L’idéologie de la non-violence en question (TIMULT)

Nous repu­blions un excellent article publié par la revue fran­çaise Timult, à forte sen­si­bi­li­té fémi­niste (notam­ment mais pas seule­ment). Un texte d’une grande intel­li­gence, qui défriche fort bien la ques­tion. Une « cri­tique de l’idéologie de la non-vio­lence » qui ne manque pas de poin­ter éga­le­ment son envers tout aus­si erro­né, la féti­chi­sa­tion de « la vio­lence ». À lire et diffuser !


Colères inau­dibles, pri­vi­lèges silen­cieux et bruits de vitrine brisée

« La sou­mis­sion de l’opprimé relève de l’ordre éta­bli. Qu’il rompe cet ordre en bri­sant ses chaînes et en frap­pant le maître, voi­là le scan­dale. Dans la langue des maîtres deve­nue langue com­mune, le violent n’est pas celui qui fait vio­lence, mais le vilain qui ose se rebel­ler. » [1]

« L’efficacité de l’action directe n’est pas expri­mée par le degré de vio­lence qu’elle contient, mais plu­tôt sur la capa­ci­té à iden­ti­fier une route pra­ti­cable par tous, à construire une force col­lec­tive en mesure de réduire la vio­lence au plus petit niveau pos­sible au sein du pro­ces­sus de trans­for­ma­tion révo­lu­tion­naire. La vio­lence éri­gée en sys­tème engendre l’État. » (Fédé­ra­tion Anar­chiste Italienne)

Dans chaque lutte, chaque mou­ve­ment auquel j’ai pris part, les mêmes ques­tions se sont posées, les mêmes points de vue se sont oppo­sés en ce qui concerne l’usage de « la vio­lence ». La plu­part du temps j’ai été aga­cé. Sou­vent, la façon d’aborder les diver­gences, les angles choi­sis et, ajou­té à ça, cer­taines géné­ra­li­sa­tions, n’ont fait que biai­ser le débat et le rendre sté­rile. La dis­cus­sion s’est rare­ment posée en termes de stra­té­gies, de per­ti­nence, de contexte poli­tique mais plus sou­vent dans l’opposition « vio­lence / non-vio­lence ». La plu­part du temps, deux camps émergent, ceux et celles qui sou­tiennent des actions « vio­lentes » et ceux et celles qui les condamnent. Et on peut obser­ver d’un côté les fau­teurs de troubles, les cas­seuses, les méchantes anar­chistes fou­teuses de merde, et de l’autre les hip­pies non-violent.es, les sociaux-démo­crates, les citoyennistes.

S’opposer en se ren­voyant des iden­ti­tés aus­si super­fi­cielles et média­tiques ne fait que ren­for­cer les cli­vages et les pos­tures iden­ti­taires. Il est plus facile de caté­go­ri­ser des per­sonnes et de les enfer­mer dans une pen­sée plu­tôt que d’essayer de confron­ter ses idées à celles des autres.

Des pra­tiques de lutte sont poin­tées du doigt, consi­dé­rées comme vio­lentes et des­ser­vant la lutte ou décré­di­bi­li­sant le mou­ve­ment. Quelles sont ces pra­tiques ? Quelles sont les cri­tiques ? Quelles visions du monde et des luttes sug­gèrent-elles ? Et com­ment subis­sons-nous ou uti­li­sons-nous cer­taines ana­lyses poli­tiques, selon la place que nous occu­pons dans une lutte ? Évo­luant moi-même depuis plu­sieurs années dans des milieux anar­chistes et fémi­nistes, il me semble impor­tant de com­prendre les enjeux poli­tiques de l’idéologie non-vio­lente, de la cri­ti­quer en tant que vision du monde et de mon­trer en quoi le débat vio­len­ce/­non-vio­lence est un débat biaisé.

howard

La non-violence, une histoire des puissants

Dans un ouvrage inti­tu­lé How the Non-vio­lence Pro­tects the State [2], Peter Gel­der­loos montre com­ment l’idéologie non-vio­lente s’est construit une cré­di­bi­li­té sur des vic­toires poli­tiques qu’elle s’est réap­pro­priées, ain­si que sur les lea­ders cha­ris­ma­tiques de ces luttes. Il apporte ain­si une cri­tique appro­fon­die de l’idéologie non-vio­lente au sein des milieux acti­vistes anti-auto­ri­taires et anti­ca­pi­ta­listes, plus par­ti­cu­liè­re­ment nor­da­mé­ri­cains. Il sou­tient que cette idéo­lo­gie va à l’encontre d’un acti­visme révo­lu­tion­naire, dans le sens du ren­ver­se­ment des struc­tures d’oppression. Et même, qu’elle aide le capi­ta­lisme, le patriar­cat, le racisme, etc. à se main­te­nir en offrant des argu­ments pour délé­gi­ti­mer toute ten­ta­tive de renversement.

