L’écologisme se souciait de préserver le monde naturel — ce n’est plus le cas (par Mark Boyle)

Tra­duc­tion d’un article de Mark Boyle, ini­tia­le­ment publié (en anglais) sur le site du Guar­dian, le 22 mai 2017 (plus de ren­sei­gne­ments sur l’au­teur sont dis­po­nibles dans cet article publié sur le site de France Inter). Mark Boyle y dénonce à juste titre l’é­ga­re­ment com­plet du mou­ve­ment éco­lo­giste, cepen­dant, un bémol. Il se concentre sur le chan­ge­ment indi­vi­duel et non col­lec­tif, et sur l’é­vi­te­ment ou l’oc­cul­ta­tion d’une réa­li­té très conflic­tuelle. C’est-à-dire que cela revient à la fameuse idée absurde selon laquelle « si tout le monde fai­sait ça, nous serions sau­vés », que cela revient à comp­ter ET sur la mobi­li­sa­tion totale des masses pour faire les bons choix, pour agir de manière juste, ET sur la pas­si­vi­té des pou­voirs diri­geants, mani­fes­te­ment répres­sifs (sachant que les moyens d’é­du­ca­tion et que les ins­ti­tu­tions cultu­relles sont lar­ge­ment entre les mains de ceux-là). Ce qui est beau­coup trop naïf. Mur­ray Book­chin dénon­çait à juste titre l’im­passe de l’a­nar­chisme style de vie. L’é­co­lo­gisme style de vie en est une autre.


La plu­part d’entre nous sommes moins déran­gés par l’idée de vivre dans un monde sans martres des pins, sans abeilles mel­li­fères, sans loutres et sans loups qu’à l’idée de vivre dans un monde sans médias sociaux, sans cap­puc­ci­nos, sans vols éco­no­miques et sans lave-vais­selle. Même l’écologisme, qui a un temps été moti­vé par l’amour du monde natu­rel, semble désor­mais plus concer­né par la recherche de pro­cé­dés un peu moins des­truc­teurs qui per­met­traient à une civi­li­sa­tion sur­pri­vi­lé­giée de conti­nuer à sur­fer sur inter­net, à ache­ter des ordi­na­teurs por­tables et des tapis de yoga, que par la pro­tec­tion de la vie sauvage.

Ces temps-ci, toutes les dis­cus­sions tournent autour du car­bone et d’un concept obs­cur appe­lé « durable ». On parle bien moins des cultures à taille humaine que nous devrions essayer de créer, et on ne se demande pas pour­quoi nous tenons tant à faire per­du­rer une culture qui requiert le pillage de chaque cen­ti­mètre car­ré de sol, de forêt, d’océan, de rivière et de vie sau­vage, afin de se main­te­nir. En adop­tant un prag­ma­tisme « durable », l’écologisme a per­du sa vision et son âme, oubliant ain­si qu’un mou­ve­ment sans l’une et sans l’autre est tout sauf pragmatique.

Ain­si que Paul King­snorth l’écrit dans sa remar­quable nou­velle col­lec­tion d’essais « Confes­sions d’un éco­lo­giste en conva­les­cence » (titre ori­gi­nal, en anglais : Confes­sions of a Reco­ve­ring Envi­ron­men­ta­list), l’écologisme a été réduit à « un pot cata­ly­tique pour le SUV argen­té de l’économie mon­dia­li­sée ». Paul King­snorth remarque que l’écologisme concentre désor­mais ses efforts dans une ten­ta­tive de « sou­te­nir une civi­li­sa­tion humaine à un niveau de confort auquel les riches du monde – nous – ont l’impression d’avoir droit, sans détruire le ‘capi­tal natu­rel’ dont ils ont besoin pour cela ».

Au lieu, donc, de défendre les endroits sau­vages – les déserts, les océans, les mon­tagnes –, nous pas­sons désor­mais notre temps à nous dis­pu­ter quant à la meilleure manière de les domes­ti­quer, afin de pro­duire l’énergie soi-disant « verte » néces­saire pour ali­men­ter toutes ces choses que, jusque très récem­ment, nous n’aurions pas même été capables d’imaginer, et dont nous n’aurions encore moins pré­ten­du avoir besoin. L’état d’esprit de plus en plus urbain de l’écologisme, explique King­snorth, peut se résu­mer à l’équation absurde sui­vante : « Des­truc­tion – car­bone = durable ».

