Deux intelligences artificielles ravagent d’ores et déjà la planète (par Nicolas Casaux)

Les futu­ro­logues qui nous mettent en garde contre les menaces liées à l’Intelligence Arti­fi­cielle ne regardent pas au bon endroit. La majo­ri­té des espèces vivantes font déjà face à une menace exis­ten­tielle à cause de deux intel­li­gences arti­fi­cielles créées il y a des cen­taines d’années : la cor­po­ra­tion et l’État.

Cer­taines per­son­na­li­tés par­mi les plus ten­dances de l’époque nous aver­tissent depuis quelques temps de la menace d’une intel­li­gence arti­fi­cielle qui pour­rait prendre le pas sur les humains. Plus tôt, ce mois-ci, Ste­phen Haw­king a pré­dit qu’il pour­rait s’agir « du pire évè­ne­ment de l’histoire de notre civi­li­sa­tion », à moins que nous ne trou­vions un moyen de contrô­ler son déve­lop­pe­ment. Le mil­liar­daire Elon Musk a même créé une entre­prise dont l’objectif est de s’assurer que les humains gardent un coup d’avance sur ce qu’il consi­dère comme la menace exis­ten­tielle posée par l’Intelligence Artificielle.

Ils sont ter­ri­fiés à l’idée qu’en dépit de nos (leurs ?) meilleures inten­tions, nous (ils ?) pour­rions (pour­raient) créer une force plus puis­sante que toute l’humanité, dont le sys­tème de valeur ne pren­drait pas néces­sai­re­ment en compte le bien-être humain. Une fois qu’elle attein­drait une masse cri­tique, cette force pren­drait le contrôle de la pla­nète, des acti­vi­tés humaines, et extir­pe­rait toute vie de la Terre en la refa­çon­nant selon ses propres objectifs.

Ces imbé­ciles ne remarquent même pas que de telles forces sont d’ores et déjà en train de réduire en char­pie la pla­nète et toutes ses espèces vivantes, exac­te­ment selon les moda­li­tés qu’ils craignent. Ces forces sont la cor­po­ra­tion (l’entreprise) et l’État – deux forces qui, en réa­li­té, se fondent en une seule : la civi­li­sa­tion[1]. Et les Elon Musk et les Ste­phen Haw­king sont leurs pre­miers servants.

Image trou­vée dans un article du maga­zine amé­ri­cain Forbes. AI : Arti­fi­cal Intel­li­gence, Intel­li­gence Arti­fi­cielle. Ce n’est pas ce que l’i­mage était sup­po­sée signi­fier, et pour­tant : la struc­ture arti­fi­cielle qui orga­nise les choses ici liées à un cer­veau estam­pillé AI (Intel­li­gence Arti­fi­cielle) n’est autre que la civi­li­sa­tion indus­trielle, l’im­mense réseau pla­né­taire de l’é­co­no­mie mon­dia­li­sée, le sys­tème trans­na­tio­nal que consti­tuent les États et les cor­po­ra­tions : l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle existe déjà, elle orga­nise déjà nos existences.

Les cor­po­ra­tions (ou entre­prises), à l’instar d’une intel­li­gence arti­fi­cielle incon­trô­lée, ne s’intéressent pas au bien-être humain, ni d’ailleurs à celui du monde natu­rel. Elles ne sont que des construc­tions juri­diques : des enti­tés abs­traites conçues, avant tout, dans l’objectif de maxi­mi­ser les gains finan­ciers de leurs action­naires. Si les cor­po­ra­tions (ou entre­prises) étaient de véri­tables per­sonnes, elles seraient des socio­pathes, dénuées de la capa­ci­té d’empathie qui carac­té­rise une per­sonne saine. Au contraire des humains, cepen­dant, les cor­po­ra­tions (ou entre­prises) sont théo­ri­que­ment immor­telles, ne peuvent pas aller en pri­son, et les plus impor­tantes d’entre elles, les mul­ti­na­tio­nales, ne sont pas tenues d’obéir aux lois d’un seul pays en particulier.

Les cor­po­ra­tions (ou entre­prises) ont lit­té­ra­le­ment acca­pa­ré la pla­nète. Elles sont si mas­sives que 69 des 100 pre­mières puis­sances éco­no­miques du monde sont des cor­po­ra­tions et non des nations.

