De l’aveuglement positiviste

Face aux mul­tiples pro­blèmes de notre temps (l’empoi­son­ne­ment uni­ver­sel de la tota­li­té du pay­sage éco­lo­gique pla­né­taire par des sub­stances toxiques engen­drées par l’in­dus­trie chi­mique et ses sem­blables — « Les pes­ti­cides sont désor­mais par­tout. Dans l’eau de pluie des villes et même das la rosée du matin. Chez les ours, les pumas, les dau­phins, les baleines, les cor­mo­rans, les alli­ga­tors. Dans le sang du cor­don ombi­li­cal des nou­veaux nés. Dans l’a­li­men­ta­tion stan­dar­di­sée de presque toues les pays du globe, au Gabon, en Boli­vie, chez les Abo­ri­gènes d’Aus­tra­lie. Au fond du del­ta du Mis­sis­sip­pi, der­rière le bar­rage des Trois Gorges, dans les rivières, les ruis­seaux qui des­cendent des col­lines et des mon­tagnes de France et de Navarre. Dans le lait mater­nel et dans le vin des buveurs. Abso­lu­ment par­tout. » (Fabrice Nico­li­no) — les inéga­li­tés éco­no­miques mons­trueuses qui gan­grènent nos socié­tés humaines ; etc.), un cer­tain sen­ti­ment de tris­tesse ambiante s’est logi­que­ment développé :

Voi­ci ce que j’ai pen­sé : il y avait la vie ter­restre par­mi quoi nous vivions, que le pro­grès de la rai­son entre­prit d’équiper de voies fer­rées, de moteurs à explo­sion, d’éclairage élec­trique et de télé­phones, d’usines chi­miques et de télé­vi­sions ; et pour finir il allu­ma des­sous le bûcher de Tchernobyl.

On com­prend qu’il ne soit pas conve­nable de nous pro­mettre encore l’avenir radieux, au mieux nous assure-t-on que des pal­lia­tifs effi­caces sont en pré­pa­ra­tion dans les labo­ra­toires ; et la publi­ci­té, dont chaque nou­veau men­songe avoue le pré­cé­dent, ne nous presse-t-elle pas de « retrou­ver le vrai goût d’autrefois » ? Léon-Paul Fargue, peu avant que l’économie n’ait ache­vé l’extermination de cet autre­fois du monde huma­ni­sé, l’autrefois des jours pleins de len­de­mains, avait pres­sen­ti ce ren­ver­se­ment ; tout juste la science ratio­na­liste venait-elle d’essayer sur Hiro­shi­ma ses nou­velles équa­tions : « Oui, dis-tu, j’ai connu ce dont je parle. C’est beau comme une jour­née man­quée. Comme une vie man­quée. J’ai su que cela avait eu lieu, et que d’autres aus­si ont vécu ce pas­sé aujourd’hui dési­ré, atten­du comme un avenir. »

S’il nous vient par inad­ver­tance de vou­loir son­ger aux jours futurs, aux années pro­chaines, à quoi res­sem­ble­ra le monde et par exemple les infor­ma­tions que nous y enten­drons le matin en nous réveillant ; aus­si­tôt voi­là notre enten­de­ment qui char­bonne et notre âme qui se trouble comme de tou­cher à d’hostiles ténèbres : on dirait que ce pré­sent où nous exis­tons encore vivants et tan­gibles, ce vaste assem­blage de tout ce qui existe, ce monde évident où nous sommes aujourd’hui sans éton­ne­ment, ne débouche bien­tôt sur rien que sur du néant.

