Massacre de la faune au Bénin : le dernier Éden menacé

Le Parc Natio­nal de la Pend­ja­ri est un des joyaux d’Afrique, ren­fer­mant la plus grande popu­la­tion d’éléphants d’Afrique de l’Ouest ain­si que des espèces mena­cées telles que l’éléphant, le buffle, le lion, le gué­pard, le lycaon, l’hyène, et des mil­liers d’antilopes (dama­lisques, hip­po­trague, bubale, cobes de Buf­fon, cobes Defas­sa, cobes des roseaux,…etc) on peut ain­si conclure que le Parc de la Pend­ja­ri est en un des tout der­niers sanc­tuaires de la faune sau­vage en Afrique de l’Ouest.

Alors que des bra­con­niers et tra­fi­quants notoires d’ivoires avaient pu être arrê­tés et condam­nés en 2014, contre toute attente, la sur­veillance du Parc Natio­nal de Pend­ja­ri semble avoir été sus­pen­due en ce début d’année.

buffle tué par balle mare bali 10 février- Copie
Buffle tué par balle

Une arres­ta­tion vient d’être réa­li­sée en dehors du parc ce ven­dre­di 13, qui a por­té mal­heur à deux tra­fi­quants de faune par­mi de nom­breux autres. Cette opé­ra­tion a été réa­li­sée par les forces de l’ordre et les fores­tiers avec l’appui du Pro­cu­reur de Répu­blique, et a été ren­due pos­sible grâce au pro­jet AALF‑B déve­lop­pé par le réseau EAGLE et l’ONG Nature Tro­pi­cale. Au total, 157 tro­phées et dépouilles d’animaux ont été sai­sis lors de cette opé­ra­tion : peaux, cornes, os d’éléphants, car­casses de cro­co­diles, de pythons, de plu­sieurs espèces d’antilopes (guib har­na­ché, cépha­lophe) et de car­ni­vores (genette et une tête qui serait celle d’un jeune lion), de patas, de camé­léons, etc. Une bonne sur­veillance au sein même du parc aurait peut-être pu empê­cher cela mais la situa­tion semble hors contrôle, ce qui arrange les bra­con­niers et complices.

Les rai­sons en sont entre autres les pres­sions poli­tiques orches­trées par les bra­con­niers et tra­fi­quants de faune et leurs com­plices. Les mai­ries de Tan­guié­ta et Mate­ri n’ont pas hési­té à sus­pendre par l’Arrêté Com­mu­nal du 29 Décembre 2014, les acti­vi­tés des Asso­cia­tions Vil­la­geoises de Ges­tion des Réserves de Faune (AVIGREF), qui assu­rait sur­veillance en col­la­bo­ra­tion avec les ges­tion­naires du Parc. Or, les solu­tions alter­na­tives mises en place ne semblent pas effi­caces et le bra­con­nage est en plein essor. La pré­sence ponc­tuelle de mili­taires non for­més dans le parc et leur manque d’expérience en la matière consti­tuent même un risque si leur ges­tion n’est pas bien organisée.

Le guide Ada­mou Akpa­na orga­ni­sant des visites éco­tou­ris­tique du Parc de la Pend­ja­ri depuis plus de vingt ans explique que le parc est plus mena­cé que jamais. « De nom­breuses car­casses d’antilopes jaugent le sol et des élé­phants ont éga­le­ment été tués dans le Parc. Le bra­con­nage et le tra­fic se géné­ra­lisent pro­gres­si­ve­ment ».

???????????????????????????????
Cobe tué par balle

Près de 3.000 élé­phants, 20.000 anti­lopes et plus de 200 grands félins sont main­te­nant à la mer­ci des bra­con­niers et sérieu­se­ment mena­cés. Alors que les appuis finan­ciers pour la ges­tion et pro­tec­tion du parc sont impor­tants (Union Euro­péenne, coopé­ra­tion alle­mande, UICN), ils ne sont mani­fes­te­ment pas déployés sur le ter­rain efficacement.