Les cor­po­ra­tions ont usé de leurs pou­voirs trans­na­tio­naux pour impo­ser leurs règles à tous les pays du monde. Les immenses richesses qu’elles ont acquises en exploi­tant des êtres humains, elles les uti­lisent en par­tie pour pré­ser­ver l’emprise qu’elles détiennent sur eux, qu’elles ont réduit à l’état patho­lo­gique de « consom­ma­teurs ». Ce pro­ces­sus se nomme le mar­ke­ting, ou encore la publi­ci­té. Au début du 20ème siècle, Edward Ber­nays, neveu de Freud et pion­nier de la pro­pa­gande publi­ci­taire par­lait d’une « mani­pu­la­tion consciente et intel­li­gente des habi­tudes et des opi­nions orga­ni­sées des masses ». Il décla­rait igno­ble­ment que « ceux qui mani­pulent ce méca­nisme invi­sible de la socié­té consti­tuent son gou­ver­ne­ment invi­sible, qui est le véri­table pou­voir qui règne sur ce pays. » Wayne Chi­li­cki, le direc­teur géné­ral de Gene­ral Mil­ls, l’une des plus grosses entre­prises ali­men­taires du monde, a plus récem­ment décla­ré que : « En ce qui concerne les consom­ma­teurs en bas âge, nous sui­vons chez Gene­ral Mil­ls le modèle de Proc­ter & Gamble [une mul­ti­na­tio­nale pour laquelle Ber­nays avait tra­vaillé] du “ber­ceau jus­qu’à la tombe”. Nous pen­sons que nous devons attra­per les enfants très tôt, puis les conser­ver pour toute la vie. »

L’in­tel­li­gence arti­fi­cielle domi­nante asser­vit les êtres humains, les rédui­sant au rang de machines, d’ou­tils, comme dans cette usine en Chine, à Xiamen.

Les consé­quences de cette emprise des cor­po­ra­tions sur la pla­nète entière sont le pillage et la des­truc­tion inexo­rable de tous ses biomes, trans­for­més en matières pre­mières puis en pro­duits par le trou noir de la crois­sance éco­no­mique, en paral­lèle d’une dégra­da­tion inces­sante des rela­tions humaines.

Au lieu d’être pen­dus haut et court, ceux qui orga­nisent et qui pro­fitent de ces des­truc­tions sont allè­gre­ment récom­pen­sés. Voyons, par exemple, le cas d’ExxonMobil : il a été prou­vé que cette com­pa­gnie a men­ti sur la réa­li­té du chan­ge­ment cli­ma­tique, qu’elle connais­sait ses consé­quences depuis des décen­nies et qu’elle a déli­bé­ré­ment dis­si­mu­lé les faits. Et pour­tant, Rex Tiller­son, son PDG à l’époque, est désor­mais secré­taire d’État des USA, en charge des rela­tions exté­rieures du pays le plus puis­sant du monde. Toutes les plus grandes cor­po­ra­tions du monde pré­sentent des his­toires aus­si abjectes : Nike, Total, Danone, Uni­le­ver, Nest­lé, Shell, etc.

L’État est, quant à lui, bien anté­rieur à la cor­po­ra­tion, même si l’on pour­rait dire qu’il est lui-même, en quelque sorte, une forme de cor­po­ra­tion : une enti­té juri­dique fic­tive avec des droits et des pré­ro­ga­tives spé­ci­fiques. Ain­si que le for­mule Jede­diah Pur­dy, l’avènement des pre­mières formes d’organisation éta­tique, il y a plus de 5000 ans, consti­tuait « un nou­veau mode d’exploitation per­met­tant aux pre­mières classes domi­nantes du monde de vivre de la sueur des pre­miers pay­sans-serfs du monde. » Et au Grand Pillage de la pla­nète de com­men­cer (les pre­mières cités-États mar­quèrent l’avènement d’une poli­tique volon­taire de des­truc­tion orga­ni­sée du monde natu­rel, en témoigne Gil­ga­mesh et son abat­tage d’une forêt de cèdres).