Chaque mois, le Guar­dian m’envoie une petite sélec­tion repré­sen­ta­tive des com­men­taires sur cette série d’articles. Une remarque fré­quente pré­tend que le mode de vie que je sou­tiens ne pour­rait être viable pour plus de 7 mil­liards d’individus (et bien­tôt 10, grâce au désir et à la pro­pen­sion de l’industrialisme à croître expo­nen­tiel­le­ment), qui vivent désor­mais en ville. Je suis d’accord, ce n’est pas pos­sible. Mais au contraire des innom­brables défen­seurs de l’industrialisme, je n’essaie pas d’offrir une solu­tion nor­ma­tive pour tous les habi­tants de la Terre et pour tous leurs pro­blèmes ; de telles soi-disant « solu­tions » à grande-échelle sont ce qui nous a pré­ci­pi­tés dans ce bour­bier éco­lo­gique et social pour commencer.

Encore une fois, il est tout autant impos­sible pour notre culture obèse de conti­nuer à vivre et à consom­mer comme elle le fait, d’autant moins avec une démo­gra­phie galo­pante. Nous nous retrou­vons lit­té­ra­le­ment face à un puzzle chi­nois. Face à lui, j’ai sug­gé­ré que nous ferions bien de décons­truire notre addic­tion envers des tech­no­lo­gies déshu­ma­ni­santes et d’élaborer des tech­no­lo­gies appro­priées, à taille humaine, qui pour­raient à nou­veau nous ser­vir au mieux. En explo­rant les voies tra­di­tion­nelles, je pense que nous pour­rons redé­cou­vrir des pers­pec­tives per­dues à même de nous gui­der vers quelque chose d’important, que nous avons oublié, ou vers des pra­tiques que nous pour­rions très bien­tôt re-valo­ri­ser en rai­son du futur géo­po­li­ti­que­ment et éco­no­mi­que­ment tumul­tueux qui se profile.

Il sem­ble­rait, cepen­dant, que ne faire que sug­gé­rer cela relève de la misan­thro­pie, pour la rai­son que cer­taines tech­no­lo­gies indus­trielles sauvent des vies. Je com­prends ce sen­ti­ment – comme beau­coup d’entre nous, cer­tains membres de ma famille ont été sau­vés par la tech­no­lo­gie (bien que leurs bles­sures et mala­dies étaient liées à l’industrialisme). L’ironie, c’est que si l’on conti­nue avec l’industrialisme et le capi­ta­lisme – qui engendrent mani­fes­te­ment un chan­ge­ment cli­ma­tique et une sixième extinc­tion de masse – beau­coup, beau­coup de gens mour­ront, que ce soit à cause d’évènements cli­ma­tiques extrêmes, de la mon­tée des eaux, de guerres pour des res­sources, de dépla­ce­ments, de la faim, de la séche­resse ou de divers troubles éco­no­miques, éco­lo­giques et politiques.

Quelles tech­no­lo­gies sont appro­priées pour notre temps est deve­nu une ques­tion épi­neuse, qui me pré­oc­cupe depuis long­temps. Il n’y a pas de règle abso­lue, et la réponse peut être aus­si ins­tinc­tive qu’elle est logique. La pre­mière ques­tion que je me pose lorsque je décide d’adopter une tech­no­lo­gie, ancienne ou nou­velle, est « en ai-je vrai­ment besoin ? » Ai-je vrai­ment besoin du der­nier smart­phone, et pour­quoi ? Ai-je besoin de consul­ter Twit­ter et Face­book chaque jour, et de prendre un sel­fie de moi-même à chaque dîner, et pour­quoi ? Pour nous aider, nous pou­vons nous ins­pi­rer d’EF Schu­ma­cher – un éco­no­miste bri­tan­nique célèbre pour son livre Small is beau­ti­ful : une socié­té à la mesure de l’homme – qui sug­gère que toute tech­no­lo­gie appro­priée pos­sède quatre carac­té­ris­tiques essen­tielles. Elle doit être acces­sible à tous ; de taille modeste ; assez simple pour que n’importe quelle com­mu­nau­té puisse la déve­lop­per et l’utiliser à l’aide de ses res­sources et de ses com­pé­tences ; et non-vio­lente, c’est-à-dire qu’elle ne doit pas rava­ger la vie sur terre, ou se dou­bler d’un coût au niveau de la san­té men­tale ou phy­sique de qui que ce soit.

Pen­sez au télé­phone por­table, au four micro-onde, à la brosse-à-dent élec­trique, aux médias sociaux, ou à n’importe laquelle de ces choses dont nous nous pas­sions encore il n’y a pas si long­temps, et deman­dez-vous si elle pré­sente ces carac­té­ris­tiques ; sinon, deman­dez-vous si vous êtes heu­reux de conti­nuer à uti­li­ser des tech­no­lo­gies vio­lentes. Cepen­dant, ce qui est appro­prié pour l’un d’entre nous, dans une cer­taine mesure, dépend de notre situa­tion. Per­son­nel­le­ment, je trouve que la vie en ville est stres­sante, mal­saine, bien trop fré­né­tique et irré­flé­chie, et choi­sis donc de vivre dans le monde natu­rel, ce qui implique une situa­tion spé­ci­fique dif­fé­rente de celles des autres. J’avais très peu d’argent, j’ai donc dû être créa­tif ; cette limi­ta­tion a été mon plus pré­cieux allié. Je ne peux par­ler qu’en mon nom.

