Les jeunes filles et les graminées (par Lierre Keith)

Ce texte de Lierre Keith est paru dans le livre Female Era­sure : What You Need to Know About Gen­der Poli­tics’ War on Women, the Female Sex, and Human Rights (« L’ef­fa­ce­ment de la femme : ce qu’il vous faut savoir sur la guerre poli­tique du genre contre les femmes, le sexe fémi­nin et les droits humains », non tra­duit), en octobre 2016.


Pri­son­nier d’une éprou­vette, le sang peut pas­ser pour un liquide sta­tique, mais il est vivant, aus­si ani­mé et intel­li­gent que le reste de ce qui vous com­pose. Il consti­tue une par­tie impor­tante de vous-même : des trente mille mil­liards de cel­lules qui vous com­posent, un quart sont des cel­lules san­guines. Deux mil­lions de celles-ci naissent chaque seconde. Durant leur pro­ces­sus de matu­ra­tion, les glo­bules rouges aban­donnent leur noyau — leur ADN, leur capa­ci­té à se divi­ser et à se répa­rer. Elles n’ont pas de futur, seule­ment une mis­sion à accom­plir : trans­por­ter l’hémoglobine conte­nant votre oxy­gène. Elles n’utilisent pas l’oxygène elles-mêmes — elles ne font que le trans­por­ter. Et cela, elles le font avec une pré­ci­sion exquise, com­plé­tant un cycle de cir­cu­la­tion à tra­vers votre corps toutes les vingt secondes, pen­dant une cen­taine de jours. Enfin, elles meurent.

Le cœur de l’hémoglobine est une molé­cule de fer. C’est ce fer qui vient sai­sir l’oxygène à la sur­face de vos pou­mons, qui s’accroche à tra­vers le flux san­guin, puis le dis­tri­bue aux cel­lules deman­deuses. Si le fer vient à man­quer, le corps, comme tou­jours, a une solu­tion de repli. Il aug­mente le volume san­guin en y ajou­tant de l’eau ; le sang, plus fluide, voyage plus rapi­de­ment à tra­vers les minces capil­laires. Faire plus avec moins.

C’est bien, sauf que de moins en moins d’oxygène s’offre aux cel­lules. Un autre plan se met en place : l’augmentation du débit car­diaque. La fré­quence des bat­te­ments car­diaques aug­mente, ain­si que le volume d’éjection sys­to­lique. Pour évi­ter que vous n’explosiez, le cer­veau s’y met aus­si : il envoie des signaux aux muscles enve­lop­pant chaque vais­seau san­guin et leur ordonne de se détendre. La pres­sion san­guine peut désor­mais demeu­rer stable mal­gré l’augmentation du volume sanguin.

Mais le fer n’arrive tou­jours pas. Alors, les autres organes doivent coopé­rer, renon­cer à une par­tie de leur afflux san­guin en vue de pro­té­ger le cer­veau et le cœur. La peau fait des sacri­fices majeurs, c’est pour­quoi les ané­miques sont connus pour leur pâleur. Les symp­tômes per­çus par la per­sonne — vous — aug­mentent à mesure que vos tis­sus, puis vos organes, com­mencent à être affamés.

Si aucun sou­la­ge­ment ne se pro­file, tous ces expé­dients fini­ront par échouer. Même un cœur puis­sant ne peut se sur­me­ner aus­si long­temps. Le sang retourne dans les capil­laires. Sous la pres­sion, du liquide suinte dans les tis­sus envi­ron­nants. Vous enflez alors, sans savoir pour­quoi. Puis, les pou­mons cèdent. Les alvéoles, ces petits sacs qui attendent l’arrivée de l’air, se rai­dissent à cause de l’accumulation san­guine. Il n’en faut pas beau­coup. Les sacs se rem­plissent de liquide. Votre corps se noie. Cela s’appelle un œdème pul­mo­naire, et vous êtes en grave danger.

Je le sais, parce que ça m’est arri­vé. Les fibromes uté­rins me font vivre une scène de meurtre chaque mois ; la chi­rur­gie pour les reti­rer m’a fait fran­chir le Rubi­con des glo­bules rouges. Je n’y connais­sais rien, mon corps com­pre­nait et a réagi. Mes yeux ont gon­flé, puis mes che­villes, puis mes mol­lets. Je ne pou­vais plus res­pi­rer. Res­pi­rer me fai­sait mal. J’ai fina­le­ment arrê­té de suivre les conseils de mon chien — viens faire une sieste avec moi ! — et me suis ren­due aux urgences, où j’ai enfin com­pris ce qui m’arrivait.

Deux semaines plus tard, le flux s’était cal­mé, réab­sor­bé par quelque tis­su humide de mon corps. Plus de dou­leurs. Res­pi­rer était exquis, la chose la plus agréable que je puisse ima­gi­ner. Chaque res­pi­ra­tion natu­relle était tout ce que j’avais tou­jours vou­lu. Je savais que cela s’estomperait et que j’oublierais. Mais pen­dant quelques jours, j’étais vivante. & c’était bon.

Nos corps sont à la fois tout ce que nous avons et tout ce que nous pour­rions jamais vou­loir. Nous sommes en vie, et on nous per­met d’être en vie. Il y a de la joie à la sur­face de notre peau, en attente de lumière solaire et de caresses (ces deux choses induisent une pro­duc­tion d’endorphines, donc oui : de la joie). Il y a le bat­te­ment constant et robuste de nos cœurs. Les bébés qui sont por­tés contre les cœurs de leurs mères apprennent à res­pi­rer mieux que ceux qui ne le sont pas. Il y a la force des os, l’extension des muscles et leurs coor­di­na­tions com­plexes. Nous sommes un ensemble d’impulsions élec­triques au sein d’un envi­ron­ne­ment aqueux : com­ment ? Eh bien, les nerfs qui conduisent les impul­sions sont gai­nés par une sub­stance grasse appe­lée myé­line — ils sont iso­lés. Cela per­met « une com­mu­ni­ca­tion rapide entre des par­ties du corps dis­tantes ». Com­pre­nez bien ceci : il est vivant, il com­mu­nique, prend des déci­sions, et sait ce qu’il fait. Il nous est impos­sible ne serait-ce que d’entrevoir l’étendue de ses intri­ca­tions. Com­men­cer à explo­rer le fili­grane du cer­veau, des synapses, des nerfs, et des muscles c’est réa­li­ser qu’un simple cli­gne­ment d’œil relève du miracle.

Nos cer­veaux sont le fruit de deux mil­lions d’années d’évolution. Au cours de cette longue et lente crois­sance, notre capa­ci­té crâ­nienne a dou­blé. Et la pre­mière chose que nous avons faite, c’est remer­cier. Nous avons des­si­né la méga­faune et les méga­fe­melles, les avons sculp­tées et taillées. La plus ancienne sculp­ture figu­ra­tive connue est la Vénus de Hohle Fels ; il y a qua­rante mille ans, quelqu’un a pas­sé des cen­taines d’heures à la tailler. Point de mys­tère ici, selon moi : les ani­maux et les femmes nous ont don­né la vie. Ain­si ont-ils consti­tué notre pre­mier pro­jet d’art durable. L’émerveillement et la gra­ti­tude sont ins­crits en nous, dans nos corps et nos cer­veaux. Il était une fois une époque où nous nous savions en vie. & c’était bon.

Nous quit­tons main­te­nant le royaume des miracles pour celui de l’enfer.

***

Le patriar­cat est la reli­gion domi­nante du monde humain. Il appa­raît sous diverses formes — des anciennes, des nou­velles, des ecclé­sias­tiques, des sécu­lières. Mais au fond, elles sont toutes nécro­philes. Erich Fromm décrit la nécro­phi­lie comme « la pas­sion de trans­for­mer ce qui est vivant en inerte ; détruire pour le plai­sir de la des­truc­tion ; l’intérêt exclu­sif pour tout ce qui est pure­ment méca­nique. » Dans cette reli­gion, le pire des péchés est d’être en vie, et les res­pon­sables de ce péché sont les femelles. Sous l’empire du patriar­cat, le corps fémi­nin est détes­table ; ses cel­lules grasses don­neuses-de-vie sont déni­grées ; ses organes repro­duc­teurs mépri­sés. Sa condi­tion natu­relle est tou­jours ridi­cu­li­sée : les pieds nor­maux doivent être trans­for­més en moi­gnons de dix cen­ti­mètres ; les cages tho­ra­ciques com­pres­sées jusqu’à l’implosion ; les poi­trines sont varia­ble­ment trop grosses ou trop petites, voire entiè­re­ment exci­sées. La dou­leur — sinon la tor­ture inces­sante — que cela inflige n’est pas un dom­mage col­la­té­ral, un effet secon­daire de ces pra­tiques. C’en est le cœur. Lorsqu’elles souffrent, les femmes deviennent obéissantes.

