Trump, l’arbre qui cache la forêt (ou, plutôt, qui cache la déforestation)

Hier, mar­di 8 novembre 2016, Donald Trump a été élu pré­sident des Etats-Unis d’Amérique. La presse occi­den­tale s’est empres­sée de sou­li­gner, entre autres choses, qu’il avait « été élu par une assez petite mino­ri­té d’é­lec­teurs » (25,80 % du corps élec­to­ral, 59 mil­lions de voix sur 231 mil­lions d’é­lec­teurs poten­tiels). Rap­pe­lons que Fran­çois Hol­lande, en France, avait été élu, en 2012, par 39% du corps élec­to­ral, une mino­ri­té aus­si ; & que, dans nos soi-disant « démo­cra­ties » modernes, c’est sou­vent ain­si que cela fonc­tionne, les pré­si­dents sont fré­quem­ment élus par une mino­ri­té du corps électoral.

Bon. Par où com­men­cer. D’a­bord, pré­ve­nir : face à une ava­lanche de réac­tions sou­vent insen­sées, la réflexion que nous nous apprê­tons à déve­lop­per ici risque fort d’être repous­sée pour hétérodoxie.

Plu­sieurs pro­blèmes s’enchainent en cas­cades, remon­tons leur cours.

Que Donald Trump soit un abru­ti raciste et miso­gyne, un mil­liar­daire capi­ta­liste qui ne risque pas de remettre en ques­tion ni le capi­ta­lisme, ni l’industrialisme qu’il implique aujourd’hui (ni l’idéologie qui les sous-tend tous deux, celle de la civi­li­sa­tion, du « pro­grès »), ne fait aucun doute.

Cepen­dant, Hil­la­ry Clin­ton ne valait pas beau­coup mieux, en tant que repré­sen­tante d’une puis­sante famille his­to­ri­que­ment proche du pou­voir — une dynas­tie moderne, finan­cée par les pires, les qata­ris et les saou­diens, entre autres, (qui financent d’ailleurs d’autres pires, dont l’État Isla­mique, par soli­da­ri­té, pro­ba­ble­ment), va‑t’en-guerre décla­rée, ardente défen­seuse du sta­tu quo pro­gres­siste dans lequel le monde s’enlise.

Fabrice Nico­li­no, un des der­niers bons jour­na­listes que nous ayons en France, le sou­ligne éga­le­ment dans un billet récem­ment publié sur son site :

J’en ai réel­le­ment marre des  séré­nades et des lamen­ta­tions. Je viens de lire un papier de Repor­terre, dont le titre m’a fait sur­sau­ter : « Trump, can­di­dat de l’anti-écologie ». Par Dieu, Clin­ton ne l’était-elle pas, elle qui était la can­di­date des trans­na­tio­nales, moteur essen­tiel de la crise cli­ma­tique ? Comme je suis fati­gué, je ne vais pas plus loin. Mais mon point de vue essen­tiel, le voi­ci : nous avons grand besoin d’un point de vue éco­lo­giste sur la marche du monde. Indé­pen­dant des modes, des truismes, des habi­tudes de pen­sée. C’est urgent, cela brûle même. Assez de jéré­miades : Trump est ce qu’il est, mais Clin­ton tout autant.

Il n’y avait donc aucun bon can­di­dat pour lequel voter lors de cette élec­tion — lors de toutes. Ber­nie San­ders n’a été qu’une dis­trac­tion de plus, un attrape-nigaud, la miette d’espoir néces­saire pour faire illu­sion, pour évi­ter un excès de dés­illu­sion et main­te­nir un sem­blant de foi en l’élection. & l’on peut se deman­der si, dans l’hypothèse hau­te­ment impro­bable de son élec­tion, il aurait pu alté­rer le fonc­tion­ne­ment ultra-com­plexe d’une machine des­truc­trice mise en route il y a très long­temps, dont les bou­lons bureau­cra­tiques sont scel­lés au mil­li­mètre, et que son iner­tie pro­tège (à tra­vers, notam­ment, le fait que nous en soyons presque tous pro­fon­dé­ment dépen­dants). Le pou­voir du pré­sident, dans nos socié­tés indus­tria­li­sées, est bien plus limi­té que ce que l’on pré­tend (d’anciens pré­si­dents le recon­naissent aisé­ment eux-mêmes, quelques recherches suf­fisent pour s’en rendre compte). Rai­son pour laquelle, éga­le­ment, on peut se deman­der ce que l’élection de Trump va réel­le­ment chan­ger quant à la tra­jec­toire prin­ci­pale de la civi­li­sa­tion indus­trielle. Les pré­si­dents défilent aus­si vite et aus­si sûre­ment que le CO2 s’accumule dans l’atmosphère, que les res­sources natu­relles sont extraites des entrailles de la Terre, et que les pol­lu­tions en tous genres conta­minent la biosphère.