Peter Gel­der­loos conteste notam­ment la récu­pé­ra­tion de cer­taines luttes en tant que vic­toires de la non-vio­lence, affir­mant que la « non-vio­lence est basée sur une his­toire fal­si­fiée des luttes ».

Par­lant de l’indépendance de l’Inde, il rap­pelle des élé­ments mis de côté par l’Histoire offi­cielle : « La résis­tance au colo­nia­lisme bri­tan­nique [com­pre­nait] suf­fi­sam­ment d’actions offen­sives et com­ba­tives pour que la méthode de Gand­hi puisse être consi­dé­rée plus pré­ci­sé­ment comme une, par­mi plu­sieurs formes rivales de résis­tance popu­laire. […] Ain­si sont igno­rés d’importants lea­ders prô­nant une résis­tance plus offen­sive, tels que Chan­dra­se­khar Azad qui s’était enga­gé dans une lutte armée contre les colons bri­tan­niques et des révo­lu­tion­naires comme Bha­gat Singh, qui a gagné un sou­tien mas­sif par des atten­tats à la bombe et des assas­si­nats. […] De manière signi­fi­ca­tive l’Histoire se rap­pelle de Gand­hi plus que tous les autres, non pas parce qu’il repré­sen­tait la voix una­nime de l’Inde, mais sur­tout grâce à toute l’attention que lui por­tait la presse bri­tan­nique et au rôle majeur qui lui était attri­bué du fait d’avoir par­ti­ci­pé à d’importantes négo­cia­tions avec le gou­ver­ne­ment colo­nial bri­tan­nique. Quand nous nous rap­pe­lons que l’Histoire est écrite par les vain­queurs, une autre couche du mythe de l’indépendance s’éclaircit. »

Le mou­ve­ment pour les droits civiques aux États-Unis, pour sa part, « n’a été ni une vic­toire, ni non-violent ». La fin de la ségré­ga­tion a été acquise mais pas « l’égalité réelle au niveau poli­tique et éco­no­mique », ni l’indépendance face à « l’impérialisme blanc », qui fai­saient aus­si par­tie des reven­di­ca­tions. Et même si des groupes paci­fistes comme celui de Mar­tin Luther King Jr. avaient beau­coup de pou­voir, de nombreux.ses Noires ont sou­te­nu des groupes révo­lu­tion­naires armés, comme le Par­ti des Blacks Pan­thers. « Dans les faits, la lutte armée a pen­dant long­temps fait par­tie de la résis­tance des per­sonnes noires contre la supré­ma­tie blanche. » Mumia Abu-Jamal a lar­ge­ment docu­men­té cette his­toire dans son livre We Want Free­dom. Il écrit : « Les racines de la résis­tance armée sont pro­fon­dé­ment ancrées dans l’histoire afro-amé­ri­caine. Seules des per­sonnes qui ignorent ce fait voient le Par­ti des Blacks Pan­thers comme étran­ger à notre héri­tage his­to­rique commun. »

Der­nier exemple déve­lop­pé par Peter Gel­der­loos, le mou­ve­ment pour la paix, mené aux États-Unis pen­dant la guerre du Viet­nam, n’a pas mis fin à cette guerre. « Avec une com­plai­sance impar­don­nable, les acti­vistes pour la paix ne tiennent pas compte des trois à cinq mil­lions d’Indochinois.es mort.es en com­bat­tant l’armée US ». La résis­tance du peuple viet­na­mien a lar­ge­ment contri­bué au retrait des troupes états-uniennes, et cette résis­tance n’était pas non-vio­lente, Il aborde aus­si un autre aspect peu connu, « les rébel­lions crois­santes à l’intérieur des troupes, por­tées avant tout par des sol­dats Noirs, Lati­nos et Indi­gènes. […] Assas­si­nats d’officiers, sabo­tages, refus de par­ti­ci­per aux com­bats, muti­ne­ries dans les cam­pe­ments et aide à l’ennemi, toutes ces acti­vi­tés de sol­dats amé­ri­cains ont contri­bué de manière signi­fi­ca­tive à la déci­sion du gou­ver­ne­ment US de reti­rer l’armée de terre. » En sachant que le Viet­nam du Sud a ensuite connu « une dic­ta­ture mili­taire entraî­née et finan­cée par les États-Unis », peut-on dire que le mou­ve­ment pour la paix ait fait recu­ler l’impérialisme américain ?

