Concerning Violence (2013)

Synop­sis de cet excellent docu­men­taire de Göran Hugo Olsson :

Dans « les Dam­nés de la Terre », Frantz Fanon affirme que l’oppression d’un peuple ne donne aucun autre choix que de répondre par la lutte armée :

« Le colo­nia­lisme n’est pas une machine à pen­ser, n’est pas un corps doué de rai­son. Il est la vio­lence à l’état de nature et ne peut s’incliner que devant une plus grande violence »

Franz Fanon, Les Dam­nés de la Terre, 1961.

Au tra­vers des textes de Fanon, Concer­ning Vio­lence met en image des archives et plu­sieurs entre­tiens, retra­çant ain­si l’histoire des peuples afri­cains et de leurs luttes pour la liber­té et l’indépendance. La moder­ni­té du par­ti pris esthé­tique de Concer­ning Vio­lence offre au public une nou­velle ana­lyse des méca­nismes du colo­nia­lisme, per­met­tant ain­si une autre lec­ture des ori­gines des conflits actuels.

Cri­tique Télérama :

Dans son pré­cé­dent docu­men­taire, The Black Power Mix­tape, Göran Hugo Ols­son fai­sait déjà dia­lo­guer les époques. Et par­ler les archives. En as du mon­tage, il mixait des images du pas­sé, rushes en 16 mm retra­çant la lutte des Noirs pour leurs droits, et des sons du pré­sent, com­men­taires contem­po­rains de mili­tants afro-amé­ri­cains. Des caves de la télé sué­doise, le cinéaste ­remonte cette fois les témoi­gnages d’une Afrique noire en pleine déco­lo­ni­sa­tion : repor­tages auprès des gué­rille­ros du Mozam­bique ou sur le front des guerres d’in­dé­pen­dance en Tan­za­nie et en Ango­la, entre­tiens avec des colons en Rhodésie…

Cha­cun de ces frag­ments (pré­sen­tés comme « neuf scènes de l’auto­défense impé­ria­liste ») res­ti­tue une facette de l’hor­reur colo­niale, mais leur inter­ac­tion donne l’im­pres­sion sidé­rante de voir se des­si­ner toute une car­to­gra­phie de la vio­lence en Afrique. En choi­sis­sant de faire entendre et même lire (les mots enva­hissent régu­liè­re­ment l’é­cran) des extraits des Dam­nés de la Terre, de Frantz Fanon, le cinéaste fait des images exhu­mées les illus­tra­tions par­faites et gla­çantes de cet essai de réfé­rence écrit en 1960. « Le colo­nia­lisme n’est pas une machine à pen­ser, n’est pas un corps doué de rai­son. Il est la vio­lence à l’é­tat de nature et ne peut s’in­cli­ner que devant une plus grande vio­lence. » Scan­dé par Lau­ryn Hill, l’ex-chan­teuse soul des Fugees, ce livre impla­cable met à nu les méca­nismes psy­cho­lo­giques de l’im­pé­ria­lisme. Sous la cou­leur sépia de cer­taines scènes exo­tiques, colons nan­tis sur fond vert (un green de golf) ou bleu (un rebord de pis­cine), se devine une socié­té où le mélange du Noir et du Blanc ne donne que du rouge sang. Le texte a des accents pro­phé­tiques. Comme si Fanon annon­çait avec quel­ques décen­nies d’a­vance les mar­tyrs de la cause pales­ti­nienne, les chaos ira­kien et afghan.

Pour voir le film, cli­quez sur l’i­mage ci-dessous :

Print Friendly, PDF & Email
Total
8
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le problème de la Grèce n’est pas seulement une tragédie. C’est un mensonge. (John Pilger)

Une trahison historique a consumé la Grèce. Ayant mis de côté le mandat de l’électorat grec, le gouvernement Syriza a volontairement ignoré le raz-de-marée du "Non" et a secrètement accepté un panel de mesures appauvrissantes, répressives, en échange d’un "renflouement" qui signifie un sinistre contrôle depuis l’étranger, et un avertissement pour le monde.[...]
Lire

La guerre contre la démocratie (John Pilger — 2007)

La Guerre contre la Démocratie (titre original : The War on Democracy) est le premier film réalisé par John Pilger pour le cinéma. Il explore les relations actuelles et passées entre les États-Unis et des états d’Amérique latine comme le Venezuela, la Bolivie et le Chili. A l’aide d’archives compilées par Carl Deal, collaborateur de Michael Moore, le film montre comment les interventions des États-Unis, officielles et officieuses, ont renversées toute une série de gouvernements légitimement élus dans nombre de pays d’Amérique latine, depuis les années 1950. [...]
Lire

Les ONG internationales et l’industrie de la catastrophe : l’exemple haïtien

Malgré les énormes sommes d’argent collectées, la majorité des Haïtiens victimes du séisme en janvier 2010 n’ont connu aucune amélioration. Un million d’entre eux vivent encore dans les camps de toile, les gravats n’ont toujours pas été enlevés et la reconstruction promise n’a pas encore commencé. A qui la faute ?
Lire

La fondation Gates, fer de lance du pillage néolibéral de l’agriculture africaine (par Colin Todhunter)

La fondation Gates, dont le monde pense globalement du bien, impose un modèle néolibéral de développement et de domination corporatiste qui ouvre l’agriculture africaine à la saisie de terres et de semences par l’agrobusiness mondial, écrit Colin Todhunter. Ce faisant, elle évince les véritables solutions : l’amélioration de la sécurité alimentaire, la souveraineté alimentaire et l’agroécologie.