L’acte révolutionnaire de dire la vérité (John Pilger)

9ae3deca6381c2a9e1ecfec3d7b54303John Pil­ger est un jour­na­liste de natio­na­li­té Aus­tra­lienne, né à Syd­ney le 9 Octobre 1939, par­ti vivre au Royaume-Uni depuis 1962. Il est aujourd’hui basé à Londres et tra­vaille comme cor­res­pon­dant pour nombre de jour­naux, comme The Guar­dian ou le New Sta­tes­man.

Il a reçu deux fois le prix de meilleur jour­na­liste de l’année au Royaume-Uni (Britain’s Jour­na­list of the Year Award). Ses docu­men­taires, dif­fu­sés dans le monde entier, ont reçu de mul­tiples récom­penses au Royaume-Uni et dans d’autres pays.

John Pil­ger est membre, à l’instar de Van­da­na Shi­va et de Noam Chom­sky, de l’IOPS (Inter­na­tio­nal Orga­ni­za­tion for a Par­ti­ci­pa­to­ry Socie­ty), une orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale et non-gou­ver­ne­men­tale créée (mais encore en phase de créa­tion) dans le but de sou­te­nir l’activisme en faveur d’un monde meilleur, prô­nant des valeurs ou des prin­cipes comme l’autogestion, l’équité et la jus­tice, la soli­da­ri­té, l’anarchie et l’écologie.

Article ini­tia­le­ment publié le 30 sep­tembre 2015, en anglais, sur le site offi­ciel de John Pil­ger, à cette adresse.


George Orwell a écrit qu’à « une époque de super­che­rie uni­ver­selle, dire la véri­té est un acte révo­lu­tion­naire ».

Nous vivons une sombre époque, dans laquelle la pro­pa­gande de la super­che­rie affecte nos vies à tous. Comme si la réa­li­té poli­tique avait été pri­va­ti­sée, et l’illusion légi­ti­mée. L’ère de l’information est une ère média­tique. Nous avons une poli­tique média­tique ; une cen­sure média­tique ; une guerre média­tique ; des repré­sailles média­tiques ; une diver­sion média­tique — une chaîne de pro­duc­tion sur­réa­liste de cli­chés et d’idées fausses.

Notre mer­veilleuse tech­no­lo­gie est deve­nue notre amie autant que notre enne­mie. A chaque fois que nous allu­mons un ordi­na­teur ou pre­nons en main un appa­reil élec­tro­nique — les cha­pe­lets de ce siècle — nous sommes sou­mis à un contrôle : à la sur­veillance de nos habi­tudes et de nos rou­tines, et aux men­songes et à la manipulation.

Edward Ber­nays, qui inven­ta l’expression « rela­tions publiques », un euphé­misme pour « pro­pa­gande », a pré­dit cela il y a plus de 80 ans, en qua­li­fiant ce phé­no­mène de « gou­ver­ne­ment invi­sible ».

Il a écrit que « ceux qui mani­pulent cet élé­ment invi­sible de [la démo­cra­tie moderne] consti­tuent un gou­ver­ne­ment invi­sible repré­sen­tant la véri­table force diri­geante de notre pays… Nous sommes gou­ver­nés, nos esprits sont façon­nés, nos goûts créés, nos idées sug­gé­rées, en grande par­tie par des gens dont nous n’avons jamais enten­du parler… »

Le but de ce gou­ver­ne­ment invi­sible est de prendre pos­ses­sion de nous : de notre conscience poli­tique, de notre per­cep­tion du monde, de notre apti­tude à pen­ser indé­pen­dam­ment, de notre apti­tude à sépa­rer le vrai du faux.

