« Qui a tué l’écologie ? » ou Comment l’ONG-isation étouffe la résistance (par Fabrice Nicolino)

Texte tiré de la conclusion de l'excellent livre de Fabrice Nicolino, Qui a tué l'écologie ? : WWF, Greenpeace, Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement en accusation, publié le 16 mars 2011 aux éditions Les Liens qui libèrent.

Une conclu­sion ? Quelle conclu­sion ? Le livre est grand ouvert devant vous. Dans la meilleure des hypo­thèses, il est et sera une intro­duc­tion aux immenses com­bats qui nous attendent. Que se taisent les pleu­reuses ! Pour ma part, j’en ai assez des jéré­miades. Ou les équi­libres de la vie sur terre sont réel­le­ment mena­cés, et nous devons sans crainte abattre tout ce qui gêne la mobi­li­sa­tion géné­rale. Ou bien il ne s’agit que d’une absurde alerte qui dis­cré­dite à jamais ses auteurs. Ou, ou. En bon fran­çais, on appelle cela une alter­na­tive, c’est-à-dire le choix offert entre deux pos­si­bi­li­tés. Et il n’y en a pas trois. Pour ce qui me concerne, je pense et je suis même convain­cu que jamais l’aventure humaine, com­men­cée gros­siè­re­ment il y a deux mil­lions d’années, n’a connu un tel péril. Et la folie des asso­cia­tions dites éco­lo­gistes que j’ai étrillées ici dure­ment [prin­ci­pa­le­ment Green­peace, le WWF, FNE — France Nature Envi­ron­ne­ment, et la FNH — Fon­da­tion Nico­las Hulot, on pour­rait rajou­ter 350.org, qui n’exis­tait pas en France, à l’é­poque où le livre est sor­ti, mais qui est du même aca­bit, NdE], mais de manière argu­men­tée [si vous vou­lez en savoir plus, nous vous conseillons de vous pro­cu­rer cet excellent livre qu’est « Qui a tué l’é­co­lo­gie ? », NdE], c’est qu’elles tiennent offi­ciel­le­ment le même discours.

Leur bara­tin, car c’en est un, consiste à pleur­ni­cher chaque matin sur la des­truc­tion de la pla­nète, avant d’aller s’attabler le midi avec l’industrie, dont le rôle mor­ti­fère est cen­tral, puis d’aller conver­ser avec ces chefs poli­tiques impuis­sants, per­vers et mani­pu­la­teurs qui ne pensent qu’à leur car­rière avant de signer les auto­ri­sa­tions du désastre en cours.

On hésite devant le qua­li­fi­ca­tif. Misé­rable, minable, hon­teux, déri­soire, tra­gi­co­mique ? Qu’importe. Les éco­lo­gistes de salon ont failli pour de mul­tiples rai­sons, que j’ai essayé d’entrevoir dans ce livre. Cer­tains d’entre eux demeurent valeu­reux, et je ne doute pas de les croi­ser sur ma route, ni même de che­mi­ner de concert. Mais les struc­tures, en tout cas, sont mortes, et nul ne pour­ra les res­sus­ci­ter. Elles ont eu un sens il y a une qua­ran­taine d’années [nous ne sommes pas du tout d’ac­cord avec cette remarque, NdE], mais sont deve­nues des obs­tacles qui empêchent une nou­velle géné­ra­tion poli­tique et morale de conduire nos affaires les plus cruciales.

Je ne crois pas être — tou­jours — naïf. On ne pro­clame pas une nou­velle époque. Nul décret ne peut venir à bout des vieilles lunes exté­nuées. Le mou­ve­ment éco­lo­giste fran­çais, sous sa forme actuelle, doit dis­pa­raitre. Peut-être bien, au pas­sage, chan­ger de nom. Mais un tel mou­ve­ment des idées et des âmes ne se conçoit pas sans un sur­saut his­to­rique de la socié­té. Il fau­dra donc, s’ils se pro­duisent tou­te­fois, des trem­ble­ments de terre d’une vaste ampleur, capables d’enfouir ce qui est mort, et de lais­ser s’épanouir ce qui défend réel­le­ment la vie.

