Le « développement durable » est un mensonge (par Derrick Jensen)

Der­rick Jen­sen (né le 19 décembre 1960) est un écri­vain et acti­viste éco­lo­gique amé­ri­cain, par­ti­san du sabo­tage envi­ron­ne­men­tal, vivant en Cali­for­nie. Il a publié plu­sieurs livres très cri­tiques à l’é­gard de la socié­té contem­po­raine et de ses valeurs cultu­relles, par­mi les­quels The Culture of Make Believe (2002) End­game Vol1&2 (2006) et A Lan­guage Older Than Words (2000). Il est un des membres fon­da­teurs de Deep Green Resis­tance. Article ini­tia­le­ment publié en anglais, le 19 novembre 2015 sur le site web du Fair Obser­ver, à l’a­dresse sui­vante.


Le « déve­lop­pe­ment durable » est une pré­ten­tion à la ver­tu. Le mot « déve­lop­pe­ment » uti­li­sé dans ce sens est un mensonge.

Le mot « déve­lop­per » signi­fie « croître », « pro­gres­ser », « deve­nir plus com­plet, plus avan­cé ». Par­mi ses syno­nymes, on trouve « évo­lu­tion, dérou­le­ment, matu­ra­tion, matu­ri­té », et par­mi ses anto­nymes « dété­rio­ra­tion, dés­in­té­gra­tion ». En voi­ci un exemple d’usage concret tiré d’un dic­tion­naire : « Le théâtre a atteint l’apogée de son déve­lop­pe­ment avec les pièces de Shakespeare. »

Mais voi­là le pro­blème : un enfant se déve­loppe et devient un adulte, une che­nille se déve­loppe et devient un papillon, un cours d’eau endom­ma­gé par (disons) l’extraction minière pour­rait, avec le temps, se redé­ve­lop­per et rede­ve­nir un cours d’eau sain ; mais une prai­rie ne se « déve­loppe » pas en une zone de mai­sons toutes iden­tiques et en forme de boîtes, une baie ne se « déve­loppe » pas en port indus­triel, une forêt ne se « déve­loppe » pas en routes et clairières.

En réa­li­té, la prai­rie est détruite pour pro­duire ce « déve­lop­pe­ment » (pour qu’un déve­lop­peur immo­bi­lier la recouvre de tonnes de béton et d’as­phalte). La baie est détruite, afin que le « déve­lop­pe­ment » y implante un port indus­triel. La forêt est détruite lorsque les « res­sources natu­relles » sont « développées ».

Le mot « tuer » fonc­tionne aus­si bien.

Destruction durable

Pensez‑y. Vous menez votre vie, quand arrive une per­sonne sou­hai­tant gagner de l’argent en « déve­lop­pant » la « res­source natu­relle » qu’est votre corps, et comp­tant donc col­lec­ter vos organes pour effec­tuer des greffes, vos os pour en faire de l’engrais, votre chair pour de la nourriture.

Vous répon­driez peut-être : « Hé, je m’en ser­vais, de ce cœur, de ces poumons. »

Cette prai­rie, cette baie, cette forêt, uti­li­saient toutes ce que vous appe­lez « res­sources natu­relles ». Ces « res­sources natu­relles » les main­te­naient en vie. Ces « res­sources natu­relles » sont pré­ci­sé­ment leur corps. Sans elles, elles mour­ront, tout comme vous.

dev_durable
Eco­blan­chi­ment

Cela ne fait aucune dif­fé­rence d’associer le mot « durable » à tout ce que vous vous apprê­tez à faire. L’exploitation reste l’ex­ploi­ta­tion, même sous l’appellation « exploi­ta­tion durable ». La des­truc­tion reste la des­truc­tion, même sous l’appellation « des­truc­tion durable ».