Il s’agit d’une forme de fas­cisme, un mot que nous avons rai­son d’utiliser pru­dem­ment, pré­fé­rant l’associer aux troubles du pas­sé. Mais un fas­cisme moderne insi­dieux est aujourd’hui le prin­ci­pal dan­ger. Comme dans les années 1930, d’é­normes men­songes sont déli­vrés avec la régu­la­ri­té d’un métro­nome. Les musul­mans sont mau­vais. Les fana­tiques saou­diens sont bons. Les fana­tiques d’ISIS sont mau­vais. La Rus­sie est tou­jours mau­vaise. La Chine com­mence à le deve­nir. Bom­bar­der la Syrie est bon. Les banques cor­rom­pues sont bonnes. La dette cor­rom­pue est bonne. La pau­vre­té est bonne. La guerre est normale.

Ceux qui remettent en cause ces véri­tés offi­cielles, cet extré­misme, sont jugés comme fous — jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’ils ne l’étaient pas. La BBC four­nit ce type de ser­vice gra­tui­te­ment. Ne pas se sou­mettre c’est se voir qua­li­fier de « radi­cal » — peu importe ce que cela signifie.

La véri­table dis­si­dence devient exo­tique ; et pour­tant les dis­si­dents n’ont jamais été aus­si impor­tants. Le livre que je lance ce soir, « Le dos­sier Wiki­Leaks », est un anti­dote au fas­cisme qui ne dit jamais son nom. C’est un livre révo­lu­tion­naire, tout comme Wiki­Leaks est révo­lu­tion­naire — dans la même veine que ce dont par­lait Orwell dans la cita­tion que j’ai uti­li­sée au début de ce texte. Car il explique que nous n’avons pas à accep­ter ces men­songes quo­ti­diens. Nous n’avons pas à res­ter silen­cieux. Ou, comme l’a autre­fois chan­té Bob Mar­ley : « Eman­ci­pate your­self from men­tal sla­ve­ry » (« Eman­ci­pez-vous de l’esclavage men­tal »).

Dans l’introduction, Julian Assange explique que ce n’est jamais suf­fi­sant de divul­guer les secrets des grands pou­voirs : qu’il est cru­cial de les com­prendre, ain­si que de les repla­cer dans le contexte actuel, et de les inté­grer à la mémoire historique.

Tel est l’accomplissement remar­quable de cette antho­lo­gie, qui se réap­pro­prie notre mémoire. Elle connecte les rai­sons et les crimes qui ont entraî­né tant de bou­le­ver­se­ments humains, du Viet­nam et de l’Amérique Cen­trale, jus­qu’au Moyen-Orient et à l’Europe de l’Est, tou­jours au sein de la matrice d’un pou­voir vorace, celui des États-Unis.

Il y a actuel­le­ment une ten­ta­tive États-unienne et euro­péenne de des­truc­tion du gou­ver­ne­ment Syrien. Le pre­mier ministre David Came­ron semble en être par­ti­cu­liè­re­ment dési­reux. C’est ce même David Came­ron dont je me sou­viens comme d’ un homme miel­leux lors­qu’il était en charge des rela­tions publiques pour les requins finan­ciers d’une chaîne de télé­vi­sion pri­vée bri­tan­nique (Carl­ton Communication).

Came­ron, Oba­ma et le tou­jours plus obsé­quieux Fran­çois Hol­lande veulent détruire la der­nière auto­ri­té mul­ti­cul­tu­relle res­tante en Syrie, une action qui ouvri­ra cer­tai­ne­ment la voie aux fana­tiques d’ISIS.

C’est, bien sûr, tota­le­ment démen­tiel, et l’immense men­songe qui jus­ti­fie cette démence c’est que cela serait pour sou­te­nir les Syriens qui se sont sou­le­vés contre Bashar el-Assad lors du prin­temps arabe. Comme le révèlent les dos­siers Wiki­Leaks, la des­truc­tion de la Syrie est un vieux pro­jet des impé­ria­listes cyniques qui date d’avant les sou­lè­ve­ments du prin­temps arabe contre Assad.

Pour les diri­geants du monde, à Washing­ton et en Europe, le véri­table crime de la Syrie n’est pas la nature oppres­sive de son gou­ver­ne­ment, mais son indé­pen­dance du pou­voir États-unien et Israé­lien — tout comme le véri­table crime de l’Iran est son indé­pen­dance, et ain­si de suite pour la Rus­sie, et la Chine. Dans un monde déte­nu par les États-Unis, l’in­dé­pen­dance est intolérable.