Tâchons d’être hon­nête. L’indignation que tant de gens par­tagent dans nos pays indus­tria­li­sés, depuis l’élection de Trump, est rela­ti­ve­ment gro­tesque. Les élec­teurs de Trump, tout comme lui, seraient tous des « idiots », des « igno­rants », des « abru­tis », bref, des cons. Des cons qu’il fau­drait donc « édu­quer », afin, très cer­tai­ne­ment, qu’ils votent cor­rec­te­ment, pour Hil­la­ry Clin­ton, pro­ba­ble­ment, ou pour Ber­nie San­ders. Comme si cela pou­vait chan­ger quoi que ce soit, mais pas­sons, nous y revien­drons plus tard. Les élec­teurs portent donc le blâme. Mais qu’en est-il du milieu cultu­rel ambiant dans lequel vivent la majo­ri­té des habi­tants des pays « déve­lop­pés »?

Qui s’insurge contre le lisier cultu­rel de plus en plus puant dans lequel les diri­geants des pays indus­tria­li­sés (poli­ti­ciens et/ou PDG, c’est selon) font bai­gner leurs popu­la­tions ? Qui s’insurge contre la télé­vi­sion (ce fléau pour le déve­lop­pe­ment céré­bral, pour l’attention, pour l’intelligence en géné­ral, lire TV Lobo­to­mie de Michel Des­mur­get) et ses émis­sions débi­li­tantes (télé-réa­li­té, sport, séries, télé­films, etc.) ; contre l’empire des jeux vidéo, hyp­no­tique et lobo­to­mi­sant, en expan­sion ; contre le déclin de la lec­ture ; contre la pro­pa­gande média­tique (qui devrait n’être qu’un secret de poli­chi­nelle) et ciné­ma­to­gra­phique omni­pré­sente ; contre une culture où la jeu­nesse est de plus en plus rava­gée par l’alcool (« cette bana­li­sa­tion de la « cuite mas­sive » qui pose un pro­blème » ; « Les ivresses sont de plus en plus fré­quentes et de plus en plus mas­sives », peut-on lire dans une ency­clo­pé­die en ligne) et d’autres drogues (« Can­na­bis, MDMA, LSD : les drogues illi­cites en hausse chez les jeunes » titre Sciences et Ave­nir) ; contre une culture où la dépres­sion devient épi­dé­mique (« chez les ados » mais aus­si chez les adultes ; « L’ex­plo­sion des cas de ‘burn-out’ inquiète les méde­cins du tra­vail » titre Le Figa­ro) en par­tie à cause d’une perte de sens, d’une pré­ca­ri­té et d’une dis­so­lu­tion des liens sociaux qui se répandent ; contre une culture où « le sui­cide par­mi les jeunes de 15 à 24 ans a aug­men­té sub­stan­tiel­le­ment, au cours des cin­quante der­nières années » ; contre une culture qui nour­rit ses popu­la­tions les plus défa­vo­ri­sés avec une nour­ri­ture indus­trielle toxique, dont on sait désor­mais qu’elle per­turbe le fonc­tion­ne­ment du cer­veau (ça et la télé­vi­sion, joli cock­tail en perspective) ?

nukee
Qui s’in­surge contre cet abru­tis­se­ment mani­fes­te­ment ordonnancé ?

L’indignation col­lec­tive ne découle-t-elle pas de ce que la plu­part de ceux qui s’offusquent sont sim­ple­ment gênés parce que l’élection de Trump leur rap­pelle tout ça, leur ren­voie tout ça en pleine figure ?