La jeu­nesse, non parce qu’elle serait plus maligne, mais pour la seule rai­son qu’elle est l’avenir, est la condi­tion sine qua non du renou­veau. Je n’ai aucun conseil à don­ner, je me contente de rêver d’une insur­rec­tion de l’esprit, qui met­trait sens des­sus des­sous les prio­ri­tés de notre monde malade. On ver­ra. Je ver­rai peut-être. Il va de soi que le livre que vous lisez sera vili­pen­dé, et je dois avouer que j’en suis satis­fait par avance. Ceux que je cri­tique si fon­da­men­ta­le­ment n’ont d’autre choix que de me trai­ter d’extrémiste, et de pré­pa­rer dis­crè­te­ment la cami­sole de force. Grand bien leur fasse dans leurs bureaux bien chauffés !

Moi, depuis tou­jours, je place mon enga­ge­ment du côté des gueux de ce monde en déroute. Chez les pay­sans pauvres d’Afrique ou de l’Inde, chez les min­gong — 200 mil­lions de vaga­bonds — chi­nois, chez les Inuits assom­més par le « pro­grès » en marche, chez les Indiens de l’Amazonie ou les autoch­tones des îles Anda­man. Autant vous avouer que je me fous roya­le­ment des états d’âme des petits mar­quis pari­siens de la galaxie éco­lo-mon­daine. La véri­té, cer­taine à mes yeux, est que ces gens ne sont pas à la hau­teur des évè­ne­ments. Ils ne sont pas les seuls. Ils ne sont pas les pre­miers. Ils risquent de ne pas être les derniers.

La tâche était trop lourde pour eux, très sim­ple­ment. Sau­ver la pla­nète, cela va bien si l’on mène le com­bat depuis les confor­tables arènes pari­siennes. Mais affron­ter le sys­tème indus­triel, mené par une oli­gar­chie plus inso­lente de ses pri­vi­lèges qu’aucune autre du pas­sé, c’est une autre affaire. Il fau­drait nom­mer l’adversaire, qui est sou­vent un enne­mi. Rap­pe­ler cette évi­dence que la socié­té mon­diale est stra­ti­fiée en classes sociales aux inté­rêts évi­dem­ment contra­dic­toires. Assu­mer la pers­pec­tive de l’affrontement. Admettre qu’aucun chan­ge­ment radi­cal n’a jamais réus­si par la dis­cus­sion et la per­sua­sion. Recon­naître la néces­si­té de com­bats immé­diats et sans rete­nue. Par exemple, et pour ne prendre que notre petit pays, empê­cher à toute force la construc­tion de l’aéroport nan­tais de Notre-Dame-des-Landes, pour­chas­ser sans relâche les pro­mo­teurs cri­mi­nels des dits bio­car­bu­rants, dénon­cer dès main­te­nant la pers­pec­tive d’une exploi­ta­tion mas­sive des gaz de schistes, qui sera pro­ba­ble­ment la grande bataille des pro­chaines années.

Mais en ce cas, bien sûr, il fau­drait aus­si accep­ter le retour de bâton de l’ordre en place. Ce qu’on appe­lait jadis la répres­sion, et qu’on ver­ra reve­nir, à n’en pas dou­ter [qui n’a sur­tout jamais ces­sé d’exis­ter, qui est un pré­re­quis néces­saire à la marche du « pro­grès », au déve­lop­pe­ment, NdE]. Il fau­drait enfin savoir ce que nous sommes prêts à ris­quer per­son­nel­le­ment pour enrayer la machine infer­nale. Et poser sans fré­mir la ques­tion du dan­ger, de la pri­son, du sacri­fice. Car nous en sommes là, n’en déplaise aux Bisou­nours qui vou­draient tel­le­ment que tout le monde s’embrasse à la manière de Folleville.

Au lieu de quoi la gran­diose pers­pec­tive de remettre le monde sur ses pieds se limite à trier ses ordures et éteindre la lumière der­rière soi. Les plus cou­ra­geux iront jusqu’à envoyer un mes­sage élec­tro­nique de pro­tes­ta­tion et faire du vélo trois fois par semaine, se nour­ris­sant bien enten­du de pro­duits bio. J’ai l’air de me moquer, mais pas de ceux qui croient agir pour le bien public. J’attaque en fait cette immense coa­li­tion du « déve­lop­pe­ment durable » qui a inté­rêt à faire croire à des fadaises. Car ce ne sont que de ter­ribles illu­sions. Il est grave, il est même cri­mi­nel d’entraîner des mil­lions de citoyens inquiets dans des voies sans issue.