La nécro­phi­lie est l’aboutissement du sadisme. La pul­sion sadique relève du contrôle — « la pas­sion de pos­sé­der un contrôle abso­lu et sans res­tric­tion sur un être humain », comme la défi­nit Fromm. L’infliction de dou­leur et l’humiliation visent à bri­ser l’être humain. La dou­leur est tou­jours humi­liante : la vic­ti­mi­sa­tion humi­lie ; en fin de compte, tout le monde craque. Le rêve du sadique est de pos­sé­der un tel pou­voir. & qui pour­rait être plus bri­sé et en votre pou­voir qu’une femme inca­pable de marcher ?

Quelques noms : verre, ciseaux, rasoirs, acide. Quelques verbes : cou­per, grat­ter, cau­té­ri­ser, brû­ler. Ces noms et ces verbes créent des phrases impro­non­çables lorsque l’objet est une fillette de sept ans, les jambes écar­tées de force. Le cli­to­ris, avec ses huit mille ter­mi­nai­sons ner­veuses, est tou­jours tran­ché. Dans les formes les plus extrêmes de muti­la­tions géni­tales fémi­nines, les lèvres sont tran­chées et le vagin refer­mé par cou­ture. Le soir de son mariage, le mari de la fille la pénè­tre­ra avec un poi­gnard avant d’utiliser son pénis.

Vous ne faites pas cela à un être humain. Vous faites cela à un objet. C’est évident. Mais il y a plus. Parce que le monde est plein de véri­tables objets — boites en car­ton, voi­tures aban­don­nées — et que les hommes ne passent pas leur temps à les tor­tu­rer. Ils savent que nous ne sommes pas des objets, que nous avons des nerfs pour res­sen­tir et une chair qui se couvre d’hématomes. Ils savent que nous n’avons nulle part où aller lorsqu’ils reven­diquent nos corps. C’est là que le sadique prend du plai­sir : la dou­leur engendre une souf­france, l’humiliation peut-être plus encore, et s’il peut lui infli­ger cela, ce sera la preuve de son contrôle absolu.

Der­rière le sadique se trouvent les ins­ti­tu­tions, les conden­sa­tions du pou­voir, qui nous livrent à lui. Chaque fois qu’un juge décrète qu’une femme n’a pas le droit à l’intégrité phy­sique — que les pho­tos ups­kirt (par des­sous la jupe) sont légales, que les fausses couches sont des meurtres, que les femmes doivent s’attendre à être bat­tues —, il gagne. Chaque fois que les maîtres de la mode fabriquent des talons encore plus hauts et des vête­ments encore plus petits, il sou­rit. Chaque fois qu’une classe entière de femmes — les plus pauvres et les plus déses­pé­rées, issues des bas-fonds de toutes les hié­rar­chies ima­gi­nables — sont décla­rées mar­chan­dises sexuelles légales, ils ont une trique col­lec­tive. Qu’il uti­lise per­son­nel­le­ment cha­cune de ces femmes n’est pas la ques­tion. La socié­té a déci­dé qu’elles étaient là pour lui, les autres hommes tolèrent leur com­pli­ci­té, et s’y tien­dront. Il peut en tuer une — l’acte sexuel ultime pour un sadique —, per­sonne ne le remar­que­ra. & per­sonne ne le remarque.

Il n’y a pas de fin à cela, pas de fina­li­té natu­relle. Il y a tou­jours de nou­veaux êtres conscients et sen­sibles à même de sti­mu­ler son désir de contrôle. Accro, il n’est jamais ras­sa­sié. Pris au piège d’autres formes d’addiction, l’accro touche le fond, sa vie devient ingé­rable, ne reste que le sombre choix d’arrêter ou de mou­rir. Cepen­dant, le sadique ne se fait pas de mal à lui-même. Pour lui, il n’y a pas de fond à heur­ter, seule­ment un choix infi­ni de vic­times que la socié­té lui four­nit. Nous, femmes, sommes le fes­tin de nos propres funé­railles. & il est heu­reux de se nourrir.

***

Si le fémi­nisme devait se résu­mer en un seul mot, ce serait le sui­vant : non. « Non », c’est une limite, qui ne sau­rait être expri­mée que par un moi qui en reven­dique une. Les objets n’ont ni l’un ni l’autre ; les sujets com­mencent au non. Les fémi­nistes ont dit non, en le pen­sant vraiment.

La por­tée de ce « non » est vaste. Une insulte envers une est une insulte envers toutes : « nous » est le mot des mou­ve­ments poli­tiques. Sans lui, les femmes se retrouvent dans une mer hos­tile et chao­tique, à rete­nir leur souffle en vue d’endurer le pro­chain mal­heur. À tra­vers le prisme du fémi­nisme, le chaos appa­rent peut être ana­ly­sé et com­pris. Nous avons nom­mé ces mal­heurs, avons affron­té le déni et le déses­poir pour en com­prendre les motifs. Cela s’appelle la théo­rie. Nous avons ensuite exi­gé des remèdes — ce que font les sujets, par­ti­cu­liè­re­ment les sujets poli­tiques. Emme­line Pan­khurst, une meneuse des suf­fra­gettes bri­tan­niques, tra­vaillait au bureau du recen­se­ment en tant que regis­traire des nais­sances. Chaque jour, des jeunes filles s’y pré­sen­taient avec leurs nou­veau-nés. Chaque jour, elle devait deman­der qui était le père, et chaque jour des filles pleu­raient d’humiliation et de rage. Lec­teurs, lec­trices, vous savez qui étaient les pères. C’est pour­quoi Pan­khurst n’a jamais abandonné.

Dire non au sadique, c’est affir­mer que ces jeunes filles sont des sujets poli­tiques, des êtres humains béné­fi­ciant des mêmes droits que tous les autres. Toutes les vies sont dotées d’une volon­té propre et sou­ve­raine ; chaque vie ne peut être vécue que dans un corps. Elles ne sont pas des objets à démon­ter pour pièces : elles sont des corps vivants. Les abus sexuels sur les enfants sont spé­ci­fi­que­ment conçus pour trans­for­mer le corps en cage. Ses bar­reaux prennent par­fois la forme de la ter­reur et de la peine, voire même du dégoût de soi. L’instillation de la honte est la meilleure méthode pour s’assurer de l’obéissance : nous avons honte — la vio­la­tion sexuelle est opti­male pour cela — et pour le res­tant de nos jours nous nous sou­met­trons. Notre sou­mis­sion, bien enten­du, témoigne de son contrôle. Son pou­voir est son plai­sir. & une autre géné­ra­tion de filles gran­di­ra dans des corps qu’elles détes­te­ront sur­ement, pour deve­nir des femmes qui se soumettent.

***

La socia­li­sa­tion des femmes est un pro­ces­sus qui consiste à contraindre et bri­ser psy­cho­lo­gi­que­ment les filles — autre­ment dit à les « apprê­ter » — afin de fabri­quer des vic­times dociles. Au cours de l’his­toire, ce pro­ces­sus a notam­ment com­pris des pra­tiques dites de « beau­té » comme la muti­la­tion géni­tale fémi­nine et le ban­dage des pieds, ain­si que les — tou­jours popu­laires — abus sexuels. La fémi­ni­té n’est en fait qu’une mani­fes­ta­tion d’ac­quies­ce­ment de la part de la psy­ché trau­ma­ti­sée. Dans son essence, elle relève d’une sou­mis­sion ritualisée.

Cela n’a rien de natu­rel. Cela n’a pas été créé ni ordon­né par Dieu. Il s’agit d’un arran­ge­ment social vicieux et brutal.

