La dissimulation de l’écocide : le triomphe du mensonge et de la propagande (par Nicolas Casaux)

La manière dont nous nous com­por­tons est pro­fon­dé­ment influen­cée par notre expé­rience du monde, qui est pro­fon­dé­ment influen­cée par la manière dont nous per­ce­vons le monde, qui est pro­fon­dé­ment influen­cée par ce que nous croyons à son sujet.

— Der­rick Jen­sen, « The Myth of Human Supre­ma­cy » (Le mythe de la supré­ma­tie humaine)

Le regard que l’on choi­sit de por­ter sur le monde qui nous entoure découle de notre édu­ca­tion — de notre condi­tion­ne­ment, de nos connais­sances. Ce qui explique pour­quoi, mal­gré le dérou­le­ment actuel d’un véri­table drame socio-éco­lo­gique, celui-ci soit si peu dis­cu­té, à peine aper­çu, et à peine dénon­cé. Ce qui explique d’ailleurs pour­quoi ce drame peut se pro­duire en pre­mier lieu.

Les tenan­ciers du désastre de notre époque, ses acteurs les plus influents, les grands patrons de mul­ti­na­tio­nales, de banques, de fonds d’investissement, les diri­geants des super­puis­sances éta­tiques, ceux qui ont beau­coup inves­ti, qui misent gros, et qui ont donc beau­coup à perdre, pro­pagent, à tra­vers leurs nom­breux outils d’acculturation et d’enculturation (pro­grammes natio­naux d’éducation, médias, ins­ti­tu­tions cultu­relles, etc.), une cer­taine vision de notre situa­tion glo­bale. Et ce depuis des siècles.

L’école a en effet été conçue comme un outil de contrôle et de for­ma­tage au ser­vice d’oligarchies ou d’autocrates et cer­tai­ne­ment pas comme un outil d’émancipation popu­laire — exemple par­mi tant d’autres, Napo­léon Bona­parte : « Mon but prin­ci­pal, dans l’établissement d’un corps ensei­gnant, est d’avoir un moyen de diri­ger les opi­nions poli­tiques et morales ». Véri­table usine d’aliénation ins­ti­tu­tion­na­li­sée (au « pro­gramme » fixé par l’état), elle inculque des valeurs toutes plus nocives les unes que les autres (l’obéissance aveugle, le tra­vail, la com­pé­ti­tion, etc.) et enseigne l’Histoire selon l’angle des vain­queur (à pro­pos de l’é­cole, il faut lire l’ar­ticle de Carol Black sur la sco­la­ri­sa­tion du monde, que nous avons tra­duit). Le concept d’Histoire est d’ailleurs un vec­teur de l’i­déo­lo­gie des classes domi­nantes. Il marque une sépa­ra­tion entre la pré­his­toire (la majeure par­tie de l’existence humaine), peu étu­diée, pro­ba­ble­ment parce que consi­dé­rée comme peu inté­res­sante (des hommes qui gro­gnaient dans des caves, tout au plus), et l’Histoire (la vraie, l’importante, celle qui compte vrai­ment, celle dans laquelle on se doit d’entrer, façon Sarkozy).

Dans son excellent livre « Zomia ou l’art de ne pas être gou­ver­né », le pro­fes­seur James C. Scott écrit que :

Les termes tra­di­tion­nels uti­li­sés en bir­man et en thaï pour le mot ‘his­toire’, res­pec­ti­ve­ment ‘yaza­win’ et ‘pho­ne­sa­va­dan’, signi­fient lit­té­ra­le­ment tous deux ‘his­toire des vain­queurs’ ou ‘chro­nique des rois’. […] 

Dans la même veine, Phi­lip Sla­ter, cri­tique social états-unien, écri­vait que :

L’histoire […] est en très grande majo­ri­té, même aujourd’hui, un récit des vicis­si­tudes, des rela­tions et des dés­équi­libres créés par ceux qui sont avides de richesse, de pou­voir, et de célébrité.

Quant à la presse, sa dif­fu­sion et son conte­nu ont tou­jours été contrô­lés par les pou­voirs en place, par les pos­sé­dants, depuis l’Ancien Régime et son « Pri­vi­lège du Roi » jusqu’à aujourd’hui où dix mil­liar­daires contrôlent une grande par­tie des médias fran­çais. Et si la presse est désor­mais insi­dieu­se­ment qua­li­fiée de « libre » c’est sim­ple­ment parce que la classe des domi­nants s’est ren­due compte que le men­songe et l’hypocrisie étaient de meilleurs outils de contrôle que la (menace de) vio­lence phy­sique (bien que la menace de vio­lence phy­sique et la vio­lence elle-même soient encore très uti­li­sées aujourd’­hui). La même rai­son fait que notre régime gou­ver­ne­men­tal actuel est qua­li­fié de « démo­cra­tie », que le sys­tème d’échange finan­cier est qua­li­fié de « libre mar­ché », et que les pays où tout ça a été déci­dé s’auto-qualifient de « monde libre ». La liber­té, à mesure qu’elle dis­pa­rais­sait dans les faits, était pla­car­dée et plas­tron­née partout.

Quand je vois une gigan­tesque sta­tue de la liber­té à l’en­trée du port d’un grand pays, je n’ai pas besoin qu’on m’ex­plique ce qu’il y a der­rière. Si on se sent obli­gé de hur­ler : « Nous sommes un peuple d’hommes libres ! », c’est uni­que­ment pour dis­si­mu­ler le fait que la liber­té est déjà fichue ou qu’elle a été tel­le­ment rognée par des cen­taines de mil­liers de lois, décrets, ordon­nances, direc­tives, règle­ments et coups de matraque qu’il ne reste plus, pour la reven­di­quer, que les voci­fé­ra­tions, les fan­fares et les déesses qui la représentent.

— B. Tra­ven, « Le vais­seau des morts »

La culture, au sens large, pro­duit d’une ingé­nie­rie cultu­relle sécu­laire, éla­bo­rée par les élites et pour les élites (et pour ceux qui n’en sont pas mais sont édu­qués à vou­loir en être), condi­tionne les masses de façon à obte­nir une main d’œuvre docile et sou­mise, en véhi­cu­lant ces mêmes valeurs, en glo­ri­fiant l’idéologie de la classe domi­nante — le mythe du pro­grès. Par un gro­tesque méca­nisme de dres­sage sys­té­ma­tique récom­pen­sant les com­por­te­ments conformes aux volon­tés des élites, et par la fabri­ca­tion du consen­te­ment qui en découle, toutes les ins­ti­tu­tions et toutes les popu­la­tions se mettent au dia­pa­son — c’est ain­si qu’on dresse les chiens.

Et c’est ain­si que par­tout on vante les mérites du « déve­lop­pe­ment », du « pro­grès », et de la « civi­li­sa­tion » triomphante.

***

Un des prin­ci­paux tra­vers de l’idéologie domi­nante — de l’idéologie des élites, qui, par un ruis­sel­le­ment cultu­rel, devient l’idéologie de leurs sujets, les masses —, est sa pro­fonde alié­na­tion vis-à-vis de la nature. Cette perte du lien avec le monde natu­rel semble aus­si ancienne que la civi­li­sa­tion (en tant que culture, que type d’or­ga­ni­sa­tion sociale et que mode de vie spé­ci­fique), dont elle est une carac­té­ris­tique essen­tielle — avec son corol­laire : le mythe de la supré­ma­tie humaine, cette idée selon laquelle l’être humain serait une créa­ture supé­rieure, toute-puis­sante, aux pré­ro­ga­tives d’essence qua­si-divine. Ain­si que Der­rick Jen­sen le rappelle :

Les humains civi­li­sés détruisent les terres, et ce depuis l’aube de la civi­li­sa­tion. L’un des pre­miers mythes écrits de cette culture décrit Gil­ga­mesh, défo­res­tant ce que nous appe­lons aujourd’hui l’Irak — rasant des forêts de cèdres si épaisses que la lumière du soleil ne pou­vait atteindre le sol, tout cela pour construire une grande cité, ou, plus exac­te­ment, pour que l’on retienne son nom.

Aris­tote, en son temps, écri­vait que :

Les plantes existent pour les ani­maux, et les autres ani­maux pour l’homme, les ani­maux domes­tiques pour son usage et sa nour­ri­ture, les ani­maux sau­vages, sinon tous du moins la plu­part, pour sa nour­ri­ture et d’autres secours puis­qu’il en tire vête­ments et autres ins­tru­ments. Si donc la nature ne fait rien d’i­na­che­vé ni rien en vain, il est néces­saire que ce soit pour les hommes que la nature ait fait tout cela. C’est pour­quoi, en un sens, l’art de la guerre est un art natu­rel d’ac­qui­si­tion (car l’art de la chasse est une par­tie de cet art) auquel nous devons avoir recours contre les bêtes et les hommes qui sont nés pour être com­man­dés mais n’y consentent pas : cette guerre-là est juste par nature.

