Le mouvement illusoire de Bernie Sanders (par Chris Hedges)

chris_hedgesArticle ori­gi­nal publié en anglais sur le site de truthdig.com, le 14 février 2016.
Chris­to­pher Lynn Hedges (né le 18 sep­tembre 1956 à Saint-Johns­bu­ry, au Ver­mont) est un jour­na­liste et auteur amé­ri­cain. Réci­pien­daire d’un prix Pulit­zer, Chris Hedges fut cor­res­pon­dant de guerre pour le New York Times pen­dant 15 ans. Recon­nu pour ses articles d’analyse sociale et poli­tique de la situa­tion amé­ri­caine, ses écrits paraissent main­te­nant dans la presse indé­pen­dante, dont Harper’s, The New York Review of Books, Mother Jones et The Nation. Il a éga­le­ment ensei­gné aux uni­ver­si­tés Colum­bia et Prin­ce­ton. Il est édi­to­ria­liste du lun­di pour le site Truthdig.com.


Ber­nie San­ders, qui s’est atti­ré la sym­pa­thie de nom­breux jeunes uni­ver­si­taires blancs, dans sa can­di­da­ture à la pré­si­dence, pré­tend créer un mou­ve­ment et pro­met une révo­lu­tion poli­tique. Cette rhé­to­rique n’est qu’une ver­sion mise à jour du « chan­ge­ment » pro­mis en 2008 par la cam­pagne de Barack Oba­ma, et avant cela par la Coa­li­tion Natio­nal Rain­bow de Jesse Jack­son. De telles cam­pagnes élec­to­rales démo­cra­tiques, au mieux, élèvent la conscience poli­tique. Mais elles n’engendrent ni mou­ve­ments ni révo­lu­tions. La cam­pagne de San­ders ne sera pas différente.

Aucun mou­ve­ment ni aucune révo­lu­tion poli­tique ne se construi­ront au sein du par­ti démo­crate. L’échec répé­té de la gauche états-unienne à com­prendre la four­be­rie du jeu des élites poli­tiques, fait d’elle une force poli­tique sté­rile. L’histoire, après tout, devrait ser­vir à quelque chose.

Les Démo­crates, comme les Répu­bli­cains, n’ont pas inté­rêt à mettre en place de véri­tables réformes. Ils sont liés au pou­voir cor­po­ra­tiste. Ils sont dans l’ap­pa­rence, mais n’ont pas de sub­stance. Ils parlent le lan­gage de la démo­cra­tie, et même du réfor­misme libé­ral et du popu­lisme, mais empêchent obs­ti­né­ment la réforme sur le finan­ce­ment des cam­pagnes, et font la pro­mo­tion d’un ensemble de poli­tiques, dont les nou­veaux accords com­mer­ciaux, qui dépos­sèdent affai­blissent les ouvriers. Ils truquent les élec­tions, non seule­ment avec de l’argent, mais aus­si avec des soit-disant super­dé­lé­gués — plus de 700 délé­gués qui n’ont aucun compte à rendre, par­mi plus de 4700 au congrès démo­crate. San­ders a peut-être rem­por­té 60% des voix au New Hamp­shire, mais il a fini avec moins de délé­gués d’état que Clin­ton. Un avant-goût de la cam­pagne à venir.

Si la nomi­na­tion de San­ders est reje­tée — la machine Clin­ton et l’establishment du Par­ti Démo­crate, ain­si que leurs maitres marion­net­tistes cor­po­ra­tistes, uti­li­se­ront les sub­ter­fuges les plus bas pour s’assurer qu’il perde — son soit-disant mou­ve­ment et sa révo­lu­tion poli­tique s’évanouiront. Sa base mobi­li­sée, et c’était aus­si le cas lors de la cam­pagne d’Obama, sera fos­si­li­sée en listes de dona­teurs et de béné­voles. Le rideau tom­be­ra dans un ton­nerre d’applaudissements, jusqu’au pro­chain car­na­val électoral.

