Le microbiome des Occidentaux est une catastrophe comparé à celui de chasseurs-cueilleurs (par Jeff Leach)

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié (en anglais) le 28 février 2017 sur le site de The Conver­sa­tion à l’a­dresse sui­vante.


Le monde que nous occu­pons aujourd’­hui est très dif­fé­rent de celui qu’oc­cu­paient nos ancêtres pas-si-loin­tains. Alors que nous entrons dans une nou­velle ère géo­lo­gique — l’An­thro­po­cène, mar­quée par l’empreinte de l’homme — la défo­res­ta­tion mon­diale, la fonte des calottes gla­ciaires et la dégra­da­tion géné­rale de la bio­sphère sus­citent de graves préoccupations.

Mais une autre vic­time, sou­vent négli­gée, de cette nou­velle ère, est la diver­si­té des micro-orga­nismes qui vivent sur et à l’in­té­rieur de nos corps (notam­ment les bac­té­ries, les virus et les cham­pi­gnons). Si notre micro­biome — la diver­si­té géné­tique de ces orga­nismes — est le cana­ri dans une mine de char­bon micro­bienne, alors mon tra­vail avec les chas­seurs-cueilleurs d’A­frique de l’Est sug­gère qu’il se tient la tête en bas sur son perchoir.

Sur le ter­rain, j’ai vu un chas­seur Had­za adroi­te­ment dépe­cer un babouin et en par­ta­ger la viande avec d’autres autour d’un feu. Rien n’est jeté. Les organes, cer­veau inclus, sont consom­més, ain­si que les intes­tins crus et l’estomac. Du point de vue asep­ti­sé des normes occi­den­tales, c’est un spec­tacle hor­rible pour un repas du soir. Peu importe com­bien de fois je regarde les Had­za décou­per des ani­maux tués à l’arc, je suis à chaque fois sur­pris par l’échange extra­or­di­naire de microbes entre ce groupe et leur envi­ron­ne­ment, véri­table tan­go micro­bien qui carac­té­rise cer­tai­ne­ment l’ensemble de l’évolution humaine.

Pour­quoi est-ce impor­tant ? Des recherches récentes ont mon­tré que la mala­die est sou­vent asso­ciée à un effon­dre­ment de la diver­si­té micro­bienne. Ce que l’on ne sait pas en revanche, c’est en défi­nir la cause et l’effet. Est-ce la mala­die qui cause l’ef­fon­dre­ment de la diver­si­té micro­bienne, ou est-ce l’ef­fon­dre­ment de la diver­si­té micro­bienne qui cause — ou pré­cède — la maladie ?

Nous n’en sommes qu’au début et il y a encore beau­coup à étu­dier. Tou­te­fois, l’idée que les microbes que nous abri­tons — et leur diver­si­té — peuvent nous aider à mieux com­prendre et évi­ter les mala­dies, a déclen­ché un opti­misme inéga­lé dans la recherche médi­cale depuis l’introduction des anti­bio­tiques il y a 50 ans de cela.

Ce qui me ramène aux Had­za. Vivre et tra­vailler auprès des Had­za me fait pen­ser à la rela­tion étroite que les humains ont pro­ba­ble­ment déve­lop­pée avec divers groupes de microbes.

Chaque ani­mal tué est une oppor­tu­ni­té pour les microbes de pas­ser d’une espèce à la sui­vante. Chaque baie cueillie d’un buis­son, ou tuber­cule sor­tie du sol riche en vie micro­bienne, cha­cun de ces actes d’approvisionnement main­tient les Had­za connec­tés à un impor­tant ensemble régio­nal d’espèces micro­biennes.

C’est cette expo­si­tion conti­nuelle à un riche vivier de micro-orga­nismes qui a doté les Had­za d’une extra­or­di­naire diver­si­té de microbes —  bien plus impor­tante que celle obser­vée au sein des popu­la­tions des pays dits développés.

Un chas­seur Had­za qui net­toie le sang sur ses mains à l’aide du conte­nu de l’es­to­mac riche en microbes du même animal.

Du point de vue de l’écologie, la faible diver­si­té du micro­biome de l’Oc­ci­dent peut éven­tuel­le­ment s’expliquer comme le résul­tat d’un ensemble régio­nal (toutes les espèces pou­vant colo­ni­ser un site spé­ci­fique) d’espèces dégra­dé, ou comme celui d’une aug­men­ta­tion des filtres envi­ron­ne­men­taux (choses qui repoussent ou limitent les dépla­ce­ments de microbes dans l’environnement, ou les altèrent). Ou comme une com­bi­nai­son des deux.

Les filtres envi­ron­ne­men­taux, comme les régimes ali­men­taires, ont été prin­ci­pa­le­ment étu­diés en tant que causes pre­mières de la baisse de la diver­si­té micro­bienne dans les intes­tins des occidentaux.

