La société industrielle, la confusion généralisée & la perte du sens commun (par Jaime Semprun)

Un extrait de l’ex­cellent livre L’a­bîme se repeuple — que l’on vous recom­mande ! — du défunt Jaime Sem­prun, publié en 1997 aux Édi­tions de l’En­cy­clo­pé­die des Nuisances.


[…] Si tant de gens sont désen­chan­tés des pro­messes de la socié­té indus­trielle (l’automatisation n’a pas sup­pri­mé le tra­vail, elle en a fait un pri­vi­lège envié), ils ne le sont pas de la socié­té indus­trielle elle-même. Les contraintes orga­ni­sa­trices qu’elle impose, ils vou­draient juste les amen­der, les adou­cir, peut-être même les humaniser.

Exemple.

On sait tout ou presque des consé­quences inévi­tables de la moder­ni­sa­tion éco­no­mique, et on réclame du « res­pect », des diri­geants qui disent la véri­té, etc. On se fait peur avec de ter­ribles éven­tua­li­tés (« Et s’il nous arri­vait de ne plus vivre en démo­cra­tie ? », s’inquiète cet auteur), pour se ras­su­rer en fin de compte, faire comme si on était bien ins­tal­lé dans la paix, la démo­cra­tie, puisque ce vers quoi nous allons ne res­semble à aucune forme de dic­ta­ture connue à ce jour et réper­to­riée comme telle par les démo­crates. En tous cas on ne s’en prend jamais au conte­nu et aux fina­li­tés de la pro­duc­tion indus­trielle, à la vie para­si­taire qu’elle nous fait mener, au sys­tème de besoins qu’elle défi­nit ; on déplore seule­ment que la cyber­né­tique n’ait pas été à l’arrivée l’émancipation atten­due : « Ses consé­quences, ins­crites dans les mœurs, auraient dû être des plus béné­fiques, presque mira­cu­leuses. Elles ont des effets désas­treux. » Et puisque ce n’est pas ce mode de pro­duc­tion, avec les tech­niques qu’il a déve­lop­pées pour son ser­vice, qui est à incri­mi­ner, ce sont les « nou­veaux maîtres du monde » qui doivent être res­pon­sables de nos mal­heurs : ces pré­da­teurs apa­trides (ou « trans­na­tio­naux »), cyniques et jouis­seurs, on nous les dépeint comme s’ils étaient les seuls à vivre insou­ciants de l’avenir et indif­fé­rents à tout ce qui n’est pas leur satis­fac­tion immé­diate ; comme si ailleurs, dans on ne sait quel peuple fer­me­ment atta­ché à ses tra­di­tions, s’étaient conser­vées intactes, hors d’atteinte du nihi­lisme mar­chand, l’honnêteté, la pré­voyance, la décence et la mesure.

Ces dénon­cia­tions mora­listes de l’horreur éco­no­mique s’adressent en pre­mier lieu aux employés mena­cés par l’accélération de la moder­ni­sa­tion, à cette classe moyenne sala­riée qui s’était rêvée bour­geoise et se réveille pro­lé­ta­ri­sée (et même lum­pen­pro­lé­ta­ri­sée). Mais ses peurs et sa fausse conscience sont par­ta­gées par tous ceux qui ont quelque chose à perdre au dépé­ris­se­ment de l’ancien État natio­nal qu’organisent les pou­voirs qui contrôlent le mar­ché mon­dial : tra­vailleurs des sec­teurs indus­triels jusque-là pro­té­gés, employés des ser­vices publics, ges­tion­naires divers du sys­tème de garan­ties sociales main­te­nant mis à la casse. Tous ceux-là forment la masse de manœuvre d’une espèce de front natio­nal-éta­tique, un infor­mel « par­ti de Décembre » où une sauce idéo­lo­gique anti­mon­dia­liste lie­rait toutes sortes de rebuts poli­tiques ava­riés : répu­bli­cains à la mode Che­vè­ne­ment-Seguin-Pas­qua, débris sta­li­niens, éco­lo­gistes socia­li­sants, gau­cho-huma­ni­ta­ristes en mal de « pro­jet social ». Ce par­ti de la sta­bi­li­sa­tion n’a une vague appa­rence d’exister que pour four­nir un exu­toire aux récri­mi­na­tions contre les excès des par­ti­sans de l’accélération : il a pour rai­son d’être une pro­tes­ta­tion sans effet, et qui se sait elle-même vain­cue d’avance, n’ayant rien à oppo­ser à la moder­ni­sa­tion tech­nique et sociale selon l’économie uni­fiée. (Il n’est d’ailleurs pas un de ces soi-disant enne­mis de l’unification du monde, jusqu’aux plus gau­chistes, qui ne s’enthousiasme des pos­si­bi­li­tés de télé­dé­mo­cra­tie offertes par les « réseaux ».)