Cha­cun, pour peu qu’il s’examine avec conscience, consta­te­ra d’ailleurs le soin qu’il prend à détour­ner son ima­gi­na­tion d’un ave­nir si confus et si déplai­sant, ain­si qu’il écar­te­rait en rou­gis­sant un sou­ve­nir mal­sain (sans doute par quelque phé­no­mène d’antémémoration) ; avec quel natu­rel nous élu­dons toute consi­dé­ra­tion quant au futur immi­nent, ce qui en est déjà conce­vable par les évé­ne­ments qui nous y mènent, ce qui peut s’en pré­dire d’après des cir­cons­tances déjà pré­sentes et visibles et si pré­ci­pi­tées que les jour­naux même ne se donnent plus la peine d’en dis­si­mu­ler les symp­tômes ; qui sont autant de pré­mices et de causes pro­chaines au regard de la pen­sée qui les exa­mine. Les rou­geoie­ments en pro­jettent vers nous de longues ombres qui déjà nous enve­loppent : nous tâton­nons et nous croyons voir, nous reni­flons les com­bus­tions d’un monde par­ti en fumées et nous croyons penser. […] 

Voi­ci ce que j’ai pen­sé : dans un recoin de son Ethique, Spi­no­za note à peu près ceci que lorsqu’une chose est tou­chée par la tris­tesse, elle est, dans une cer­taine mesure, détruite. J’en ai tiré cette idée que la tris­tesse que l’on res­sent des choses nous pré­vient de leur condam­na­tion ; ain­si du sen­ti­ment de soli­tude et de nudi­té qui émane des quar­tiers pro­mis à la démo­li­tion : tout y existe en vain.

Je me suis deman­dé s’il nous arri­vait encore d’éprouver des joies où la tris­tesse ne vien­drait se jeter comme à la tra­verse ; qui ne se mélan­ge­raient pas d’une impres­sion de déclin, de ruine pro­chaine, de vani­té. Tiens, se dit-on, cela existe encore ? Nos joies sont de cette sorte que nous pro­cure un vieux quar­tier d’habitation ren­con­tré au fau­bourg d’une ville étran­gère et pauvre, que le pro­grès n’a pas eu le temps de refaire à son idée. Les gens semblent là chez eux sur le pas de la porte, de simples bou­tiques y pro­posent les objets d’industries que l’on croyait éteintes ; des mai­sons hors d’âge et bien­veillantes, qu’on dirait sans télé­phone, des rues d’avant l’automobile, pleines de voix, les fenêtres ouvertes au labeur et qui réveillent des impres­sions de loin­tains, d’époques accu­mu­lées, de proche cam­pagne ; on buvait dans ce vil­lage un petit vin qui n’était pas désa­gréable pour le voya­geur. C’est tou­jours avec la conscience anxieuse d’une der­nière fois, que nous ne le rever­rons jamais ain­si, qu’il faut se dépê­cher d’avoir connu cela ; que ces débris, ces frag­ments épar­gnés de temps ter­restre, où nous entre­voyons pour un moment heu­reux le monde d’avant, ne tar­de­ront plus d’être balayés de la sur­face du globe ; et pour finir toutes nos joies res­semblent à ces trou­vailles émou­vantes, mais après tout inutiles, que l’on fait dans les tiroirs d’une liqui­da­tion d’héritage : ce n’en sont plus, ce sont d’ardentes tris­tesses, ce sont des amer­tumes un ins­tant lumineuses.

J’ai pen­sé aus­si qu’on ne s’accommode de ce que ce pré­sent fac­tice et empoi­son­né nous offre, qu’à la condi­tion d’oublier les agré­ments aux­quels nous goû­tions le plus natu­rel­le­ment par le pas­sé et que cette époque n’autorise plus ; et de ne pas son­ger que ceux dont nous trou­vons encore à jouir, il fau­dra sem­bla­ble­ment en perdre le sou­ve­nir, en même temps que l’occasion ; qu’à défaut d’oubli on en vient à devoir s’en fabri­quer au moyen d’ingrédients de plus en plus pauvres et quel­conques, des fins de série, des objets d’usage sau­vés de bric-à-brac, tout impré­gnés de temps humain et qui nous attristent ; de tout ce qui peut se déni­cher en fait de rebuts, de der­niers exem­plaires, de pièces déta­chées, de vieilles cartes pos­tales ; se réfu­giant dans les détails de rues en ins­tance, ciels de traîne, matins d’automne ; de tout ce qui fut.

— Bau­douin de Bodi­nat, La vie sur terre, tome premier.