& Cicé­ron :

Ce que la nature a fait de plus impé­tueux, la mer et les vents, nous seuls avons la facul­té de les domp­ter, pos­sé­dant l’art de la navi­ga­tion ; aus­si pro­fi­tons-nous et jouis­sons-nous de beau­coup de choses qu’offre la mer. Nous sommes éga­le­ment les maîtres abso­lus de celles que pré­sente la Terre. Nous jouis­sons des plaines, nous jouis­sons des mon­tagnes ; c’est à nous que sont les rivières, à nous les lacs ; c’est nous qui semons les blés, nous qui plan­tons les arbres ; c’est nous qui condui­sons l’eau dans les terres pour leur don­ner la fécon­di­té : nous arrê­tons les fleuves, nous les gui­dons, nous les détour­nons ; nos mains enfin essaient, pour ain­si dire, de faire dans la nature une nature nouvelle.

Enfin, citons Saint-Simon, qui, en 1820, écrit ce qui pour­rait tout à fait résu­mer la pen­sée des classes diri­geantes de notre époque industrielle :

L’objet de l’industrie est l’exploitation du globe, c’est-à-dire l’appropriation de ses pro­duits aux besoins de l’homme, et comme, en accom­plis­sant cette tâche, elle modi­fie le globe, le trans­forme, change gra­duel­le­ment les condi­tions de son exis­tence, il en résulte que par elle, l’homme par­ti­cipe, en dehors de lui-même en quelque sorte, aux mani­fes­ta­tions suc­ces­sives de la divi­ni­té, et conti­nue ain­si l’œuvre de la créa­tion. De ce point de vue, l’Industrie devient le culte.

L’antidote à ce poi­son du mythe de la supré­ma­tie humaine, qui passe sou­vent pour un huma­nisme, a été brillam­ment for­mu­lé par Claude Lévi-Strauss dans une inter­view don­née au jour­nal le Monde en 1979 :

On m’a sou­vent repro­ché d’être anti-huma­niste. Je ne crois pas que ce soit vrai. Ce contre quoi je me suis insur­gé, et dont je res­sens pro­fon­dé­ment la noci­vi­té, c’est cette espèce d’hu­ma­nisme déver­gon­dé issu, d’une part, de la tra­di­tion judéo-chré­tienne, et, d’autre part, plus près de nous, de la Renais­sance et du car­té­sia­nisme, qui fait de l’homme un maître, un sei­gneur abso­lu de la création.

J’ai le sen­ti­ment que toutes les tra­gé­dies que nous avons vécues, d’a­bord avec le colo­nia­lisme, puis avec le fas­cisme, enfin les camps d’ex­ter­mi­na­tion, cela s’ins­crit non en oppo­si­tion ou en contra­dic­tion avec le pré­ten­du huma­nisme sous la forme où nous le pra­ti­quons depuis plu­sieurs siècles, mais, dirais-je, presque dans son pro­lon­ge­ment natu­rel. Puisque c’est, en quelque sorte, d’une seule et même fou­lée que l’homme a com­men­cé par tra­cer la fron­tière de ses droits entre lui-même et les autres espèces vivantes, et s’est ensuite trou­vé ame­né à repor­ter cette fron­tière au sein de l’es­pèce humaine, sépa­rant cer­taines caté­go­ries recon­nues seules véri­ta­ble­ment humaines d’autres caté­go­ries qui subissent alors une dégra­da­tion conçue sur le même modèle qui ser­vait à dis­cri­mi­ner espèces vivantes humaines et non humaines. Véri­table péché ori­gi­nel qui pousse l’hu­ma­ni­té à l’autodestruction.

Le res­pect de l’homme par l’homme ne peut pas trou­ver son fon­de­ment dans cer­taines digni­tés par­ti­cu­lières que l’hu­ma­ni­té s’at­tri­bue­rait en propre, car, alors, une frac­tion de l’hu­ma­ni­té pour­ra tou­jours déci­der qu’elle incarne ces digni­tés de manière plus émi­nente que d’autres. Il fau­drait plu­tôt poser au départ une sorte d’hu­mi­li­té prin­ci­pielle ; l’homme, com­men­çant par res­pec­ter toutes les formes de vie en dehors de la sienne, se met­trait à l’a­bri du risque de ne pas res­pec­ter toutes les formes de vie au sein de l’hu­ma­ni­té même.

Mal­heu­reu­se­ment, il n’a été que for­mu­lé. Les classes diri­geantes n’ayant que faire de ces conseils, prin­ci­pa­le­ment parce qu’elles sou­haitent conser­ver leurs pou­voirs et leurs pri­vi­lèges, mais aus­si parce qu’elles res­tent per­sua­dées de la jus­tesse de leur croyances (qu’elles ratio­na­lisent tou­jours, de quelque manière que ce soit), à tra­vers les prin­ci­paux hauts-par­leurs cultu­rels, c’est géné­ra­le­ment le mythe de la supré­ma­tie humaine qui est véhi­cu­lé. Et dans le monde réel, dans ses actes de tous les jours, le com­por­te­ment de l’huma­ni­té civi­li­sée reflète les délires d’A­ris­tote, de Cicé­ron et de Saint-Simon, bien plus que les conseils de Lévi-Strauss.

***

Par­mi les men­songes offi­ciels sur les­quels se fonde l’idée de « pro­grès » qui est au cœur du dis­cours domi­nant, il faut sou­li­gner l’entreprise de dia­bo­li­sa­tion du pas­sé et d’exaltation du futur. Le pas­sé est pré­sen­té comme infé­rieur au pré­sent, lui-même infé­rieur au futur, selon un prin­cipe tem­po­rel d’amélioration linéaire. Construc­tion idéo­lo­gique mani­fes­te­ment fausse, ce qu’il est facile de com­prendre pour peu que l’on porte un regard un tant soit peu lucide sur notre réa­li­té, ce noir­cis­se­ment du pas­sé repose sur de mul­tiples fal­si­fi­ca­tions his­to­riques, sur ces cli­chés — engram­més dans l’in­cons­cient des masses à grands ren­forts de pro­pa­gandes cultu­relles — selon les­quels plus on remonte dans le temps, plus on plonge dans la bar­ba­rie, plus la vie humaine était courte, bru­tale, injuste, dure, mal­heu­reuse et sombre — on mou­rait d’un simple rhume, ou de vieillesse à 20 ans, ou de carences ali­men­taires, ou de vio­lences omni­pré­sentes, etc.

Autant d’ab­sur­di­tés fabri­quées de toutes pièces. Ain­si que Robert Sapols­ky, cher­cheur en neu­ro­bio­lo­gie à l’université de Stand­ford, le for­mule dans son livre « Pour­quoi les zèbres n’ont pas d’ul­cères ? », la réa­li­té est bien dif­fé­rente, puis­qu’une grande par­tie de nos pro­blèmes actuels ont vu le jour avec l’a­vè­ne­ment de l’a­gri­cul­ture, ce qui témoigne d’une dégé­né­res­cence plu­tôt que d’un progrès :

« L’agriculture est une inven­tion humaine assez récente, et à bien des égards, ce fut l’une des idées les plus stu­pides de tous les temps. Les chas­seurs-cueilleurs pou­vaient sub­sis­ter grâce à des mil­liers d’aliments sau­vages. L’agriculture a chan­gé tout cela, créant une dépen­dance acca­blante à quelques dizaines d’aliments domes­ti­qués, nous ren­dant vul­né­rable aux famines, aux inva­sions de sau­te­relles et aux épi­dé­mies de mil­diou. L’agriculture a per­mis l’accumulation de res­sources pro­duites en sur­abon­dance et, inévi­ta­ble­ment, à l’accumulation inéqui­table ; ain­si la socié­té fut stra­ti­fiée et divi­sée en classes, et la pau­vre­té fina­le­ment inventée ».

En effet, la liber­té dont l’être humain jouis­sait par le pas­sé a dimi­nué à mesure de l’expansion des pre­mières formes d’état, à l’instar de l’authenticité, de l’originalité, de l’indépendance, de l’autonomie, et de la richesse, qui carac­té­ri­saient la diver­si­té des vies et des cultures humaines ayant exis­té, et qui carac­té­risent celles des quelques peuples non-civi­li­sés qui sub­sistent encore. L’insistance sur l’augmentation de l’espérance de vie, dont il faut rap­pe­ler qu’elle ne sau­rait être un but en elle-même, et dont la plu­part des gens se font une idée fausse, fait aus­si par­tie de cette entre­prise de déni­gre­ment du pas­sé. Par ailleurs, il est gro­tesque, pré­somp­tueux et mépri­sant (à l’é­gard des temps pas­sés) de pré­tendre que la moder­ni­té et son « pro­grès » apportent le bon­heur, ce qui, au vu du mal-être mon­dia­li­sé, de l’explosion du stress, des bur­nouts, des dépres­sions, des angoisses et des troubles men­taux, des taux de sui­cides et des pres­crip­tions d’antidépresseurs, est aisé­ment contestable.