Le Par­ti Démo­crate est entiè­re­ment soli­daire de l’état cor­po­ra­tiste. Cepen­dant, San­ders, bien que cri­tique vis-à-vis des hono­raires de confé­rences exor­bi­tants d’Hillary Clin­ton auprès de firmes comme Gold­man Sachs, refuse de dénon­cer le par­ti et les Clin­tons — comme Robert Scheer l’a sou­li­gné dans une colonne en Octobre — pour leur rôle de major­domes de Wall Street. C’est un men­songe par omis­sion, ce qui cepen­dant reste un men­songe, de la part de San­ders. Et c’est un men­songe qui rend le séna­teur du Ver­mont com­plice du jeu de dupe orches­tré par l’establishment du Par­ti Démo­crate, et dont l’électorat états-unien est victime.

Les par­ti­sans de San­ders pensent-ils pou­voir dis­pu­ter le pou­voir à l’establishment du Par­ti Démo­crate, et ain­si le trans­for­mer ? Pensent-ils que les forces sur les­quelles repose le véri­table pou­voir — le com­plexe mili­ta­ro-indus­triel, Wall Street, les cor­po­ra­tions, l’état sécu­ri­taire et de sur­veillance — peuvent être ren­ver­sées par la cam­pagne de Ber­nie San­ders ? Pensent-ils que le Par­ti Démo­crate auto­ri­se­ra que sa direc­tion soit diri­gée par des pro­cé­dures démo­cra­tiques ? N’acceptent-ils pas le fait qu’avec la des­truc­tion des orga­ni­sa­tions syn­di­cales, du mou­ve­ment anti-guerre, du mou­ve­ment pour les droits civiques, et du mou­ve­ment pro­gres­siste — une des­truc­tion sou­vent orches­trée par les organes de sécu­ri­té comme le FBI — ce par­ti ait viré à droite au point de n’être aujourd’hui qu’un remake de l’ancien Par­ti Républicain ?

Les élites uti­lisent l’argent, ain­si que le contrôle qu’ils ont sur les médias, les tri­bu­naux et le corps légis­la­tif, leurs armées de lob­byistes et de « think tanks », pour inva­li­der le vote. Nous avons subi, comme John Ral­ston Saul l’a écrit, un coup d’état cor­po­ra­tiste. Il ne reste aucune ins­ti­tu­tion, au sein de la socié­té civile, qui puisse être qua­li­fiée de démo­cra­tique. Nous ne vivons pas dans une démo­cra­tie capi­ta­liste. Nous vivons dans ce que le phi­lo­sophe poli­tique Shel­don Wolin appelle un sys­tème de « tota­li­ta­risme inver­sé ».

En Europe, le Par­ti Démo­crate états-unien serait un par­ti d’ex­trême droite. Le Par­ti Répu­bli­cain serait un par­ti exté­miste. Il n’y a pas de classe poli­tique libé­rale — et encore moins de gauche ou pro­gres­siste — aux États-Unis. La crois­sance des groupes pro­to­fas­cistes ne pren­dra fin que lorsqu’un mou­ve­ment de gauche sou­tien­dra une mili­tance sans équi­voque pour défendre les droits des ouvriers et entre­prendre la des­truc­tion du pou­voir cor­po­ra­tiste. Tant que la gauche se sou­met à un Par­ti Démo­crate qui se targue de valeurs libé­rales tout en obéis­sant aux inté­rêts cor­po­ra­tistes, elle se détrui­ra elle-même ain­si que les valeurs qu’elle pré­tend repré­sen­ter. Elle atti­se­ra la rage jus­ti­fiable du sous-pro­lé­ta­riat, et par­ti­cu­liè­re­ment du sous-pro­lé­ta­riat blanc, et ren­for­ce­ra les forces poli­tiques les plus rétro­grades et racistes du pays. Le fas­cisme pros­père non seule­ment grâce au déses­poir, à la tra­hi­son et la colère, mais aus­si au libé­ra­lisme en faillite.