Sur le plan théo­rique, il y a un manque de clar­té dans la défi­ni­tion des termes employés. La vio­lence ne peut être défi­nie en tant que telle. La vio­lence n’a pas un sens abso­lu, c’est une notion abs­traite qui néces­site pour chaque situa­tion d’être repla­cée dans son contexte. La vio­lence s’appréhende sub­jec­ti­ve­ment, parce que l’objectivité et la neu­tra­li­té n’existent pas. Des pen­sées domi­nantes qui assènent ce qui est « neutre » et « vrai » refusent d’être rame­nées au rang de simples inter­pré­ta­tions du monde et méprisent toutes autres approches. Elles rejettent d’autant plus fort ces inter­pré­ta­tions diver­gentes que celles-ci contestent l’ordre éta­bli. Ain­si, sur le ter­rain du racisme, le Blanc est le neutre, les Autres sont « de cou­leur ». On peut décli­ner ce méca­nisme sur le genre, la classe, le vali­disme… au final, « le groupe adulte blanc, de sexe mâle, catho­lique, de classe bour­geoise, sain d’esprit et de moeurs, est donc cette caté­go­rie qui ne se défi­nit pas comme telle et fait silence sur elle-même. Elle impose aux autres cepen­dant, à tra­vers la langue, sa défi­ni­tion comme norme, dans une sorte d’innocence pre­mière, croyant que « les choses sont ce qu’elles sont. » [3]

La défi­ni­tion « objec­tive » ou « neutre » de la vio­lence est donc influen­cée, voire dic­tée, par un cadre de pen­sée le plus sou­vent domi­nant, capi­ta­liste, patriar­cal, raciste, etc. Est-il pos­sible alors de se posi­tion­ner face à une situa­tion selon sa sup­po­sée vio­lence ? Je pré­fère m’intéresser aux rap­ports de force qui se jouent, â l’analyse des rela­tions de pou­voir entre les par­ties concer­nées, aux enjeux et aux consé­quences de l’action, aux choix stra­té­giques ou encore à son effi­ca­ci­té tac­tique. La vio­lence du sys­tème est sou­vent niée, pour ne rele­ver que ce qui est visible. L’opposition vio­len­ce/­non-vio­lence est au final bien utile pour mas­quer le rap­port dominant.es/dominé.es.

Non-violence comme idéologie

Même si le débat autour de la vio­lence a pour but de défi­nir si des actes sont accep­tables selon leur « degré de vio­lence », en réa­li­té la non-vio­lence est une idéo­lo­gie qui va au-delà de la cri­tique des pra­tiques. C’est une cer­taine concep­tion des luttes et des manières de les por­ter, basées une vision pré­cise du monde. Autre­ment dit, un groupe poli­tique qui n’a pas recours à des pra­tiques dites « vio­lentes », n’est pas for­cé­ment non-violent.

Se consi­dé­rer comme « non-violent.e », c’est pen­ser qu’on ne fait rien qui ali­mente les sys­tèmes d’oppression. C’est voir la vio­lence uni­que­ment dans ce qui est visible, direc­te­ment conflic­tuel et spec­ta­cu­laire et omettre le côté dif­fus et per­ma­nent des rap­ports d’oppression. Un tel rai­son­ne­ment est réser­vé à des per­sonnes à la posi­tion sociale pri­vi­lé­giée, comme le sou­ligne Gel­der­loos : « Le paci­fisme en tant qu’idéologie vient lui-même d’un contexte pri­vi­lé­gié. Il ne prend pas en compte que la vio­lence est déjà ici ;  que la vio­lence est inévi­table parce qu’elle fait struc­tu­rel­le­ment et plei­ne­ment par­tie de la hié­rar­chie sociale actuelle ».

En l972, Ange­la Davis est incar­cé­rée à la pri­son d’État de Cali­for­nie. Un jour­na­liste lui rend visite et braque la camé­ra sur elle : « Mais com­ment y par­ve­nez-vous [à mener une action révo­lu­tion­naire] ? Par la confron­ta­tion ? Par la vio­lence ? » Ange­la Davis, visi­ble­ment en colère, lui répond :

« C’est ça, votre ques­tion ? C’est un autre pro­blème. Pour les gens, révo­lu­tion est sou­vent syno­nyme de vio­lence. Mais ils ne com­prennent pas que la vraie nature d’une action révo­lu­tion­naire réside dans les prin­cipes et les buts que l’on s’impose, pas dans la façon d’y parvenir.

