4 milliards d’individus menacés tandis que les “nappes phréatiques du monde se vident”

La pénu­rie mon­diale de cette res­source clé du vivant est bien pire que ce que l’on pen­sait, sou­ligne une nou­velle étude.

Une nou­velle étude révèle que la pénu­rie mon­diale d’eau est un pro­blème bien plus grave que ce que l’on pen­sait, affec­tant 4 mil­liards de per­sonnes — les 2/3 de la popu­la­tion du monde — et qu’elle va être « l’un des défis les plus dif­fi­ciles et impor­tants de ce siècle ».

Les ana­lyses pré­cé­dentes se concen­traient sur la pénu­rie d’eau à l’échelle des années, et esti­maient que la pénu­rie affec­tait entre 1,7 et 3,1 mil­liards de per­sonnes. La nou­velle étude, publiée ven­dre­di dans la revue Science Advances, éva­lue la pénu­rie d’eau sur une base men­suelle, cap­tu­rant plus plei­ne­ment les moments spé­ci­fiques de l’année où celle-ci est peut s’avérer problématique.

“La pénu­rie d’eau est deve­nue un pro­blème mon­dial, nous affec­tant tous”, explique le co-auteur de l’étude Arjen Hoeks­tra, un pro­fes­seur de ges­tion de l’eau de l’université de Twente aux Pays-bas.

L’étude sou­ligne que près de la moi­tié de ces 4 mil­liards d’individus affec­tés par une pénu­rie d’eau sévère pour un mois ou plus se trouve en Inde et en Chine. Des mil­lions d’autres affec­tés se trouvent au Ban­gla­desh, au Nige­ria, au Pakis­tan et au Mexique.

Les USA sont loin d’être à l’abri de ce pro­blème, avec 130 mil­lions d’individus affec­tés par la pénu­rie d’eau pen­dant au moins 1 mois par an, notam­ment dans les états du Texas, de la Cali­for­nie et de la Flo­ride. Et par­mi les fleuves entiè­re­ment ou qua­si-entiè­re­ment à sec avant d’arriver à leur extré­mi­té, on retrouve le fleuve Colo­ra­do dans l’Ouest.

Un demi-mil­liard d’individus font face à une grave pénu­rie d’eau toute l’année, sou­ligne l’étude.

La nou­velle étude révèle éga­le­ment que 500 mil­lions de gens vivent dans des endroits où la consom­ma­tion d’eau est équi­valent au double de la quan­ti­té rame­née par les pluies de l’année entière, ce qui les mets dans une situa­tion de vul­né­ra­bi­li­té extrême à mesure du vidage des aquifères.

Ces pro­blèmes d’eau empi­re­ront, selon les cher­cheurs, tant que la démo­gra­phie et l’utilisation d’eau – en par­ti­cu­lier à tra­vers la consom­ma­tion de viande – conti­nue­ront à croitre.

L’agriculture est le sec­teur qui consomme le plus d’eau et la popu­la­tion mon­diale crois­sante requière tou­jours plus de nour­ri­ture. De plus, les chan­ge­ments de régimes ali­men­taires ont un impact majeur, les gens dont le reve­nu croit ten­dant à man­ger plus de viande.

“Prendre des douches plus courtes n’est pas une solu­tion” au pro­blème mon­dial, explique Hoeks­tra, en effet seule­ment entre 1 et 4 % de l’empreinte eau d’une per­sonne cor­res­pond à la consom­ma­tion du foyer, tan­dis que 25% sont liés à la consom­ma­tion de viande. Il faut plus de 15 000 litres d’eau pour pro­duire 1kg de bœuf, presque toute cette eau ser­vant à irri­guer les cultures ser­vant elles à nour­rir le bétail.

D’après l’étude :

Les vic­times directes de la sur­con­som­ma­tion des res­sources en eau sont les uti­li­sa­teurs eux-mêmes, qui souffrent de plus en plus des pénu­ries d’eau lors des séche­resses, entrai­nant des récoltes réduites et des pertes de reve­nus pour les agri­cul­teurs, mena­çant la sub­sis­tance de com­mu­nau­tés entières. Les entre­prises dépen­dantes de l’eau dans leurs opé­ra­tions ou leur chaine d’approvisionnement font aus­si face à des risques de pénu­ries crois­sants. D’autres effets incluent des pertes de bio­di­ver­si­té, des baisses de flots entra­vant la navi­ga­tion, l’affaissement des terres, la sali­ni­sa­tion des sols et des res­sources souterraines.

L’étude conclut que “répondre aux besoins crois­sants de l’humanité en eau douce et pro­té­ger les éco­sys­tèmes en paral­lèle… sera l’un des plus dif­fi­ciles et impor­tants défi de ce siècle”.

Cette nou­velle publi­ca­tion suit deux études de la NASA entre­prises par des cher­cheurs de l’université de Cali­for­nie à Irvine, ayant mon­tré que les impacts du réchauf­fe­ment cli­ma­tique ain­si que les besoins crois­sants en eau avaient entrai­né une baisse des réserves mon­diales d’eau jusqu’à un niveau dangereux.

“Les nappes phréa­tiques du monde entier se vident”, expli­quait alors Jay Fami­gliet­ti, scien­ti­fique en charge de l’eau au Jet Pro­pul­sion Labo­ra­to­ry de la NASA. « Les réserves en eau ne sont pas infi­nies ».


Sources :

http://www.theguardian.com/environment/2016/feb/12/four-billion-people-face-severe-water-scarcity-new-research-finds

http://www.commondreams.org/news/2016/02/12/4‑billion-people-risk-water-table-dropping-all-over-world

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Produire ou ne pas produire : Classe, modernité et identité (par Kevin Tucker)

La classe constitue une relation sociale. Ramenée à l’essentiel, elle est un fait économique. Elle distingue le producteur du distributeur et du propriétaire des moyens et des fruits de la production. Quelle que soit sa catégorie, elle définit l’identité d’une personne. Avec qui vous identifiez-vous ? Ou plus précisément, avec quoi vous identifiez-vous ? Nous pouvons tous être rangés dans un certain nombre de catégories socio-professionnelles. Mais là n’est pas la question. Votre identité est-elle définie par votre travail ? Par votre niche économique ?
Lire

De l’avènement de la civilisation au Covid-19 : trajectoire d’un désastre logique (par Nicolas Casaux)

La propagation d'épidémies comme celle du coronavirus de Wuhan, au niveau mondial, fait partie des nombreuses menaces auxquelles la civilisation techno-industrielle mondialisée s'expose elle-même inéluctablement ; des nombreuses catastrophes potentielles qu'elle génère et qui menacent de la détruire. Ces épidémies constituent effectivement un phénomène récent à l'échelle de l’histoire humaine, propre à la « civilisation ». Ainsi que le rappelle James C. Scott dans Homo Domesticus :