se creuse entre les plus riches et les plus pauvres. Le docu­men­taire s’intéresse par­ti­cu­liè­re­ment aux ins­ti­tu­tions qui dominent l’économie mon­diale, comme la Banque Mon­diale, le Fonds Moné­taire Inter­na­tio­nal ou encore l’Organisation Mon­diale du Com­merce, et aux mil­lions de gens qui, sous leurs auto­ri­tés et leur règle­ments, se retrouvent au chô­mage et à la rue.

John Pil­ger voit le sys­tème éco­no­mique actuel comme un empire en exten­sion, et à la tête de cet empire des ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales et des mul­ti­na­tio­nales bien sou­vent diri­gées par des occi­den­taux issus de pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, et d’autres nations d’Europe de l’Ouest.

Pour ana­ly­ser les véri­tables consé­quences de la mon­dia­li­sa­tion, John Pil­ger se rend en Indo­né­sie – pays que la banque mon­diale qua­li­fiait de modèle jusqu’à l’effondrement de son éco­no­mie en 1998 – ou des marques de renom­mée inter­na­tio­nale comme Nike, Gap, Adi­das ou Ree­bok font pro­duire dans des usines et par une main d’œuvre sous-payée des pro­duits qu’ils ven­dront 250 fois plus cher qu’ils ne payent un employé à le faire.

Il y rap­pelle aus­si l’histoire trop sou­vent occul­tée du mas­sacre d’un mil­lion de membres du par­ti com­mu­niste en 1965 en Indo­né­sie, ordon­né par le dic­ta­teur géné­ral Suhar­to, qui fut sou­te­nu par nombre d’hommes d’affaires et de poli­ti­ciens occi­den­taux. Un rap­port de la CIA datant de 1968 affirme que ce mas­sacre est « l’un des plus tra­giques du XX° siècle, mais aus­si l’un des plus igno­rés ».

John Pil­ger y aborde donc les deux thèmes qui lui tiennent à cœur : l’impérialisme et l’injustice qu’entraine la pau­vre­té. Ce docu­men­taire pro­pose une ana­lyse paral­lèle entre une mon­dia­li­sa­tion moderne et un vieil impérialisme.

« Ma vision du monde s’est for­gée avec les années, à force d’observer le fonc­tion­ne­ment de l’impérialisme et la divi­sion du monde entre des riches, qui s’enrichissent sur le dos des autres, les  pauvres, qui s’appauvrissent. Cette divi­sion n’a pas chan­gé en 500 ans, mais une nou­velle tech­nique per­verse est venue ren­for­cer cela et assure la concen­tra­tion des res­sources du monde entier en un nombre de mains tou­jours plus petit. Ce qui change aujourd’hui c’est l’avènement d’un mou­ve­ment glo­bal qui com­prend cette super­che­rie et qui prend de l’ampleur, sur­tout par­mi les jeunes, qui sont pour la plu­part mieux édu­quée sur la nature poly­morphe du capi­ta­lisme, que dans les années 60. De plus, l’intensité de la pro­pa­gande offi­cielle étant un indi­ca­teur, ain­si que la panique ins­ti­tu­tion­nelle, le nou­veau mou­ve­ment est alors déjà en train de triompher. »

John Pil­ger


Lien Vimeo :

Lien You­Tube :

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
8 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Monarchie, aristocratie, démocratie et anarchie : Réflexions sur les différents régimes politiques (par Francis Dupuis-Déri)

« Quel est le meilleur régime politique ? » Voilà la question fondamentale à laquelle la philosophie politique occidentale s’est traditionnellement attribué le devoir de répondre, dénombrant généralement trois types purs de régimes (la monarchie, l’aristocratie et la démocratie) et un régime mixte (la république), constitué d’éléments des trois régimes purs. [...] Quant à l’« anarchie », les philosophes les plus influents de la tradition occidentale l’ont identifiée comme la forme dégénérée et pathologique de la démocratie, entendue ici sous sa forme directe où tous les citoyens peuvent participer à l’assemblée où se prennent les décisions politiques collectivement et à la majorité. Assimiler ainsi l’anarchie à une forme dévoyée de la démocratie directe constitue une erreur grave qui appauvrit la philosophie politique.
Lire

Ce que signifie le socialisme (Chris Hedges)

Comme l'a écrit Friedrich Engels, nous nous dirigerons soit vers le socialisme soit vers la barbarie. Si nous ne démantelons pas le capitalisme nous tomberons dans le chaos hobbesien des états défaillants, des migrations de masse — auxquelles nous assistons déjà — et de guerre sans fin. Les populations, particulièrement dans les pays du Sud, subiront la misère et un taux de mortalité élevé dû à l'effondrement des écosystèmes et des infrastructures, à une échelle qui n'a pas été atteinte depuis peut-être la peste noire. Aucun arrangement n'est possible avec le capitalisme mondial. Si nous ne renversons pas ce système il nous broiera. Et en ces temps de crise nous devons nous souvenir de ce que signifie être socialiste et de ce que cela ne signifie pas.
Lire

Se battre pour le vivant ! (par Thierry Sallantin)

Nous sommes en guerre, la guerre est là, trop tard pour fuir le conflit en cours et défiler "pour la paix", car le faire ressemblerait à la lâcheté des "je-m'en-foutiste" : face aux luttes en cours, se voiler la face par un "foutez-moi la paix", et donc devenir comme dans les années quarante un "collabo", ou retomber dans les polémiques des anarchistes qui optaient pour le pacifisme face à l'invasion allemande de 1914... Non, il faut avoir le courage de combattre car jamais la vie n'a été aussi gravement menacée.
Lire

La mondialisation et les ravages de la nouvelle Pangée (par Ray Grigg)

Les continents, ayant été écologiquement isolés pendant des millions d’années, étaient alors reconnectés — pas géologiquement par le mouvement de la tectonique des plaques mais par les mouvements physiques des humains transportant des produits commerciaux, des plantes, des animaux, des virus et leurs cultures particulières. Le monde n'allait plus jamais être le même.