Y’en a plus pour longtemps : la civilisation et le désastre écologique (par Pierre Fournier)

Une pré­sen­ta­tion de Pierre Four­nier par Danielle Four­nier, son épouse : « Pierre Four­nier est né a Saint-Jean de Mau­rienne, en 1937. A l’école, Pierre déjà taci­turne, soli­taire, pla­cide, des­si­nait à lon­gueur de temps. Ce qu’il voyait, ce qu’il inven­tait, les voyages à tra­vers la France pen­dant les vacances fami­liales, les cari­ca­tures de ses pro­fes­seurs au lycée de Cham­bé­ry. A Paris, où ses parents sont venus se fixer, il passe son bac, entre dans un ate­lier de des­sin, com­mence les Arts Déco. Il sera pro­fes­seur de des­sin pen­dant… deux mois. Pas la voca­tion. Ce qu’il veut, c’est des­si­ner, les choses, les gens, la vie, seul dans son coin. Un rétré­cis­se­ment congé­ni­tal de l’aorte est alors déce­lé. Et puis le réflexe : se marier, avoir des enfants, un F3 en ban­lieue et une fiche de salaire. Pen­dant cinq ans il sera secré­taire admi­nis­tra­tif à la caisse des Dépôts et Consi­gna­tions. Là il voit com­ment ces petites com­munes rurales qu’il connait bien pour en avoir des­si­né le clo­cher ou le garde-cham­pêtre pen­dant des années, com­ment ces vil­lages s’endettent, s’appauvrissent, se clo­char­disent, en deman­dant des prêts et des sub­ven­tions pour raser des fon­taines, des halles de bois, et construire à la place des bâti­ments modernes, dignes du ving­tième siècle. Un jour enfin, Hara Kiri. La col­la­bo­ra­tion régu­lière démarre. Des des­sins très peu de textes, sur la vie des gens, celle de la voi­sine comme celle du pay­san kurde dont le géno­cide com­men­çait. La page men­suelle devient heb­do­ma­daire et les mots plus par­lants pour le lec­teur, gri­gnotent le des­sin. Expli­quer, dénon­cer, démon­ter les rouages de la socié­té des hommes, éco­lo­gie… les deux pages tas­sées deviennent insuf­fi­santes. La Gueule Ouverte, alors men­suelle, démarre en novembre 1972. Quatre mois plus tard, alors que la ten­ta­tion lan­ci­nante de se réfu­gier dans la pein­ture, la soli­tude, se fai­sait plus forte, Four­nier meurt bru­ta­le­ment, d’embolie sans doute. »

Le texte ci-après est com­po­sé d’ex­traits tirés de la com­pi­la­tion de textes de Pierre Four­nier inti­tu­lée Y’en a plus pour long­temps. Nous ne sommes pas en phase avec tout, mais des par­ties nous paraissent très justes et très intéressantes.


Industries, pollutions et lutte écologique

L’écologie devait inté­grer (on en revient tou­jours là) le désir de révo­lu­tion qui lui man­quait (entre la non-vio­lence apo­li­tique du vieux mili­tant catho et la non-vio­lence contes­ta­taire d’un trans­fuge du gau­chisme, il y a toute la dis­tance qui sépare l’acceptation du refus). Le régime il risque rien, parce que la civi­li­sa­tion a besoin de lui. L’un sou­te­nant l’autre, ils tien­dront jusqu’au bout, jusqu’au sui­cide col­lec­tif. La pol­lu­tion ne menace pas plus la civi­li­sa­tion que la cor­rup­tion ne menace le régime. Il y a deux ans, « la pol­lu­tion » fai­sait bien rigo­ler les pro­fes­sion­nels de l’agitation poli­tique, et Char­lie Heb­do fai­sait bien rigo­ler les « spé­cia­listes de l’environnement ». Main­te­nant les uns et les autres se sentent dépas­sés sur leur gauche et ne songent qu’à récu­pé­rer le truc. Quand elle flaire un dan­ger, la socié­té de consom­ma­tion n’a qu’un réflexe : elle récupère.

L’enseignement de l’environnement conduit tout droit à la contes­ta­tion, parce qu’il conduit tout droit à cette évi­dence que l’économie de com­pé­ti­tion est incom­pa­tible avec la sur­vie. Il ne s’agit pas de pro­té­ger la nature, mais de sau­ve­gar­der la vie. La vie, c’est nous, pas « pro­duits du social » : êtres vivants. Il faut pas s’emparer des moyens de pro­duc­tion, il faut pas chan­ger de mode de pro­duc­tion, il faut abo­lir la pro­duc­tion. La trans­for­ma­tion de matière vivante abou­tit iné­luc­ta­ble­ment, volon­tai­re­ment ou non, après pro­duc­tion ou déper­di­tion d’énergie, à un autre état d’organisation de la matière vivante. Or, pour la matière vivante, d’autre état d’organisation y’en a qu’un, c’est le retour au miné­ral, c’est la mort. Quand le guide fait visi­ter la gale­rie des glaces, à Ver­sailles, il ne parle pas des cen­taines d’ouvriers éta­meurs qui sont morts sans savoir pour­quoi, intoxi­qués par le mer­cure, afin que le roy se mire. Le pro­blème ne date pas d’aujourd’hui mais il a pris, aujourd’hui, une dimen­sion nou­velle. Car aujourd’hui c’est nous tous qui mou­rons, comme les ouvriers de Ver­sailles, d’utiliser la tech­nique en aveugle. L’ère des par­lotes est révo­lue. Si nous ne vou­lons pas cre­ver de la pol­lu­tion géné­ra­li­sée, il est grand temps de pas­ser à l’action. Ces jours-ci, Paul-Emile Vic­tor par­lant à la radio a répon­du (à peu près tex­tuel­le­ment) au spea­ker qui l’interrogeait sur les moyens d’action à employer pour lut­ter contre la pol­lu­tion : « Il faut for­mer des com­man­dos et faire la guerre, je dis bien la guerre, une vraie guerre avec tout ce que cela implique. »

***

La technostructure

Je ne vois là que des gros qui se placent, qui emportent des mar­chés, qui font jouer toutes leurs influences, qui sur­en­ché­rissent à grands coups de chiffres invé­ri­fiables dans la noble tra­di­tion du secret indus­triel (auquel s’ajoute, dans le cas qui nous inté­resse, le secret mili­taire) qui nous baisent, nous bai­se­ront, qui nous ont tou­jours bai­sés. La véri­té, c’est que l’État natio­na­liste et guer­rier s’est mis entre les pattes des indus­triels de la force de frappe et que ceux-là lui dictent une poli­tique éner­gé­tique rui­neuse qui ser­vi­ra leurs inté­rêts au détri­ment de l’intérêt col­lec­tif. La véri­té, c’est sans doute que le pro­gramme nucléaire « paci­fique », mons­trueux pari sur l’avenir géné­tique de l’espèce humaine, n’est même pas défen­dable du simple point de vue éco­no­mique. La véri­té, c’est que la crois­sance éco­no­mique infi­nie, impé­ra­tif de sur­vie pour les inté­rêts natio­naux ou pri­vés, signe l’arrêt de mort d’un monde fini. La véri­té, c’est que la tech­no­struc­ture ne peut pas échap­per à sa logique interne qui lui impose de per­sé­vé­rer dans son être par la sur­en­chère per­pé­tuelle, que cette logique la conduit au sui­cide et nous avec et qu’elle s’en fout parce qu’elle n’a pas de tête mais nous, Bon Dieu ! on en a une de tête, du moins j’en ai une, mais toi aus­si, allons fais pas le modeste.