L’usage exces­sif d’antibiotiques est un autre filtre envi­ron­ne­men­tal. Chaque trai­te­ment anti­bio­tique peut réduire la diver­si­té des microbes dans le corps. D’autres filtres peuvent être : trop de temps pas­sé à l’intérieur, une aug­men­ta­tion des nais­sances par césa­rienne et une dimi­nu­tion du taux d’allaitement, l’utilisation de pro­duits anti­mi­cro­biens (tels que les gels dés­in­fec­tants pour les mains), de petites quan­ti­tés d’antibiotiques dans les viandes que nous consom­mons, et l’hygiène moderne.

Cepen­dant, la contri­bu­tion de l’en­semble régio­nal d’espèces est peu étu­diée dans la recherche microbienne.

Je sup­pose que cela découle des dif­fi­cul­tés liées à l’échantillonnage à grande échelle, et bien sûr, du coût et des prio­ri­tés. Sachant que l’en­semble régio­nal d’espèces — bien que foca­li­sé sur les macro-orga­nismes (orga­nismes visibles à l’œil nu) — est un thème cen­tral en éco­lo­gie, il serait judi­cieux de l’in­té­grer à la recherche micro­bienne humaine.

Repre­nons notre exemple clas­sique de filtre envi­ron­ne­men­tal lié aux anti­bio­tiques, on pour­rait se deman­der si quelqu’un ayant pris des anti­bio­tiques et ayant connu une baisse de sa diver­si­té micro­bienne ne récu­pè­re­rait pas plus rapi­de­ment — son état de richesse micro­bienne pré-anti­bio­tique —  si il ou elle avait été expo­sé à un ensemble régio­nal d’espèces solide et diver­si­fié, une fois le trai­te­ment anti­bio­tique passé.

De toute évi­dence, plus d’attention et une meilleure ges­tion des filtres envi­ron­ne­men­taux contri­bue­raient à l’amélioration de la diver­si­té micro­bienne du corps humain.

Tou­te­fois, l’élan néces­saire dont cette nou­velle géné­ra­tion a besoin pour enfin remettre en pers­pec­tives la san­té des éco­sys­tèmes — petits et grands — peut être impul­sé par une meilleure com­pré­hen­sion de la manière dont la dégra­da­tion de l’environnement nous atteint — plus pro­fon­dé­ment encore (nos propres intes­tins) que la plu­part d’entre nous ne l’imaginaient jusque-là.

Ce qui compte, c’est que tout ce buzz autour du micro­biome peut être l’occasion de mobi­li­ser un indis­pen­sable groupe de défen­seurs de l’environnement micro­sco­pique pour mieux ensei­gner la manière d’é­va­luer l’importance de ce que subit la biosphère.

Jeff Leach


Tra­duc­tion : Emma­nuelle Dupierris

Édi­tion & Révi­sion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Paysages industriels : comment la civilisation défigure la planète (Edward Burtynsky)

Le film documentaire que nous vous proposons ici, originellement intitulé Manufactured Landscapes, officiellement traduit par Paysages manufacturés (titre français), mais ce que nous préférons traduire par Paysages industriels, sorti en 2007, a été réalisé par un photographe canadien relativement célèbre (toléré et même apprécié dans le cercle des médias grand public) : Edward Burtynsky.
Lire

Quelques remarques sur « L’affaire du siècle » (par Kevin Amara et Nicolas Casaux)

En cette fin d’année 2018, une coalition de quatre ONG — Greenpeace, Oxfam, la Fondation pour la Nature et l’Homme (FNH) et Notre affaire à tous — s’est formée pour poursuivre l’État français en justice[1], afin de le contraindre à respecter la limite de 1,5° C de réchauffement climatique. Pour le lancement de cette procédure, elles ont organisé une campagne médiatique d’envergure, notamment sur les réseaux sociaux, où un clip vidéo tourné pour l’occasion est rapidement devenu viral. Clip vidéo dans lequel nos plus célèbres écolos, youtubeurs, et quelques célébrités ayant accepté de se prêter au jeu — profitant ainsi d’une belle occasion de verdir leur image — expliquent le comment et le pourquoi de ce procès, et tentent de recueillir un maximum de signatures. Nous voyons deux raisons pour lesquelles ce projet pourrait servir à quelque chose. [...]
Lire

La civilisation, le suprémacisme humain et l’écologie (par Nicolas Casaux)

La culture dominante, la civilisation industrielle, et ses formes précédentes (diverses civilisations), ont en commun certaines caractéristiques fondamentales, raison pour laquelle est aujourd’hui établie une sorte de continuité temporelle conceptuelle appelée Histoire, basée sur une idée de progrès (de progression). Des peuples pré-industriels deviennent ainsi industriels, puis post-industriels. [...]
Lire

La « transition énergétique » ou les nouveaux habits du développement capitaliste (par Miguel Amorós)

Le monde capitaliste s’enfonce dans une crise écologique sans précédent qui menace sa continuité en tant que système basé sur la recherche du profit privé. De la pollution de l’air, de l’eau et du sol à l’accumulation de déchets et d’ordures ; de l’épuisement des ressources naturelles à l’extinction des espèces ; de l’urbanisation galopante au changement climatique ; une épée de Damoclès menace la société de marché. [...]