Quelques documentaires sur des catastrophes écologiques occultées (par Nicolas Casaux)

La plu­part des mili­tants éco­lo­gistes se sont un jour ou l’autre heur­tés, lors d’une dis­cus­sion ou d’un débat sur les pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux, à un (ou des) individu(s) par­ti­cu­liè­re­ment sceptique(s) et/ou tech­no-reli­gieux (ceux qui croient fer­me­ment que le déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique nous per­met­tra tou­jours de résoudre les pro­blèmes qu’il engendre perpétuellement).

La défo­res­ta­tion mas­sive ? On replan­te­ra des “forêts”, tra­duc­tion : des plan­ta­tions, des mono­cul­tures, non pas des forêts, et en espé­rant qu’il reste des sols sur les­quels les plan­ter, puisque, ain­si qu’on peut le lire dans un article récem­ment publié sur le site du quo­ti­dien Les Echos :

« Au cours des cent der­nières années, un mil­liard d’hectares de terres fer­tiles, l’équivalent de la sur­face des Etats-Unis, se sont lit­té­ra­le­ment vola­ti­li­sés. Et l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’inquiète de de l’avenir des sur­faces res­tantes. Dans un rap­port de 650 pages, publié en décembre à l’occasion de la clô­ture de l’Année inter­na­tio­nale des sols, elle constate qu’un tiers des terres arables de la pla­nète sont plus ou moins mena­cées de disparaître. »

Tra­duc­tion : la civi­li­sa­tion indus­trielle (ses pra­tiques agri­coles, sa béto­ni­sa­tion inexo­rable, etc.) détruit les sols du monde entier.

La sur­pêche ? Il suf­fi­ra de dimi­nuer les quo­tas et de créer des réserves marines.

Le plas­tique dans les océans ? Il suf­fi­ra de quelques inven­tions du type de celle de Boyan Slat (qui reste, à l’heure actuelle, un joli mirage, et qui, de toute manière, n’a jamais consti­tué une solu­tion puisqu’elle ne vise pas à endi­guer le flot inin­ter­rom­pu des mil­lions de tonnes de déchets plas­tiques que l’humanité indus­trielle déverse en per­ma­nence, de mul­tiples façons, dans les eaux du monde entier).

L’air qui est deve­nu can­cé­ri­gène ? On ins­tal­le­ra des filtres, on met­tra en place des mesures visant à inter­dire les émis­sions de pol­luants, on dépol­lue­ra l’air avec des aspi­ra­teurs géants qui débar­ras­se­ront l’air des merdes toxiques qu’on y balance encore.

Ce qu’il y a de bien, avec la pen­sée magique, c’est qu’elle sert de contre-argu­ment contre à peu près tout. Et pen­dant ce temps-là, tout empire.

Je ne compte pas me lan­cer ici dans un bilan des dégra­da­tions éco­lo­giques en cours, ce serait beau­coup trop fas­ti­dieux, inter­mi­nable et puis, impos­sible de dres­ser une liste exhaustive !

Cer­taines pol­lu­tions sont plus connues que d’autres, cer­tains pro­blèmes éco­lo­giques sont mis en avant, tan­dis que d’autres non. Ceux que j’ai cités font par­tie des clas­siques (avec l’épuisement de l’eau douce par sur­ex­ploi­ta­tion des eaux sou­ter­raines ; le réchauf­fe­ment cli­ma­tique ; la mon­tée du niveau des mers et des océans ; l’acidification des océans ; la conta­mi­na­tion des sols, de l’atmosphère, des mers, bref, de tous les milieux, par les mil­lions de pro­duits chi­miques issus des indus­tries ; l’épuisement de nom­breuses res­sources non-renou­ve­lables de types métaux, mine­rais en tous genres), mais connais­sez-vous ceux-ci :

Dans ce docu­men­taire d’Arte (vidéo ci-des­sus), inti­tu­lé Le poi­son de la mafia et la loi du silence, on découvre les pra­tiques de la mafia cala­braise en Ita­lie, qui, main dans la main avec les mul­ti­na­tio­nales et les états du monde entier (d’autres mafias), orga­nise une ges­tion des déchets nucléaires pour le moins abo­mi­nable. Noyés au fond des mers dans des épaves sabor­dées, enfouis dans des décharges légales et illé­gales sur terre, ces déchets empoi­sonnent gra­ve­ment les humains et les non-humains des milieux qu’ils intoxiquent.