Et pour­tant la civi­li­sa­tion indus­trielle — désor­mais pla­né­taire, s’étant impo­sée par­tout à grands ren­forts de colo­ni­sa­tions et d’impérialisme, basée sur l’esclavage sala­rial obli­ga­toire, sur un extrac­ti­visme per­ma­nent, où les richesses et les béné­fices se concentrent entre les mains d’un nombre tou­jours plus res­treint d’individus, qui a ren­du l’air can­cé­ri­gène, qui a conta­mi­né les sols, les eaux et l’atmosphère de mil­lions de pro­duits de syn­thèse par­fois extrê­me­ment toxiques, qui détruit les forêts du monde entier et rem­pli les océans de plas­tiques, dont l’expansionnisme pré­da­teur engendre actuel­le­ment la 6ème extinc­tion de masse de l’histoire de la pla­nète et un dérè­gle­ment cli­ma­tique aux consé­quences poten­tiel­le­ment dra­ma­tiques — est consi­dé­rée, idéo­lo­gie du « pro­grès » oblige, comme le pinacle de l’existence humaine.

Cette inver­sion des réa­li­tés est dénon­cée depuis long­temps. Pour prendre un exemple, voi­ci un pas­sage tiré du livre « Les temps futurs » d’Aldous Huxley :

Dès le début de la révo­lu­tion indus­trielle, il avait pré­vu que les hommes seraient gra­ti­fiés d’une pré­somp­tion tel­le­ment outre­cui­dante pour les miracles de leur propre tech­no­lo­gie qu’ils ne tar­de­raient pas à perdre le sens des réa­li­tés. Et c’est pré­ci­sé­ment ce qui est arri­vé. Ces misé­rables esclaves des rouages et des registres se mirent à se féli­ci­ter d’être les Vain­queurs de la Nature, vrai­ment ! En fait, bien enten­du, ils avaient sim­ple­ment ren­ver­sé l’é­qui­libre de la Nature et étaient sur le point d’en subir les consé­quences. Son­gez donc à quoi ils se sont occu­pés au cours du siècle et demi qui a pré­cé­dé la Chose. A pol­luer les rivières, à tuer tous les ani­maux sau­vages, au point de les faire dis­pa­raître, à détruire les forêts, à déla­ver la couche super­fi­cielle du sol et à la déver­ser dans la mer, à consu­mer un océan de pétrole, à gas­piller les miné­raux qu’il avait fal­lu la tota­li­té des époques géo­lo­giques pour dépo­ser. Une orgie d’imbécillité cri­mi­nelle. Et ils ont appe­lé cela le Pro­grès. Le Pro­grès ! Je vous le dis, c’é­tait une inven­tion trop fan­tas­tique pour qu’elle ait été le pro­duit d’un simple esprit humain — trop démo­nia­que­ment iro­nique ! Il a fal­lu pour cela une Aide exté­rieure. Il a fal­lu la Grâce de Bélial, qui, bien enten­du, est tou­jours offerte — du moins, à qui­conque est prêt à coopé­rer avec elle.

& bien enten­du, le dis­cours des médias et des ins­ti­tu­tions cultu­relles domi­nantes ignore volon­tiers le désastre en cours, d’où la pro­li­fé­ra­tion de sujets de diver­tis­se­ment, d’où une véri­table culture de la dis­trac­tion per­ma­nente et fré­né­tique (tout plu­tôt que par­ler de l’éléphant dans la pièce, ce qui ris­que­rait de per­tur­ber le busi­ness-as-usual, et qui mena­ce­rait donc les inté­rêts des classes diri­geantes). Il n’insiste pas sur la myriade d’exactions sociales et éco­lo­giques engen­drées par la civi­li­sa­tion indus­trielle, dont le réseau d’exploitation sexuelle et d’esclavage sala­rial qui sévit actuel­le­ment dans l’agriculture sici­lienne, au sein duquel des mil­liers de femmes sont vio­lées et bat­tues ; le réseau d’es­cla­vage moderne qui exploite près de 40 000 femmes en Ita­lie conti­nen­tale, des ita­liennes et des migrantes, dans des exploi­ta­tions viti­coles ; les épi­dé­mies de sui­cides et la pol­lu­tion mas­sive qui frappent actuel­le­ment la région de Ban­ga­lore (qua­li­fiée de capi­tale mon­diale du sui­cide) en Inde, où le « déve­lop­pe­ment » détruit les liens fami­liaux et le monde natu­rel ; l’exploitation de bur­ki­na­bés de tous âges dans les camps d’orpaillage du Bur­ki­na Faso, où ils vivent et meurent dans des condi­tions dra­ma­tiques, entre mala­ria et mala­dies liées à l’utilisation du mer­cure, au béné­fice des riches et puis­santes mul­ti­na­tio­nales des pays dits « déve­lop­pés » ; le sort des pakis­ta­nais qui se retrouvent à trier les déchets élec­tro­niques can­cé­ri­gènes des citoyens du monde libre en échange d’un salaire de misère (et de quelques mala­dies) ; l’exploitation de nica­ra­guayens sous-payés (la main d’oeuvre la moins chère d’A­mé­rique cen­trale) dans des maqui­la­do­ras, où ils confec­tionnent toutes sortes de vête­ments pour des entre­prises sou­vent nord-amé­ri­caines, coréennes ou taï­wa­naises ; les épi­dé­mies de mala­dies de civi­li­sa­tion liées à la mal­bouffe indus­trielle, qui ravagent les popu­la­tions du monde entier, dont les com­mu­nau­tés du Mexique (deuxième pays au monde en termes de taux d’o­bé­si­té et de sur­poids, après les USA), qui connait une épi­dé­mie de mala­dies liées au gras et au sucre, où 7 adultes sur 10 sont en sur­poids ou obèses, ain­si qu’1 enfant sur 3 – d’après l’Or­ga­ni­sa­tion Mon­diale de la San­té (OMS), les mexi­cains sont les pre­miers consom­ma­teurs de soda (163 litres par an, et par per­sonne), et la popu­la­tion la plus tou­chée par la mor­ta­li­té liée au dia­bète de toute l’A­mé­rique latine ; l’exploitation d’enfants et d’adultes au Mala­wi dans des plan­ta­tions de tabac (où ils contractent la « mala­die du tabac vert » par intoxi­ca­tion à la nico­tine) des­ti­né à l’exportation, au béné­fice des groupes indus­triels comme Bri­tish Ame­ri­can Tobac­co (Lucky Strike, Pal Mal, Gau­loises, …) ou Phi­lip Mor­ris Inter­na­tio­nal (Mal­bo­ro, L&M, Phi­lip Mor­ris…) ; la trans­for­ma­tion de l’Albanie en pou­belle géante (où l’on importe des déchets d’un peu par­tout pour les trai­ter, ce qui consti­tue un sec­teur très impor­tant de l’é­co­no­mie du pays, des mil­liers de gens vivent de ça, et vivent dans des décharges, ou plu­tôt meurent de ça, et meurent dans des décharges) ; dans la même veine, la trans­for­ma­tion de la ville de Guiyu en Chine, en pou­belle géante de déchets élec­tro­niques (en pro­ve­nance du monde entier), où des cen­taines de mil­liers de chi­nois, enfants et adultes, tra­vaillent à les trier, et donc en contact direct avec des cen­taines de mil­liers de tonnes de pro­duits hau­te­ment toxiques (les toxi­co­logues s’intéressent aux records mon­diaux de toxi­ci­té de Guiyu en termes de taux de can­cer, de pol­lu­tions des sols, de l’eau, etc.) ; la trans­for­ma­tion de la zone d’Ag­bog­blo­shie, au Gha­na, en pou­belle géante de déchets élec­tro­niques (en pro­ve­nance du monde entier, de France, des USA, du Royaume-Uni, etc.), où des mil­liers de gha­néens, enfants (dès 5 ans) et adultes, tra­vaillent, en échange d’un misé­rable salaire, à trier les cen­taines de mil­liers de tonnes de pro­duits hau­te­ment toxiques qui vont rui­ner leur san­té et conta­mi­ner les sols, l’air et les cours d’eau ; la trans­for­ma­tion de bien d’autres endroits, tou­jours dans des pays pauvres (Inde, Égypte, Ban­gla­desh, Phi­lip­pines, etc.) en pou­belles géantes de déchets (élec­tro­niques, plas­tiques, etc.) ; les pol­lu­tions mas­sives de la mer Médi­ter­ra­née, qui font d’elle la mer la plus pol­luée du monde, et sa sur­ex­ploi­ta­tion, qui fait d’elle un désert bleu ; la pol­lu­tion mas­sive des océans et des mers du monde entier, qui se rem­plissent de plas­tiques et d’autres pol­luants, au point que l’île d’Hen­der­son, un atoll coral­lien qui figure par­mi les endroits les plus iso­lés du monde, à mi-che­min entre l’Aus­tra­lie et l’A­mé­rique du Sud, croule sous 38 mil­lions de débris plas­tique, soit près de 18 tonnes de plas­tique et au point que d’ici 2050, il est esti­mé qu’il y aura plus de plas­tiques que de pois­sons dans les océans et que la qua­si-tota­li­té des oiseaux marins auront ingé­ré du plas­tique ; les pol­lu­tions envi­ron­ne­men­tales en Mon­go­lie (liées au « déve­lop­pe­ment » du pays et à son indus­trie minière), où des villes par­mi les plus pol­luées au monde suf­foquent dans ce que cer­tains décrivent comme « un enfer » ; les des­truc­tions des récifs coral­liens, des fonds marins et des forêts des îles de Bang­ka et Beli­tung en Indo­né­sie, où des mineurs d’étain légaux et illé­gaux risquent leur vie et perdent leur san­té pour obte­nir ce com­po­sant cru­cial des appa­reils élec­tro­niques, embour­bé dans une vase radio­ac­tive ; la des­truc­tion en cours de la grande bar­rière corail, en Aus­tra­lie, à cause du réchauf­fe­ment cli­ma­tique ; la conta­mi­na­tion des sols et des cours d’eau de plu­sieurs régions tuni­siennes, où du cad­mium et de l’uranium sont reje­tés, entre autres, par le raf­fi­nage du phos­phate qui y est extrait, avant d’être envoyé en Europe comme engrais agri­cole (raf­fi­nage qui sur­con­somme l’eau de nappes phréa­tiques et qui génère une épi­dé­mie de mala­dies plus ou moins graves sur place) ; les défo­res­ta­tions mas­sives en Afrique, en Ama­zo­nie, en Indo­né­sie, et un peu par­tout sur le globe, qui per­mettent l’expansion des mono­cul­tures de pal­miers à huile, d’hévéa, d’eucalyptus et d’autres arbres (par­fois géné­ti­que­ment modi­fiés) uti­li­sés par dif­fé­rentes indus­tries, l’expansion des plan­ta­tions de soja, et l’expansion des sur­faces des­ti­nées à l’élevage indus­triel ; l’ex­ter­mi­na­tion pla­né­taire des popu­la­tions d’in­ver­té­brés, dont les effec­tifs ont décli­né de 45% au cours des quatre der­nières décen­nies, des grands pois­sons, dont les popu­la­tions ont décli­né de 90% au cours des 60 der­nières années, des oiseaux marins, dont les popu­la­tions ont décli­né de 70% au cours des 60 der­nières années, et, plus géné­ra­le­ment, des ani­maux sau­vages, dont les popu­la­tions ont décli­né de 52% en moins de 50 ans ; comme vous le com­pre­nez peut-être, cette liste est infi­nie, ou presque. Et chaque jour le bilan s’alourdit.