derf
Exemple (2)

Une telle repré­sen­ta­tion des mécon­ten­te­ments sert sur­tout à inté­grer la pro­tes­ta­tion dans des pseu­do-luttes où l’on se farde tou­jours de par­ler de l’essentiel et où l’on reven­dique les condi­tions capi­ta­listes de la période pré­cé­dente, que la pro­pa­gande désigne sous le nom d’État-providence ; elle ne pour­rait prendre quelque consis­tance, comme relève poli­tique, qu’à l’occasion de troubles graves, mais ce serait alors pour éta­ler son impuis­sance à res­tau­rer quoi que ce soit. En réa­li­té, le rôle his­to­rique de cette frac­tion natio­nale-éta­tique de la domi­na­tion, et son seul ave­nir, est de pré­pa­rer les popu­la­tions – puisque tout le monde au fond se résigne à ce qui est admis comme inévi­table – à une dépen­dance et à une sou­mis­sion plus pro­fondes. Car le fond de tout cela, de toutes ces « luttes » pour le ser­vice public et le civisme, c’est la récla­ma­tion, pré­sen­tée à la socié­té admi­nis­trée, de nous évi­ter les désordres que répand par­tout la loi du mar­ché, pour laquelle « l’État coûte trop cher ». Et com­ment le pour­rait-elle, sinon par de nou­velles coer­ci­tions, seules capables de tenir ensemble ces agré­ga­tions de folies que sont deve­nues les socié­tés humaines civi­li­sées ? Qu’est-ce qui nous pro­tège en effet d’un genre de chaos à l’algérienne ou à l’albanaise ? Cer­tai­ne­ment pas la soli­di­té des ins­ti­tu­tions finan­cières, la ratio­na­li­té des diri­geants, le civisme des diri­gés, etc.

Cepen­dant, mêlé à ces peurs et à cette demande de pro­tec­tion, existe aus­si le désir à peine secret qu’à la fin il se passe quelque chose qui cla­ri­fie et sim­pli­fie une bonne fois, serait-ce dans la bru­ta­li­té et le dénue­ment, ce monde incom­pré­hen­sible, où l’avalanche des évé­ne­ments, leur confu­sion inex­tri­cable, prend de vitesse toute réac­tion et même toute pen­sée. Dans l’idée d’une catas­trophe enfin totale, d’une « grande implo­sion » se réfu­gie l’espoir qu’un évé­ne­ment déci­sif, irré­vo­cable, et qu’il n’y aurait qu’à attendre, nous fasse sor­tir de la décom­po­si­tion de tout, de ses com­bi­nai­sons impré­vi­sibles, de ses effets omni­pré­sents et insai­sis­sables : que cha­cun soit contraint de se déter­mi­ner, de réin­ven­ter la vie à par­tir des néces­si­tés pre­mières, des besoins élé­men­taires ain­si venus au pre­mier plan. Attendre d’un seuil fran­chi dans la dégra­da­tion de la vie qu’il brise l’adhésion col­lec­tive et la dépen­dance vis-à-vis de la domi­na­tion en obli­geant les hommes à l’autonomie, c’est mécon­naître que pour sim­ple­ment per­ce­voir qu’un seuil a été fran­chi, sans même par­ler d’y voir une obli­ga­tion de se libé­rer, il fau­drait ne pas avoir été cor­rom­pu par tout ce qui a mené là ; c’est ne pas vou­loir admettre que l’accoutumance aux condi­tions catas­tro­phiques est un pro­ces­sus com­men­cé de long­temps, qui per­met en quelque sorte sur sa lan­cée, quand un seuil est un peu bru­ta­le­ment fran­chi dans le déla­bre­ment, de s’en accom­mo­der vaille que vaille (on l’a bien vu après Tcher­no­byl, c’est-à-dire qu’on n’a rien vu).