Carte des navires (connus) trans­por­tant poten­tiel­le­ment des déchets toxiques, par­fois nucléaires, cou­lés en mer par la mafia (tirée du site http://www.infondoalmar.info/)

***

« Des mil­liers de cais­sons métal­liques, dix-neuf navires char­gés de déchets radio­ac­tifs, qua­torze réac­teurs, et, sur­tout, trois sous-marins nucléaires… : tous reposent au fond de l’océan Arc­tique — pre­mière zone de pêche au cabillaud du globe. Les par­ties métal­liques rouillent, l’eau salée ronge le béton et des par­ti­cules radio­ac­tives s’échappent des épaves. Pour­tant, l’omerta est de mise. Pour avoir dénon­cé l’état déplo­rable de la flotte russe et le risque d’accident nucléaire, un ingé­nieur et ins­pec­teur de sous-marins a été empri­son­né ; un autre mili­taire n’accepte de témoi­gner qu’anonymement. Un rap­port remis en 2011 au Krem­lin par le minis­tère russe de l’Environnement appe­lait à cou­ler des sar­co­phages de béton autour de deux des trois sous-marins d’ici 2014 au plus tard — mais la recom­man­da­tion est res­tée à ce jour lettre morte. »

***

 

« Cachées depuis des décen­nies, les décharges d’armes chi­miques sous-marines livrent un peu de leur secret grâce à cette enquête : un scan­dale mili­taire héri­té de deux guerres mon­diales et une véri­table menace pour l’homme et pour l’environnement. Plus d’un mil­lion et demi de tonnes d’armes chi­miques non uti­li­sées gisent sur les fonds marins de la pla­nète. Encore s’agit-il d’une esti­ma­tion, puisque le secret défense qui les entoure à tra­vers le monde empêche toute éva­lua­tion pré­cise. Les poi­sons qu’elles contiennent (gaz mou­tarde, gaz sarin, arse­nic…) s’échappent len­te­ment, inexo­ra­ble­ment, des fûts cor­ro­dés par des décen­nies d’immersion. Ces armes sont l’un des ter­ribles héri­tages des deux guerres mon­diales. Jusqu’au début des années 1970, avec un pic entre 1917 et 1945, les armées des grandes puis­sances ont sys­té­ma­ti­que­ment déver­sé leur arse­nal chi­mique qua­si indes­truc­tible au fond des mers, dans les lacs ou l’ont enterré. »

Une carte qui repré­sente ce mil­lion et demi de tonnes d’armes chi­miques non uti­li­sées qui gisent sur les fonds marins de la pla­nète. Lien Google Maps : https://www.google.com/maps/d/u/0/viewer?ll=23.819022598537117%2C0.3515625&z=3&mid=1ALnyOrN5JQ8H50znwJqI_Sj8IwE

***

 

« Alors que le monde entier s’inquiète de la pol­lu­tion marine autour de la cen­trale de Fuku­shi­ma, le silence règne sur la cen­taine de mil­liers de tonnes de déchets radio­ac­tifs déver­sés en quelques décen­nies au large des côtes euro­péennes. Or, les fûts métal­liques ren­fer­mant ces déchets pré­sentent une méchante ten­dance à rouiller et à lais­ser échap­per un conte­nu hau­te­ment toxique. Dif­fi­ciles à loca­li­ser, encore plus à contrô­ler, ces fûts auraient été immer­gés au-des­sus de pro­fondes fosses océa­niques. Dans les faits, on les repère par­fois à moins de cent mètres de la sur­face de l’eau, à proxi­mi­té de rivages où, curieu­se­ment, les taux de can­cers aug­mentent plus vite qu’ailleurs. »