Par­mi les diverses réac­tions que ces pro­blèmes sus­citent (colère, peur, rage, tris­tesse, déses­poir, etc.), on retrouve une éton­nante réac­tion fré­né­ti­que­ment positiviste :

Dans un autre domaine, pseu­do-phi­lo­so­phique, on entend beau­coup dire, depuis qu’a défer­lé sur l’oc­ci­dent une VAGUE D’OPTIMISME POST-SOIXANTE-HUITARDE qui a pris sa source dans les uni­ver­si­tés de Cali­for­nie, qu’il faut « posi­ti­ver », et lais­ser de côté tout ce qui est néga­tif. C’est deve­nu un slo­gan publi­ci­taire… Si posi­ti­ver consis­tait sim­ple­ment à voir le bon côté des choses, à jouir d’un verre à demi-plein au lieu de se lamen­ter devant un verre à demi-vide, rien à dire, c’est du sain Épi­cu­risme. Mais posi­ti­ver ne s’en tient pas là : on s’ef­force de mécon­naître « le néga­tif », les limites, inhé­rentes à la nature de l’être, les fai­blesses, les ratages inévi­tables. C’est l’é­cole de l’i­nau­then­ti­ci­té. L’é­tat de celui qui a du mal à faire face se trouve aggra­vé par un slo­gan qui le déva­lo­rise un peu plus : « Les autres y arrivent, et pas moi… » Allez dire « il faut posi­ti­ver ! » à celui qui souffre. Ce slo­gan n’est bon que quand tout va bien, mais pré­pare mal à la ren­contre des dif­fi­cul­tés. Encore un mirage mal­fai­sant. La publi­ci­té n’est pas avare de ces trou­vailles irréa­listes, comme ce « à tous, on peut tout… » d’une entre­prise cari­ta­tive : mais non, c’est tout à fait faux, et il n’est pas dif­fi­cile de s’en rendre compte. Mais cette culture du mirage ajoute à l’en­tre­prise géné­rale de nar­cis­si­sa­tion d’une socié­té qui fait d’au­tant plus de déçus qu’elle leur fait miroi­ter l’i­mage de la réus­site, « du top niveau », du record dépas­sé, etc. (Dr Michel Pou­quet, Novembre 1996)

Le rôle de l’inci­ta­tion au posi­ti­visme de notre temps pour­rait être com­pa­rée à celui du Soma, la fameuse drogue ima­gi­née par Aldous Hux­ley, dans « le Meilleur des Mondes » (1932), à pro­pos de laquelle il écrit dans « Retour au Meilleur des Mondes » (1952):

« Les êtres fina­le­ment décan­tés n’é­taient plus tout à fait humains, mais encore capables d’ac­com­plir des besognes non spé­cia­li­sées et l’on pou­vait comp­ter que, conve­na­ble­ment condi­tion­nés, relaxés par des rap­ports libres et fré­quents avec le sexe oppo­sé, constam­ment dis­traits par des amu­se­ments gra­tuits et ren­for­cés dans leur com­por­te­ment conforme par des doses quo­ti­diennes de soma, ils ne cau­se­raient jamais le moindre ennui à leurs supérieurs.

La ration de soma quo­ti­dienne était une garan­tie contre l’in­quié­tude per­son­nelle, l’a­gi­ta­tion sociale et la pro­pa­ga­tion d’i­dées sub­ver­sives. Karl Marx décla­rait que la reli­gion était l’o­pium du peuple, mais dans le Meilleur des Mondes la situa­tion se trou­vait ren­ver­sée : l’o­pium, ou plu­tôt le soma, était la reli­gion du peuple. Comme elle, il avait le pou­voir de conso­ler et de com­pen­ser, il fai­sait naître des visions d’un autre monde, plus beau, il don­nait l’es­poir, sou­te­nait la foi et encou­ra­geait la charité.