Dans cer­tains cercles d’ac­ti­vistes, il est désor­mais bien vu d’embrasser les idées post­mo­dernes en vogue. Par­mi les­quelles l’i­dée selon laquelle le genre serait une « bina­ri­té ». Seule­ment, le genre n’est pas une bina­ri­té : c’est une hié­rar­chie, glo­bale dans sa por­tée, sadique dans sa pra­tique, meur­trière dans son résul­tat — au même titre que la race, au même titre que la classe.

Le genre déli­mite les fron­tières géo­po­li­tiques du patriar­cat. Il nous divise en deux, mais pas sur le plan hori­zon­tal. Le genre est ver­ti­cal. Le genre n’est pas un yin et yang cos­mique. C’est un coup de poing et la chair qui bleuit. C’est une voix étouf­fée et une fille qui ne sera plus jamais la même.

Le genre est un moyen de déter­mi­ner qui peut être consi­dé­ré comme un être humain et qui peut être agres­sé. Il est cru­cial que cela soit com­pris, car les hommes savent de quoi ils sont capables. Ils le savent. Ils connaissent le sadisme qu’ils ont incor­po­ré dans leur propre sexe. Fais-le à elle, c’est ce qu’ils se disent entre eux. Pas à moi, l’être humain. Mais à elle, l’ob­jet, la chose. Et « elle » doit être évi­dente, visuel­le­ment et idéo­lo­gi­que­ment. Regar­dez, elle est là, inca­pable de mar­cher. Vous voyez, elle est là, expo­sée. Ou bien là, iso­lée et mas­quée, pour vos yeux seulement.

& c’est tel­le­ment plus facile s’il peut dire que Dieu l’a faite ain­si, pour qu’elle se couche sous moi et m’o­béisse. Ou que la nature l’a faite comme ça, un trou vide. Ou que son propre cer­veau l’a faite ain­si, cette salope qui l’a bien cher­ché. Qui désire tout ce qui lui arrive : le viol, les coups, la pau­vre­té, la pros­ti­tu­tion, le meurtre.

Ces condi­tions consti­tuent ce qu’An­drea Dwor­kin nomme « l’enceinte du ter­ro­risme sexuel ». Cette enceinte défi­nit les para­mètres du genre. C’est très simple. Les femmes sont à l’in­té­rieur. Les hommes sont à l’ex­té­rieur. D’ailleurs, les hommes la construisent, coup de poing après coup de poing, et baise après baise. Et ce sont exac­te­ment ces pra­tiques vio­lentes et vio­lantes qui façonnent les per­sonnes appe­lées femmes. Ce que les hommes font pour nous bri­ser et nous gar­der bri­sées. Voi­là ce qu’est le genre : le bri­seur et la brisée.

Noel Igna­tiev, auteur de How the Irish Became White (Com­ment les Irlan­dais sont deve­nus Blancs, non tra­duit), plai­dait pour l’a­bo­li­tion de la race blanche, défi­nie comme « le pri­vi­lège lié à l’i­den­ti­té raciale blanche ». De la même manière, la classe sexuelle des « hommes » repré­sente sim­ple­ment le pri­vi­lège lié à l’i­den­ti­té de genre mas­cu­line — et pour libé­rer les femmes, elle doit être abolie.

Si vous êtes née femme, vous êtes née sur un champ de bataille. Vous serez punie rien que pour l’avoir énon­cé à haute voix. D’ailleurs, la triste véri­té, c’est que vous serez punie quoi qu’il arrive si vous êtes née femme, pour la seule rai­son (le péché) que vous êtes née femme. Les vio­lences conju­gales consti­tuent les crimes les plus com­muns aux États-Unis. C’est un homme qui bat une femme. Les hommes font ça toutes les 18 secondes. La quan­ti­té de haine que cela repré­sente dépasse l’entendement. Actuel­le­ment, ce champ de bataille est un tel mas­sacre que nous ne par­ve­nons même pas à décomp­ter nos bles­sés correctement.

Un exemple. En Inde, il existe des vil­lages entiers où les femmes ne pos­sèdent plus qu’un seul rein. Parce que leurs maris ont ven­du l’autre. Dans le même temps, cer­tains pré­tendent que le genre est une sorte de per­for­mance sexy et amu­sante, ou une iden­ti­té que nous pou­vons tous adop­ter. Lorsque toutes les femmes du vil­lage n’ont qu’un seul rein, nous n’avons affaire ni à une per­for­mance ni à une iden­ti­té. Plu­tôt à une atroce vio­la­tion des droits humains à l’en­contre d’une caté­go­rie entière de per­sonnes — ces per­sonnes appe­lées femmes. C’est là le sens du genre et la rai­son pour laquelle il doit être aboli.

***

Le mili­tant trans­genre Joelle Ruby Ryan a écrit que les termes « femme » et « classe de sexe » sont « offen­sants et dépas­sés ». On se demande alors pour­quoi Ryan tient à reven­di­quer son appar­te­nance à une telle caté­go­rie, ou pour­quoi Ryan a obte­nu un poste de pro­fes­seur d’é­tudes fémi­nines si le terme « fémi­nin » est si offen­sant. Le fait qu’une réa­li­té bio­lo­gique — la femme — puisse être qua­li­fiée d’« offen­sante » illustre com­bien la théo­rie queer se trouve au fond du ter­rier du lapin blanc. Et quoi ensuite, la gravité ?

Ban­nir l’expression « classe de sexe » revient à invi­si­bi­li­ser, une fois de plus, les réa­li­tés de la vie des femmes — chaque femme se retrou­vant iso­lée dans une angoisse indé­fi­nis­sable. Recou­rir au syn­tagme « classe de sexe », c’est réa­li­ser que cet iso­le­ment s’inscrit dans un modèle de subor­di­na­tion mani­feste, depuis les petites insultes quo­ti­diennes faites au corps et à l’âme jus­qu’aux trau­ma­tismes bou­le­ver­sants de l’in­ceste et du viol. Les crimes que les hommes com­mettent à l’en­contre des femmes ne sont pas com­mis à l’en­contre des femmes par hasard, mais parce que les femmes appar­tiennent à une classe subor­don­née — et ils sont pré­ci­sé­ment com­mis pour que les femmes res­tent une classe subordonnée.

Les gen­ristes ne sou­haitent pas s’opposer au genre. Ils y sont même très atta­chés. L’un d’eux écrit : « Il serait ter­ri­ble­ment dom­mage que “femme » et “homme » cessent d’être des caté­go­ries signi­fi­ca­tives avec les­quelles je peux jouer. » Rem­pla­cez par pauvre et riche ou noir et blanc et com­pre­nez : les per­sonnes oppri­mées ne sont pas des caté­go­ries avec les­quelles on peut jouer. Elles ne sont pas un maté­riel de mas­tur­ba­tion. Si vous le com­pre­nez, une seule ques­tion demeure : les femmes sont-elles des personnes ?

Le plus étrange, dans cette absurde polé­mique, c’est sans doute que les fémi­nistes sont accu­sées de ver­ser dans l’« essen­tia­lisme bio­lo­gique ». Les gen­ristes pos­tulent la nature immor­telle, voire cos­mique, de la fémi­ni­té. Un com­men­taire typique : « Il existe un genre fémi­nin dis­tinct, sub­stan­tiel, immuable, qui ne peut être trans­cen­dé. » Ils affirment sans ambages leur croyance dans quelque « sexe céré­bral ». Les supré­ma­cistes blancs sont les seules per­sonnes qui croient au « cer­veau noir ». Cepen­dant, par­ler de « cer­velle de femme » est tout à fait accep­té dans les com­mu­nau­tés pro­gres­sistes dès lors que cela émane de gen­ristes. Les fémi­nistes, en revanche, com­mencent par Simone de Beau­voir : « On ne naît pas femme, on le devient. » & c’est cette fabri­ca­tion que nous avons l’in­ten­tion d’ar­rê­ter. Elle peut l’être, parce que le genre est un pro­ces­sus social. Seuls les gen­ristes pré­tendent qu’il s’agit d’une chose bio­lo­gique, immuable. Et l’on nous traite d’« essentialistes » ?