La capa­ci­té à remar­quer la récur­rence de sché­mas est un signe d’intelligence. Nous, les humains indus­tria­li­sés, nous croyons plus intel­li­gents que tous les autres. Je vais donc vous pré­sen­ter un sché­ma, voyons si nous pou­vons le recon­naître sur, disons, les 6000 der­nières années.

Le développement durable grec

Lorsque vous pen­sez à l’Irak, la pre­mière image qui vous vient en tête est-elle celle de forêts de cèdres si denses que la lumière du soleil n’atteint pas le sol ? C’était pour­tant l’Irak avant les débuts de cette culture. L’un des pre­mier mythes écrits de cette culture raconte l’histoire de Gil­ga­mesh, défo­res­tant les col­lines et les val­lées de ce que l’on appelle aujourd’hui l’Irak, pour construire des grandes cités.

Oups, par­don, j’i­ma­gine qu’il ne défo­res­tait pas la région ; il « déve­lop­pait » les res­sources naturelles.

La majeure par­tie de la pénin­sule ara­bique était cou­verte d’une savane de chênes, avant que ces « res­sources » ne soient « déve­lop­pées » pour l’exportation. Le Proche-Orient était den­sé­ment boi­sé. Vous vous sou­ve­nez peut-être des cèdres du Liban ? Ils en ont tou­jours un sur leur dra­peau. Le Nord de l’Afrique était den­sé­ment boi­sé. Ces forêts furent détruites — par­don, « déve­lop­pées dura­ble­ment » — pour la construc­tion des flottes égyp­tiennes et phéniciennes.

La Grèce était den­sé­ment boi­sée. Les anciens phi­lo­sophes grecs se plai­gnaient de l’impact nocif de la défo­res­ta­tion sur la qua­li­té de l’eau. Je suis sûr que les bureau­crates de l’antique dépar­te­ment grec du déve­lop­pe­ment durable expli­quèrent alors qu’ils auraient besoin d’étudier le pro­blème pen­dant quelques années afin de s’assurer qu’il y ait vrai­ment une corrélation.

Autour de l’A­mé­rique, les baleines étaient si abon­dantes que leur res­pi­ra­tion don­nait à l’air un aspect constam­ment bru­meux, et qu’elles étaient un dan­ger pour le trans­port mari­time. Le « déve­lop­pe­ment » de cette res­source régla ce pro­blème. La morue pro­li­fé­rait tel­le­ment que leurs corps ralen­tis­saient le pas­sage des navires. Le « déve­lop­pe­ment » de cette res­source régla éga­le­ment ce pro­blème. Il y avait tel­le­ment de pigeons migra­teurs que leurs nuées assom­bris­saient le ciel pen­dant plu­sieurs jours d’affilée. Une fois encore, le « déve­lop­pe­ment » de cette res­source régla ce problème.

Savez-vous pour­quoi il n’y a pas de pin­gouins dans l’hémisphère Nord ? Il y en avait avant. Ils étaient appe­lés « Grands Pin­gouins ». Un explo­ra­teur fran­çais rap­por­ta qu’il y en avait tel­le­ment sur une île que cha­cun des navires de France aurait pu en empor­ter autant que pos­sible, sans que cela fasse de dif­fé­rence. Mais cette « res­source » fut « déve­lop­pée » et le der­nier des Grands Pin­gouins fut tué — par­don, « déve­lop­pé » — au 19ème siècle.

La « Mafia du Cèdre » à l’œuvre dans le Moyen-Atlas au Maroc

200 espèces par jour

200 espèces se sont éteintes rien qu’aujourd’hui. Et 200 s’éteindront demain. Et le jour sui­vant. Et le jour d’après.

Tous les indi­ca­teurs bio­lo­giques indiquent la mau­vaise direction.

Nous savons tous pour­quoi. Ces pro­blèmes ne sont pas intel­lec­tuel­le­ment com­pli­qués. Le « déve­lop­pe­ment », c’est le vol et le meurtre. Le « déve­lop­pe­ment » c’est le colo­nia­lisme que l’on applique au monde natu­rel. Le « déve­lop­pe­ment » c’est la klep­to­cra­tie — un mode de vie basé sur le vol.