Par­tout, le monde natu­rel est réduit en char­pie. Par­tout, les espèces non-humaines sont exter­mi­nées. Par­tout, ce sont les plus pauvres qui souffrent le plus — dont les peuples tri­baux qui existent et résistent encore, mais qui subissent une vio­lence inouïe et meur­trière, comme au Bré­sil (et en Papoua­sie, et en Indo­né­sie, et à tra­vers le conti­nent afri­cain, et par­tout où ils sub­sistent encore). Par­tout, le « déve­lop­pe­ment » détruit, à grande vitesse.

***

Indi­vi­duel­le­ment, il nous est impos­sible de suivre. La plu­part des gens n’ont ni le temps, ni l’envie, ni la curio­si­té néces­saire pour éva­luer et appré­hen­der tout cela. Le tra­vail et le diver­tis­se­ment sont de puis­sants outils de contrôle social, et puisque les médias de masse et les prin­ci­pales ins­ti­tu­tions cultu­relles n’en parlent pas, ou si peu — en bons chiens de garde d’un sys­tème qui les récom­pense pour cela —, tout ceci est méconnu.

***

Le monde entier se moder­nise, s’industrialise, de plus en plus de res­sources sont néces­saires pour satis­faire tou­jours plus de nou­veaux besoins arti­fi­ciels (d’où l’explosion des ventes de smart­phones en Asie, en Afrique, et ailleurs, des ventes de télé­vi­seurs, etc.).

Des entre­prises minières qui convoitent depuis long­temps les terres rares et autres mine­rais (comme l’uranium) des sous-sols groen­lan­dais — récem­ment ren­dus acces­sibles, par chance, grâce au réchauf­fe­ment cli­ma­tique qui ouvre la voie à l’industrialisation de ce pays autre­fois iso­lé et qui, acces­soi­re­ment, a entiè­re­ment détruit leur mode de vie tra­di­tion­nel ain­si que les popu­la­tions de pois­sons et des autres ani­maux marins de la région — se pré­parent main­te­nant à com­men­cer à les extraire. Une com­pa­gnie aus­tra­lo-chi­noise a d’ores et déjà obte­nu un per­mis. Les locaux semblent divi­sés vis-à-vis de ces exploi­ta­tions. Cer­tains sont pré­oc­cu­pés par les risques éco­lo­giques que cela pose. D’autres s’en foutent. Quoi qu’il en soit, les com­pa­gnies assurent que leurs extrac­tions seront res­pec­tueuses de l’en­vi­ron­ne­ment (ne riez pas) ; qui plus est, ces terres rares et autres mine­rais tout aus­si géniaux (comme l’u­ra­nium) sont extraits afin d’alimenter « l’é­co­no­mie verte » (pour fabri­quer éoliennes, voi­tures hybrides, etc.)

Ce qui nous amène à un nou­veau mythe inven­té il y a plus de 40 ans afin de désa­mor­cer le doute et la contes­ta­tion qui ger­maient à l’égard du « déve­lop­pe­ment » et du « pro­grès », afin de ras­su­rer et d’endormir les popu­la­tions qui com­men­çaient à se pré­oc­cu­per du sort réser­vé au monde natu­rel : le mythe du « déve­lop­pe­ment durable ».

A pro­pos de l’i­nu­ti­li­té et de l’i­nep­tie des alter­na­tives soi-disant vertes : https://partage-le.com/2015/03/les-illusions-vertes-ou-lart-de-se-poser-les-mauvaises-questions/

Car si l’on se cha­maille par­fois en France, et ailleurs, entre par­ti­sans de la gauche, de l’extrême-gauche, de la droite et de l’extrême-droite, on s’accorde tous en ce qui concerne des choses comme l’électrification, una­ni­me­ment consi­dé­rée comme un « pro­grès » — évi­dem­ment ! On pense tous que le « déve­lop­pe­ment » des res­sources natu­relles est une bonne chose — cela va de soi ! Le monde qu’ils appellent de leurs vœux, bien que dif­fé­rant sur des détails, est gros­so modo le même : dans tous les cas, le soi-disant « pro­grès » tech­no­lo­gique est à gar­der (télé­vi­seurs, auto­mo­biles, grille-pains, réfri­gé­ra­teurs, micro-ondes, smart­phones, ordi­na­teurs, tablettes, infra­struc­tures indus­trielles, dont l’élec­tri­ci­té, etc.). De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, on est d’accord sur l’essentiel. Si l’on entend par­fois tel ou tel par­ti­san d’un par­ti de gauche affir­mer qu’il porte un pro­jet radi­ca­le­ment dif­fé­rent de celui de tel ou tel par­ti­san d’un par­ti de droite, ou inver­se­ment, c’est sim­ple­ment parce qu’à leurs yeux, le débat poli­tique est encap­su­lé dans un cadre droite-gauche (ou extrême-droite  extrême-gauche), auquel il se limite. Tous ceux qui s’expriment au sein de ce cadre s’accordent sur un grand nombre de pré­misses, qu’ils soient de droite ou de gauche ; tous sont les apôtres d’une même idéo­lo­gie. D’une cer­taine manière, il n’y a qu’un seul par­ti qui règne en maître dans la qua­si-tota­li­té des pays du globe : le par­ti du pro­grès et du déve­lop­pe­ment. Un par­ti unique, à peine cri­ti­qué sur la forme de ses accomplissements.

En effet, beau­coup d’individus plus ou moins conscients d’une par­tie des pro­blèmes qu’engendrent ce pro­grès et ce déve­lop­pe­ment ne sou­haitent pas pour autant y renon­cer, car encore trop alié­nés et hyp­no­ti­sés par leurs pro­messes mira­cu­leuses. Ils adhèrent alors volon­tiers au mythe du « déve­lop­pe­ment durable », à l’idée rela­ti­ve­ment absurde et mani­fes­te­ment fausse selon laquelle il est pos­sible de tout avoir : le déve­lop­pe­ment ET l’écologie, de tout conci­lier : un sys­tème mon­dia­li­sé hau­te­ment tech­no­lo­gique ET le res­pect de l’environnement, une socié­té high-tech ultra­com­plexe pla­né­taire ET une véri­table démo­cra­tie. Ce mythe sert à pro­té­ger le sta­tu quo. Les éner­gies soi-disant renou­ve­lables sont une opé­ra­tion mar­ke­ting. Elles reposent sur l’extractivisme, sur des pra­tiques anti-éco­lo­giques et sur des infra­struc­tures indus­trielles entiè­re­ment insou­te­nables. D’ailleurs, la foca­li­sa­tion de la ques­tion éco­lo­gique sur la seule pro­blé­ma­tique de la pro­duc­tion éner­gé­tique per­met de dis­si­mu­ler l’ampleur de ce qui pose réel­le­ment pro­blème : toutes les pro­duc­tions indus­trielles sont pol­luantes, toutes sont toxiques, toutes sont insou­te­nables (de l’industrie chi­mique, à l’industrie tex­tile, en pas­sant par les indus­tries agri­cole, auto­mo­bile, élec­tro-infor­ma­tique, du jouet, de l’armement, cos­mé­tique, etc.). En d’autres termes, même si la pro­duc­tion éner­gé­tique soi-disant « verte » (les « renou­ve­lables ») était réel­le­ment éco­lo­gique (ce qu’elle n’est abso­lu­ment pas et ce qu’elle ne peut pas être), seule une infime par­tie d’un pro­blème colos­sal et gran­dis­sant serait réso­lue. Les hautes tech­no­lo­gies reposent toutes sur des pro­ces­sus simi­laires et anti-éco­lo­giques ; leur ges­tion requiert une spé­cia­li­sa­tion pous­sée, une divi­sion du tra­vail, et donc une orga­ni­sa­tion sociale très hié­rar­chi­sée (anti-démo­cra­tique).

