Le microbiome des Occidentaux est une catastrophe comparé à celui de chasseurs-cueilleurs (par Jeff Leach)

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié (en anglais) le 28 février 2017 sur le site de The Conver­sa­tion à l’a­dresse sui­vante.


Le monde que nous occu­pons aujourd’­hui est très dif­fé­rent de celui qu’oc­cu­paient nos ancêtres pas-si-loin­tains. Alors que nous entrons dans une nou­velle ère géo­lo­gique — l’An­thro­po­cène, mar­quée par l’empreinte de l’homme — la défo­res­ta­tion mon­diale, la fonte des calottes gla­ciaires et la dégra­da­tion géné­rale de la bio­sphère sus­citent de graves préoccupations.

Mais une autre vic­time, sou­vent négli­gée, de cette nou­velle ère, est la diver­si­té des micro-orga­nismes qui vivent sur et à l’in­té­rieur de nos corps (notam­ment les bac­té­ries, les virus et les cham­pi­gnons). Si notre micro­biome — la diver­si­té géné­tique de ces orga­nismes — est le cana­ri dans une mine de char­bon micro­bienne, alors mon tra­vail avec les chas­seurs-cueilleurs d’A­frique de l’Est sug­gère qu’il se tient la tête en bas sur son perchoir.

Sur le ter­rain, j’ai vu un chas­seur Had­za adroi­te­ment dépe­cer un babouin et en par­ta­ger la viande avec d’autres autour d’un feu. Rien n’est jeté. Les organes, cer­veau inclus, sont consom­més, ain­si que les intes­tins crus et l’estomac. Du point de vue asep­ti­sé des normes occi­den­tales, c’est un spec­tacle hor­rible pour un repas du soir. Peu importe com­bien de fois je regarde les Had­za décou­per des ani­maux tués à l’arc, je suis à chaque fois sur­pris par l’échange extra­or­di­naire de microbes entre ce groupe et leur envi­ron­ne­ment, véri­table tan­go micro­bien qui carac­té­rise cer­tai­ne­ment l’ensemble de l’évolution humaine.

Pour­quoi est-ce impor­tant ? Des recherches récentes ont mon­tré que la mala­die est sou­vent asso­ciée à un effon­dre­ment de la diver­si­té micro­bienne. Ce que l’on ne sait pas en revanche, c’est en défi­nir la cause et l’effet. Est-ce la mala­die qui cause l’ef­fon­dre­ment de la diver­si­té micro­bienne, ou est-ce l’ef­fon­dre­ment de la diver­si­té micro­bienne qui cause — ou pré­cède — la maladie ?

Nous n’en sommes qu’au début et il y a encore beau­coup à étu­dier. Tou­te­fois, l’idée que les microbes que nous abri­tons — et leur diver­si­té — peuvent nous aider à mieux com­prendre et évi­ter les mala­dies, a déclen­ché un opti­misme inéga­lé dans la recherche médi­cale depuis l’introduction des anti­bio­tiques il y a 50 ans de cela.

Ce qui me ramène aux Had­za. Vivre et tra­vailler auprès des Had­za me fait pen­ser à la rela­tion étroite que les humains ont pro­ba­ble­ment déve­lop­pée avec divers groupes de microbes.

Chaque ani­mal tué est une oppor­tu­ni­té pour les microbes de pas­ser d’une espèce à la sui­vante. Chaque baie cueillie d’un buis­son, ou tuber­cule sor­tie du sol riche en vie micro­bienne, cha­cun de ces actes d’approvisionnement main­tient les Had­za connec­tés à un impor­tant ensemble régio­nal d’espèces micro­biennes.

C’est cette expo­si­tion conti­nuelle à un riche vivier de micro-orga­nismes qui a doté les Had­za d’une extra­or­di­naire diver­si­té de microbes —  bien plus impor­tante que celle obser­vée au sein des popu­la­tions des pays dits développés.

Un chas­seur Had­za qui net­toie le sang sur ses mains à l’aide du conte­nu de l’es­to­mac riche en microbes du même animal.

Du point de vue de l’écologie, la faible diver­si­té du micro­biome de l’Oc­ci­dent peut éven­tuel­le­ment s’expliquer comme le résul­tat d’un ensemble régio­nal (toutes les espèces pou­vant colo­ni­ser un site spé­ci­fique) d’espèces dégra­dé, ou comme celui d’une aug­men­ta­tion des filtres envi­ron­ne­men­taux (choses qui repoussent ou limitent les dépla­ce­ments de microbes dans l’environnement, ou les altèrent). Ou comme une com­bi­nai­son des deux.

Les filtres envi­ron­ne­men­taux, comme les régimes ali­men­taires, ont été prin­ci­pa­le­ment étu­diés en tant que causes pre­mières de la baisse de la diver­si­té micro­bienne dans les intes­tins des occidentaux.