Le pire des pièges à cons, celui dont nous crè­ve­rons tous, est l’impérialisme de la pen­sée abs­traite. Il est vrai que ce qui se conçoit bien s’énonce clai­re­ment, cela n’entraîne pas que ce qui se conçoit bien soit plus juste que ce qui se découvre et se conçoit encore mal. Vos maîtres à pen­ser, jeunes gens, ont cent ans, cent cin­quante ans, ou plus. Ils dis­sèquent avec une admi­rable luci­di­té la réa­li­té morte qui fut celle de leur jeu­nesse. Pen­dant ce temps la réa­li­té vive, celle de votre jeu­nesse à vous, vous échappe mais vous entraine, vous couillonne et vous tue. Dans le fou­toir du deve­nir il est plus facile d’être clair que d’être juste.

La cri­tique vio­lente de la civi­li­sa­tion indus­trielle est le fait seule­ment d’une mino­ri­té tur­bu­lente. Tout l’effort des médias a consis­té, dès le départ, à don­ner de « la pol­lu­tion » une image lit­té­raire, rela­tive et qui n’engage pas. La rubrique envi­ron­ne­ment des jour­naux mon­dains, c’est un sup­plé­ment à la rubrique spec­tacles. Pour le défou­le­ment des inadap­tés : des intel­lec­tuels, des poètes, des femmes. Comme tout ce qui est réel, ça doit res­ter conte­nu dans les marges d’une socié­té qui braque ses pro­jec­teurs sur l’irréalité totale des rap­ports de forces élec­to­raux, sociaux, éco­no­miques, poli­tiques ou militaires.

Il reste que ce fameux rap­port du M.I.T. fait beau­coup de bruit, qu’on se donne énor­mé­ment de mal, de tous cotés, pour essayer d’en rela­ti­vi­ser les conclu­sions, qu’on n’y par­vient qu’en riva­li­sant de mau­vaise foi, et que c’est donc une bonne arme, n’en déplaise aux gau­chistes de l’écologie, qui ont héri­té des gau­chistes tra­di­tion­nels une méfiance sys­té­ma­tique envers toutes les formes d’efficacité (l’efficacité, c’est le com­pro­mis, et admettre le com­pro­mis c’est admettre que rien n’est simple). En essayant de com­prendre quelque chose à une situa­tion dont il ne peut s’extraire sans s’autodétruire, le capi­ta­lisme inter­na­tio­nal s’est lais­sé prendre à son propre jeu. Cet ordi­na­teur infaillible qui lui avait tou­jours don­né rai­son, il l’a retour­né contre lui. Main­te­nant, il tente d’expliquer que n’est-ce pas, l’ordinateur n’est qu’une machine et les chiffres qu’il traite, ben, on peut leur faire dire ce qu’on veut. Ce fai­sant, il sape les bases idéo­lo­giques de son pou­voir. Il s’enfonce. Il perd tout cré­dit. La gaffe a été faite, elle est pas répa­rable. Le rap­port du M.I.T démontre très bien que pour ame­ner les pays du tiers monde au niveau de vie occi­den­tal (théo­ri­que­ment néces­saire pour que la nata­li­té s’effondre d’elle-même) il fau­drait pol­luer la pla­nète au point d’y détruire toute vie, et que d’ailleurs c’est impos­sible puisque les trois quarts des res­sources indis­pen­sables à cette crois­sance sont déjà mono­po­li­sés par le monde riche.

***

L’élan communautaire

En détrui­sant les liens orga­niques qui nous unis­saient aux autres hommes et à la nature, c’est-à-dire aux autres êtres, aux autres objets, aux autres sujets, la socié­té indus­trielle (capi­ta­liste si vous pré­fé­rez) a fait de nous des indi­vi­dus ato­mi­sés, enca­drés, et col­lec­ti­ve­ment irres­pon­sables. Aucune pos­si­bi­li­té, dans ces condi­tions, d’échapper aux enchai­ne­ments qui conduisent à la catastrophe.

Nous ne pou­vons pas lut­ter contre ce sys­tème en res­tant action­naires de ce système.

La com­mu­nau­té, c’est pas l’avènement auto­ma­tique d’un monde plus juste et plus fra­ter­nel. C’est bri­ser le carcan.

C’est recons­ti­tuer les liens orga­niques ser­vant de base à une socié­té qui, sans eux, se rai­dit et se ren­force arti­fi­ciel­le­ment parce qu’elle se décom­pose. Et des liens orga­niques, c’est pas avec des aprio­ris idéo­lo­giques ou moraux que ça se recons­ti­tue. Faut voir com­ment la vie fonc­tionne, ou fonc­tion­nait, et remon­ter le cou­rant sans se perdre en route (soi et ses acquis). Sinon, l’on est rien d’autre que le terme ultime de la décomposition.

Pour la pre­mière fois dans l’histoire de l’humanité, sans doute, les pro­blèmes qui se posent à la socié­té sont des pro­blèmes de sur­vie, et cette socié­té n’est pas plus mûre que les pré­cé­dentes pour les affron­ter. Dans ces condi­tions la révo­lu­tion n’est plus un luxe, c’est une néces­si­té. Ce n’est plus la socié­té seule qu’il faut réfor­mer, c’est le tout de la civi­li­sa­tion. La révo­lu­tion désor­mais néces­saire est d’un type entiè­re­ment nou­veau. Elle n’a de chance d’être non vio­lente que si elle est totale.

« Dites-moi que nous allons être heu­reux tous ensemble, je fuis immé­dia­te­ment du côté où j’ai des chances de pou­voir m’occuper moi-même de mon bon­heur per­son­nel », Gio­no en 1939.

Y’a rien de plus urgent que de prendre du champ, que de faire voir aux gens qu’on peut se libé­rer des enchai­ne­ments maté­riels, intel­lec­tuels, dont on nous rabâche qu’ils sont iné­luc­tables, irré­ver­sibles. Y’a pas de fata­li­té. Faut mon­trer qu’on peut refu­ser, pour prou­ver que c’est pos­sible. Si je râle après les com­mu­nau­taires c’est qu’ils sont par irréa­lisme et par ver­tige abso­lu, en train de prou­ver le contraire, c’est parce qu’ils trim­balent avec eux, à l’envers ou à l’endroit, les sché­mas intel­lec­tuels laby­rin­thiques dont ils vou­laient sor­tir, exac­te­ment comme le résident secon­daire trans­porte à la cam­pagne, mal­gré lui, sans le savoir, le cadre urbain auquel il vou­lait échap­per. Inca­pables d’aller jusqu’au bout, de se col­le­ter avec le réel en jouant le jeu, en fai­sant table rase de tous les rêves, de toutes les idées, de tous les livres. « Ne pas tom­ber dans le pièges à cons des idéo­lo­gies », dit la petite Nicole. Qu’est-ce qu’elle a rai­son. Mais elle tombe dans le piège à cons du mora­lisme, qui est pire.

Je sais bien que tout ça fini­ra par sor­tir du folk­lore et du sec­ta­risme grou­pus­cu­laire, qu’en s’étendant le mou­ve­ment sera bien obli­gé d’en venir au réa­lisme, mais en atten­dant petits cons, par votre faute, qu’est-ce qu’on perd comme temps ! Et du temps à perdre, y’en a pas de trop.