L’insinuation selon laquelle les élec­teurs de Trump sont « igno­rants » revient sou­vent, et bien évi­dem­ment, ce sont des indi­vi­dus qui se pensent édu­qués qui la dif­fusent. Ils insi­nuent ain­si que ceux qui ont voté Trump manquent d’éducation, cet « ins­tru­ment qui est uti­li­sé pour faci­li­ter l’intégration de la plus jeune géné­ra­tion dans la logique du sys­tème actuel et ame­ner la confor­mi­té », comme le rap­pe­lait le péda­gogue bré­si­lien Pau­lo Freire. Le pro­blème auquel nous fai­sons face est d’un autre ordre, mais, bien sûr, le for­ma­tage qu’ils prennent pour de l’éducation les empêche de com­prendre. L’é­du­ca­tion est effec­ti­ve­ment le pro­blème, mais pas pour la rai­son qu’ils ima­ginent. Bien que cer­tains se rendent compte de ce que les médias grand public sont des mou­lins à pro­pa­gande, peu com­prennent que l’é­du­ca­tion pro­di­guée par l’État, l’é­du­ca­tion natio­nale obli­ga­toire, est pro­ba­ble­ment le plus impor­tant et le plus effi­cace des outils d’en­doc­tri­ne­ment éta­tique, de condi­tion­ne­ment des esprits, de confor­misme social, d’en­ré­gi­men­te­ment. La civi­li­sa­tion indus­trielle repose sur des inéga­li­tés sociales impor­tantes, per­pé­tuées par son sys­tème sco­laire (les confé­rences de Franck Lepage aident à com­prendre cela).

Qui s’insurge alors contre la main­mise de l’état cor­po­ra­tiste sur l’éducation natio­nale, un de ses plus puis­sants outils de pro­pa­gande ? Qui s’insurge de ce que « l’é­cole est l’a­gence de publi­ci­té qui nous fait croire que nous avons besoin de la socié­té telle qu’elle est », comme l’expliquait Ivan Illich ?

Le pro­fes­seur d’anthropologie à Yale (iro­nie, une grande école !) James C Scott, écrit, dans son livre « petit éloge de l’anarchisme », que :

L’éducation publique uni­ver­selle est évi­dem­ment conçue pour accom­plir bien plus que de pro­duire uni­que­ment la force de tra­vail néces­saire à l’industrie. C’est à la fois, et à des degrés com­pa­rables, une ins­ti­tu­tion poli­tique et éco­no­mique. Elle est conçue pour pro­duire un citoyen patrio­tique dont la loyau­té envers la nation sur­mon­te­ra les iden­ti­tés régio­nales et locales enchâs­sées dans la langue, l’ethnicité et la reli­gion. La contre­par­tie de la citoyen­ne­té uni­ver­selle de la France révo­lu­tion­naire était la cir­cons­crip­tion uni­ver­selle. Ces citoyens patrio­tiques étaient davan­tage fabri­qués, au sein du sys­tème sco­laire, grâce à la langue d’enseignement, la stan­dar­di­sa­tion, les leçons impli­cites d’embrigadement, l’autorité et l’ordre que par le pro­gramme sco­laire officiel. […]

L’éducation uni­ver­selle obli­ga­toire, en dépit de son carac­tère plus ou moins démo­cra­ti­sant, a éga­le­ment obli­gé tous les élèves, à quelques excep­tions près, à aller à l’école. Le fait que l’assiduité sco­laire ne soit pas un choix, c’est-à-dire un acte auto­nome, signi­fie que l’école, en tant qu’institution obli­ga­toire, avec toute l’aliénation que cette contrainte entraîne, sur­tout lorsque les enfants com­mencent à être grands, se trompe dès le départ.

Éga­le­ment que :

Une fois en place, l’État (nation) moderne a entre­pris d’homogénéiser sa popu­la­tion et les pra­tiques ver­na­cu­laires du peuple, jugées déviantes. Presque par­tout, l’État a pro­cé­dé à la fabri­ca­tion d’une nation : la France s’est mise à créer des Fran­çais, l’Italie des Ita­liens, etc.