***

Ce qui est frap­pant et presque jamais expri­mé ain­si dans les médias grand public, c’est la folie (furieuse) dont tout cela témoigne. Mais, bien sûr, lorsque les suc­ces­seurs de la classe des fous qui ont orga­ni­sé cela ont la main­mise sur les ins­ti­tu­tions cultu­relles et média­tiques, il est logique que celles-ci servent à ratio­na­li­ser les folies dont est consti­tuée l’histoire de la civilisation.

Ain­si que l’explique Theo­dore Kaczynski,

« si le déve­lop­pe­ment du sys­tème-monde tech­no­lo­gique se pour­suit sans entrave jusqu’à sa conclu­sion logique, selon toute proba­bi­lité, de la Terre il ne res­te­ra qu’un caillou déso­lé — une pla­nète sans vie, à l’ex­cep­tion, peut-être, d’or­ga­nismes par­mi les plus simples — cer­taines bacté­ries, algues, etc. — capables de sur­vivre dans ces condi­tions extrêmes. »

Concrè­te­ment cela se tra­duit, par exemple, par la volon­té d’exploiter les nodules poly­mé­tal­liques du fond des océans pour pal­lier les pénu­ries de métaux à venir (liées à leur sur­ex­ploi­ta­tion et à l’épuisement de ces res­sources), au risque de détruire (encore plus) ces éco­sys­tèmes, ce qui consti­tue le sujet de ce docu­men­taire d’Arte :

On y apprend, sur un ton et d’une manière qui ratio­na­lise très cal­me­ment la folie de tout ce que la civi­li­sa­tion indus­trielle entre­prend, qu’il « est impos­sible de faire machine arrière et de tirer un trait sur ces métaux », parce qu’on « ne peut rai­son­na­ble­ment pas deman­der aux gens de renon­cer à leurs smart­phones, à leurs ordi­na­teurs et à leurs télévisions. »

C’est pour­quoi les fous qui nous dirigent envi­sagent sérieu­se­ment que nous nous atta­quions au plan­cher océa­nique et que nous le détrui­sions comme nous détrui­sons déjà les terres émer­gées. Et peu importe, ain­si que nous l’explique Mat­thias Hae­ckel (expert en bio­géo­chi­mie marine), que :

« Le plan­cher océa­nique, sur­tout celui des abysses qui repré­sentent une immense sur­face, est le moteur prin­ci­pal du cycle mon­dial du car­bone, c’est lui qui équi­libre notre cli­mat à une échelle tem­po­relle d’environ 100 000 ans. À cela s’ajoute un deuxième cycle, que l’exploitation des nodules risque éga­le­ment de per­tur­ber, qui est celui de l’oxygène : les sédi­ments marins régulent le taux d’oxygène et là il s’agit d’un cycle sur plus de 2 mil­lions d’années. »

Vous com­pre­nez bien qu’entre, d’un côté, le cli­mat des 100 000 pro­chaines années et l’oxygène des 2 mil­lions d’années à venir, et, de l’autre, des smart­phones, des ordi­na­teurs et des télé­vi­sions, le choix n’est pas aisé. On ne peut rai­son­na­ble­ment pas renon­cer aux smart­phones, aux ordi­na­teurs et aux télé­vi­sions. C’est pour­quoi jusqu’ici, les smart­phones, les ordi­na­teurs et les télé­vi­sions l’ont empor­té et l’emportent sur la san­té de la biosphère.