Voi­ci un autre test de notre intel­li­gence : nom­mez une com­mu­nau­té natu­relle — ou un éco­sys­tème, si vous pré­fé­rez le lan­gage méca­nique — ayant été « gérée » pour de l’extraction, ou ayant été « déve­lop­pée » — ce qui signi­fie indus­tria­li­sée — et n’ayant pas été consi­dé­ra­ble­ment endom­ma­gée, par rap­port à son aspect originel.

Vous n’y par­ve­nez pas, parce que gérer dans le but d’extraire est dom­ma­geable, comme nous le com­pren­drions tous, si, comme expli­qué dans l’exemple ci-des­sus, cela nous arri­vait à nous. Si une armée d’occupation péné­trait dans notre mai­son et pre­nait notre nour­ri­ture et quelques-uns de nos proches, nous com­pren­drions tous la souf­france de notre famille.

Pour­quoi, donc, avec la pla­nète entière en jeu, deve­nons-nous si stu­pides vis-à-vis du « déve­lop­pe­ment durable » ? Pour­quoi avons-nous tant de dif­fi­cul­tés à com­prendre que si l’on vole, ou endom­mage, une com­mu­nau­té natu­relle, cette com­mu­nau­té natu­relle souffrira ?

Asservir la planète

Upton Sin­clair a écrit : « Il est dif­fi­cile de faire com­prendre une chose à quel­qu’un quand son salaire dépend du fait qu’il ne la com­prenne pas. » Je pré­ci­se­rai même : « Il est dif­fi­cile de faire com­prendre une chose à quel­qu’un quand ses pré­ro­ga­tives dépendent du fait qu’il ne la com­prenne pas. »

Dans les années 1830, un phi­lo­sophe pro-escla­va­giste affir­mait que l’esclavage était néces­saire parce que sans lui les pro­prié­taires d’esclaves ne pour­raient béné­fi­cier du « confort et des luxes » aux­quels ils s’étaient habitués.

La même chose est vraie ici. Il nous suf­fit d’étendre notre com­pré­hen­sion de l’esclavage au monde natu­rel, étant don­né que cette culture tente d’asservir — par­don, « de déve­lop­per », oups, de « déve­lop­per dura­ble­ment » — un pan tou­jours plus impor­tant de cette pla­nète vivante.

En résu­mé, nous per­met­tons la des­truc­tion du monde afin de pou­voir man­ger des glaces 24 heures sur 24. Et nous appe­lons ça déve­lop­pe­ment durable pour atté­nuer notre culpa­bi­li­té, voire nous sen­tir vertueux.

La bonne nou­velle, c’est que beau­coup de gens com­prennent toute cette merde. La mau­vaise, c’est qu’en gros, ça n’affecte pas la politique.

Une his­toire pour­rait nous aider à y voir plus clair.

Avant le grand som­met de la Terre à Rio en 1992 (qui fut un suc­cès, n’est-ce pas ? Les choses vont beau­coup mieux aujourd’hui, pas vrai ?), l’ambassadeur US aux Nations Unies envoya des assis­tants hau­te­ment qua­li­fiés à tra­vers le pays, offi­ciel­le­ment pour déter­mi­ner quelle devrait être la posi­tion des USA lors du som­met. L’un des mee­tings eut lieu à Spo­kane, à Washing­ton, où je vivais à l’époque. Le hall était plein à cra­quer, et la queue de ceux qui vou­laient s’exprimer ser­pen­tait jusqu’à l’arrière du bâti­ment. L’une après l’autre, chaque per­sonne insis­ta sur le fait que le « déve­lop­pe­ment durable » était une arnaque, que ce n’était qu’une excuse pour conti­nuer à détruire la planète.