[…] Le soma de ma fable avait non seule­ment la pro­prié­té de tran­quilli­ser, d’hal­lu­ci­ner et de sti­mu­ler, mais aus­si d’aug­men­ter la sug­ges­ti­bi­li­té et pou­vait donc être uti­li­sé pour ren­for­cer les effets de la pro­pa­gande gouvernementale. »

Chris Hedges, quant à lui, cri­tique l’as­pi­ra­tion au posi­ti­visme dans son excellent article inti­tu­lé « Notre manie d’espérer est une malé­dic­tion » (que nous vous pro­po­sons sur notre site):

« L’aspiration au posi­ti­visme, omni­pré­sente dans notre culture capi­ta­liste, ignore la nature humaine et son his­toire. Cepen­dant, ten­ter de s’y oppo­ser, énon­cer l’évidence, à savoir que les choses empirent, et empi­re­ront peut-être bien plus encore pro­chai­ne­ment, c’est se voir exclure du cercle de la pen­sée magique qui carac­té­rise la culture états-unienne et la grande majo­ri­té de la culture occi­den­tale. La gauche est tout aus­si infec­tée par cette manie d’espérer que la droite. Cette manie obs­cur­cit la réa­li­té, au moment même où le capi­ta­lisme mon­dial se dés­in­tègre, et avec lui l’ensemble des éco­sys­tèmes, nous condam­nant poten­tiel­le­ment tous.

Le théo­ri­cien du XIXe siècle Louis-Auguste Blan­qui, contrai­re­ment à presque tous ses contem­po­rains, écar­ta la croyance, chère à Karl Marx, selon laquelle l’histoire est une pro­gres­sion linéaire vers l’égalité et une meilleure mora­li­té. Il nous avait aver­ti du fait que ce posi­ti­visme absurde était un men­songe col­por­té par les oppres­seurs : « Toutes les atro­ci­tés du vain­queur, la longue série de ses atten­tats sont froi­de­ment trans­for­mées en évo­lu­tion régu­lière, iné­luc­table, comme celle de la nature.[….] Mais l’engrenage des choses humaines n’est point fatal comme celui de l’univers. Il est modi­fiable à tout minute ». Il avait pres­sen­ti que les avan­cées scien­ti­fiques et tech­no­lo­giques, plu­tôt que d’être les pré­sages du pro­grès, pou­vaient être « une arme ter­rible entre les mains du Capi­tal contre le Tra­vail et la Pen­sée ». Et à une époque où bien peu le fai­saient, il dénon­çait le sac­cage du monde natu­rel. « La hache abat, per­sonne ne replante. On se sou­cie peu que l’avenir ait la fièvre ».[…] »

Il fait éga­le­ment la cri­tique de la « psy­cho­lo­gie posi­tive » dans son excellent livre « l’empire de l’illu­sion »:

Pour les tenants de la psy­cho­lo­gie posi­tive, les per­sonnes qui, peu importe le contexte dans lequel elles baignent, n’arrivent pas à adop­ter une atti­tude posi­tive sont en quelque sorte malades. Un peu comme on l’a fait pour les Chi­nois récal­ci­trants pen­dant la Révo­lu­tion cultu­relle, il faut cor­ri­ger leur atti­tude. À celui qui vit de manière posi­tive arrive tou­jours quelque chose de posi­tif. Comme toutes les illu­sions répan­dues dans la culture, une telle croyance encou­rage les gens à fuir la réa­li­té lorsque celle-ci s’avère effrayante ou dépri­mante. Ces spé­cia­listes du « bon­heur » ont aus­si for­mu­lé la « loi de l’attraction »: en por­tant toute son atten­tion sur ce qu’on désire, on attire les bonnes choses de la vie, que ce soit en matière d’argent, de rela­tions ou d’emploi. Ce pro­cé­dé de visua­li­sa­tion, qui nous per­met­trait de concré­ti­ser nos dési­rs ou nos convic­tions, n’est pas très dif­fé­rent de la prière à un Dieu ou à un Jésus qui, nous dit-on, vou­drait nous rendre riches et célèbres. Cette idéo­lo­gie a pour effet per­ni­cieux de for­cer toute per­sonne aux prises avec des dif­fi­cul­tés à s’imputer ses propres souf­frances. Les enfants mal­trai­tés, les femmes agres­sées sexuel­le­ment, les chô­meurs, les malades en phase ter­mi­nale, tous ceux qui souffrent de soli­tude, de dépres­sion ou de mala­die men­tale, ceux qui sont anal­pha­bètes ou seuls, qui pleurent la perte d’un être cher, sont écra­sés par la pau­vre­té, ont subi un trau­ma­tisme ou cherchent à rompre avec la toxi­co­ma­nie, ceux qui sont assi­gnés à des tâches ingrates contre un salaire de misère ou qui, inca­pables de payer leurs frais médi­caux, font face à une sai­sie ou à la faillite, auraient sim­ple­ment besoin d’abandonner leur atti­tude négative.[…]