***

À votre santé

Si vous ne vou­lez pas vous emmer­der en fai­sant béné­fi­cier vos mômes d’une hygiène intel­li­gente qui ren­for­ce­ra leurs immu­ni­tés natu­relles, si vous aimez mieux per­sé­vé­rer dans l’empirisme et la cou­tume, alors faites-les vac­ci­ner, par exemple : contre 50 % de chances de leur filer une défi­cience ou une mala­die chro­nique peu visible et 100% de chances d’affaiblir glo­ba­le­ment l’espèce en quelques géné­ra­tions, vous obte­nez peut-être bien, chi­po­tons pas, 90% d’immunité arti­fi­cielle à des mala­dies infec­tieuses réper­to­riées contre les­quelles la méde­cine moderne ne sait lut­ter qu’en sapant le ter­rain avec des toxiques et qui ne sont pour­tant que des pro­ces­sus natu­rels de retour à un méta­bo­lisme nor­mal. La socié­té ne sait que répri­mer, mais l’habitude de consi­dé­rer la répres­sion comme un remède s’inscrit beau­coup plus pro­fond qu’on ne croit. Dans les com­por­te­ments, les modes de pen­sée les plus ano­dins, les moins sus­pects. C’est forcé.

Natio­na­lisme, racisme, oppres­sion sexuelle, oui c’est encore là, et un peu là. Et pro­ba­ble­ment même que ça le sera tou­jours, sous une forme ou sous une autre (avec des fon­de­ments « natu­rels » sur les­quels on n’a pas fini de se cas­ser les dents, tant qu’on ne vou­dra pas faire aux exi­gences de la nature leur place et leur part) mais tout de même lais­sez-moi, ah ! Lais­sez-moi rigo­ler. Vous vous exci­tez sur le cadavre de la fameuse « civi­li­sa­tion judéo-chré­tienne », y’a long­temps qu’il bouge plus, il pour­rit. On pour­rit avec, et ça fait vivre un tas d’asticots. Pro­vo­ca­tion-bidon, baise couillons. On croit qu’on fout la merde, on est la merde. Entas­se­ments, stress, rup­ture des rythmes bio­lo­giques, dérè­gle­ments des échanges élec­tro-magné­tiques, carences nutri­tion­nelles et cock­tails d’intoxications à n’en plus finir, résul­tat : 80% d’impuissants par­tiels. Et qui réclament le droit au plai­sir et la libre dis­po­si­tion de leur corps, sur un sol bitume, entre quatre murs de béton ! Mime, pan­to­mime, sym­boles. J’ai eu l’occase de cau­ser avec un expert ès com­mu­nau­tés qui fait pas mal de dupes dans un milieu où, il est vrai, les jobards abondent. Il recru­tait. Il parait qu’il étouffe, le mec, dans cette civi­li­sa­tion judéo-chre­tienne oppres­sive qui fait tout pour nous emmer­der. Encore un qui vou­lait chan­ger les rap­ports entre les êtres en s’attaquant au mythe de base : le couple. Paraît que tous nos pro­blèmes viennent de là. Le pro­blème du couple, c’est le pro­blème de base. Il déve­lop­pait ses théo­ries à table, tout en dégus­tant un des­sert tout prêt y’a bon, ou je ne sais quel autre ersatz. Je lui ai dit que je vou­lais pas bos­ser avec un mec qui bouffe Pri­su­nic, le mec qui bouffe Pri­su­nic il a rien com­pris, et j’ai scan­da­li­sé mes potes qui écou­taient l’orateur et qui m’ont pris pour un « végé­ta­rien sec­taire », la bouffe c’est impor­tant mais tout de même secon­daire, c’est pas le pro­blème de base. Eh bien les potes, la civi­li­sa­tion judéo-chré­tienne, peut-être qu’elle vous a bien condi­tion­nés mais je vois qu’elle conti­nue. Dites-moi vous bai­sez aus­si sou­vent que vous bouf­fez ? Et autour de quoi avez vous bâti vos mythes, pris vos plis, for­mé votre carac­tère, quel a été votre prin­ci­pal centre d’intérêt entre 0 et 5 ans, à l’âge où, disent les psy­cho­logues, tout se joue ? Bai­ser ou bouf­fer ? Et de quoi on meurt le plus vite, de pas bai­ser ou de pas bouf­fer ? Et de quoi on meurt le plus vite, de pas bouf­fer ou de pas res­pi­rer ? Apprendre à res­pi­rer, fina­le­ment, est-ce que c’est pas par là qu’il fau­drait com­men­cer ? Est-ce que ça serait pas ça le pro­blème de base ? Si on change pas tout, on change rien. Si on veut tout chan­ger, faut com­men­cer par le com­men­ce­ment, par la base. La vraie.

Le meilleur expo­sé qu’il m’ait été don­né de lire, de ce qu’est la « méde­cine natu­riste », est dû à la plume posi­tive et pro­saïque d’un chi­rur­gien qui débute ain­si : « Si l’homme n’était pas dévo­ré par son incu­rable pru­rit de phi­lo­so­pher dans l’abstrait, l’emploi des méthodes natu­relles eût vite empor­té son adhé­sion. Et s’il était capable d’être ins­truit par l’expérience, il eût tôt fait de concré­ti­ser la théo­rie dans ses com­por­te­ments jour­na­liers. Il ne ferait ain­si qu’obéir à des lois d’une éblouis­sante évi­dence pour qui­conque ne veut pas s’avancer avec un ban­deau sur les yeux. »

On n’a pas les moyens de faire la guerre à la socié­té de des­truc­tion. Mais la gué­rilla, oui. La grande résis­tance col­lec­tive ne peut s’enraciner ailleurs que dans les petites résis­tances indi­vi­duelles. Nous faites pas chier avec la « défense du cadre de vie ». La vie sort de tous les cadres et c’est la vie qu’il faut sau­ver. On n’organise pas la pro­tes­ta­tion col­lec­tive de gens qui, indi­vi­duel­le­ment, s’abandonnent. Cette pro­tes­ta­tion-là sera tou­jours récu­pé­rée. Libé­rez-vous, avant de pré­tendre libé­rer les autres.

Reste la défi­ni­tion du doc­teur Car­ton, pre­mier codi­fi­ca­teur du « natu­risme » en France. Le « Natu­risme enseigne que la vie nor­male et le pro­grès de l’humanité dépendent d’un ensemble de lois natu­relles très pré­cises qui concernent la conduite du corps, de la vita­li­té de l’esprit et de l’unité indi­vi­duelle. Quand ces règles sont mécon­nues ou appli­quées sans coor­di­na­tion, il se pro­duit des troubles de fonc­tion­ne­ment, qui conduisent à la perte des immu­ni­tés natu­relles, c’est-à-dire aux mala­dies. Si, au contraire, elles sont sui­vies cor­rec­te­ment et ensemble, la bonne san­té et l’harmonie men­tale règnent d’une façon per­ma­nente. Et, quand un indi­vi­du est tom­bé malade, en dehors du retour à cet ensemble de lois natu­relles qui suf­fit à tout réta­blir, il n’existe que faux remèdes et gué­ri­sons illusoires. »

***

Frénésie de la consommation

La « méca­nique humaine » est pas pré­vue pour fonc­tion­ner sans arrêt. La « méca­nique humaine » est pas une méca­nique. Les méca­niques c’est parce qu’on en fabrique qu’il faut croire que ça existe. La « méca­nique humaine » ne s’insère pas sans mal dans un monde méca­ni­sé. La logique de la machine se sub­sti­tue insi­dieu­se­ment à celle de l’homme qui fait sem­blant d’y croire, qui fait sem­blant de mar­cher, qui fait sem­blant de suivre, qui suit, tant bien que mal, à grands coups d’équanyl, de valium, de librum, pous­sé au cul. Y’a long­temps que c’est plus du tout de l’homme qu’il s’agit, de n’importe quel homme, même de celui qui est en haut, celui-ci aus­si subit, se conforme à une fina­li­té qui contre­carre les siennes beau­coup plus radi­ca­le­ment que ne le fai­sait l’antique fata­li­té natu­relle, laquelle, d’ailleurs, n’a pas dis­pa­ru, tire dans sa direc­tion, ajoute de l’écartèlement. Tout le pro­blème est de repous­ser l’échéance, l’éclatement, l’effondrement, un peu plus loin, encore un peu plus loin. Y’a tou­jours une chance de mou­rir avant. La science et la tech­nique résolvent un tas de petits pro­blèmes qui, fina­le­ment, n’étaient pas les nôtres car les nôtres étaient tou­jours plus vastes que nous ne les avions  for­mu­lés. Mais les fausses solu­tions font naître chaque fois des pro­blèmes neufs qui font boule de neige, chaque fois plus énormes, plus inso­lubles, plus impos­sibles, même à poser : indéfinissables.