D’un autre côté, en rai­son de la façon dont cette socié­té est orga­ni­sée et de la vio­lence pré­sente par­tout et à tous les niveaux, il faut s’attendre à des débor­de­ments et à des réac­tions déme­su­rées. Ima­gi­nez que vous êtes Noir, vous avez tou­jours vécu dans la com­mu­nau­té noire et que tous les jours en sor­tant de chez vous, des poli­ciers Blancs vous contrôlent. Quand je vivais à Los Angeles, bien avant qu’aient lieu les émeutes dans la ville, j’étais sans cesse arrêtée.Je n’étais pas connue de la police mais j’étais une femme Noire, et j’étais natu­rel­le­ment per­çue comme une mili­tante potentielle. 

Cette situa­tion, c’était mon quo­ti­dien. Et main­te­nant, vous me deman­dez si oui ou non, j’approuve la vio­lence. Cette ques­tion n’a vrai­ment aucun sens. […] Aujourd’hui, quand on me parle de mon côté violent, je trouve ça tout sim­ple­ment incroyable. Cela signi­fie que la per­sonne qui pose cette ques­tion n’a abso­lu­ment aucune idée de ce que les Noirs ont tra­ver­sé, de ce qu’ils ont vécu dans ce pays depuis le jour où le pre­mier Noir a été arra­ché aux rivages d’Afrique. » [4]

Com­ment ima­gi­ner, dans le cadre d’une domi­na­tion, créer un dia­logue avec les oppresseur.euses en leur expli­quant tran­quille­ment leur posi­tion, en quoi elles et ils exploitent, dominent ?

Au fond, l’idéologie non-vio­lente porte une vision des domi­na­tions selon laquelle elles pour­raient se ren­ver­ser grâce à la mobi­li­sa­tion « non-vio­lente » qui crée­rait un rap­port de force capable d’ouvrir un dia­logue avec l’oppresseur et d’en faire un par­te­naire. Selon laquelle il fau­drait réunir les condi­tions néces­saires à ce rap­port de force grâce à des méthodes non-vio­lentes. Le but étant de par­ler avec les dominant.es et de trou­ver ensemble « un com­pro­mis qui res­pecte les droits de cha­cun » [5].

Mais un rap­port de domi­na­tion est une situa­tion où les dominant.es détiennent le pou­voir ain­si que les struc­tures néces­saires à son main­tien, refu­sant de recon­naître leurs pri­vi­lèges et de les aban­don­ner. Il me semble qu’en géné­ral, ils et elles ne sont pas prêt.es à y renon­cer, ni même à les par­ta­ger avec le sou­rire. Quand des ouvrier.ères en viennent à séques­trer leur patron pour se faire entendre ou seule­ment enta­mer des négo­cia­tions, com­ment croire qu’un dia­logue construc­tif pour­rait exis­ter dans le cadre d’une rela­tion de pou­voir dés­équi­li­brée ? C’est bien là qu’il s’agit d’instaurer un rap­port de force, par la lutte, la pres­sion jusqu’à ce qu’en face ils et elles cèdent. Il n’y a pas de dia­logue, il y a une ten­ta­tive de ren­ver­se­ment des pou­voirs par les domi­nées qui cherchent à poser leurs propres règles.

Gj

Violence « située »

L’idéologie non-vio­lente s’appuie en pre­mier lieu sur le désa­veu des actions « vio­lentes » et même sur la cri­tique de celles et ceux qui ne les condamnent pas assez fer­me­ment. Ce qui est « violent » serait à ban­nir de toute lutte. Cer­taines actions seraient donc mau­vaises en soi, en « contra­dic­tion fon­da­men­tale [avec les] aspi­ra­tions pro­fondes de l’humanité. » [6]. Elles seraient l’arme de l’oppresseur. Se les réap­pro­prier serait voué à l’échec : il serait tou­jours plus fort, dis­po­se­rait des moyens de coer­ci­tion et de répres­sion tou­jours supé­rieurs (police, armée, jus­tice, milices etc). Et sur­tout, l’usage de « la vio­lence » engen­dre­rait plus de répres­sion. Au fond, cer­taines pra­tiques de luttes seraient à éli­mi­ner radi­ca­le­ment, car elles des­ser­vi­raient et décré­di­bi­li­se­raient tou­jours les luttes.

Affir­mer que la « vio­lence » ne sert à rien parce que « les riches et les puis­sants auront tou­jours beau­coup plus d’armes et des armes beau­coup plus des­truc­trices que les pauvres » [7], c’est oublier que, dans le cadre du capi­ta­lisme et de l’impérialisme, ceux et celles qui dominent sont beau­coup moins nom­breux que ceux et celles qui sont exploité.es. C’est nier la capa­ci­té d’organisation et de déter­mi­na­tion des per­sonnes. C’est oublier l’histoire de la guerre du Viet­nam, de la guerre d’Algérie… et plus récem­ment les révoltes des peuples Arabes. Ces luttes n’ont-elles pas été « gagnées » en com­bat­tant de ter­ribles adver­saires, plu­tôt qu’en dia­lo­guant gen­ti­ment avec eux ?