Ce sont les gen­ristes qui se conforment. Mal­gré tous leurs dis­cours sur le « trouble du genre », leurs objec­tifs sont les cos­mé­tiques, les vête­ments et les opé­ra­tions chi­rur­gi­cales visant à faire cor­res­pondre leur corps aux cari­ca­tures du genre. Ils altèrent leur corps de façon per­ma­nente — en sup­pri­mant des organes sains et, dans cer­tains cas, en leur ôtant la pos­si­bi­li­té de connaître à nou­veau le plai­sir sexuel — afin de mieux cor­res­pondre à cet arran­ge­ment vicieux et bru­tal du pou­voir. Voi­là ce que l’on fait désor­mais aux enfants, et cer­tains d’entre eux le regrettent déjà. Reli­sez cette phrase, s’il vous plaît. S’il vous plaît.

Les enfants devraient être un signal d’a­larme, mais per­sonne n’é­coute. Il y a des pré­cé­dents his­to­riques dont les gens de gauche auraient dû tirer des leçons. Une grande par­tie du mou­ve­ment pro­gres­siste embras­sait l’eu­gé­nisme, jus­qu’à ce que les mer­veilleuses pro­messes de la science pro­duisent des trains régu­liers vers des cré­ma­to­riums. De même, dans les années 1950, nombre de libé­raux pen­saient que la cas­tra­tion chi­mique consti­tuait une approche com­pa­tis­sante de l’ho­mo­sexua­li­té. Avec le recul, nous consi­dé­rons cela avec hor­reur et per­plexi­té, mais refu­sons de voir que cela se pro­duit actuel­le­ment. Les inaptes sont encore une fois sté­ri­li­sés chi­mi­que­ment. Des gens sont chi­rur­gi­ca­le­ment muti­lés au ser­vice de la confor­mi­té sociale. Des enfants d’à peine 18 mois sont « diag­nos­ti­qués » trans­genres. Que cela signi­fie-t-il pour quel­qu’un qui n’a pas encore dit son pre­mier mot ? Elle a pré­fé­ré la tétine bleue à la rose ? La vraie ques­tion : et alors ? Les filles n’ont pas le droit d’ai­mer le bleu, de jouer aux dures, d’être extra­ver­ties, de se pré­sen­ter aux élec­tions pré­si­den­tielles ? Appa­rem­ment non. L’étau du genre se resserre.

La plu­part des femmes sont en guerre per­ma­nente contre leur corps. Et cette guerre, nous la per­dons avant même le CP : cin­quante pour cent des filles d’âge pré­sco­laire pensent qu’elles sont « trop grosses ». Lorsqu’une fille par­vient à tra­ver­ser ce champ de bataille, son bour­bier dévas­ta­teur d’i­mages déshu­ma­ni­santes et sadiques, l’artillerie lourde l’at­tend : à dix ans, 90 % des filles ont déjà fait l’ob­jet d’une atten­tion sexuelle non dési­rée de la part de gar­çons du quar­tier. À onze ans, ce sont des hommes adultes qui menacent de vio­ler ces mêmes 90 %. Telle est la signi­fi­ca­tion de « femme » dans le patriar­cat, que l’on intègre bru­ta­le­ment dès le plus jeune page. Habi­tuez-vous‑y, les filles. Pen­dant ce temps, les troubles de l’a­li­men­ta­tion, cette lente et dou­lou­reuse puni­tion des cel­lules de graisse de la femme, sont cor­ré­lés au plus haut taux de mor­ta­li­té de toutes les mala­dies mentales.

L’élé­ment le plus déchi­rant du récit trans­genre est sa haine du corps. Dans la guerre qui fait rage entre culture et nature, entre genre et corps, le corps perd. Cette défaite est trans­mu­tée en iden­ti­té. La seule reven­di­ca­tion simi­laire est le fait des pro-ano­rexie (le « mou­ve­ment pro-ana »), qui pré­tendent que cette ter­rible dis­jonc­tion du soi et du corps consti­tue une iden­ti­té légi­time. Il ne fait aucun doute que ces gens détestent leur corps : la pri­va­tion volon­taire et les muti­la­tions chi­rur­gi­cales en témoignent avec force et élo­quence. La ques­tion est pourquoi.

***

Guy Debord a écrit avec clair­voyance sur la Socié­té du spec­tacle, sa « dégra­da­tion de l’être en avoir » et son « glis­se­ment géné­ra­li­sé de l’avoir au paraître ». Il s’agit effec­ti­ve­ment de ce qu’il s’est pas­sé. Et même plus : le féti­chisme de la mar­chan­dise triomphe de toutes les rela­tions humaines, y com­pris, au bout du compte, de celle qui lie le corps et le soi. Au lieu d’ha­bi­ter « ce tendre ani­mal qu’est votre corps », comme le for­mule si joli­ment la poé­tesse Mary Oli­ver, le corps est un objet à pos­sé­der, puis à affa­mer ou à décou­per jus­qu’à ce qu’il se rap­proche de l’i­mage puni­tive et allé­chante. Nos organes géni­taux sont désor­mais des mar­chan­dises à obte­nir plu­tôt qu’un tis­su à habi­ter, les exquises ter­mi­nai­sons ner­veuses où l’a­ni­mal ren­contre l’ange sec­tion­nées afin de créer un simu­lacre chi­rur­gi­cal. Peut-être la mar­chan­dise a‑t-elle fina­le­ment été vain­cue par une force plus grande : l’i­mage elle-même.

Le corps est cer­tai­ne­ment tom­bé sous son assaut. Comme l’é­crit une jeune femme de vingt-deux ans s’étant reti­rée du monde, « je me voyais dans la mai­greur gri­voise des dieux du rock, dans les sou­rires enjô­leurs des ama­teurs de sen­sa­tions fortes dans les films, dans la dou­leur pro­fonde de la confu­sion ins­crite sur les visages de James Dean et de John­ny Depp, mais je ne me voyais dans aucune des femmes que je regar­dais ». Au ser­vice de l’i­mage — et alié­née de son corps par les abus sexuels — elle s’est fait enle­ver les seins à dix-sept ans et a com­men­cé à prendre de la tes­to­sté­rone, ce qui a failli la tuer. Quel est le plus toxique : les pro­duits chi­miques injec­tés en vue de détruire le sexe natal d’une per­sonne ou la socié­té qui fait de ce sexe une pri­son ? Et pour­quoi les femmes n’ont-elles pas le droit de poser cette question ?

Par défi­ni­tion, une iden­ti­té basée sur la haine du corps ne peut être libé­ra­trice. Ces tendres ani­maux sont nos seules mai­sons. Chas­sées de nos corps, nous sommes des réfu­giées per­ma­nentes : nous n’a­vons nulle part où aller. Le but du fémi­nisme est de mettre fin à la casse, à l’in­ceste, au viol, aux coups, aux pra­tiques dites de beau­té qui équi­valent à une vie de tor­ture. Cela signi­fie que nous devons éga­le­ment mettre fin à l’i­déo­lo­gie, celle qui pré­tend que les hommes sont des êtres humains tan­dis que les femmes existent pour être conquises et uti­li­sées, celle que l’on appelle le genre. En termes d’influence ou d’effectivité, l’i­mage domi­nante de notre époque, celle qui véhi­cule l’i­déo­lo­gie en ques­tion, est le sadisme écra­sant de la por­no­gra­phie. La pri­son appe­lée « femme » se fait de plus en plus petite : com­ment osez-vous dire qu’elle est his­toire ancienne ?

Ce que nos corps ont subi, la pla­nète l’a aus­si subi. Le sadique exerce son contrôle ; le nécro­phile change le vivant en inerte : ceux qui ont une volon­té propre, et les sau­vages, consti­tuent les cibles. & le pro­jet nécro­tique est presque achevé.

***

Les faits sont épou­van­tables. Au cours de mon exis­tence, la terre a per­du la moi­tié de sa faune sau­vage. Chaque jour, deux cents espèces dis­pa­raissent dans la longue nuit de l’extinction. « Mer » est syno­nyme d’abon­dance, de quan­ti­té et de mul­ti­tude. Pour­tant, d’ici 2048, mers et océans n’abriteront plus aucun pois­son. Les crus­ta­cés connaissent « un échec repro­duc­tif com­plet ». En d’autres termes, leurs bébés meurent. Le planc­ton dis­pa­raît éga­le­ment. S’il est peut-être trop petit et trop vert pour que qui­conque s’en sou­cie, nous savons que nous devons deux res­pi­ra­tions ani­males sur trois à l’oxygène qu’il pro­duit. Si les océans s’effondrent, nous nous effon­dre­rons avec eux.