Parait que le retour au vil­lage c’est une solu­tion de fuite. La ciga­rette, la sur­ali­men­ta­tion, l’alcool, la drogue, les copains, les copines, le bou­lot, la « réus­site », l’abrutissement, le jeu  le mili­tan­tisme  c’est pas des solu­tions de fuites ?!

C’est là qu’est le scan­dale : dans le fait que la drogue, pour une fois, ne serve plus à s’adapter mais à se désa­dap­ter d’un monde invivable.

On n’a jamais vu une idéo­lo­gie sur­vivre à l’écroulement du sys­tème qu’elle jus­ti­fiait, mais on n’a jamais vu des gens détruire un sys­tème sans s’attaquer d’abord à l’idéologie sur laquelle il se fonde.

Pro­grès, face à l’avant-garde des « pas­séistes », a été de gueu­ler au « mythe natu­rel ». Ça sert encore. Évi­dem­ment, cette « expli­ca­tion » psy­cha­na­ly­tique ren­voie aux propres han­tises de qui l’exprime, au mythe inex­pri­mé parce qu’inexprimable, puisque uni­ver­sel, de l’artificiel.

***

Si vous le savez, c’est qu’on vous l’a dit

Rationalisme et scientisme

L’homme des­cend du singe et le singe des­cend de l’arbre, mais l’homme ne remon­te­ra pas sur l’arbre. Simiesque et cueilleur de fruits, deve­nu chas­seur et car­ni­vore, puis culti­va­teur et civi­li­sé, il lui faut se démer­der avec cette triple nature, donc expé­ri­men­ter les for­mules de com­pro­mis et renon­cer d’avance aux solu­tions parfaites.

Toute véri­té par­tielle est une erreur. Tous ce que nous pou­vons essayer de faire sans nous trom­per, c’est vivre. Il y a trois manières de vivre, trois manières d’appréhender une véri­té glo­bale, la nôtre, dont les mots ne rendent compte que du tiers rela­tif à leur domaine. Trois manières, l’intellectuelle, la sen­sible et la pra­tique, de cher­cher la véri­té, mais une manière de la trou­ver, qui est la conjonc­tion des trois. C’est pas facile et c’est pas assez sédui­sant parce que nous sommes tous, par tem­pé­ra­ment, par édu­ca­tion ou par réac­tion, por­tés à pri­vi­lé­gier l’une des trois, au dépens des deux autres. Parce que nous sommes aus­si et sur­tout condi­tion­nés par une civi­li­sa­tion four­voyée qui crève de s’être basée tout entière sur l’exercice de l’intellect et de l’intellect seul, au mépris de ce qui s’éprouve et se res­sent. C’est pas facile mais faut se forcer.

Les civi­li­sa­tions évo­luent à tra­vers les mêmes phases suc­ces­sives que les indi­vi­dus. Le ratio­na­lisme on en est tous pas­sés par là, à part ceux qui ne l’atteindront jamais, qui res­te­ront tou­jours des peti­zen­fants, l’immense majo­ri­té, peut-être, hélas, tant pis. Tou­te­fois le ratio­na­lisme n’est qu’une étape psy­cho­lo­gique, presque bio­lo­gique, une étape post-puber­taire qu’il faut atteindre, fran­chir, dépas­ser. Les pro­blèmes qui se posent aujourd’hui ne sont pas de ce que peut résoudre une civi­li­sa­tion ado­les­cente, faut ces­ser de fon­cer, sans cesse, d’une cer­ti­tude à son contraire et inversement.

Pré­pa­rer la révo­lu­tion, aujourd’hui – la faire aujourd’hui même – c’est réduire dès aujourd’hui la dis­tance qui sépare l’utopie de la réa­li­té. Il s’agit pas de fuir le réel pour se réfu­gier dans une uto­pie rêvée mais, au contraire, de réa­li­ser une Uto­pie vécue – de vivre l’utopie sans se cou­per le retour du réel tel qu’il est, pré­sen­te­ment, pour la plu­part des gens.

Le pres­tige du scien­ti­fique est tel qu’il lui inter­dit de dia­lo­guer publi­que­ment avec les gens qui n’ont pas son niveau de connais­sances. Voi­la com­ment des spé­cia­listes com­pé­tents deviennent incom­pé­tents par inca­pa­ci­té de sor­tir de leur domaine. D’où une irres­pon­sa­bi­li­té col­lec­tive désas­treuse. Quand j’entends le mot « spé­cia­liste », je sors mon revol­ver, si le spé­cia­liste est « émi­nent »,  je tire.

Encore une cita­tion : « Un cer­tain esprit scien­ti­fique n’est pas moins étroit que l’esprit reli­gieux. L’erreur fait peau neuve, sim­ple­ment. Elle était féti­chisme, elle deviens ido­lâtre. » (Vic­tor Hugo)

Encore une : « Je croyais qu’un savant c’était tou­jours un homme qui cherche une véri­té, alors que c’est sou­vent un homme qui vise une place. » (Jean Rostand)

Jux­ta­po­si­tion pas for­tuite. Une coa­li­tion d’intérêt s’appuie tou­jours sur une idéo­lo­gie, impli­cite ou expli­cite, for­mu­lée ou dif­fuse ; une idéo­lo­gie qui s’institutionnalise recouvre et pro­tège tou­jours une coa­li­tion d’intérêts.

Quand on croit très fort à la cohé­rence, on arrive tou­jours à la voir où elle n’est pas. Le besoin éper­du, reli­gieux, humain, de prou­ver qu’aucune contra­dic­tion n’est irré­duc­tible pour qui pos­sède un cer­veau en état de marche, c’est le pre­mier degré de la méga­lo­ma­nie. Dieu dégrin­go­lé de son trône, on s’assied à sa place, on se le fout dans la caboche. L’absolu est là, ras­su­rant, gri­sant, domes­ti­qué, réduit en truc qu’on fait mar­cher. Je pré­fère mille fois un curé à un ratio­na­liste assoif­fé de cer­ti­tudes néga­tives et dévo­ré  de volon­té de puis­sance. L’absolu à ras le sol, à ras de tête, à ras de révo­lu­tion ou à ras d’éprouvette, j’en ai abso­lu­ment la trouille. L’homme est éter­nel­le­ment écar­te­lé, par la trouille de mou­rir, entre le désir de com­prendre, qui le rend intel­li­gent, et le désir d’avoir com­pris, qui le rend bête. Le refus d’avoir com­pris, c’est par là que la liber­té com­mence. Com­men­ce­rait si, en posant la Liber­té comme un abso­lu, on ne se fai­sait encore baiser.