Et même un effon­dre­ment sou­dain et com­plet des condi­tions de sur­vie, quel effet éman­ci­pa­teur pour­rait-il avoir ? Les rup­tures vio­lentes de la rou­tine qui se pro­dui­ront sans doute dans les années à venir pous­se­ront plu­tôt l’inconscience vers les pro­tec­tions dis­po­nibles, éta­tiques ou autres. Non seule­ment on ne sau­rait espé­rer d’une bonne catas­trophe qu’elle éclaire enfin les gens sur la réa­li­té du monde dans lequel ils vivent (ce sont à peu près les termes mêmes d’Orwell), mais on a toutes les rai­sons de redou­ter que, face aux cala­mi­tés inouïes qui vont défer­ler, la panique ne ren­force les iden­ti­fi­ca­tions et les liens col­lec­tifs fon­dés sur la fausse conscience.

Exemple (3)

On voit déjà com­ment ce besoin de pro­tec­tion res­sus­cite d’anciens modes de liens et d’appartenances, cla­niques, raciales, reli­gieuses : les fan­tômes de toutes les alié­na­tions du pas­sé reviennent han­ter la socié­té mon­diale, qui se flat­tait de les avoir dépas­sées par l’universalisme mar­chand. En fait l’effondrement inté­rieur des hommes condi­tion­nés par la socié­té indus­trielle de masse a pris de telles pro­por­tions qu’on ne peut faire aucune hypo­thèse sérieuse sur leurs réac­tions à venir : une conscience, ou une néo-conscience, si l’on veut, pri­vée de la dimen­sion du temps (sans pour autant ces­ser d’être tenue pour nor­male, puisqu’elle est adap­tée, on ne peut mieux, à la vie impo­sée, et qu’en quelque sorte tout lui donne rai­son) est par nature impré­vi­sible. On ne peut rai­son­ner sur le dérai­son­nable. L’attente d’une catas­trophe, d’un auto-effon­dre­ment libé­ra­teur du sys­tème tech­nique pour faire venir posi­ti­ve­ment la pos­si­bi­li­té d’une éman­ci­pa­tion : dans l’un et l’autre cas, on se dis­si­mule le fait qu’ont jus­te­ment dis­pa­ru sous l’action du condi­tion­ne­ment tech­nique les indi­vi­dus qui auraient l’usage de cette pos­si­bi­li­té, ou de cette occa­sion ; on s’épargne donc à soi-même l’effort d’en être un. Ceux qui ne veulent la liber­té pour rien mani­festent qu’ils ne la méritent pas.

Aux der­nières nou­velles, un éven­tuel « clo­nage » des humains mena­ce­rait de trans­for­mer nos socié­tés en ter­mi­tières tota­li­taires. On peut dou­ter qu’il soit indis­pen­sable de recou­rir à de tels moyens pour obte­nir cet inté­res­sant résul­tat qu’est pour la domi­na­tion la consti­tu­tion d’une masse homo­gène d’anthropoïdes sté­réo­ty­pés. Quant au pro­blème pour comi­tés d’éthiques d’une fron­tière à gar­der infran­chis­sable entre l’animal et l’homme, il est déjà réglé par une bes­tia­li­sa­tion de l’humanité qui ne doit rien à des mani­pu­la­tions accom­plies dans le secret des labo­ra­toires, mais tout à des condi­tion­ne­ments que cha­cun peut voir opé­rer. L’humanisation com­men­cée est res­tée inache­vée, et ses acquis fra­giles se défont : l’homme était bien cet être que ne limite aucune borne, capable d’achever sa propre forme libre­ment, « à la façon d’un peintre ou d’un sculp­teur » ; et donc aus­si de dégé­né­rer en des formes infé­rieures, dignes de la brute. Ce qui moti­vait selon Ches­ter­ton l’hostilité popu­laire ren­con­trée à son époque par le dar­wi­nisme, c’était au moins une répu­gnance à admettre notre ori­gine simiesque qu’un pres­sen­ti­ment de ce qu’une telle théo­rie de l’évolution nous annon­çait sur notre deve­nir simiesque : l’idée que l’homme est défi­ni­ti­ve­ment mal­léable et adap­table a effec­ti­ve­ment de quoi faire peur quand ce sont les maîtres de la socié­té qui s’en emparent.