Et pour les consé­quences répres­sives qu’entraîneraient ces actions, autre­ment dit « l’engrenage de la vio­lence », pour­quoi se foca­li­ser sur les actions alors que le pro­blème réside dans le fait qu’elles soient répri­mées ? Il me semble que c’est bien contre cela qu’il faut lut­ter. Car la répres­sion est fonc­tion des lois en vigueur, autant que de l’identité assi­gnée aux per­sonnes qui en sont cibles. C’est un outil dont l’État se sert pour divi­ser et caté­go­ri­ser des groupes afin de mieux régner. Les gou­ver­nants décident à un moment T qui va être réprimé.e et pour quelles pra­tiques. Pour une même action, des agri­cul­trices ne subi­ront pas la même répres­sion que des anar­chistes, et elles et eux-mêmes ne seront pas confron­tées aux mêmes ripostes que des per­sonnes issues de quar­tiers popu­laires, et encore plus si elles sont Noires ou Arabes, ou caté­go­ri­sées comme telles. Il s’agit de refu­ser la créa­tion de caté­go­ries de popu­la­tion, la dia­bo­li­sa­tion de cer­taines pour jus­ti­fier l’extension du sys­tème répres­sif, au sein duquel les plus stig­ma­ti­sées sont de toute manière réprimé.es, humi­liées et rabais­sées, même s’ils et elles ne fran­chissent pas le cadre de la loi. Cette loi qui s’adapte aux cir­cons­tances et décrète de nou­velles illé­ga­li­tés dès que néces­saire (loi sur l’interdiction des signes reli­gieux à l’école 2004, décret sur le port de la cagoule 2009, loi sur les vio­lences en bandes 2010, loi sur l’interdiction du port du voile inté­gral 2011…). Bran­dir des figures mons­trueuses d’ennemies inté­rieures et agi­ter l’épouvantail ter­ro­riste (figure du monstre par excel­lence) per­met d’effrayer les « hon­nêtes citoyen.nes » et de les faire adhé­rer à la logique répressive.

Il s’agit de res­ter attentif.ves à ce que les struc­tures d’oppression contre les­quelles nous nous révol­tons ne défi­nissent pas le cadre de nos luttes. Et bien sûr, si les per­sonnes en lutte ne sont pas res­pon­sables de la répres­sion qu’elles subissent, cela ne nous dis­pense de réflé­chir nos actions avec stra­té­gie, de prendre en compte la répres­sion et de savoir la déjouer pour mieux agir.

Je vou­drais aus­si por­ter une cri­tique aux milieux que j’ai fré­quen­tés, qui méprisent la non-vio­lence : « la vio­lence » y est sou­vent valo­ri­sée, à tel point que, pour cer­taines, elle devient la mesure de la radi­ca­li­té poli­tique et un objec­tif en soi dans des cadres de luttes. Sin­gu­liè­re­ment, ces rai­son­ne­ments s’appuient sur des bases très sem­blables à l’idéologie qu’illes rejettent ici encore, les pra­tiques en elles-mêmes se suf­fisent à elles-mêmes, sans que la ques­tion de la stra­té­gie soit posée. Ici encore, la vio­lence est réduite à la spec­ta­cu­la­ri­té des actions.

Une vio­lence, tou­jours bonne à prendre pour les un.es ou fon­da­men­ta­le­ment mau­vaise pour les autres… la des­truc­tion d’un cam­pe­ment de Roms et celle de vitrines de banques n’ont pas le même sens, même si il s’agit de des­truc­tion de biens dans les deux cas. Les deux actes ne prennent pas du tout le même sens ; ils n’ont pas du tout les mêmes conséquences.

Il est pri­mor­dial, pour ana­ly­ser une situa­tion et ses enjeux, de la repla­cer dans son contexte et de se posi­tion­ner. Se posi­tion­ner signi­fie défi­nir la place que l’on a dans des cir­cons­tances pré­cises et d’en tirer des conclu­sions pour nos actes. Des fémi­nistes ont déve­lop­pé le concept de « savoirs situés » [8], nous mon­trant que « toute connais­sance est par­tielle, par­tiale et située » [9] dans le sens où selon nos assi­gna­tions sociales et les construc­tions qui vont avec, nous n’aurons pas la même approche de la réa­li­té, ni la même prise des­sus. Se posi­tion­ner per­met de cla­ri­fier quelle est notre place au sein d’une lutte pour choi­sir com­ment y contribuer.

gram

Exotisation des luttes : plus la violence est lointaine, plus elle serait acceptable ?!!