Ce qu’il y a de plus pro­fond, de plus irré­duc­tible et de plus per­vers en l’homme, c’est le besoin com­pen­sa­toire de rêve méta­phy­sique. Tout part tou­jours de là. Croyez pas que l’homme se tue à la tâche pour du fric, même s’il le croit. Der­rière le fric, il y a quelque chose qui le dépasse immen­sé­ment, et c’est là trouille de la mort. Toutes les méta­phy­siques sont des opiums, des pièges à cons, et les méta­phy­siques inver­sées sont les pires. Les méta­phy­siques me font chier toutes. Tant que je suis vivant, bien vivant, le « néant », rien à foutre.

La connais­sance scien­ti­fique (ration­nelle, etc.) repose depuis Aris­tote dans notre civi­li­sa­tion occi­den­tale sur « l’identité, qui assure la per­ma­nence en niant le deve­nir, l’analogie, qui assure la géné­ra­li­té en niant la sin­gu­la­ri­té,  et la quan­ti­té, qui assure la mesure on niant la dif­fé­rence. » Ces trois opé­ra­tions résultent de l’introduction de l’unité, de la marque, du signe et ça s’appelle la logique, qui per­met la domi­na­tion sur l’objet. Tu vois qu’on est en plein dans nos pré­oc­cu­pa­tions : on nous a appris depuis des siècles à nier de plus en plus ce qu’on appelle l’événement : ce qui est en deve­nir, sin­gu­lier et tou­jours dif­fé­rent, la vie, quoi ! Moi, je suis un fou­tu intel­lec­tuel et j’ai besoin de ça, faut que je com­prenne (même si Fou­cault c’est pas ça qu’il a vou­lu dire, tant pis pour lui) et grâce à ses élu­cu­bra­tions phi­lo­so­phiques je com­prends mieux et je sens mieux, quo­ti­dien­ne­ment, qu’est-ce que c’est la vie et sur­tout com­ment il fau­drait que ce soit et tout ce qu’il faut ren­ver­ser, lit­té­ra­le­ment, pour que notre vie, la mienne, celle de Madame Michu, de l’épicier, rede­vienne quelque chose de plein, de bien réel et vécu.

Une cer­taine métho­do­lo­gie scien­ti­fique oriente le déve­lop­pe­ment tech­nique actuel. Ce déve­lop­pe­ment tech­nique déter­mine tous nos modes d’activité. Nos modes d’activités condi­tionnent tous nos modes de pen­sée. Nos modes de pen­sée fondent toutes nos valeurs admises. On com­prend qu’il y ait des résis­tances. Y’a pour­tant pas d’autre moyen d’en sortir.

« Le trait com­mun entre les USA, l’URSS la Chine c’est l’idéologie : l’idéologie scien­tiste, qui sous-tend toutes les autres. Et c’est contre ça que la révo­lu­tion se fera. »  Alexandre Grothendieck.

La civi­li­sa­tion indus­trielle est bâtie sur, ren­due pos­sible par l’énorme hia­tus qui existe entre les sciences de la matière inerte et les sciences de la matière vivante. La phi­lo­so­phie de la trans­for­ma­tion phy­sique et chi­mique règne, la phi­lo­so­phie de la com­pré­hen­sion bio­lo­gique, de l’amour et du res­pect de la matière ne fait que sourdre encore, et déjà il est trop tard.

C’est chez les bio­lo­gistes qu’on trouve le plus de révo­lu­tion­naires authen­tiques, je veux dire contem­po­rains. Les types ont le nez dans la merde et dans les contra­dic­tions les plus fon­da­men­tales, avec consigne de ne rien voir. Ceux qui sont hon­nêtes, à ce régime, deviennent enragés.

On ne change pas la Socié­té sans chan­ger la Vie, mais on ne change pas la vie sans chan­ger la socié­té. On ne change pas la Vie sans chan­ger sa vie, mais on ne change pas la Socié­té sans chan­ger sa propre posi­tion dans la socié­té. On ne change pas la Socié­té sans chan­ger de mode de vie, mais on ne change pas de mode de vie sans chan­ger la Socié­té. Et ain­si de suite. Tour­nez ça dans tous les sens, le résu­mé reste le même : par ce que tout se tient, n’importe quelle petite réforme glo­bale vaut mieux que n’importe quelle grande réforme frag­men­taire.  L’une est féconde l’autre se contente de dépla­cer les pions.

Et si la pre­mière évi­dence à remettre en cause c’était ça : ce besoin d’un sys­tème, d’une théo­rie, d’une phi­lo­so­phie préalable ?

C’est la vie qu’il faut com­prendre. Mais com­prendre c’est aimer. Qu’il faut aimer. Mais aimer c’est vivre. Qu’il faut vivre. La vie est un don­né expé­ri­men­tal, et qui s’expérimente hors des labo­ra­toires. À la dif­fé­rence des sys­tèmes, la vie est incom­pré­hen­sible. Mais, à la dif­fé­rence des sys­tèmes, elle peut être vécue.

***

Changer notre relation au réel

Toutes les valeurs se fon­dant sur la liber­té, quand un domaine est consi­dé­ré comme le seul ou la liber­té puisse s’exercer, il devient aus­si le domaine exclu­sif des valeurs de ce que ce qui va avec la morale. Osez le déva­lo­ri­ser devient une infa­mie, qui per­met de soup­çon­ner toutes les autres. Quand j’explique patiem­ment à des types, comme à vous aujourd’hui, qu’il faut tout revoir en com­men­çant par le com­men­ce­ment : phy­sique, puis bio­lo­gie, puis psy­cho­lo­gie et socio­lo­gie enfin, ils me suivent jusqu’au moment où ils s’aperçoivent que je place le pro­blème social à la fin, et ils s’écrient, indi­gnés, mais oui, indi­gnés, et c’est nor­mal : « Tu prends le pro­blème à l’envers ! » C’est exact. Je le prends à l’envers d’eux. C’est à dire, pour moi, à l’endroit.

***

Posez-vous des questions

Le fameux débat sur l’être et l’avoir, lui encore, se borne à une oppo­si­tion sté­rile entre deux dimen­sions. Il conduit de ce fait à toutes les fausses solu­tions du mys­ti­cisme de paco­tille, du pied par la drogue et de l’amour uni­ver­sel s’effilochant en pas­si­vi­té nar­cis­sique et lar­vaire. Être, c’est aimer et sen­tir. Avoir, c’est décrire et connaitre. Il manque la troi­sième dimen­sion, celle du faire : de la trans­for­ma­tion active du monde par la tech­nique et la science. Qu’elle soit deve­nue aujourd’hui enva­his­sante n’autorise pas – au contraire – à en faire abstraction.

Le fond du pro­blème est là, jus­te­ment : nous nous sommes lais­sés enfer­mer dans la logique à deux pôles, dans la logique répé­ti­tive et gâteuse de l’ordinateur qui inter­dit toute rela­tion réelle parce que toute rela­tion réelle est ouverte : il y a les deux termes et ce qui les relie, qui est l’évolution, la dyna­mique : la Vie. On peut évi­dem­ment (et pour­quoi pas) don­ner à la vie un autre nom. Cer­tains l’appellent Dieu, libre à eux. Je n’en suis pas, mais suis pas de ceux que ça dérange. Et qu’il y en ait que ça hérisse, je l’admets aus­si, très bien.