L’exploitation des nodules poly­mé­tal­liques du fond des océans n’est qu’une des nom­breuses catas­trophes poten­tielles qui pointent à l’horizon de la folie extrac­ti­viste mor­ti­fère qui anime la culture domi­nante ; il y en a bien d’autres, dont l’exploitation des cla­thrates de méthane, dis­cu­tée ci-après par le jour­na­liste Fabrice Nicolino :

***

Étant don­né l’importance de ce qui est en jeu, à savoir la vie sur Terre ou au mini­mum la vie sur Terre telle que nous la connais­sons, la démence his­to­rique et actuelle de la civi­li­sa­tion, qui est avant tout celle de ses classes diri­geantes, doit être com­bat­tue. À tout prix. Et contrai­re­ment à ce qu’affirment tous ceux qui par­ti­cipent de la fausse oppo­si­tion média­tique, fabri­quée, auto­ri­sée et sub­ven­tion­née, ce n’est pas d’une autre indus­trie, d’une indus­trie alter­na­tive, d’une éco-indus­trie que nous avons besoin. C’est évi­dem­ment de nous débar­ras­ser de l’intégralité la civi­li­sa­tion indus­trielle, de renon­cer aux hautes tech­no­lo­gies et à toutes les tech­no­lo­gies dont le coût éco­lo­gique est insou­te­nable, de délais­ser la course au déve­lop­pe­ment et de se défaire du mythe du pro­grès, cette illu­sion mani­fes­te­ment léthifère.

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
10 comments
  1. Cela fait des années qu’à mon infi­ni­té­si­mal niveau (ceci expli­quant bien évi­dem­ment cela, mais par ailleurs, qui dira que les CSP+++ sont + intel­li­gents que la moyenne ? Fussent-ils par­fois issus de « Grands Écoles » ?…) j’en tire la son­nette d’alarme !

    Il fau­dra réso­lu­ment aban­don­ner l’idée pué­rile qu’un chan­ge­ment (a for­tio­ri un chan­ge­ment essen­tiel tel qu’il s’impose à nous tous, êtres vivants de cette pla­nète) peut s’accomplir de manière démocratique. 

    Face à nous, ce sont de véri­tables démons, sans foi, ni loi qui agissent à la fois dans l’ombre ET en pleine lumière… Ceux-là devront impé­ra­ti­ve­ment être ÉRADIQUÉS de la terre pour que la mino­ri­té agis­sante et consciente puisse enfin jouir du bon­heur de vivre dans le res­pect de ses sem­blables et en har­mo­nie avec la Nature !!!

    Les Char­lie (80 % de la popu­la­tion de notre pla­nète) sont les alliés objec­tifs de ceux qui nous oppriment tous. Ceux-là devront être tenus en res­pect ou réédu­qués de force !

    1. Bon­jour,

      En évo­quant ces trois lettres : CSP, par hasard, feriez-vous réfé­rence aux per­sonnes que dans une publi­ca­tion datant d’au moins deux décen­nies, je décri­vais comme étant des CSP : Céré­bro Sim­plus Pro­blé­ma­ti­cus, c’est-à-dire des cer­veaux, certes bien emplis, mais nous cau­sant plus de pro­blèmes qu’ils n’en résolvaient.

      Cor­dia­le­ment.