Pour nous ras­su­rer, on nous explique que c’est grâce à la tech­nique que l’homme s’est huma­ni­sé, et qu’avec ses cen­trales nucléaires, ses ordi­na­teurs qui stockent l’histoire uni­ver­selle, ses mani­pu­la­tions géné­tiques, sim­ple­ment il conti­nue son huma­ni­sa­tion. D’une pré­misse fausse (comme l’a mon­tré Mum­ford, et à sa façon Lotus de Paï­ni), on saute à une conclu­sion absurde, et qui ne serait pas moins absurde si l’affirmation ini­tiale était par­fai­te­ment exacte. Que pen­se­rait-on en effet de quelqu’un qui dirait : « Mon­sieur Untel s’était construit une mai­son de deux étages, une demeure spa­cieuse pour lui et sa famille. Mais il ne s’est pas conten­té de deux étages, il en a construit encore qua­rante, ou quatre cents, ou quatre mille, et il ne compte pas du tout s’arrêter là. Que trou­vez-vous à redire ? Il a pro­cu­ré un abri aux siens, il conti­nue. » La tour insen­sée de mon­sieur Untel est condam­née à s’écrouler d’un ins­tant à l’autre sur ses habi­tants, chaque nou­vel étage ajoute à la menace, mais on en parle tou­jours comme d’un abri. Tel est bien le dis­cours des apo­lo­gistes du déve­lop­pe­ment tech­nique infi­ni, avec cette cir­cons­tance aggra­vante qu’ils le tiennent devant un tas de décombres : la mai­son deve­nue tour insen­sée s’est déjà écrou­lée. Et tout ce qu’il y avait de téné­breux dans cet abri, les réa­li­tés obs­cures sur les­quelles étaient fon­dés les iden­ti­fi­ca­tions col­lec­tives et le chan­tage social les peurs, les répres­sions et les cruau­tés, toute la part de bar­ba­rie enfouie sous l’édifice de la civi­li­sa­tion, tout cela est remon­té des caves et des fon­da­tions, et vient main­te­nant à l’air libre.

Jaime Sem­prun

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les médias de masse & le business de l’écologie™ : à propos du « jour du dépassement »

Entre les travaux de Noam Chomsky, ceux de Serge Halimi, du Monde diplomatique, des médias comme Basta !, et de beaucoup d’autres, il devrait être évident et compris que les médias de masse sont un des principaux outils de propagande de la classe dirigeante. À l’image de la société capitaliste qu’ils défendent, leur raison d’être est également fortement lucrative. La vérité ne les intéresse pas. Pas plus que le bon sens, la justice, ou la morale. C’est pourquoi, quand ils daignent discuter des problèmes écologiques graves générés par la civilisation industrielle qui les a eux aussi créés, ils se débrouillent toujours pour que leur discours ne la menace en rien. [...]
Lire

We Love Green(washing), festival-vitrine de l’écocapitalisme (par Nicolas Casaux)

Près de 40 ans après l’invention de ce concept de « développement durable », la situation écologique planétaire, qui n’a jamais cessé d’empirer, est pire que jamais. L’inanité de ce concept est manifeste. Pourtant, d’un point de vue commercial, le « développement durable » est une incroyable réussite. Toutes les entreprises et tous les gouvernements s’en réclament. L’illusion fonctionne, notamment grâce au complexe médiatico-culturel doté de moyens colossaux et toujours plus envahissant qui n’a de cesse de relayer les mensonges du capitalisme vert. L’imbécillité de toute cette entreprise de propagande culmine dans le festival de musique soi-disant « écolo » et « engagé » We Love Green. [...]