Ce qui est sûr, c’est que le pro­blème de la sur­vie n’est pas poli­tique (n’est pas, veux-je dire, seule­ment poli­tique, n’en déplaise à ceux qui font de la poli­tique une mys­tique). Il va beau­coup plus loin que ça. C’est le pro­blème de la rela­tion de l’homme au réel. C’est un pro­blème reli­gieux (du latin ligere : relier). Une reli­gion est un sys­tème de rela­tion de l’homme à la nature, et par suite de l’homme à l’homme. Elle n’implique pas for­cé­ment l’existence de Dieu (pro­blème propre à l’univers men­tal judéo-chré­tien) ni celle d’une église. Toute grande révo­lu­tion (89) est un chan­ge­ment de reli­gion. Nous vivons sur l’héritage reli­gieux de 89. Le culte du Pro­grès est une reli­gion mes­sia­nique et fata­liste, basée sur des dogmes méta­phy­siques, entre­te­nue par une église qui a, comme celle du Moyen Âge, les mono­poles de l’éducation et de la san­té publique, plus beau­coup d’autres que l’église médié­vale n’avait pas. Et si cha­cun doit res­ter libre de choi­sir sa foi, ou de n’en choi­sir aucune, il ne reste pas moins que la socié­té dans son ensemble doit aujourd’hui chan­ger la base même de ses com­por­te­ments sui­ci­daires – chan­ger son mode de rela­tion au réel – chan­ger de religion.

***

La révolution écologique

L’irruption du fait éco­lo­gique dans notre champ de conscience signi­fie d’abord la fin de l’anthropocentrisme, et par voie de consé­quence, la fin d’un cer­tain ratio­cen­trisme car­té­sien : le je pense donc je suis figu­rant au centre du monde, comme seule réa­li­té indu­bi­table, avec tout le reste autour et s’y rap­por­tant. D’où la méca­ni­sa­tion de l’univers, figu­rée puis effec­tive, confor­mé­ment à nos seules struc­tures intel­lec­tuelles. Cette remise en ques­tion devra se faire mais ne l’est pas encore. C’est aux plus intel­lec­tua­li­sés qu’elle pose­ra le plus de pro­blèmes. Tel scien­ti­fique a déjà com­pris, et le pro­clame, que l’humanité ne sur­vi­vra qu’en chan­geant de buts, en abo­lis­sant la socié­té de gas­pillage et de sur­en­chère. Il se croit révo­lu­tion­naire et ne l’est pas. La décou­verte d’un nou­veau but doit entraî­ner celle de nou­veau moyens. Cette révo­lu­tion-là ne se fera pas sur des bar­ri­cades. Avant d’être révo­lu­tion­naire il faut être subversif.

Il va de soi qu’ « éco­lo­gique » s’entend au sens le plus large du terme. Ce n’est pas le « pro­blème de l’environnement » qui nous inté­resse, ce sont les extra­or­di­naires pos­si­bi­li­tés de révo­lu­tion enfin glo­bale, radi­cale et fon­da­men­tale que fait entre­voir l’absolue néces­si­té de le résoudre.

La contes­ta­tion de type pro­pre­ment poli­tique ne nous paraît plus pou­voir débou­cher que sur des impasses. Il faut s’opposer aux bases mêmes du sys­tème, qui sont éco­no­miques. On ne peut plus chan­ger la socié­té sans, d’abord, chan­ger la vie. Nous subis­sons les ultimes déve­lop­pe­ments logiques d’un capi­ta­lisme deve­nu, non plus seule­ment inter­na­tio­nal mais pla­né­taire. La socié­té capi­ta­liste, c’est la civi­li­sa­tion indus­trielle elle-même. Elle ne se contente plus de nous exploi­ter, elle nous détruit. Une seule issue : la révolte. La défense de l’environnement (nous pré­fé­re­rions dire comme les « pro­vos » hol­lan­dais : la récon­ci­lia­tion de la Nature et de la Culture) est deve­nue le pro­blème n°1. La prise de conscience éco­lo­gique ne débouche pas sur des réformes, des pal­lia­tifs, des rafis­to­lages, comme on vou­drait nous le faire croire en haut lieu, mais sur une révo­lu­tion, seule capable d’imposer le pas­sage iné­luc­table d’une éco­no­mie de crois­sance et d’exploitation à une éco­no­mie d’équilibre et de partage.

Notre sym­pa­thie pour le mou­ve­ment « hip­pie » ne nous empêche pas de pen­ser que la solu­tion n’est pas dans une mar­gi­na­li­sa­tion des indi­vi­dus conscients, mais dans une sen­si­bi­li­sa­tion des masses, qui débou­che­ra un jour ou l’autre, sur leur mobi­li­sa­tion. Nous pen­sons que cette mobi­li­sa­tion est pos­sible, sinon dans l’immédiat, du moins dans un futur assez proche pour qu’il faille, dès main­te­nant, le pré­voir et le pré­pa­rer. Notre obses­sion : nous faire com­prendre de Mon­sieur Tout-le-monde, lui faire com­prendre qu’il ne sau­ve­ra sa peau que si le monde change. Aucun mou­ve­ment révo­lu­tion­naire n’a jamais dis­po­sé d’un argu­ment pareil.

La révo­lu­tion n’est plus pos­sible par l’émeute dans la pétau­dière des villes où le flic, par la force des choses, devient le seul inter­mé­diaire pos­sible entre la machine et l’homme, et vous l’alibi dont il a besoin, comme l’anar poseur de bombes au début du siècle. C’est plus dans le piège à cons des usines, c’est dans les cam­pagnes déjà qu’on peut le mieux bos­ser, chan­ger quelque chose. Les villes sont condam­nées, les cita­dins fou­tus, sor­tez des villes. C’est seule­ment dans les villes qua­drillées par le pou­voir qu’on peut prendre un pou­voir dont on a plus rien à foutre, et s’y lais­ser prendre. Faut pas prendre le pou­voir ni le contrer, faut le nar­guer. Ce sont des struc­tures de non-pou­voir qu’il faut mettre en place. Et c’est au dehors des villes, en marge du pou­voir, que chan­ge­ra la vie, que se fon­de­ra, avant de tout enva­hir, la révo­lu­tion exis­ten­tielle, la révo­lu­tion non-vio­lente, libé­ra­trice et fra­ter­nelle. La crise éco­lo­gique c’est bien autre chose que « la pol­lu­tion », pro­blème mar­gi­nal appe­lant des solu­tions appro­priées (croit-on), c’est la sou­daine et bru­tale révé­la­tion de l’échec de la rai­son. La civi­li­sa­tion tech­no­lo­gique s’en remet­tra pas. La rai­son ne pou­vait consti­tuer, à elle seule, ni un moyen ni un but, c’est à dire qu’elle ne pou­vait four­nir de base maté­rielle ni spi­ri­tuelle viable. Y’a plus de base ! Tout le monde est pau­mé. Parce que « plus de base » évi­dem­ment ça veut dire : pas plus de base pour les « révo­lu­tion­naires » que pour les « conser­va­teurs ». Ils sont aus­si réacs les uns que les autres. Pas plus, pas moins. La vie (pour nous êtres humains) c’est la fusion du sen­ti­ment de la rai­son dans l’expérience indi­vi­duelle (laquelle n’annule pas mais englobe l’expérience de labo­ra­toire c’est-à-dire l’expérience dans les limites de la rai­son). Consé­quences, aux­quelles je fonce direc­to, en sau­tant allè­gre­ment par-des­sus les che­mi­ne­ments logiques qui ren­draient mes pro­pos moins sibyl­lins peut-être : fin du dis­tin­guo théo­rie-pra­tique,  inté­gra­tion de la com­pré­hen­sion, de la contem­pla­tion et de l’action dans la vie, sub­sti­tu­tion de la vie à « l’action », fin des phi­lo­so­phies spé­cu­la­tives, pro­mo­tion des phi­lo­so­phies opé­ra­tion­nelles, bref : fin des actions col­lec­tives dans les­quelles cha­cun n’engage qu’une part de soi, donc fin des meneurs : fin des théo­ries, donc fin des théo­ri­ciens ; fin des spé­cu­la­tions, donc fin des prophètes.