A ce jour, le mas­sacre a com­men­cé et se pour­suit quo­ti­dien­ne­ment y com­pris dans les zones les plus fré­quen­tées. Les tou­ristes sont indi­gnés devant les dépouilles d’animaux, et res­sentent un sen­ti­ment d’in­sé­cu­ri­té face à la cir­cu­la­tion de bra­con­niers armés sur les cir­cuits tou­ris­tiques. Les visions de car­casses d’animaux et les reten­tis­se­ments de coup de feu ne font en effet pas bon ménage avec l’écotourisme et c’est ain­si toute l’image du Bénin qui risque d’en prendre un coup.

Luc Mathot, direc­teur-fon­da­teur de l’ONG Conser­va­tion Jus­tice explique : « J’ai eu la chance de visi­ter deux fois le Parc Natio­nal de la Pend­ja­ri en 2014. C’est un endroit magni­fique et la faune y abonde encore au point que c’est un des der­niers édens d’Afrique de l’Ouest. Ima­gi­ner que des mil­liers d’éléphants, d’antilopes et de grands félins pour­raient y être abat­tus rapi­de­ment est aber­rant, sur­tout qu’il n’y a pas de pro­blèmes de capa­ci­té ou de moyens mais juste un manque de volon­té ». Il semble en effet que des com­pli­ci­tés existent avec les bra­con­niers et que cer­taines auto­ri­tés ont avan­tage a lais­sé le parc sans aucune sur­veillance. C’est mal­heu­reu­se­ment le fac­teur clé dans la réus­site des pro­jets de conser­va­tion, et les bailleurs comme les ONG ne peuvent pas grand chose si ce pro­blème n’est pas réglé.

éléphant braconné 4 mars 2015
élé­phant braconné…

Joséa S. Dos­sou Bod­j­rè­nou, Direc­teur de Nature Tro­pi­cale ONG, Membre de l’UICN (Union inter­na­tio­nale pour la conser­va­tion de la nature) « Le spec­tacle de mas­sacres d’animaux sau­vages auquel nous assis­tons dans la Parc Natio­nal de la Pend­ja­ri ces der­niers temps est juste inima­gi­nable. Est-ce une ven­geance ? Et contre qui ? Com­ment conce­voir qu’une res­source si impor­tante soit lais­sée sans sur­veillance par des auto­ri­tés et pour com­bien de temps ? Et que des bra­con­niers conti­nuent d’abattre si faci­le­ment des ani­maux au cœur et dans la zone tou­ris­tique du Parc ? Je crois qu’il y a urgence d’actions de la part des ins­tances supé­rieures que nous sou­te­nons afin que dili­gence soit faite ».

Seules les hautes auto­ri­tés béni­noises pour­raient rame­ner la quié­tude en consi­dé­rant et uti­li­sant tous les par­te­naires pour une pro­tec­tion effi­cace de ce patri­moine uni­ver­sel. Rap­pe­lons que le sys­tème de col­la­bo­ra­tion avec les AVIGREF (Asso­cia­tions Vil­la­geoises de Ges­tion des Réserves de Faune) a obte­nu le Prix Équa­teur 2014 décer­né par le PNUD (Pro­gramme des Nations unies pour le déve­lop­pe­ment). Sup­pri­mer ce sys­tème est un risque sérieux et les alter­na­tives n’ont en tout cas pas encore mon­tré de résultats.


 

Contacts utiles :

Luc MATHOT, Direc­teur de Conser­va­tion Jus­tice (Gabon), mail : luc@conservation-justice.org, Tél : 00241 04 23 38 65 / 00241 06 12 37 28

Josea S. DOSSOU-BODJRENOU, Direc­teur Nature Tro­pi­cale ONG (Bénin), Membre de l’UICN, mail : ntongmu@yahoo.com, info@naturetropicale.org , Tél : 00229 95 40 94 14 ; 00229 96 10 08 37, 00229 93 48 99 15
Ada­mou AKPANA, Guide tou­ris­tique Pend­ja­ri, Tél : 00229 97 35 45 58

Per­rine ODIER, Coor­di­na­trice Répli­ca­tion EAGLE Net­work, Mail : perrine.odier@gmail.com, Tél Bénin : 00229 615 602 96 ; Tél : Gui­née : 00224 624 393 846

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
8 comments
  1. Nous sommes des mil­lions de par le monde à agir pour plus de soli­da­ri­té entre tous les hommes, entre nous et le vivant qui nous entoure, pour nos enfants, nos petits enfants. 