Com­ment pourrait‑i l en être autre­ment ? Voyez les sché­mas, pas seule­ment les faits. Autre­fois, il y avait tel­le­ment de bisons dans les grandes plaines que vous pou­viez vous asseoir et obser­ver un seul trou­peau défi­ler dans un bruit de ton­nerre pen­dant plu­sieurs jours d’affilée. Dans la val­lée cen­trale de Cali­for­nie, les nuées d’oiseaux marins étaient si denses qu’elles mas­quaient la lumière du soleil. Un quart de l’Indiana était une zone humide grouillant de vie, et encore pleine de pro­messes. Il s’agit désor­mais d’un désert de maïs. Là où je vis, dans le Nord-Ouest Paci­fique, les dix mil­lions de pois­sons que l’on trou­vait ne sont plus que dix mille. Les gens les enten­daient arri­ver pen­dant une jour­née entière. Ce n’est pas une his­toire : cer­tains, encore en vie, s’en sou­viennent. Je n’ai jamais enten­du le bruit de l’eau lorsque qua­rante mil­lions d’années de per­sé­vé­rance retrouvent leur che­min. Dès lors, est-il exa­gé­ré de par­ler d’« apocalypse » ?

Le nécro­phile insiste : nous ne serions que des com­po­sants méca­niques, les rivières des pro­jets d’ingénierie, et les gènes des lignes de code à décou­per et réar­ran­ger selon nos caprices. Il pense que nous sommes tous des machines, mal­gré l’évidence : une machine peut être démon­tée et remon­tée entiè­re­ment. Pas un être vivant. Devrais-je pré­ci­ser qu’une pla­nète vivante ne le peut pas non plus ?

Com­pre­nez où la guerre contre le monde a com­men­cé. En neuf lieux dif­fé­rents, à tra­vers la pla­nète, les humains ont adop­té une acti­vi­té appe­lée agri­cul­ture. En termes crus, il s’agit de prendre une par­celle de terre, d’anéantir toute la vie qu’elle abrite, puis de la culti­ver au seul pro­fit des humains. Au lieu de par­ta­ger ce ter­ri­toire avec les mil­lions d’autres créa­tures qui en ont elles aus­si besoin pour vivre, vous n’y faites pous­ser que des plantes des­ti­nées à ali­men­ter des humains. Il s’agit d’un net­toyage bio­tique. La popu­la­tion humaine s’accroît for­te­ment ; les autres espèces sont pré­ci­pi­tées vers l’extinction.

L’agriculture donne nais­sance à un mode de vie que l’on appelle la civi­li­sa­tion. Ce terme désigne les regrou­pe­ments des humains pre­nant la forme de villes. Ce que cela signi­fie : des besoins qui excèdent ce que la terre peut offrir. La nour­ri­ture, l’eau, l’énergie doivent bien venir de quelque part. Quels que soient les idéaux paci­fiques ou autre­ment ver­tueux que les gens portent en leurs cœurs : leur socié­té repose sur l’impérialisme, le géno­cide ou l’ethnocide. Parce que per­sonne n’accepte d’abandonner sa terre, son eau, ses arbres. Mais puisque la ville a uti­li­sé les siens jusqu’à épui­se­ment, elle doit s’en pro­cu­rer ailleurs. Dix mille ans résu­més en quelques lignes.

La fin de la civi­li­sa­tion est ins­crite dans ses ori­gines. L’agriculture — non pas quelque mau­vais type d’agriculture, mais l’agriculture en géné­ral — détruit le monde. Vous abat­tez les forêts, vous labou­rez les prai­ries, vous drai­nez les zones humides. &, tout par­ti­cu­liè­re­ment, vous détrui­sez le sol. Les civi­li­sa­tions durent entre huit cents et peut-être deux mille ans — jusqu’à ce que le sol meurt.

Qu’y a‑t-il de plus sadique que de vou­loir contrô­ler des conti­nents entiers ? Le nécro­phile change les mon­tagnes en gra­vats et cana­lise les fleuves et rivières. L’unité fon­da­men­tale du vivant est vio­lée avec l’ingénierie géné­tique. Même chose pour l’unité fon­da­men­tale de la matière, avec des bombes qui mas­sacrent des mil­lions d’êtres vivants. Voi­là sa pas­sion, trans­for­mer le vivant en inerte. Il ne s’agit pas que de morts indi­vi­duelles, pas même de morts d’espèces entières. Le pro­ces­sus de la vie elle-même est atta­qué, et il est en train de perdre. L’évolution des ver­té­brés stagne depuis déjà long­temps — il n’y a plus assez d’habitats. Il y a des zones en Chine où plus aucune plante à fleurs ne pousse. Pour­quoi ? Parce que les pol­li­ni­sa­teurs sont tous morts. Cinq cents mil­lions d’années d’évolution par­ties en fumée.

Le nécro­phile désire ces des­truc­tions. Il s’agit de son prin­ci­pal plai­sir et de la seule façon pour lui de tout contrô­ler. Selon lui, tout cela n’a jamais été vivant. Il n’existe pas de com­mu­nau­tés aux volon­tés propres, pas de terre vrai­ment sau­vage. Seule­ment des com­po­sants inani­més qu’il peut exploi­ter à son gré, un jar­din à admi­nis­trer. Peu importe que chaque terre ain­si gérée soit deve­nue un désert. L’intégrité élé­men­taire de la vie a été bri­sée, et il pré­tend main­te­nant qu’elle n’a jamais exis­té. Il peut faire ce qu’il veut. & per­sonne ne l’arrête.

***

Pou­vons-nous l’arrêter ?

Je réponds oui, et je n’abandonnerai pour rien au monde. Les faits sont insup­por­tables, mais il n’y a qu’en les confron­tant que les sché­mas se dévoilent. La civi­li­sa­tion se fonde sur le pré­lè­ve­ment (l’extractivisme). Celui-ci s’appuie sur l’impérialisme, la domi­na­tion et le pillage des ter­ri­toires. Cepen­dant, même les colo­nies finissent par s’épuiser. Le com­bus­tible fos­sile aura été un accé­lé­ra­teur, tout comme le capi­ta­lisme, mais le pro­blème est bien plus pro­fond que l’un ou l’autre. La civi­li­sa­tion requiert l’agriculture, et l’agriculture est une guerre que l’on mène contre le vivant. Même si cette culture por­tait aupa­ra­vant du bon en elle, dix mille ans de cette guerre l’ont chan­gée en nécrophile.

Mais ce que font les humains, ils peuvent aus­si le défaire. Si chaque ins­ti­tu­tion est en train de faire fausse route, aucune loi phy­sique n’oblige la des­truc­tion à conti­nuer. La rai­son est poli­tique : le sadique est récom­pen­sé, et pas qu’un peu. La plu­part des gens de gauche et des éco­lo­gistes s’en sont aper­çus. Cepen­dant, il y a une chose qu’ils n’ont pas remar­quée, et que le fémi­nisme radi­cal expose ouver­te­ment : son plai­sir à dominer.

Le véri­table génie du patriar­cat est pré­ci­sé­ment là : il ne fait pas que bana­li­ser l’oppression, il sexua­lise les actes d’oppression. Il éro­tise la domi­na­tion et la subor­di­na­tion, puis les ins­ti­tu­tion­na­lise à tra­vers la mas­cu­li­ni­té et la fémi­ni­té. Les hommes deviennent vrai­ment des hommes en trans­gres­sant les limites — les limites sexuelles des femmes et des enfants, les limites cultu­relles et poli­tiques des peuples indi­gènes, les limites bio­lo­giques des rivières et des forêts, les limites géné­tiques des autres espèces, et les limites phy­siques de l’atome lui-même. Le sadique est récom­pen­sé par l’argent et le pou­voir, mais il retire aus­si une exal­ta­tion sexuelle de la domi­na­tion. La fin du monde est un ras­sem­ble­ment géant d’abrutis abou­tis­sant à une asphyxie autoérotique.

Le véri­table génie du fémi­nisme, c’est d’avoir com­pris tout cela.