Bien avant de me défaire de cette habi­tude d’utiliser les médias sociaux, les ordi­na­teurs por­tables, les télé­phones et inter­net, j’ai réa­li­sé qu’en plus de ne pas en avoir besoin, sans eux, j’étais en meilleure san­té men­tale et phy­sique. J’avais réa­li­sé cela à pro­pos de la télé­vi­sion des années aupa­ra­vant. Parce que je vis sous un cli­mat tem­pé­ré, je n’ai pas vrai­ment besoin d’un réfri­gé­ra­teur ou d’un congé­la­teur. J’ai déci­dé, ce qui en a sou­la­gé plus d’un, que je vou­lais des toi­lettes, mais que des toi­lettes sèches étaient plus appro­priées que des toi­lettes à chasse d’eau. Déve­lop­per des rela­tions avec mes voi­sins et avec la terre a eu plus de sens à mes yeux que dépendre de l’argent, imper­son­nel et incons­tant. J’ai pré­fé­ré la scie de long à la tron­çon­neuse, la faux à la ton­deuse, et je ne m’en porte que mieux. Un poêle de type rocket stove rem­place ma dépen­dance au gaz importé.

Je trouve désor­mais que pêcher est plus appro­prié qu’acheter des bâton­nets de pois­son arra­chés aux fonds marins et conge­lés dans un super­mar­ché, ou du beurre de caca­huète en tube de plas­tique, par exemple. Bien que le net­toyage manuel de ma vais­selle et de mes vête­ments semble moins pra­tique que d’utiliser des machines, cela me semble plus pra­tique que de devoir trou­ver com­ment gérer 200 mil­lions de réfu­giés cli­ma­tiques dans 30 ans.

Le regret­té David Fle­ming – un des plus grands pen­seurs dont vous igno­rez pro­ba­ble­ment l’existence – a écrit, dans son mag­num opus post­hume, récem­ment publié, inti­tu­lé Lean Logic, que « le local se trouve, au mieux, à la limite de la pos­si­bi­li­té pra­tique, mais il a pour lui l’argument déci­sif du fait qu’il fini­ra par n’y avoir aucune autre alternative ».

Ce « local » n’a pas à être un cal­vaire, d’ailleurs, il pour­rait enri­chir nos vies si nous l’embrassions. Retom­ber amou­reux de notre place dans le monde natu­rel – éta­blir avec lui une rela­tion saine, le sou­te­nir et le pro­té­ger – pour­rait être notre salut. Et aus­si celui de l’écologisme.

Mark Boyle


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Pour aller plus loin :

L’écologie™ du spectacle et ses illusions vertes (espoir, “progrès” & énergies “renouvelables”)

Print Friendly, PDF & Email
Total
21
Shares
7 comments
  1. Naïf certes, mais dans le sens de pre­mier ou d’o­ri­gi­nel. Comme Mark je pense que la recherche de la qua­li­té est la seule option capable de sous­traire l’in­di­vi­du à l’ap­pât indus­triel de la quan­ti­té. L’in­di­vi­du qui voit et com­prend ce qui se passe, et qui refuse.
    On n’ar­ri­ve­ra jamais à rien de bien avec une masse. Un petit col­lec­tif à la limite, mais dans ce cas il faut miser à fond sur l’in­di­vi­du pour que ce petit col­lec­tif se forme, natu­rel­le­ment, et reste soli­de­ment ancré à ses prin­cipes face à l’é­norme pression.
    L’in­di­vi­du est la clé, Il doit pro­je­ter sa force vers lui-même. Deux bonnes rai­sons à cela : la pre­mière est qu’il est vain d’es­sayer de détour­ner ceux qui ne par­tagent pas la même réa­li­té, la seconde est qu’il est plus que temps de se pré­pa­rer au choc qui arrive.