  2. et nous accep­tons que l’es­pace devienne tout aus­si dan­ge­reux, à quand des pro­to­coles de prio­ri­té pour la sau­ve­garde des espaces intactes, et la réha­bi­li­ta­tion obli­ga­toire par les états des sac­cages qui leur incombent par laxisme, igno­rance, l’ irres­pon­sa­bi­li­té doit deve­nir une tare punis­sable et rem­bour­sable sur les biens acquis sur la nature, notre pre­mière mère. je vous confit mon avis c’est le deve­lop­pe­ment d’un droit supé­rieur de sau­ve­garde, et de regard pour la défense de la vie des peuples, des espèces, et des espaces sau­vages capi­taux pour la sur­vie de notre pla­nète avec sou­mis­sion des mul­ti­na­tio­nales par un droit uni­ver­sel des peuples pour leur ave­nir, et leur cli­mat, j’as­pire à un boy­cott inter­na­tio­nal des consciences actives, mer­ci d’ins­crire publi­que­ment ces repor­tages qui nous fendent l’âme à l’en­vers d’une paix acces­sible et pour une prise de conscience inter­na­tio­nale que tout ce que nous négli­geons, nos enfants en paie­ront la note, la preuve en est ici,
    mer­ci à vous. Il nous fau­dra défi­nir des cri­tères prio­ri­taires d’in­tel­li­gence rela­tion­nelle, sen­si­bi­li­té et pug­na­ci­té citoyenne, pré­li­mi­naire à toute prise de res­pon­sa­bi­li­tés et exer­cice de pouvoir.

    Nous évo­luons vers une com­pré­hen­sion psy­cho­lo­gique de l’homme et n’u­ti­li­sons pas nos savoir pour amé­lio­rer nos gouvernances !

  3. J’ai regar­dé toutes vos vidéos depuis plu­sieurs jours j’ai appris énor­mé­ment de choses je vous remer­cie infi­ni­ment… J’ai pris conscience de beau­coup de chose c’est très très grave ce qu’il va se pas­ser pour les nou­velles générations

  4. Tout dans ce texte me semble juste et per­ti­nent, à un détail près : L’in­cons­cience qu’il dénonce n’est pas le seul fait des classes diri­geantes. L’hu­ma­ni­té entière, toutes classes confon­dues, par­ti­cipe à cette folie.

    1. Par­ti­cipe, effec­ti­ve­ment. Sauf les quelques peuples qui vivent encore en dehors de la socié­té indus­trielle. Seule­ment, au sein de la socié­té indus­trielle, les res­pon­sa­bi­li­tés ne sont pas du tout uni­for­mé­ment dis­tri­buées. Il y a des res­pon­sables et des déci­deurs qui ne s’ap­pellent pas ain­si pour rien. Nous ne sommes évi­dem­ment pas tous éga­le­ment res­pon­sables, ni éga­le­ment cou­pables de l’é­tat actuel des choses. Cer­tains luttent contre, d’autres le défendent corps et âme. Et en ce qui concerne la genèse de cette situa­tion, vous pou­vez lire l’ex­cellent livre de Robert Dehoux que nous réédi­tons aux édi­tions Libre, Le zizi sous clô­ture inau­gure la culture, et/ou regar­der la série The Cen­tu­ry Of the Self d’A­dam Cur­tis, pro­po­sée sous-titrée ici : https://www.partage-le.com/2018/01/8623/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Bienvenue dans la machine : Science, surveillance, et culture du contrôle (par Derrick Jensen)

Quels sont les prérequis nécessaires à la transformation d'une communauté humaine vivante en machine ? Il faut que ses membres commencent à se percevoir eux-mêmes non plus comme les fils entrelacés d'une immense tapisserie du vivant, composée de relations complexes et changeantes — dans laquelle ils joueraient tel ou tel rôle selon ce qui est approprié, nécessaire, et désiré (par eux et par d'autres) — mais comme des rouages de l'engrenage colossale de ce qu'ils perçoivent comme une machine géante sur laquelle ils n'ont fondamentalement aucun contrôle, aucun impact. [...]
Lire

La nuisance fataliste #2 : Elon Musk (par Daniel Oberhaus)

Il y a de fortes chances pour que vous ayez eu vent de la déclaration délirante d’Elon Musk, le PDG de SpaceX et de Tesla, lors de la conférence de code Recode de cet été. Selon le chouchou de la Silicon Valley, "les chances pour que nous vivions dans la réalité sont d’une sur des milliards", ce qui signifie qu’il est quasiment certain que nous vivions dans une simulation informatique créée par une lointaine civilisation du futur. [...]