Pen­dant qu’on nous amuse avec des guerres et des révo­lu­tions qui s’engendrent les unes les autres en répé­tant tou­jours la même chose, l’homme est en train, à force d’exploitation tech­no­lo­gique incon­trô­lée, de rendre la terre inha­bi­table, non seule­ment pour lui mais pour toutes les formes de vies supé­rieures qui s’étaient jusqu’alors accom­mo­dées de sa pré­sence. Le para­dis concen­tra­tion­naire qui s’esquisse et que nous pro­mettent ces cons de tech­no­crates ne ver­ra jamais le jour parce que leur igno­rance et leur mépris des contin­gences bio­lo­giques le tue­ront dans l’œuf. La seule vraie ques­tion qui se pose n’est pas de savoir s’il sera sup­por­table une fois né mais si, oui ou non, son avor­te­ment pro­vo­que­ra notre mort.

Depuis 2 000 ans, la pre­mière vraie révo­lu­tion, toutes les autres en découlent, s’est pro­duite quand l’irruption du phé­no­mène scien­ti­fique a pro­vo­qué la par­ti­tion de l’homme et de la nature en sub­sti­tuant, à une rela­tion de fils à mère, une rela­tion de sujet à objet. La deuxième com­mence sous nos yeux : de plus en plus nom­breux sont ceux qui embrayent sur le réel tel qu’il est, et se servent de la lutte anti-pol­lu­tion comme du seul levier révo­lu­tion­naire acces­sible aujourd’hui.

On ne change rien si l’on ne change pas tout. Et c’est bien parce qu’il va fal­loir à toute force chan­ger ce rien, au regard myope des intel­lec­tuels cou­peurs de mots en quatre, ce rien, cette paille qu’est votre atti­tude agres­sive et néga­tive vis-à-vis de tout ce qui nous entoure et vis-à-vis de nous-mêmes (car tout se tient), c’est bien pour cela que tout va chan­ger. Je n’ai jamais prô­né le retour pur et simple à la matrice, j’ai deman­dé que ce retour inévi­table qui pré­cède des catas­trophes, ne se fasse pas sous la pres­sion de catas­trophes, ne nous soit pas impo­sé, ne se tra­duise pas, de ce fait, par une régres­sion ; qu’il n’entraîne pas, par force, la perte de nos acquis, ni n’en découle, mais qu’il soit vou­lu et conscient ; qu’il s’effectue, pen­dant que c’est encore pos­sible, au niveau supé­rieur de conscience, qui est ou pour­rait être le nôtre. Il ne s’agit pas de renon­cer à s’affranchir des fata­li­tés natu­relles, mais de prendre enfin conscience de ce que nous ne nous en sommes pas affran­chis, de ce que le seul moyen de nous en affran­chir est de les dépas­ser par la connais­sance et de que cette connais­sance nous appar­tient à tous, appar­tient, de droit, à cha­cun de nous.

Révo­lu­tion glo­bale, ça veut dire en réa­li­té, révo­lu­tion FONDAMENTALE parce que c’est sur le fond que s’opère la syn­thèse sans quoi la glo­ba­li­té reste inaccessible.

Dans une civi­li­sa­tion qui met l’essentiel en marge, le mar­gi­na­lisme est par­fois le plus court che­min vers les aspi­ra­tions du plus grand nombre.

Loin d’occulter le pro­blème social, le pro­blème éco­lo­gique nous fourre le nez dedans. Sim­ple­ment, il lui four­nit le cadre hors duquel toute recherche de solu­tion ne pour­rait être que fantaisiste.

Les son­dages, les mee­tings ça ne peut ser­vir qu’à faire la guerre. On ne fait pas plus la paix avec ça qu’avec des mitraillettes. L’idée de paix, creuse abs­trac­tion pla­quée sur la trame d’une civi­li­sa­tion bel­li­ciste par essence, recèle exac­te­ment la même charge d’inévitable agres­si­vi­té dyna­mique pure, par exemple, que l’idée du pro­grès, autre creuse abs­trac­tion, simple jus­ti­fi­ca­tion d’un dogme absurde de la crois­sance éco­no­mique expo­nen­tielle, de l’équilibre acquis par l’enflure indé­fi­nie du pou­voir, du nombre, des besoins, des satis­fac­tions, des insa­tis­fac­tions, des obli­ga­tions et des conflits. Tant qu’on ne chan­ge­ra pas radi­ca­le­ment, c’est-à-dire en allant plus loin que « le social », les bases d’une socié­té qui fait de l’agressivité le prin­cipe du pro­grès, et qui ne défi­nit le pro­grès qu’en termes de quan­ti­té, l’état de guerre res­te­ra ce qu’il est : le seul moyen de résoudre quand même les conflits éco­no­miques  qu’on ne peut résoudre en état de paix. Faut savoir ce qu’on veut. Si l’on accepte que la paix soit rela­tive, soit une guerre lar­vée, faut accep­ter l’éventualité de l’état de guerre comme crise évo­lu­tive et nor­ma­tive inévi­table entre deux états de paix relative.

La paix, c’est toutes les cinq minutes qu’il faut la faire. Si vous avez pigé ça (si vous êtes aus­si loin que moi d’avoir vrai­ment pigé) et si un type vous frappe sur la joue gauche, foutez‑y un grand coup de tatane quelque part, ça vau­dra mieux pour vous, pour lui, pour tout le monde.

Les fina­li­tés réelles de la socié­té indus­trielle sont tota­le­ment irra­tion­nelles et l’industrie de la guerre ne fait que rendre plus évi­dente encore cette irra­tio­na­li­té fon­da­men­tale. Cette démons­tra­tion que les faits sont en train de nous four­nir, de l’irrationalité fon­da­men­tale du posi­ti­visme, est évi­dem­ment très emmer­dante pour les mar­xistes puisque le mar­xisme n’est qu’un des mul­tiples déve­lop­pe­ments du posi­ti­visme ; qu’une des mul­tiples manières de croire que les faits sont conte­nus tout entiers dans la mesure qu’on peut en faire et la défi­ni­tion qu’on peut en donner.

La socié­té doit ces­ser d’être orga­ni­sée pour deve­nir orga­nique, s’affranchir des modèles mathé­ma­tiques pour se cal­quer sur des modèles bio­lo­giques. Ceci  n’implique pas l’abandon de l’optique scien­ti­fique, mais son dépas­se­ment ; n’implique pas le renon­ce­ment à la réflexion, ni à l’expérimentation, mais leur appro­fon­dis­se­ment. Ce retour conscient à la nature est tout le contraire de « natu­rel ». Il va même exac­te­ment en sens inverse des ten­dances les plus « naturelles ».

Le quoi faire ne gène per­sonne ? La ques­tion n’est pas : quoi faire ? Mais : com­ment faire ? C’est le com­ment faire qui est révo­lu­tion­naire. Il faut :

Foutre le camp, mais pour mieux revenir.

Faire la grève, mais pour tout investir.

Mettre en route dès aujourd’hui, « now ! », la sub­ver­sion par le mode de vie.