Non, il n’est pas vrai qu’acheter des lampes à basse consom­ma­tion chan­ge­ra quoi que ce soit à l’état éco­lo­gique du monde. La machine broie et digère tous ces gestes hélas déri­soires, et conti­nue sa route. Pis, cela donne bonne conscience. Les plus rou­blards, comme au temps des indul­gences catho­liques, voyagent en avion d’un bout à l’autre de la terre autant qu’ils le sou­haitent, mais com­pensent leur émis­sion de car­bone en payant trois francs six sous cen­sés ser­vir à plan­ter quelques arbres ailleurs, loin des yeux. On ne fait pas de bar­rage contre l’océan Paci­fique, non plus qu’on ne vide­ra jamais la mer avec une cuiller à café. Les dimen­sions du drame exigent de tout autres mesures. Et il y a pire que de ne rien faire, qui est de faire sem­blant. Qui est de s’estimer quitte, d’atteindre à la bonne conscience, et de croire qu’on est sur la bonne voie, alors qu’on avance en aveugle vers le mur du fond de l’impasse. […]

Asi son las cosas, comme on dit avec fata­lisme sur les terres cas­tillanes. La vie est comme ça. Il faut l’accepter comme une réa­li­té, et la refu­ser comme une réa­li­té. Le Gre­nelle de l’environnement a été une opé­ra­tion poli­ti­cienne de bout en bout. Déso­lante, démo­ra­li­sante, absurde pour finir. Mais à quelque chose mal­heur est bon. Je gage que cette expé­rience mal­heu­reuse ne sera pas per­due pour tout le monde. Je pense, je crois, je vois que se pré­pare dans les recoins de notre modeste ter­ri­toire une relève qui devra être meilleure, plus com­ba­tive, beau­coup plus inso­lente et imaginative.

L’avenir n’est pas écrit. Mais il aura besoin pour vivre d’une révo­lu­tion morale et intel­lec­tuelle qui balaie­ra les formes anciennes. Nous avons tant besoin d’une renais­sance spi­ri­tuelle. Ce n’est qu’un début.

P.-S. : On aura remar­qué que je n’aborde pas la ques­tion de l’écologie poli­tique. Cela néces­si­te­rait un livre que je n’écrirai pas. Mais ma vision des Verts, fussent-ils rebap­ti­sés Europe Éco­lo­gie, est aus­si cri­tique que celle adres­sée aux asso­cia­tions. Queue de comète du mou­ve­ment de 1968, hédo­niste et petit-bour­geois, indif­fé­rent en fait aux peuples du Sud, ce par­ti n’a aucune chance de nous aider à affron­ter la crise éco­lo­gique pla­né­taire. Il contient certes de beaux com­bat­tants, de belles per­sonnes que je connais, appré­cie, et salue au pas­sage, mais la struc­ture n’est pas réfor­mable. Elle est d’ailleurs tenue, mais le mal est encore plus pro­fond, par des manœu­vriers cyniques, qui se moquent de la nature et de la vie sans même le dis­si­mu­ler. Europe Éco­lo­gie existe, mais dis­pa­raî­tra lorsque le mou­ve­ment réel du monde en aura déci­dé autre­ment. Disons que ce jour-là ne sera pas perdu.

Fabrice Nico­li­no

Print Friendly, PDF & Email
Total
26
Shares
4 comments
  1. Qu’est-ce que ce bean’s ? Je pour­rais croire que vous ven­dez le livre de Nico­li­no, un mélange de vrai et de débilités.
    Un bon anar­chiste ne ferait pas cela. Il cra­che­rait sur ce ver­biage s’il avait à le lire en un temps rare de loisir.
    Fou­tez-nous ça aux archives. Qu’est-ce que viennent faire les ONG dans une affaire d’é­co­lo­gie ? Qu’est-ce qu’on en a à battre des cli­gno­teurs d’am­poules, des stu­dio-bikers et autres laveurs à sec, et sur­tout des groupes qui pensent pour les autres ?
    Lut­ter main­te­nant c’est quit­ter les villes, pro­duire peu en suant (peu si pos­sible aus­si) en accep­tant et ten­tant de contrer les fatales consé­quences des erreurs com­mises, se débar­ras­ser d’une culture imbé­cile qui-ne-mène-qu’à-pire.
    C’est nous les indi­vi­dus, les res­pon­sables. Nous savons que les ins­ti­tu­tions sont de la merde, que leur rôle est de nous conta­mi­ner et de nous faire pour­rir à notre tour. Nous avions la vie comme chal­lenge, nous avons main­te­nant la sur­vie comme objec­tif. Nous n’é­cou­tons plus notre corps depuis long­temps, d’ailleurs qu’est-ce qu’un corps à part un sexe ou un amas de cel­lules malades ?
    Il est bien brave Nico­li­no, avec ses ONG res­pon­sables. Et toi aus­si tu doubles le pot en publiant ces fadeurs qui dégoû­te­ront tout humain res­pon­sable. Tes lec­teurs ne sont pas des veaux.
    Qui vient ici, lire l’i­dée, l’al­truisme ou le récon­fort ? Ceux qui ont vio­lence dans leur coeur, ceux qui veulent l’im­pres­sion durable de leur vision dans la réa­li­té. Pas les indé­cis, les inca­pables, les sui­veurs et autres couillons.
    Un autre extrait eut été préférable.