L’in­tel­li­gence arti­fi­cielle domi­nante rem­place le monde natu­rel par un envi­ron­ne­ment entiè­re­ment arti­fi­ciel, extrê­me­ment appau­vri, et qui est d’ailleurs ren­du fonc­tion­nel de manière arti­fi­cielle, tem­po­raire (rien de tout ça n’est sou­te­nable), comme ici la Val­lée Impé­riale de Cali­for­nie, aux USA, véri­table désert où l’on pra­tique une agri­cul­ture méca­ni­sée, en contre-sai­son,  grâce aux nom­breux canaux d’ir­ri­ga­tion qui y amènent l’eau volée au fleuve Colo­ra­do, qui n’at­teint plus l’océan.

À l’instar de la cor­po­ra­tion et à la dif­fé­rence d’autres formes d’organisation sociale, comme celles de peuples de chas­seurs-cueilleurs et d’autres com­mu­nau­tés à taille humaine, l’organisation éta­tique n’a que faire du bien-être des humains et du monde natu­rel. Et à l’instar de la cor­po­ra­tion, les valeurs qui dirigent l’État sont l’accumulation, l’expansion, la volon­té de puis­sance, etc.

La pré­oc­cu­pa­tion très média­ti­sée des pre­miers ser­vants de ces intel­li­gences arti­fi­cielles n’est qu’une dis­trac­tion de plus. Tan­dis qu’ils s’inquiètent au futur de l’avènement d’une intel­li­gence arti­fi­cielle incon­trô­lable, l’État et la cor­po­ra­tion, sous l’égide de la civi­li­sa­tion, consti­tuent d’ores et déjà, et depuis plu­sieurs siècles, des formes d’intelligences arti­fi­cielles incon­trô­lées et incon­trô­lables qui ravagent la pla­nète et asser­vissent les êtres humains[2].

Déman­te­ler ces formes déjà exis­tantes d’intelligences arti­fi­cielles hau­te­ment nui­sibles, dis­soudre la civi­li­sa­tion anti-démo­cra­tique mon­dia­li­sée en une mul­ti­tude de cultures démo­cra­tiques (cha­cune ancrée dans et adap­tée à un ter­ri­toire éco­lo­gique spé­ci­fique), per­met­trait d’éviter l’avènement de celle dont ils s’inquiètent. Étant don­né les impacts éco­lo­giques et sociaux et la tra­jec­toire des intel­li­gences arti­fi­cielles exis­tantes, il est assez pro­bable que leur effon­dre­ment soit inéluctable.

Cepen­dant, il est pos­sible qu’un tel dénoue­ment n’advienne qu’une fois que la pla­nète aura été réduite à un « caillou déso­lé[3] ». Ain­si, la sur­vie de mil­lions d’espèces, dont la nôtre propre, dépend peut-être de notre capa­ci­té à le précipiter.

Nico­las Casaux


  1. « Et si le pro­blème, c’était la civi­li­sa­tion » : https://partage-le.com/2017/10/7993/
  2. Pour un constat rela­ti­ve­ment détaillé de cet état des choses : https://partage-le.com/2017/12/8414/
  3. « Si on ne l’ar­rête pas, la civi­li­sa­tion indus­trielle pour­rait détruire toute la bio­sphère » : https://partage-le.com/2017/07/pourquoi-la-civilisation-industrielle-va-entierement-devorer-la-planete-par-theodore-kaczynski/

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
6 comments
  1. Bon­jour,
    Dans l’i­déal, je par­tage votre idée qu’il faut décons­truire les struc­tures oppres­santes que sont l’é­tat et la grande entre­prise, aux­quelles j’a­joute la grande ville. Mais je vais être un peu polé­mique : croyez-vous vrai­ment que cet idéal soit encore pos­sible ? Com­ment croyez-vous qu’un peuple de chas­seur-cueilleur ou une com­mu­nau­té vil­la­geoise de petits pay­sans pour­raient sur­vivre dans un monde constel­lé de cen­trales nucléaires, qui conti­nue­ront d’être un for­mi­dable dan­ger même à l’ar­rêt, et dans un monde où les sols, l’eau et l’air ont été dura­ble­ment pol­lués par l’a­gri­cul­ture chi­mique et l’in­dus­trie ? Bref, la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle n’a-t-elle pas créé elle-même les condi­tions qui rendent son dépas­se­ment impos­sible ? Pou­vons-nous vrai­ment nous pas­ser, quoi que nous en pen­sions, de la classe des experts seuls à même de gérer le pas­sif nucléaire, chi­mique, etc ?