Ce qui doit se pro­duire afin de sau­ver notre pla­nète est simple : il faut que la guerre cesse. Si nous ces­sons de nous mettre en tra­vers de son che­min, la vie repren­dra son cours, parce que la vie veut vivre. Les forêts et les prai­ries renaî­tront. Tous les bar­rages et tous les canaux en ciment s’effondreront, et les rivières et les fleuves, apai­sés, retrou­ve­ront l’océan. Les pois­sons sau­ront quoi faire. Les sau­mons nour­rissent la forêt, qui pro­tège les rivières, où habitent les sau­mons. Ce n’est pas la mort de des­truc­tion, mais la mort de par­ti­ci­pa­tion qui fait du monde un tout.

Cer­tains faits requièrent tout le cou­rage que nous avons en nos cœurs. En voi­ci un. En 2017, le car­bone a atteint les 410 ppm. Pour que la vie conti­nue, le car­bone doit retour­ner dans le sol. Et nous en venons donc aux graminées.

Là où le monde est humide, les arbres font des forêts. Là où il est sec poussent les gra­mi­nées. Les prai­ries endurent des cha­leurs extrêmes en été et des froids tei­gneux en hiver. Les gra­mi­nées sur­vivent en main­te­nant quatre-vingts pour cent de leur corps sous terre, sous forme de racines. Ces racines sont cru­ciales pour la com­mu­nau­té du vivant. Elles four­nissent des canaux pour que la pluie pénètre dans le sol. Elles peuvent atteindre quatre mètres cin­quante et rame­ner à la sur­face des miné­raux issus des roches sou­ter­raines, miné­raux dont ont besoin toutes les créa­tures vivantes. Elles peuvent construire le sol à une vitesse extra­or­di­naire. Le maté­riau de base qu’elles uti­lisent pour cela, c’est le car­bone. Ce qui signi­fie que les gra­mi­nées sont notre seul espoir pour récu­pé­rer le car­bone atmosphérique.

Elles le feront, si nous les lais­sons faire. Si nous pou­vions remettre en état soixante-quinze pour cent des prai­ries du monde — détruites par cette guerre que l’on appelle agri­cul­ture — en moins de quinze ans, les gra­mi­nées cap­tu­re­raient tout le car­bone ayant été émis depuis le début de l’âge indus­triel. Reli­sez cela, si besoin est. Et sou­ve­nez-vous-en, où que vous soyez. Dites-le à qui écou­te­ra. Il y a encore une chance.

Les gra­mi­nées ne peuvent y par­ve­nir seules. Aucune créa­ture n’existe indé­pen­dam­ment des autres. La res­tau­ra­tion des prai­ries implique la res­tau­ra­tion des rumi­nants. Durant l’été chaud et sec, la vie est dor­mante à la sur­face du sol. Ce sont les rumi­nants qui per­pé­tuent alors le cycle des nutri­ments. Ils portent en eux un éco­sys­tème, notam­ment des bac­té­ries qui digèrent la cel­lu­lose. Lorsqu’un bison broute, il ne mange pas véri­ta­ble­ment l’herbe. Il four­nit de l’herbe aux bac­té­ries. Les bac­té­ries mangent l’herbe, puis le bison mange les bac­té­ries. Ses déjec­tions arrosent et fer­ti­lisent ensuite les gra­mi­nées. & le cycle se complète.

La civi­li­sa­tion détruit ce cycle. Alors toutes finissent par s’effondrer. Toutes. Com­ment pour­rait-il en être autre­ment lorsque votre mode de vie consiste à détruire l’endroit où vous vivez ? Le sol a dis­pa­ru et le pétrole com­mence à man­quer. En évi­tant de regar­der les faits, nous nous assu­rons la pire des fins possibles.

Nous pou­vons faire mieux que les famines de masse, les États en faillite, les conflits eth­niques, la miso­gy­nie, les sei­gneurs de guerres mes­quins et les scé­na­rios dys­to­piques d’effondrement. C’est très simple : nous repro­duire moins que le taux de rem­pla­ce­ment. Le pro­blème se règle­ra de lui-même. Venons-en main­te­nant aux jeunes filles.

Ce qui fait uni­ver­sel­le­ment bais­ser le taux de nata­li­té, c’est l’élévation du sta­tut de la femme. Plus spé­ci­fi­que­ment, l’action ayant le plus d’impact, c’est l’enseignement de la lec­ture à une fille. Lorsque les femmes et les jeunes filles béné­fi­cient ne serait-ce que de cette once de pou­voir sur leurs vies, elles choi­sissent d’avoir moins d’enfants. Oui, les femmes ont besoin d’un contrôle des nais­sances, mais ce dont nous avons réel­le­ment besoin, c’est de liber­té. À tra­vers la pla­nète, nous avons très peu de contrôle sur la façon dont les hommes uti­lisent nos corps. Près de la moi­tié de toutes les gros­sesses sont non pla­ni­fiées ou non vou­lues. La gros­sesse est la deuxième cause de mor­ta­li­té chez les jeunes filles âgées de quinze à dix-neuf ans. Peu de choses ont chan­gé depuis qu’Emmeline Pan­khurst a refu­sé d’abandonner.

Nous devrions défendre les droits humains des jeunes filles parce que les jeunes filles comptent. Il s’avère même que les droits fon­da­men­taux des jeunes filles sont cru­ciaux pour la sur­vie de la planète.

***

Pou­vons-nous mettre un terme au désastre ?

Oui, mais seule­ment si nous com­pre­nons ce que nous affrontons.

Le nécro­phile veut la mort du monde. Tout ce qui est vivant doit être rem­pla­cé par quelque chose de méca­nique. Il pré­fère les engre­nages, les pis­tons et les cir­cuits aux corps doux des ani­maux, et même au sien. Il espère pou­voir se télé­char­ger lui-même dans un ordi­na­teur un jour.

Il veut la mort du monde. Il aime le sou­mettre. Il a éri­gé des villes géantes là où autre­fois se tenaient des forêts. Le béton et l’asphalte domptent l’incontrôlé.

Il veut la mort du monde. Tout ce qui est femelle doit être puni, défi­ni­ti­ve­ment. Plus elles sont jeunes, plus elles se bri­se­ront faci­le­ment. Alors il com­mence tôt.

Une guerre contre votre corps, c’est une guerre contre votre vie. S’il peut faire en sorte que nous menions la guerre à sa place, nous ne serons jamais libres. Mais nous avons décré­té que le corps de chaque femme était sacré. Et nous le pen­sons réel­le­ment. Toute créa­ture pos­sède son inté­gri­té phy­sique propre, son tout invio­lable. Ce tout est trop com­plexe pour être com­pris, même en l’incarnant. Je ne savais pas pour­quoi mes yeux gon­flaient ni pour­quoi mes pou­mons me fai­saient mal. Les com­plexi­tés qui me main­tiennent en vie ne pour­raient jamais m’être inté­gra­le­ment confiées — elles res­te­ront un mys­tère pour moi. La vie est un don, le seul pré­sent. Ce tendre ani­mal est tout ce que vous avez. & il a besoin que vous le défen­diez, ici, main­te­nant, à l’âge de l’apocalypse. Refu­sez de par­ti­ci­per à la guerre que le nécro­phile impose sur le ter­rain de votre propre chair. Com­bat­tez-le lui, plutôt.

Nous allons devoir oppo­ser notre cou­rage à son mépris, nos rêves sau­vages et fra­giles à sa force brute. Et nous allons devoir oppo­ser une déter­mi­na­tion qui ne plie­ra, ne cède­ra, ni ne ces­se­ra à son sadisme insatiable.

& si nous ne pou­vons le faire pour nous-mêmes, nous le devons pour ces jeunes filles.

Qui — ou quoi — que vous aimiez, elle est en dan­ger. Aimer est un verbe. Puisse cet amour nous pous­ser à l’action.

Lierre Keith

Tra­duc­tion : Nico­las Casaux


Lierre Keith est une écri­vaine et fémi­niste radi­cale. En 1984, elle a par­ti­ci­pé à la créa­tion de Minor Dis­tur­bance, un groupe de pro­tes­ta­tion fémi­niste contre le mili­ta­risme. En 1986, elle par­ti­cipe à la créa­tion de Femi­nists Against Por­no­gra­phy (« Fémi­nistes contre la por­no­gra­phie ») à Nor­thamp­ton, Mas­sa­chu­setts. Elle est rédac­trice fon­da­trice de Rain and Thun­der, une revue fémi­niste radi­cale de Northampton.