    1. On ne s’a­dresse pas qu’à ceux qui savent déjà. Sinon on ne sert pas à grand-chose. Les ONGs détournent des vel­léi­tés qui auraient pu être très utiles par ailleurs. Les dénon­cer est plus que nécessaire.

  2. Certes, je com­prends qu’il faille dénon­cer. Mais bien qu’ad­mi­rant le tra­vail minu­tieux de Fabrice Nico­li­no, j’en­rage de consta­ter que les vrais res­pon­sables ne sont jamais poin­tés, je désigne ici ceux qui ont les clefs dans leurs mains : les popu­la­tions. Ces popu­la­tions qui dans leur immense majo­ri­té s’en foutent tota­le­ment, de l’é­co­lo­gie — et de bien d’autres choses encore. Pre­nons l’exemple de la viande bovine infecte qui bien­tôt risque d’en­va­hir nos étals. On fait tout un tapage sur cette his­toire, on montre des séna­teurs, des patrons, on divulgue leur hypo­cri­sie mais pas celle des consom­ma­teurs, qui s’ils étaient vrai­ment ou se sen­taient réel­le­ment concer­nés, lais­se­raient pour­rir cette bar­baque dans les hypers et se tour­ne­raient vers les bou­che­ries de quar­tier, de vil­lage, ou plus sim­ple­ment encore vers le monde paysan.
    Pour tous les domaines de l’é­co­lo­gie, c’est kif-kif. Les mes­sages d’a­lerte des­ti­nés aux naïfs (si j’ai bien com­pris ?) sont trans­mis par la tech­no­lo­gie papier son vidéo et numé­rique, ils empruntent donc le pire chemin.
    Je suis en rogne, déso­lé ; ça ira mieux demain 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Qu’est-ce que l’écologie radicale ? (par Thierry Sallantin)

A bas l'industrialisme, lequel est incompatible avec le retour urgent aux 280 ppm de CO2 dans l'atmosphère : si on continue avec un type de société demandant trop d'énergie, on est parti pour bouleverser le climat de façon irrémédiable pendant 500 000 ans (source: les deux livres de Clive Hamilton: "Requiem pour l'espèce humaine" et "Les apprentis sorciers du climat" et mes discussions avec lui lors de son passage à Paris).
Lire

Le capitalisme ou le culte du sacrifice humain (par Chris Hedges)

Parras et ceux qui vivent près de chez lui font partie des centaines de millions d’humains sacrifiés sur l’autel des exigences du capitalisme industriel. Ils sont, depuis la naissance, condamnés à subir la pauvreté, la maladie, la contamination toxique, et souvent, la mort prématurée. Ils sont obligés de s’agenouiller comme des captifs enchaînés, pour être tués sur l’autel du capitalisme au nom du progrès. [...]
Lire

La 6ème extinction de masse — comment l’être humain détruit la vie (Elizabeth Kolbert)

Au centre du Hall de la biodiversité du Muséum américain d'histoire naturelle se trouve une exposition incorporée dans le sol. L’exposition est organisée autour d’une plaque centrale expliquant qu’il y a eu 5 extinctions de masse depuis l’apparition des animaux complexes, il y a plus de 500 millions d’années. Selon la plaque, "le changement climatique mondial et d’autres facteurs, comprenant probablement des collisions entre la Terre et des objets extraterrestres" étaient responsables de ces extinctions. On peut aussi y lire que : "nous sommes actuellement au milieu de la sixième extinction, due cette fois-ci uniquement à la transformation du paysage écologique par l'être humain". [...]