    1. JN, l’er­reur c’est peut-être de croire qu’il existe « des experts capables ». De toutes façons, il est trop tard, bien trop tard pour ten­ter quoi que ce soit, sauf la pré­ci­pi­ta­tion. Mais je vous ras­sure, d’autres s’en occupent pour nous. 🙂
      Celles et ceux qui se tire­ront de ce mer­dier auront com­pris aupa­ra­vant qu’il leur faut déve­lop­per le rap­port à la terre — ou à l’u­ni­vers si vous voyez les choses en grand. Le reste, tech­no­lo­gie et confort modernes, ne sont qu’­hal­lu­ci­na­tions qui masquent la véri­té sinistre qui nous pend au nez.
      JN, arrê­tez de croire en l’humain.
      Nico­las, essayez d’al­ler prê­cher dans la rue. On vous lan­ce­ra des pierres. Vos articles sont justes, cor­res­pondent à cer­taines per­sonnes, mais trop peu. Et quand je vois ces 281 re-posts sur Fesse-Bouc j’ai envie de hur­ler devant ce ser­pent qui se bouffe la queue.
      Bonne chance à vous deux !

  2. Plus que l’E­tat, une IA par la force des choses et par inté­rêt (sacri­fice de la liber­té pour la sécu­ri­té), ne seraient-ce pas les Nations, et par là les iden­ti­tés (la fier­té d’être fran­çais, bre­ton, sté­pha­nois…), qui seraient arti­fi­cielles, repo­sant entiè­re­ment sur des abs­trac­tions et dan­ge­reuses pour une hypo­thé­tique sur­vie de l’es­pèce humaine.Il n’y a qu’à pen­ser aux lieux de nais­sances de beau­coup de gens, les hôpi­taux, pour com­prendre l’a­van­tage d’une struc­ture éta­tique car la mor­ta­li­té infan­tile serait peut-être plus forte hors cadre légal sans tech­no­lo­gie col­lec­tive. Une Terre sans Nations paraî­trait plus intel­li­gente — sans Etat, tout est dans ce que l’on met dedans, cela me semble moins évident.

    1. Si vous vou­lez savoir pour­quoi la nais­sance en hôpi­tal est une catas­trophe, il faut lire les tra­vaux sur l’ac­cou­che­ment dans les livres de Michel Odent (par exemple). Si vous vou­lez savoir en quoi c’est l’E­tat qui consti­tue la nation, vous pou­vez lire Ber­nard Char­bon­neau (par exemple), notam­ment son livre L’E­tat. Sans Etat pas de nation (au sens des nations modernes : France, Espagne, etc.). L’E­tat s’est appuyé sur la nation pour exis­ter, cela devrait être évident, il a fabri­qué les nations. Et si vous vou­lez savoir en quoi l’E­tat est le pire des mots vous avez toute la lit­té­ra­ture anar­chiste, des anthro­po­logues comme David Grae­ber et James C. Scott aux cri­tiques de l’En­cy­clo­pé­die des Nuisances.

      1. De bonnes lec­tures, pas toutes pré­sentes dans le réseau des média­thèques, Grae­ber y est pré­sent — l’E­tat y assume un rôle de sécurité/confort intel­lec­tuel. Je vais donc emprun­ter ce livre à l’E­tat pour com­prendre en quoi il est le pire des maux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

35 ans de pollution océanique : un terrible bilan illustré par la NASA

L'océan contient huit millions de tonnes de déchets - assez pour remplir cinq sacs de transport par pied (33 cm) le long de toutes les côtes de la planète. Portés par les courants marins, ces déchets se rassemblent en cinq "îles d'ordures" géantes qui tournent autour des grands gyres océaniques de la planète. La Nasa vient de créer une visualisation de cette pollution mettant en évidence l'étendue des océans que l'humanité est en train de détruire avec ses déchets.