***

C’est donc au nom du « déve­lop­pe­ment », du « déve­lop­pe­ment durable » et des « éner­gies vertes » que les sous-sols du Groen­land vont être pillés, et son envi­ron­ne­ment sac­ca­gé. C’est en leurs noms qu’on « com­men­ce­ra bien­tôt à dyna­mi­ter les flancs de col­lines et à déver­ser des mil­lions de tonnes de béton pour construire deux bar­rages hydro­élec­triques géants qui sub­mer­ge­ront une région de la taille de Bue­nos Aires », en Pata­go­nie argen­tine (construc­tion qui a été sus­pen­due par la cour suprême du pays en décembre 2016, en rai­son de l’ab­sence d’é­tudes d’im­pacts sérieuses, et de ses consé­quences éco­lo­giques poten­tiel­le­ment désas­treuses pour les cours d’eaux et les espaces natu­rels de la région). C’est aus­si en leurs noms qu’un méga-bar­rage est en cours de construc­tion en Éthio­pie : le bar­rage de la Renais­sance (le 8ème plus grand du monde), lar­ge­ment dénon­cé par l’ONG Inter­na­tio­nal Rivers, en rai­son des nom­breux impacts éco­lo­giques et sociaux désas­treux que sa construc­tion et son fonc­tion­ne­ment vont engen­drer. Entre autres : détra­que­ment com­plet de l’é­co­sys­tème du Nil Bleu sur lequel il est situé (per­tur­ba­tion de ses cycles hydro­lo­giques) et donc de l’é­cou­le­ment du Nil, au point qu’en Égypte, des membres du gou­ver­ne­ment aient dis­cu­té de la pos­si­bi­li­té d’un bom­bar­de­ment aérien ou de l’or­ga­ni­sa­tion d’une mis­sion com­man­do visant à faire sau­ter le bar­rage, ain­si que l’a rap­por­té Wiki­leaks, et au point que des agri­cul­teurs égyp­tiens affirment que la construc­tion de ce bar­rage signe­ra leur arrêt de mort ; des­truc­tion de forêts entières (d’une des der­nières zones boi­sées du pays) et expul­sion de dizaines de mil­liers d’ha­bi­tants des terres sur les­quelles ils vivaient, en rai­son de l’i­non­da­tion d’une zone de près de 2000 km².

C’est régu­liè­re­ment en leurs noms que sont éla­bo­rés d’in­nom­brables pro­jets des­truc­teurs — dont tous les pro­jets de bar­rages pré­cé­dem­ment men­tion­nés, aux­quels on pour­rait ajou­ter ceux de Belo Monte en Ama­zo­nie, et d’In­ga 3, en Répu­blique démo­cra­tique du Congo, qui sont tout par­ti­cu­liè­re­ment dévas­ta­teurs, mais qui ne sont que quelques exemples par­mi tous les bar­rages qui ont été construits et que l’on construit actuel­le­ment. Si le lac de Bao­tou, dans la pro­vince chi­noise de la Mon­go­lie inté­rieure, a été ren­du hau­te­ment toxique par le trai­te­ment des terres rares (essen­tielles à bon nombre de hautes tech­no­lo­gies, dont celles soi-disant « vertes »), et si l’on y exploite des tra­vailleurs qui y laissent leurs san­tés et leurs vies, c’est encore en leurs noms. Même chose lors­qu’on abat 250 hec­tares de pinède en France, pour l’im­plan­ta­tion de la cen­trale solaire de Ces­tas (1 mil­lion de pan­neaux made in Chi­na), près de Bor­deaux, la plus grande d’Europe (un pro­jet du consor­tium Eif­fage, Schnei­der Elec­tric, Krinner).

Der­nier exemple, l’ex­trac­tion du lithium — métal extrê­me­ment uti­li­sé dans le domaine des éner­gies « renou­ve­lables », pour les bat­te­ries, prin­ci­pa­le­ment —, qui ravage l’en­vi­ron­ne­ment en pol­luant les sols et en épui­sant les res­sources en eau, et qui ali­mente toutes sortes de conflits sociaux.

Le monde natu­rel est aus­si sûre­ment détruit par le « déve­lop­pe­ment durable » et le déploie­ment des éner­gies soi-disant « vertes » que par toutes les autres formes que revêt le soi-disant « déve­lop­pe­ment ».

***

Une autre manière de com­prendre l’in­sou­te­na­bi­li­té totale de la civi­li­sa­tion consiste à consi­dé­rer son fonc­tion­ne­ment (his­to­rique), son carac­tère expan­sion­niste, de manière abs­traite, afin d’en sai­sir les tenants et les abou­tis­sants. Il appa­rait clai­re­ment que la civi­li­sa­tion est une orga­ni­sa­tion sociale et tech­no­lo­gique en expan­sion (en crois­sance) depuis près de 6000 ans et la nais­sance de l’ur­ba­ni­sa­tion lors de la période d’U­ruk, qui ne cesse d’u­ni­for­mi­ser et de stan­dar­di­ser l’hu­ma­ni­té (et le monde) qu’elle tente d’u­ni­fier en un seul sys­tème mon­dia­li­sé — en une seule culture. En cela, la civi­li­sa­tion dif­fère radi­ca­le­ment des modes de vie non-civi­li­sés, tri­baux, des innom­brables cultures sau­vages ayant exis­té et exis­tant encore, qui n’ont pas pour objec­tif une domi­na­tion totale de tout ce qui existe. C’est pour­quoi Theo­dore Kac­zyns­ki, dans son der­nier livre, publié en août 2016, inti­tu­lé « Anti-Tech Revo­lu­tion : Why and How » (en fran­çais : « révo­lu­tion anti-tech : pour­quoi et com­ment »), d’où la longue cita­tion qui suit est tirée, décrit la civi­li­sa­tion comme un ensemble de « sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs » :

Les prin­ci­paux sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs humains du monde exploitent chaque oppor­tu­ni­té, uti­lisent chaque res­source et enva­hissent tous les endroits où ils peuvent trou­ver quoi que ce soit qui les assiste dans leur inces­sante quête de pou­voir. Au fur et à mesure du déve­lop­pe­ment hau­te­ment tech­no­lo­gique, de plus en plus de res­sources, qui sem­blaient autre­fois inutiles, s’avèrent ulti­me­ment utiles, et de plus en plus de lieux sont enva­his, et de plus en plus de consé­quences des­truc­trices s’ensuivent.

[…] Aus­si vrai que l’usage de dis­til­lats de pétrole dans les moteurs à com­bus­tion interne demeu­rait insoup­çon­né avant 1860, au plus tôt, tout comme l’usage de l’uranium en tant que com­bus­tible avant la décou­verte de la fis­sion nucléaire en 1938–39, ain­si que la plu­part des usages des terres rares avant les der­nières décen­nies, de futures usages d’autres res­sources, de nou­velles manières d’exploiter l’environnement, et de nou­velles niches à enva­hir pour le sys­tème tech­no­lo­gique, pré­sen­te­ment insoup­çon­nées, sont à pré­voir. En ten­tant d’évaluer les dégra­da­tions futures de notre envi­ron­ne­ment, nous ne pou­vons pas nous conten­ter de pro­je­ter dans le futur les effets des dom­mages envi­ron­ne­men­taux actuel­le­ment connus ; nous devons sup­po­ser que de nou­velles causes de dégra­da­tions envi­ron­ne­men­tales émer­ge­ront, que nous ne pou­vons pas encore ima­gi­ner. De plus, nous devons nous sou­ve­nir que la crois­sance tech­no­lo­gique, et avec elle, l’aggravation des dom­mages que la tech­no­lo­gie inflige à l’environnement, pren­dront de l’ampleur dans les décen­nies à venir. En consi­dé­rant tout cela, nous par­ve­nons à la conclu­sion selon laquelle, en toute pro­ba­bi­li­té, la pla­nète tout entière, ou presque, sera gra­ve­ment endom­ma­gée par le sys­tème technologique.

extraction-globale-ressources

[…] Notre dis­cus­sion des sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs ne fait que décrire en termes abs­traits et géné­raux ce qu’on observe concrè­te­ment autour de nous : des orga­ni­sa­tions, mou­ve­ments, idéo­lo­gies sont pri­son­niers d’une inces­sante lutte de pou­voir. Ceux qui ne par­viennent pas à être de bons com­pé­ti­teurs sont éli­mi­nés ou asser­vis. La lutte concerne le pou­voir sur le court terme, les com­pé­ti­teurs se sou­cient peu de leur propre sur­vie sur le long-terme, encore moins du bien-être de l’humanité ou de la bio­sphère. C’est pour­quoi les armes nucléaires n’ont pas été ban­nies, les émis­sions de dioxyde de car­bone n’ont pas été rame­nées à un niveau sûr, les res­sources de la pla­nète sont exploi­tées de manière tota­le­ment irres­pon­sable, et c’est aus­si ce qui explique pour­quoi aucune limite n’a été défi­nie pour enca­drer le déve­lop­pe­ment de tech­no­lo­gies puis­santes mais dangereuses.