L’usage exces­sif d’antibiotiques est un autre filtre envi­ron­ne­men­tal. Chaque trai­te­ment anti­bio­tique peut réduire la diver­si­té des microbes dans le corps. D’autres filtres peuvent être : trop de temps pas­sé à l’intérieur, une aug­men­ta­tion des nais­sances par césa­rienne et une dimi­nu­tion du taux d’allaitement, l’utilisation de pro­duits anti­mi­cro­biens (tels que les gels dés­in­fec­tants pour les mains), de petites quan­ti­tés d’antibiotiques dans les viandes que nous consom­mons, et l’hygiène moderne.

Cepen­dant, la contri­bu­tion de l’en­semble régio­nal d’espèces est peu étu­diée dans la recherche microbienne.

Je sup­pose que cela découle des dif­fi­cul­tés liées à l’échantillonnage à grande échelle, et bien sûr, du coût et des prio­ri­tés. Sachant que l’en­semble régio­nal d’espèces — bien que foca­li­sé sur les macro-orga­nismes (orga­nismes visibles à l’œil nu) — est un thème cen­tral en éco­lo­gie, il serait judi­cieux de l’in­té­grer à la recherche micro­bienne humaine.

Repre­nons notre exemple clas­sique de filtre envi­ron­ne­men­tal lié aux anti­bio­tiques, on pour­rait se deman­der si quelqu’un ayant pris des anti­bio­tiques et ayant connu une baisse de sa diver­si­té micro­bienne ne récu­pè­re­rait pas plus rapi­de­ment — son état de richesse micro­bienne pré-anti­bio­tique —  si il ou elle avait été expo­sé à un ensemble régio­nal d’espèces solide et diver­si­fié, une fois le trai­te­ment anti­bio­tique passé.

De toute évi­dence, plus d’attention et une meilleure ges­tion des filtres envi­ron­ne­men­taux contri­bue­raient à l’amélioration de la diver­si­té micro­bienne du corps humain.

Tou­te­fois, l’élan néces­saire dont cette nou­velle géné­ra­tion a besoin pour enfin remettre en pers­pec­tives la san­té des éco­sys­tèmes — petits et grands — peut être impul­sé par une meilleure com­pré­hen­sion de la manière dont la dégra­da­tion de l’environnement nous atteint — plus pro­fon­dé­ment encore (nos propres intes­tins) que la plu­part d’entre nous ne l’imaginaient jusque-là.

Ce qui compte, c’est que tout ce buzz autour du micro­biome peut être l’occasion de mobi­li­ser un indis­pen­sable groupe de défen­seurs de l’environnement micro­sco­pique pour mieux ensei­gner la manière d’é­va­luer l’importance de ce que subit la biosphère.

Jeff Leach


Tra­duc­tion : Emma­nuelle Dupierris

Édi­tion & Révi­sion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Appel à tous les fanatiques (par Derrick Jensen)

Je pense souvent à cette phrase du psychiatre R.D. Laing, "Peu de livres, aujourd'hui, sont pardonnables". Il a écrit cela, je pense, en raison de la profondeur de notre aliénation vis-à-vis de notre propre expérience, de qui nous sommes, et parce qu'étant donné la destructivité — vis-à-vis des autres comme de nous-mêmes — de cette aliénation, nous ferions mieux de contempler des pages blanches plutôt qu'un livre ne la considérant pas comme postulat de départ et n’œuvrant pas à la rectifier. [...]
Lire

Comment nous nous préparons, nous et nos enfants, pour l’extinction (par Daniel Quinn)

Dans un récent film semi-documentaire appelé Garbage (Déchet), un ingénieur en traitement des déchets toxiques à qui l’on demande comment nous pourrions faire pour cesser de submerger le monde ne nos poisons, répond : « Qu’il faudrait pour cela qu’on disparaisse tous de la planète, parce que les humains GÉNÈRENT des déchets toxiques, qu’il s’agisse d’organismes pathogènes que l’on excrète de nos corps ou d’autres choses. Nous sommes un poison pour la planète. » Comment réagissez-vous à cette affirmation ? Si vous êtes d’accord avec cette idée que les humains sont intrinsèquement toxiques, levez la main.
Lire

Ni anthropocène, ni capitalocène : le problème, c’est le mégalocène (par Thierry Sallantin)

Le mal, ce n'est pas le « capitalisme », ce qui laisserait supposer que si la société industrielle était gérée autrement, c'est-à-dire par les anticapitalistes que sont les communistes, les usines cesseraient soudain de polluer, de produire des gaz à effet de serre ! Non ! Le mal est plus profond : c'est l'industrialisme de Marx, Saint-Simon et Keynes ou Hayek qu'il faut remettre en cause. Ce sont tous les auteurs de l'anti-industrialisme qu'il faut relire, comme Thoreau, Tolstoï ou Gandhi, [et les auteurs de l’Encyclopédie des Nuisances, et Bernard Charbonneau, et Jacques Ellul, et tous les autres, NdE] et aujourd'hui Derrick Jensen [...]