Ber­nard Char­bon­neau, dans son livre « L’Etat » (1949), nous rap­pe­lait que :

C’est par sa volon­té d’organiser la direc­tion des esprits que l’État napo­léo­nien marque un pro­grès déci­sif dans la voie de l’État tota­li­taire. Avec lui le Pou­voir dans ce domaine sort de son indif­fé­rence et de son empi­risme. Vis-à-vis de la presse, l’attitude de Napo­léon a été faite d’un mélange de haine et d’attirance, comme s’il avait sen­ti que le pire enne­mi de l’État pou­vait deve­nir son plus utile ser­vi­teur. Il com­men­ça par son­ger à sup­pri­mer les jour­naux, puis il les contrô­la ; et pour finir il devint leur pro­prié­taire. Sur­tout, dans la mesure où il déses­pé­rait d’orienter l’opinion des adultes, il se tour­na vers la for­ma­tion de la jeu­nesse : il est remar­quable que ce ne soit pas le désir de per­fec­tion­ner l’homme, mais la volon­té de puis­sance qui ait engen­dré l’organisation de notre ensei­gne­ment secon­daire et supé­rieur. Le but des lycées, de l’Université impé­riale, c’est déjà de for­mer dans la jeu­nesse une caste dévouée au régime. Ain­si tan­dis qu’à l’extérieur le conqué­rant cherche à maî­tri­ser l’espace, à l’intérieur il tente de s’assurer la durée. […] 

L’enseignement d’État, obli­ga­toire et gra­tuit. Rien ne semble plus légi­time à l’individu moderne ; et s’il devait défi­nir le pro­grès humain, plus que par l’industrie ou l’hygiène, il le défi­ni­rait par l’extension de l’instruction publique. Et pour­tant, quit­tant le ter­rain des prin­cipes, jugeons-la sur les faits. Peut-on dire au vu de ses résul­tats que l’extension de l’instruction publique ait réel­le­ment aidé l’homme à deve­nir meilleur ? S’est-elle pré­oc­cu­pée de for­ger son carac­tère et sa volon­té ? A‑t-elle éveillé en lui un sens plus vif des fon­de­ments de son exis­tence ? En lui appre­nant à lire et à écrire, lui a‑t-elle appris à pen­ser par lui-même ? Ces ques­tions sont stu­pides et ne com­portent pas de réponse, car elles n’ont même pas été posées. Pour le XIXe siècle, il était bien évident que le pro­grès humain devait néces­sai­re­ment aller de pair avec celui de l’instruction et des connais­sances. Et il a ain­si pré­pa­ré un nou­veau type d’analphabète, la brute au cer­veau bour­ré de mots, blo­qué par l’imprimé : le lec­teur du jour­nal, l’intoxiqué de propagande. […] 

Le pro­grès le plus impor­tant accom­pli par l’État au XIXe siècle, le plus lourd de consé­quences pour l’avenir, c’est sa main mise sur l’enseignement. Jusque-là, dans la socié­té occi­den­tale l’enseignement était lais­sé à l’initiative des indi­vi­dus ou des groupes. Le roi pro­té­geait ou sur­veillait, mais même quand il fon­dait le col­lège de France, il ne lui venait pas à l’idée d’instruire. Aujourd’hui, de cette indé­pen­dance de la fonc­tion ensei­gnante, à peu près rien ne reste en France, sauf quelques pri­vi­lèges désuets dans la dis­ci­pline inté­rieure des facul­tés, par exemple le droit pour les doyens de refu­ser l’entrée des bâti­ments uni­ver­si­taires à la police.

Tan­dis que les bons citoyens dis­cutent du drame de l’élection de Donald Trump, on peut lire sur le site web d’information éco­lo­gique Repor­terre que « Mal­gré l’accord de Paris, les pro­jets émet­teurs de CO2 se mul­ti­plient en France et dans le monde ». Ce qui semble éga­le­ment échap­per à beau­coup, c’est que la tra­jec­toire des­truc­trice et auto­des­truc­trice sur laquelle la civi­li­sa­tion indus­trielle est enga­gée depuis des décen­nies, et plu­tôt des siècles, ne varie abso­lu­ment pas, mal­gré toutes les ges­ti­cu­la­tions poli­tiques, qui ne sont que spec­tacle ; que l’état de l’environnement ne cesse de se dégra­der ; que les pré­vi­sions des scien­ti­fiques sont de plus en plus ter­ribles ; et ce, alors que la majo­ri­té des indi­vi­dus vivant au sein de la civi­li­sa­tion indus­trielle ne sou­haite pas un tel dérou­le­ment des choses. Décen­nie après décen­nie, vote après vote, élec­tion après élec­tion, péti­tion après péti­tion, rien ne change. Rap­pe­lons-le, pour ceux qui ne savent pas, et pour ceux qui oublient :