« L’exotisation est un pro­ces­sus de construc­tion géo­gra­phique de l’altérité propre à l’Occident colo­nial, qui montre une fas­ci­na­tion condes­cen­dante pour cer­tains ailleurs. » Jean-Fran­çois Stas­zak [10].

L’exotisation des luttes est un tra­vers cou­rant. Cela consiste à ne pas consi­dé­rer les luttes de la même façon selon la proxi­mi­té cultu­relle ou la dis­tance à notre propre point de réfé­rence, la démo­cra­tie occi­den­tale. Com­ment réagir à la valo­ri­sa­tion d’une lutte dans tel ou tel pays dits du « sud » y com­pris dans ses dimen­sions dites « vio­lentes », quand les mêmes per­sonnes condamnent avec la plus grande fer­me­té des pra­tiques simi­laires en France, sous l’argument de la vio­lence ? [11]

J’ai déjà vu des per­sonnes enthou­siastes de telle lutte en Amé­rique du Sud, où les gens fai­saient des bar­ri­cades enflam­mées pour blo­quer les routes, pour être entendu.es et éta­blir un rap­port de force avec les auto­ri­tés. Mais lorsque, dans le mou­ve­ment social du CPE, après les mani­fes­ta­tions légales, des cor­tèges sau­vages par­cou­raient la ville pour expri­mer une rage trop conte­nue et enca­drée par les orga­ni­sa­tions offi­cielles, ren­ver­saient des pou­belles sur les routes et y met­taient le feu, ces mêmes per­sonnes criaient aux cas­seurs, à la vio­lence gra­tuite et au van­da­lisme et dépo­li­ti­saient ain­si ces pra­tiques de luttes. Repla­cées dans une démo­cra­tie occi­den­tale comme la nôtre, cer­taines formes de luttes deviennent sûre­ment moins exotiques.

L’exotisation est pro­blé­ma­tique en soi dans ce qu’elle sup­pose de vision post-colo­niale du monde. C’est une vision pater­na­liste et raciste qui place la socié­té blanche occi­den­tale sur un pié­des­tal, comme l’incarnation de la meilleure civi­li­sa­tion exis­tante (Pro­grès, Démo­cra­tie, Éman­ci­pa­tion, Liber­té…) et qui exo­tise tous les autres modèles de socié­té comme « cultures », les excluant par là de la sphère poli­tique [12].

Le débat est partout

Le débat vio­len­ce/­non-vio­lence émerge sou­vent à l’occasion de mou­ve­ments et d’actions diri­gés contre l’État, ses ins­ti­tu­tions, les poli­tiques publiques, bref des luttes tour­nées vers l’extérieur ou ce que cer­taines pour­raient appe­ler la « Lutte Prio­ri­taire ». Mais on retrouve ces ten­sions dans des luttes sou­vent consi­dé­rées comme secon­daires, celles qui visi­bi­lisent des sys­tèmes de domi­na­tion, mettent en lumière leurs méca­nismes et les pri­vi­lèges des per­sonnes domi­nantes de par leur posi­tion sociale d’hommes, de blanches, de bourgeois.es, de valides. Ces bagarres sont sou­vent dépré­ciées car elles amènent de la com­plexi­té (en mon­trant que l’oppression est dif­fuse, inté­grée en chacun.es et qu’il serait sim­pliste de la com­battre uni­que­ment chez nos « enne­mis »). Il n’y a plus un seul front, ni une seule cible contre laquelle lut­ter. Ces luttes ébranlent les groupes acti­vistes et mili­tants eux-mêmes, mettent à mal leur cohé­sion. Les réac­tions qu’elles sus­citent ren­voient à cette divi­sion très gen­rée extérieur/intérieur, mas­cu­lin ! fémi­nin : les luttes tour­nées vers l’extérieur sont valo­ri­sées et vali­dées, tan­dis que la dénon­cia­tion des rap­ports de domi­na­tion et de pou­voir internes est vue comme secon­daire voire néfaste. Il n’est pas rare que les col­lec­tifs poli­tiques et les per­sonnes qui portent ces luttes soient taxé.es de vio­lentes, d’extrémistes, voire de fas­cistes (qui n’a jamais enten­du par­ler de « fémi­nistes fas­cistes » ou « fémi­nistes nazies » ?). Cer­taines de leurs prises de posi­tions et de leurs actions sont qua­li­fiées de vio­lentes, parce qu’elles brisent l’unité d’un milieu face aux Grands Méchants (flics, État…). Bref, cela des­ser­vi­rait la lutte !