La psy­cho­lo­gie posi­tive pro­pose aux grandes entre­prises des tech­niques effi­caces de coer­ci­tion par la per­sua­sion. Sem­blables aux méthodes appli­quées par bon nombre de sectes reli­gieuses, elles ont pour but de fondre les employés dans un grand tout « heu­reux ». Afin d’ébranler le sen­ti­ment d’identité des sala­riés et d’inciter ceux-ci à la doci­li­té, les diri­geants des grandes entre­prises encou­ragent aus­si bien les attaques per­son­nelles et le har­cè­le­ment psy­cho­lo­gique que les effu­sions d’éloges. Pour pous­ser un tra­vailleur à se confor­mer au moule, ils incitent volon­tiers ses pairs à faire pres­sion sur lui. Affir­ma­tion de soi et esprit cri­tique sont condam­nés en tant qu’attitudes néga­tives, et on n’hésite pas à mani­pu­ler et à contrô­ler l’ensemble du milieu social d’un employé pour sta­bi­li­ser son com­por­te­ment une fois celui-ci jugé adéquat.[…]

La psy­cho­lo­gie posi­tive véhi­cule une idéo­lo­gie qui a quelque chose de sombre et d’insidieux. Elle condamne ceux qui cri­tiquent la socié­té, les ico­no­clastes, les dis­si­dents, les indi­vi­dua­listes, parce qu’ils refusent de capi­tu­ler, de se joindre au beu­gle­ment d’un trou­peau sou­mis à la culture d’entreprise. Elle étouffe la créa­ti­vi­té et l’autonomie morale, et cherche à engon­cer l’individu dans le car­can de la doci­li­té col­lec­tive. Le prin­ci­pal ensei­gne­ment de ce cou­rant, qui s’inscrit dans l’idéologie de l’État-entreprise, veut que l’épanouissement passe par un confor­misme social abso­lu, digne des sys­tèmes tota­li­taires. Sa fausse pro­messe d’harmonie et de bon­heur ne fait qu’exacerber l’anxiété et le sen­ti­ment d’impuissance des indi­vi­dus. En découlent une alié­na­tion et une obli­ga­tion constante de faire preuve d’enthousiasme et d’entrain qui minent l’authenticité des rela­tions. L’isolement propre à une vie active où les appa­rences pré­valent sur la sin­cé­ri­té et où l’on doit se mon­trer opti­miste, quel que soit son état d’esprit ou sa situa­tion, est per­tur­bant et stres­sant. On peut pen­ser qu’une atti­tude posi­tive n’arrangera pas les choses si on perd son emploi ou qu’on tombe malade, mais cet hor­rible sen­ti­ment, néga­tif, doit être étouf­fé, anéan­ti. Au pays de la pen­sée posi­tive, il n’y a aucune injus­tice fla­grante, aucun abus d’autorité, aucun sys­tème éco­no­mique ou poli­tique à contes­ter, bref, il n’y a aucune rai­son de se plaindre. Ici, tout le monde est heureux.

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
5 comments
  1. Magni­fique ! Je cours ache­ter le libre de Chris Hedges ! Je n’en peux plus de sup­por­ter ce dis­cours de la pen­sée posi­tive, de la loi d’at­trac­tion, du « secret », de « votre désir est votre ordre » et tout le tintouin.

    Votre blog est puis­sant, les mots et les concepts sont dépol­lués, démi­nés. Les choses sont claires, le brouillard men­tal se dis­perse. L’a­pai­se­ment de com­prendre se mani­feste immé­dia­te­ment mais aus­si­tôt la rage de se battre, son impé­rieuse néces­si­té, éclate au grand jour, sans pos­si­bi­li­té de dis­si­mu­la­tion cette fois.

