Concerning Violence (2013)

Synop­sis de cet excellent docu­men­taire de Göran Hugo Olsson :

Dans « les Dam­nés de la Terre », Frantz Fanon affirme que l’oppression d’un peuple ne donne aucun autre choix que de répondre par la lutte armée :

« Le colo­nia­lisme n’est pas une machine à pen­ser, n’est pas un corps doué de rai­son. Il est la vio­lence à l’état de nature et ne peut s’incliner que devant une plus grande violence »

Franz Fanon, Les Dam­nés de la Terre, 1961.

Au tra­vers des textes de Fanon, Concer­ning Vio­lence met en image des archives et plu­sieurs entre­tiens, retra­çant ain­si l’histoire des peuples afri­cains et de leurs luttes pour la liber­té et l’indépendance. La moder­ni­té du par­ti pris esthé­tique de Concer­ning Vio­lence offre au public une nou­velle ana­lyse des méca­nismes du colo­nia­lisme, per­met­tant ain­si une autre lec­ture des ori­gines des conflits actuels.

Cri­tique Télérama :

Dans son pré­cé­dent docu­men­taire, The Black Power Mix­tape, Göran Hugo Ols­son fai­sait déjà dia­lo­guer les époques. Et par­ler les archives. En as du mon­tage, il mixait des images du pas­sé, rushes en 16 mm retra­çant la lutte des Noirs pour leurs droits, et des sons du pré­sent, com­men­taires contem­po­rains de mili­tants afro-amé­ri­cains. Des caves de la télé sué­doise, le cinéaste ­remonte cette fois les témoi­gnages d’une Afrique noire en pleine déco­lo­ni­sa­tion : repor­tages auprès des gué­rille­ros du Mozam­bique ou sur le front des guerres d’in­dé­pen­dance en Tan­za­nie et en Ango­la, entre­tiens avec des colons en Rhodésie…

Cha­cun de ces frag­ments (pré­sen­tés comme « neuf scènes de l’auto­défense impé­ria­liste ») res­ti­tue une facette de l’hor­reur colo­niale, mais leur inter­ac­tion donne l’im­pres­sion sidé­rante de voir se des­si­ner toute une car­to­gra­phie de la vio­lence en Afrique. En choi­sis­sant de faire entendre et même lire (les mots enva­hissent régu­liè­re­ment l’é­cran) des extraits des Dam­nés de la Terre, de Frantz Fanon, le cinéaste fait des images exhu­mées les illus­tra­tions par­faites et gla­çantes de cet essai de réfé­rence écrit en 1960. « Le colo­nia­lisme n’est pas une machine à pen­ser, n’est pas un corps doué de rai­son. Il est la vio­lence à l’é­tat de nature et ne peut s’in­cli­ner que devant une plus grande vio­lence. » Scan­dé par Lau­ryn Hill, l’ex-chan­teuse soul des Fugees, ce livre impla­cable met à nu les méca­nismes psy­cho­lo­giques de l’im­pé­ria­lisme. Sous la cou­leur sépia de cer­taines scènes exo­tiques, colons nan­tis sur fond vert (un green de golf) ou bleu (un rebord de pis­cine), se devine une socié­té où le mélange du Noir et du Blanc ne donne que du rouge sang. Le texte a des accents pro­phé­tiques. Comme si Fanon annon­çait avec quel­ques décen­nies d’a­vance les mar­tyrs de la cause pales­ti­nienne, les chaos ira­kien et afghan.

Pour voir le film, cli­quez sur l’i­mage ci-dessous :

Print Friendly, PDF & Email
Total
8
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Le problème ce n’est pas Trump, c’est nous (par John Pilger)

Un excellent texte de John Pilger où il revient sur le fond du problème, qui n'est pas Trump, mais les millions de citoyens hypnotisés par la propagande omniprésente d'un système verrouillé et immuable (en France comme aux États-Unis), qui ne réagissent qu'en fonction des gesticulations des grands médias, des personnalités et de la culture mainstream (grand public) dans son ensemble ; ces millions de citoyens qui n'ont dit mot ou manifesté contre les agissements criminels d'Obama, mais qui obéissent immédiatement aux incitations médiatiques visant à dénigrer Donald Trump. Article initialement publié (en anglais), sur son site, le 17 janvier 2017.
Lire

Le café atomique et autres documentaires sur la folie nucléaire (par Ana Minski et Nicolas Casaux)

Le documentaire The Atomic Cafe, « film d'horreur comique » — comme on pouvait le lire sur une affiche d'époque — sorti en 1982, constitué d'images d'archives des années 1940 à 1960 (interventions télévisuelles, discours politiques, clips publicitaires, etc.), expose la propagande d'État des États-Unis visant à faire accepter l’utilisation de la bombe atomique et la domestication de l'atome. [...]
Lire

La justice sociale et environnementale dépend de notre capacité à désobéir (par Max Wilbert)

Pourquoi le monde est-il en voie de destruction ? Dans une large mesure, la réponse à cette question réside dans le consentement. La grande majorité des habitants de l'Empire apporte son soutien, que ce soit de manière active ou passive, aux systèmes de pouvoir – suprémacisme blanc, capitalisme, civilisation industrielle, patriarcat – qui sont en train de tuer la planète. Pourquoi se soumet-on à une autorité injuste ? C'est une question qui laisse perplexe.