Ken Saro-Wiwa : mémoire de luttes

En repré­sen­tant le peuple Ogo­ni du Nigé­ria dans une lutte contre les ravages de leurs terres par les mul­ti­na­tio­nales pétro­lières, Ken Saro-Wiwa par­lait au nom des innom­brables dépos­sé­dés, contre les quelques puis­sants. A cause de ses efforts, Saro-Wiwa fut arrê­té en mai 1994 au Nigé­ria, sur la base de ce que beau­coup consi­dèrent comme des charges fal­la­cieuses. Le 10 novembre 1995, un tri­bu­nal mili­taire nigé­rian exé­cu­ta 9 lea­ders Ogo­ni. Kenule Bee­son Saro-Wiwa était l’un d’entre eux.

Ken Saro-Wiwa fai­sait par­tie du peuple Ogo­ni, une mino­ri­té eth­nique dans le del­ta du Niger, dont les terres sont la cible des com­pa­gnies pétro­lières depuis les années 1950. Il a été porte-parole puis pré­sident du Mou­ve­ment pour la Sur­vie du Peuple Ogo­ni (MOve­ment for the Sur­vi­val of the Ogo­ni People ou MOSOP), un mou­ve­ment créé afin de lut­ter contre les abus com­mis par cer­taines com­pa­gnies sur les terres du peuple Ogo­ni. Saro-Wiwa a été le lea­der d’une cam­pagne non vio­lente contre des com­pa­gnies comme Shell, dénon­çant les dégâts éco­lo­giques com­mis dans le del­ta du Niger. Pour ses actions mili­tantes, il a reçu en 1994 le Prix Nobel alter­na­tif, quelques mois après son arres­ta­tion par le régime de Sani Aba­cha. À la suite d’un pro­cès lar­ge­ment dénon­cé par les orga­ni­sa­tions de défense des droits de l’homme, il a été condam­né à être pen­du et exé­cu­té en 1995. Shell a fait l’ob­jet d’une plainte pour com­pli­ci­té dans cette exé­cu­tion qui s’est conclue par un accord où Shell verse 15,5 mil­lions de dollars.

Le 10 novembre 1995, Ken Saro-Wiwa et huit autres lea­ders du MOSOP furent exé­cu­tés par pen­dai­son à Port Har­court par le gou­ver­ne­ment nigé­rian du géné­ral Sani Aba­cha. Il laisse deux enfants : le jour­na­liste Ken Wiwa et Zina Saro-Wiwa la réa­li­sa­trice et jour­na­liste artistique.

Sa der­nière décla­ra­tion, repro­duite ici (et dis­po­nible en anglais ici), ne fut jamais enten­due par le tribunal.


Der­nière décla­ra­tion, depuis le Nigéria.

Sei­gneur,

Nous sommes tous res­pon­sables devant l’histoire. Je suis un homme de paix, d’idées. Atter­ré par la pau­vre­té déni­grante de mon peuple qui vit sur une terre riche, affli­gé par leur mar­gi­na­li­sa­tion poli­tique et leur étran­gle­ment éco­no­mique, irri­té par le ravage de leurs terres, leur héri­tage ultime, sou­cieux de pré­ser­ver leur droit à la vie, à une vie décente, et déter­mi­né à appor­ter à ce pays tout entier un sys­tème démo­cra­tique juste et équi­table, qui pro­tè­ge­rait tout le monde, tous les groupes eth­niques, et per­met­trait à tous une juste reven­di­ca­tion à la civi­li­sa­tion humaine, j’ai dévoué mes res­sources maté­rielles et intel­lec­tuelles, ma vie tout entière, à une cause en laquelle je crois abso­lu­ment, et dont je ne pour­rais être détour­né, ni par le chan­tage ni par l’intimidation. Je ne doute pas du suc­cès final de ma cause, peu importe les vicis­si­tudes que tous ceux qui y croient, et moi-même, pour­rions ren­con­trer au cours de notre périple. Ni l’emprisonnement ni la mort ne peuvent empê­cher notre vic­toire ultime.

Je le répète, nous sommes tous res­pon­sables devant l’histoire. Mes cama­rades et moi-même ne sommes pas les seuls en juge­ment aujourd’hui. Shell est ici jugé et c’est aus­si bien qu’elle soit repré­sen­tée par un conseil cen­sé pos­sé­der un man­dat de sur­veillance. Cette com­pa­gnie, a, en effet, esqui­vé ce pro­cès par­ti­cu­lier, mais son jour vien­dra sur­ement, et les leçons apprises ici pour­ront s’avérer utiles, car je ne doute pas un ins­tant du fait que cette com­pa­gnie sera un jour jugée pour la guerre éco­lo­gique qu’elle a menée dans le Del­ta, et que ses crimes seront un jour jus­te­ment punis. Les sales crimes de guerres que cette com­pa­gnie a com­mis contre le peuple Ogo­ni seront aus­si punis un jour.