Du côté de la vie non-humaine : les forêts du monde sont dans un état désas­treux (en ce qui concerne les vraies forêts, pas les plan­ta­tions ou mono­cul­tures modernes ; il n’en res­te­rait que deux) et qui ne cesse d’empirer. La plu­part des éco­sys­tèmes ori­gi­nels ont été modi­fiés (détruits, ou détra­qués), d’une façon ou d’une autre (25% des fleuves n’atteignent plus l’océan ; depuis moins de 60 ans, 90% des grands pois­sons, 70% des oiseaux marins et, plus géné­ra­le­ment, 52% des ani­maux sau­vages, ont dis­pa­ru ; depuis moins de 40 ans, le nombre d’animaux marins, dans l’ensemble, a été divi­sé par deux). Les scien­ti­fiques estiment que nous vivons aujourd’hui la sixième extinc­tion de masse. Sachant que les déclins en popu­la­tions ani­males et végé­tales ne datent pas d’hier, et qu’une dimi­nu­tion par rap­port à il y a 60 ou 70 ans masque en réa­li­té des pertes bien pires encore (cf. l’amnésie éco­lo­gique). On estime que d’ici 2048 les océans n’abriteront plus aucun pois­son. D’autres pro­jec­tions estiment que d’ici 2050, il y aura plus de plas­tiques que de pois­sons dans les océans. On estime éga­le­ment que d’ici à 2050, la qua­si-tota­li­té des oiseaux marins auront ingé­ré du plas­tique. La plu­part des biomes de la pla­nète ont été conta­mi­nés par dif­fé­rents pro­duits chi­miques toxiques de syn­thèse (cf. l’empoisonnement uni­ver­sel de Nico­li­no). L’air que nous res­pi­rons est désor­mais clas­sé can­cé­ri­gène par l’OMS. Les espèces ani­males et végé­tales dis­pa­raissent (sont tuées) au rythme de 200 par jour (esti­ma­tion de l’ONU). Les dérè­gle­ments cli­ma­tiques aux­quels la pla­nète est d’ores et déjà condam­née pro­mettent d’effroyables conséquences.

declin

Ce qu’on peut logi­que­ment en conclure, c’est qu’aucun des moyens pro­po­sés par le sys­tème ne sont en mesure de le réorien­ter, de l’aiguiller autre­ment ; que tous les moyens qu’il pro­pose n’ont pour fina­li­té que de le gar­der sur les rails. Nous pour­rions éga­le­ment par­ler de ver­rouillage systémique.

Peut-être fau­drait-il alors s’intéresser aux conclu­sions de cher­cheurs comme le pro­fes­seur Guy McPher­son, qui explique que « cou­per le moteur ther­mique de la civi­li­sa­tion est le seul moyen de stop­per la sur­chauffe pla­né­taire ». Bien sûr, étant don­né que nous béné­fi­cions tous plus ou moins d’un cer­tain confort de vie, que nous offre la civi­li­sa­tion indus­trielle, et puisque nous en avons été ren­dus pro­fon­dé­ment dépen­dants, il ajoute que « cette même civi­li­sa­tion, qui pol­lue l’eau, empoi­sonne l’air, draine les terres jusqu’aux océans, est sys­té­ma­ti­que­ment décla­rée intou­chable et glo­ba­le­ment posi­tive par la qua­si-tota­li­té des par­ti­ci­pants au débat ». « Nous savons depuis long­temps, en rai­son de tra­vaux publiés par des ins­ti­tu­tions recon­nues que la civi­li­sa­tion elle-même est un moteur ther­mique, que si nous main­te­nons la civi­li­sa­tion sous quelque forme que ce soit, que ce soit à l’aide de pan­neaux solaires, d’éoliennes ou de vagues de com­bus­tibles fos­siles, cela pro­duit le même effet : la civi­li­sa­tion elle-même est un moteur ther­mique », explique-t-il. Une der­nière cita­tion : « La civi­li­sa­tion est un moteur ther­mique, qui requiert des débits mas­sifs de res­sources et d’énergies afin de main­te­nir la crois­sance de notre éco­no­mie mon­dia­li­sée et la com­plexi­té que nous pre­nons pour un acquis ».