Le sys­tème poli­tique, comme nombre de sup­por­ters de San­ders vont le décou­vrir, est immu­ni­sé contre les réformes. La seule résis­tance effi­cace sera le fait d’actes mas­sifs de déso­béis­sance civile sou­te­nue. Les Démo­crates comme les Répu­bli­cains ont l’in­ten­tion de conti­nuer l’as­saut contre nos liber­tés civiles, l’ex­pan­sion des guerres impé­ria­listes, le pou­pon­nage de Wall Street, la des­truc­tion de l’é­co­sys­tème par l’in­dus­trie des com­bus­tibles fos­siles et la pau­pé­ri­sa­tion des ouvriers. Tant que les Démo­crates et les Répu­bli­cains res­tent au pou­voir, nous sommes condamnés.

La réponse de l’establishment démo­crate contre toute insur­rec­tion interne, c’est de l’écraser, de la coop­ter et de réécrire les règles afin d’empêcher une nou­velle insur­rec­tion. Ce fut le cas en 1948 avec Hen­ry Wal­lace, en 1972 avec George McGo­vern — deux poli­ti­ciens qui, contrai­re­ment à San­ders, défièrent l’industrie mili­taire — et en 1984 et 1988 avec les insur­rec­tions menées par Jackson.

Corey Robin, du site web Salon, explique com­ment les Clin­tons ont pris le pou­voir à l’aide de cet agen­da réac­tion­naire. Les Clin­tons, et l’es­ta­blish­ment démo­crate, écrit-il, ont reje­té l’a­gen­da pro­gres­siste de la cam­pagne de Jack­son et ont usé de lan­gage codé, par­ti­cu­liè­re­ment en ce qui concerne la loi et l’ordre, pour atti­rer les élec­teurs blancs racistes. Les Clin­tons et les man­da­rins du par­ti ont impi­toya­ble­ment évin­cé ceux que Jack­son avait mobilisés.

Les sup­por­ters de San­ders peuvent s’at­tendre à un accueil simi­laire. Qu’­Hil­la­ry Clin­ton puisse mettre en place une cam­pagne capable de faire oublier sa longue et sor­dide his­toire poli­tique est l’un des miracles de la pro­pa­gande de masse moderne, et une preuve de l’ef­fi­ca­ci­té de notre théâtre politique.

San­ders a dit que s’il n’é­tait pas nomi­né, il sou­tien­drait le can­di­dat du par­ti ; il ne fera pas oppo­si­tion. Si cela se pro­duit, San­ders devien­dra un obs­tacle contre le chan­ge­ment. Il réci­te­ra le man­tra du « moins mau­vais ». Il fera alors par­tie de la cam­pagne de l’es­ta­blish­ment démo­crate visant à neu­tra­li­ser la gauche.

San­ders est un démo­crate en tout point, sauf en titre. Il fait par­tie du cau­cus démo­crate. Il vote 98% du temps pour les Démo­crates. Il sou­tient régu­liè­re­ment les guerres impé­ria­listes, l’ar­naque cor­po­ra­tiste de l’O­ba­ma­care, la sur­veillance de masse et les bud­gets de défense colos­saux. Il a fait cam­pagne pour Bill Clin­ton lors de la course pré­si­den­tielle de 1992, et lors de celle de 1996 — après que Clin­ton ait pré­ci­pi­tament fait adop­té l’A­LE­NA (Accord de libre échange nord-amé­ri­cain), gran­de­ment éten­du le sys­tème d’in­car­cé­ra­tion de masse et détruit les aides sociales — et pour John Ker­ry en 2004. Il a appe­lé à ce que Ralph Nader aban­donne sa cam­pagne pré­si­den­tielle en 2004. Les Démo­crates recon­naissent sa valeur. Ils récom­pensent San­ders pour son rôle de gar­dien du trou­peau depuis déjà longtemps.

Ksha­ma Sawant et moi-même avons deman­dé à San­ders, en pri­vé, lors d’un évè­ne­ment à New York où il fai­sait une appa­ri­tion, la nuit pré­cé­dant la marche pour le cli­mat de 2014, pour­quoi il ne se pré­sen­tait pas en tant qu’indépendant à la pré­si­dence. « Je ne veux pas finir comme Ralph Nader », nous a‑t-il répondu.