    Nous agis­sons pour pro­té­ger la faune sau­vage, la flore, le cli­mat, pour dénon­cer la mal­trai­tance humaine, ani­male sous toutes ses formes. Nous mani­fes­tons, fai­sons des dons, signons des péti­tions, comme la goutte d’eau du Coli­bri (his­toire de Pierre Rabbi),le chan­ge­ment len­te­ment progresse.

    La poli­tique est cen­cée ras­sem­bler, preuve du contraire, nos petits inté­rêts per­son­nels, d’argent, de confort, de croyances et de cer­ti­tudes font que nos opi­nions poli­tiques nous séparent et nous divisent en fai­sant bar­rage aux choix opportuns.

    Témoin du monde dans lequel je vis depuis 68 ans, pas d’en­fants, pas d’o­pi­nion poli­tique par­ti­cu­lière, libre de dire ce que je pense, rien à perdre, rien à gagner, j’ai honte d’être un homme blanc civilisé.

    Conti­nuons à agir, faire des dons, à mani­fes­ter, à signer des péti­tions, appor­tons notre goutte d’eau à la prise de conscience qui inéxo­ra­ble­ment est en marche.

  2. Le pro­blème de la Pend­ja­ri ou j’ai chas­sé, il y plus de 20 ans est qu’elle a tou­jours été mal pro­té­gée, avec en prime le Bur­ki­na voi­sin et ses bra­con­niers que rien en sépare, sinon cette rivière assé­chée 6 mois de l’année.
    Le sou­ci est que les auto­ri­tés béni­noises ont tou­jours fait le strict mini­mum, avec un chef des Eaux et Forêts sur la Pend­ja­ri à l’é­poque avec des moyens ridi­cules en moby­lette — Pour­quoi ces mêmes auto­ri­tés n’emploient pas la méthode forte iden­tique à l’A­frique de l’Est, avec de vrais menaces armées à l’en­contre des bra­cos ( flin­gués après sommation) .
    Sans cette approche, il n’y aura bien­tôt plus d’é­lé­phants que dans les parcs et zoos dans le monde. Et encore, ils ont même flin­gués un Rhi­no à Thoi­ry à 40 km de Paris.

  3. Je connais la Pen­ja­ri depuis 1973.….….J’y suis retour­né de nom­breuses fois , jus­qu’en 1995.…… Chaque visite a été une nou­velle tris­tesse : la faune dis­pa­rait , on trouve des traces de braconnage.….Les gardes sont très gen­tils, mais très mal équi­pés , mal payés , et à la mer­ci de toutes les ten­ta­tions .….…Il faut agir .…VITE.….!!!!

  4. J’ai eu la chance et le grand bon­heur il y a près de 40 ans, de vivre et d’y dor­mir pen­dant une semaine. À cette époque, les gar­diens du parc étaient des anglais (un jeune couple) et nous avons fait des pro­me­nades le matin au lever du jour et à la fin du jour. Le matin tôt les cris joyeux des babouins glis­sant au faîte des immenses tentes pour mieux remon­ter et se glis­ser à nou­veau. Le rugis­se­ment des lions, les hip­po­po­tames et les bébés se pré­las­sant dans le lac, les pha­co­chères et leur mar­maille tra­ver­sant le che­min juste devant le 4x4, les cobs de Defas­sa et toutes ces magni­fiques anti­lopes. Ces sou­ve­nirs sont empreints sur ma mémoire du temps. Alors oui je déplore que l’on laisse les bra­con­niers détruire une si belle diver­si­té sau­vage et que rien n’est entre­pris pour les arrê­ter de tuer au nom du fric.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

« Avant le déluge » : la confirmation de la catastrophe & l’apologie des illusions vertes

Leonardo DiCaprio, star internationale, icône de mode et idole intergénérationnelle, vient de produire un documentaire ("Avant le déluge") mondialement relayé, sur le réchauffement climatique et ses conséquences pour la société industrielle, ses membres, et, accessoirement, pour la planète et ce qui reste de ses autres habitants. [...]