Appli­quer, recher­cher et faire connaitre des tech­niques de boy­cott, des tech­niques de sub­sti­tu­tion, des tech­niques de sur­vie, des tech­niques de retour au pri­mor­dial et au vital.

Par­tir de la réforme indi­vi­duelle et la faire débou­cher sur la réforme col­lec­tive, appe­lez-la révo­lu­tion, en recons­ti­tuant le lien orga­nique des petites col­lec­ti­vi­tés natu­relles que la cen­tra­li­sa­tion a détruites.

Mettre en place et déve­lop­per des struc­tures, des moyens, des méthodes de non-fric, non-consom­ma­tion, non-pro­duc­tion, non-dépen­dance, non-obéissance.

Tout ça c’est moi qui le rajoute, mais je relis et je signe. « Do it »

***

Survivre

Le désastre éco­lo­gique qui guette toute la terre est en même temps une force poli­tique immense. Le tout est de savoir la réveiller, cette force. La cana­li­ser avant qu’elle ne se déchaîne dans le vent de panique de grandes catas­trophes. Cette force qui est dans la conscience nette du dan­ger de mort, elle peut être le moteur puis­sant qui va pous­ser les hommes à s’atteler un peu aux trans­for­ma­tions qu’il faut.

Et c’est une chance ter­rible, somme toute, que la sur­vie ne soit pas pos­sible « en trans­for­mant » notre socié­té un peu plus encore en une cage à lapin de ciment et plas­tique, en nous échi­nant encore un peu plus devant des auto­mates tou­jours plus gros et plus cons, pour pro­duire de la came­lote tou­jours aus­si laide, aus­si super­flue et vite démo­dée, qu’ira s’accumuler sur des mon­tagnes d’ordures tou­jours plus hautes par­tout où on ira. Ni en conti­nuant à amé­lio­rer nos fusées à têtes mul­tiples, en nous tapant des­sus à coup de mitraillettes, de défo­liants, de napalm et de fusées, pour nous arra­cher les uns les autres les der­niers lam­beaux de matières pre­mières qu’ont pas encore été trans­for­mées en puantes ordures. C’est heu­reux que ce soye comme ça, et la crise de notre fin de mil­lé­naire, de notre fin du qua­trième mil­liards d’années pour mieux dire, si on n’y laisse pas la peau, ce sera alors notre chance d’arriver enfin à vivre comme des hommes. L’Écologie elle va nous y obli­ger à coups de pied dans le cul – des coups de pieds si vio­lents qu’on ne sera pas prêt de les oublier, s’ils nous cassent pas les reins aus­si secs. La leçon qu’elle va nous ensei­gner, l’Écologie, elle va pas être rose, vous faites pas d’illusion, et qu’elle soye utile ça dépen­dra que de nous : vivez comme des hommes, ou au moins pas plus mal que les ani­maux, mille fois moins idiots et moins carnes que vous, ou bien cre­vez tous.

L’humanité a le choix entre la révo­lu­tion, ou sa dis­pa­ri­tion. Et la révo­lu­tion, fau­dra la faire en uti­li­sant l’Écologie comme un levier, et comme une fin. L’un et l’autre.

Cela dit, le choix d’un révo­lu­tion­naire lucide me semble assez clair.

C’est le nôtre.

« La doc­trine tue la vie », disait Bakou­nine. La révo­lu­tion éco­lo­gique étant une révolte de l’instinct vital, les doc­tri­naires seront les der­niers à en com­prendre l’urgence, le sens et la portée.

Y’a encore des mecs qu’ont pas com­pris que je suis indé­crot­table, et qui se don­naient la peine de m’écrire pour m’expliquer que la pol­lu­tion (sic) c’est pas l’essentiel. L’essentiel, c’est selon. C’est l’amour. Ou la jus­tice. Ou la liber­té. Ou la Vie éter­nelle (dans ce monde ou l’autre). Ou la connais­sance (celle que vous vou­drez). Ou l’art. Ou le bon­heur. Ou la Révo­lu­tion (à chaque fois, on avance d’un cran dans l’absurde vous remarquerez).

Seule­ment, le pri­mor­dial, tout le monde s’en fout parce que le pri­mor­dial nous est impo­sé tan­dis que l’essentiel, lui, on le choi­sit (ou l’on s’imagine le choisir).

Ce qu’il y a de nou­veau dans la situa­tion pré­sente, voyez vous, c’est l’irruption du pri­mor­dial. La terre se dérobe sous nos pas, l’air échappe à nos pou­mons. Le sou­ci du pri­mor­dial s’impose à nous. Du coup, l’essentiel devient secon­daire. La vie s’ordonne, ça plaît pas à tout le monde, ça plaît même à per­sonne, selon SA logique (et non plus la nôtre) : un, le pri­mor­dial, deux, si on a le temps, l’essentiel.

Eh bien, les potes, on a pris conscience d’être sépa­rés du pri­mor­dial et, du coup, le pri­mor­dial est deve­nu le pre­mier objet de nos choix, indi­vi­duels et col­lec­tifs. Et ce pri­mor­dial rééva­lué, pour la pre­mière fois, peut inté­grer tous les essen­tiels sans contra­dic­tion. Le pri­mor­dial est l’essentiel, pour la pre­mière fois depuis tou­jours peut-être, c’est la même chose.

Pro­fi­tez-en.

Pierre Four­nier

Print Friendly, PDF & Email
Total
97
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

L’ONU, le philanthrocapitalisme et l’écologisme grand public (par Fabrice Nicolino)

Le texte qui suit est tiré du livre crucial écrit par Fabrice Nicolino, « Un empoisonnement universel : Comment les produits chimiques ont envahi la planète » (Les liens qui libèrent, 2014). Il revient sur la création d'institutions supposément écologistes parmi les plus prestigieuses, et sur les intérêts économiques qui se cachent insidieusement derrière. Il complète bien le précédent article publié sur notre site, une traduction d'un texte du chercheur australien Michael Barker, qui traite à peu près du même sujet. Ils permettent de comprendre pourquoi il est illusoire de compter sur les institutions dominantes pour sauver quoi que ce soit (à l'exception de la civilisation industrielle).
Lire

Monarchie, aristocratie, démocratie et anarchie : Réflexions sur les différents régimes politiques (par Francis Dupuis-Déri)

« Quel est le meilleur régime politique ? » Voilà la question fondamentale à laquelle la philosophie politique occidentale s’est traditionnellement attribué le devoir de répondre, dénombrant généralement trois types purs de régimes (la monarchie, l’aristocratie et la démocratie) et un régime mixte (la république), constitué d’éléments des trois régimes purs. [...] Quant à l’« anarchie », les philosophes les plus influents de la tradition occidentale l’ont identifiée comme la forme dégénérée et pathologique de la démocratie, entendue ici sous sa forme directe où tous les citoyens peuvent participer à l’assemblée où se prennent les décisions politiques collectivement et à la majorité. Assimiler ainsi l’anarchie à une forme dévoyée de la démocratie directe constitue une erreur grave qui appauvrit la philosophie politique.
Lire

L’espoir est un fléau ! (par Derrick Jensen)

L'espoir est le véritable tueur. L'espoir est nuisible. L'espoir nous permet de rester immobiles dans un radeau en perdition au lieu d'agir et d’affronter le problème. Oubliez l'espoir. Analyser sincèrement et honnêtement la situation comme elle se présente est notre unique chance. Au lieu d'attendre, en "espérant" que l'on s'en sorte, peut-être devrions-nous admettre que prendre la pleine mesure de la situation, aussi déplaisante soit-elle, est positif puisque c'est la première marche vers le changement véritable. [...]