San­ders avait rai­son. La struc­ture de pou­voir démo­cra­tique a pas­sé un arran­ge­ment avec lui. Elle ne pré­sente pas de can­di­dat sérieux contre lui dans le Ver­mont pour son siège de séna­teur. San­ders, en contre­par­tie de cet accord Faus­tien, consti­tue le prin­ci­pal obs­tacle à la créa­tion d’un troi­sième par­ti viable dans le Ver­mont. Si San­ders défiait le par­ti démo­crate, il se ver­rait pri­vé de sa sénio­ri­té au Sénat. Il per­drait sa pré­si­dence de com­mis­sions. Le par­ti machine le trans­for­me­rait, à l’ins­tar de Nader, en paria. Il l’ex­pul­se­rait hors de l’es­ta­blish­ment poli­tique. San­ders a pro­ba­ble­ment consi­dé­ré sa réponse comme un arran­ge­ment pra­tique vis-à-vis d’une réa­li­té poli­tique. Mais il a aus­si admis sa lâche­té. Nader a payé le prix fort pour son cou­rage et son hon­nê­te­té, mais il n’é­tait pas un raté.

San­ders, selon moi, sait par­fai­te­ment que la gauche est bri­sée et désor­ga­ni­sée. Les deux par­tis ont créé d’in­nom­brables obs­tacles à la nais­sance de par­tis tiers, en com­men­çant par les évin­cer des débats, puis en défiant leurs listes élec­to­rales, pour les empê­cher de par­ti­ci­per aux votes. Le par­ti Vert est muti­lé de l’in­té­rieur par des dis­sen­sions et des dys­fonc­tions endé­miques. Dans de nom­breux états, il est repré­sen­té majo­ri­tai­re­ment par une popu­la­tion blanche vieillis­sante, pri­son­nière de cette nos­tal­gie nar­cis­sique auto­ré­fé­ren­tielle des années 1960.

J’ai dis­cu­té, il y a trois ans, au maigre ras­sem­ble­ment d’é­tat du par­ti Vert dans le New Jer­sey. Je me suis sen­ti comme un per­son­nage du roman de Mario Var­ga Llo­sa « La Vraie Vie d’A­le­jan­dro May­ta ». Dans ce roman, Mata, un idéa­liste naïf, subit les humi­lia­tions des petites sectes bel­li­gé­rantes non per­ti­nentes de la gauche péru­vienne. Il en est réduit à orga­ni­ser des réunions dans un garage avec sept révo­lu­tion­naires auto­pro­cla­més qui com­posent le RWP(T) — le par­ti des tra­vailleurs révo­lu­tion­naires (trotst­kiste) — un groupe dis­si­dent du par­ti mar­gi­nal des Tra­vailleurs Révo­lu­tion­naires. « Empi­lés contre les murs », écrit Llo­sa, « il y avait des piles de « Voix du Peuple » et de pros­pec­tus, de mani­festes et de décla­ra­tions inci­tant à la grève ou la condam­nant, qu’ils n’a­vaient jamais trou­vé le temps de dis­tri­buer ».

Je suis pour une révo­lu­tion, un mot que San­ders aime mar­te­ler, mais je suis pour une révo­lu­tion véri­ta­ble­ment socia­liste, qui détruise l’es­ta­blish­ment cor­po­ra­tiste, y com­pris le par­ti Démo­crate. Je suis pour une révo­lu­tion qui exige le retour de la régu­la­tion par les lois, et pas juste pour Wall Street, mais pour ceux qui mènent des guerres pré­ven­tives, qui ordonnent l’as­sas­si­nat de citoyens états-uniens, qui per­mettent à l’ar­mée d’é­ta­blir un contrôle domes­tique et de déte­nir indé­fi­ni­ment des citoyens sans aucune forme de pro­cès, et qui favo­risent la sur­veillance totale des citoyens par le gou­ver­ne­ment. Je suis pour une révo­lu­tion qui place l’ar­mée, ain­si que l’ap­pa­reil de sécu­ri­té et de sur­veillance, y com­pris la CIA, le FBI, le dépar­te­ment de sécu­ri­té inté­rieure et la police, sous le contrôle strict de la socié­té civile, et qui réduise dras­ti­que­ment leurs bud­gets et pou­voirs. Je suis pour une révo­lu­tion qui aban­donne l’ex­pan­sion impé­ria­liste, en par­ti­cu­lier au Moyen-Orient, et qui rende impos­sible le pro­fit par la guerre. Je suis pour une révo­lu­tion qui natio­na­lise les banques, l’in­dus­trie de l’ar­me­ment, les com­pa­gnies et ser­vices d’éner­gie, qui brise les mono­poles, détruise l’in­dus­trie des com­bus­tibles fos­siles, finance les arts et la radio­dif­fu­sion publique, four­nisse le plein emploi et l’é­du­ca­tion gra­tuite, y com­pris uni­ver­si­taire, annule toutes les dettes étu­diantes, bloque les sai­sies ban­caires et les sai­sies de mai­sons, garan­tisse la gra­tui­té et l’u­ni­ver­sa­li­té des soins publics et un reve­nu mini­mum pour ceux qui ne peuvent tra­vailler, en par­ti­cu­lier les parents seuls, les han­di­ca­pés et les per­sonnes âgées. La moi­tié du pays, après tout, vit main­te­nant dans la pau­vre­té. Aucun de nous n’est libre.