Elles firent remar­quer que le pro­blème n’était pas l’humanité, mais cette culture, et sup­plièrent le repré­sen­tant des USA d’écouter et de suivre les ini­tia­tives des peuples indi­gènes du monde qui vécurent cor­rec­te­ment et de manière vrai­ment durable sur leurs terres, sans « déve­lop­pe­ment ». (D’ailleurs, ils vécurent cor­rec­te­ment et dura­ble­ment parce qu’ils ne se sont jamais indus­tria­li­sés). Elles firent éga­le­ment remar­quer que le « déve­lop­pe­ment » expul­sait iné­luc­ta­ble­ment à la fois les peuples indi­gènes et les petits agri­cul­teurs de leurs terres. L’une après l’autre, chaque per­sonne sou­li­gna pré­ci­sé­ment ce dont je parle dans cet article.

Après que nous avions fini de témoi­gner, le repré­sen­tant nous remer­cia de notre sou­tien envers la posi­tion US et de notre sou­tien au « déve­lop­pe­ment durable ». Comme s’il n’avait rien écou­té de ce que nous venions de lui dire.

Soutenir un mode de vie d’exploitation

Voi­ci le pro­blème : le mot « sou­te­nable » (durable) a depuis été détour­né afin de ne pas signi­fier « aider le monde réel à se main­te­nir », en jouant votre propre rôle et en par­ti­ci­pant à la vie d’une com­mu­nau­té plus large incluant vos voi­sins non-humains, mais signi­fie « sou­te­nir [« rendre durable », mais ça n’aurait pas le même sens, comme vous le com­pre­nez cer­tai­ne­ment, c’est pour­quoi en fran­çais, nous nous fai­sons dou­ble­ment avoir par la mau­vaise tra­duc­tion de cette expres­sion insen­sée : nous devrions uti­li­ser la tra­duc­tion fidèle des termes déci­dés par l’ONU, à savoir le « déve­lop­pe­ment sou­te­nable », NdT] ce mode de vie d’exploitation. »

Pensez‑y : qu’ont en com­mun toutes ces soi-disant solu­tions au dérè­gle­ment cli­ma­tique ? C’est simple : elles prennent toutes le capi­ta­lisme indus­triel (et le colo­nia­lisme sur lequel il s’appuie) comme une don­née éta­blie, fixe, et le monde natu­rel comme la variable cen­sée s’ajuster, se confor­mer, au capi­ta­lisme indus­triel. C’est dément, en termes de décon­nexion, de perte de contact avec la réa­li­té physique.

Le monde réel doit pri­mer sur le sys­tème d’organisation sociale — peu importe lequel — dont vous par­lez, qui doit être secon­daire, car dépen­dant, parce que sans monde réel, vous ne pou­vez avoir aucun sys­tème d’organisation sociale. Le « déve­lop­pe­ment durable » est une arnaque et une pré­ten­tion à la ver­tu parce qu’il tente de sou­te­nir cette culture des­truc­trice, d’exploitation, et pas le monde réel dont elle dépend.

Et cela ne fonc­tion­ne­ra jamais.

Nombre d’in­di­gènes m’ont dit que la pre­mière et plus impor­tante des choses à faire est de déco­lo­ni­ser nos cœurs et nos esprits. Ils m’ont expli­qué, entre autres, que nous devrions ces­ser de nous iden­ti­fier à cette culture, et, au lieu de cela, que nous devrions asso­cier notre iden­ti­fi­ca­tion au monde réel, au monde phy­sique, à la Terre vivante, notre seule maison.