Un mathé­ma­ti­cien célèbre le for­mule éga­le­ment, quoiqu’autrement, dans un récent ouvrage, où il assi­mile la civi­li­sa­tion indus­trielle, ses organes et ses ins­ti­tu­tions à des « sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs ». Citons-le lon­gue­ment car ses pro­pos sont assez signifiants :

Les prin­ci­paux sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs humains du monde exploitent chaque oppor­tu­ni­té, uti­lisent chaque res­source et enva­hissent tous les endroits où ils peuvent trou­ver quoi que ce soit qui les assiste dans leur inces­sante quête de pou­voir. Au fur et à mesure du déve­lop­pe­ment hau­te­ment tech­no­lo­gique, de plus en plus de res­sources, qui sem­blaient autre­fois inutiles, s’avèrent ulti­me­ment utiles, et de plus en plus de lieux sont enva­his, et de plus en plus de consé­quences des­truc­trices s’ensuivent.

[…] Aus­si vrai que l’usage de dis­til­lats de pétrole dans les moteurs à com­bus­tion interne demeu­rait insoup­çon­né avant 1860, au plus tôt, tout comme l’usage de l’uranium en tant que com­bus­tible avant la décou­verte de la fis­sion nucléaire en 1938–39, ain­si que la plu­part des usages des terres rares avant les der­nières décen­nies, de futures usages d’autres res­sources, de nou­velles manières d’exploiter l’environnement, et de nou­velles niches à enva­hir pour le sys­tème tech­no­lo­gique, pré­sen­te­ment insoup­çon­nées, sont à pré­voir. En ten­tant d’évaluer les dégra­da­tions futures de notre envi­ron­ne­ment, nous ne pou­vons pas nous conten­ter de pro­je­ter dans le futur les effets des dom­mages envi­ron­ne­men­taux actuel­le­ment connus ; nous devons sup­po­ser que de nou­velles causes de dégra­da­tions envi­ron­ne­men­tales émer­ge­ront, que nous ne pou­vons pas encore ima­gi­ner. De plus, nous devons nous sou­ve­nir que la crois­sance tech­no­lo­gique, et avec elle, l’aggravation des dom­mages que la tech­no­lo­gie inflige à l’environnement, pren­dront de l’ampleur dans les décen­nies à venir. En consi­dé­rant tout cela, nous par­ve­nons à la conclu­sion selon laquelle, en toute pro­ba­bi­li­té, la pla­nète tout entière, ou presque, sera gra­ve­ment endom­ma­gée par le sys­tème technologique.

extraction-globale-ressources

[…] Notre dis­cus­sion des sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs ne fait que décrire en termes abs­traits et géné­raux ce qu’on observe concrè­te­ment autour de nous : des orga­ni­sa­tions, mou­ve­ments, idéo­lo­gies sont pri­son­niers d’une inces­sante lutte de pou­voir. Ceux qui ne par­viennent pas à être de bons com­pé­ti­teurs sont éli­mi­nés ou asser­vis. La lutte concerne le pou­voir sur le court terme, les com­pé­ti­teurs se sou­cient peu de leur propre sur­vie sur le long-terme, encore moins du bien-être de l’humanité ou de la bio­sphère. C’est pour­quoi les armes nucléaires n’ont pas été ban­nies, les émis­sions de dioxyde de car­bone n’ont pas été rame­nées à un niveau sûr, les res­sources de la pla­nète sont exploi­tées de manière tota­le­ment irres­pon­sable, et c’est aus­si ce qui explique pour­quoi aucune limite n’a été défi­nie pour enca­drer le déve­lop­pe­ment de tech­no­lo­gies puis­santes mais dangereuses.