La lutte sera longue et déses­pé­rée. Elle exi­ge­ra une confron­ta­tion ouverte. La classe des mil­liar­daires et les oli­garques cor­po­ra­tistes ne peuvent être domp­tés. Ils doivent être ren­ver­sés. Ils seront ren­ver­sés dans les rues, pas dans une salle des congrès. Les salles de congrès, c’est là où la gauche va mourir.

Chris Hedges


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Maria Gran­dy, Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
10 comments
  1. Appa­rament, Ber­nie com­mence à don­ner des sueurs froides aux réels déten­teurs du pou­voir … Je n’ai pas pris la peine de lire ce post jus­qu’au bout : il semble se pas­ser la même chose qu’en France avec Mélen­chon : plus le post est long, mieux on mesure la peur de ces déten­teurs de pou­voirs … Il veulent tel­le­ment nous expli­quer qu’il faut se méfier de ces out­si­ders qu’ils s’en égarent, et finissent par abon­der dans le bon sens ( des out­si­ders) … C’est très bien comme ça continuez …

  2. Natio­na­li­ser les banques c’est du res­sort du socia­lisme. C’est un retour aux poli­tiques d’É­tat pro­vi­dence. En tout cas, j’a­voue mon igno­rance de la manière dont le socia­lisme-liber­taire entre­voit la hié­rar­chi­sa­tion de la socié­té (struc­ture).
    J’aime bien Chris Hedges mais son article fait un pro­cès d’intention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Genèse, oxymore et échec du « développement durable© » (par Gilbert Rist)

« Développement durable » ? Le concept est aujourd’hui très répandu dans les politiques publiques nationales comme internationales, ainsi que dans les stratégies des entreprises. Son but officiel ? Assurer au présent un « développement » qui ne compromette pas « la possibilité pour les générations à venir de satisfaire le leur ». [...]
Lire

« L’important, c’est l’argent et la machine » : bribes de Conversations avec Kafka

Nous vivons une époque de mal. Cela se manifeste d’abord par le fait que rien ne porte plus son nom exact. On emploie le mot “internationalisme” et l’on entend par là l’humanité comme valeur morale, alors que l’internationalisme désigne seulement une pratique essentiellement géographique. On déplace les notions dans tous les sens, comme des coquilles de noix vides. Ainsi par exemple on parle de patrie, aujourd’hui, à un moment où les racines de l’homme sont depuis longtemps arrachées du sol. [...]
Lire

L’affaire Sacco et Vanzetti (Par Howard Zinn)

"Combien d’entre vous savent quelque chose de l’affaire Sacco et Vanzetti ? Combien d’entre vous ne savent rien de l’affaire Sacco et Vanzetti? Et puis, il y a ceux qui connaissent l’affaire Sacco et Vanzetti sans la connaître. Au moment où je suis entré dans l’âge adulte et où je me suis politisé, l’affaire Sacco et Vanzetti m’est apparue comme l’un des événements les plus dramatiques de l’histoire américaine..."