  2. hola­la­la, figu­rez vous que pour ma part, j’adhère à 100% à cette phi­lo­so­phie mais je suis confron­té à un pro­blème de taille : Ma femme.
    J’adhère à 100% à l’i­dée de vivre le plus sim­ple­ment et sobre­ment du monde, mais ma femme elle, se refuse à aban­don­ner sa vie ultra com­plexe de capi­ta­liste bour­geoise, avec l’a­vion à prendre chaque année pour retrou­ver la famille au bout du monde,parce qu’on veut tra­vailler ici plu­tôt que là bas. la petite voi­ture IND-IS-PEN-SABLE en ville avec pour­tant le tra­vail à 20 minutes en métro. c’est ter­rible cette situa­tion, parce que je suis pris entre deux choix impos­sibles. soit, je me met en accord avec moi même et je la quitte, soit je conti­nue ma vie avec elle et je ne suis pas en accord avec moi même. Je remarque que le monde capi­ta­liste uti­lise la femme (walt dis­ney avec la prin­cesse qui rêve du prince char­mant qui lui appor­te­ra tout ) pour sou­mettre l’homme…quand ce ne sont pas les enfants eux même qui sont utilisés…que faire ? La convaincre est impos­sible et pour­tant, elle se pré­tend révo­lu­tion­naire et anti capi­ta­liste. JE crois qu’il existe beau­coup de modèle de ce genre. La femme est un outil lar­ge­ment uti­li­sé par le capi­ta­lisme et si vous vou­lez sor­tir du système…l’accès à la femme (pour faire plus abso­lu, au sexe) est beau­coup plus com­plexe. je vous assure que cet his­toire de femme et d’en­fant uti­li­sé comme outil par le capi­ta­lisme pour obli­ger l’homme à la sou­mis­sion abso­lue mérite au mini­mum un article, voir un livre.

  3. Mer­ci pour l’ar­ticle et tout autant pour sa traduction.
    Virer le fri­go a été beau­coup plus facile qu’i­ma­gi­né au départ. Le capi­ta­lisme ne pou­vant plus entrer dans la chambre froide qui lui sert de trône, je me satis­fais chaque jour du nombre d’a­mé­lio­rants de type Exx1 qui n’en­tre­ront pas dans la peau douce de mes têtes brunes. Mieux, en gar­dant tous les légumes et les fruits sous la main, bien en vue en tête de gon­dole dans la cui­sine, plus rien ne dépé­rit et tout est cui­si­né, ça par­ti­cipe même à faire d’un béo­tien, un excellent cuisinier.

    Les exemples sont légions, un petit-déjeu­ner avec du Pain (la majus­cule c’est pour dire, de la mai­son, au levain, pétrit à la main) ça prend dix bonnes grosses minutes chaque matin (la confi­ture ça dégou­line), alors qu’un paquet de céréales, rien, puis­qu’ils se servent seuls. Ayant depuis Mathu­sa­lem aban­don­né ces salo­pe­ries sucrées sous plas­tiques, je me demande sou­vent ce que font les parents mieux nor­més, de ces dix minutes (ô com­bien sacrées) qu’ils ont éco­no­mi­sées. Ils consultent leur mes­sa­ge­rie, me souffle-t-on à l’oreille …

    @ Mar­cel, j’ai fran­chi le pas. Par­ti ache­ter des allu­mettes, il y douze ans. Ce n’est pas un conseil, juste de l’empathie et une réelle com­pas­sion. Com­bien de couples déchi­rés, par les deux petits auxi­liaires de la langue française ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Appel contre la censure et l’intimidation dans les espaces d’expression libertaire

Ci-après, un appel récupéré sur le site de PMO (Pièces et Main d'Oeuvre). En date de 2014, il n’a rien perdu de son actualité, de sa pertinence. Aujourd'hui, plus encore qu’en 2014, à l'heure du confinement sur les rézoos antisociaux, un certain nombre de soi-disant antifascistes ou anarchistes se permettent d'insulter en chœur — c'est plus simple ça évite de devoir réfléchir — diverses personnes ou groupes, en recourant notamment à des qualificatifs en « phobe » ou en « iste » [...]
Lire

Le mouvement pour le climat est mort ! (un compte-rendu de la COP21)

Nous ne pouvons pas continuer à attendre quoi que ce soit des groupes prêts à négocier avec l'état. Nous n'avons pas le temps pour cela. Le militarisme et l'impérialisme climatique sont les forces responsables de la situation des réfugiés climatiques, et du nombre de morts qui ne cesse d'augmenter rapidement. La répression étatique entrave tout progrès réel vers la libération raciale, sociale et environnementale.
Lire

Contre le fatalisme & le statu quo : l’activisme (par Derrick Jensen)

[...] dernièrement, je remarque une excuse particulièrement frustrante que beaucoup de gens semblent utiliser pour justifier leur inaction : ils disent que c'est trop tard, que divers points de basculement ont déjà été franchis en matière d'accélération du réchauffement planétaire, et ceci en raison du temps de latence entre les émissions de carbone et l'augmentation de la température ; nous sommes déjà condamnés, à quoi servirait donc de riposter ?