Nous avons décrit ce pro­ces­sus en termes abs­traits et géné­raux afin de sou­li­gner que ce qui arrive à notre pla­nète n’est pas acci­den­tel ; que ce n’est pas le résul­tat d’une com­bi­nai­son de cir­cons­tances his­to­riques ou de défauts carac­té­ris­tiques aux êtres humains. Étant don­né la nature des sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs en géné­ral, le pro­ces­sus des­truc­teur que nous voyons aujourd’hui est ren­du inévi­table par la com­bi­nai­son de deux fac­teurs : le pou­voir colos­sal de la tech­no­lo­gie moderne et la dis­po­ni­bi­li­té de moyens de trans­port et de com­mu­ni­ca­tions rapides entre n’importe quels endroits du globe.

Recon­naitre cela peut nous aider à évi­ter de perdre notre temps en de naïfs efforts. Par exemple, dans des efforts pour apprendre aux gens à éco­no­mi­ser l’énergie et les res­sources. De tels efforts n’accomplissent rien.

Cela semble incroyable que ceux qui prônent les éco­no­mies d’énergie n’aient pas remar­qué ce qui se passe : dès que de l’énergie est libé­rée par des éco­no­mies, le sys­tème-monde tech­no­lo­gique l’engloutit puis en rede­mande. Peu importe la quan­ti­té d’énergie four­nie, le sys­tème se pro­page tou­jours rapi­de­ment jusqu’à ce qu’il ait uti­li­sé toute l’énergie dis­po­nible, puis il en rede­mande encore. La même chose est vraie des autres res­sources. Le sys­tème-monde tech­no­lo­gique s’étend imman­qua­ble­ment jusqu’à atteindre une limite impo­sée par un manque de res­sources, puis il essaie d’aller au-delà de cette limite, sans égard pour les conséquences.

world_energy_consumption_fr-svg

Cela s’explique par la théo­rie des sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs : les orga­ni­sa­tions (ou autres sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs) qui per­mettent le moins au res­pect de l’environnement d’interférer avec leur quête de pou­voir immé­diat tendent à acqué­rir plus de pou­voir que celles qui limitent leur quête de pou­voir par sou­ci des consé­quences envi­ron­ne­men­tales sur le long terme — 10 ans ou 50 ans, par exemple. Ain­si, à tra­vers un pro­ces­sus de sélec­tion natu­relle, le monde subit la domi­na­tion d’organisations qui uti­lisent au maxi­mum les res­sources dis­po­nibles afin d’augmenter leur propre pou­voir, sans se sou­cier des consé­quences sur le long terme.

[…] Tan­dis qu’une féroce com­pé­ti­tion au sein des sys­tèmes auto­pro­pa­ga­teurs aura si ample­ment et si rapi­de­ment dégra­dé le cli­mat de la Terre, la com­po­si­tion de son atmo­sphère, la com­po­si­tion de ses océans, et ain­si de suite, l’effet sur la bio­sphère sera dévas­ta­teur. Dans la par­tie IV du pré­sent cha­pitre, nous déve­lop­pe­rons davan­tage ce rai­son­ne­ment : nous ten­te­rons de démon­trer que si le déve­lop­pe­ment du sys­tème-monde tech­no­lo­gique se pour­suit sans entrave jusqu’à sa conclu­sion logique, selon toute pro­ba­bi­li­té, de la Terre il ne res­te­ra qu’un caillou déso­lé — une pla­nète sans vie, à l’exception, peut-être, d’organismes par­mi les plus simples — cer­taines bac­té­ries, algues, etc. — capables de sur­vivre dans ces condi­tions extrêmes.

***

Ce qui nous ramène au fan­tasme selon lequel il serait pos­sible de tout avoir, que Der­rick Jen­sen expose brillam­ment dans son livre « End­game », dont voi­ci un extrait :

Nous fai­sons tous face à des choix. Nous pou­vons avoir des calottes gla­ciaires et des ours polaires, ou nous pou­vons avoir des auto­mo­biles. Nous pou­vons avoir des bar­rages ou nous pou­vons avoir des sau­mons. Nous pou­vons avoir des vignes irri­guées dans les com­tés de Men­do­ci­no et Sono­ma, ou nous pou­vons avoir la rivière Eel et la rivière Rus­sian. Nous pou­vons avoir le pétrole du fond des océans, ou nous pou­vons avoir des baleines. Nous pou­vons avoir des boîtes en car­ton ou nous pou­vons avoir des forêts vivantes. Nous pou­vons avoir des ordi­na­teurs et la myriade de can­cers qui accom­pagne leur fabri­ca­tion, ou nous pou­vons n’avoir aucun des deux. Nous pou­vons avoir l’électricité et un monde dévas­té par l’exploitation minière, ou nous pou­vons n’avoir aucun des deux (et ne venez pas me racon­ter de sot­tises à pro­pos du solaire : vous aurez besoin de cuivre pour le câblage, de sili­cone pour le pho­to­vol­taïque, de métaux et de plas­tiques pour les dis­po­si­tifs, qui ont besoin d’être fabri­qués et puis trans­por­tés chez vous, et ain­si de suite. Même l’énergie élec­trique solaire n’est pas sou­te­nable parce que l’électricité et tous ses attri­buts requièrent une infra­struc­ture indus­trielle). Nous pou­vons avoir des fruits, des légumes, et du café impor­tés aux États-Unis depuis l’Amérique latine, ou nous pou­vons avoir au moins quelques com­mu­nau­tés humaines et non-humaines à peu près intactes à tra­vers la région. (Je pense que ce n’est pas la peine que je rap­pelle au lec­teur que, pour prendre un exemple – par­mi bien trop – qui ne soit pas aty­pique, le gou­ver­ne­ment démo­cra­ti­que­ment élu de Jaco­bo Arbenz, au Gua­te­ma­la, a été ren­ver­sé par les États-Unis afin d’épauler la “Uni­ted fruit Com­pa­ny”, aujourd’hui appe­lée Chi­qui­ta, ce qui a entraî­né par la suite 30 ans de dic­ta­tures sou­te­nues par les États-Unis, et d’escadrons de la mort. J’ai d’ailleurs deman­dé, il y a quelques années, à un membre du mou­ve­ment révo­lu­tion­naire tupa­ca­ma­ris­ta ce qu’il vou­lait pour le peuple du Pérou, et il m’a répon­du quelque chose qui va droit au cœur de la pré­sente dis­cus­sion [et au cœur de toute lutte qui ait jamais eu lieu contre la civi­li­sa­tion] : “nous devons pro­duire et dis­tri­buer notre propre nour­ri­ture. Nous savons déjà com­ment le faire. Il faut sim­ple­ment que l’on soit auto­ri­sé à le faire.”). Nous pou­vons avoir du com­merce inter­na­tio­nal, inévi­ta­ble­ment et par défi­ni­tion ain­si que par fonc­tion domi­né par d’immenses et dis­tantes enti­tés économiques/gouvernementales qui n’agissent pas (et ne peuvent pas agir) dans l’intérêt des com­mu­nau­tés, ou nous pou­vons avoir un contrôle local d’économies locales, ce qui ne peut adve­nir tant que des villes requièrent l’importation (lire : le vol) de res­sources tou­jours plus dis­tantes. Nous pou­vons avoir la civi­li­sa­tion — trop sou­vent consi­dé­rée comme la plus haute forme d’organisation sociale — qui se pro­page (qui méta­stase, dirais-je) sur toute la pla­nète, ou nous pou­vons avoir une mul­ti­pli­ci­té de cultures auto­nomes uniques car spé­ci­fi­que­ment adap­tées au ter­ri­toire d’où elles émergent. Nous pou­vons avoir des villes et tout ce qu’elles impliquent, ou nous pou­vons avoir une pla­nète habi­table. Nous pou­vons avoir le “pro­grès” et l’histoire, ou nous pou­vons avoir la sou­te­na­bi­li­té. Nous pou­vons avoir la civi­li­sa­tion, ou nous pou­vons au moins avoir la pos­si­bi­li­té d’un mode de vie qui ne soit pas basé sur le vol violent de ressources.

Tout cela n’est abso­lu­ment pas abs­trait. C’est phy­sique. Dans un monde fini, l’importation for­cée et quo­ti­dienne de res­sources est insoutenable.