Nous avons décrit ce pro­ces­sus en termes abs­traits et géné­raux afin de sou­li­gner que ce qui arrive à notre pla­nète n’est pas acci­den­tel ; que ce n’est pas le résul­tat d’une com­bi­nai­son de cir­cons­tances his­to­riques ou de défauts carac­té­ris­tiques aux êtres humains. Étant don­né la nature des sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs en géné­ral, le pro­ces­sus des­truc­teur que nous voyons aujourd’hui est ren­du inévi­table par la com­bi­nai­son de deux fac­teurs : le pou­voir colos­sal de la tech­no­lo­gie moderne et la dis­po­ni­bi­li­té de moyens de trans­port et de com­mu­ni­ca­tions rapides entre n’importe quels endroits du globe.

Recon­naitre cela peut nous aider à évi­ter de perdre notre temps en de naïfs efforts. Par exemple, dans des efforts pour apprendre aux gens à éco­no­mi­ser l’énergie et les res­sources. De tels efforts n’accomplissent rien.

Cela semble incroyable que ceux qui prônent les éco­no­mies d’énergie n’aient pas remar­qué ce qui se passe : dès que de l’énergie est libé­rée par des éco­no­mies, le sys­tème-monde tech­no­lo­gique l’engloutit puis en rede­mande. Peu importe la quan­ti­té d’énergie four­nie, le sys­tème se pro­page tou­jours rapi­de­ment jusqu’à ce qu’il ait uti­li­sé toute l’énergie dis­po­nible, puis il en rede­mande encore. La même chose est vraie des autres res­sources. Le sys­tème-monde tech­no­lo­gique s’étend imman­qua­ble­ment jusqu’à atteindre une limite impo­sée par un manque de res­sources, puis il essaie d’aller au-delà de cette limite, sans égard pour les conséquences.

world_energy_consumption_fr-svg

Cela s’explique par la théo­rie des sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs : les orga­ni­sa­tions (ou autres sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs) qui per­mettent le moins au res­pect de l’environnement d’interférer avec leur quête de pou­voir immé­diat tendent à acqué­rir plus de pou­voir que celles qui limitent leur quête de pou­voir par sou­ci des consé­quences envi­ron­ne­men­tales sur le long terme — 10 ans ou 50 ans, par exemple. Ain­si, à tra­vers un pro­ces­sus de sélec­tion natu­relle, le monde subit la domi­na­tion d’organisations qui uti­lisent au maxi­mum les res­sources dis­po­nibles afin d’augmenter leur propre pou­voir, sans se sou­cier des consé­quences sur le long terme.

[…] Tan­dis qu’une féroce com­pé­ti­tion au sein des sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs aura si ample­ment et si rapi­de­ment dégra­dé le cli­mat de la Terre, la com­po­si­tion de son atmo­sphère, la com­po­si­tion de ses océans, et ain­si de suite, l’effet sur la bio­sphère sera dévas­ta­teur. Dans la par­tie IV du pré­sent cha­pitre, nous déve­lop­pe­rons davan­tage ce rai­son­ne­ment : nous ten­te­rons de démon­trer que si le déve­lop­pe­ment du sys­tème-monde tech­no­lo­gique se pour­suit sans entrave jusqu’à sa conclu­sion logique, selon toute pro­ba­bi­li­té, de la Terre il ne res­te­ra qu’un caillou déso­lé — une pla­nète sans vie, à l’exception, peut-être, d’organismes par­mi les plus simples — cer­taines bac­té­ries, algues, etc. — capables de sur­vivre dans ces condi­tions extrêmes.

Trump ou pas Trump, Trump ou Hil­la­ry, Hol­lande ou Sar­ko­zy, Hol­lande ou Le Pen, Le Pen ou Jup­pé, aucun d’eux ne va nous sor­tir de l’impasse civi­li­sa­tion­nelle dans laquelle nous nous enfon­çons. Le com­bat que nous devons mener (pour une véri­table décrois­sance ; pour la sor­tie de l’in­dus­tria­lisme — la dés­in­dus­tria­li­sa­tion ; pour le déman­tè­le­ment de la civi­li­sa­tion indus­trielle ; pour la dis­so­lu­tion des socié­tés de masse — qui portent en elles des tares inso­lubles — et le retour à une vie en com­mu­nau­tés res­treintes ; nous ne déve­lop­pe­rons pas ces concepts ici, ce n’est pas l’ob­jet du billet, mais ceux que cela inté­resse sont invi­tés à fouiller sur le site, plu­sieurs articles per­mettent de creu­ser plus en pro­fon­deur) va bien au-delà des marion­nettes poli­tiques qu’on nous demande d’élire, il exige que nous sor­tions des che­mins bat­tus, que nos moyens d’actions cessent d’être ceux que le sys­tème tech­no­lo­gique, mani­fes­te­ment ver­rouillé, nous propose.