Le rejet de la « vio­lence » est une fois de plus invo­qué, car ces luttes bous­culent la nor­ma­li­té des rap­ports sociaux, les non-dits évi­dents, les pri­vi­lèges des un.es et des autres. Et il est plus facile de ren­voyer à l’Autre qu’il ou elle est violent.e et donc que son dis­cours n’est pas enten­dable, plu­tôt que de se remettre en ques­tion. Je trouve tou­jours éton­nant que des per­sonnes qui n’ont par ailleurs pas de pro­blème avec des actes « vio­lents », consi­dèrent comme vio­lente l’exclusion d’un homme qui a com­mis un viol d’un espace où la per­sonne agres­sée ne veut pas être en sa pré­sence. Cet exemple est assez sim­pliste mais mal­heu­reu­se­ment très fré­quent. Encore une fois, la vio­lence est ambi­va­lente et ana­ly­ser une situa­tion uni­que­ment par ce biais, sans la repla­cer dans le contexte, a peu d’intérêt.

ecologierad

Comment veut-on lutter ? Sortir de la dichotomie

Enfer­mer nos luttes dans des caté­go­ries ne me paraît pas très per­ti­nent, que ce soit pour les cri­ti­quer à cause de leur vio­lence sup­po­sée, ou pour en mépri­ser d’autres à cause de leur manque de radi­ca­li­té sup­po­sée. Comme si la radi­ca­li­té se mesu­rait au purisme angé­lique de la non-vio­lence ou au nombre de vitrines bri­sées. Cet état d’esprit est plus proche du folk­lore roman­tique que de pra­tiques révo­lu­tion­naires. La pro­pa­gande poli­ti­co-média­tique tente de semer la confu­sion entre illé­ga­li­té, radi­ca­li­té des idées et « vio­lence ». Même si ça n’est pas tou­jours évident, il me semble impor­tant de ne pas entrer dans ce jeu, pour que la léga­li­té ne devienne pas un cadre qui limite nos moyens d’actions. Il n’y a pas de hié­rar­chie entre un tract, un sabo­tage, un débat public, un affron­te­ment avec la police, un ras­sem­ble­ment, le fait de prendre soin les un.es des autres. L’important est de réflé­chir en amont à nos moti­va­tions et aux moyens et stra­té­gies que nous pou­vons arti­cu­ler pour y parvenir.

Par­vient-on à nom­mer des objec­tifs ? A‑t-on l’envie et le temps d’échafauder des stra­té­gies ? Que veut-on défendre et que veut-on atta­quer ? Dans quels hori­zons loin­tains ins­crire notre lutte ? Quels sont les besoins immé­diats ? Com­ment expri­mer notre déter­mi­na­tion à atteindre nos buts ? Quels sont nos ima­gi­naires d’actions ? Com­ment choi­sir nos moyens d’actions ? Qu’est-ce qui nous fait pen­cher pour telle ou telle pra­tique ? Avec qui désire-t-on lut­ter ? Quelles actions por­ter ensemble ? Et quelles sont les bases com­munes néces­saires ? Quels sont les fon­de­ments éthiques de notre agir poli­tique ? Com­ment se sen­tir bien et res­ter ensemble ? Com­ment par­ta­ger nos enthou­siasmes et dépas­ser nos décou­ra­ge­ments ? Com­ment trou­ver du plai­sir dans les luttes ?

Se mettre en lutte c’est se sen­tir vivant.e, c’est ne pas se rési­gner à avoir la vie qu’on nous impose, à res­ter à la place qu’on nous a assi­gnée, c’est ten­ter de ren­ver­ser les sys­tèmes qui nous mettent en rage, c’est se ren­for­cer et se faire plai­sir. Dif­fu­ser des réflexions théo­riques et essayer de les concré­ti­ser, expé­ri­men­ter des pra­tiques, explo­rer nos ima­gi­naires, apprendre à s’organiser col­lec­ti­ve­ment. Se plan­ter et apprendre de nos erreurs ou de celles des autres, arra­cher un bout de vic­toire, impo­ser un rap­port de force. Même construire et vivre une lutte col­lec­tive est déjà une vic­toire en soi.