Mon­trez-moi com­ment la culture de la voi­ture peut coexis­ter avec la nature sau­vage, et plus par­ti­cu­liè­re­ment, com­ment le réchauf­fe­ment pla­né­taire anthro­pique peut coexis­ter avec les calottes gla­ciaires et les ours polaires. N’importe laquelle des soi-disant solu­tions du genre des voi­tures élec­triques solaires pré­sen­te­rait des pro­blèmes au moins aus­si sévères. L’électricité, par exemple, a tou­jours besoin d’être géné­rée, les bat­te­ries sont extra­or­di­nai­re­ment toxiques, et, quoi qu’il en soit, la conduite n’est pas le prin­ci­pal fac­teur de pol­lu­tion de la voi­ture : bien plus de pol­lu­tion est émise au cours de sa fabri­ca­tion qu’à tra­vers son pot d’échappement. La même chose est vraie de tous les pro­duits de la civi­li­sa­tion industrielle.

Nous ne pou­vons pas tout avoir. Cette croyance selon laquelle nous le pou­vons est une des choses qui nous ont pré­ci­pi­tés dans cet hor­rible endroit. Si la folie pou­vait être défi­nie comme la perte de connexion fonc­tion­nelle avec la réa­li­té phy­sique, croire que nous pou­vons tout avoir — croire que nous pou­vons simul­ta­né­ment déman­te­ler une pla­nète et y vivre ; croire que nous pou­vons per­pé­tuel­le­ment uti­li­ser plus d’énergie que ce que nous four­nit le soleil ; croire que nous pou­vons piller du monde plus que ce qu’il ne donne volon­tai­re­ment ; croire qu’un monde fini peut sou­te­nir une crois­sance infi­nie, qui plus est une crois­sance éco­no­mique infi­nie, qui consiste à conver­tir tou­jours plus d’êtres vivants en objets inertes (la pro­duc­tion indus­trielle, en son cœur, est la conver­sion du vivant — des arbres ou des mon­tagnes — en inerte — planches de bois et canettes de bière) — est incroya­ble­ment cin­glé. Cette folie se mani­feste en par­tie par un puis­sant irres­pect pour les limites et la jus­tice. Elle se mani­feste au tra­vers de la pré­ten­tion selon laquelle il n’existe ni limites, ni jus­tice. Pré­tendre que la civi­li­sa­tion peut exis­ter sans détruire son propre ter­ri­toire, ain­si que celui des autres et leurs cultures, c’est être com­plè­te­ment igno­rant de l’histoire, de la bio­lo­gie, de la ther­mo­dy­na­mique, de la morale, et de l’instinct de conser­va­tion. & c’est n’avoir prê­té abso­lu­ment aucune atten­tion aux six der­niers millénaires.

Ceux qui choi­sissent de croire en ce qu’il est pos­sible de tout avoir basent leur espé­rance sur une forme de foi (et mani­fes­te­ment pas sur le monde réel, sans quoi ils se seraient aper­çus du fait que ce qu’ils fan­tasment est fonc­tion­nel­le­ment et intrin­sè­que­ment irréa­li­sable). Une foi reli­gieuse en la toute-puis­sance de la science et du déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique, en la toute-puis­sance de l’être humain, fina­le­ment ; et l’on retrouve l’hubris de la civilisation.

Quoi qu’il en soit, si l’on met de côté le carac­tère pro­fon­dé­ment anti-éco­lo­gique des hautes tech­no­lo­gies, ce qui échappe encore lar­ge­ment à ceux qui croient au mythe du « déve­lop­pe­ment durable » comme à tous ceux qui croient en l’idéologie du « pro­grès », c’est que l’essence même d’une socié­té de masse (qui plus est d’une socié­té de masse hau­te­ment tech­no­lo­gique), est liber­ti­cide. Ain­si que Tra­ven le sou­ligne dans le pas­sage cité plus haut, plus le fonc­tion­ne­ment d’une socié­té est rigi­di­fié par des lois, des décrets, des règle­ments, des arrê­tés, plus la liber­té est éro­dée. Plus une socié­té regroupe d’individus, plus son poten­tiel démo­cra­tique dimi­nue (ain­si que Rous­seau le com­pre­nait, la démo­cra­tie sied à un vil­lage ou à une com­mune, cer­tai­ne­ment pas à une socié­té de la taille de nos états modernes). Et plus le sys­tème tech­no­lo­gique de cette socié­té se com­plexi­fie, moins l’individu le contrôle : plus il perd en auto­no­mie, plus il en devient dépen­dant, plus son exis­tence en devient cap­tive (pour appro­fon­dir et mieux sai­sir ce phé­no­mène, lire Jacques Ellul, Ber­nard Char­bon­neau, Lewis Mum­ford, ou Ivan Illich). Sans par­ler du fait que les matières pre­mières néces­saires au déve­lop­pe­ment hau­te­ment tech­no­lo­gique, ou à la sub­sis­tance de ceux qui vivent de manière non-auto­nome, doivent bien venir de quelque part, ce qui implique l’impérialisme pré­da­teur et l’ex­pan­sion­nisme qui carac­té­risent la civi­li­sa­tion depuis des millénaires.

Si la cor­rup­tion, la pol­lu­tion, la des­truc­tion, les inéga­li­tés, les injus­tices, et tous les maux qui nous accablent, ne par­viennent pas à être endi­gués, c’est parce notre mode de vie, notre socié­té — la civi­li­sa­tion indus­trielle — ne peuvent être réfor­més. C’est parce qu’il n’y a pas de solu­tion qui per­mette de conser­ver les conforts tech­no­lo­giques modernes, les com­mo­di­tés (rela­tives) appor­tés par le « pro­grès » et le « déve­lop­pe­ment », ET de ne pas détruire la pla­nète. C’est parce qu’il est impos­sible de conci­lier l’idéologie du pro­grès et du déve­lop­pe­ment avec l’écologie et la démocratie.

Au contraire de ce que pro­meuvent les Macron du monde entier (et les Fillon, et les Hamon, et les Mélen­chon), il ne fau­drait sur­tout pas électrifier/développer/industrialiser les pays qui ne le sont pas encore, mais urgem­ment dése­lec­tri­fier/­dé-déve­lop­per/­dé­sin­dus­tria­li­ser ceux qui le sont déjà.

Comp­ter, pour cela, sur les ins­ti­tu­tions domi­nantes, ou sur un éveil des masses, c’est croire au Père Noël.

Aus­si dif­fi­cile à com­prendre que ce soit aux yeux de ceux qui sont nés dans ce bour­bier de culture pro­gres­siste et déve­lop­pe­men­tiste qu’est la civi­li­sa­tion, qui sont pro­fon­dé­ment impré­gnés de sa mytho­lo­gie toxique et de ses valeurs mal­saines (chez qui on pro­vo­que­rait une migraine à ten­ter de leur expli­quer que la télé­vi­sion, l’ordinateur, la voi­ture, inter­net, l’électrification et la civi­li­sa­tion sont mani­fes­te­ment autant de four­voie­ments), la seule manière de mettre fin à l’écocide et au sui­cide en cours, la seule manière de faire en sorte que les géné­ra­tions à venir de non-humains et d’humains connaissent un futur rela­ti­ve­ment sup­por­table (ou sim­ple­ment de faire en sorte qu’elles aient un futur), qui ne soit pas ren­du abso­lu­ment infer­nal et insup­por­table (par un détra­que­ment et une des­truc­tion trop pous­sés des éco­sys­tèmes, par un dérè­gle­ment cli­ma­tique aux consé­quences trop dévas­ta­trices, par une pol­lu­tion des sols, de l’air et des eaux qui les rendent invi­vables), consiste à pré­ci­pi­ter l’inéluctable effon­dre­ment de cette socié­té mortifère.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
4
Shares
7 comments
  1. « consiste à pré­ci­pi­ter l’inéluctable effon­dre­ment de cette socié­té mor­ti­fère. » D’ACCORD mais COMMENT ?

  2. Pour les inter­es­sés du sujet le roman « le scieur du châ­teau » de Béa­trice Tra­col qui a reçu le prix Lucien Newirth pour ce livre, parle entre autre de l’é­cole, des idéo­lo­gies, « d’un pro­grès expo­nen­tiel fal­la­cieu­se­ment confon­du avec l’é­vo­lu­tion de l’humanité »…

    extrait du der­nier livre de Jean Zie­gler « les che­mins d’espérance »
     » … Il n’est pas ques­tion de reve­nir ici sur les éve­ne­ments his­to­riques, sur les révo­lu­tions tech­no­lo­giques, les luttes et les déci­sions poli­tiques qui ont conduit les societes humaines à ce point paroxys­tique du capi­ta­lisme finan­cier glo­ba­li­sé. Les oli­gar­chies qui le dirigent détiennent un pou­voir qu’au­cun empe­reur, aucun pape aucun roi n’a jamais déte­nu dans l’his­toire des hommes. Elles échappent à tout contrôle éta­tique, interétatique,international, par­le­men­taire syn­di­cal ou autre. La stra­té­gie n’o­béit qu’a un seul prin­cipe : La maxi­ma­li­sa­tion du pro­fit dans le temps le plus court… »

  3. D’ac­cord pour ne pas voter, mais il faut en par­ler avec ceux qui votent. Il est néces­saire d’a­voir des leviers pour pro­pa­ger la conscience. En ce moment le vote est l’un de ces leviers : je n’ai jamais eu autant de dis­cus­sions appro­fon­dies avec des inter­lo­cu­teurs depuis que je me déclare ouver­te­ment oppo­sé à ce vote que l’on nous pro­pose dans la démo­cra­tie actuelle. Mais celà ne reste qu’une entrée en matière. Ensuite, il faut mon­trer à cha­cun la part qu’il occupe, que nous occu­pons tous, dans cette orga­ni­sa­tion. Et là, les esprits s’ouvrent et les vraies ques­tions sont posées. L’ar­ticle de Claude levi strauss est déci­sif dans ce qu’il nous met la res­pon­sa­bi­li­té entre nos mains. C’est clair, nous ne ver­rons pas les choses chan­ger vers un humain conscient et res­pec­tueux du monde, mais chaque seconde ou cha­cun peut appor­ter au mou­ve­ment est une victoire.