Col­lec­tif Le Partage

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
4 comments
  1. Per­plexe sur cet article plein de pro­messes et fina­le­ment vide… et qui est donc ce « mathé­ma­ti­cien célèbre » si lon­gue­ment cité ?

  2. « le retour à une vie en com­mu­nau­tés restreintes »
    A moins d’être phy­si­que­ment iso­lé de la civi­li­sa­tion ou à moins d’un aban­don mas­sif de cette civi­li­sa­tion ce retour ne sera pas pos­sible, la civi­li­sa­tion est comme un fleuve, ramer à contre cou­rant fini­ra un jour ou l’autre par rame­ner les nageurs morts ou vifs dans le sens du courant.
    La civi­li­sa­tion à ce stade est pra­ti­que­ment indes­truc­tible, la seul solu­tion est d’at­tendre qu’elle se consume et espé­rer que la terre puisse se régénérer.

  3. Ceci est l’ar­ticle le plus franc et réel­le­ment inté­res­sant sur la consé­quence trum­pette, bien qu’au fond je ne peux m’en­le­ver de l’i­dée qu’elle n’est qu’un sub­ter­fuge, j’ai aus­si bien du mal à croire que le bon­homme dure long­temps, du moins sa façade.
    Car nous sommes immer­gés dans la mani­pu­la­tion, et chaque résis­tant ne devrait comp­ter que sur cette base puis déve­lop­per à par­tir d’elle, le meilleur moyen pour créer du renou­veau tant au niveau per­son­nel que communautaire.
    A ce pro­pos, j’en­cou­rage plouc à se res­sai­sir et à tom­ber son masque de com­plice puis­qu’il a déce­lé que notre civi­li­sa­tion n’est pas indes­truc­tible, tan­dis que je relis l’ar­ticle une seconde fois pour déni­cher les fameuses pro­messes cap­tées par Salta (^^).
    Rhââa que j’aime fouet­ter, ce doit être mon petit côté cruel, ou pornographe !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Rangez les drapeaux ! & « Notre » guerre contre le terrorisme (par Howard Zinn)

Oui, nous pouvons tenter de nous protéger de toutes les façons possibles contre des attaques futures, en tentant de sécuriser nos aéroports, nos ports, nos voies ferrées, et les autres centres de transports. Oui, nous pouvons tenter de capturer les terroristes connus. Mais aucune de ces actions ne mettra fin au terrorisme, qui émerge du fait que des millions de gens au Moyen-Orient et ailleurs sont en colère à cause des politiques États-Uniennes, et de ces millions de gens, certains verront leur colère se changer en fanatisme extrême.
Lire

Lewis Mumford et la critique de la civilisation (industrielle)

Un des plus brillants analystes de nos sociétés industrielles (ou plutôt, de la société industrielle) et de leur (de sa) trajectoire (progrès technique, croissance, développement, destruction du monde et totalitarisme) s'appelait Lewis Mumford. En France, à l’exception de quelques spécialistes, très peu le connaissent, et aux États-Unis, son pays d'origine, pas beaucoup plus. [...]
Lire

Sauver la civilisation ou endiguer la destruction du monde ? De l’importance de savoir ce que nous voulons (par Nicolas Casaux)

Pour le youtubeur Vincent Verzat (« Partager c'est sympa »), éco-vidéactiviste, « être écolo aujourd’hui, c’est penser la rupture, prévoir la résilience de nos villes dans un monde qui s’effondre ». Il s’agit sans doute, également, à peu de choses près, de la définition de l'écologie d'un Bill McKibben, de Cyril Dion, Naomi Klein, Rob Hopkins, etc., mais aussi de celle (mais sans la notion d'effondrement, ou en la remplaçant par celle du dérèglement climatique) d'un Pascal Canfin, de Macron, de Borne, etc. [...]