MILO

TIMULT n°6, sep­tembre 2012


Notes :

[1] Igor Reitz­man : Lon­gue­ment subir puis détruire (De la vio­lence des domi­nants aux vio­lences des domi­nés), 2002, Édi­tions dis­so­nances ou sur le web lmsi.net/De-la-violence-des-dominants-aux

[2] How Non­vio­lence Pro­tects the State, de Peter Gel­der­loos, actuel­le­ment publié en anglais aux édi­tions South End Press, 2007 et acces­sible en pdf sur zinelibrary.info/ [Note de VPO : voir éga­le­ment la tra­duc­tion en fran­çais de l’introduction et des deux pre­miers cha­pitres du livre de Gel­der­loos sur https://violenceparfoisoui.wordpress.com]

[3] Colette Guillau­min, L’idéologie raciste, 1972, Édi­tions Mou­ton and Co

[4] À voir dans The Black Power mix­tape, de Goran Olson (2011)

[5] Jean-Marie Mul­ler, « Un autre monde est pos­sible. Le choix de la non-vio­lence dans les conflits sociaux et poli­tiques », 2005, inter­ven­tion au forum social mon­dial de Por­to Alegre.

[6] Jean-Marie Mul­ler, Signi­fi­ca­tion de la non-vio­lence, Ins­ti­tut de recherche sur la réso­lu­tion non-vio­lente des conflits, www.irnc.org

[7] Voir note [5]

[8] Pour appro­fon­dir cette notion, voir notam­ment les tra­vaux du cou­rant Black Femi­nism et de Don­na Haraway

[9] Horia Kebab­za, « L’universel lave-t-il plus blanc ? » : « Race », racisme et sys­tème de pri­vi­lèges, 2006, Les cahiers du CEDREF, http://cedref.revues.org/428

[10] Jean-Fran­çois Stas­zak, Qu’est-ce que l’exotisme, 2008, dépar­te­ment de géo­gra­phie, uni­ver­si­té de Genève

[11] Il ne s’agit pas de dire que toutes les pra­tiques de luttes déployées dans le monde seraient oppor­tunes ici. Mais si elles ne le sont pas, c’est pour des rai­sons de stra­té­gies, de contexte poli­tique… et non pas parce qu’elles seraient violentes.

[12] Dans la même logique, certain.es anar­chistes exo­tisent les révoltes des quar­tier popu­laires avec une « fas­ci­na­tion condes­cen­dante » pour leur côté insur­rec­tion­nel. Sou­vent, ils et elles retiennent uni­que­ment les pra­tiques employées (incen­dies de voi­tures, de bâti­ments publics,…) sans les contex­tua­li­ser et sans se posi­tion­ner. Par exemple, pen­dant les émeutes de Vil­liers-le-Bel en 2007, lors d’une mani­fes­ta­tion orga­ni­sée en sou­tien, j’ai vu un jeune homme blanc issu de classe moyenne supé­rieure por­ter une pan­carte qui disait « Ils [la police] tuent nos frères, c’est la guerre ». Par le mot « frères », la per­sonne sem­blait se retrou­ver dans une même réa­li­té de vécu que les émeutiers.es. Ou en tout cas pen­sait qu’une telle situa­tion de révolte (à laquelle il ne par­ti­ci­pait pas) unit tout le monde dans une sorte de com­mu­nau­té de lutte qui trans­cen­de­rait tous les rap­ports structurels.

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
25
Shares
3 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Héros de la forêt pluviale : La vie et la mort de Bruno Manser (par Wade Davis / Christopher Kühn)

Note du traducteur : Le texte qui suit est une traduction de l'introduction rédigée par l'anthropologue canadien Wade Davis d'un excellent livre (en anglais) que je viens de finir, intitulé Rainforest Hero: The Life and Death of Bruno Manser (en français : "Héros de la forêt tropicale : la vie et la mort de Bruno Manser"), écrit par Ruedi Suter et publié en 2015. Cet ouvrage retrace l'histoire de Bruno Manser, un activiste suisse qui a dédié sa vie à la lutte pour la protection de la forêt tropicale de Bornéo, où vivait l'un des derniers peuples de chasseurs-cueilleurs nomades de la planète, le peuple Penan. À la suite de ce texte, vous trouverez un documentaire intitulé Bruno Manser - Laki Penan, réalisé par Christopher Kühn en 2007, qui retrace la vie incroyable de cet infatigable militant.
Lire

Face aux déconstructeurs de l’humain (par Pièces et Main d’œuvre)

Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment la haine de l’humain s’est-elle banalisée dans les consciences au point de rendre envisageable un futur posthumain ? En dix ans, le transhumanisme est passé des films de science-fiction aux pages « Technologie » des magazines. Pourquoi ceux qui sont supposés cultiver l’esprit critique dans les milieux intellectuels, médiatiques ou militants choisissent-ils au mieux d’ignorer l’agenda de la technocratie, au pire d’y souscrire ? [...]