  4. Phi­lippe, à l’é­vi­dence vous refu­sez de vous remuer les méninges. Je suis per­sua­dé que vous pos­sé­dez ce talent de créa­teur, bien déve­lop­pé chez l’humain.
    Alors je vous en prie, cher­chez, cher­chez un peu et sur­tout n’ayez pas peur, ni honte, de ten­ter quelques trucs même s’ils vous paraissent ridi­cules. Un jour vous en serez fier !

    Alors bien sûr il y a de grosses ficelles basiques : consom­mer le moins pos­sible de pro­duits indus­triels. Et pas que la bouffe, tous les pro­duits indus­triels. Evi­tez les dou­blons : j’ai un ordi/internet mais pas de télé, j’ai un fixe mais pas de mobile.
    Nous sommes deux, nous avons une voi­ture et un vélo.
    etc.
    Tra­vailler le moins pos­sible, je veux dire entrer dans ce sys­tème de pro­duc­tion. C’est très impor­tant et vous ver­rez, c’est tel­le­ment bon. Evi­tez le sec­teur ter­tiaire qui est le plus féroce parasite.
    Sor­tez au maxi­mum de l’é­tau de la finance. Ne pre­nez jamais de cré­dit (si vous l’a­vez fait, col­lez vous quelques baffes, ça ira mieux après). Oubliez la Bourse et ses gangs de voleurs paten­tés, n’en deve­nez pas un !
    Payez en espèce dès que vous le pou­vez, lais­sez le moins de pognon pos­sible chez votre banquier.
    Refu­sez la déma­té­ria­li­sa­tion des ser­vices, refu­sez les nou­velles normes tech­niques, ne vous faites pas hap­per par le sys­tème de soins.
    Res­tez chez vous, ne faites pas d’en­fant sup­plé­men­taire, trou­vez des occu­pa­tions simples et jouis­sives… Ecou­tez le chant des oiseaux 🙂

  5. La liber­té a aus­si un fon­de­ment très maté­riel, on l’ou­blie sou­vent car les mots en démo­cra­tie viennent sou­vent mys­ti­fier la réa­li­té au sujet de la liberté.

    En démo­cra­tie la liber­té n’existe pas ou peu et elle est assu­jet­ti au nombre d’ha­bi­tant et à leur pouvoir.

    Exemple : 100 per­sonnes dans un 3 pièces, il y a de fac­to des règles qui rem­place toutes les liber­tés, règles pour le bruit, l’ac­cès au toi­lette, l’heure du lit, par­ler, les sujets à évi­ter etc, c’est le sys­tème actuel.

    Le sum­mum de la liber­té étant une seul per­sonne dans le même 3 pieces, cette per­sonne peut pas­ser 24 heures au chiotte, écou­ter de la musique à 3 heures du matin, pas­ser d’une chambre à l’autre sans frap­per, ne se signa­ler à per­sonne etc, c’est le sys­tème naturel.

    In fine la vraie liber­té est une absence de démo­cra­tie cou­plé à une popu­la­tion très épar­pillée, sans élites, peu nom­breuse et cer­tai­ne­ment fru­gale, c’est le sys­tème natu­rel avant la civilisation.

    J’aime trop la liber­té pour croire en la démocratie.

  6. Com­ment ? La révolte des lud­dites nous en montre un bon aper­çu. Elles se passent au début de l’in­dus­tria­li­sa­tion de l’An­gle­terre. Les syn­di­cats nais­sants ne repré­sen­taient alors presque per­sonne. Ce fut le peuple anglais qui s’est auto-orga­ni­sé et sabo­taient les machines dans les manu­fac­tures. Leur démarche n’é­tait pas mar­xistes, ils consi­dé­raient sim­ple­ment que les machines allaient les mettre au chô­mage. Il n’y avait pas de caf­teurs, le peuple était vrai­ment soli­daire si bien que la répres­sion ne pou­vait rien faire. Leur tac­tique de sabo­tage de l’ou­til de tra­vail des riches fut si effi­cace qu’ils ont failli réus­sir à débar­ras­ser l’An­gle­terre de sa monar­chie. Celle-ci, n’ayant plus d’autre choix, a favo­ri­sé les syn­di­cats dans le but de divi­ser le peuple et mal­heu­reu­se­ment, cela a réussi.

    Cette lutte nous montre que les lud­dites avaient par­fai­te­ment rai­son de sabo­ter l’ou­til de tra­vail capi­ta­liste car c’est le point fait de la socié­té tech­no-capi­ta­liste, alors que le bou­lier comp­table, le capi­ta­lisme, est sont point fort car il a une facul­té imbat­table pour récu­pé­rer à son pro­fit et tra­ves­tir toutes les luttes.

    Cette révolte nous montre le vrai visage de la gauche : des col­la­bos au ser­vice des élites. Ce qui est nor­mal, ils sont pro­duc­ti­vistes ce qui, dans un sys­tème cor­po­ra­tiste comme la socié­té tech­no-capi­ta­liste, implique for­cé­ment qu’ils mangent dans la main des patrons pour men­dier des aug­men­ta­tions de salaire. Comme en plus ils sont pro­gres­sistes, ils ne peuvent juste pas faire autre chose qu’i­ma­gi­ner construire leur ver­sion de la socié­té indus­trielle. Ils ne nous ont d’ailleurs jamais expli­qué com­ment, sans Kapi­tal, ils allaient bien pou­voir construire ses infra­struc­tures, et pour cause c’est impos­sible. Ils se condamnent eux-même à n’être jamais rien de plus que la gauche du Kapi­tal et donc à perdre. Bref, quand ce ne sont pas des traîtres comme lors de la révolte des lud­dites, ce sont des losers.

    Avec le flot inces­sant de nou­velles tech­no­lo­gies glo­ba­li­sées qui a ali­men­té la catas­trophe indus­trielle, celle-ci est entiè­re­ment dépen­dants d’un petit nombre de réseaux d’a­li­men­ta­tion et de dis­tri­bu­tion. Aucune autre forme de socié­té de l’his­toire n’a été aus­si fragile.

    Un élé­ment impor­tant est qu’il ne faut pas sous-esti­mer les élites. Ils leurs manquent la case huma­ni­té ce qui fait d’elles des psy­cho­pathes, mais elles sont très bien infor­mées et aus­si intel­li­gentes que n’im­porte qui. Elles sont donc au cou­rant et le fait que par­tout, elles soient en train, même dans un pays comme la Suisse, de mus­cler sans arrêt la répres­sion, montrent qu’elles ont com­pris que cela allait deve­nir de plus en plus com­pli­qué pour elles au fur et à mesure que le tech­no-capi­ta­lisme va se retrou­ver confron­té aux pro­blèmes qu’il crée. Ceci car seule la sta­bi­li­té du sys­tème leur per­met de garan­tir que les peuples ne se révoltent pas. Avec l’é­pui­se­ment des res­sources natu­relles non renou­ve­lables, le réchauf­fe­ment cli­ma­tique et le mas­sacre de notre seule source de Vie, elles savent que c’est déjà en train de par­tir en vrille et que pour le moment, ce sont elles qui mènent le bal. Pour ça aus­si, il est impor­tant de stop­per ce mode de vie le plus vite possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La dépression est une maladie de civilisation (par Sara Burrows)

Mais la dépression n’est pas une maladie naturelle. Ce n’est pas une inéluctabilité liée au fait d’être humain. Ildari déclare qu’à l’instar de beaucoup de maladies, la dépression est une maladie de civilisation. C’est une maladie causée par un mode de vie moderne industrialisé hautement stressant incompatible avec notre évolution génétique.
Lire

De l’aveuglement positiviste

Si positiver consistait simplement à voir le bon côté des choses, à jouir d'un verre à demi-plein au lieu de se lamenter devant un verre à demi-vide, rien à dire, c'est du sain Épicurisme. Mais positiver ne s'en tient pas là : on s'efforce de méconnaître "le négatif", les limites, inhérentes à la nature de l'être, les faiblesses, les ratages inévitables. C'est l'école de l'inauthenticité.