En 2009, elle publie Le Mythe végé­ta­rien : nour­ri­ture, jus­tice et péren­ni­té, dans lequel elle exa­mine les effets éco­lo­giques de l’agriculture et du végétarisme.

Co-fon­da­trice, avec Der­rick Jen­sen et Aric McBay, du mou­ve­ment Deep Green Resis­tance, elle signe éga­le­ment avec eux en 2011 le livre qui en détaille la stra­té­gie, Deep Green Resis­tance : un mou­ve­ment pour sau­ver la pla­nète, tra­duit en fran­çais et publié en deux tomes aux Édi­tions LIBRE en 2018–2019.

Print Friendly, PDF & Email
Total
21
Shares
11 comments
  1. Autant je la trouve per­ti­nente sur des par­ties de son ana­lyse sur le patriar­cat , autant lierre est à coté en ce qui concerne l’agriculture …

    L’a­gri­cul­ture dont elle parle est la mono­cul­ture inten­sive à l’a­mé­ri­caine .… alors que la per­ma­cul­ture par exemple existe depuis trés long­temps et à mon­trer sa rési­lience et l’en­ri­chis­se­ment des zones où elle est mise en pratique 

    L’ac­cent mit sur le car­bone est aus­si une faute de prio­ri­té , le méthane pol­lue bien plus que les trans­port par exemple , et il suf­fit que le monde de vienne vegan pour sup­pri­mer une énorme pro­por­tion du méthane émis ain­si qu’une énorme part de l’a­gri­cul­ture inten­sive ser­vant à nour­rir les éle­vages d’a­ni­maux dest­niés aux pays riches
    Mais ce n’est pas l’au­teur du  » mythe végé­ta­rien » qui irai dire cela ^^
    Et même si son livre com­porte des erreurs , cer­tains en ont fait une grosse publicité …

    Je fini­rai juste par dire que son argu­ment mal­thu­sien de la sur­po­pu­la­tion est éga­le­ment hors pro­pos .… en effet le controle des femmes sur leurs corps ain­si qu’une auto­no­mie par rap­port aux sys­tèmes patriar­chaux per­met une dimi­nu­tion de la nata­li­té , si nous sommes 7 mil­liards de vegan il n’y aurai pas eu tout les degats eco­lo­giques dont elles parlent , mais le car­nisme as de beaux jours mal­heu­reu­se­ment et elle y contri­bue gran­de­ment avec son livre …

    1. La « per­ma­cul­ture » quelle mot mer­veilleux. Bien oui, fai­sons pous­ser du blé, du riz, du maïs, mas­si­ve­ment en mode « permacultuuure ».
      J’at­tends de voir.
      CE fai­sant si tu lis son bou­quin « le Mythe végé­ta­rien », elle cite de nom­breux exemples de lieux qui sont deve­nus ‑dans la réa­li­té- un désert suite à l’agriculture. Et c’est ce qu’on est entrain de faire.
      « Il suf­fit que le monde devienne végan », oui si on ne mange pas de céréales, uni­que­ment des fruits et des plantes.
      A cela ‑juste en pas­sant- pen­sons à la cuis­son qui est un énorme fac­teur de pol­lu­tion dans le monde !
      Quant à  » une énorme part de l’agriculture inten­sive ser­vant à nour­rir les éle­vages d’animaux des­ti­nés aux pays riches » elle en parle dans le bou­quin, et dit que cet éle­vage-là est une honte.
      LK dit que les vegan sont sys­té­ma­ti­que­ment des urbains hors-sol, est-ce ton cas ?
      Elle part de quelque chose de très concret : elle vou­lait reve­nir à la nature et culti­ver ses propres salades, com­ment faire avec les limaces ? Sa solu­tion la moins pire, après moultes façons inél­gantes a été d’emprunter la contri­bu­tion joyeuse des canards qui mangent les limaces mais pas les lai­tues et qui fer­ti­lisent le sol. Autre ques­tion, avec quoi fer­ti­li­ser le sol ? Des engrais chi­miques ? Du BRF (mer­ci le pétrole et les arbres tués)? Elle uti­lise la fiente des ani­maux. Vaches etc..
      Et après tu fais quoi du trop plein d’animaux ?
      En bon végan, bien sûr tu l’ac­com­pagnes à pied pour le rendre aima­ble­ment à 10km de la mai­son à Dââme Nature où de ver­doyantes pro­messes d’a­bon­dances et d’amour l’at­tendent et tu lui serres une franche poi­gnée de pattes. Si c’est pas choupinou !
      En géné­ral les pay­sans ne font pas cela, sur le ter­rain, on voit les choses différemment.
      Et la per­ma­cul­ture aus­si, elle te dit que c’est plus logique d’a­ban­don­ner les lai­tues, et de pas­ser à des plantes pérennes, pour­pier, ortie, ché­no­podes, mauves etc… Si tu nour­ries tes cochons avec des caroubes, des mar­rons, des glands c’est plus simple aus­si, tu manges, et tu passes un hiver rigou­reux dans un fonc­tion­ne­ment rela­ti­ve­ment local. De quoi se nour­rissent les vegan en France ? Des bananes à 2€ le kg max !
      Aus­si, j’at­tends de voir un vrai Vegan local, qui mange son caca pour la B12 !! Et qui ne la com­mande pas auprès d’un labo allemand.
      Je mets une pointe d’hu­mour dans mon texte mais ce n’est pas contre toi.
      La ques­tion du vegan Vs Omni­vore est très com­plexe à mon humble avis.

  2. Je trouve ce texte fort fort inter­es­sant ! C’est une belle décou­verte. Maisje ne pense pas que cet « esprit » méca­ni­sant soit uni­que­ment lié aux hommes, il gagne les femmes aus­si à pré­sent. Ce serait une erreur (com­pré­hen­sible, mais dom­ma­geable) que de le croire. C’est un esprit déshu­ma­ni­sant, qui détruit autant le corps mas­cu­lin que fémi­nin, même si his­to­ri­que­ment et encore aujourd’­hui en majo­ri­té c’est vrai que les femmes en ont bcp plus souf­fert. La ten­dance aujourd’­hui est : folie sadique pour tous, hommes et femmes compris !

    Pour vous répondre Xipe­tho­tek , je ne pense pas le le régime végan convienne à tout le monde, et encore moins qu’une volon­té pla­ni­fi­ca­trice (et donc contrô­lante) du style « si tout le monde était végan » ait la moindre valeur.(si ce n’est pour un nou­veau type de contrôle) De plus, il est loin d’être prou­vé que l’hu­main n’est qu’un rumi­nant (je taquine, je sais que végan ou végé ne se limite pas à cela ;). Mais soit, man­gez comme vous le vou­lez, mais res­tons loin du genre de solu­tion tota­li­taire « Tous ceci ou tous cela » svp ! Mer­ci pour la (bio?)diversité 😉

  3. mer­ci Nico­las, c’est comme tu le dis magni­fique.( Je regrette d’a­voir lu les deux com­men­taires pré­cé­dents… mais bon.…)
    Je me per­mets de par­ta­ger et ma jour­née, et bien plus est illu­mi­née, par cette lec­ture. Bonne jour­née à toi.

  4. Pour une ali­men­ta­tion vegé­ta­lienne , il convient à tout le monde dixit l’as­so­cia­tion amé­ri­caine de dié­té­tique 😉 http://www.alimentation-responsable.com/position-ADA-2009

    Pour ce qui est de la pla­ni­fi­ca­tion , un fas­cisme vegan ne ferai que  » gagner  » du temps , mais pour sor­tir de l’i­déo­lo­gie du car­nisme et sor­tir de la dis­so­nance cog­ni­tive lié à notre culture ali­men­taire et le trai­te­ment des ani­maux , il faut sur­tout de la réfléxion et une adhésion 🙂

    Pour ce qui est de notre phy­sio­lo­gie , nous sommes sur­tout le fruit d une évo­lu­tion , et même si nous avons une phy­sio­lo­gie de fru­gi­vore comme nos cou­sins les singes , c’est plu­tot hors de pro­pos ( et de toute manière je peux répondre tres vite que oui nous ne sommes pas des rumi­nants nous n’a­vons qu’un esto­mac 😛 ) . En effet le véga­nisme sait se mon­trer per­ti­nente ne serait ce que sur la question
    envi­ron­ne­men­tale . C’est pour cela que je sou­ligne les fausses bonnes solu­tions de Lierre keith.