Je vou­drais racon­ter une der­nière his­toire. Dans son livre Les méde­cins nazis, Robert Jay Lif­ton se demande com­ment des hommes ayant prê­té le ser­ment d’Hippocrate ont pu tra­vailler dans des camps de la mort nazis. Il fait remar­quer que beau­coup de méde­cins se sont inten­sé­ment sou­ciés de la san­té des déte­nus et ont fait tout leur pos­sible pour les pro­té­ger. Ils leur don­naient des por­tions de pommes de terre sup­plé­men­taires. Ils les cachaient des agents de sélec­tion qui allaient les tuer. Ils les envoyaient à l’infirmerie, et les lais­saient s’y repo­ser une jour­née. Ils fai­saient tout ce qu’ils pou­vaient, à l’exception de la chose la plus impor­tante. Ils ne remet­taient pas en ques­tion l’existence même des camps. Ils ne remet­taient pas en ques­tion le tra­vail à mort des déte­nus, leur pri­va­tion mor­telle de nour­ri­ture, leur empoi­son­ne­ment. Et cette absence de remise en ques­tion de la situa­tion à un niveau plus large, plus éle­vé, a pous­sé ces méde­cins à par­ti­ci­per acti­ve­ment à ces atrocités.

Avec la pla­nète entière en jeu, acco­ler le mot durable (ou sou­te­nable, NdT) devant l’insidieux mot déve­lop­pe­ment n’est pas suf­fi­sant, sachant que ce que nous enten­dons par là, c’est « la conti­nua­tion de ce mode de vie d’exploitation des­truc­teur pour un peu plus long­temps. » Il s’agit d’une fal­si­fi­ca­tion du mot « sou­te­nable » (et « durable », NdT) et du mot « déve­lop­pe­ment », qui ali­mente la des­truc­tion en cours de notre pla­nète. Cela gas­pille un temps dont nous ne dis­po­sons pas.

Avec la pla­nète entière en jeu, nous devons non seule­ment faire ce que nous pou­vons pour pro­té­ger les vic­times de cette culture, mais nous devons éga­le­ment remettre en ques­tion le main­tien de cette culture des camps de la mort, qui tra­vaille, affame et empoi­sonne mor­tel­le­ment la planète.

Der­rick Jensen


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Faus­to Giudice

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
4
Shares
11 comments
  1. Votre exemple sur les pin­gouins est sym­pa­thique, mais il y a erreur.
    Les pin­gouins existent bien dans l’hé­mi­sphère nord, et exclu­si­ve­ment dans l’hé­mi­sphère nord (mal­gré la dis­pa­ri­tion du grand pingouin).
    L’hé­mi­sphère sud, quant à lui, connaît de nom­breuses espèces de man­chots, mais c’est un ani­mal sen­si­ble­ment dif­fé­rent du pin­gouin (notam­ment parce que, contrai­re­ment à celui-ci, il ne vole pas !). 🙂

    1. En fait, il n’y a pas d’er­reur. Ou une de tra­duc­tion. Les anglais uti­lisent le terme « pen­guins » pour tous les dési­gner… Le grand pin­gouin est un pin­gouin qui ne vole pas donc proche aus­si du man­chot, enfin, l’i­dée est là.

  2. Ping : Le Partage
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Se divertir à en mourir — Ce qu’on laisse derrière, extrait #1 (par Derrick Jensen)

Que devrions-nous faire, ou ferions-nous — ou faisons-nous —, vivant au sein de cette culture aliénée, et détruisant la Terre, si (ou lorsque) nous réalisions que ce monde se porterait mieux si nous n’étions jamais nés, ou si, étant nés, nous venions à mourir ? Pour l’instant, du moins, je remarque plusieurs options pour lesquelles beaucoup de gens optent.
Lire

Daesh, crise grecque, Syrie… — une interview avec Noam Chomsky

Tout en réaffirmant son opposition à une intervention militaire totale, Chomsky explique qu’il n’est en principe pas opposé à l’idée d’une zone d’exclusion aérienne établie le long d’un corridor humanitaire (bien que les récentes interventions de Poutine aient pratiquement anéanti la possibilité de cette dernière option). En plus de répondre à ses critiques, Chomsky donne son opinion sur une large gamme d’autres sujets : ce qui devrait être fait pour combattre ISIS, l’importance des luttes populaires en Amérique du Sud et le futur du socialisme.