Ce livre révèle ces véri­tés, l’une après l’autre. La véri­té sur une guerre contre le ter­ro­risme qui fut tou­jours une guerre du ter­ro­risme ; la véri­té sur Guan­ta­na­mo, la véri­té sur l’Irak, l’Afghanistan, et l’Amérique Latine.

De telles véri­tés n’ont jamais été aus­si néces­saires. A quelques hono­rables excep­tions près, ceux des médias, soi-disant payés pour s’en tenir aux faits, sont main­te­nant absor­bés dans un sys­tème de pro­pa­gande qui ne relève plus du jour­na­lisme, mais de l’anti-journalisme. C’est aus­si vrai des libé­raux et des res­pec­tables que de Mur­doch. A moins d’être prêt à sur­veiller et décons­truire cha­cune de leurs spé­cieuses affir­ma­tions, les pré­ten­dues « actua­li­tés » sont deve­nues irre­gar­dables et illisibles.

En lisant les dos­siers Wiki­Leaks, je me suis sou­ve­nu des mots du défunt Howard Zinn, qui fai­sait sou­vent réfé­rence à « un pou­voir que les gou­ver­ne­ments ne peuvent sup­pri­mer ». Cela décrit Wiki­Leaks, et cela décrit les véri­tables lan­ceurs d’alertes qui par­tagent leur courage.

Sur le plan per­son­nel, je connais les gens de Wiki­Leaks depuis déjà quelques temps. Qu’ils aient accom­pli ce qu’ils ont accom­pli dans des cir­cons­tances ne rele­vant pas de leur choix est une source d’admiration constante. Leur sau­ve­tage d’Edward Snow­den en est un bon exemple. Tout comme lui, ils sont héroïques : rien de moins.

Le cha­pitre de Sarah Har­ri­son, « Indexer l’Empire », décrit com­ment ses cama­rades et elle ont mis en place une véri­table biblio­thèque publique de la diplo­ma­tie US. Il y a plus de 2 mil­lions de docu­ments main­te­nant acces­sibles à tous. « Notre ouvrage », écrit-elle, « est dédié à un objec­tif : que l’histoire appar­tienne à tout le monde. » Lire ces mots est exal­tant, et cela témoigne de son propre courage.

Depuis le confi­ne­ment d’une pièce de l’ambassade équa­to­rienne à Londres, le cou­rage de Julian Assange est une réponse élo­quente aux lâches qui l’ont traî­né dans la boue et au pou­voir sans scru­pules qui cherche à prendre sa revanche contre lui, et qui mène une guerre contre la démocratie.

Rien de tout cela n’a dis­sua­dé Julian et ses cama­rades de Wiki­Leaks : pas le moins du monde. Et ce n’est pas rien.

John Pil­ger


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
3 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La science, facteur majeur de la catastrophe sociale et écologique en cours (par Nicolas Casaux)

[...] La science, sur laquelle repose la quasi-totalité de la civilisation industrielle — son infrastructure, sa technologie, etc. —, doit rester l’autorité absolue. Les « antisciences » sont raillés, moqués, dénigrés — et tous mis dans le même panier ; et peu importe qu’il en existe de différentes sortes, et que la plupart de ceux qui sont mis en avant ne critiquent en réalité pas la science du tout (à l’instar des fans de Didier Raoult, ou des « climatosceptiques » à la Claude Allègre, qui se contentent juste de nier certains résultats scientifiques au profit d’autres études ou propositions qui se veulent tout-à-fait scientifiques). Critiquer la science, douter de son autorité ou de son bien-fondé, « cela ne se fait pas : la Science est politiquement neutre, même lorsque quelqu’un la laisse par mégarde tomber sur Hiroshima[1] », ironisait amèrement le mathématicien français Roger Godement. [...]