    Le véga­nisme n’est pas poli­tique , c’est la pos­ture morale la plus per­ti­nente en éthique ani­mal et celle qui fait consen­sus , par­mi les éco­lo­gistes éga­le­ment , qu’ils soient consé­quen­tia­listes , déon­tho­lo­gique ou éthiques , le véga­nisme est vu comme une des solu­tions les plus concrètes et efficace
    Pour preuve, un jour­na­liste que ce site relaie défois , chris hedge est deve­nu vegan pour cette rai­son http://www.compassionatespirit.com/wpblog/2014/11/17/chris-hedges-go-vegan-for-the-planet/

    Donc le véga­nisme peut aus­si etre un acte mili­tant écologique 😉
    En faite aprés quelques cal­culs , cela semble fri­sé l’in­co­hé­rence que de vou­loir mili­ter en faveur de l ‘éco­lo­gie et de man­ger une ali­men­ta­tion pro­ve­nant d’é­le­vages , encore une fois la dis­so­nance cog­ni­tive peut etre trés puissante 🙂 

    Pour finir , pour répondre à pam Quin , je suis navré d’a­voir trou­blé la quié­tude de cette article en émet­tant une cri­tique construc­tive de l’ar­ticle de lierre keith , mais je ne vois nul part mar­qué sur le site qu’il faut juste dire amen à tout ce qui est publié 😉

  5. Je lis cet article et les réponses qui vont avec.

    Au bout des deux tiers de l’ar­ticle, une espèce de colère débor­dante m’a don­né l’en­vie de lan­cer mon ordi contre le mur.
    J’en­tends que LK use d’une façon et d’ar­gu­ments chocs, qu’elle peut sur­es­ti­mer un cer­tain nombre de causes… Il est vrai que je n’en­tends nulle part, sauf en fili­grane, une quel­conque apo­lo­gie de l’a­gri­cul­ture pra­ti­quée par des groupes humains depuis des cen­taines d’an­nées (cela me rap­pelle un autre article de ce site). Il appa­rait cepen­dant que son pro­pos sur les 1 mil­liards d’êtres humains en 1800 tra­duit un lien avec celle-ci et coïn­cide avec les débuts (bien avan­cés) de l’ère industrielle.
    A mon avis, LK expose plus spé­ci­fi­que­ment l’i­dée que l’in­dus­tria­li­sa­tion a inten­si­fié le pro­ces­sus nécro­phage de notre civi­li­sa­tion qui appa­raît comme dans toutes les civi­li­sa­tions (les Aztèques ont créé des déserts, l’At­lan­tide s’est effon­drée =) hi hi, pour l’exemple, c’est juste comique) avant sa chute. Et que cela nous a conduit à entre­prendre tou­jours plus de viol de la Nature, sur le vivant, ses repré­sen­tants emblé­ma­tiques, que sont les forêts, les ani­maux et la femme.

    Ce n’est pas pour rien qu’au­jourd’­hui plus que jamais, la fémi­ni­té est décon­si­dé­rée, vio­lée. Les homos se font taper ou notre lan­gage cou­rant stig­ma­tise la fémi­ni­té chez l’homme, les femmes sont des objets publi­ci­taires et sexuels (voyez la pro­li­fé­ra­tion de sites por­no­gra­phiques et des images et repré­sen­ta­tions qu’ils véhi­culent, c’est juste effa­rant, et il n’y a pas besoin d’être puri­tain pour trou­ver cela impar­don­nable et criminel).

    Quant à la néces­si­té d’une (bio)diversité, il faut gar­der les yeux en face des trous : aujourd’­hui, c’est en train de cre­ver. Aujourd’­hui, ce qu’il nous faut, ce n’est pas culti­ver la bio­di­ver­si­té, c’est anéan­tir ce qui la menace et la détruit. Col­lec­ti­ve­ment, et pas sim­ple­ment en deve­nant cha­cun vegan dans son coin. Encore une nou­velle conne­rie prô­née par je ne sais quel groupe de pseu­dos acti­vistes de l’à peu près. Oui, il nous faut recon­si­dé­rer notre manière de nous nour­rir, c’est indé­niable. Mais comme l’un de vous le dit, pas en hors sol, pas en pré­lè­ve­ment, mais là où ça se passe. Je suis végé, et loin des villes, c’est dif­fé­rent, c’est vrai. Si on veut aller au bout du truc, les plantes utiles à l’é­co­sys­tème et pas seule­ment à l’homme doivent être pri­vi­lé­giées. Cela néces­site de la fru­ga­li­té, mais dans la mesure où ce qui est culti­vé apporte plus qu’une semaine de repas végé­ta­rien à base de céréales et de légu­mi­neuses. Tout le monde n’est peut-être pas prêt à de tels conces­sions, et c’est la dimen­sion col­lec­tive qui apporte une pos­si­bi­li­té d’être inter­dé­pen­dants et pour­tant plus autonomes.

    7 mil­liards. Au bord du gouffre. Et on pinaille encore… De la légè­re­té certes, mais de la colère, beau­coup. J’aime bien son idée d’une mort par­ti­ci­pa­tive, je ne parle pas de sui­cide ou de sacri­fice, mais bien de la dis­pa­ri­tion dans un cycle de vie. Ce que pré­ci­sé­ment nous nous atta­chons à res­treindre, endi­guer, par manque d’hu­mi­li­té. Je ne crois pas à une grosse enti­té qu’on appel­le­rait le Nécro­phile, mais c’est un fait que notre ten­dance cultu­relle repose sur ce fait. Arman­da Gui­duc­ci en parle très bien dans son bou­quin « La Pomme et le Ser­pent ». C’est anté­di­lu­vien notre ten­dance à la mal­trai­tance de la fémi­ni­té, et c’est pour cela qu’il nous faut nous en débar­ras­ser pour que les femmes et la fémi­ni­té cessent de se sou­mettre et d’être sou­mises par le fait social et cultu­rel. Parce que nous avons tous notre propre fémi­ni­té bor­del… Et que la nier et la repous­ser, c’est contraindre notre corps…

  6. Très bon texte. L’an­tho­lo­gie « Female Era­sure » est un des pre­miers textes fémi­nistes qui nous a inté­res­sé-e‑s pour TRADFEM (tradfem.wordpress.com). Mais pas facile de trou­ver un édi­teur fran­çais. Seriez-vous dis­po­sé-e‑s à y col­la­bo­rer avec notre équipe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Convergence des luttes : Frapper où ça fait mal (par Theodore Kaczynski)

Il est généralement admis que la variable fondamentale qui détermine le processus historique contemporain repose sur le développement technologique (Celso Furtado). Plus que tout, c’est la technologie qui est responsable de l’état actuel du monde et qui contrôlera son développement ultérieur. De sorte que le bulldozer qu’il nous faut détruire est la technologie moderne elle-même. [...]
Lire

De l’aveuglement positiviste

Si positiver consistait simplement à voir le bon côté des choses, à jouir d'un verre à demi-plein au lieu de se lamenter devant un verre à demi-vide, rien à dire, c'est du sain Épicurisme. Mais positiver ne s'en tient pas là : on s'efforce de méconnaître "le négatif", les limites, inhérentes à la nature de l'être, les faiblesses, les ratages inévitables. C'est l'école de l'inauthenticité.
Lire

Catastrophe — Endgame Vol. 1 : Le problème de la civilisation (par Derrick Jensen)

Le texte qui suit est une traduction du chapitre intitulé « Catastrophe » du livre « Endgame volume 1 » écrit par Derrick Jensen, et publié en 2006. Extrait : « [...] Les villes, éléments caractéristiques de la civilisation, ont toujours été dépendantes du prélèvement des ressources des campagnes environnantes, ce qui signifie, d'une part, qu'aucune ville n'a jamais été ou ne sera jamais soutenable en elle-même, et que d'autre part, dans le but de continuer leur expansion perpétuelle, les villes devront continuellement étendre le territoire dont elles nécessitent l'incessante surexploitation. [...] »