En juge­ment, nous retrou­vons aus­si la nation Nigé­rienne, ses diri­geants actuels et ceux qui les assistent. Toute nation qui fait aux plus faibles et aux plus dému­nis ce que la nation nigé­rienne a fait aux Ogo­nis perd toute pré­ten­tion à l’indépendance et à la liber­té de toute influence exté­rieure. Je ne suis pas de ceux qui feignent d’i­gno­rer la lutte contre l’injustice et l’oppression, pré­ten­dant qu’il faut s’y attendre de la part d’un régime mili­taire. Les mili­taires n’agissent pas seuls. Ils sont sou­te­nus par une ribam­belle de poli­ti­ciens, d’avocats, de juges, d’universitaires et d’hommes d’af­faires, tous se réfu­giant der­rière l’excuse selon laquelle ils ne font qu’ac­com­plir leur devoir, des hommes et des femmes trop effrayés pour net­toyer l’urine dégou­li­nant sur leurs pantalons.

Nous sommes tous jugés, mon sei­gneur, car par nos actions nous avons déni­gré notre pays et mis en dan­ger l’a­ve­nir de nos enfants. En accep­tant moins que la norme, en accep­tant les doubles stan­dards, en men­tant et en tri­chant ouver­te­ment, en pro­té­geant l’injustice et l’oppression, nous vidons nos salles de classes, nous déni­grons nos hôpi­taux, nous rem­plis­sons nos esto­macs de faim, et nous éli­sons, ce qui fait de nous les esclaves de ceux qui vivent dans le luxe, qui pré­tendent pos­sé­der la véri­té, hono­rer la jus­tice, la liber­té, et le dur labeur. Je peux pré­dire que cette scène sera jouée et rejouée par des géné­ra­tions à venir. Cer­tains endossent déjà le rôle des vilains, cer­tains sont des vic­times tra­giques, cer­tains ont encore la pos­si­bi­li­té de se rache­ter. Le choix est offert à chaque individu.

Je peux pré­dire que le dénoue­ment de l’affaire du del­ta du Niger est pour bien­tôt. L’agenda se met en place lors de ce pro­cès. Que cela se fasse selon les voies paci­fiques que je prône dépend du camp de l’oppresseur, du signal qu’il envoie au public impatient.

Dans mon inno­cence vis-à-vis des fausses accu­sa­tions qui m’accablent ici, dans ma pro­fonde convic­tion, j’en appelle au peuple Ogo­ni, aux peuples du del­ta du Niger, et aux mino­ri­tés eth­niques oppri­mées du Nigé­ria, et les invitent à se lever et à com­battre sans peur et paci­fi­que­ment pour leurs droits. L’histoire est de leur côté. Dieu est de leur côté. Le saint Coran le dit dans la sou­rate 42, ver­set 41 : « Cer­tai­ne­ment, ceux qui se défendent pour leurs droits, quand une injus­tice tombe sur eux, ne com­mettent pas d’erreur, mais Allah puni­ra l’oppresseur ». Que vienne ce jour.

Kenule Bee­son Saro-Wiwa


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
3 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Comment les riches ont façonné et neutralisé le mouvement écologiste grand public (par Michael Barker)

En soulignant la manière dont les élites, main dans la main avec les Nations unies, sont parvenus à gérer le terrain environnemental afin de désamorcer les mouvements radicaux visant à démanteler le capitalisme, j’espère que les lecteurs comprendront la futilité de placer leurs espoirs entre les mains de gestionnaires environnementaux aussi illégitimes. [...]
Lire

Imagine (par Derrick Jensen)

Le manque d’imagination est une des (nombreuses) manières, pour cette culture, de détruire la planète. J’ai beaucoup pensé à cela après la catastrophe nucléaire de Fukushima, et après avoir lu trois réactions typiques, dont chacune faisait montre de moins d’imagination que la précédente. [...]
Lire

Lewis Mumford et la critique de la civilisation (industrielle)

Un des plus brillants analystes de nos sociétés industrielles (ou plutôt, de la société industrielle) et de leur (de sa) trajectoire (progrès technique, croissance, développement, destruction du monde et totalitarisme) s'appelait Lewis Mumford. En France, à l’exception de quelques spécialistes, très peu le connaissent, et aux États-Unis, son pays d'origine, pas beaucoup plus. [...]