  2. Oui ça fait du bien de lire ce genre de choses ! Par contre, atten­tion à ne pas confondre la pen­sée posi­tive et la psy­cho­lo­gie posi­tive. La 2° se centre sur l’é­tude de ce qui va bien et com­ment font les gens pour vivre en har­mo­nie, heu­reux, pour être rési­lients etc… C’est inté­res­sant comme démarche, tout autant que l’é­tude des pro­blèmes :-). Par contre, la pen­sée posi­tive mélange sou­vent plein de choses et pour cause, elle n’est pas scien­ti­fique du tout. Alors on y va dans les rac­cour­cis et dans les inter­pré­ta­tions à tout va. Il n’empêche qu’il y a là des pistes à appro­fon­dir mais en soi-même. Non pour se fla­gel­ler quand on est triste ou en échec mais plu­tôt pour conti­nuer à s’ai­mer… quoi qu’il arrive

  3. Comme Syl­vie a men­tion­né, il ne faut pas confondre le mou­ve­ment de « la pen­sée posi­tive », que je dénonce ouver­te­ment, et la psy­cho­lo­gie positive.

    Je cite ici Mat­thieu Ricard, moine boud­dhiste qui s’in­té­resse jus­te­ment à la psy­cho­lo­gie posi­tive et qui dit d’en­trer de jeu que la psy­cho­lo­gie posi­tive ne consiste pas à positiver !

    « Contrai­re­ment à ce qui a sou­vent été dit et écrit, la psy­cho­lo­gie posi­tive ne consiste pas à « posi­ti­ver » en essayant de voir la pau­vre­té, la mala­die, la vio­lence et autres souf­frances sous un jour plai­sant. Il s’a­git encore moins de la « pen­sée posi­tive » pro­mue par des ouvrages popu­laires dénués de tout fon­de­ment scien­ti­fique, comme Le secret de Rhon­da Byrne qui pro­clame qu’il suf­fit de sou­hai­ter for­te­ment quelque chose de « posi­tif » pour que cela se pro­duise. Il est clair que l’U­ni­vers n’est pas à la dis­po­si­tion de notre psy­chisme et ne consti­tue pas un cata­logue sur lequel nous pour­rions com­man­der tout ce qui est cen­sé satis­faire nos dési­rs et nos caprices. »

    http://www.matthieuricard.org/blog/posts/la-psychologie-positive-ne-consiste-pas-a-positiver

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’école ou la première institution au service de la domination (par The Memory Hole)

On pointe du doigt divers aspects du système scolaire : classes surchargées, manque de financement, enseignants incapables de passer des examens de compétence dans leur domaine, etc. Mais ce ne sont là que des problèmes secondaires. Même s'ils étaient réglés, les écoles demeureraient mauvaises. Pourquoi ? Parce qu'elles ont été conçues pour ça. [...]
Lire

Le mythe de la démocratie comme invention moderne (à propos de “La peur du peuple” de Francis-Dupuis Déri)

Le livre de Francis Dupuis-Déri, La peur du peuple : agoraphobie et agoraphilie politiques, publié en 2016 chez Lux, est intéressant pour plusieurs raisons. Entre autres parce qu’il propose un bref panorama des pratiques démocratiques à travers l’histoire, sujet trop méconnu voire trop nié s’il en est un, ce sur quoi je centrerai cette note de lecture. [...]
Lire

L’origine de notre révolte (par Bernard Charbonneau & Jacques Ellul)

Un monde s’était organisé sans nous. Nous y sommes entrés alors qu’il commençait à se déséquilibrer. Il obéissait à des lois profondes que nous ne connaissions pas – qui n’étaient pas identiques à celles des Sociétés antérieures. Personne ne se donnait la peine de les chercher, car ce monde était caractérisé par l’anonymat : personne n’était responsable et personne ne cherchait à le contrôler. Chacun occupait seulement la place qui lui était attribuée dans ce monde qui se faisait tout seul par le jeu de ces lois profondes. [...]